Ce nouveau temple, leur dira-t-on, est une église qui unit tout le monde parce que Dieu aime tous Ses enfants

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité maria dela divine miséricorde"

Ce nouveau temple, leur dira-t-on, est une église qui unit tout le monde parce que Dieu aime tous Ses enfants

Samedi 7 avril 2013 à 18h40

Ma chère fille bien-aimée, toutes les Églises de Dieu sur Terre qui M’honorent comme Fils de l’Homme, et celles qui ont prêté serment à Mon Père seront bientôt divisées. Beaucoup de fidèles, au sein de chaque Église, se rebelleront et de grandes divisions émergeront car un nombre plus grand de personnes mal guidées, dans leurs rangs, essaieront d’introduire des lois qui tolèrent le péché.

Les obligations morales ressenties par ceux qui aiment et connaissent la Sainte Parole de Dieu seront critiquées et ils seront accusés de cruauté et de manque de compassion. Leur crime sera de s’opposer aux lois infâmes qui verront le jour lorsque que les églises se dissolveront pendant la persécution de l’antichrist. Quand elles se sépareront et voleront en éclat, leurs fondations seront secouées. Elles ne pourront plus faire front contre la méchanceté et l’injustice. Alors le temps sera mûr pour un grand nombre d’âmes perplexes, qui se trouveront très désorientées, de voir apparaître une alternative au temple de Dieu. 

Ce nouveau temple, leur dira-t-on, est une église qui unit tout le monde, parce que Dieu aime tous Ses enfants. Et si Dieu aime tous Ses enfant, alors Il veut qu’ils s’unissent en un seul corps, qu’ils s’embrassent les uns les autres quelles que soient leurs croyances, leurs religions, la couleur de leur peau, leur race, leurs lois. Ils deviendront tous unis, leur dira-t-on, à la Face de Dieu, et on leur demandera d’envoyer des représentants au nouveau temple, qui sera situé dans Rome. On leur dira que c’est la  Nouvelle Jérusalem prophétisée dans la Bible et protégée par le chef choisi de Dieu : le faux prophète.

Un très grand nombre seront dupes de ce grand mensonge, parodie de la Sainte Parole de Dieu donnée à Jean l’Évangéliste. Chaque Mot donné à ce prophète pour la fin des temps, sera utilisé, adapté et déformé pour satisfaire aux objectifs de l’antichrist.

Ceux qui refuseront d’accepter cette nouvelle église, dite intégrée, seront considérés comme des non-Chrétiens. Ils seront victimes d’intimidations et passeront pour fous. Sans le Saint Esprit qui les guide, ils seraient aspirés dans le faux temple obscène qui dissimulera l’ignominieuse vérité, cachée derrière les apparences.

L’antichrist est près de faire sa grande entrée sur la scène du monde, et ce sera lui qui, non seulement règnera sur ces églises, mais trompera les gens en leur faisant croire qu’il possède des dons divins spéciaux. Il sera honoré en raison des grands services qu’il aura rendus à la cause humanitaire. Lui, l’antichrist, recevra des récompenses internationales pour son œuvre charitable. Et alors ils diront qu’il possède les charismes associés aux saints. Des miracles lui seront attribués rapidement jusqu’à ce que, finalement, il dise qu’il est prophète, envoyé en mission par Dieu. Beaucoup seront piégés par cette imposture terrible car il aura le support des églises du monde et recevra l’approbation officielle du faux prophète.

Pour finir, le monde croira qu’il est Moi, Jésus-Christ. Ma Parole tombera sur les oreilles de sourds du fait que sa présence dévorera l’ensemble de l’humanité, dont les applaudissements couvriront la voix de ceux qui proclameront la Véritable Parole de Dieu. Mais, grâce à Ma Grande Miséricorde, J’interviendrai, par la Main de Mon Père, à chaque étape du chemin.

Mes Messages ne s’arrêteront jamais jusqu’au tout dernier jour. Ma Voix ne s’éteindra jamais. Les enfants de Dieu qui resteront fidèles à Sa Sainte Parole ne mourront jamais.

Votre Jésus

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2013/avril-2013/

Par vos prières quotidiennes, vos Messes, et vos bonnes actions, Je verrai que vous êtes sincères dans votre foi, et vous recevrez votre récompense au ciel

Mercredi, le 25 septembre, 2019

Alternate text goes here

Jésus a dit : « Mon peuple, apprenez à partir de Ma création lorsque le soleil tombe sur vous à l’aube du jour. Je veux que Mes fidèles répandent Ma Bonne Nouvelle de Ma Résurrection à tout le monde, tout comme le soleil brille sur tous. Vous avez les paroles des Écritures que vous lisez à chaque jour à la Messe. Allez donc de l’avant deux par deux et répandez Ma Parole à tous. Vous avez le pouvoir de Mon Esprit-Saint pour répandre Ma Parole et guérir les malades de leurs maladies. Ayez foi et fiez-vous à Moi, et vous pourrez accomplir des miracles comme Mes apôtres et Moi l’avons fait. Je vous aime tous de Mon Saré-Coeur, et Je désire que vous Me rendiez votre amour et partagiez Mon amour avec ceux que vous rencontrez. Par vos prières quotidiennes, vos Messes, et vos bonnes actions, Je verrai que vous êtes sincères dans votre foi, et vous recevrez votre récompense au ciel. »

«Duos d’amour avec Jésus»

Viens boire à la source

Marie-Fernande

Marie Fernande vient de faire paraître aux Editions du Parvis des messages de son journal spirituel: «Duos d’amour avec Jésus».

Extraits de l’avant-propos Juillet 1987
Lors d’une retraite, en oraison devant le Seigneur, je le regarde sur la croix et je reçois, en plusieurs séquences, ces paroles dans mon cœur.
Ma petite brebis perdue, je t’ai sauvée. Peux-tu me regarder sur la croix maintenant?
J’avais déjà reçu des paroles mais je n’osais pas y croire, me disant que je me faisais du cinéma. Je dis au Seigneur: quelle vie merveilleuse ce serait si tu pouvais toujours me parler comme cela.
Pour cela, il faut que tu croies!
Et devant ma tristesse de ne pas l’aimer assez, Il ajoute:
Mon enfant, ne sois pas triste, puisque Je t’aime. Le Père aussi t’aime, puisque Je suis là. Je suis don du Père.
Je me sens tellement aimée que mes fautes ne sont plus un obstacle.
Ma joie, c’est que tu croies à l’abondance de mes dons. Regarde-moi, je ne juge pas. J’aime le pécheur. Tu n’as pas vu mon œuvre achevée. Crois qu’elle sera parfaite.
Je dis à Jésus que je ne peux plus le voir en croix, qu’Il doit descendre de la croix.
Aide ma mère à me descendre de la croix.
Comment?
Ne condamne plus personne, mais pose-les directement sur les genoux de ma mère et, chaque fois ce sera comme si tu m’enlevais de cette croix.
Ainsi, au cours des années, Jésus a continué (et continue encore) de parle­r à mon cœur, de me donner ses instructions, ses encouragements dans la sécheresse, la peine et aussi dans mes moments de joie, de bonheur. Il m’instruit, me modèle peu à peu, malgré mes doutes et souvent mes peurs et mes réticences. Il m’a donné des guides spirituels pour me suivre et, surtout, il m’a montré ma mission à son service: dans l’Amour, offrir son Sang sacré pour toutes les âmes.1
Les paroles qui suivent sont un condensé de nos «duos d’amour» – comme les nomme Jésus lui-même – au fil du temps. Je vous les livre ici, telles qu’elles m’ont été données, de 1987 à 2018, surtout à l’oraison, mais aussi dans d’autres circonstances de ma vie courante.

Nos duos d’amour

Quitter toute tristesse et boire la tendresse de Dieu, boire sa volonté à la source de son Sang.
Ne sois pas triste. Toute joie est en moi. Quitte tes soucis. Respire-moi. Expulse-toi.
Viens boire à la source. A la source de mon Sang. A la source de mon côté. Viens, viens. C’est là que tu puiseras l’amour. Mon enfant bien-aimée, regarde-moi. Aimons-nous. Reste avec moi.
Viens sur mon Cœur. Bois ma tendresse. Bois ma volonté. Ma volonté sur toi vient de mon Cœur. Reste sur mon Cœur. Ma tendresse ne te suffit-elle pas? Connais-tu mon Cœur? Connais-tu la profondeur de mon amour? Remplis-toi des paroles que je t’ai dites. Aime-moi. N’aie pas peur. Réjouis-toi de notre amour. Je prends soin de vous.
Quelle est ta volonté, Seigneur?
Ma volonté de chaque instant.

Le Sang du Seigneur donne la Vie.

Jésus, je t’aime. Je T’adore en chacun de ces instants dont sera fait ce jour.
Viens boire à la source. Viens recevoir mon Sang qui te donne vie à chaque instant. Viens boire à la source. Comme la mère donne son sein, moi, je donne mon côté. Viens boire mon Sang. Il te donne vie. Aime chaque instant. Ils sont faits de mon amour. Ils coulent de mon Cœur. Viens boire la vie. Viens boire mon Sang. Recueille chaque instant comme une goutte de Sang. De mon côté percé coule mon amour. Perle de Sang. Viens boire, mon enfant. Aime cet instant.

Jésus a soif de notre regard sur lui

N’aie pas peur. Respire la vie. Reçois de moi chaque instant. Garde la paix. Bénis ce jour. Aspire à mon amour. Bois ma tendresse pour toi. J’aime ton regard sur moi. J’ai soif de votre regard sur moi.
Je te désire, Seigneur.
Nous nous désirons…

«Duos d’amour avec Jésus»

Jésus, don du Père dans l’Eucharistie

Après avoir communié, je demande au Seigneur: Jésus, donne-moi l’amour!
Nous nous aimons. Je te connais mieux que toi-même. Ouvre ton cœur. Reçois cette Hostie. Je suis don du Père. Cœur de son Cœur. Son amour dans ton cœur.
Seigneur, j’aimerais t’aimer de plus en plus, mais je ne le sens pas. Je vois toutes mes fautes!

Jésus me donne une mission.
Ne regarde pas ta faiblesse, regarde ma force. Laisse-moi l’initiative. Regrette tes fautes. Pleure-les sur mon Cœur. Ma fille, contemple mes souffrances. Contemple ce que J’ai enduré pour toi. Oui, contemple mes souffrances. Et offre-les pour tes frères. C’est ce que J’attends de toi.
Je me demande si ces paroles viennent du Christ ou de moi.
Ne Me fais pas souffrir par tes doutes. Entre dans ma tendresse.

Jésus nous appelle à la joie, à l’amour, à l’action de grâce.

Réjouis-toi. Ouvre ton cœur à toutes les grâces que je t’ai préparées. Remercie l’amour du Père pour toi. Sois dans la joie. Regarde mon Sang couler sur toi. (Ce besoin de son Sang me fait peur.) M’en aimeras-tu davantage? Je suis venu sur terre pour te le donner, bois… Plus tu bois, plus Je suis heureux. Plus tu bois, plus tu me consoles. Plus tu bois, plus je te fortifie. Plus tu bois, plus tu deviens moi. Crois, et sois dans la joie. (J’avais peur de me faire des illusions.) Viens sur mon Cœur. Reste sur mon Cœur. Aime-moi sans calcul. Ne regarde pas ta faiblesse, regarde ma force.

La présence du Seigneur dans le Saint-Sacrement

Seigneur, je Te demande pardon pour toutes mes mauvaises communions, dans l’indifférence.
J’ai tout payé, tout effacé, tout oublié. Je me suis livré pour toi. Livre-toi pour moi. Ma présence est parole. Contemple mes souffrances et offre-les pour tes frères. C’est ce que j’attends de toi. Crois que tout est bien. Crois à ma toute-puissance. Pénètre toujours davantage dans mon Cœur. Augmente ton désir. Que ta soif s’abreuve à ma soif. Reste toute petite à mes pieds.
Seigneur, que peux-tu faire avec moi?
T’aimer

https://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-571/viens-boire-la-source

Sainte Maria Goretti, un pardon qui change les cœurs

sainte Maria Goretti, un pardon qui change les cœurs

ST MARIA GORETTI

Sarah Choteau | 05 juillet 2019

L’histoire de Maria Goretti est celle d’un véritable abandon et d’une confiance totale en Dieu. La jeune fille, canonisée en 1950 par le pape Pie XII, est reconnue martyre de l’Église. Elle a été assassinée à l’âge de 12 ans.

Il est écrit dans le livre de la Sagesse : « Dieu n’a pas fait la mort, il ne prend pas plaisir à la perte des vivants ». Pourtant, il accompagne chaque personne qui s’en retourne à Lui. Certains comprennent et acceptent le caractère imminent de leur mort avec une simplicité déconcertante. C’est le cas de Maria Goretti, cette sainte italienne qui a été assassinée à l’âge de 12 ans. À l’aube de sa montée vers le Ciel, elle pardonne à son meurtrier, un voisin âgé de 8 ans de plus qu’elle qui a tenté d’abuser d’elle à de multiples reprises.

La jeune martyre est un exemple de miséricorde absolue, l’incarnation physique de ce que nous demandons à Dieu dans la prière du Notre Père et la preuve que le pardon peut changer les cœurs. En témoigne le jour où l’assassin de Maria a eu la sensation d’être « visité » par la jeune fille tandis qu’il rêvait. Il a alors compris la gravité de son acte et le mal qu’il avait fait à une famille entière à qui il a demandé pardon, 27 ans après le début de son incarcération. Puissions-nous, à la suite de sainte Maria Goretti, parvenir à pardonner « à tous ceux qui nous ont offensé », jusque dans les actes causant les plus grandes souffrances physiques ou morales.

J’attends que vous veniez à la Confession pour confesser vos péchés et recherchiez Mon pardon

Alternate text goes here

Dimanche, le 20 octobre, 2019

Jésus a dit : « Mon peuple, l’Évangile du jour parle de la persistance dans la prière pour aider à sauver des âmes. Il parle aussi de la fidélité à vos prières pour votre famille, les âmes du purgatoire, et les pauvres pécheurs.

J’aime tout Mon peuple tout le temps, et Je ne cesse pas de vous aimer.

J’attends aussi que vous veniez à la Confession pour confesser vos péchés et recherchiez Mon pardon. Il n’est pas facile d’être fidèles pendant les moments difficiles car vous aurez peut-être à venir en aide à un membre de la famille qui est malade, ou pour réconforter quelqu’un qui a perdu quelqu’un qui lui est cher. Il faut une foi forte en Moi pour persister de prier pour ceux qui refusent de M’aimer ou refusent de venir à la Messe Dominicale.

N’abandonnez pas une âme car Je ne le fais pas Moi-même. Au début vous ne verrez peut-être pas de miracle, mais avec Moi tout est possible. Je fais appel à tous de venir au ciel avec Moi, mais chaque âme doit faire face aux épreuves de la vie afin d’obtenir Ma récompense au ciel pour vos efforts. Pour tout ce que vous faites pour venir en aide aux autres en Mon Nom, vous accumulerez un trésor au ciel lors de votre jugement. »

Quand les péchés de la langue blessent l’honneur d’autrui

Quand les péchés de la langue blessent l’honneur d’autrui

Père Jean-François Thomas, sj 

Les péchés de la langue, comme les jugements hâtifs ou les critiques infondées, sont souvent érigés comme des vertus, sous le prétexte de dénoncer un mal réel ou supposé. Ils commettent en réalité la plus terrible des injustices : l’atteinte à l’honneur d’autrui.

Méditer l’Épître de saint Jacques serait une bonne façon d’occuper intelligemment quelques heures de notre été où les loisirs divers ne manquent pas. L’habitude est répandue d’utiliser sa langue non point pour la gloire de Dieu mais pour blesser et tuer notre prochain. L’apôtre consacre une partie de sa missive à ce péché ordinaire et courant, déjà habituel dans les premières communautés chrétiennes. Il écrit vigoureusement : « Ainsi la langue n’est qu’une petite partie du corps, et cependant combien se peut-elle vanter de faire de grandes choses ? Ne voyez-vous pas quel feu incendie une immense forêt ? La langue est aussi un feu ; c’est un monde d’iniquité ; et n’étant qu’un de nos membres, elle infecte tout le corps ; elle enflamme tout le cercle et tout le cours de notre vie, et est elle-même enflammée du feu de l’enfer. […] Nul homme ne peut dompter la langue : c’est un mal inquiet et intraitable ; elle est pleine d’un venin mortel » (Jc 3, 5-6, 8).

Régler ses comptes « au nom du Bien »

Le constat est sévère et saint Jacques n’hésite pas à ranger la langue parmi les instruments de l’enfer. Pourtant, les péchés de langue sont non seulement négligés mais souvent érigés comme des vertus, sous le prétexte que nous nous en servons pour dénoncer un mal réel ou supposé. Nous aimons nous poser en chevaliers sans peur et sans reproche, ouvrir les tiroirs des autres, au lieu de balayer nos propres ordures. Chaque jour, les médias livrent en pâture des personnes, généralement pas plus et pas moins pécheresses que la plupart d’entre nous, sous le couvert de faire régner le Bien (entendu selon des critères qui ne tiennent pas la route). Comme chacun est désormais invité à livrer ses propres opinions sur tous les sujets, nous en profitons pour régler nos comptes, pour juger ce que nous ne connaissons pas et pour exposer en public les crimes supposés des uns et des autres, nous faisant le relais volontaire de tous les bruits, de toutes les rumeurs qui peuvent circuler et dont l’origine est toujours douteuse. Nous rendons-nous compte que nous commettons ainsi des injustices majeures qui sont aussi graves et condamnables, au dernier jour, que des crimes de sang ? L’Église et les milieux ecclésiastiques n’échappent pas à la triste règle commune : les règlements de compte, provoqués par la jalousie ou le carriérisme, opèrent des coupes sombres et conduisent bien des personnes à désespérer ou même à rejeter la foi, tant le contre-témoignage est criant et scandaleux.

Le pouvoir de sa langue

La justice commutative, qui règle les échanges entre les hommes, est ainsi défigurée par l’outrage, la diffamation, la médisance, la calomnie, la zizanie, la moquerie, la malédiction. Saint Thomas d’Aquin note, dans la Somme théologique : « Les péchés commis contre le prochain s’apprécient essentiellement d’après le préjudice qu’ils portent à autrui, puisque c’est de là qu’ils tirent leur culpabilité. Et le préjudice causé lui-même, se mesure au bien qu’il détruit. Or l’homme possède trois sortes de bien : les biens de l’âme, les biens du corps, les biens extérieurs » (II-IIæ, qu.73, art.3, conclusion). À des degrés différents, nous possédons le dominium sur ces biens. Nous recherchons ces biens pour nous les approprier, au sens de faire nôtres. Notre maîtrise peut s’étendre, jusqu’à un certain point, sur les choses et les êtres extérieurs à nous. D’où notre responsabilité en toute chose. Le rôle de la faculté volontaire est de rendre nos actes humains, c’est-à-dire de montrer que nous avons le pouvoir d’agir et que nous possédons la maîtrise en agissant ainsi. Ce pouvoir est un pouvoir d’usage. Nous constatons donc que notre dominium et notre pouvoir d’usage sont quasi extensibles à l’infini, le plus incontestable étant ce qui touche à nos facultés spirituelles et aux actes intellectuels qui en découlent. Or l’usage de la langue tombe exactement sous ce registre où notre liberté est entière et où notre responsabilité est pleine.

La crainte du déshonneur

Parmi les biens possédés par chacun, se trouve le droit à l’honneur, à la réputation, à l’amitié, à la dignité. Ces biens extérieurs qui relèvent de la prérogative de la personne humaine sont faciles à arracher, à amoindrir. Ils sont constamment exposés, comme une propriété ouverte sans clôture à l’envie et à la curiosité des passants. L’homicide et la mutilation s’en prennent à une vie déjà établie. Les péchés de la langue, s’ils ne touchent pas au corps, vont essayer d’atteindre l’âme et constituent donc aussi une injustice grave. Saint Thomas, reprenant Aristote dans l’Éthique à Nicomaque, souligne : « L’homme use des choses extérieures, et, parmi elles, la place absolument première revient à l’honneur. Il est, en effet, ce qui approche le plus de la vertu, puisqu’il est le témoignage qu’on lui rend, qu’il est offert à Dieu et aux êtres les plus parfaits, et qu’enfin, pour acquérir l’honneur et éviter la honte, les hommes méprisent tout le reste » (II-IIæ, qu. 129, art. 1).

Il est bien sûr difficile de quoi sont réellement constitués ces biens extérieurs de l’honneur tout à fait particuliers. L’honneur n’est pas simplement le sentiment d’un état de bien-être moral. Il est, pour le Docteur angélique, grandeur d’âme et magnanimité. La crainte du déshonneur est donc ce qui affecte le plus l’homme sage et vertueux, mais pécheur malgré tout. La joie la plus vive ne réside pas dans la possession des richesses mais dans celle de l’honneur. Il est facile de le constater lorsqu’une personnalité, pourtant revêtue de tous les biens, se trouve être soudain l’objet de l’opprobre publique. Elle apparaît soudain comme nue et dépouillée de tout au regard des autres, soit saisis de pitié, soit au contraire (et ce groupe le plus nombreux) désireux de participer à la curée. L’honneur dépend du regard des autres sur nous. L’élément altruiste est central. Bossuet, dans son Sermon sur l’Honneur du monde, note très justement que l’homme va chercher son honneur dans l’opinion des autres. Pascal dira de la même façon dans ses Pensées : « Quelque possession que l’homme ait sur terre, quelque santé ou commodité essentielle qu’il ait, il n’est pas satisfait s’il n’est dans l’estime des hommes. »

Le droit à l’estime des autres

L’honneur est une richesse essentielle et, comme toute richesse, se définit par l’utilité qui est la mesure de sa valeur. Nous avons droit à l’estime d’autrui. Nous savons tous combien la véritable amitié est le bien le plus rare et le plus chérissable qui soit, toujours en danger d’être perdu. Notre nature humaine postule un tel droit, d’où découlent aussi la réputation, le respect etc. Ce n’est pas par hasard si le Sauveur a été dépouillé de ces droits inaliénables afin de se conformer à ce qui est le plus misérable. Mais même au cœur de sa déréliction et de son abandon, Il a bénéficié de la présence et de la fidélité de quelques êtres, sa Mère, des saintes femmes, quelques disciples. Bossuet remarquait que la privation de l’honneur crée une telle souffrance qu’elle peut nous ôter le goût de vivre et que mourir, comparé à elle, semble être bien doux. Celui à qui l’honneur est retiré vit une passion crucifiante et qui peut durer toute une vie. Aussi faut-il réfléchir à deux fois et tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d’exprimer un jugement ou une opinion qui risque de salir une personne car nous ne pouvons pas en peser les conséquences pour elle, sans parler du fait que nous salissons et abîmons notre âme par le péché mortel.

L’injustice des péchés de parole

Voilà pourquoi saint Thomas n’hésitera pas à assimiler l’outrage à une rapine et la diffamation à un vol, puisque l’honneur et la réputation sont des propriétés qui peuvent nous être dérobées contre notre corps défendant. L’injustice des péchés de parole est d’ailleurs double car elle commence par une action qui enlève l’honneur, tout en créant, dans le même temps, une signification naturelle qui va durer dans le temps. Je lance à la volée une parole médisante et cette dernière poursuit son œuvre délétère bien longtemps après que le souvenir s’en soit effacé de ma mémoire. Il n’empêche que je suis totalement responsable des conséquences d’un mot malheureux. Les circonstances sont aggravées lorsque mon action a pour but de nuire profondément et durablement à la personne, lorsque, régulièrement, je rajoute du combustible au feu de ma langue, soucieux de réduire en cendres celui qui hier était mon ami, et qui aujourd’hui est l’objet de mon mépris et de mes vilaines actions. L’intention qui précède l’acte est tout aussi peccamineuse que l’acte lui-même. L’intention est déjà un poignard. Elle n’a de cesse de se planter profondément dans le dos de celui que j’avais mis sur un piédestal et que, désormais, je passe mon temps à écraser.

La prétention de prendre la place du Juge

Se livrer à un tel exercice révèle notre petitesse d’âme et la capacité que nous avons à entretenir les pires sentiments. Personne ne sort grandi d’avoir retiré à un autre son honneur. Nous pensions accaparer cet honneur pour nous, mais il retombera sur nos têtes un jour ou l’autre, et, de toute façon, nous rattrapera au jour du Jugement. Notre Seigneur fut pourtant très clair au sujet de ceux qui s’arrogent le droit de juger les autres et d’utiliser leur langue pour refaire le monde à leur convenance. Jamais, même en présence du pire pécheur et d’une pécheresse publique, Il n’essaya de les abaisser en leur enlevant ce qui constituait leur être, à savoir leur honneur, maculé certes mais réel. Il savait qu’un homme auquel on dénie l’honneur n’est plus capable de bien. Comme il est écrit dans l’Ecclésiaste, « les paroles qui sortent de la bouche du sage sont pleines de grâce ; les lèvres de l’insensé le feront tomber dans le précipice » (X, 12). Il n’est pas de notre ressort de savoir si nous avons le droit de procéder au grand ménage du monde en traquant les autres et en dénonçant leurs méfaits, alors que nous passons notre temps à regarder les pailles et à négliger nos poutres. Il faut reconnaître que nous vivons dans un temps pourri où chacun a la prétention de prendre la place du Juge tout en cachant ses propres détritus. Nous devrions trembler car nos péchés de langue sont souvent plus terribles que les maux que nous avons la prétention de dénoncer.

Le culte de Pachamama de François se répand

Le culte de Pachamama de François se répand

La paroisse Sant Antoni Maria Claret de l’île baléarique de Minorque, en Espagne, a célébré la Pachamama lors d’une eucharistie de 10h du matin, le 3 novembre, dans le cadre du Novus Ordo.

Quatre invités ont participé à l’événement. Ils ont été présentés comme un « groupe de missionnaires itinérants » qui ont participé au Synode de l’Amazonie et sont retournés en Amazonie. Minorque n’est pas une escale pour un tel voyage.

Une effigie de Pachamama a été placée devant l’autel. Une autre attraction était un jeune homme aux seins nus, en surpoids, en jupe hula avec des plumes sur la tête.

Il se promenait pieds nus dans l’église avec une lampe à l’huile de noix de coco. Les trois autres, également pieds nus, vibraient et l’un d’eux utilisait un instrument à cordes primitif.

A en juger par les photos publiées sur les réseaux sociaux, l’assemblée n’a été que légèrement impressionnée par le spectacle.

https://gloria.tv/post/Qd1rAgR2FBWm3aAivQ9Q9jyej

Princesse Gloria, 20 prêtres, 80 savants : François le païen doit se repentir

Princesse Gloria, 20 prêtres, 80 savants : François le païen doit se repentir

Une centaine de prêtres et de laïcs du monde entier ont publié le 12 novembre une déclaration protestant contre le culte de la Pachamama pendant le Synode de l’Amazonie et soulignant la responsabilité personnelle de François.

La déclaration intitulée « Protestation contre les actes sacrilèges du Pape François » est publiée en plusieurs langues sur le site ContraRecentiaSacrilegia.org.

Il se réfère à la déclaration de Josef Seifert publiée sur Gloria.tv selon laquelle mettre des idoles dans une église est objectivement un péché grave, indépendamment d’une responsabilité subjective.

Parmi les signataires figurent les pères Brian Harrison, Cor Mennen, John Saward et Stefan Dreher, FSSP.

Les autres signataires sont les professeurs John Rist, Roberto de Mattei et Gerard van den Aardweg, ainsi que des célébrités comme la princesse allemande Gloria de Thurn et Taxis et l’ancien député allemand Willy Wimmer.

https://gloria.tv/post/ABm7Veyh7kmN4k6VrXngnfmaE

Le Cardinal Sarah devrait exorciser Saint Pierre – Monseigneur Bux

Le Cardinal Sarah devrait exorciser Saint Pierre – Monseigneur Bux

Saint Pierre a besoin d’être exorcisé après avoir été souillé par Pachamama, a déclaré Monseigneur Nicola Bux, à LaFedeQuotidiana.it (10 novembre).

Quand le clergé intronise une idole dans une église, le Seigneur l’abandonne, et il faudra le ramener, explique Bux.

Ainsi, « Le Cardinal Sarah, Préfet du Culte Divin, pourrait réaliser un exorcisme à Saint-Pierre et purifier ainsi la basilique. »

https://gloria.tv/post/3GUTH9kAckPg3pq1kBQw2MZLu

Notre Dame de la Paix… Convertissez-vous pour qu’un jour vous puissiez être avec Moi au Ciel

Message de Notre Dame de la Paix d’Anguera-Bahia-Pedro Regis – 01 11 2019 … Convertissez-vous pour qu’un jour vous puissiez être avec Moi au Ciel …

… Prenez soin de votre vie spirituelle. Ne perdez pas le Ciel. Aimez et défendez la vérité. Annoncez Jésus à tous Mes pauvres enfants. Ceux qui connaissent la vérité et sèment l’erreur perdront la Grâce de Dieu. Repentez-vous et servez le Seigneur avec fidélité …

Chers enfants, tournez-vous vers le Seigneur. Ne laissez pas les faciles séductions du monde vous éloigner du chemin du salut. Tout dans cette vie passe, mais la Grâce de Dieu en vous sera Éternelle.

Ce que le Seigneur a préparé pour vous, les yeux humains ne l’ont jamais vu. Réjouissez-vous, car vos noms sont déjà inscrits dans le Ciel. Prenez soin de votre vie spirituelle. Ne perdez pas le Ciel. Aimez et défendez la vérité. Annoncez Jésus à tous Mes pauvres enfants.

Ceux qui connaissent la vérité et sèment l’erreur perdront la Grâce de Dieu. Repentez-vous et servez le Seigneur avec fidélité. Dieu est pressé. Ce que vous avez à faire, ne le reportez pas à demain. Cherchez Jésus. Il vous aime et vous attend les Bras Ouverts.

Demeurez fermes sur le chemin que Je vous ai indiqué et vous serez proclamés Bienheureux du Père. Convertissez-vous pour qu’un jour vous puissiez être avec Moi au Ciel. Avancez sans peur.

C’est le message que Je vous transmets au nom de la Très Sainte Trinité. Je vous remercie de Me permettre de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. 

Soyez dans la paix. Amen.

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/11/4.880-message-de-notre-dame-de-la-paix-d-anguera-bahia-pedro-regis-01-11-2019-convertissez-vous-pour-qu-un-jour-vous-puissiez-etre-a

Les apparitions de la Vierge Marie au Laus, en France

Reconnues officiellement par l’Église en mai 2008

Le 4 mai 2008, lors d’une Messe solennelle, dans la Basilique de Notre-Dame du Laus, dans les Hautes-Alpes, le caractère surnaturel des apparitions de la Sainte Vierge à Benoîte Rencurel au Laus, a été reconnu par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, évêque du diocèse de Gap et d’Embrun. L’événement a été rehaussé par la présence de Mgr Fortunato Baldelli, Nonce apostolique en France.

Nous publions de larges extraits de ce qui a été publié le 24 avril 2008 par Zenit.org:

Soeur Benoîte Rencurel
Soeur Benoîte Rencurel, la voyante du Laus, à 41 ans, avec le voile de tertiaire de saint Dominique

Quelques mois après son arrivée sur le diocèse de Gap et d’Embrun, fin 2003, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a souhaité relancer le procès de béatification de Benoîte Rencurel. Au cours d’un voyage à Rome on lui a fait remarquer qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait reconnu officiellement les apparitions, étape importante dans la procédure de béatification d’une personne ayant bénéficié d’apparitions.

Quelques semaines plus tard, il mandatait le Père René Combal, en charge du dossier de béatification de la voyante, pour constituer une équipe d’historiens, de théologiens et de psychologues afin de réaliser une enquête à partir des documents d’archives. Après trois années de recherche et de réflexion, les sept spécialistes ont présenté leurs conclusions respectives, unanimes pour dire que rien ne faisait obstacle à une éventuelle reconnaissance du caractère surnaturel des événements vécus au Laus par Benoîte Rencurel.

Le résultat de cette enquête a ensuite été communiqué à Rome, conformément aux directives de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, qui n’a elle-même émis aucune objection à une telle reconnaissance.

Étape importante dans la vie du sanctuaire du Laus, la reconnaissance des apparitions permettra-t-elle d’accélérer la béatification de Benoîte Rencurel ? L’avenir nous le dira…

Apparitions de la Vierge Marie

Apparitions de Notre-Dame du Laus

Le Laus est un sanctuaire unique en France et en Europe par la durée et la diversité de ses apparitions.

La vénérable Benoîte Rencurel a bénéficié durant 54 ans d’apparitions de la Vierge, du Christ, d’anges et de différents saints en différents lieux: à Saint-Etienne d’Avançon, au vallon des Fours, à Pindreau, au Laus, à Embrun, à Gap, à La Saulce et à Marseille.

Par ailleurs, l’huile de la lampe du tabernacle de la basilique de Notre-Dame du Laus est un signe de la puissance de Dieu et de sa miséricorde. Encore de nos jours, de nombreuses guérisons physiques et spirituelles l’attestent.

Missions de Benoîte Rencurel

Des Manuscrits, rédigés au temps de la voyante, laissent apparaître en Benoîte Rencurel, une jeune bergère sensible, croyante et priante.

Au fil des apparitions, les témoins montrent une femme solide, pleine de bon sens, qui établit sa vie sur la confiance en la Vierge Marie. Ce mûrissement, indispensable à l’équilibre spirituel et affectif de la voyante, se renforce par des heures de prières et une grande ascèse.

Benoîte découvre peu à peu, au long des dialogues et des enseignements de la Mère de Dieu, la souffrance des pécheurs et en même temps leur salut en Jésus-Christ par sa Croix et sa Résurrection.

Elle propose aux pèlerins de se tourner vers les sacrements, notamment la confession et l’eucharistie.

Les guérisons à Notre Dame du Laus

Au temps de Benoîte, les toutes premières guérisons du Laus concernaient aussi bien les adultes que les enfants. Nombreux furent ceux qui, très gravement déficients visuels, guérirent miraculeusement de ce que l’on appelait à l’époque une taie sur l’œil. Après avoir appliqué de l’huile du sanctuaire sur leur organe blessé, ils voyaient parfaitement clair.

(Au début de l’an 2000), une dame belge se présente un jour à l’accueil du sanctuaire, annonçant qu’elle est guérie d’une hernie discale qui s’extériorisait. En raison de son état, il avait été question de l’opérer dans l’urgence. Ce à quoi elle avait répondu: «Non docteur, vous ne m’opérerez pas; c’est Marie qui va me guérir!» Le chirurgien avait souri et dit avec ironie: «Vous croyez encore aux miracles?» «Oui, docteur!» avait-elle dit. Quatre mois plus tard, le chirurgien, ne la voyant pas venir comme prévu, s’en était inquiété, l’avait convoquée et lui avait fait passer un scanner. Stupeur, il n’y avait plus rien. La patiente de lui dire alors: «Docteur, vous y croyez aux miracles maintenant?» «Oui, madame, lui répond-il, ce que vous aviez n’était guérissable que par une intervention chirurgicale.»

La messagère de la Vierge Marie

Benoîte Rencurel, messagère de la Vierge Marie, laïque missionnaire et vierge consacrée du tiers-ordre de Saint Dominique, est la fondatrice du Sanctuaire de Notre-Dame du Laus qui attire depuis ses origines de nombreux pèlerins.

Née en septembre 1647 à Saint-Etienne d’Avançon, qui se trouvait alors sur le territoire de l’archevêché d’Embrun, elle est contemporaine du roi Louis XIV (1638-1715).

En 1654, la petite fille de sept ans perd son père et se retrouve avec sa mère Catherine et ses deux sœurs, Marie et Madeleine, dans une situation de grande pauvreté.

En mai 1664, la Mère de Dieu commence à lui apparaître quasi quotidiennement au Vallon des Fours, près de son village où elle garde son troupeau. Ces apparitions transforment son comportement et sa vie spirituelle. Après deux mois d’absence, la Vierge se manifeste de nouveau à Pindreau à la fin septembre 1664. Elle conduit Benoîte au hameau du Laus où Elle lui fait connaître son projet: «Elle a destiné ce lieu pour la conversion des pécheurs»; et Elle lui annonce que «beaucoup de pécheurs et de pécheresses viendront ici se convertir», lui demandant de «prier sans cesse» pour eux.

Carte de Notre-Dame du Laus

Dès le printemps suivant arrivent les premiers pèlerins: 130 000 en 18 mois. Confessions d’une rare qualité, conversions et guérisons attirent l’attention des prêtres et de l’autorité ecclésiastique. Benoîte commence à exercer sa mission d’accueil, de prière et de pénitence en mettant en œuvre son charisme de connaissance des cœurs. A la suite de la guérison de Catherine Vial, paralysée des jambes pendant six ans, le vicaire général Antoine Lambert, reconnaît le «doigt de Dieu» et autorise la construction de l’église qui deviendra plus tard la basilique de Notre-Dame du Laus. Il nomme des prêtres au service du pèlerinage.

Après une vie exemplaire, la Servante de Dieu meurt au Laus dans une maison toujours visible actuellement, le 28 décembre 1718 en odeur de sainteté, (à l’âge de 71 ans).

Développement du sanctuaire

Après la mort de Benoîte, le sanctuaire s’est développé comme la Vierge l’avait annoncé.

Sanctuaire Notre-Dame du Laus

Elle avait dit que les ossements de Benoîte feraient des miracles et que les malades viendraient de toutes parts et de bien loin pour obtenir la guérison. Elle avait de plus affirmé: «J’ai choisi ce lieu pour la conversion des pêcheurs». Un ange avait également annoncé: «Le Laus est l’ouvrage de Dieu, que ni l’homme ni le démon avec toute leur malice et leur rage, ne sauraient détruire, qui subsistera toujours plus florissant jusqu’à la fin du monde et fera de grands fruits partout».

La guérison miraculeuse de Lucrèce Souchon en 1720, reconnue par l’évêque de Gap, atteste la sainteté du lieu. Passé l’orage de la Révolution, la générosité des foules permet l’embellissement et l’extension du sanctuaire avec l’arrivée en 1818 des pères Oblats de Marie Immaculée. Avec eux, le Laus connaît une nouvelle impulsion missionnaire. Ils sont remplacés en 1842 par les missionnaires diocésains de Notre-Dame du Laus. Mgr Depéry, nouvel évêque de Gap, fait recopier intégralement par l’abbé Joseph Denis Galvin les manuscrits du Laus écrits au XVIIe et XVIIIe siècles. C’est la fameuse copie authentique des manuscrits du sanctuaire de Notre-Dame du Laus, reproduite en fac-simile à 500 exemplaires en 1996, en vue du procès de béatification.

En 1854, le même Mgr Depéry, obtient du pape Pie IX l’autorisation de couronner la statue de Notre-Dame du Laus. La cérémonie se tient le 23 mai 1855 en présence de 40 000 pèlerins. Le 18 mars 1894, le sanctuaire est élevé au titre de basilique mineure par le pape Léon XIII.

La seconde moitié du XIXe siècle et la première partie du XXe furent des temps d’activité intense pour le pèlerinage du Laus. Les missionnaires font connaître le lieu dans les grands congrès eucharistiques en France et en Belgique, les Oblats de Marie Immaculée au Canada. C’est alors la fondation dans le diocèse de Mont-Laurier (Québec) de la paroisse de Notre-Dame du Laus par le père Eugène Trinquier, originaire de Chorges. Plusieurs autres églises au Québec sont dédiées à Notre-Dame du Laus dont l’église de Philipsburg.

Le 31 juillet 1981, Jean-Paul II autorise le nouvel examen de la cause de béatification de Benoîte qui était arrêtée depuis 1913.

En 1996, une nouvelle demande pour la béatification de Benoîte est introduite à Rome.

Le 4 mai 2008, le caractère surnaturel des apparitions est reconnu par Mgr Jean-Michel di Falco, évêque de Gap et d’Embrun. Les dernières apparitions officiellement reconnues en France, étaient celles de Lourdes, il y 146 ans.

Le Laus est toujours et plus que jamais un lieu de conversion, transformation, régénération et de découverte profonde de la miséricorde divine. — Fin des citations par ZENIT.org

Benoîte, victime pour le salut des pécheurs

Nous aimons vous citer d’autres informations sur la voyante Benoîte Rencurel qui avait été publiées dans Vers Demain du 15 mars 1964:

Apparition de Notre-Dame du Laus

Il ne faut pas conclure que la vie de la voyante, Benoîte Rencurel, ait été exempte de croix. Be­noîte fut, au contraire, une victime, une extraordinaire victime de Dieu, associée à Jésus pour le salut des pécheurs.

Elle eut à souffrir de grands tourments de la part du démon lui-même, de jour et de nuit, comme elle en fut prévenue par Notre-Dame en 1684. L’Homme Nouveau du 1er septembre 1963 en donne un aperçu:

«Comme devait l’être plus tard le saint Curé d’Ars, elle fut terriblement malmenée, physiquement, dans sa pauvre chambre, battue, traînée par les cheveux, à en épouvanter sa mère qui, à une époque, vivait avec elle. Le démon brisait sa vaisselle et ses meubles, il lui tordait les bras.

«Il l’emportait parfois sur le haut des falaises des Franches ou du Nid d’Aigle, et de là la laissait rouler dans le ravin. La pauvre fille rentrait chez elle couverte d’affreuses blessures que les mémorialistes de l’époque affirment avoir vues.

«La nuit du 16 septembre 1701, alors que Benoîte avait ainsi été maltraitée et laissée loin dans la montagne, un ange l’éclaira d’un flambeau rayonnant pour qu’elle reconnut son chemin. Un oratoire, l’Oratoire de l’Ange, marque aujourd’hui ce lieu, comme une tache blanche au sommet de la montagne qui jalonne la route de Gap.

«Des formes hideuses se montraient à elle, vomissant l’outrage et le blasphème. Elle supporta tout avec patience, sachant que l’œuvre de Dieu ne s’opère jamais sans être contrariée par la malice des hommes et les ruses de Satan.» — L’Homme Nouveau

Benoîte eut aussi à subir des persécutions. Les plus pénibles lui vinrent de jansénistes (qui) … cherchaient à détruire la réputation de la voyante et à ruiner le pèlerinage …

Un ange vint cependant la consoler, lui déclarant de la part de la sainte Vierge que le Laus subsisterait toujours florissant, jusqu’à la fin du monde, en produisant de grands fruits de salut.

La lutte dura vingt ans. Mais le «rien» entre les mains de Marie triompha du «fort armé» qui servait Satan.

Sœur Benoîte Rencurel fut déclarée Vénérable par le Pape Pie IX, le 7 septembre 1871.

Benoîte et les stigmates

Soeur Benoîte Rencurel en extase devant l'image du Christ
Sœur Benoîte extasiée devant l’image du Christ qui lui apparaît
ensanglanté sur la Croix d’Avançon. Elle reçoit les stigmates

Extraits tirés du livre «Histoire Merveilleuse de Notre-du Laus, Refuge des pécheurs:

Un jour du mois de juillet 1671, Benoîte moissonnait en compagnie d’autres personnes au champ de blé appartenant à la chapelle. Tout à coup, elle quitte sa faucille et se dirige vers la Croix d’Avançon. A peine est-elle agenouillée que le Sauveur lui apparaît tout sanglant et agonisant tel qu’il était sur le Golgotha: «Ma fille, lui dit-il, je me fais voir en cet état pour te faire participer à ma passion. » Dès ce moment, Benoîte fut crucifiée une fois par semaine: du jeudi soir à 4 heures jusqu’au samedi à 9 heures du matin, elle restait étendue sur son lit, les bras en croix, les pieds l’un sur l’autre, immobile, moins flexible dans tout son corps qu’une barre de fer, et endurant ce que le Sauveur a enduré dans sa passion. Ces douleurs du vendredi cessèrent pendant la construction du couvent des prêtres au Laus, afin, dit la Sainte Vierge à Benoîte, qu’elle pût distribuer les vivres aux ouvriers et surveiller leur travail. Lorsque Notre-Seigneur inspirait à Benoîte de se rendre à la croix d’Avançon elle en était toujours prévenue par des odeurs d’une suavité indicible. Ces parfums étaient de beaucoup supérieurs à ceux qui signalaient la présence de la Mère de Dieu.

https://www.versdemain.org/articles/eglise-catholique-romaine/item/les-apparitions-de-la-vierge-marie-au-laus-en-france

Luz Amparo Cuevas – L’humilité consiste à accepter toujours avec joie et avec résignation toutes les choses que Dieu nous envoie

Résultat de recherche d'images pour "luz amparo cuevas"4 Juin 2000

« Bonjour à tous. Veuillez pardonner mon retard, je n’habite pas tout près d’ici. Je suis prête à répondre à vos questions. »

L’Orgueil et l’Humilité
« Vous me demandez de vous parler de l’orgueil et de l’humilité dont il a été question dans le message d’hier. L’orgueil est le fait d’une personne qui se croit supérieure à toute autre personne. L’orgueil ressemble beaucoup à la superbe. La superbe, nous la confondons souvent avec la colère. L’orgueilleux est vaniteux, il regarde l’autre du haut de sa grandeur. Il pense qu’il n’a besoin de rien ni de personne. Il pense qu’il a toutes les valeurs et toutes les vertus. Le mot lui-même le dit et nous le comprenons bien tous. L’humilité, c’est tout le contraire. L’humilité consiste à accepter toujours avec joie et avec résignation toutes les choses que Dieu nous envoie, à aimer et à respecter les autres, à ne jamais considérer les autres comme inférieurs à nous, à ne nous jamais considérer comme supérieurs aux autres, mais au contraire à nous considérer comme rien, à penser que nous ne servons à rien, et que le peu que nous avons et que nous pouvons faire pour Dieu, nous l’avons et nous le faisons par la grâce de Dieu; bref, toujours nous diminuer nous-mêmes afin que le Christ grandisse, considérer les autres plus grands et avec plus de vertus que nous, ne pas nous voir nous-mêmes remplis de vertus et ne pas considérer les autres comme s’ils ne servaient à rien. Je ne sais pas ce que je pourrais dire de plus à ce sujet. Don José, notre Chapelain, est là et il parlera mieux que moi de ce qu’est l’humilité (1)
Peut-être vous l’expliquera-t-il d’une autre façon que moi, peut-être le comprendrez-vous mieux que moi. »
Don José Arranz
« Je crois que vous la comprenez parfaitement. L’humilité, c’est se considérer plus bas que nous-mêmes. L’orgueilleux se considère comme plus haut qu’il ne l’est lui-même. Et c’est pourquoi Amparo a dit que l’orgueilleux et le superbe ne veut pas être en des lieux pauvres, austères, cela répugne à l’orgueilleux, et cela elle l’a bien dit. »

Comment Amparo voit la T. S. Vierge
« Vous me demandez comment je vois la T. S. Vierge. Eh bien, c’est ce que je me demande moi-même: comment puis-je donc voir la Sainte Vierge! Comment puis-je voir ces choses-là! Comment puis-je mériter de voir cela! Je me souviens que lorsque tout a commencé, je me suis dit: pourquoi à moi! Pourquoi à moi! Pourquoi pas au Saint Père? Car je ne vais pas savoir répondre ni me défendre au sujet de ce qui est en train de m’arriver. Cette question que vous m’avez posée, c’est celle que je me suis posée à moi-même le premier jour. Pourquoi à moi, qui suis véritablement une misère? Je n’étais même pas pratiquante au début, je ne sais pas prier. J’avais perdu ma mère à seize mois, ma vie a été assez dure, parce que mon père s’est remarié, et cette situation était bien triste. Ce que je savais, c’étaient les trois Ave Maria, que je récitais depuis ma petite enfance, je ne sais même pas qui avait pu me les apprendre. Mais je ne savais pas faire autre chose. Et à l’Eglise, je savais aussi que quelque chose existait, je ne pouvais pas dire qu’il s’agissait de Dieu, d’un Créateur, mais de quelque chose, et je savais qu’il pouvait exister quelque chose dans un autre monde. Je n’ai jamais nié cela, je disais: il doit bien y avoir quelque chose, mais je ne savais pas ce qu’il y avait. J’entrais parfois dans l’église. Je me souviens, alors que j’étais petite, être entrée dans une église de ma province natale de la Mancha, et là j’ai vu Jésus représenté dans un tombeau, et je me suis mise à pleurer en le voyant. A une autre occasion, j’ai vu le film de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur, et là aussi j’ai beaucoup pleuré, surtout lorsque j’ai vu le regard plein de larmes de la Vierge quand Elle rencontre son Fils. Je ne connaissais pas le catéchisme, mais j’étais allée à l’église une fois ou autre pour un baptême ou un mariage. Et quand j’entendais dire que Jésus était là, dans le tabernacle, je ne le croyais pas possible. Je me disais: comment est-ce possible qu’un homme soit là-dedans avec son corps et son âme? Je ne le comprenais pas. »

Une enfance malheureuse
« J’étais donc ignorante des vérités de la Foi. Mais pourtant je ne les ai jamais niées, je ne les comprenais pas. Quand j’étais toute petite, j’allais d’un village à un autre.. Je suis originaire d’un petit village qui s’appelle El Pesebre (La crèche), un tout petit hameau où il n’y a ni église, ni médecin, ni instituteur. Et aujourd’hui encore, c’est pareil, on croirait avoir affaire à des hommes primitifs. Lorsque les gens voyaient par la fenêtre arriver quelqu’un, ils s’échappaient en courant. Je ne savais rien jusqu’à ce que je sois devenue un peu plus grande. Je savais qu’il y avait l’Eglise, mais je n’en connaissais pas la signification. Je me souviens que quand je voyais routes les petites filles qui faisaient la communion, et qu’à moi personne ne me disait de la faire, j’ai été trouver des religieuses qui étaient là et je leur ai dit: je voudrais faire ce que font ces retires filles. Alors on m’a mis un uniforme, avec un col dur, je m’en souviens, elles m’ont conduite à la paroisse et j’ai fait ma communion. C’était à la paroisse Saint Jean d’Albacete. Et je veux vous dire que j’avais un grand désir de faire ma communion, mais sans savoir et sans comprendre. Une religieuse, qui s’appelait Sœur Joséphine, me disait: tu as reçu le Seigneur, Il est en toi. Et j’avais les mêmes pensées qu’au sujet de la présence de Jésus dans le tabernacle. Comment un homme en corps et en âme peut-il contenir dans ma poitrine? Je voyais des statues, de Notre Seigneur et de la Sainte Vierge, et elles me touchaient beaucoup sans que je comprenne. Et parfois, quand on me donnait une correction, j’allais d’un village à l’autre, à l’âge de neuf ans, je me mettais à prier les trois Ave Maria que je savais, derrière quelque chêne vert, et toujours j’ai eu une protection très grande comme la Vierge me l’a dit dans le message d’hier. Je traversais des rivières sans savoir nager, le courant aurait pu m’emporter, moi je ne voyais pas le danger, mais j’ai toujours été protégée. Je traversais car j’avais faim et qu’on ne me donnait pas à manger, j’allais seule dans la campagne, j’allais d’un village à l’autre, et je priais pour qu’on ne me batte pas. Ma marâtre nous envoyait, ma sœur et moi, vendre des herbes comestibles, qui ressemblaient à des épinards, que l’on mange à la campagne. A partir de sept ans, j’ai commencé à garder des brebis et des cochons, et je passais toute la journée dans la campagne, toute seule, sans parler à personne. J’étais très heureuse dans la nature. Il me semblait que quelqu’un me protégeait, et que je ne me trouvais pas seule, même si en fait je l’étais. Et quand mon père s’est remarié je ne m’entendais pas très bien avec ma marâtre, elle nous battait et parfois nous essayions d’échapper à ses coups, et nous allions demander qu’on nous donne à manger; elle nous envoyait pour vendre ces herbes, et des sortes de chardons, que l’on mangeait aussi. Je voyais plus souvent ces chardons que des pois chiches. Et notre marâtre nous disait: si vous ne vendez pas ces herbes, ne revenez pas. Et si nous ne les avions pas vendues, nous avions peur de rentrer à la maison. Et nous restions dehors, sous un buisson, de longues heures, dans le froid, avec de maigres vêtements sur le corps. Le jour où vous lirez mon autobiographie, vous verrez tous ces épisodes de mon enfance et de ma jeunesse. A cette époque, la Sainte Vierge ne s’était pas encore manifestée à moi, j’étais si petite et dans une telle situation, et il m’arrivait des choses vraiment étonnantes, mais je ne croyais pas que cela venait de Dieu. Je constatais que des choses m’arrivaient, mais je ne pensais pas que cela pouvait venir de Dieu, parce que je ne savais rien ni de Dieu ni de la Très Sainte Vierge. Je disais toujours: maman est au ciel, et quand j’étais à genoux derrière ces petits arbres dont j’ai parlé, je priais pour ma maman qui était au ciel. Mais je ne pratiquais pas, et je n’étudiais pas le catéchisme, parce qu’on ne me l’avait jamais appris. »

Comment tout a commencé

Et quand tout ceci m’est arrivé (2), j’ai été la première à dire: pourquoi à moi? Je ne vais pas savoir faire face à ce qu’on attend de moi. La première fois que ceci m’est arrivé, il y avait avec moi une petite fille de sept ans, Béatrice, qui est maintenant consacrée comme Réparatrice (3). Quand la petite a vu que je saignais aux mains, au front (moi je ressentais seulement des douleurs intenses), elle me dit: mais qu’est-ce que c’est? Moi je ne savais pas ce que c’était, je pensais que c’était peut-être un châtiment de Dieu, mais je n’étais sûre de rien. Et c’est alors que le Seigneur me dit: Ma fille, c’est la Passion du Christ. Et moi je dis: je meurs, je ne peux pas supporter ces douleurs. Et le Seigneur me dit: Ma fille, c’est une épreuve (parce qu’il s’agissait seulement des mains et du front), mais tu la subiras entièrement. Il m’a demandé si je voulais, et moi je Lui répondis: Seigneur, je ne vais pas pouvoir le supporter. J’ai compris en effet que c’était le Seigneur Jésus qui me parlait parce que j’ai vu une croix, en l’air, et sur la croix, un homme, tout déchiré, ensanglanté, avec une couronne sur le front, les mains, les genoux et les pieds ensanglantés, et moi en voyant ce tableau, je disais: qu’est-ce que c’est? Je ne savais pas ce que c’était. Et le Seigneur me dit: ceci est la Passion du Christ, ma fille. C’est une épreuve de ma Passion. Veux-tu l’endurer? Et moi, je Lui dis: pourquoi moi? Je ne vais pas pouvoir supporter ces douleurs! Ma fille, me répondit le Christ, si toi tu ne sais pas supporter quelques moments ces douleurs, combien de douleurs J’ai pu endurer moi-même en mourant pour ceux-là même qui étaient en train de me crucifier! Et alors je Lui dis: Seigneur, avec votre aide, je supporterai tout. La petite et moi nous nous sommes agenouillées et nous nous sommes mises à prier, mais sans savoir prier. Je disais: qu’est-ce que c’est? qu’est-ce que c’est? C’était quelque chose de si nouveau pour moi que je ne le comprenais pas. J’étais en train de travailler chez mes patrons lorsque cela m’est arrivé, et je me suis dit: je vais descendre chez le concierge (4) pour lui demander ce qu’il en pense. C’est alors que la petite Béatrice m’a dit: Amparo, le sang que tu avais sur le front et aux mains a disparu. C’étaient des douleurs horribles, je ne sais pas si on peut trouver des douleurs semblables. Mais pourtant, malgré ces douleurs, on a envie de crier à tout le monde: Dieu existe, Dieu existe! On a envie de sortir en courant pour le dire à tout le monde. Mais si je sors en criant, me disais-je, on va dire que je suis folle! C’est ainsi que je suis descendue chez le concierge et je lui ai dit: regarde, il m’est arrivé une chose, je ne sais pas si tu vas le croire: j’ai commencé à saigner sur les mains et sur le front, et il m’est arrivé ça et ça. Toi. me répondit-il, ce que tu dois faire, c’est aller voir un psychiatre. Peut-être, me disais-je, je dois aller voir un psychiatre, car il m’arrive quelque chose de bizarre. Pourtant, un jour, j’allais à mon travail. Le Seigneur me suivit de chez moi à l’endroit où j’allais travailler. J’y allais tôt le matin et j’en revenais tard le soir. Et je voyais un monsieur que je connaissais, mais je ne savais d’où je le connaissais. Il était très beau, d’une beauté inexprimable. Je n’avais pas peur, j’étais tranquille. Et je dis au concierge: regarde, voilà le monsieur qui m’a suivie d’autres fois, c’est sans doute le Seigneur. Le concierge est sorti en disant: voyons, où est ce monsieur? Comme il ne voyait rien, alors que moi je le voyais, il ajouta: va, ma fille, cours vite chez le psychiatre, tu as des hallucinations. Moi, je ne sais pas ce que c’était que les hallucinations, mais comme je ne voulais pas me fâcher avec lui, je suis montée pour travailler, sans rien dire. Le lendemain, il m’est arrivé la même chose, mais je n’ai rien dit au concierge. Il me dit: aujourd’hui il ne t’est rien arrivé? Je ne lui répondis pas. Il ajouta: compose vite le numéro de téléphone d’un psychiatre, sinon je le fais moi-même. Il se moquait un peu de moi. Je me souviens que je me suis arrêtée et que j’ai dit: je crois que je n’ai pas besoin d’un psychiatre; ce que j’ai vu, je l’ai vu. Et à ce moment-là, je suis tombée à genoux, et c’est alors que j’ai reçu les stigmates, partout, aux pieds, aux genoux, aux mains, au front. Et alors cet homme, qui était constamment en train de blasphémer, et qui ne se préoccupait quotidiennement que de son travail en étant totalement indifférent à l’égard de Dieu, est tombé à genoux et s’est mis à prier, à prier. Et alors il a dit: qu’est-ce que c’est? qu’est-ce que c’est? Il ne savait que répéter cela. Je lui dis alors: maintenant nous sommes trois fous: la petite, toi et moi. On va devoir nous conduire tous les trois chez un psychiatre. Mais tous les trois nous avons gardé le silence sur ces choses, car nous avions peur qu’on nous traite de fous. »

Première Stigmatisation publique
« Je sortais pour aller chercher du pain, et je savais, lorsque je voyais apparaître des taches sur les mains et sur les pieds, que cela allait arriver, et à ce moment-là je ne sortais pas de la maison. Un jour, c’était un vendredi, je n’avais pas vu les taches sur les mains, et j’allai à la boulangerie, je demandai le pain, et j’étais en train de parler avec la boulangère lorsque la même chose m’est arrivée, la stigmatisation, alors que les gens entraient et sortaient de la boulangerie. Et moi je pleurais, je disais: qu’on m’emporte d’ici. La boulangère disait: c’est de Dieu, je n’ai jamais vu une chose semblable. A la fin, je lui dis: s’il vous plaît, ne le dites à personne. Non, non, je ne dirai rien à personne, et elle le raconta à toute la ville. Les gens me regardaient, ce fut horrible. Ce fut une très mauvaise expérience. Je n’osais plus sortir de la maison pour aller dans la rue, j’avais peur qu’on se moque de moi, je pleurais et je me disais: pourquoi faut-il que ces choses m’arrivent à moi? Je croyais que je n’allais pas savoir quoi répondre à ce qu’on allait me demander. La première des choses qui vous arrivent, c’est que les amis vous abandonnent. Ce n’est pas que j’aie eu beaucoup d’amis: la seule chose que je faisais, c’est d’aller de ma maison à mon travail. Je n’aimais pas sortir, non pas que cela ne m’ait pas plu, mais j’avais sept enfants, et je ne connaissais que le travail, à la maison et chez mes employeurs. Mais quand tout ceci m’est arrivé, vous ne pouvez pas savoir toutes les larmes que j’ai versées, et je me suis mise à sourire à tous ceux qui me regardaient et qui se moquaient de moi. Ce fut une expérience terrible: des personnes que vous aviez connues et qui cessaient de vous parler. Et pourtant la seule chose que je faisais, c’était de sourire, mais à l’intérieur, je me disais: mais pourquoi? Pourquoi le Seigneur permet-il qu’on se moque de moi? Jusqu’à ce que j’ai pu comprendre plus tard. Ensuite, ces moqueries, elles me manquaient, parce que j’étais habituée à tout cela. Et le Seigneur me disait: ma fille, c’est grand et beau pour toi de pouvoir offrir toutes ces humiliations. Et ainsi j’ai pu m’y faire, mais ça m’a coûté deux ans à m’y habituer, à regarder les gens, à sortir de nouveau. Le Seigneur m’a dit de sortir, et qu’il me donnerait les stigmates là où Il le voudrait. J’ai alors recommencé à sortir. J’étais devenue indifférente et souvent même ça m’amusait de voir que des personnes qui m’aimaient avaient cessé de m’aimer. Il est bon de savoir ce que valent les affections de la terre. Avec tout cela le Seigneur m’a appris peu à peu à me détacher et à ne plus m’attacher, parce que j’ai vu ce que nous sommes, les êtres humains, et jusqu’où nous pouvons arriver. Ce que je vous ai raconté, ce n’est qu’une petite partie de tout ce qui m’est arrivé. Jusqu’à présent, je n’en avais pas parlé. Aujourd’hui ce sujet m’est venu à l’esprit, et vous avez participé un peu à ce à quoi le Seigneur m’a fait participer. Le Seigneur m’a appris à être humble. En fait, j’étais très timide, et ceux qui me connaissaient autrefois et qui me revoient aujourd’hui disent que je ne suis pas la même personne. Je peux même dire que je suis éveillée, car je ne l’étais pas: si on me disait quelque chose, je baissais la tête, je ne disais rien, je pleurais, je pleurais, et maintenant je me tiens droite, je ne pleure plus, je suis forte, je parle, avec charité car la charité est très importante, mais je dis toujours la vérité avec clarté. Ça oui, les gens qui me connaissaient disent que je ne suis plus la même, et même ils me considèrent comme un peu effrontée. L’humilité s’acquiert à force d’épreuves, à force de se laisser moudre comme le grain de blé. Certes, il me manque beaucoup d’humilité, il me manque beaucoup pour être humble, mais avec la grâce de Dieu on peut tout obtenir. Je crois surtout que la personne qui est humble est incapable, en raison de son humilité, de faire du tort. Je crois en effet que l’humilité est unie étroitement à la charité, et je crois qu’une personne qui a de la charité, de l’amour, est humble, douce; l’amour est très lié à l’humilité. Nous devons demander au Seigneur qu’il nous apprenne à être humbles et qu’il nous apprenne à aimer. Parce que si nous aimons, nous ne pouvons faire de tort à personne, parce que le cœur ne le permet pas. Si nous avons le cœur enflammé de l’amour de Dieu, nous ne pouvons faire de tort à personne. Donc tous unis, vous dans vos villages, nous en ce lieu, nous prierons. La prière bien faite peut obtenir tout ce que nous demanderons au Seigneur. Car Il a pitié de nous. Au moyen de la prière nous parlons avec Lui, nous unissons notre cœur au sien, et alors Lui nous accorde ce que nous Lui demandons. Nous devons prier en silence et avec dévotion, et faire en sorte que notre prière soit profonde, pour que le Seigneur nous écoute. Ne tombons pas dans la routine. Quand nous prions le Notre Père, réfléchissons ce que signifie chaque mot, parce que dans le Notre Père tout est dit, c’est la prière que Jésus nous a apprise. Nous avons deux bons maîtres, Notre Seigneur et la Très Sainte Vierge. Allons vers eux, comme dit Notre Seigneur, même si nous avons nos misères. Mais si nous avons le désir d’aller à Lui, Il nous ouvre ses bras, Il nous ouvre son Cœur et Il nous apprend tout, aussi bien les règles d’humanité que les règles de charité. »

Comment Amparo voit la Vierge
« Comment je vois la Sainte Vierge? Je La vois avec des yeux très beaux, verts, couleur de blé, les cheveux roux, très longs, frisés, le teint brun, non pas noir mais doré, des lèvres très belles, charnues, très bien formées. Elle a environ un mètre soixante-dix, Elle est mince. Je ne peux pas vous dire autre chose, sauf qu’Elle est d’une très grande beauté, une beauté si grande qu’il n’en est pas d’autre à laquelle on puisse la comparer.
Notre Seigneur ressemble beaucoup à la Très Sainte Vierge, sa Mère. Ses cheveux sont les mêmes. Il a de grands yeux, et une beauté telle qu’on en tomberait inévitablement amoureux si on Le voyait. Si vous Le voyiez, vous seriez muets d’admiration. Il éblouit aussi bien par son âme que par son corps, on tombe amoureux de son humanité et de sa divinité. Vous Le verrez, et vous verrez la Très Sainte Vierge quand vous irez au Ciel, et leur vue seule vous remplira de bonheur…. »

(1)-Dans cette réaction pleine d’humilité de Luz Amparo, nous avons un exemple frappant de son comportement constant: de même que Sainte Thérèse d’Avila avait toujours recours aux « lettrés », ces grands théologiens dont elle aimait recevoir lumière et conseils, pour se faire instruire sur des points ardus de théologie dont elle avait une connaissance intuitive ou par révélation divine, Luz Amparo confronte toujours ses propres connaissances ou ses propres révélations à la science théologique de son Chapelain qui représente en outre auprès d’elle l’Autorité hiérarchique de l’Eglise. Nous avons été maintes fois les témoins admiratifs de ce comportement.
« Je te bénis, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de les avoir révélées aux petits » (Mt 11, 25). C’est par ces paroles de Jésus que Jean-Paul II a commencé son homélie à la messe de béatification des deux pastoureaux de Fatima. Ce sont ces mêmes paroles qui viennent spontanément à l’esprit des pèlerins français qui ont le bonheur d’entendre l’humble instrument de Dieu s’adressant à eux dans la grande salle de la « Nave » le premier dimanche de chaque mois. »
(2)-Les manifestations mystiques.
(3)-La fille de Miguel et Julia Martinez, ses employeurs.
(4)-Marcos Vera Torres, témoin de la première heure, qui fait partie aujourd’hui de la Communauté fondée par Luz Amparo.

Toutes les causeries : https://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/04/luz-amparo-les-causeries.pdf

Ancien directeur de la Banque du Vatican : Voilà la raison du réchauffement de la planète

Ancien directeur de la Banque du Vatican : Voilà la raison du réchauffement de la planète

Largement inconnu du public, Ettore Gotti Tedeschi, 74 ans, a révélé la cause du réchauffement climatique dans son livre d’interview Un mestiere del diavolo (« Un métier du diable »).

Gotti Tedeschi est un économiste italien et l’ancien président de la Banque du Vatican.

Il explique que le réchauffement climatique est dû au nombre excessif et imprévu d’âmes qui vont brûler en enfer parce que les prêtres les ont trompés en leur enseignant une fausse doctrine.

https://gloria.tv/post/8YaSFAqaAXYzDSCtvWSNGiXZH

Pape St Pie X – Un grand mouvement d’apostasie est organisé dans chaque pays pour l’établissement d’une seule église mondiale

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Pape St Pie X – Un grand mouvement d’apostasie est organisé dans chaque pays pour l’établissement d’une seule église mondiale qui n’aura ni dogmes, ni hiérarchie, ni aucune discipline pour l’esprit, ni de frein pour les passions, et qui sous prétexte de liberté et de dignité humaine ramènerait au monde le règne de la ruse et de la force légalisées, l’oppression des faibles et de ceux qui travaillent et souffrent.

Pour François l’Église « ne sert plus à rien »

Pour François l’Église « ne sert plus à rien »

« François sait choisir les pires collaborateurs imaginables pour leur confier des tâches importantes « , écrit PezzoGrosso sur MarcoTosatti.it (11 novembre).

Il mentionne GalantinoBassettiRicca, et Zanchetta.

De plus, Francis n’est pas en mesure d’évaluer le travail des personnes qu’il a confirmées à des postes clés comme BecciuMaradiagaParolin, et Brülhart.

Cependant, PezzoGrosso croit que cette mauvaise gestion est faite exprès : « L’Église doit devenir pauvre en doctrine et en ressources pour pouvoir se suicider et disparaître.

François croit que toutes les religions sont égales, donc l’Église peut encore « écouter » et « apprendre », mais l’enseignement et l’évangélisation ne sont plus pertinents, « l’Église ne sert plus à rien ».

https://gloria.tv/post/gActufJiXzKb1YDsWK7qRECRt

La chapelle d’un hôpital argentin dédiée aux « Trois Religions »

La chapelle d’un hôpital argentin dédiée aux « Trois Religions »

L’hôpital Néstor Kirchner de San Miguel de Tucumán, en Argentine, a inauguré un oratoire consacré aux religions chrétienne, musulmane et juive.

L’aumônier de l’institution, le père José Antonio Berengel, a expliqué que beaucoup de gens se relient à « leur Dieu » à l’hôpital, « et cet oratoire est sous les trois titres des religions juive, musulmane et chrétienne ».

Berengel a exprimé sa conviction  » que nous ne nous concentrons pas sur les religions, nous nous concentrons sur la spiritualité de l’homme « , comme si la seconde n’était pas une petite partie de la première.

https://gloria.tv/post/CpyjTuioFrJ82NawaAAvb7D6t

La restauration de la culture chrétienne passe par la restauration de la liturgie – par le professeur Rubén Peretó Rivas

La restauration de la culture chrétienne passe par la restauration de la liturgie – par le professeur Rubén Peretó Rivas

Le 25 octobre 2019 a eu lieu à Rome, dans le grand amphithéâtre de l’Université Augustinienne, la 5ème Rencontre Summorum Pontificum, en préalable au pèlerinage Summorum Pontificum.

A cours de cette rencontre, est intervenu le professeur Ruben Angle Peretó Rivas, qui enseigne la philosophie à l’Université nationale de Cuyo, à Mendoza, en Argentine. Ruben Peretó a publié de nombreux et savants travaux notamment sur sa spécialité, Evrage le Pontique, un Père du désert, et sur l’acédie (la tentation de dégoût) dans la vie spirituelle, dont Evrage le Pontique est l’enseignant majeur.

Mais il a écrit aussi sur Pierre Lombard, sur Alcuin, sur la difficile notion de tolérance. La somme de ses articles et travaux sur la liturgie est très importante, dans laquelle il a traité de la liturgie comme communication de l’expérience religieuse, sur la gestuelle liturgique et son efficacité.

Sa conférence romaine, qui fut particulièrement appréciée par l’assistance, portait sur le thème liturgie et culture chrétienne dans le contexte spécifique de la réforme liturgique de Vatican II. Nous avons préféré publier l’intégralité de son texte, malgré son importance, car, comme on le verra, son argumentation ne peut se comprendre que dans son total développement.

Nous avons certainement tous entendu parler du célèbre « indult Agatha Christie ». Il s’agit d’une autorisation, ou indult, accordé par le pape Paul VI en 1971, permettant, avec quelques restrictions, la continuation de la célébration de la messe traditionnelle en Angleterre et au pays de Galles.

Le pape a donné cette permission en suite de la demande que lui ont adressée cinquante-cinq personnalités de la culture aussi diverses qu’Agatha Christie, anglicane, Graham Greene, catholique, Yehudi Menuhin, juif ou Jorge Luis Borges, agnostique.

Ce ne furent certainement pas des motifs religieux qui les motivèrent à élaborer et à signer cette demande au Pontife romain, mais bien des raisons culturelles. « Le rite [romain traditionnel] appartient à la culture universelle aussi bien qu’aux hommes d’Église et aux chrétiens pratiquants » disaient-ils, et ils attiraient l’attention « sur l’effrayante responsabilité qu’encourrait [le Saint Siège] dans l’histoire de l’esprit humain s’il refusait de permettre la survie de la messe traditionnelle ».

En d’autres termes, ils signalaient que la messe n’est pas uniquement une question concernant les avis et les desseins du Souverain Pontife ou d’un dicastère romain quelconque, mais qu’elle est, comme les anciennes cathédrales médiévales, un monument culturel qui doit être préservé. Tout comme il ne viendrait à la tête de personne n’ayant pas perdu la raison de « rénover » la cathédrale de Chartres en y plaçant une toiture en verre ou en la peignant en rose et vert, le rite traditionnel de la messe ne devrait pas non plus être réformé suivant les goûts ou les modes du temps présent ou de l’homme contemporain.

Faire une chose pareille reviendrait, selon l’esprit de cette requête, à commettre un crime de lèse culture. Et plus encore, ce serait s’arroger une autorité qui ne pourrait être soutenue que si l’on considérait le Pontife Romain comme muni de pouvoirs autocratiques vis-à-vis de la Tradition elle-même. S’il le faisait, il endosserait une énorme responsabilité envers les générations futures.

J’ai commencé par cette référence à un fait connu de tous car, même si le rite romain traditionnel est un trésor culturel de l’Occident que nous devons préserver en tant que tel, nous, les catholiques savons que les raisons de sa préservation sont bien plus profondes. Cependant, la préoccupation manifestée par ce groupe de notabilités éminentes de la culture ayant signé la lettre ci-dessus mentionnée, indique aussi un fait sur lequel je veux m’arrêter lors de cette conférence : je veux en effet parler des relations – relations étroites – entre la liturgie et la culture ; à tel point, et voilà où je veux en venir, que la réforme liturgique promue après le IIe Concile du Vatican et la création du Novus ordo missae n’a été que la réponse, complaisante et erronée à mon avis, au monde post-moderne décadent, ou pour mieux dire, « hypermoderne ».

Par conséquent, le problème de la réforme liturgique ne concerne pas seulement la foi et l’Église, mais aussi la culture chrétienne en général. Autrement dit, la défense de la liturgie traditionnelle correspond, nécessairement, à la défense de la culture chrétienne. Ou, d’un autre point de vue, toute prétention sérieuse de restauration de la culture chrétienne doit commencer par la restauration de la liturgie romaine traditionnelle, car c’est sur cette dernière que la première a été bâtie.

John Senior, dans son superbe livre La restauration de la culture chrétienne, écrivait, par exemple : « Qu’est-ce que la culture chrétienne ? C’est, essentiellement, la messe. […] La Chrétienté, que le sécularisme appelle la civilisation occidentale, c’est la Messe et tout l’appareil qui la protège et la favorise.

Toute l’architecture, l’art, les institutions politiques et sociales, toute l’économie, les formes de vivre, de sentir et de penser des peuples, leur musique et leur littérature, toutes ces réalités, lorsqu’elles sont bonnes, constituent des moyens de favoriser et de protéger le saint sacrifice de la Messe ».

Senior signale une réalité : la sainte Messe, la liturgie ou le culte sont les fondements de notre culture. Dit autrement : notre culture chrétienne ne peut pas être comprise sans la Messe car ce fut autour d’elle que la Chrétienté fut bâtie et se développa. Mais ces paroles de Senior, ne seraient-elles que des expressions et des rêves poétiques ? Je ne le crois pas.

En tout cas, elles sont le reflet littéraire d’une réalité historique. Lorsque Cassiodore, vers le milieu du VIe siècle, après avoir accompagné Théodoric dans le gouvernement d’une bonne partie de ce qui avait été l’Empire Romain d’Occident, décide de quitter la fonction publique et fonde le monastère particulier de Vivarium, il le fait car il est convaincu qu’il doit non seulement préserver les œuvres littéraires, historiques et philosophiques fondamentales du monde occidental qui risquaient de se perdre à jamais aux mains des barbares, mais aussi pour enseigner à ses moines à lire et à écrire, afin que ceux-ci fassent la même chose auprès de leurs semblables dans le but de pouvoir célébrer et participer à la liturgie en chantant les psaumes et en lisant les paroles de l’Écriture sainte.

Et ce trait, c’est-à-dire, l’orientation des savoirs séculiers vers la liturgie, nous le retrouverons tout au long du Haut Moyen-Âge.

Une des chrétientés les plus florissantes et les plus fructueuses pendant cette période historique au cours de laquelle la culture chrétienne s’est développée, a été a chrétienté irlandaise, le « lointain Occident » dont parlait Arnold Toynbee.

Les historiens nous racontent que des villages commencèrent à se grouper autour de nombreux monastères surgis après l’évangélisation de saint Patrice ; et que la liturgie est devenue le centre de la vie de ces petits groupements humains, la messe dominicale étant le sommet de la semaine ; messe célébrée dans la petite église qui ne suffisait pas à abriter tous les fidèles, lesquels devaient se limiter à se rassembler à l’extérieur, en plein air, autour de grandes croix en pierre que nous pouvons observer, encore aujourd’hui, dans la verte campagne irlandaise, en suivant les offices divins avec l’ouïe et le cœur. Eux, tout comme les autres chrétiens du Haut Moyen-Âge éparpillés sur le territoire européen, vivaient pour la messe dominicale, de laquelle la semaine recevait tout son sens.

Sans qu’il soit besoin de reculer aussi loin dans le temps, nous pourrions ajouter beaucoup d’autres exemples à ces faits historiques, pour vérifier qu’en fait, la liturgie constituait le centre de la vie des villages chrétiens. Si nous nous tournons vers la littérature, et pas nécessairement celle des écrivains religieux, nous découvrirons la même chose.

Le roman Le cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Hélias, raconte la vie dans un petit village breton après la Première Guerre Mondiale et là on voit à quel point la vie simple des paysans y était réglée par la liturgie, malgré les premières incursions du monde moderne et marxiste qui commençait à la menacer. La même chose transparaît dans le livre Du côté de chez Swann, le premier volume de À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust, qui retrace l’enfance de l’auteur dans le village champêtre de Combray, et les pratiques liturgiques quotidiennes qu’il y suivait en accompagnant ses tantes.

L’histoire et la littérature sont unanimes pour témoigner du fait que la messe et les autres offices liturgiques, tels que les vêpres ou l’adoration du Très Saint Sacrement constituaient non seulement le centre de la semaine, mais du rythme de la vie quotidienne. La cadence des jours était marquée par le clocher de l’église qui appelait à la prière et à la louange lors des offices liturgiques.

Dans les années précédant la Première Guerre eut lieu une dispute intéressante entre un bénédictin belge, dom Maurice Festugière, et un jésuite français, le P. Jean-Joseph Navatel. Alors que le premier signalait la place centrale du culte dans la vie chrétienne et son efficacité « missionnaire » en vertu de son pouvoir de conversion, le dernier insistait sur le fait que la liturgie n’est qu’un aspect social, un ornement sensible du dogme, une sorte de cérémonial de cour rendu au Roi Céleste, à la manière du rituel compliqué des pompes courtisanes s’adressant au roi de France à Versailles.

La liturgie n’aurait, selon le jésuite, qu’une fonction simplement décorative. Il soutenait qu’il serait bien plus efficace pour les hommes de les instruire rationnellement sur le dogme de la foi, que de les inviter à assister à une messe solennelle à la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Pour la conversion et la vie chrétienne, affirmait-il, l’important c’est le dogme incorporé de façon rationnelle, alors que les célébrations liturgiques ne sont que des effluves sensibles de ces mêmes syllogismes.

D’après ce critère, les rites du culte ayant un caractère à ce point secondaire pouvaient être modifiés et adaptés aux différentes époques et cultures suivant le jugement des autorités pontificales. Après tout, les usages des cours royales varient souvent en fonction de l’air du temps.

Cette position n’était pas exclusivement celle de ce jésuite de Lyon, bien au contraire, elle était partagée par une bonne partie du clergé catholique de la première moitié du XXe siècle. Et au vu des spectacles auxquels nous assistons, je me demande si, inconsciemment dans certains cas, elle n’est pas déjà soutenue par bon nombre de prêtres et d’évêques actuels, La Sainte Messe, l’acte de culte central de notre foi, a été convertie en une occasion de rencontre sociale, dont le contenu est parfaitement remplaçable par un autre car adaptable aux occasions les plus diverses, que se soit un mariage, où l’on satisfera les désirs les plus fantaisistes des époux, ou une messe d’enterrement d’un brave homme dont les fils placeront sur la bière les objets les plus chers au défunt, faisant donner sa chanson préférée quel qu’en soit le genre musical.

Ainsi, pendant la messe in Cœna Domini du Jeudi Saint, l’acte principal sera le lavement des pieds –facultatif et sans caractère liturgique dans le rite romain avant la réforme de la Semaine Sainte de Pie XII – et on cherchera alors la diversité la plus variée possible – hommes, femmes, chrétiens, musulmans, honnêtes hommes, délinquants – pour les ablutions des pieds, et tout le monde se réjouira de l’humilité extraordinaire manifestée par le célébrant en lavant des extrémités pédestres si diverses. Comme disait celui qui était alors le cardinal Ratzinger, « [la liturgie post-concilaire] est devenue opaque et ennuyeuse, à cause du goût pour le banal et le médiocre, au point de provoquer des frissons ».

Mais, la liturgie n’est-elle qu’un accessoire de la foi catholique ? Nous savons que la religion est une affaire vitale, la plus vitale de toutes pour l’homme ; c’est la religion qui donne sens à l’existence. Sans elle, sans la foi surnaturelle qui nous est transmise par le baptême et vivifiée par les sacrements, la vie humaine débouche irrémédiablement sur le désespoir et l’absurde. Les philosophes de derniers siècles se sont largement occupés à nous le signifier.

Et c’est la raison pour laquelle l’expérience religieuse n’est pas seulement l’une parmi les multiples expériences que nous traversons dans cette vie, mais c’est l’expérience d’une vie qui s’insère consciemment dans l’ensemble du cosmos et qui prend sa place et son sens dans ce même cosmos. Face à l’immensité de l’univers qui l’entoure, l’homme répond en reconnaissant sa petitesse devant la grandeur de Dieu. Domine quid est homo quia innotuisti ei, aut filius hominis quia reputas eum ?, Seigneur qu’est-ce que l’homme pour que tu le connaisses, qu’est-ce que le fils de l’homme pour que tu penses à lui ?

« L’homme n’est guère plus qu’un souffle, et ses jours, comme une ombre, passent. Seigneur, incline ton ouïe et descends, et d’une touche réveille les volcans. Fais jaillir les éclairs et disperse l’ennemi » Ps. 144, 3-6), chantait le roi David. De tout temps et dans toutes les cultures, l’homme a non seulement connu mais a fait l’expérience de la présence de Dieu qui a créé et qui gouverne la majesté incommensurable de l’univers qui nous émerveille mais qui, en même temps, nous saisit d’effroi. Et c’est cette connaissance par l’expérience qui exige une liturgie, un rite qui rende un culte à ce Dieu capable de toucher les monts et de jeter la foudre.

Malheureusement, le rite dans le monde moderne comme dans l’Eglise moderne est conçu comme quelque chose d’artificiel, de parallèle à la vie, une sorte de complément plus ou moins visible et plus ou moins inutile et démodé. Nous sommes très loin aujourd’hui de comprendre l’action rituelle comme une action surnaturelle imbriquée dans les plis les plus profonds de la nature humaine et de la nécessité de son rapport au cosmos qui l’entoure et à Dieu, le Créateur.

Et à cette attitude moderne, nous devons également ajouter la composante rationaliste qui menace les Occidentaux depuis que Descartes a commencé à émettre ses « lumières ». De nos jours, nous voulons tout connaître rationnellement, par des idées claires et distinctes, des syllogismes parfaits, dérivés d’une majeure, et nous appliquons cette prétention de connaissance à l’action rituelle.

Alors, si celle-ci est réalisée dans une autre langue – le latin, par exemple –, elle doit être écartée « parce qu’elle n’est pas compréhensible » ; ou encore nous avons besoin d’un prêtre qui célèbre le rite plutôt comme un showman préoccupé de faire comprendre à ses fidèles chaque rite, ce qui l’amène à ne rien omettre pour ce faire, souvent même pas des blagues et des commentaires qui opèrent un relâchement de l’ambiance solennelle propre à toute liturgie de par sa propre nature, car ce type de prêtre considère qu’une telle solennité ne cadre pas avec le caractère adulte de l’homme contemporain.

Néanmoins, c’est grâce à l’intuition bien plus qu’à la raison que le sens et le symbolisme du rite sont captés. Les rustiques irlandais qui se réunissaient le dimanche à l’extérieur d’une petite église en bois pour entrevoir à peine les cérémonies qui s’y déroulaient ou les paysans de la Bretagne qui assistaient aux offices liturgiques comme nous le raconte le roman de Hélias, ne comprenaient pas la langue dans laquelle le prêtre célébrait et ils auraient été certainement incapables d’expliquer rationnellement la signification des cérémonies qu’ils voyaient. Pour autant, ils savaient quant au sens profond, ce qui s’y passait.

Ils n’auraient pas pu l’expliquer, probablement, mais dans le plus profond de leur cœur ils savaient, et cette connaissance était le fruit de l’intuition. Ils avaient l’intuition du mystère et de la grandeur du sacrifice non sanglant que leurs prêtres célébraient quotidiennement.

Le rite, la liturgie ne sont pas des constructions purement rationnelles, confectionnés dans des laboratoires où quelques savants, appelés « liturgistes », se réunissent périodiquement pour les ajuster ou les enrichir au gré du temps qui passe. Le rite dépasse largement ces limites et c’est pour cela, contrairement aux affirmations du jésuite Navatel, qu’une messe solennelle peut être bien plus efficace dans la conversion d’un homme que cent leçons de catéchisme, pour la simple raison que la liturgie solennelle lui permet de capter de façon intuitive et pré-rationnelle, le mystère d’un Dieu qui aime ses créatures.

La raison viendra par la suite donner des raisons de ce Dieu car la foi cherche à être comprise, comme nous l’apprend saint Augustin. D’après Henri Charlier, « il faut perdre l’illusion que la vérité puisse se communiquer avec fruit sans l’éclat qui lui est connaturel et qu’on appelle le beau ». Car l’Église, dans son mystère impénétrable d’Épouse du Christ, du Seigneur – Kyrios – de gloire, a besoin d’une épiphanie terrestre accessible à tous, qui consiste dans la majesté de ses édifices, de l’éclat de sa liturgie et de la douceur de ses chants. Imaginons un groupe de touristes asiatiques en visite à la cathédrale de Chartres qui voit s’avancer en procession un ensemble de prêtres et de ministres sacrés revêtus de leurs plus beaux ornements prêts à chanter les vêpres solennelles.

Les visiteurs regarderaient en silence, ravis ; la beauté leur aurait ouvert ses portes. Or, la Somme théologique de Saint Thomas d’Aquin et la cathédrale de Chartres constituent des architectures contemporaines et disent la même chose. Mais qui parmi les touristes lirait la Summa ? Comment ne pas évoquer la conversion de Paul Claudel durant les vêpres à Notre-Dame de Paris, ou celle d’André Frossard, pendant l’adoration du Très Saint Sacrement dans une chapelle du quartier Latin à Paris, ou même, le processus de conversion de Pieter van der Meer de Walcheren lorsqu’il assistait aux cérémonies du couvent des bénédictines de la rue Monsieur dans cette même ville ? Ou encore l’ouvrage En route, de Joris-Karl Huysmans, dans lequel il raconte la manière dont la liturgie et l’art chrétien convertirent son cœur.

Par contre, la conséquence immédiate du fait de concevoir le rite comme une simple construction rationnelle est la conception utilitariste de la liturgie. Encore une fois, la sainte messe devient une occasion propice pour quelque chose. Et ce quelque chose peut être de collecter de l’argent pour les pauvres, d’exhiber les soi-disant qualités oratoires du prêtre célébrant, de montrer l’ouverture et la correction politique d’une communauté ou d’être un événement parmi d’autres au milieu des célébrations à l’occasion des funérailles d’un paroissien.

Mais le rite ne sert pas : en ce sens, nous, les catholiques, nous n’allons pas à un service, comme les protestants, nous n’avons pas de services religieux ; nous avons la sainte Messe, qui n’est pas un service, mais qui est, de notre côté, une offrande et un sacrifice du Fils éternel, de nous-mêmes et de toute la Création au Père, et du côté de Dieu, le soulèvement temporaire du voile qui nous empêche de voir dans cette vie, de voir le Ciel, ce « lieu » où réside la Divinité et que nous sommes aussi appelés à habiter.

C’est un service uniquement en ce sens que, comme serfs, nous sommes obligés à faire cette offrande de louange à Dieu le Père céleste. La conception rationnelle et utilitariste de la liturgie conduit à son annulation, par sa conversion en un moyen tourné vers l’obtention d’une finalité humaine ; une occasion de rencontre hebdomadaire d’une soi-disant communauté paroissiale, bien souvent inexistante.

Ainsi, la liturgie perd sa verticalité, cesse d’être le point de rencontre du ciel et de la terre, et devient un autre maillon de la chaîne horizontale, destinée à la fin immanente de la fraternité d’une communauté qui pérégrine au sein d’une paroisse quelconque.

Le rite est ainsi rendu trivial, il devient l’équivalent d’une réunion de jeunes de paroisse ou d’un repas communautaire. La liturgie cesse d’être le couronnement de toutes les fêtes humaines. Et cela est grave, comme nous l’a appris Piper. La fête est une « tradition », un traditum, au sens le plus strict de ce concept : il vient d’une origine qui excède l’homme pour être transmis sans diminution, afin d’être reçu et à nouveau transmis.

Or, les fêtes sont impossibles si elles ne sont pas précédées de la louange liturgique, qui constitue presque tout le contenu du culte chrétien. C’est dans cette fête liturgique que l’homme peut se voit offrir une plénitude surhumaine de la vie. Voilà le fruit vrai et immanent aux grandes fêtes.

Le langage dispose de plusieurs termes pour exprimer cette expérience : rénovation, transformation, restauration, rajeunissement, renaissance. Ils expriment tous le même événement, qui échappe à toute description schématique, claire et distincte, à la mode de Descartes et de ses disciples.

Dans la liturgie, le temps qui fuit s’arrête. L’usure incessante de la routine quotidienne est écartée par ce « maintenant apaisé », où la réalité de l’éternité se montre. C’est une soustraction de l’ici et du maintenant quotidiens. Sans nous en rendre compte, les choses de tous les jours acquièrent un caractère nouveau et paradisiaque ; le monde est « comme au premier jour ». Car le vrai culte n’a pas lieu « ici». « Ce n’est qu’en apparence que le culte se réalise ici et maintenant, alors qu’il a lieu au-delà du temps et non dans cet éon, sur la terre », comme disait Origène dans ses commentaires à l’évangile de saint Jean.

Et saint Ambroise écrivait dans l’une de ses Lettres festales : « Pour nous, qui vivons ici, nos fêtes sont un accès ouvert vers cette autre vie ». En somme, l’homme, en célébrant le culte de Dieu dans la liturgie, dépasse les barrières de son existence temporelle dans ce monde.

L’élimination de la fête liturgique – et elle est éliminée lorsqu’elle devient banale et qu’elle est convertie en une réunion quelconque sans plus de transcendance – implique à ce titre et comme le disait Pieper, un « emmurement » de l’homme dans l’espace fermé de l’actualité, de ce monde passager, de cette vallée de larmes, de cette terre d’ombres.

La culture chrétienne s’en ressent ainsi profondément. Nous, les chrétiens, nous ne sommes pas une masse de croyants, un groupe de catholiques, nous sommes un chœur, nos fêtes sont des réunions chorales et non tout au plus des agglomérations humaines. Et le fait qu’elles soient chorales implique non seulement qu’elles soient liturgiques, puisque dans la liturgie nous faisons tous partie du grand chœur des anges et de toute la Création unis pour rendre gloire à leur Créateur, mais aussi que nous possédions un même et unique cœur.

Ici trouve son origine, je crois, l’un des points les plus importants de l’imbrication entre liturgie et culture chrétienne. Dom Festugière affirmait que l’histoire de la conversion de la moitié de l’Europe par les moines bénédictins est, dans l’un de ses aspects les plus originels, dans l’histoire de l’action sociale d’un chœur sur un groupe de fidèles.

La liturgie constitue une puissante forme d’apostolat, surtout comme communicatrice de vie. Elle est, dans certains cas, plus efficace et plus effective que la prédication, car elle est une monstration, une épiphanie de la vérité du christianisme. Nous savons que les exempla trahunt, les exemples, souvent, entraînent bien plus que les mots. Évidemment, cela ne signifie pas reconnaître à la liturgie une sorte de pouvoir magique, puisque probablement elle sera aouvent incapable de vaincre les hérétiques ou la mauvaise volonté des hommes ; la liturgie ne réfute pas, ni ne prouve, comme peut le faire un texte théologique – pensons, par exemple, à la Somme de Théologie de Saint Thomas d’Aquin – mais, parfois, la beauté de la révélation de la divinité convainc plus que les raisonnements.

Parfois, et cela est arrivé certainement pendant l’évangélisation de l’Europe par les moines, une pensée et une émotion communes produisent l’unité mentale d’un groupe humain. Le chant du Gloria ou du Te Deum entonné par mille personnes dans une église remarquable par sa beauté prêchera plus fortement que le sermon d’un cardinal ou d’un pape… Et cela correspond aux caractéristiques mêmes de la psychologie humaine, que tous les peuples ont su employer dans leurs actes cultuels, témoins les thríambos grecs, chantés par les armées victorieuses en montant processionnellement au temple pour le sacrifice, ou les triomphes que les légionnaires romains célébraient plus en l’honneur des dieux qu’en celui du général triomphateur.

Le cardinal Mercier écrivait que même si on peut abuser de la psychologie des masses, son efficacité est évidente : « Des hommes réunis dans une même pensée patriotique, guerrière, politique, sociale, religieuse, bénéficient de l’état d’âme de leurs associés. L’association multiplie les forces et les capacités de l’individu. Si l’on pouvait exprimer en formule la somme d’émotions, d’aspirations qui circulent dans une assemblée, on s’apercevrait qu’elle n’est pas l’addition des émotions ou des aspirations individuelles, mais un produit qu’engendrent par leur multiplication les divers facteurs qui agissent et réagissent les uns sur les autres dans les consciences réunies ou associées » (Maurice Festugière, La liturgie catholique, Essai de synthèse », Maredsous, 1913, 754).

L’histoire de l’Église illustre, par de nombreux exemples, cette vérité. Sévère, évêque de Minorque au IVe siècle, raconte comment les juifs de l’île ont été convertis à la foi chrétienne. Ce qui eut lieu là-bas pendant huit jours à la suite de l’arrivée des reliques de saint Étienne, en 418, fut un « assaut melliflu » des sens.

Sévère explique que la rencontre de Théodore, chef de la synagogue locale, avec le chant melliflu des moines fut pour lui une sorte de rencontre terrifiante avec un lion, en référence au Lion de la tribu de Juda (Ap 5.5), en d’autres termes, une rencontre avec le Christ. Le chant doux des psaumes l’a donc conduit à la présence du Christ ; pour un non croyant, objet d’épouvante, une sorte de « terreur du beau », comme disait Rilke, « car le beau n’est rien d’autre que le commencement du redoutable, que nous sommes à peine capables de supporter, et si nous l’admirons, c’est qu’il dédaigne sereinement de nous anéantir ».

Alterner des prières et des psaumes, ce qui est le propre de la liturgie, est une caractéristique commune de la psalmodie monastique, pratiquée lors des exercices ascétiques des premiers chrétiens qui habitaient les villes, continuée par les Pères du désert et par les communautés occidentales comme celle de Marseille, décrite par Cassien. Si cette pratique fut employée pour forcer graduellement la résistance des âmes, l’user et la vaincre, est une question qui reste ouverte, mais cela ne serait pas incompatible avec l’idéal monastique. Il y a des façons pire d’être convertis que d’être assailli par les prières et les hymnes.

C’est ce qui nous intéresse dans l’œuvre de Sévère que nous commentons. Dans son traité, la liturgie est décrite comme un des moyens dont Dieu se sert afin de tordre, briser et frapper les âmes qui lui résistent et, une fois subjuguées, de les guérir et de les refaire. Il en résulte une expérience merveilleuse et étonnamment douce, mais aussi redoutable et terrifiante pour celui qui se résiste à la présence de Dieu. La présence du divin peut également provoquer les délices ou la terreur, ou plutôt, les délices et la terreur. Cette douceur, en effet, est merveilleuse. C’est une sorte de miracle, et cela est dû à la présence de Dieu qui chante, ou dans les cas des incrédules, qui rugit.

Cette présence est douce, et elle inspire chez ceux qui ne l’acceptent pas une urgence terrifiante de fuir. Mais pour Sévère, comme la fuite des Israélites d’Égypte, cette fuite est plutôt vers la conversion – et non pas une échappatoire. Cette douceur est la présence de Dieu qui opère des miracles chez ceux qui l’écoutent. Elle fait partie de l’assaut multi-sensoriel de Dieu sur tous les sens dans le but de convertir à Lui les personnes, assaut à la fois doux et effrayant.

Cela transparaît dans le chant des psaumes ou des hymnes, à l’église et dans les rues, par des moines ou des laïcs, des chrétiens ou des juifs. Avec la prière, ce chant des psaumes peut vaincre la volonté la plus résistante ; c’est une expression de l’harmonie de l’âme qui peut en plus unifier ceux qui les chantent.

Personne, dans les communautés chrétiennes du premier Moyen Âge, n’aurait contesté la douceur inhérente de la liturgie, son pouvoir pour impressionner l’âme, induire des émotions et animer ceux qui l’écoutent à y donner une réponse. Le livre IX des Confessions de saint Augustin est un exemple remarquable de la compréhension universelle de la liturgie en tant que possédant un pouvoir presque miraculeux pour calmer, guérir, persuader, unifier et enseigner, non à travers la raison, mais grâce à la délectation et à l’amour, voire à la terreur, au courage, à la piété ou à la dévotion qu’elle inspire chez ceux qui y assistent, en écoutant ou en chantant. Quantum flevi in hymnis et canticis tuis…, combien j’ai pleuré avec des hymnes et des cantiques en ton honneur, aux suaves accents des voix de ton Église qui me pénétraient de vives émotions!

Ces voix coulaient dans mes oreilles, et la vérité se distillait dans mon cœur; et de là sortaient en bouillonnant des sentiments de piété, et des larmes roulaient, et cela me faisait du bien de pleurer » (IX, 6). L’âme se sent en présence d’un Visiteur mystérieux ; elle se sent sous le regard amoureux de ce Visiteur qui lui parle à l’oreille. Et toujours, lorsque le rite est terminé, l’âme est conscience d’avoir été encore pardonnée, d’être plus forte, douée de davantage de zèle pour les choses de Dieu. Le retour des mêmes fêtes, des mêmes circonstances du culte, des mêmes chants, donnent à l’âme, année après année, semaine après semaine, les jouissances les plus intimes. Amour et connaissance progressent ensemble.

Comme plusieurs auteurs l’ont remarqué, nôtre civilisation est une civilisation de l’acédie, c’est-à-dire, qu’elle vit submergée dans une sorte de paresse du cœur, qui empêche les hommes d’habiter avec eux-mêmes. Ne trouvant pas de refuge dans leur propre demeure, ils ont besoin du bruit assourdissant du travail permanent et cherchent la distraction perpétuelle, qui leur permet de s’évader hors de cette situation angoissante qui est celle d’être un naufragé au milieu d’une terre déserte.

Quelles racines s’implantent, quelles branchent poussent sur ces déchets pierreux ? Ô fils de l’homme, tu ne peux le dire ni le deviner, tu ne connais qu’un tas d’images cassées, où le soleil bat et l’arbre mort n’abrite guère, le grillon ne console point et la pierre sèche ne donne pas d’eau murmurante. Il n’y a que des ombres sous ce rocher… (T.S. Elliot).

C’est ainsi que l’exprimait T.S. Elliot dans son poème. Et cette inquiétude permanente empêche chez l’homme le loisir exigé par la contemplation et, avec elle, la fête liturgique. Paradoxalement, l’homme contemporain qui vit au rythme des fêtes permanentes est incapable de vivre une fête, et comme il n’y a pas de fêtes sans dieux, il est incapable de vivre la liturgie.

Le plus tragique, le plus triste de tout cela, c’est que l’Église, qui pourrait constituer un havre de paix au milieu de ce courant impétueux où nous entraîne le monde moderne, a décidé que c’est le dialogue avec le monde qui est prioritaire. Elle n’est plus la ville décrite par Tolkien, dont les gardiens pouvaient nos accueillir en nous disant : « Réjouissez-vous de l’avoir trouvée, car devant vous se dresse la Ville des Sept Noms, où tous ceux qui luttent contre Melkor peuvent trouver la consolation ».

Dans le but de se faire accepter par le monde contemporain, elle a non seulement vidé le dogme mais encore la liturgie. Nous sommes restés sans fêtes, nous sommes restés sans culte, nous sommes restés sans rites. Nous ne connaissons « qu’un tas d’images cassées » de ce que furent notre religion et notre liturgie. Quomodo sedet sola civitas !, se lamentait le prophète Jérémie. Et Evelyn Waugh écrivait : « Les bâtisseurs ne savaient pas à quels usages serait rabaissée leur œuvre ; ils firent une nouvelle demeure avec les pierres d’un château ancien, année après année, génération après génération, l’enrichirent et l’étendirent ; année après année l’énorme récolte des bois du parc augmentait ; jusqu’à ce qu’une gelée soudaine n’entraîne l’ère de Hooper ; le lieu est resté dans la désolation et le travail voué au néant : Quomodo sedet sola civitas ».

Pour finir, et pour reprendre le sujet principal de cette conférence, la défense et la restauration du rite romain traditionnel n’est pas une question réservée uniquement aux théologiens, aux chrétiens particulièrement pieux ou à un groupe d’esthètes décadents. En fait, nous tous catholiques sommes concernés, car il s’agit d’une affaire qui dépasse ce qui est strictement théologique, esthétique ou dévotionnel.

Cela concerne aussi tous ceux qui sont engagés dans la culture chrétienne, puisque la défense du rite traditionnel est une question culturelle qui s’enracine dans la défense de la culture de l’Occident. La volonté de restaurer la culture chrétienne – et j’insiste sur le terme restaurer, quand bien même je serais taxé, peut-être de manière péjorative, de restaurationniste – passe nécessairement par la restauration du rite. Notre culture fut bâtie sur la liturgie et sur la sacralité du rite.

Tant que nos liturgies continueront à être désacralisées et nos rituels réduits à de simples outils de rencontres communautaires et enfermées dans leur propre immanence, il est illusoire de penser sérieusement à un retour de l’homme occidental à ce qu’il fut, à une nouvelle floraison de la culture chrétienne, où le Seigneur Jésus soit reconnu dans sa royauté et sa divinité par les sociétés.

Rubén Peretó Rivas, Argentine

https://gloria.tv/post/2ktj9ss6iBR4AvSxXh3Ynm74h

Vous êtes soit avec Moi et Ma Sainte Mère dans de camp du Dieu vivant de la Lumière, ou dans le camp de l’obscurité avec tous les malins en route vers l’enfer

Alternate text goes here

Samdi, le 12 octobre, 2019

Jésus a dit: Mon peuple, vous vous rappelez comment Moïse a descendu de la montagne avec les tablettes des Dix Commandements et a causé la division de son peuple entre ceux qui sont avec Dieu de ceux qui ont adoré le veau d’or des faux dieux. Il en est ainsi avec cette vision de la séparation du jour de la nuit. Vous aussi êtes divisés en deux camps. Vous êtes soit avec Moi et Ma Sainte Mère dans de camp du Dieu vivant de la Lumière, ou dans le camp de l’obscurité avec tous les malins en route vers l’enfer. Il n’y a pas de région voilée. Vous êtes soit avec Moi ou contre Moi. Je fais appel à tout Mon peuple de M’aimer et de Me servir. Écoutez l’Évangile de jour. ‘Bénis sont ceux qui entendent la Parole de Dieu et l’observent.’ Ce sera par vos actions que Je verrai le fruit que vous produirez.”

La Sainte Vierge à La Salette en 1846

19 SEPTEMBRE : NOTRE DAME DE LA SALETTE (1846)

Voici un extrait du message que la Sainte Vierge a donné à La Salette en 1846 : « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres ».

L’image contient peut-être : ciel et plein air

source : chère gospa facebook

La Vierge Marie au Père Don Gobbi : En accueillant la doctrine protestante, on dira que la Messe n’est pas un sacrifice, mais seulement une cène sacrée… Et l’on supprimera ainsi la célébration de la Sainte Messe…horrible sacrilège accompli par l’Antéchrist, dont la durée sera d’environ trois ans et demi

Résultat de recherche d'images pour "messages du M.S.M. livre bleu de don gobbi"

Message du 31 décembre 1992 :

— Le quatrième signe est l’horrible sacrilège, accompli par celui qui s’oppose au Christ, c’est-à-dire l’Antéchrist. Il entrera dans le Temple Saint de Dieu et s’assoiera sur son trône, en se faisant adorer lui-même comme Dieu.
« Il se dressera contre tout ce qui porte le nom de Dieu et qu’on adore. L’impie viendra avec la puissance de Satan, avec toute la force de faux miracles et de faux prodiges. Il usera de mille subterfuges méchants pour faire le mal. » (2 Tess. 2, 49).
« Un jour vous verrez dans le lieu saint celui qui commet l’horrible sacrilège. Le prophète Daniel en a parlé ; celui qui lit, qu’il cherche à comprendre. » (Mt. 24, 15).
Fils de prédilection, pour comprendre en quoi consiste l’horrible sacrilège, lisez ce qui a été prédit par le prophète Daniel. « Va, Daniel, ces paroles sont cachées et scellées jusqu’à la fin des temps. Beaucoup seront purifiés, deviendront candides, intègres, mais les impies continueront à agir avec impiété. Aucun des méchants ne comprendra ces choses mais les sages les comprendront.
Donc, depuis le temps où sera aboli le Sacrifice quotidien et où sera dressée l’abomination de la désolation, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. Heureux celui qui attendra avec patience et qui parviendra à mille trois cent trente-cinq jours. » (Dan. 12, 912). La Sainte Messe est le Sacrifice quotidien, l’oblation pure offerte au Seigneur sur tous les autels, du lever au coucher du soleil. Le Sacrifice de la Messe renouvelle celui que Jésus a accompli au Calvaire. En accueillant la doctrine protestante, on dira que la Messe n’est pas un sacrifice, mais seulement une cène sacrée, c’est-à-dire le souvenir de ce que fit Jésus lors de sa dernière cène. Et l’on supprimera ainsi la célébration de la Sainte Messe. C’est dans cette abolition du sacrifice quotidien que consiste l’horrible sacrilège accompli par l’Antéchrist, dont la durée sera d’environ trois ans et demi, c’est-à-dire mille deux cent quatre-vingt-dix jours.

— Le cinquième signe est constitué par des phénomènes extraordinaires, qui surviendront dans le firmament.
« Le soleil s’obscurcira, la lune perdra son éclat, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux seront ébranlées. » (Mt. 24, 30).

Résultats de recherche d'images pour « fin page myriamir »

Message du 13 mai 1994 :

Lorsque l’homme inique sera entré dans son sein et qu’il portera à son achèvement l’abomination de la désolation, qui atteindra son apogée dans l’horrible sacrilège, tandis que la grande apostasie se sera répandue partout, alors mon Cœur Immaculé recueillera le petit reste fidèle qui, dans la souffrance, la prière et l’espérance, attendra le retour de mon fils Jésus dans la gloire.
Mon message est un message apocalyptique, parce que vous êtes arrivés au cœur de ce qui vous a été annoncé dans le dernier livre si important de la divine Ecriture.

Résultats de recherche d'images pour « fin page myriamir »

Message du 1er janvier 1995 :

Je suis la Mère de la Miséricorde. C’est à moi qu’a été confiée la tâche maternelle d’assister l’Eglise à l’heure de sa plus grande souffrance, puisqu’elle doit gravir le Calvaire de son immolation et de son martyre. Mon action miséricordieuse, je l’exercerai en l’aidant à porter la croix de la trahison et de l’abandon, lorsque l’apostasie deviendra générale et qu’en elle entrera l’homme inique, prédit par la divine Ecriture et qui portera en son sein l’abomination de la désolation.
Mon action miséricordieuse deviendra encore plus forte lorsque mes fils seront persécutés et emprisonnés, torturés et conduits au martyre. Je me manifesterai alors à eux d’une manière extraordinaire, selon un dessein mystérieux, que mon Cœur Immaculé a établi depuis longtemps déjà dans tous ses détails.
Plus vous entrez dans le temps de l’épreuve purificatrice, plus aussi vous sentirez fortement ma présence maternelle et miséricordieuse.

Pour télécharger le livre Bleu complet :

https://www.fichier-pdf.fr/2013/02/27/livre-bleu-version-2/livre-bleu-version-2.pdf

Le diocèse autrichien lave le pseudo mariage homosexuel : Gloria.tv publie plus de photos

Le diocèse autrichien lave le pseudo mariage homosexuel : Gloria.tv publie plus de photos

Le diocèse de Graz a tenté de blanchir le père Michael Kopp qui a célébré un pseudo-mariage pour deux lesbiennes.

Les images choc du scandale ont été publiées par Gloria.tv et sont devenues virales sur les médias sociaux.

Maintenant, Gloria.tv a publié de nouvelles. Elles montrent que la prestation du père Kopps était une moquerie du rite du mariage qui comprenait l’échange des bagues (photo de l’article).

Le diocèse de Graz est dirigé par l’évêque pro-homosexuel Bishop Krautwaschl.. Son conférencier, Thomas Stanzer, a déclaré à Kath.net (12 novembre) que Kopp avait présidé une « liturgie d’action de grâce » pour deux femmes « civilement mariées ».

Il a affirmé qu’il ne s’agissait « pas d’une liturgie sacramentelle » et a fait référence à Amoris Laetitia (250) qui exige le « respect » des homosexuels et la prévention d’une discrimination « injuste ».

Toutefois, l’argument de Stanzer est un homme de pailke. Il ne s’agit pas de « respect » ou de « discrimination injuste », mais plutôt, compte tenu de la simulation de mariage, d’un manque de respect pour le mariage.

Album de toutes les images

https://gloria.tv/post/zvoY4kzMp2YM1dQkhHhGfj1Fv

Voilà les connexions de de François, Roncallis et Athénagoras à la franc-maçonnerie

Voilà les connexions de de François, Roncallis et Athénagoras à la franc-maçonnerie

Le patriarche de Constantinope Athénagore (+1972) qui a rencontré Paul VI en juin 1964, était franc-maçon.

Le franc-maçon Bertrand Heyraud l’écrit dans l’article « Un regard différent sur la spiritualité » récemment publié dans le journal officiel de la Grande Loge Nationale Française (Les cahiers Villard de Honnecourt).

Selon Heyraud, Athénagore était inscrit au 33e degré du rite maçonnique ancien écossais et accepté, tout comme son prédécesseur, Meletios Metaxakis (+1935), l’avait été.

Heyraud affirme qu’au siège de la Grande Loge de Grèce, « Mélétios » et « Athenagore » sont accrochés côte à côte au mur.

Marco.Tosatti.it (11 novembre) observe que Gioele Magaldi, 48 ans, grand maître maçon, affirme qu’Angelo Roncalli, le futur Jean XXIII, s’est affilié à une Loge maçonnique lorsqu’il était à Istanbul comme délégué apostolique (1935-1944).

Puis Tosatti ajoute : « On n’a jamais nié que l’archevêque Bergoglio, chaque fois qu’il se rendait en Italie, rendait visite à Licio Gelli (+2015).

Gelli était le vénérable maître de la loge clandestine Propaganda Due (P2). Il a passé de nombreuses années en Argentine en tant qu’ami de Juán Peron qu’il a initié en 1973.

https://gloria.tv/post/dFaLGqUiaeRE4kJpTboHngxcU

Benoît XVI publie la prière : « foi en danger »

Benoît XVI publie la prière : « foi en danger »

La foi catholique est « menacée par une diminution qui la soumet aux normes du monde et la prive ainsi de sa grandeur », écrit Benoît XVI (8 juin, publié le 14 novembre) dans une prière de trois pages célébrant le 60e anniversaire du diocèse de Eisenstadt, Autriche.

La prière est un essai sur la Première Guerre mondiale, la fin de la monarchie autrichienne et Saint Martin de Tours (+397), né à Szombathely, en Hongrie, dans la province romaine de Pannonie, dont fait partie le diocèse de Eisenstadt.

Benoît XVI reprend : « Seigneur, aide-nous en cette heure à être et à rester vraiment catholiques. »

Il prie aussi pour des « évêques généreux ».

https://gloria.tv/post/UF1kBKVRAtcV48VmDxetvvMes

sérieuses prophéties à Heede

PROPHÉTIES HEEDE-ALLEMAGNE (1937-1940)

PROPHÉTIES HEEDE ALLEMAGNE
(1937-1940)


MARIE REINE DE L’UNIVERS ET DES ÂMES DU PURGATOIRE

https://lh3.googleusercontent.com/ccq-t8qufGAZb9l18fjEZ5YEDVkbU_413VBrZkfai3nRjPCPBIjDYb4up06tM8vMdn1rNGLfXgVP5ZVZe8DKLRLmbxZ3jzmOtsO1E_EiDPoo7GSFpG2TkLlngIFDX5dx6NFF5ByPVNLmK7Ms051XiDVyUiBvOdvonUwd7VwrBnOZaNiiRFGEXCLAGesYdjksR5RLqu6x5TG84SjoPAQMvqNTTAcoJGx7HAZJx2OtvbS_HF2qUJC7LNUn2hBRCZ_8N-0GJrptYbZ8uIZnQw_w9r-8nYGf0BslI-_WgwmpVyqt5p2iYc5G0Ow8IL7faxc3lUel387Ndgnn05R9KovenqZASIr3-vsJRgGb5rH15KoTHHqNHVsWMA_5zeEKXVGXEsNXdPV10Mga5V2SEczm_N-1mWBE1heNZ1q9rpi_Ihowyp32bj4gsjiDFHnEaElglb6qHyAUwhoLPu-dUd_yGgIj1_JzQZQJsQzOIUUPQx7Kiqmuov6MsDupNT6O_2-TT27mdVlnKa99qBkOcjEritwphKip92XBmSz7Q35yFihpktZUe-1zQaWjVhurKr0_mrVFYA=w239-h211-no

STIGMATISÉE

https://lh3.googleusercontent.com/phZ6iE28oxwuRfhZ4NaD48aWZ1grzzG0NRlTzwnYQ1tHjnf2UMXXrYgUa919TeJc0tNCdRwA7VjenXGCKh5LtgASJph7eQ0ubv4VwbasuZdhU6UnMa5HBi1P_8pYsJA-xjERm64zLTBv17znQQQnwawEehlI4qnvDBljDMWHW3h5x1goH8-izzmJqFPT6PZ8rsUx4L2ZJzSYg-oWYzDt5ejH_f16IvmH6XK16ykKbVljEqWfKzfNUMH4EEc2RFTinvSiJfeRgsZqCbMJuwSyQQIKqSePsQAnYhre62aKaViOUKmUnXCHfSwR_OgU30iV8Q6drBFLf8mF9mRmVK2CBPDYAA6R9TGxbYvixWfJBWfPRX5XiFki_OxR3yBryieZeUWGTgx_vqaMroT-B2CXeL3R2UJlXJJ1WFR1VT7oAT7T7AWw_GDKw7KSKeNDuiDZuA6Oq63Dv4awXjOXkXLu5G42j6wI88pp68ZjO_U53ounaSaahW0WZiI24C6Bc40vrJpCp_9XqHRGBY9fNUGxmvu7fycUJ1sESzlyHEFI3boyJU0LG32oA39EdOkuuQz06B3D0Q=w370-h68-no

LE 22 AOÛT 1977, LA NOUVELLE ÉGLISE «MARIE-REINE-DE-L’UNIVERS» EST CONSACRÉE.
EN 2000, MGR FRANZ-JOSEPH HERMANN BODE, ÉVÊQUE DIOCÉSAIN, ÉLÈVE LES DEUX ÉGLISES DE HEEDE AU RANG DE SANCTUAIRES DIOCÉSAINS
..HEEDE (ALLEMAGNE DU NORD en WESTPHALIE, diocèse d’Osnabrück), dans la province de HANOVRE, près de la frontière hollandaise. : Le soir du 1er novembre 1937, près du cimetière paroissial d’HEEDE, MARIA GANSEFORTH (13 ans) (stigmatisée au printemps 1939, décédée le 27 janvier 1996)et sa soeur GRETE (11 ans), aperçoivent ensemble une «lueur flottant à un mètre du sol» puis une «forme lumineuse» évoquant une silhouette féminine d’une grande beauté et d’une extraordinaire douceur.

Une camarade qui les suivait de près, voit aussi le même être spirituel, qu’elle qualifie peu de temps après comme la «VIERGE À L’ENFANT JÉSUS». Les fillettes, affolées, courent se réfugier dans l’église où la messe de Toussaint est célébrée. La cérémonie achevée, elles décident de sortir et de voir si l’apparition est toujours là. ANNA et ADÈLE BRUNS (15 ans), et sa soeur SUZANNE (+ 22 septembre 1994) les entourent. Toutes (à l’exception d’ADÈLE) constatent la présence de la silhouette mystérieuse entre deux cyprès du cimetière. Revenues chez elles, GRETE et MARIA racontent les faits à leur mère qui, à son tour, les rapporte à l’abbé STAELBERG, curé de la paroisse.

Complètement méconnues du public francophone, les apparitions de la VIERGE MARIE (1933-1945) dans l’ALLEMAGNE nationale-socialiste sont pourtant des événements remarquables à plus d’un titre. Les unes ont été discrètes, éclairant la route d’un petit nombre de fidèles dans leur lutte contre le NAZISME. D’autres ont troué la nuit, tels des phares de plus en plus puissants qui, aujourd’hui encore, attirent des dizaines de milliers de pèlerins chaque année. Toutes, à l’exception de deux ou trois d’entre elles, ont amené leurs protagonistes et ceux qui en étaient témoins, à s’engager contre le régime, parfois au péril de leur vie. Elles ont été pour beaucoup de chrétiens – pas seulement des catholiques – source de réconfort et d’espérance dans l’épreuve, et ont permis aux fidèles de faire une lecture spirituelle de leur histoire et de celle de leur patrie, les encourageant à en défendre les valeurs contre le totalitarisme nazi..HEEDE est devenu un lieu de pèlerinage très fréquenté….

.LES FAITS
«Le soir du 1er novembre 1937, les sœurs GANSFORT arrivent à l’église paroissiale de HEEDE, village agricole d’ALLEMAGNE du nord, situé non loin de la frontière avec la Hollande, quand GRETE, la plus jeune, âgée de 12 ans, entrevoit, dans le cimetière voisin, une silhouette lumineuse, debout entre deux cyprès : elle dit à MARIA, sa sœur aînée :.«Je crois que j’ai vu la VIERGE !».«Tu es complètement folle, tu te crois à LOURDES ! ?»

Elles entrent dans l’église. Après l’Office dit pour les défunts, une de leurs amies, ANNI SCHULTE, a au même endroit, la vision fugace d’une DAME. Bientôt, quatre fillettes, parmi lesquelles MARIA, voient la SAINTE VIERGE.

Ainsi débutèrent 106 apparitions de la TRÈS SAINTE VIERGE qui, pendant trois ans, vont mobiliser tout le village de HEEDE.

Les apparitions se produisent chaque soir, à la même heure. D’abord sceptiques, les habitants du village, puis le Curé, sont rapidement impressionnés par l’extase des enfants, qui tombent tous ensemble à genoux, d’un coup – et la concordance de leurs déclarations : debout, sur une nuée, la DAME est vêtue d’une robe blanche ceinte à la taille par un cordon, et d’un voile blanc retenu sur la tête par une couronne. Elle porte sur le bras gauche l’ENFANT JÉSUS, qui tient un globe d’or surmonté d’une CROIX ; la main droite de la VIERGE est posée sur ce globe.

La nouvelle s’ébruite et, le 7 novembre déjà, il y a 4000 personnes présentes au cimetière : on prie, on chante, on récite le Chapelet. Le 9, la Gestapo fait irruption et interroge les fillettes ; le 11, la police perquisitionne chez leurs parents. Le 13, à 1 heure du matin, HEEDE est investi par la police de GÖRING ; les habitants sont poussés vers les champs à coups de crosse, on les intimide en tirant en l’air. Le lendemain, l’accès au village est fermé à tout étranger, les rassemblements sont prohibés, et, malgré les protestations des parents, les fillettes sont emmenées à GÖTTINGEN : elles sont internées jusqu’au 23 décembre en hôpital psychiatrique.

Les conditions effroyables de leur détention, menaces, isolement, sévices (il est même envisagé de recourir à la solution finale : la mort), ne parviennent pas à briser leur résistance nerveuse et physique :

«Nous avons vu la VIERGE».

.Des membres du personnel médical protestent, l’opinion s’émeut, l’évêque d’Osnabrück arrache aux autorités le transfert des fillettes à l’hôpital diocésain, où elles restent jusqu’au 19 janvier 1938, afin de se remettre des mauvais traitement endurés. Enfin, elles sont rendues à leurs parents, avec l’interdiction formelle de se rendre au cimetière, sous peine de sanctions graves.

Le 2 février, elles revoient la VIERGE. Les apparitions de succèdent à un rythme variable, en divers endroits ; les fillettes, soutenues par le village regroupé autour de son Curé, déjouent la surveillance de la police secrète. La VIERGE invite, d’un geste, à la prière et au pardon, parois elle pleure ; enfin, le 7 avril, elle dit :

«Mes enfants, priez beaucoup !»

La dernière apparition au eu lieu le 3 novembre 1940, en pleine guerre. Celle qui se nomme la REINE DE L’UNIVERS ET DES ÂMES DU PURGATOIRE n’a pas beaucoup parlé, son message tient en quelque phrase : l’appel à la prière, surtout la récitation des LITANIES DE LORETTE et du ROSAIRE, et elle communiqua un secret pour le PAPE.

Si les apparitions de MARIE REINE DE L’UNIVERS ET DES ÂMES DU PURGATOIRE à HEEDE n’ont fait l’objet d’aucun jugement de l’Ordinaire d’Osnabrück, c’est parce que GRETE GANSFORT a continué, après la Guerre, de bénéficier de charismes et de grâces extraordinaires, qui l’ont amenées à une vie de souffrances expiatrices ; l’Église n’en tient pas moins «les évènements de HEEDE» pour authentiques. Comme avait dit avec haine et fureur le gauletier RÖVER, responsable Nazi du secteur :.

«Ce que nous avons mis 4 ans à bâtir avec tant de peine, ces fillettes l’ont fichu en l’air en un clin d’œil !»…

HEEDE, favorisé par sa situation frontalière, fut durant la seconde guerre mondiale, une zone de résistance au NAZISME et un important bastion du Catholicisme. Actuellement, la paroisse célèbre avec éclat et très pieusement les fêtes mariales ; les fidèles y trouvent un accompagnement spirituel, les malades sont accueillis dans des conditions optimales, et les pèlerins viennent y chercher le réconfort du silence et de la prière..
D’après un texte extrait du livre «Les apparitions de la Vierge», de JOACHIM BOUFFLET aux Éditions Calmann-Lévy...

.GRETA GANSEFORTH

.Visionnaire et stigmatisée GRETA GANSEFORTH, l’une des quatre voyantes, est décédée en 1996, et sa tombe est visitée par les pèlerins, dont plusieurs ont obtenu des faveurs importantes grâce à son intercession....

PROPHÉTIES

On avait presque oublié ces apparitions, quand en, 1945, Notre Seigneur se montra à l’une des quatre voyantes..11 message du CHRIST , dont :

«Le temps de mon retour approche. La terre tremblera et frémira. Ce sera terrible. Un avant-goût du Jugement Dernier. Mais vous autres, n’éprouvez aucune crainte, car Je suis avec vous».
«Il se prépare des évènements grandioses. Ce qui arrivera sera terrible et n’aura jamais encore été vu depuis le commencement du monde. Je viendrai Moi-même, en Personne et je manifesterai ma Puissance».
«Les hommes n’ont pas écouté ma TRÈS SAINTE MÈRE lorsqu’elle apparaissait à FATIMA et les exhortait à a pénitence.
Maintenant je viens Moi-même en dernière heure pour avertir et exhorter les hommes. Les temps sont graves. Les hommes doivent faire pénitence, se détourner de tout leur cœur de leurs péchés ; ils doivent prier, afin d’apaiser la colère de DIEU. Le ROSAIRE, surtout, doit être beaucoup récité. Cette prière est puissante auprès de DIEU. Il faut restreindre les plaisirs et les divertissements …

Je suis très proche, je suis avec vous, ne crains pas. Vous serez dans la joie et me glorifirez. Ceux qui m’attendaient trouveront mon secours, ma grâce et mon amour. Mais pour ceux qui ne sont pas en état de grâce, ce sera effrayant. Les ANGES justiciers sont déjà répandus à travers le monde. Les âmes me reconnaîtront comme leur DIEU. J’arrive. Je suis à la porte !

Mon amour est venu jusqu’à cette tâche avant la création du monde. Les hommes n’écoutent pas ma voix, ils durcissent leurs cœurs, ils résistent à ma grâce, ils refusent ma miséricorde, mon amour, mes bienfaits.

L’humanité est pire que l’humanité avant le déluge et s’étouffe dans le péché. La haine et la cupidité règle leurs cœurs. C’est le travail du diable. Ils vivent dans une grande obscurité . Cette génération mérite d’être anéantie, mais je veux faire preuve de miséricorde. L’ANGE de la paix descendra bientôt sur terre. Je veux guérir et sauver. Grâce à mes plaies qui saignent encore, merci à nouveau gagner la victoire sur la justice.

Mes âmes fidèles ne doivent pas être endormies maintenant comme les disciples sur le mont des Oliviers. Elles doivent prier sans cesse et acquérir tout ce qu’ils peuvent pour eux-mêmes et pour les autres.

Des choses extraordinaires sont en préparation, il sera plus terrible que jamais depuis la fondation du monde Tous ceux qui, en ces temps graves ont tant souffert sont des martyrs et forment la semence pour la rénovation de l’Église, ils ont le privilège de participer.. à ma captivité, à ma flagellation, à mon couronnement d’épines et à ma Crucifixion ! Ma fille, Je viendrai bientôt, très bientôt. Ce qui se passera d’ici peu dépassera de loin tout ce qui est arrivé jusqu’ici. La MÈRE DE DIEU et les ANGES interviendront. L’enfer est convaincu de la victoire, mais je lui arracherai de la main. Je jure beaucoup et je dois donc lui permettre d’abattre sur le monde de malheurs, que par ce moyen vous permettra d’économiser beaucoup. Bienheureux sont ceux qui portent tous les couleurs de la réparation pour ceux qui me choquent.

Moi-même, Je viendrai et avec Moi viendra la paix, J’édifierai mon Royaume avec un petit nombre d’élus. Ce royaume apparaîtra soudainement, plus tôt qu’on ne le pense. Je ferai resplendir ma lumière, une lumière de bénédiction pour les uns, et qui pour d’autres apparaîtra ténèbres. L’humanité connaîtra en même temps mon Amour et ma Puissance et Je manifesterai ma Justice et ma Miséricorde.

Mes enfants aimés, l’heure approche. Priez sans cesse et vous ne serez pas confondus. Je rassemble mes élus. Ils arriveront en même temps de tous les points du monde et Me glorifieront. Je viens. Bienheureux ceux qui seront prêts. Bienheureux ceux qui m’écoutent».

https://prophetesetmystiques.blogspot.com/2012/05/propheties-heede-allemagne-1937-1940.html

R. Brasseur – Laissez-vous imprégner du Sceau de Mon Amour pour que Mon Cœur de Mère puisse triompher dans le cœur de ceux qui sont au bord de l’abîme

Message de notre Maman du Ciel Via Robert Brasseur (Canada) – Samedi 7 septembre 2019 – … tout doit se réaliser. MES ENFANTS, VOUS N’AVEZ PLUS DE TEMPS À PERDRE !

– 1 h 40

« Cher fils, beaucoup de Mes enfants ne réalisent pas la grandeur de Notre Amour pour eux… ainsi, plusieurs sont sur le chemin de la perdition

Aujourd’hui, Je désire te faire part de Notre grande souffrance, car plusieurs de Nos enfants vont subir les traumatismes de la terre qui elle, subit les conséquences du péché.

Le tout, orchestré par le Malin, parce que son chemin est de plus en plus libre. Il ne manque aucune occasion pour séduire et détruire tous ceux qui ne se protègent pas par la prière et les sacrements.

Vous êtes arrivés au temps où tout doit se réaliser. MES ENFANTS, VOUS N’AVEZ PLUS DE TEMPS À PERDRE ! La terre devient de plus en plus saccagée par le péché.

Mais vous, qui priez, acceptez cette purification. Ne vous désistez pas et laissez-vous imprégner du Sceau de Mon Amour pour que Mon Cœur de Mère puisse triompher dans le cœur de ceux qui sont au bord de l’abîme.

Ne vous attardez pas, car le temps est compté pour plusieurs de Mes enfants, car beaucoup de catastrophes et de calamités vont se répandent sur la terre.

Quant à vous, qui êtes unis au Ciel par la prière, ne vous troublez pas et surtout ne vous découragez pas, car Je serai toujours près de vous afin de vous donner les Lumières et la Grâce du moment.

Persistez, même si parfois cela vous demande beaucoup d’efforts pour vous unir au Ciel par la prière, car la prière demeure votre force et votre soutien. Ne vous alarmez pas, mais priez afin que votre cœur puisse demeurer dans la paix.

Chers enfant, Je vous bénis. Merci cher fils, de ton écoute.»

Marie, ta Maman

r/b

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/09/message-de-notre-maman-du-ciel-via-robert-brasseur-canada-samedi-7-septembre-2019-tout-doit-se-realiser.mes-enfants-vous-n-avez-plus

Théologie de François : Saint Paul « construsait des ponts » avec des croyances païennes

Résultat de recherche d'images pour "Théologie de François :"

Théologie de François : Saint Paul « construisait des ponts » avec des croyances païennes

Au cours de l’audience générale du 6 novembre, François a affirmé que Saint Paul a ouvert « un chemin entre l’Evangile et le monde païen » et « construit un pont de dialogue avec la culture ».

En réalité, Paul a converti les païens à l’Église, leur disant de brûler les ponts derrière eux.

A l’opposé de saint Paul, François a insisté pour « construire des ponts avec la culture, avec ceux qui ne croient pas ou avec ceux qui ont un credo différent du nôtre ».

Ses revendications étaient une tentative évidente de projeter dans le Nouveau Testament son indifférentisme religieux qu’il exprimait ouvertement dans le document d’Abou Dhabi.

https://gloria.tv/post/8PYUc1SkzuTwDyPQP4pvD9p4J

Jésus – Lorsque vous recevez Mon Corps et Mon Sang dans la Sainte Communion, Je vous donne de la force pour que votre âme puisse chasser les tentations du diable

Alternate text goes here

Vendredi, le 20 septembre, 2019

Jésus a dit : Mon fils, chaque fois que vous Me recevez dans la Sainte Communion, vous recevez les grâces de ce sacrement, et vous ressentez La Vraie Présence de la Sainte Trinité. Lorsque vous mangez de la nourriture physique, ceci donne de la force à votre corps. Lorsque vous recevez Mon Corps et Mon Sang dans la Sainte Communion, Je vous donne de la force pour que votre âme puisse chasser les tentations du diable. Si vous Me recevez à la Messe quotidienne, vous nourrissez alors votre âme et votre corps. Je veux vous rappeler ce que J’ai dit en Jean 6:53-54. ‘Amen, amen, Je vous le dis, si, vous ne mangez la chair du Fils de l’Homme et ne buvez son sang, vous n’aurez pas la vie en vous. Qui mange Ma chair et boit Mon sang a la vie éternelle et Je le ressusciterai au dernier jour.’ Vous êtes bénis de Me recevoir dans votre âme à chaque Messe. »

Plus de détails sur les prêtres assassinés

Plus de détails sur les prêtres assassinés

Le révérend Hovsep Bidoyan et son père, tous deux prêtres catholiques arméniens, ont été abattus le 11 novembre à Qamishli, à la frontière turque, par deux criminels à motocyclette armés de mitrailleuses, selon un prêtre catholique arménien qui s’est adressé à Gloria.tv.

Le crime s’est produit alors qu’ils voulaient voir les progrès de la restauration d’une église endommagée.

Ils avaient averti l’évêque des dangers de la visite. Mais l’évêque a insisté dans l’obéissance et n’a même pas permis aux soldats de les accompagner. Daesh a revendiqué la responsabilité du crime.

Après la libération de la région par l’armée syrienne, de nombreux membres de ce groupe, qui ont été acheminés dans le pays par les Etats-Unis et leurs alliés, sont restés.

https://gloria.tv/post/iYC3DQ2oB4Gv4Ei8nfAFewooH

Mgr Carlo Maria Viganò : « L’abomination des rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu. »

07 novembre, 2019

Mgr Carlo Maria Viganò : « L’abomination des rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu. »

Mgr Carlo Maria Viganò a accordé une importante interview à Diane Montagna de LifeSiteNews où il évoque les cérémonies idolâtres qui ont eu lieu au Vatican et à Rome à l’occasion du synode sur l’Amazonie, ainsi que les objectifs de cette assemblée « manipulée », selon lui, en vue d’objectifs fixés d’avance.
Celui qui a sonné l’alerte à propos de la « couverture » d’un grand nombre d’abus sexuels cléricaux par le pape François lui-même, affirme que « l’abomination des rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu ».
Mgr Carlo Maria Viganò évoque une « attaque frontale » contre l’Eglise du Christ et exhorte les fidèles à engager le combat « pour défendre l’Epouse du Christ. »
Voici ma traduction intégrale de cet entretien. – J.S.

*Diane Montagna : Excellence, comment décririez-vous la trame du récit synodal ? Pourriez-vous suggérer une image qui la résume bien ?

Mgr Viganò : La barque de l’Eglise est en proie à une tempête déchaînée. Pour calmer la tempête, les Successeurs des Apôtres qui ont tenté de laisser Jésus sur le rivage, et qui ne perçoivent plus Sa présence, ont commencé à invoquer la Pachamama !

Jésus a prophétisé : « Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. » (Mt 24,15 ; 21).

L’abomination des rites idolâtres est entrée dans le sanctuaire de Dieu et a donné naissance à une nouvelle forme d’apostasie, dont les semences – qui sont actives depuis longtemps – croissent avec une vigueur et une efficacité renouvelées. Le processus de mutation interne de la foi qui a cours dans l’Eglise catholique depuis plusieurs décennies, a connu avec ce Synode une accélération dramatique en direction de la mise en place d’un nouveau credo, récapitulé dans un nouveau type de culte. Au nom de l’inculturation, des éléments païens sont en train d’infester le culte divin afin de le transformer en culte idolâtre.

Quelle est, selon vous, la partie la plus préoccupante ou la plus problématique du document final du Synode de l’Amazonie ?

La stratégie de toute l’opération synodale amazonienne est la tromperie, l’arme préférée du diable : dire des demi-vérités pour atteindre une fin perverse. Ils évoquent un manque de prêtres : ils en tirent la conclusion qu’il faut s’ouvrir aux prêtres mariés et au diaconat féminin pour détruire le célibat, d’abord en Amazonie, puis dans toute l’Eglise. Sur quel continent la première évangélisation menée par l’Eglise catholique a-t-elle jamais été réalisée par des prêtres mariés ? Les missions en Afrique, en Asie et en Amérique latine ont été réalisées principalement par l’Eglise latine, et seulement dans une très faible mesure par les Eglises orientales et leur clergé marié.

Le document final de cette assemblée honteusement manipulée, dont l’ordre du jour et les résultats ont été prévus de très longue date, constitue une attaque frontale contre l’édifice divin de l’Église : elle s’en prend à la sainteté du sacerdoce catholique et fait la promotion de l’abolition du célibat ecclésiastique et du diaconat féminin.

Qu’a révélé la saga de la Pachamama ? Et que faut-il faire pour y répondre ?

A Abu Dhabi, le pape François a déclaré par écrit que toutes les religions résultent de la « sage volonté » de Dieu. Malgré la correction fraternelle qui lui a été présentée en personne et par écrit par Mgr Athanasius Schneider, le pape François a ordonné que sa déclaration hérétique soit enseignée dans les universités pontificales et qu’une Commission spéciale soit créée pour diffuser cette grave erreur doctrinale.

Conformément à cette doctrine aberrante, il n’est pas surprenant que le paganisme et l’idolâtrie fassent également partie des religions voulues par Dieu. Le Pape nous l’a montré et l’a mis en œuvre personnellement, profanant les jardins du Vatican et l’église de Santa Maria in Traspontina, profanant la basilique Saint-Pierre et la messe de clôture du synode en plaçant sur l’autel de la confession cette « plante » idolâtre, étroitement liée au Pachamama.

Selon la tradition de l’Église, l’Église de Santa Maria in Traspontina et la basilique Saint-Pierre doivent être reconsacrées au vu des profanations idolâtres effroyables qui y ont été commises.
La saga de la Pachamama a révélé une violation flagrante et très grave du Premier Commandement, ainsi que la dérive vers l’idolâtrie dans une « Eglise à visage amazonien ». Ce rite, qui s’est déroulé au cœur de la chrétienté, et auquel Bergoglio a participé, assume la valeur d’un rite initiatique de la nouvelle religion. La vénération de la Pachamama est le fruit empoisonné de « l’inculturation » à tout prix, et une expression fanatique de la « théologie indienne ». Le Synode a offert un tremplin à cette nouvelle église syncrétiste, néo-païenne, dédiée au culte de la Terre Mère, au mythe naturaliste du « bon sauvage » et au rejet du modèle et du mode de vie occidental des sociétés avancées.

L’idolâtrie scelle l’apostasie. Elle est le fruit du reniement de la vraie foi. Elle naît de la méfiance à l’égard de Dieu et dégénère en protestation et rébellion. Le P. Serafino Lanzetta a récemment affirmé :

« Adorer une idole, c’est s’adorer soi-même à la place de Dieu… C’est adorer l’anti-Dieu qui nous séduit et nous sépare de Dieu, c’est-à-dire le diable, comme on peut le voir clairement dans les paroles de Jésus au tentateur dans le désert (cf. Mt 4, 8-10). L’homme ne peut qu’adorer, mais il doit choisir celui qu’il adorera. En tolérant la présence des idoles – la Pachamama dans le contexte actuel – à côté de la foi, on affirme que la religion est essentiellement ce qui satisfait les désirs de l’homme. Les idoles sont toujours séduisantes parce qu’on adore ce qu’on veut et, surtout, on n’a pas à subir de nombreux de maux de tête moraux. Au contraire, les idoles sont pour la plupart la sublimation de tous les instincts humains. Le vrai mal de tête, cependant, vient quand la corruption morale se répand et infeste l’Eglise. C’est un “abandon de Dieu” au profit de  l’impureté, pour devenir prostitués au service d’autres dieux en échangeant la vérité de Dieu contre le mensonge, en adorant et en servant des créatures à la place du Créateur (cf. Rm 1,24-25). On a l’impression que saint Paul nous parle aujourd’hui même. La racine de cette triste et tragique histoire est l’effondrement dogmatique et moral. »

Nous ne pouvons rester indifférents aux actes idolâtres dont nous avons été témoins et qui nous ont laissés abasourdis. Ces attaques contre la sainteté de notre Mère l’Eglise exigent de nous une réparation juste et généreuse. Il est urgent de redécouvrir le sens de la prière, de la réparation et de la pénitence, du jeûne, des « petits sacrifices, des petites fleurs » et surtout de l’adoration silencieuse et prolongée devant le Saint Sacrement.

Demandons au Seigneur de revenir et de parler au cœur de son Epouse bien-aimée, l’attirant à Lui dans la grâce de son amour premier et irrévocable, après qu’elle a commis l’erreur de se livrer au monde et à sa prostitution.

Que le Synode de l’Amazonie nous a-t-il montré de la nature de la « synodalité » ?

L’Eglise n’est pas une démocratie. Le Synode des Evêques, depuis que Paul VI l’a établi avec le Motu Proprio Apostolica Sollicitudo le 15 septembre 1965, a toujours traité des problèmes concernant l’Eglise universelle et a accordé aux évêques représentant toutes les conférences épiscopales du monde entier le droit d’y participer. Le Synode pour l’Amazonie n’a pas respecté ce critère.

L’Eglise en Amazonie a certainement ses propres problèmes majeurs, qui doivent donc être abordés au niveau local. Pour les résoudre, il aurait suffi que les évêques latino-américains suivent les recommandations que le Pape Benoît XVI leur a faites lors de sa visite à Aparecida en 2007. Ils ne l’ont pas fait. En effet, pendant des décennies, beaucoup d’entre eux ont permis – quand ils ne les ont pas encouragés – aux adeptes de la théologie de la libération et des idéologies d’origine largement germanique, avec les Jésuites en première ligne, de continuer à refuser de proclamer le Christ comme seul Sauveur.

« Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, et qui au dedans sont des loups ravisseurs. » (Mt 7,15). Une partie de l’Église en Amazonie est en situation d’échec, en partie à cause des nonces apostoliques au Brésil, tel l’actuel secrétaire générale du Synode des évêques, qui a proposé des candidats pour l’épiscopat comme ceux que nous avons vus au synode sur l’Amazonie. En organisant un synode à Rome, au lieu d’un synode local, et en invitant des évêques choisis parmi les plus aveugles pour guider d’autres aveugles, y a-t-il eu une tentative d’exporter et de répandre la maladie dans l’Eglise universelle ?

Le Pape François utilise la « synodalité » d’une manière très contradictoire et à peine synodale ! La « synodalité » est l’un des « mantras » du pontificat actuel, la solution magique à tous les problèmes qui affectent la vie de l’Eglise. La « conversion synodale », tant vantée, a supplanté la conversion au Christ. C’est précisément pour cela que la « synodalité » n’est pas la solution, mais le problème.
De plus, le Pape François semble concevoir la synodalité comme une voie à sens unique : les acteurs, les contenus et les résultats sont planifiés et orientés de manière ciblée et sans ambiguïté. En conséquence, l’institution synodale est sérieusement délégitimée et l’adhésion des fidèles à cette institution est minée.

On a aussi l’impression qu’on s’est saisi de la synodalité pour l’utiliser comme un instrument pour se libérer de la Tradition et de ce que l’Eglise a toujours enseigné. Comment une véritable synodalité peut-elle exister en l’absence d’une fidélité absolue à la doctrine ?

S’exprimant à l’Angélus au sujet de l’assemblée qui vient de s’achever, François a dit : « Nous nous sommes regardés dans les yeux et nous nous sommes écoutés avec sincérité, sans cacher les difficultés. » Ces paroles parlent d’une synodalité exercée de bas en haut, et non pas depuis le Christ Seigneur et l’écoute de sa Vérité éternelle. Elles sont le reflet d’une synodalité sociologique et mondaine au service d’un projet purement humain et idéologique.

Que pensez-vous de la façon dont l’appareil médiatique du Vatican a traité le synode ? Les plus critiques disent qu’il a perdu toute crédibilité.

Pendant le Synode, nous avons assisté à une gestion de la communication à la soviétique, avec l’imposition d’une « version officielle » qui ne coïncidait presque jamais avec la réalité. Lorsque la preuve du mensonge ou de l’ambiguïté a été mise en lumière par tant de journalistes courageux, ils l’ont niée ou ont crié au complot.

On a déchiré les vêtements, au point de déposer une plainte officielle après le jet de la déesse mère Pachamama dans le Tibre ! Puis il y a eu les épithètes habituelles : on a parlé de catholiques conservateurs et fanatiques, des rétrogrades qui ne croient pas au dialogue, des gens qui ignorent l’histoire de l’Eglise, comme l’a affirmé un éditorial favorable à ces statues publié par Vatican News, avec une citation du cardinal Newman. Pourtant, la citation de Newman, selon laquelle les éléments d’origine païenne sont sanctifiés par leur adoption dans l’Eglise, témoigne non seulement de la mauvaise foi de celui qui les a utilisés, mais en outre elle se retourne contre lui.

La citation de Newman met en réalité en évidence la différence substantielle qui existe entre la sage pratique de l’Eglise du Christ et les méthodes de l’apostasie moderniste. En effet, l’Eglise romaine, qui a détruit la tyrannie des idoles démoniaques (pensez à la démolition des temples d’Apollon par saint Benoît ou du chêne sacré par saint Boniface) et établi le royaume du Christ, adopte des formes de la religion païenne antique et les baptise. Les nouveaux modernistes, à l’inverse, croyant que Dieu veut positivement la diversité des religions, s’abandonnent volontiers au syncrétisme et à l’idolâtrie.
Que le Synode pour l’Amazonie a-t-il précisément mis en danger ou menacé quant à l’Eglise et à sa Foi ?

Le Synode pour l’Amazonie fait partie d’un processus qui ne vise rien de moins que de changer l’Eglise. Le pontificat du pape François est parsemé d’actes sensationnels visant à saper des doctrines, des pratiques et des structures qui, jusqu’à présent, étaient considérées comme consubstantielles à l’Eglise catholique. Lui-même a défini ce processus comme un « changement de paradigme », c’est-à-dire une rupture claire avec l’Eglise qui l’a précédé.

Avec le Synode amazonien, l’utopie d’une nouvelle église tribaliste et écologiste se profile à l’horizon. C’est l’ancien projet de ce progressisme latino-américain auquel Jean Paul II et celui qui était alors le cardinal Ratzinger étaient déjà confrontés, mais qui n’a jamais vraiment été éradiqué – et qui est maintenant prôné au sommet de la hiérarchie catholique. Le but de ce Synode est d’avancer vers la consécration définitive de la théologie de la libération dans sa version « verte » et « tribale ».
Avec ce Synode, comme en d’autres occasions, l’Eglise catholique semble s’aligner sur les stratégies qui dominent la scène mondialiste et sont soutenues par des forces et de finances puissantes. Ces stratégies sont radicalement anti-humaines et intrinsèquement anti-chrétiennes. L’ordre du jour inclut même la promotion de l’avortement, de l’idéologie de genre et de l’homosexualité, et il fait de la théorie du réchauffement climatique anthropogénique un dogme.

Pour nous tous, catholiques, la scène s’assombrit de jour en jour dans la Sainte Eglise. L’offensive progressiste qui se poursuit laisse présager une véritable révolution, non seulement dans la manière dont l’Eglise est comprise, mais aussi dans les images apocalyptiques qu’elle donne à l’ordre mondial tout entier. C’est avec une profonde tristesse que nous voyons le pontificat actuel marqué par des faits inhabituels, des comportements déconcertants et des déclarations qui contredisent la doctrine traditionnelle, et qui sèment dans les âmes un doute d’ensemble sur ce qu’est l’Église catholique et quels sont ses principes vrais et immuables. C’est comme si nous étions aux prises avec un chaos religieux aux proportions gigantesques. Si ce plan satanique réussit, les catholiques qui y adhèrent changeront de religion, et l’immense troupeau de Notre Seigneur Jésus Christ sera réduit à une minorité. Cette minorité aura probablement beaucoup à souffrir. Mais elle sera soutenue par la promesse de Notre Seigneur que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Eglise, et avec Lui, elle vaincra par le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie promis par Notre Dame à Fatima.

A votre avis, que les organisateurs du synode ont-ils accompli de leur point de vue ? Quels progrès ont-ils réalisés par rapport leur programme ?
Les organisateurs et les protagonistes du Synode ont certainement atteint un de leurs objectifs : rendre l’Eglise plus amazonienne et l’Amazonie moins catholique. Le paradigme amazonien n’est donc pas la fin du processus de transformation auquel vise la « révolution pastorale » promue par le magistère papal actuel. Il sert de passerelle pour transporter ce qui reste de l’édifice catholique vers une Religion universelle indistincte.

Le paradigme amazonien, avec sa vénération panthéiste de la Terre Mère et son interconnexion utopique entre tous les éléments de la nature, devrait permettre (selon les spéculations théologiques développées dans les régions germaniques) le dépassement de la religion catholique traditionnelle par un Panthéon Mondial et Apatride. Le récent Synode a été couronné de succès dans le sens de la création d’une Eglise amazonienne constituée d’un ensemble de croyances, de cultes, de pratiques pagano-sacramentelles, de liturgies inculturées en communion avec la nature et de nombreux prêtres indiens mariés, avec l’objectif ultérieur d’ordonner des femmes. C’est une étape aberrante et vraiment significative dans le programme d’une « Eglise en sortie » qui s’occupe du processus de la Grande Substitution du catholicisme par une autre religion, celle qui glorifie l’Homme à la place de Dieu.

Vous êtes l’ancien nonce apostolique aux Etats-Unis. Que penseriez-vous de l’idée que les laïcs inondent de lettres les Nonciatures du Vatican et les Nonciatures apostoliques ?

« Le royaume des Cieux se prend par violence, et ce sont les violents qui s’en emparent. » (Mt 11, 12). Ainsi que le Pr. Roberto de Mattei nous y invite : « Nous devons militariser nos cœurs et les transformer en Acies Ordinata. L’Eglise n’a pas peur de ses ennemis, elle gagne toujours quand les chrétiens combattent. Nos adversaires sont unis par leur haine du bien, nous devons nous unir dans l’amour du bien et de la vérité. Ce n’est pas une bataille ordinaire mais une guerre ! Il est urgent que la résistance catholique soit fortement unie et visible face au processus continu d’auto-démolition de l’Eglise, notamment en surmontant « les nombreux malentendus qui souvent divisent le champ du bien, et cherchant parmi ces forces une unité de but et d’action, tout en maintenant leurs différentes identités légitimes » (De Mattei).

Dans ces heures les plus graves, les laïcs sont certainement le fer de lance de la résistance. Par leur courage, ils doivent faire appel à nous, bergers, et nous encourager à avancer, avec plus de courage et de détermination, pour défendre l’Epouse du Christ. L’avertissement de sainte Catherine de Sienne s’adresse à nous, les bergers : « Ouvrez les yeux, et regardez les fléaux mortels qui ravagent le monde, et surtout le corps mystique de la sainte Eglise. Hélas ! que votre cœur se brise en voyant tant d’outrages contre Dieu ! Hélas ! ne gardez plus le silence, et criez comme si vous aviez mille voix. C’est le silence qui perd le monde; l’Epouse du Christ est toute pâle. »

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?
Laissons le mot de la fin à sainte Brigitte de Suède, co-patronne de l’Europe :

Le Père éternel parlait, lorsque toute la cour céleste, écoutait, disant : 

« Devant vous je me plains : j’ai donné ma fille à un homme qui l’afflige trop et la serre misérablement avec un cep de bois, de sorte que toute la moelle sort de ses pieds. » 

Son Fils répondit : « C’est celle-là que j’ai rachetée de mon propre sang et que j’ai épousée par mon amour ; mais maintenant, on me l’a ravie par violence. » 

Alors le Père répondit au Fils : « Mon Fils, votre plainte est ma plainte, votre parole est ma parole, vos œuvres sont mes œuvres. Vous êtes en moi et je suis en vous inséparablement. Que votre volonté soit faite. » 

Ensuite la Mère de Dieu disait : « Vous êtes mon Dieu et mon Seigneur, et en mon corps ont été les membres de votre vrai Fils et mon vrai Fils. Or, je ne vous ai rien refusé sur la terre : ayez donc pitié de votre fille, l’Eglise, pour l’amour de mes prières. » 

Après, il dit à la Vierge sainte, Mère de Dieu : « Comme vous ne m’avez rien refusé sur la terre, je ne veux rien vous refuser dans le ciel. Que votre volonté soit accomplie. » 

Après ceci, les anges parlaient, disant : « Vous êtes notre Dieu et notre Seigneur, et nous avons en vous toute sorte de biens, et nous n’avons besoin que de vous.  Quand vous vous choisîtes cette épouse, nous vous en félicitions tous ; mais maintenant, nous pouvons nous en contrister à bon droit, car elle est livrée entre les mains d’un méchant, qui l’avilit misérablement et la charge d’opprobres.   Faites-lui donc miséricorde pour l’amour de votre grande miséricorde, car sa misère est immense, et il n’y a personne qui la console et l’en affranchisse, si ce n’est vous, ô Seigneur, Dieu tout-puissant ! » 

 Et il dit aux anges : « Vous êtes mes amis, et les flammes de votre amour brûlent dans mon cœur.  Je ferai miséricorde à ma fille pour l’amour de vos prières. » (Révélations, livre I, chapitre 24.)

Encore une fois, laissons  sainte Brigitte prendre la parole :

 « Apprends que si un Pape se montrait disposé à autoriser le mariage des prêtres, il s’attirerait un jugement terrible ; Dieu le frapperait de cécité et surdité spirituelles ; il ne pourrait plus rien dire, ni rien faire, ni rien goûter dans l’ordre surnaturel ; et, en outre, après sa mort, son âme serait précipitée au fond de l’enfer, pour y rester éternellement la proie des démons. Oui, lors même que le saint Pape Grégoire eût établi cette loi, il n »aurait jamais obtenu miséricorde devant Dieu, à moins qu’il ne l’eût rapportée humblement, avant de mourir (1). » (Révélations, Livre VII, 10).

Seigneur, ayez pitié de votre Église, par amour pour nos prières et pour nos afflictions !

Propos recueillis par Diane Montagna
© leblogdejeannesmits pour la traduction.
© photo : Olivier Figueras

Le prêtre qui a brûlé les Pachamama parle : elles « parodient » Notre Dame de Guadalupe

08 novembre, 2019

Le prêtre qui a brûlé les Pachamama parle : elles « parodient » Notre Dame de Guadalupe

Les « Pachamama » vénérées de manière idolâtre au Vatican et dans la ville de Rome au moment du synode sur l’Amazonie étaient une « parodie » de la Vierge de Guadalupe, selon un exorciste mexicain cité par le prêtre qui a brûlé des effigies de la statuette il y a quelques jours au cours d’un rite de réparation que l’on peut voir ici sur le blog d’Yves Daoudal.

Ce prêtre catholique de l’archidiocèse de Mexico, le P. Hugo Valdemar Romero, a expliqué dans un entretien avec LifeSiteNews pourquoi il a décidé de brûler des statues païennes de la « Pachamama ». Son geste, visant à expier le péché public d’idolâtrie au synode sur l’Amazonie, se justifiait par la « loi de Dieu », a-t-il déclaré.La vidéo de la cérémonie qui a eu lieu en fin de semaine dernière est vite devenue virale sur les réseaux sociaux.

Le P. Hugo Valdemar Romero, ancien porte-parole de l’Archidiocèse de Mexico, actuellement grand pénitencier, a déclaré à LifeSiteNews qu’il avait invité les fidèles à participer à cette cérémonie en raison du « scandale et de la douleur causés par les graves actes d’idolâtrie, réalisés au Vatican avec les idoles amazoniennes pendant le synode sur l’Amazonie ».

Voici ma traduction intégrale de l’interview du P. Hugo Valdemar Romero avec Bree A. Dail de LifeSiteNews.*

Qu’est-ce qui a inspiré votre geste, c’est-à-dire la décision de prendre la tête des fidèles pour prononcer des prières de réparation, puis brûler les effigies de la Pachamama ? Ce sont le scandale et la douleur causés par les graves actes d’idolâtrie, perpétrés au Vatican avec des idoles amazoniennes pendant le synode sur l’Amazonie. De nom nombreux fidèles, très blessés et en colère, se sont tournés vers moi ; ils nous demandaient (au clergé) de faire quelque chose pour montrer que nous rejetons l’idolâtrie et pour demander pardon à Dieu pour tant de sacrilèges et de profanations. J’ai donc décidé de faire ces actes de réparation.

Avez-vous parlé à des exorcistes d’Amérique latine et croyez-vous que ces rituels relevaient d’une influence démoniaque ?Oui, j’ai parlé à un exorciste de Mexico qui m’a affirmé que la figure de la Pachamama était une parodie de la Vierge de Guadalupe. La Sainte Vierge, Notre Dame de Guadalupe apparaît dans sa sainte image comme une femme enceinte. Elle est venue pour donner naissance à Jésus, Lumière du Monde et seul Vrai Dieu, le seul but de notre vie. Elle est venue comme la Femme de l’Apocalypse, revêtue de soleil, et la lune à ses pieds. Cette Pachamama, en revanche, est sur le point de donner naissance à une créature rouge, de couleur démoniaque, et cette créature n’est rien de moins qu’une « nouvelle église ». Cette « église » est née du synode qui vient de s’achever – cette soi-disant « église à visage amazonien » qui prétend célébrer des rites orthodoxes, mais qui promeut (la notion de) diacres féminins et de prêtres mariés, l’exact contraire de la doctrine catholique et de la tradition de l’Église (romaine).

Dans votre vidéo, nous vous voyons parler de Notre-Dame de Guadalupe. A S. Maria in Traspontina, l’image de Notre-Dame de Guadalupe pouvait se voir, poussée sur le côté d’un des autels latéraux – où les Pachamamas ont été placées. Estimez-vous que c’est important ?Bien sûr, c’est la grande imposture de la déesse satanique Pachamama. Elle cherche à usurper la place de Notre Dame de Guadalupe, à ôter de la foi catholique Celle qui est la Mère du Vrai Dieu, et à mettre à la place de Notre Dame la Terre-Mère, qui en réalité est idolâtrie, panthéisme et superstition.

En quoi l’apparition de Notre Dame à Guadalupe fut-elle significative pour contrer le paganisme en Amérique latine ?Ce fut fondamental, parce que, comme le disait saint Jean Paul II, elle était le modèle parfait de l’inculturation. Cela veut dire que Notre Dame a pris des éléments de la culture du monde indigène, non pas pour créer un syncrétisme avec le paganisme, mais pour purifier certains symboles et leur donner un sens chrétien. En attendant, avec la Pachamama, l’intention n’est pas l’inculturation authentique mais une usurpation diabolique pour restaurer l’idolâtrie.

Il semble y avoir eu une montée de l’occultisme au Mexique, y compris la « Santería ». Croyez-vous que les rituels au Vatican relevaient du même  synchronisme, et pourquoi ?Malheureusement, là où la foi est affaiblie, le paganisme et la superstition reviennent. C’est ce que nous voyons, non seulement au Mexique, mais dans tout le monde occidental, qui a abandonné le christianisme, et qui le compense par des superstitions, le Nouvel Age et le Satanisme.

Vos détracteurs ont affirmé que vous avez manqué de respect envers la culture indigène en brûlant les effigies de la Pachamama. Pouvez-vous nous expliquer comment l’histoire de l’Amérique latine, y compris au Mexique, vient au secours de vos actes de réparation et de prière ?Ceux qui exigent le respect doivent aussi respecter. Personne n’aurait rien dit si les idoles amazoniennes avaient été exposées dans les musées du Vatican ou dans une salle d’exposition, mais ce qu’ils ont fait est une véritable abomination et un sacrilège. Nous avons regardé, stupéfaits, comment les idoles étaient vénérées devant le Pape lui-même, dans les jardins du Vatican, et nous avons été témoins des rituels de culte quotidiens dans l’église de Santa Maria in Traspontina. Outre que c’était un crime contre la loi divine, c’était une offense pour les catholiques qui rejettent l’idolâtrie et qui ne veulent pas être témoins de la profanation de nos églises.

Nous avons vu, ces derniers mois, un évêque colombien exorciser son diocèse (à cause du niveau élevé de drogue, de violence et d’occultisme que l’on y trouve), ainsi que de violentes féministes pro-avortement essayer de brûler la cathédrale de Mexico City. Des nouvelles de l’escalade de la violence des cartels sont rapportées du Mexique. Penses-vous que tout cela est lié ? Quel est le remède ?Derrière tout ce qui détruit la vie humaine, comme l’avortement et les crimes liés aux stupéfiants, se cache Satan. Il est « menteur et assassin dès le commencement », comme l’appelle Jésus, et nous pouvons dire que ces deux attributs désignent les pratiques préférées du démon. Nous trouverons toujours son influence quand nous en serons témoins.

Après avoir vu votre vidéo, de nombreuses personnes ont appelé leurs prêtres et leurs évêques à se lever et à organiser à leur tour des actes de réparation. D’autres, plus nombreuses encore, craignent que vous ne fassiez l’objet de représailles de la part de certains membres de la hiérarchie, et que cela n’effraie leur clergé. Qu’en dites-vous ?Malheureusement, la tolérance, le dialogue et la miséricorde si souvent mis en avant par ce pontificat ne semblent s’adresser qu’à ceux de l’extérieur (de l’Eglise), alors que pour ceux de l’intérieur il y a censure, silence et représailles. Oui, il y a beaucoup de peur, et surtout la peur qu’il n’en résulte un schisme. Mais il y a malheureusement déjà un schisme de facto. En ce qui me concerne, cependant, je n’ai pas encore été censuré et, bien sûr, je suis prêt à répondre de mes actes. Ces actions, cependant, ne sont pas en dehors de la loi de Dieu ou du droit canonique. Je n’ai pas peur parce que je me sens protégé par Dieu et surtout par Notre Dame de Guadalupe – je défendrai toujours son honneur.

Quel message souhaiteriez-vous nous adresser ?Seulement que nous ne devons pas perdre la foi ! La foi est ce qui vainc le monde. Ne manquez pas d’aimer Christ de toute votre âme. Ne manquez pas d’aimer Sa Sainte Mère et l’Eglise, qui traverse une grande tribulation dans laquelle, à la fin, le Christ triomphera, n’en doutez pas.*** 

Prières récitées par le P. Hugo Valdemar Romero
pendant la destruction des effigies de la Pachamama par la feu

Prières de réparation

Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, recevez des mains de l’Immaculée, Mère de Dieu, Vierge Marie de Guadalupe, de notre cœur contrit, un acte sincère de réparation pour les actes d’adoration des idoles et des fétiches sataniques qui ont eu lieu à Rome, Ville éternelle et cœur du monde catholique, au cours du synode sur l’Amazonie.Versez dans le cœur des cardinaux, des évêques, des prêtres et des religieux et religieuses votre Esprit, qui expulsera les ténèbres des esprits, afin qu’ils reconnaissent l’impiété de tels actes, qui ont offensé Votre Divine Majesté, et qu’ils offrent des actes de réparation et de consolation.Accordez à tous les membres de l’Église la lumière de la plénitude et de la beauté de la foi catholique. Enflammez chacun du zèle ardent d’apporter le salut de Jésus-Christ, Vrai Dieu et vrai homme à tous les hommes, en particulier ceux de la région amazonienne, qui sont encore esclaves des idoles et de la superstition, afin que tous les gens de cette région atteignent la liberté des enfants de Dieu, et aient le bonheur indescriptible de connaître Jésus Christ, et par Lui entrent dans la vie de votre Nature Divine.Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, toi, le seul vrai Dieu, en dehors duquel il n’y a pas d’autre dieu ni salut, ayez pitié de votre Église. Regardez surtout les larmes, les soupirs contrits et humbles de vos fidèles et bénissez et protégez les vrais héros chrétiens qui, dans leur zèle pour votre gloire et dans leur amour pour l’Église Mère, ont jeté prophétiquement dans l’eau les idoles des abominations.Ayez pitié de nous : pardonnez-nous, Seigneur ! Ayez pitié de nous : Kyrie eleison !

Prières déprécatives

1. Pardonnez-nous, Seigneur, l’acte sacrilège d’adoration de la Pachamama et des idoles amazoniennes dans les jardins du Vatican.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

2. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de la basilique et du tombeau de l’apôtre saint Pierre, où ils ont prié et chanté aux idoles amazoniennes.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

3. Pardonne-nous, Seigneur, pour la procession du canot maudit avec les fétiches amazoniens portés par les évêques, religieux et laïcs dans la salle synodale.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

4. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de l’église dédiée à votre Sainte Mère, sous l’invocation de Santa María in Traspontina, à Rome, où  des ont abrité les idoles diaboliques de la Pachamama et l’ont adorée, offensant la mémoire de notre Sainte Mère et la sainteté de ta Maison.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

5. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de votre sainte Via Crucis, sur la Via de la Conciliazione à Rome, où l’on a offensé votre glorieuse Passion.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

.6. Pardonne-nous, Seigneur, pour la prières adressées à l’abominable idole de la Pachamama, composée par l’Agence pastorale de la Conférence épiscopale italienne et récitée dans plusieurs églises en Italie.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

7. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de la cathédrale de Lima au Pérou, où ils ont loué l’idole Pachamama, engendrée par Satan et par sa tromperie.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

8. Pardonnez-nous, Seigneur, pour tous les évêques, prêtres, religieux et religieuses qui ont offensé votre sainteté, vous le Dieu unique, en commettant le crime d’idolâtrie et défendant, répandant et adorant Satan à travers la tromperie de l’idole de la Pachamama.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

9. Pardonne-nous, Seigneur, pour les catholiques qui voient sans voir, qui entendent sans entendre, et qui prennent la défense de ces actes démoniaques et abominables d’adoration des idoles amazoniennes, tromperie du démon. Ne laissez pas leurs âmes se perdre, donnez-leur Votre Lumière Divine pour ne faire qu’un avec Vous, le seul Vrai Dieu.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

10. Pardonnez-nous, Seigneur, pour le cautionnement de l’« écologie intégrale », le mépris de l’être humain, le manque de courage pour défendre l’enfant à naître, les avortements et les crimes sans fin de tes enfants.–>

Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

© leblogdejeannesmits pour la traduction.

Le règne de l’Antichrist

Résultat de recherche d'images pour "Le règne de l'Antichrist"

Le règne de l’Antichrist

1. Généralités

Le terme « antichrist » ne se trouve que dans les épîtres de Jean (1 Jn 2:181 Jn 2:221 Jn 4:32 Jn 7). Il y désigne, d’une part un personnage, adversaire de Dieu, apparaissant à la fin des temps, et d’autre part les nombreux séducteurs qui sont ses précurseurs (Mt 24:5Mt 24:24) et qui sont animés du même esprit. Selon ces textes, un antichrist est celui qui ne reconnaît pas Jésus comme le Fils de Dieu incarné et qui milite pour cette négation.

L’Antichrist qui manifestera son autorité sur toute la terre est mentionné ailleurs dans l’Ecriture avec d’autres qualificatifs qui dépeignent son attitude et ses oeuvres.

Le grec utilise le mot « antichristos ». Mais la langue française ne reconnaît pas le mot « antichrist » qui signifie « contre Christ », mais seulement le mot « antéchrist » qui signifie « avant Christ ». Comme l’Antichrist viendra avant le retour en gloire de Christ (mais après sa venue sur les nuées pour l’enlèvement de l’Eglise), le terme Antéchrist n’est pas faux. Dans cette étude, nous utiliserons cependant le terme Antichrist, plus proche de l’original.

Note

Le livre de l’Apocalypse montre que trois personnes interviendront pour diriger la terre à la fin des temps. Ces personnes sont présentées sous une forme symbolique:

  • le dragon, qui est Satan (Ap 12:3Ap 12:9);
  • la bête montant de la mer, qui est l’Antichrist (Ap 13:1Ap 13:5-8 comparé à 2 Th 2:3-4);
  • la bête montant de la terre (Ap 13:11), qui est « le faux prophète » (Ap 13:13-14 comparé à Ap 19:20).

2. Les caractéristiques du règne de l’Antichrist

  • Séduction par des actes miraculeux de diverses natures (Ap 13:3Ap 13:13-152 Th 2:9; cf. Mc 13:22-23);
  • instauration d’un règne donnant l’impression d’apporter la paix et la sécurité (cf. 1 Th 5:3);
  • développement d’un système religieux universel par l’adoration de l’Antichrist lui-même (Ap 13:4Ap 13:8Ap 13:122 Th 2:4);
  • établissement d’une dictature universelle (Ap 13:3bAp 13:7b-8Ap 13:12Ap 13:16-17) avec extermination des opposants (Ap 13:15);
  • monopole économique de l’Etat (Ap 13:16-17);
  • persécution envers les saints (Ap 13:7Ap 13:15Ap 20:4), c’est-à-dire envers ceux, Juifs et non Juifs, qui déclarent leur foi en Dieu et en Jésus-Christ.

Durant ce règne, les jugements de Dieu s’abattront sur la terre à cause de l’apostasie (abandon de la foi) générale (Apocalypse chapitres 6, 8, 9, 16).

Au cours de l’Histoire, Néron, Hitler, Staline et d’autres encore, ont été considérés comme des précurseurs de l’Antichrist. Le comportement de ces hommes et leurs actes ont montré partiellement jusqu’où peut conduire un système semblable à celui que l’Antichrist établira.

3. La personnalité de l’Antichrist

L’Antichrist est

  • un adversaire acharné de Dieu (2 Th 2:4);
  • orgueilleux au point de désirer s’élever au-dessus de Dieu et de se proclamer lui-même Dieu (2 Th 2:4Jn 5:43);
  • l’impie par excellence (litt.: homme sans loi) (2 Th 2:32 Th 2:8-9);
  • doué de puissance et avide de pouvoir (Ap 13:7).

4. La manifestation de l’Antichrist

Satan (le dragon) donnera puissance et autorité à l’Antichrist (Ap 13:22 Th 2:9; cf. Mt 4:8-10).

L’Antichrist (la bête montant de la mer) prendra le pouvoir sur la terre (Ap 13:7).

Le faux-prophète (la bête montant de la terre) soutiendra l’Antichrist par ses miracles (Ap 13:12-132 Th 2:9-10) et par ses pressions économiques (Ap 13:16-17).

5. La durée du règne de l’Antichrist

Après avoir étendu progressivement son règne (première partie de la Tribulation, 3 ans et demi), l’Antichrist exercera sa dictature mondiale pendant 42 mois, soit 3 ans et demi (Ap 13:5b; cf. Mt 24:22).

Son règne se terminera par la venue de Jésus-Christ sur la terre (2 Th 2:8) lors de la terrible bataille d’Harmaguédon (Ap 16:13-16Ap 19:17-21), qui consommera la défaite de l’Antichrist.

L’Antichrist et le faux-prophète seront alors jetés dans l’étang de feu (Ap 19:20); cette destinée finale de l’Antichrist est aussi révélée par son nom « fils de perdition » (2 Th 2:3; sens: « celui qui est voué à la perdition« ). L’action de Satan sur la terre cessera aussi à ce moment-là (Ap 20:1-2), ceci pour une durée de mille ans.

https://www.bible-ouverte.ch/

Je suis mort sur la croix pour que tous les pécheurs puissent être sauvés en recherchant Mon pardon de leurs péchés par la Confession au prêtre.

Alternate text goes here

Jeudi, le 24 octobre, 2019 (S. Antoine Marie Claret)

Jésus a dit : « Mon peuple, vous pouvez interpréter cette vision des chaînes de deux façons. La première est une libération spirituelle des entraves de vos péchés qui ont été relâchés lorsque J’ai été crucifié sur la croix. Je suis mort sur la croix pour que tous les pécheurs puissent être sauvés en recherchant Mon pardon de leurs péchés par la Confession au prêtre. Le deuxième sens pourrait être combien plusieurs âmes souffrent physiquement des persécutions et même du martyre pour leur foi. Certains Chrétiens sont retenus par des menottes dans les prisons pour avoir tenu bon à leur foi. Ne craignez pas les malins car Mes anges vous protègeront. »

Jésus a dit : « Mon peuple, votre peuple fut frappé d’horreur à la vue des meurtres des bébés dans les cliniques du « planning familial ». Il n’importe pas que les médecins tuent les bébés en leur coupant le cou, ou s’ils se servent de produits chimiques toxiques dans le cœur, le résultat est un bébé mort dans tous les avortements que vous avez vus dans les films ‘Unplanned’ et ‘Gosnell’. Priez pour la fin à l’avortement, et renseignez les autres qu’il faut mettre fin à ces meurtres, ou bien J’y mettrai fin. »

Jésus a dit : « Mon peuple, J’ai vraiment un Livre de la Vie où l’on y trouve là les écrits de tous les noms de Mes fidèles. Ces âmes, qui ne sont pas écrites dans le Livre de la Vie, n’entreront pas su ciel. Et leurs âmes brûleront pour toujours dans les flammes de l’enfer. Lorsque vous croyez en Moi, et que Mes anges auront placé une croix invisible sur vos fronts, vous serez alors inscrits dans Mon Livre de la Vie. Ceci est une autre récompense pour M’être fidèles dans la vie. »

Jésus a dit : « Mon peuple, Halloween est plutôt une célébration des malins que d’une préparation à la Toussaint. Plusieurs se servent de ces symboles malins de diables et de sorcières en tant que décorations. Évitez de vous servir de ces symboles pour vos décorations. Les enfants se réjouissent à recevoir des bonbons ce soir-là, mais ne les vêtissez pas de costumes d’êtres malins. Pensez plutôt à honorer Mes saints plutôt que d’un congé malfaisant. »

Jésus a dit : « Mon peuple, préparez-vous à de nouveaux désastres alors que vous approchez la saison froide. Avec le retour du froid, vous vous rappelez vos rafales de neige, et comment vous devez déblayer vos entrées. Vous avez à peine le temps de ratisser vos feuilles avant que la neige ne vous atteigne. Vous avez eu un automne chaud sans gel jusqu’à maintenant. Vous voyez les feuilles qui changent et tombent, ce qui est un signe de l’hiver qui approche. Vous endurez les quatre saisons tel un cercle de changement de saisons dans votre vie. Rendez-Moi grâce de voir la beauté de Ma création. »

Prophéties pour l’Europe

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité"

Les pays européens succomberont à une dictature pire que celle d’Hitler

Samedi 18 février 2012 à 16h00

Ma chère fille bien-aimée, c’est Mon intention de protéger le plus grand nombre possible de Mes disciples car la Main de Mon Père descendra sous peu pour punir l’humanité de sa cruauté, et pour empêcher que de terribles atrocités soient commises par des pécheurs qui veulent détruire de nombreuses nations.

Vous serez tous protégés mais vous avez la responsabilité des autres. Regardez maintenant comment les pays européens succombent à une dictature pire que celle d’Hitler. Les plans ont été mis en place par le groupe mondial pour s’emparer de chacun des pays d’Europe. Babylone va tomber comme prédit.

L’Ours et le Dragon Rouge iront en guerre exactement comme cela a été prophétisé. Rome deviendra le siège d’une domination et de lois perverses. L’Italie va s’écrouler. La Grèce sera le catalyseur qui fournira l’excuse pour faire tomber Babylone. Tout va maintenant être révélé au monde.

La prière peut adoucir le tourment de Mes pauvres enfants qui seront forcés de mendier la nourriture qu’ils mangeront. Ils seront traités comme des enfants mais seront piétinés et asservis par le groupe mondial qui travaille en tandem avec les dirigeants européens.

Ce sont des traîtres, tous, non seulement envers ceux qu’ils servent, mais envers Dieu, Mon Père Tout-Puissant. Son Nom est haï par les membres de ce groupe qui ont aboli tout hommage envers Lui dans leurs pays. Pour cela, ils souffriront. Ils seront punis et empêchés de remplir leur mission scélérate. La Colère de Mon Père bien-aimé a maintenant atteint des hauteurs sans précédent avec la montée imminente du grand Dragon Rouge.

Tant de destruction, les enfants, tant d’avidité pour le pouvoir et la domination, tant de haine pour Moi, votre Divin Sauveur. Les quatre messagers de Satan sont arrivés et travaillent maintenant à l’intérieur de ces groupes. Ces dirigeants pervers et puissants sont contrôlés par l’antichrist qui est maintenant très actif. L’antichrist dirige une très grande organisation. Ils sont si rusés que peu se rendent compte de ce qu’ils font réellement.

Mes enfants, ils essaieront de tout conquérir et tous leurs plans sembleront se dérouler comme ils l’ont prévu. Mais c’est alors que Mon Père interviendra. Malheur à ceux qui devront affronter la Colère de Mon Père. Ils n’auront même pas la chance de trembler devant Lui s’ils ne se repentent pas immédiatement. Très peu d’entre vous, les enfants, connaissez la Vérité parce que beaucoup de ces gens contrôlent les informations que vous pensez être la vérité.

Vous n’avez pas d’autre moyen de savoir ce qui se trame dans le monde. Car les organismes que vous prenez pour des organismes responsables, qui se préoccupent des nations, sont en fait les groupes mêmes qui sont dirigés par l’antichrist. Ils transforment les nations que vous considérez tyranniques en victimes et les utilisent comme des marionnettes afin qu’au contraire elles semblent dangereuses au monde extérieur.

Vous ne devez pas toujours croire ce qui vous est présenté au nom de la justice. Priez avec ferveur pour tous vos frères et sœurs qui seront piétinés par ces gens.

Priez pour que L’Avertissement retarde leur action, et priez pour atténuer l’impact du plan orchestré pour abolir vos droits sur votre argent, votre nourriture ainsi que votre droit à pratiquer le Christianisme et les autres religions qui honorent Mon Père.

Votre Jésus-Christ bien-aimé

Sauveur de l’humanité

La bête à dix cornes est l’Union Européenne

Dimanche 19 février 2012 à 15h00

Ma chère fille bien-aimée, ne soyez pas effrayée par ces Messages, car ils sont donnés au monde par l’Amour que J’ai pour l’ensemble de l’humanité. La connaissance des événements à venir aidera à préparer Mes enfants afin qu’ils puissent défendre la Vérité.

Mes mises en garde peuvent aider à propager la conversion et permettront à Mes enfants, une fois encore, de reconnaître la Vérité de Ma promesse de retour. Mon Second Avènement aura lieu au cours de votre vie, les enfants.

Vous, enfants de cette génération choisie, recueillerez les merveilles de Mon Règne Glorieux sur Terre. J’inclus parmi vous, Mes enfants choisis, ceux qui M’ont tourné le dos et ont renié l’Existence de Mon Père Bien-aimé, Dieu le Très-Haut.

Mon Amour enveloppera ceux qui Me méprisent. Ils se convertiront plus tard. Cela ne suffira pas d’accepter les Messages que je vous ai donnés, Mon prophète de la fin des temps, responsable de l’ouverture des Sept Sceaux. Ce qui compte réellement, c’est le salut de tous vos frères et sœurs dans le monde.

Les deux alliés, la Russie et la Chine, vont unir leurs forces. Cela arrivera lorsque la bête à dix cornes se lèvera pour dominer leurs peuples innocents qui souffrent depuis si longtemps.

La bête à dix cornes est l’Union Européenne, Ma fille, dénommée Babylone dans le Livre de la Révélation.

Babylone tombera et sera dominée par le grand Dragon Rouge, la Chine, et son allié l’Ours, la Russie. Lorsque cela se produira, le communisme règnera et malheur à tous ceux qui seront vus en train de pratiquer leur religion en public. Toutes les religions seront bannies mais les Chrétiens souffriront la plus grande persécution.

Les Catholiques Romains ne seront pas tolérés du tout et ils devront dire les Messes en secret.

Le temps est venu, les enfants, tous Mes disciples, de commencer à organiser votre avenir. Je vous guiderai à tout moment. Commencez vos préparatifs maintenant parce qu’ainsi vous aurez le temps pour le faire.

Je vous le dis de nouveau, la prière et beaucoup de prières dilueront le pouvoir de la bête, de l’ours et du dragon rouge. Ils dirigeront pendant un temps très court. Car après cela ils seront détruits.

Votre Sauveur Bien-aimé

Rédempteur de l’Humanité

Jésus-Christ

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2012/fevrier-2012/

Sainte Françoise Romaine – Nombre des démons, leurs noms et leurs emplois

Résultat de recherche d'images pour "traité de l'enfer"

Nombre des démons, leurs noms et leurs emplois 


Dans la vision XVII, où la création des anges et leur classification furent manifestées à la servante de Dieu, Dieu lui fit discerner ceux qui devaient pécher de ceux qui demeureraient fidèles. Elle fut ensuite témoin de leur révolte et de la chute horrible qu’elle leur mérita. Or, elle ne fut pourtant pas aussi profonde pour les uns que pour les autres : un tiers de ces infortunés demeura dans les airs, un autre tiers s’arrêta sur la terre et le dernier tiers tomba jusque dans l’enfer. Cette différence dans les châtiments correspondit à celles que Dieu remarqua dans les circonstances de leur faute commune. Parmi ces esprits rebelles, il y en eut qui embrassèrent de gaieté de cœur, si je puis parler de la sorte, la cause de Lucifer; et d’autres qui virent avec indifférence ce soulèvement contre le Créateur, et demeurèrent neutres. Les premiers furent précipités sur le champ dans l’enfer, d’où ils ne sortent jamais, à moins que Dieu ne les déchaîne quand Il veut frapper la terre de quelque grande calamité, pour punir les péchés des hommes. Les seconds furent jetés partie dans les airs, et partie sur la terre ; et ce sont ces derniers qui nous tentent, comme je le dirai plus tard. 

Lucifer, qui voulut être l’égal de Dieu dans le ciel, est le monarque des enfers, mais monarque enchaîné et plus malheureux que tous les autres. Il a sous lui trois princes auxquels tous les démons, divisés en trois corps, sont assujettis par la volonté de Dieu ; de même que dans le ciel, les bons anges sont divisés en trois hiérarchies présidées par trois esprits d’une gloire supérieure. Ces trois princes de la milice céleste furent pris dans les trois premiers chœurs, où ils étaient les plus nobles et les plus excellents ; ainsi, les trois princes de la milice infernale furent choisis comme les plus méchants des esprits des mêmes chœurs, qui arborèrent l’étendard de la révolte. 

Lucifer était dans le ciel le plus noble des anges qui se révoltèrent, et son orgueil en fit le plus méchant de tous les démons. C’est pour cela que la justice de Dieu l’a donné pour roi à tous ses compagnons et aux réprouvés, avec puissance de les gouverner et de les punir, selon ses caprices ; ce qui fait qu’on l’appelle le tyran des enfers. Outre cette présidence générale, il est encore établi sur le vice de l’orgueil.

Le premier des trois princes qui commandent sous ses or-dres, se nomme Asmodée : c’était dans le ciel un chérubin, et il est aujourd’hui l’esprit impur qui préside à tous les péchés déshonnêtes. Le deuxième prince s’appelle Mammon : c’était autrefois un trône, et maintenant il préside aux divers péchés que fait commettre l’amour de l’argent. Le troisième prince porte le nom de Belzébuth ; il appartenait à l’origine au chœur des dominations, et maintenant il est établi sur tous les crimes qu’enfante l’idolâtrie, et préside aux ténèbres infernales. C’est aussi de lui que viennent celles qui aveuglent les esprits des humains. Ces trois chefs ainsi que leur monarque, ne sortent jamais de leurs prisons infernales ; lorsque la justice de Dieu veut exercer sur la terre quelque vengeance éclatante, ces princes maudits députent à cet effet un nombre suffisant de leurs démons subordonnés ; car il arrive quelquefois que les fléaux dont Dieu veut frapper les peuples, demandent plus de forces ou plus de malices que n’en ont les mauvais esprits répandus sur la terre et dans l’air. Alors les infernaux plus méchants et plus enragés, deviennent des auxiliaires indispensables. Mais hors de ces cas rares, ces grands coupables ne peuvent sortir des prisons où ils sont renfermés. 
Tous ces esprits infortunés sont classés dans l’abîme selon leur ordre hiérarchique. La première hiérarchie, composée de séraphins, de chérubins et de trônes, habite l’enfer le plus bas ; ils endurent des tourments plus cruels que les autres, et exercent les vengeances célestes sur les plus grands pécheurs. Lucifer qui fut un séraphin, exerce sur eux une spéciale autorité, en vertu de l’orgueil dont il a la haute présidence. Les démons de cette hiérarchie ne sont envoyés sur terre, que, lorsque la colère de Dieu permet que l’orgueil prévale pour punir les nations. 

La deuxième hiérarchie formée de dominations, de principautés et de puissances, demeure dans l’enfer du milieu. Elle a pour prince Asmodée qui, comme je l’ai déjà dit, préside aux péchés de la luxure. On peut deviner que, les démons de cette hiérarchie sont sur terre, lorsque les peuples s’abandonnent au vice infâme de l’impureté. 

La troisième hiérarchie qui se compose de vertus, d’archanges et d’anges, a pour chef Mammon, et habite l’enfer supérieur. Lorsque ces démons sont lâchés sur la terre, la soif des richesses y prévaut de toutes parts, et il n’est plus question que d’or ou d’argent. Quant à Belzébuth, il est le prince des ténèbres, et les répand, quand Dieu le permet, dans les intelligences, pour étouffer la lumière de la conscience et celle de la véritable foi. Tel est l’ordre qui règne parmi les démons dans les enfers ; quant à leur nombre, il est innombrable. 

On retrouve ces mêmes hiérarchies parmi les démons qui demeurent dans l’air et sur la terre, mais ils n’ont point de chefs, et par conséquent vivent dans l’indépendance et une sorte d’égalité. Ce sont les démons aériens qui, la plupart du temps, déchaînent les vents, excitent les tempêtes, produisent les orages, les grêles et les inondations. Leur intention en cela est de faire du mal aux hommes, surtout en diminuant leur confiance en la divine Providence, et les faisant murmurer contre la volonté de Dieu. 

Les démons de la première hiérarchie, qui vivent sur la terre, ne manquent pas de profiter aussi de ces occasions favorables à leur malice ; trouvant les hommes irrités par ces calamités et fort affaiblis dans leur soumission et leur confiance, ils les font tomber beaucoup plus facilement dans le vice de l’orgueil. Ceux de la deuxième hiérarchie ne manquent pas à leur tour de les précipiter de. leur hauteur superbe dans le cloaque impur, ce qui donne ensuite toute facilité aux démons de la troisième hiérarchie, de les faire tomber dans les péchés qu’enfante l’amour de l’argent. 

Alors les anges qui président aux ténèbres les aveuglent, leur font quitter la voie de la vérité, et rendent leur retour extrêmement difficile. C’est ainsi que tous les démons, malgré la différence de leurs emplois, se concertent et s’aident mutuellement à perdre les âmes. Les uns affaiblissent leur foi, les autres les poussent à l’orgueil, ceux-ci à l’impureté, ceux-là à l’amour des richesses, d’autres enfin leur jettent un voile sur les yeux et les écartent si fort de la voie du salut, que la plupart ne la retrouvent plus. Le seul moyen d’échapper à ce complot infernal, serait de se relever promptement de la première chute, et c’est précisément ce que ces pauvres âmes ne font pas. De là, cette chaîne de tentations, qui de chute en chute les conduit au fond du précipice. 

Lorsque j’ai dit que les démons qui sont dans l’air et sur la terre n’ont pas de chefs, j’ai voulu dire seulement qu’ils n’ont pas d’officiers subalternes ; car tous sont soumis à Lucifer, et obéissent à ses commandements, parce que telle est la volonté de la justice divine. Malgré la haine qu’ils portent aux hommes, aucun d’eux n’oserait les tenter sans l’ordre de Lucifer, et Lucifer lui-même ne peut prescrire, en ce genre que ce que lui permet le Seigneur plein de bonté et de compassion pour nous. 

Lucifer voit tous ses démons, non seulement ceux qui sont autour de lui dans l’enfer, mais encore ceux qui sont dans l’air et sur la terre. Tous aussi le voient sans aucun obstacle, et comprennent parfaitement toutes ses volontés. Ils se voient également et se comprennent fort bien les uns les autres. 

Les malins esprits, répandus dans l’air et sur la terre, ne ressentent pas les atteintes du feu de l’enfer ; ils n’en sont pas moins excessivement malheureux, tant parce qu’ils se maltraitent et se frappent sans cesse les uns les autres, que parce que les opérations des bons anges dans ce monde leur causent un dépit qui les tourmente cruellement. Les peines de ceux qui appartiennent à la première hiérarchie sont plus acerbes que celles des esprits de la seconde, et ceux-ci sont plus malheureux que les esprits de la troisième. La même justice distributive préside aux tourments des esprits infernaux; mais ceux-ci sont tous en proie à l’ardeur des flammes infernales. 

Les démons qui demeurent au milieu de nous, et ont reçu le pouvoir de nous tenter, sont tous des esprits tombés du dernier chœur. Les anges commis à notre garde sont aussi de simples anges. Ces esprits tentateurs sont sans cesse occupés à préparer notre perte. Les moyens qu’ils emploient pour cela sont si subtils et si variés, qu’une âme qui leur échappe est fort heureuse, et ne saurait trop témoigner sa reconnaissance au Seigneur. Il n’est pas un instant du jour et de la nuit, où ces cruels ennemis n’essayent d’une tentation ou d’une autre, afin de lasser ceux qu’ils ne peuvent vaincre par la ruse ou la violence. La patience est donc l’arme défensive par excellence. Malheur à qui la laisse tomber de ses mains !

Lorsque ces tentateurs ordinaires rencontrent des âmes fortes et patientes, qu’ils ne peuvent entamer, ils appellent à leur secours des compagnons plus astucieux et plus malins, non pour combattre avec eux ou à leur place, car Dieu ne le permet pas ; mais pour leur suggérer des stratagèmes plus efficaces. Françoise savait tout cela par expérience : il était rare qu’elle fût tentée par son démon seul. D’ordinaire il s’en associait d’autres ; et trop faibles encore, ils recouraient à la malice des esprits supérieurs qui demeuraient dans l’air. Elle était devenue si habile dans cette guerre, qu’en soutenant une attaque, elle savait à quel chœur avait appartenu celui dont le conseil la dirigeait, et qui il était. 

Lorsque les démons veulent livrer un assaut à une âme habile et forte, les uns l’attaquent de front, et les autres se placent derrière elle. C’est de cette sorte qu’ils combattaient ordinairement contre notre bienheureuse, et elle les voyait se faire des signes pour concerter leurs moyens. 

Lorsqu’une âme, vaincue par les tentations, meurt dans son péché, son tentateur habituel l’emporte avec promptitude, suivi de beaucoup d’autres qui lui prodiguent des outrages, et ne cessent de la tourmenter jusqu’à ce qu’elle soit précipitée dans l’enfer. Ces détestables esprits se livrent ensuite à une joie féroce. Son ange gardien, après l’avoir suivie jusqu’à l’entrée de l’abîme, se retire aussitôt qu’elle a disparu, et remonte au ciel. 

Lorsqu’une âme, au contraire, est condamnée au purgatoire, son tentateur est cruellement battu par l’ordre de Lucifer pour avoir laisse échapper sa proie. Il reste pourtant là, en dehors du purgatoire, mais assez près pour que l’âme le voie et entende, les reproches qu’il lui fait sur les causes de ses tourments. Lorsqu’elle quitte le purgatoire pour monter au ciel, ce démon revient sur la terre se mêler à ceux qui nous tentent ; mais il est pour eux un objet de moqueries, pour avoir mal rempli la mission dont il était chargé. 

Tous ceux qui laissent ainsi échapper les âmes ne peuvent plus remplir l’office de tentateurs. Ils vont, errant çà et là, réduits à rendre aux hommes d’autres mauvais offices, quand ils peuvent. Quelquefois Lucifer, pour les punir, les loge honteusement dans des corps d’animaux, ou bien il s’en sert, avec la permission de Dieu, pour exercer des possessions qui leur attirent souvent de nouveaux châtiments et de nouvelles hontes. Les démons, au contraire, qui ont réussi à perdre les âmes auxquelles Lucifer les avait attachés, après les avoir portées dans les enfers, reparaissent sur la terre, couverts de gloire parmi leurs semblables, et jouent un plus grand rôle que jamais dans la guerre qu’ils font aux enfants de Dieu. Ce sont eux que les autres appellent à leur secours, comme plus expérimentés et plus habiles, quand ils ont affaire à des âmes fortes et généreuses qui se rient de leurs vains efforts. 

Tout démon chargé de la mission de perdre une âme ne s’occupe point des autres ; il n’en veut qu’à celle-là, et emploie tous ses soins à la faire pécher ou à troubler sa paix. Cependant, quand il l’a vaincue, il la pousse, autant qu’il peut, à tenter, à molester ou à scandaliser d’autres âmes. 

Il y a d’autres démons du même chœur que ceux qui nous tentent, qui vivent au milieu de nous sans nous attaquer. Leur mission est de surveiller ceux qui nous tentent, et de les châtier chaque fois qu’ils ne réussissent pas à nous faire pécher. 
Chaque fois qu’ils entendent prononcer dévotement le saint Nom de Jésus, ils se prosternent spirituellement, non de bon cœur, mais par force. Françoise en vit une fois plusieurs en forme humaine, qui à ce Nom sacré qu’elle prononçait en conversant avec son confesseur, inclinèrent leur front avec un profond respect, jusque dans la poussière. Ce Nom sacré est pour eux un nouveau supplice, qui les fait souffrir d’autant plus cruellement, que la personne qui le prononce est plus avancée dans l’amour, et plus parfaite. Lorsque les impies profanent ce nom adorable, ces esprits réprouvés ne s’en attristent pas ; mais ils sont forcés de s’incliner, comme pour réparer l’injure qui Lui est faite. Ils en agissent de même lorsqu’on le prend en vain. Sans cette adoration forcée, ils seraient bien contents d’entendre blasphémer ce saint Nom. Les bons anges, au contraire, en pareilles occasions, l’adorent profondément, le louent et le bénissent avec un amour incomparable. Lorsqu’il est prononcé avec un vrai sentiment de dévotion, ils lui rendent les mêmes hommages, mais avec un vif sentiment de joie. Chaque fois que notre bienheureuse proférait ce très saint Nom, elle voyait son archange prendre un air extraordinairement joyeux, et s’incliner d’une manière si gracieuse, qu’elle en était tout embrasée d’amour. 

Lorsque les âmes vivent dans l’habitude du péché mortel, les démons entrent en elles, et les dominent en plusieurs façons, qui varient selon la qualité et la quantité de leurs crimes ; mais quand elles reçoivent l’absolution avec un cœur contrit, ils perdent leur domination, délogent au plus vite, et se remettent auprès d’elles pour les tenter de nouveau ; mais leurs attaques sont moins vives, parce que la confession a diminué leurs forces.

http://enfer-catholique.blogspot.com/2008/10/trait-de-lenfer-de-sainte-francoise.html

Evo Morales a été le promoteur en chef de la Pachamama au Synode d’Amazonie.

Evo Morales a été le promoteur en chef de la Pachamama au Synode d’Amazonie.

Evo Morales a été une « figure clé » dans la présentation de Pachamama au Synode de l’Amazonie, écrit Edward Pentin sur Twitter.com.

Morales vient de démissionner de son poste de président de la Bolivie. Il a rencontré François quatre fois depuis 2015. En juillet 2015, il lui a offert un crucifix marteau-faucille.

En août 2017, il écrivait sur EvoMoralesa.blogspot.com qu’il est « de notre devoir de rendre hommage à Pachamama ». Le 1er août, Morales a annoncé sur Twitter.com, avec des images sa célébration du « mois de Pachamama » avec des rituels d’offrandes tous les vendredis du mois d’août.

Morales a dit qu’il n’était catholique que pour « aller aux mariages ». Quand on lui a demandé s’il croyait en Dieu, il a répondu : « Je crois en la terre, en mon père et ma mère, et en cuchi-cuchi (activité sexuelle) ».

https://gloria.tv/post/2J6EXqLYdfFJ21a1DaWpBbxVa

Embarrassant : Le Nonce du Mexique défend la Pachamama

Embarrassant : Le Nonce du Mexique défend la Pachamama

Le Nonce du Mexique Franco Coppola, 62 ans, a écrit sur Facebook.com (10 novembre) une défense mensongère la Cérémonie de Pachamama dans les Jardins du Vatican du 4 octobre

Coppola veut « faire confiance » et « vraiment faire confiance » à François, et insinue que pendant la cérémonie « aucun dieu ou idole » n’était présent, seulement des « symboles ». Néanmoins, il identifia ses « symboles » comme étant la Pachamama, la déesse andine de la fertilité.

Contre les preuves filmées, Coppola proteste qu’il n’y a « jamais eu d’acte d’adoration de la part du Saint-Père ou de ceux qui l’ont accompagné », car « ils se sont assis sur leurs chaises » en regardant simplement le rituel, ce qui est faux.

Par sa présence, François avait l’intention de « faire preuve de proximité » avec les peuples amazoniens [lire : païens], suggère Coppola, comparant les prosternations devant Pachamama à des petits amis agenouillés devant leurs copines, ce qui n’est  » pas de l’idolâtrie ».

Dan Hitchen du Catholic Herald a écrit sur Twitter.com (8 novembre) une parodie sur les mensonges du Vatican utilisés pour justifier Pachamama,

« C’étaient des statues mariales. Ou plutôt, elles représentaient la fertilité, mais ce n’est pas païen. C’est vrai, mais l’Église s’engage dans le paganisme ! Ce n’est pas comme si quelqu’un se prosternait devant eux. Ils l’ont fait, mais seulement en signe de respect. Je ne sais pas pourquoi vous continuez à vous plaindre de l’ambiguïté. »

https://gloria.tv/post/zDtHatcuXXb111JMvys2SCMXH

Jésuite d’EWTN sur Pachamama : « Arrêtez » « On n’est pas stupides », « C’est une idole »

Jésuite d’EWTN sur Pachamama : « Arrêtez » « On n’est pas stupides », « C’est une idole »

Les responsables de l’Eglise qui appellent les Pachamamas présentées au Synode de l’Amazonie « un symbole de fertilité et de maternité » exécutent une « danse du mal », a déclaré le père jésuite Mitchell Pacwa, 70 ans, sur EWTN (5 novembre, séquence vidéo à voir ci-dessous),

« Arrêtez, ça suffit. Nous ne sommes pas stupides. C’est une idole. » Pacwa a appelé le culte de Pachamama « une pensée du Nouvel Âge loufoque et superficielle » qui remonte aux années 1970.

Il a critiqué l’adoration de la Pachamama pendant le Synode de l’Amazonie, l’hymne de la Pachamama dans la cathédrale de Lima, et la prière de la Pachamama des évêques italiens.

Néanmoins, Pacwa défend les responsables du scandale, « Je parie que les évêques d’Italie ne savaient pas que cela se passait ». Il préfère imputer le « scandale majeur » à des « apparatchiks » inconnus, bien que François y ait participé activement et très ouvertement.

vidéo : https://gloria.tv/post/ZSnCP4RdSRAs2pxHwRXurYJJ7

https://gloria.tv/post/ZSnCP4RdSRAs2pxHwRXurYJJ7

Ce signe, qu’il ne faut pas confondre avec la marque de la bête, va symboliser la nouvelle religion mondiale unique

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité maria dela divine miséricorde"

Ce signe, qu’il ne faut pas confondre avec la marque de la bête, va symboliser la nouvelle religion mondiale unique

Mercredi 17 avril 2013 à 20h00

Ma chère fille bien-aimée, Mon Cœur se soulève d’avoir à endurer la misère et les souffrances que l’humanité tout entière va devoir subir. Ce n’est pas Ma Main qui en sera la cause mais la malédiction de Satan, tandis que son esprit rôde et dévore des âmes sur son chemin. Les gens se doutent si peu de cette influence du mal qu’ils blâment tout le reste pour leurs souffrances. Ils portent le blâme de leurs malheurs sur les autres et ne comprennent pas que c’est le manque de foi en Dieu qui fait de tels ravages dans leur vie. 

Pendant que l’esprit du malin saisira l’humanité, la Lumière de Dieu s’affrontera à lui d’une manière qui sera matérialisée par un certain nombre d’événements. 

Les tempêtes augmenteront et des bouleversements seront ressentis dans un très grand nombre de pays. Des troubles se produiront dans les nations lorsque le pouvoir des gouvernements privera les peuples qu’ils gouvernent de leur liberté. Puis les églises, y compris toutes celles qui aiment Dieu, le Dieu unique Trinitaire, commenceront à cesser leurs services et fermeront leurs portes.

On verra un grand nombre d’églises se fermer dans tous les pays occidentaux. En peu de temps, la marque du communisme apparaîtra sous la forme d’un signe particulier dans les églises qui resteront ouvertes, dans les médias, sur les vêtements, dans les films, et ce signe sera fièrement porté par ceux qui occupent de hautes fonctions. Il sera considéré comme un insigne honorifique et affiché ostensiblement par les membres de la hiérarchie de toutes les principales églises et religions. Vous verrez ce symbole sur les places publiques, sur les autels, dans les aéroports et sur les habits portés par les chefs des églises.

Ce signe, qu’il ne faut pas confondre avec la marque de la bête, va symboliser la nouvelle religion mondiale unique. Ceux qui en sont responsables ne craindront plus d’afficher leur signe, qui est un symbole de contrôle et d’allégeance à la bête.

Le jour où le Sacrifice journalier de la Messe sera arrêté sous la forme qu’il doit avoir en offrande à Mon Saint Nom, sera le jour où ce symbole apparaîtra sur les autels et devant tous les tabernacles du monde.

Mes disciples bien-aimés, priez pour que vous trouviez réconfort auprès de Mes serviteurs sacrés qui resteront loyaux envers Moi, car vous aurez besoin d’être consolés pendant ces épreuves. Je vous élèverai et vous porterai toujours. Je ne vous abandonnerai jamais, mais vous ne devez à aucun moment dévier de Mes Enseignements, ni accepter des pratiques païennes comme substitut à la Vérité.

Votre Jésus

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2013/avril-2013/

Panique au Vatican, les catholiques italiens ont plus confiance en Salvini qu’en François

Panique au Vatican, les catholiques italiens ont plus confiance en Salvini qu’en François

Le pape François représenté en superman campe, depuis 2014, sur les murs de Rome, près du Vatican, sur le compte twitter de Vatican Communication, a fait la Une des médias mainstream, mais n’est pas le super-héros des catholiques italiens.

Un récent sondage a jeté la panique dans les Palais Apostoliques : Salvini serait préféré à François ! En matière politique, les Italiens ont plus confiance en Matteo, le charismatique responsable de La Ligue qu’en El papa argentin, le chouchou des bien-pensants.

La Ligue s’affirme comme le parti le plus voté parmi les catholiques : les pratiquants assidus votent pour elle à 32,7 %, ceux qui vont à la messe de manière fréquente la plébiscitent 38,4 % ou occasionnellement à 35,4 %.

Les formations de la coalition jaune-rouge qui a le soutien du Vatican, le Parti démocrate et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) ne peuvent se prévaloir d’un tel taux : les assidus votent pour le PD à 26,9 % et les pratiquants occasionnels à 20 %. Le M5S recueille seulement 14,3 % de votes de la part des catholiques pratiquants et 18,9 % parmi les non-croyants.

Même si critiqué par les évêques italiens, le chapelet de Salvini a eu un franc succès !

Francesca de Villasmundo

Quatre exorcistes renommés ont publié une déclaration commune demandant aux catholiques du monde entier de dédier le 6 décembre à une journée de jeûne, de prière et de réparation

(ma traduction)

Quatre exorcistes renommés ont publié une déclaration commune demandant aux catholiques du monde entier de dédier le 6 décembre à une journée de jeûne, de prière et de réparation, «dans le but de dissiper toute influence diabolique acquise au cours des siècles».

Les exorcistes, qui ont requis l’anonymat en raison de la sensibilité de leurs ministères, ont cité de manière particulière la controverse qui avait eu lieu lors du récent synode panamazonien, lorsque des statues prétendument de Pachamama, une déesse vénérée par les Andes autochtones, ont été intégrées à divers événements synodaux.

Les prêtres suggèrent le chapelet et les prières au Sacré-Cœur, ainsi qu’une «forme de pénitence telle que le jeûne, l’abstinence et d’autres formes de mortification».

http://www.ncregister.com/blog/breedail/four-exorcists-urge-day-of-fasting-prayer-and-reparation-dec.-6?fbclid=IwAR2ze0WNkIOGSuxz3e2PfcnMPne4x1jPA7BMM8FCcOMTD6nG8ZXFE-7PjZk

Les événements vont se bousculer et les calamités vont augmenter. Beaucoup vont perdre leur sécurité matérielle

Résultat de recherche d'images pour "vierge marie"

Message de notre Maman du Ciel Via Robert Brasseur (Canada) – Jeudi 7 novembre 2019

– 4 h 20

« Mon fils, Je Suis Marie, ta Maman.

Cher fils, plusieurs de Mes enfants ne réalisent pas la Grandeur de l’Amour que Nous avons pour eux…

Beaucoup sont en perdition, car tout est axé sur eux-mêmes. Aujourd’hui, Je vous demande de tourner votre regard vers Mon Fils Jésus.

Prenez un temps d’arrêt afin de réaliser toute l’importance que vous devez accorder à votre Vie Éternelle.

Le temps est écoulé pour beaucoup ! Vous êtes rendus au bord de l’abîme !

Sachez, chers enfants, que SEULE LA PRIÈRE SERA VOTRE SECOURS !Les événements vont se bousculer et les calamités vont augmenter. Beaucoup vont perdre leur sécurité matérielle.
Apprenez à tout remettre entre les Mains de votre Créateur. Confiez-vous totalement à sa Bonté, car il ne vous restera que la sécurité du Ciel.

Sans la prière, vous ne pourrez traverser cette période intense de calamités qui va s’abattre de plus en plus sur la terre.
Priez plus que jamais, afin de retrouver la paix et la sécurité dans la profondeur de votre cœur. Cherchez Dieu au plus profond de votre être, car c’est ainsi que vous allez Le trouver.

Cher fils, merci du temps de ton écoute. »

Marie, ta Maman

r/b

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/

Marino Restrepo – Notre vie n’est pas un jeu : elle est vraiment sérieuse, et nous n’en avons qu’une

Nous vivons une époque de grande obscurité spirituelle, telle que l’humanité n’en a jamais connue, et le Seigneur m’a dit que cela n’irait qu’en s’intensifiant. Mais le monde n’a également jamais été aussi lumineux qu’aujourd’hui, et cela ira également en s’intensifiant. Le Seigneur rayonne en ce moment sur nous plus que jamais par le passé, parce que notre monde est en train de perdre sa lumière. Pourtant, nous ne comprenons pas Son amour.

Extrait du témoignage de Marino Restrepo repris du livre de Christine Watkins The Warning: Testimonies and Prophecies of the Illumination of Conscience.

A cause des progrès de la médecine et des sciences de la santé, il n’y a jamais eu autant de belles personnes, physiquement parlant, qu’aujourd’hui ; mais il n’y a jamais eu autant d’âmes si laides. Le Seigneur m’a dit que le monde aujourd’hui est habité par des milliards d’âmes en états de malnutrition, qui se soucient tant de nourrir leur chair qu’elles négligent de nourrir leur esprit. Les âmes en état de malnutrition sont incapables d’aimer, d’avoir de la compassion. Elles ne savent pas pardonner et son remplies d’un tel égocentrisme qu’elles rejettent l’amour de Dieu au moment de la mort.

Même la foi est devenue superficielle. « L’Enfer, ça n’existe pas » disent certains chrétiens aujourd’hui. Il est vital que nous vivions en accord avec les dons que nous avons reçus. Si nous avons reçu le don de la foi catholique, nous devons être de véritables catholiques. Comment y parvenir ? En plus de vivre les commandements et l’enseignement de l’Eglise, nous devons étudier et comprendre notre foi, apprendre le Catéchisme de l’Eglise catholique, et lire la vie des Saints et des mystiques. Tout cela nous prépare à parler à nos frères et sœurs. Le manque de connaissance, de fidélité, de courage et d’amour est la raison pour laquelle tellement de personnes s’éloignent de l’Eglise. Nous devons vivre la vérité et mourir pour la vérité.

Le Seigneur a partagé avec moi le fait que, bien qu’il n’y ait jamais eu un si grand risque qu’aujourd’hui de voir des âmes aller en Enfer, il n’y a cependant jamais eu une si grande opportunité pour les âmes de parvenir à la sainteté au cours de leur vie terrestre. Nous vivons des temps glorieux pour ceux qui obéissent à Dieu.

(…)

Nous pouvons voir des signes de l’apostasie même en ce moment. Si vous dites à quelqu’un aujourd’hui : « J’ai décidé de devenir un saint », il rira probablement de vous. Les gens pensent que lire la vie des Saints, c’est comme lire celle d’un extraterrestre. Et pourtant nous sommes tous appelés à la sainteté.

Nous voyons des gens étudier pendant huit, dix ou quinze ans, à la sueur de leur front, pour devenir médecins ou spécialistes dans leur domaine d’intérêt, sacrifiant leur temps, et même leur famille. Ils font les choses les plus incroyables pour parvenir à accomplir quelque chose qui disparaitra à leur mort. Mais combien de personnes voyez-vous travailler avec suffisamment d’acharnement pour être avec Dieu pour l’éternité — pour être des saints ? Combien de personnes aiment véritablement Dieu et leur prochain : l’étranger, le pauvre, leurs ennemis ? Très peu.

Au cours de cette période de l’histoire humaine, plus qu’en tout autre, le démon s’efforce avec vigueur de développer les talents artistiques et les ambitions des gens, les faisant grimper jusqu’aux plus hauts sommets de la gloire. De cette façon, il parvient à captiver et capturer des millions d’âmes, à travers notre culture centrée sur la chair. Le Seigneur m’a dit qu’il n’y a aucun talent qui attire plus Lucifer que les talents artistiques. Plus que jamais par le passé, nous remarquons un nombre toujours plus grand de jeunes stars montant sur la scène artistique, recherchant avec frénésie le pouvoir, la richesse, la célébrité. Leur notoriété et leur influence fournissent au démon une plateforme pour corrompre les masses, parce qu’il sait que les gens imitent les comportements décadents et mondains des stars.

En ce qui concerne le monde et l’avenir, le Seigneur m’a dit que cela deviendra encore plus industrialisé — un monde sans Dieu, centré sur le matérialisme. La religion deviendra une activité privée qui ne pourra plus être exprimée publiquement et sera surveillée et contrôlée par les gouvernements. La véritable Eglise devra vivre quasi clandestinement comme au tout début du christianisme.

Le Seigneur m’a dit que la conversion d’Israël doit avoir lieu avant le retour de Jésus. Il m’a expliqué comment les juifs sont le peuple choisi de Dieu. Les catholiques sont greffés à l’arbre du peuple choisi en tant qu’enfants adoptifs, et les juifs sont nos frères aînés. Nous devons honorer les juifs, même s’ils ne croient pas encore [en Jésus]. Le Seigneur a dit que tout comme le peuple juif a été choisi pour préparer l’incarnation de Jésus, ils ont aussi été choisis pour Son retour. Les juifs sont ceux qui prépareront le chemin du Seigneur quand Il reviendra.

A la toute fin des temps, les juifs se convertiront massivement à la foi catholique. Une onction de l’Esprit-Saint les appellera à rejoindre l’Eglise. Cela se passera du jour au lendemain, d’une façon très semblable à la chute du Mur de Berlin. Une fois que la conversion aura commencé, il y aura beaucoup de confusion parmi les juifs et beaucoup d’entre eux s’entretueront. Quand les juifs arriveront en masse dans l’Eglise, ce sera le son de cloche final, « Jésus arrive. » Ils secourront l’Eglise catholique de la grande apostasie. Ce sont les signes que le Seigneur m’a dit qu’Il donnerait.

Dans les prochaines années, cependant, beaucoup de catholiques perdront la foi et quitteront l’Eglise. Le Seigneur est en train de purifier Sa maison, et beaucoup de saleté va être révélée — ce qui était caché apparaîtra au grand jour. L’Eglise deviendra plus petite, mais elle deviendra l’Eglise des vrais croyants. Il ne sera pas possible de supporter les temps auxquels nous sommes confrontés sans une foi ancrée radicalement dans l’amour et dans une obéissance parfaite.

Il est absolument vital à notre époque que nous apprenions comment véritablement aimer. Nous devons regarder autour de nous et nous demander si nous nous soucions vraiment du salut de ceux qui nous entourent, ou si ces personnes ne sont que de simples ombres ? Avant toute conférence, j’implore le Seigneur de me donner Son amour pour tous ceux qui viennent m’écouter, et le désir de leur salut. Je désire que toutes ces personnes parviennent jusqu’à leur patrie céleste. Chacun de nous ici sur terre est extrêmement important. Si je ne me soucie pas de mon voisin, alors mes œuvres et mes prières sont vaines.

Quand nous nous soucions profondément des étrangers et laissons leur présence toucher notre cœur, même si cela ne dure que l’instant de leur passage dans notre vie, alors nous aimons réellement. Si nous nous tenons au coin d’une rue animée, sourions à telle personne dans un magasin, passons à côté de telle autre personne sur l’autoroute, et que nous prenons conscience dans notre cœur que chacune de ces personnes que nous voyons est une créature immensément importante née de l’amour de Dieu, et que nous ne pouvons nous empêcher de nous soucier profondément d’elle et de son salut — indépendamment de son apparence, ses croyances ou son comportement — alors nous savons aimer.

Si nous n’apprenons pas à aimer de cette façon, si nous ne prions pas de tout notre cœur pour la conversion des pécheurs, en nous souciant de tout le monde, alors nous devrons apprendre cette leçon au purgatoire. Le Seigneur pourra nous demander, lorsque nous le verrons, « Te souviens-tu de cette personne qui se trouvait juste à côté de toi le temps d’une heure… trente minutes… ou cinq minutes ? Cette personne avait besoin de ton amour et de tes prières. L’as-tu remarquée, ou n’était-elle qu’une autre ombre qui passe ? Ne signifiait-elle rien pour toi, parce que tu étais trop accaparé par toi-même ? »

Notre vie n’est pas un jeu. Elle est vraiment sérieuse, et nous n’en avons qu’une. A quoi bon gagner cette vie si nous perdons notre âme ? Nous devons rester éveillés. Nous devons accorder de l’importance à chaque petite chose que nous faisons : ce à quoi nous pensons, ce que nous disons, ce que nous touchons, ce que nous ressentons et ce que nous désirons. Nous devons être particulièrement attentifs à tout ce que nous écoutons et ce à quoi nous participons. La vérité est que la vie éternelle commence dès le ventre de notre mère. Nous nous tenons dans l’éternité en ce moment même, et tout ce que nous faisons se répercute et sera visible dans l’éternité.

Notre vie est un pèlerinage qui ne finira jamais. C’est important pour nous de penser au-delà de notre corps mortel. Notre vie ici-bas n’est que le commencement. Nous sommes à la première étape, et les choses deviendront tellement plus belles si nous sommes fidèles au Seigneur. Si seulement nous savions ce qui nous attend, nous souririons, même quand nous souffrons et que nos vies sont sens dessus dessous. Tout cela prendra bientôt fin, et la joie qui nous attend surpasse de loin nos désirs de bonheur les plus fous.

Les gens me demandent souvent, « Souhaites-tu que ton kidnapping n’ait jamais eu lieu ? » Je leur réponds que je ne changerais absolument rien. Je serais prêt à revivre chacun de ces atroces moments, si cela signifie que je serai ensuite au Ciel pour l’éternité. J’ai rencontré Jésus, et Il est l’accomplissement de tous les désirs humains.

En choisissant un terrible pécheur tel que moi pour être le porte-parole de Sa grâce, le Seigneur nous invite à mettre notre confiance dans Sa miséricorde plus que dans nos hypothétiques mérites. Ma vie est un témoignage de Sa clémence et de Sa compassion. Nous avons un Dieu si puissant, un Dieu incroyablement aimant, un Dieu qui n’est que Bonté et Justice. Nous devrions en être très, très heureux, mais nous devrions aussi être très, très saints. Il n’y a pas d’autre voie.

Ainsi donc, nous sommes toujours pleins de hardiesse, bien que nous savons que nous demeurons loin du Seigneur, tant que nous demeurons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision. Oui, nous sommes plein de hardiesse, et nous préférons quitter ce corps pour aller demeurer auprès du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps.

2 Co 5: 6-10

Ma fille, quand tu t’approches de la Sainte Confession, de cette source de ma Miséricorde, le Sang et l’Eau qui sont sortis de mon Coeur se déversent sur ton âme et l’ennoblissent. Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi toute entière dans ma Miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse répandre en ton âme toutes les largesses de ma grâce. Quand tu vas te confessser, sache que c’est moi-même qui t’attends dans le confessional. Je ne fais que me cacher derrière le prêtre, mais c’est moi seul qui agis dans l’âme. Ici, la misère de l’âme rencontre le Dieu de Miséricorde. Dis aux âmes qu’à cette source de Miséricorde, elles ne puisent qu’avec le vase de la confiance. Lorsque leur confiance est grande, il n’y a pas de bornes à mes largesses. Les torrents de ma grâce innondent les âmes humbles. Les orgueilleux sont toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d’eux pour aller vers les âmes humbles.

— Sainte Faustine Kowalska, Petit Journal, n° 1602


Marino Restrepo : « Je suis revenu de l’Enfer »

Toute sa vie défile devant lui, son âme aperçoit la Jérusalem céleste toute de lumière. La voix de Dieu s’adresse à lui de toutes parts. II est aveuglé par cette lumière divine qu’il ne peut supporter à cause de ses nombreux péchés, et il se sent plonger en Enfer.

« Il m’a donc montré l’Enfer. Je l’ai donc regardé. A sa surface j’ai vu non pas des centaines, ni des milliers, mais des millions d’âmes damnées ! Et moi, qui n’y avais pas cru, imaginez ce qui se passait en moi ! C’était tout simplement incroyable de voir des millions d’âmes damnées et je sais maintenant que pendant que nous sommes rassemblés ici ce soir, il y a des âmes qui tombent en Enfer. »

Après cette vision de l’Enfer, le Seigneur Jésus lui a parlé et donné des enseignements, qui sont aussi pour nous. Jésus l’appelle à témoigner de ce qu’il a vu et entendu, dans de nombreux pays.

Après avoir lu et médité un pareil témoignage, on ne pourra plus douter de l’existence de l’Enfer, et la crainte d’y tomber et de souffrir éternellement nous donnera des ailes pour réformer notre vie, pour ne plus offenser Dieu par nos péchés graves et pour avertir tous ceux qui sont sur des chemins de perdition.

A diffuser largement… Il y a des âmes à sauver !

https://www.pierre-et-les-loups.net/notre-vie-n-est-pas-un-jeu-elle-est-vraiment-serieuse-et-nous-n-en-avons-qu-une-566.html

Apparitions à Akita : Le 6 octobre, après qu’un ange soit apparu à sœur Agnès, Sr Agnès a dit à sœur M: «J’ai senti que le temps était proche»…

(ma traduction)

Notre source pour le nouveau message de Sœur Agnès est revenue en contact avec nous et a transmis avec une grande urgence une partie du nouveau message, que notre source a accidentellement omis par hâte.

Le courrier a reçu une nouvelle permission de sœur Agnès de communiquer ce détail omis.

Le 6 octobre, après qu’un ange soit apparu à sœur Agnès, Sr Agnès a dit à sœur M: «J’ai senti que le temps était proche».

J’ai reçu une nouvelle permission de Sr M via Mme S pour l’écrire.

Ce «je sens que le temps est proche» signifie le temps du message de Notre-Dame d’Akita qui a été donné à Sr Agnes.

Le 13 octobre 1973, après l’oraison dans la chapelle, la Vierge Marie est apparue à sœur Agnès et lui a dit :

« Comme Je vous l’ai dit, si les hommes ne se repentent pas et ne s’amendent pas par eux-mêmes, le Père infligera un châtiment terrible à toute l’humanité. Ce sera un châtiment plus grand que le déluge, comme on n’aura jamais vu avant. Un feu tombera du ciel et va faire disparaître une grande partie de l’humanité, les bons comme les mauvais, n’épargnant ni les prêtres ni les fidèles. Les survivants se trouveront si désolés qu’ils envieront les morts. Les seules armes qui vous resteront, seront le rosaire et le signe laissé par mon Fils. Chaque jour, récitez les prières du rosaire. Avec le rosaire, priez pour le pape, les évêques et les prêtres. Le travail du diable s’infiltrera même dans l’Église de manière que l’on verra des cardinaux s’opposer à des cardinaux, et des évêques contre d’autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent, seront méprisés et combattus par leurs confrères. L’Église et les autels seront saccagés. L’Église sera pleine de ceux qui acceptent des compromissions et le démon pressera de nombreux prêtres et des âmes consacrées à quitter le service du Seigneur. Le démon va faire rage en particulier contre les âmes consacrées à Dieu. La pensée de la perte de tant d’âmes est la cause de ma tristesse. Si les péchés augmentent en nombre et en gravité, il ne sera plus question de pardon pour eux. Parle avec courage à ton supérieur, il saura encourager chacune d’entre vous à prier et à accomplir des œuvres de réparation.10 »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_d%27Akita#Troisi%C3%A8me_apparition

Protestation contre les actes sacrilèges du Pape François



Vous pouvez soutenir cette initiative sur ce lien : https://www.contrarecentiasacrilegia.org/

Nous soussignés, membres du clergé catholique et universitaires laïcs, protestons contre les actes sacrilèges et superstitieux commis par le pape François, successeur de Pierre, à l’occasion du récent synode sur l’Amazonie qui s’est tenu à Rome, et nous les condamnons.

Ces actes sacrilèges sont les suivants :

  • Le 4 octobre, le pape François a assisté à un acte d’adoration idolâtre de la déesse païenne Pachamama.
  • Il a permis que ce culte ait lieu dans les Jardins du Vatican, profanant ainsi le voisinage des tombes des martyrs et de l’eglise de l’apôtre Pierre.
  • Il a participé à cet acte de culte idolâtre en bénissant une image en bois de la Pachamama.
  • Le 7 octobre, l’idole de la Pachamama a été placée devant l’autel principal à Saint-Pierre, puis transportée en procession dans la salle du Synode. Le pape François a dit des prières lors d’une cérémonie dont cette image faisait partie, et a ensuite rejoint cette procession
  • Lorsque des images en bois de cette divinité païenne furent retirées de l’église de Santa Maria in Traspontina, où elles avaient été placées de manière sacrilège, et jetées dans le Tibre par des catholiques indignés par cette profanation de l’église, le pape François, le 25 octobre, a présenté ses excuses et une autre image en bois de Pachamama a été replacée dans l’église.  Ainsi, une nouvelle profanation a été entreprise.
  • Le 27 octobre, lors de la messe de clôture du synode, il a recueilli une coupe utilisée lors du culte idolâtre de la Pachamama et l’a placée sur l’autel.

Le pape François lui-même a confirmé que ces images en bois étaient des idoles païennes. Lors qu’il a présenté ses excuses pour le retrait de ces idoles d’une église catholique, il les a spécifiquement appelées Pachamama,  du nom d’une fausse déesse de la terre mère selon la croyance religieuse païenne en Amérique du Sud. 

Le cardinal Walter Brandmüller, le cardinal Gerhard Müller, le cardinal Jorge Urosa Savino, Mgr Carlo Maria Viganò, archevêque, Mgr Athanasius Schneider, Mgr José Luis Azcona Hermoso, Mgr Rudolf Voderholzer et Mgr Marian Eleganti  ont condamné divers aspects de ces actes comme idolâtres ou sacrilèges. Enfin, lors d’un entretien, le cardinal Raymond Burke a porté le même jugement sur ce culte.

Cette participation à des actes idolâtres a été précédée par la déclaration intitulée « Document sur la fraternité humaine », signée par le pape François et Ahmad Al-Tayyeb, le Grand Imam de la mosquée Al-Azhar, le 4 février 2019.  Cette déclaration affirme :

« Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine, par laquelle Dieu a créé les êtres humains. Cette Sagesse divine est l’origine dont découle le droit à la liberté de croyance et à la liberté d’être différents. »

La participation du pape François à des cérémonies idolâtres indique qu’il entendait cette déclaration dans un sens hétérodoxe, permettant au culte païen des idoles d’être considéré comme un bien positivement voulu par Dieu.

De plus, bien qu’il ait signifié en privé à Mgr Athanasius Schneider : « Vous [Mgr Schneider] pouvez dire que l’expression en question sur la diversité des religions désigne la volonté permissive de Dieu… »,  François n’a jamais corrigé la déclaration d’Abu Dhabi en conséquence. Dans son allocution du 3 avril 2019, François, répondant à la question « Pourquoi Dieu permet-il qu’il y ait tant de religions », fait incidemment mention de la « volonté permissive de Dieu » telle que l’a explicitée la théologie scolastique, mais en donnant un sens positif à ce concept : il a déclaré que « Dieu a voulu permettre cela » parce que, alors qu’« il y a beaucoup de religions », elles « regardent toujours au ciel, elles regardent Dieu [c’est nous qui soulignons] ».  Il n’y a pas la moindre allusion au fait que Dieu permet l’existence de fausses religions de la même manière qu’Il permet l’existence du mal en général. Au contraire, il en ressort clairement que Dieu permet l’existence de « beaucoup de religions » parce qu’elles sont bonnes en ce sens qu’elles « regardent toujours au ciel, elles regardent Dieu ».

Plus gravement encore, le pape François a depuis lors confirmé la déclaration non corrigée d’Abu Dhabi en mettant en place un « comité inter-religieux »,  qui a ensuite reçu le nom officiel de « Haut Comité »,  situé aux Emirats arabes unis, en vue de promouvoir les « objectifs » du document ; et en promouvant une directive du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux adressée aux responsables de tous les instituts catholiques d’études supérieures, et indirectement aux professeurs d’université catholiques, leur demandant d’assurer « la diffusion la plus large possible du Document », ce qui comprend l’affirmation non corrigée selon laquelle Dieu veut la « diversité des religions » tout comme Il veut la diversité des couleurs, des sexes, des races et des langues.

Tout culte d’adoration rendu à une personne ou une chose autre que le seul vrai Dieu, la Sainte Trinité, constitue une violation du Premier Commandement. Toute participation, sous quelque forme que ce soit, à la vénération des idoles est condamnée par ce commandement et constitue un péché objectivement grave, indépendamment de la culpabilité subjective, dont seul Dieu est juge.

Saint Paul enseignait à l’Eglise primitive que le sacrifice offert aux idoles païennes n’était pas offert à Dieu mais plutôt aux démons, ainsi qu’il l’affirma dans sa Première Lettre aux Corinthiens  :

« Quoi donc ? Veux-je dire que ce qui a été immolé aux idoles soit quelque chose, ou que l’idole soit quelque chose ? Non ; mais ce que les païens immolent, ils l’immolent aux démons, et non à Dieu. Or je ne veux pas que vous soyez en société avec les démons. Vous ne pouvez pas boire le calice du Seigneur, et le calice des démons. Vous ne pouvez pas participer à la table du Seigneur, et à la table des démons. »
(1 Cor. 10:19-21) 

Par ces actions, le pape François encourt le reproche du second Concile de Nicée :

« De nombreux pasteurs ont détruit ma vigne, ils ont souillé ma part. Car ils ont suivi des hommes impurs et, faisant confiance à leurs propres frénésies, ils ont calomnié la sainte Eglise, que le Christ notre Dieu s’est donnée à lui-même, et ils n’ont pas su distinguer le saint du profane, affirmant que les icônes de notre Seigneur et de ses saints ne sont pas différentes des images en bois des idoles sataniques. »

Avec une immense tristesse et un amour profond pour la Chaire de Pierre, nous supplions le Dieu Tout-Puissant d’épargner aux membres coupables de Son Eglise sur terre le châtiment qu’ils méritent pour ces péchés effroyables.

Nous demandons respectueusement au pape François d’exprimer publiquement et sans ambiguïté son repentir à l’égard de ces péchés objectivement graves et de toutes les offenses publiques qu’il a commises contre Dieu et la vraie religion, et de faire réparation de ces offenses.

Nous demandons respectueusement à tous les évêques de l’Église catholique d’offrir une correction fraternelle au Pape François pour ces scandales et d’avertir leurs fidèles que, selon l’enseignement divinement révélé de la foi catholique, ils risquent la damnation éternelle s’ils suivent son exemple en violant le Premier Commandement. 

Le 9 novembre 2019

In Festo dedicationis Basilicae Lateranensis
« Terribilis est locus iste : hic domus Dei est et porta cæli ; et vocabitur aula Dei »

Liste des signataires

Dr Gerard J.M. van den Aardweg, The Netherlands

Dr Robert Adams, medical physician in Emergency & Family Medicine

Donna F. Bethell, J.D.

Tom Bethell, senior editor of The American Spectator and book author

Dr Biagio Buonomo, PhD in Ancient Christianity History and former culture columnist (1990-2013) for L’Osservatore Romano

François Billot de Lochner, President of Liberté politique, France

Rev. Deacon Andrew Carter B.Sc. (Hons.) ARCS DipPFS Leader, Marriage & Family Life Commission, Diocese of Portsmouth, England

Mr. Robert Cassidy, STL

Dr Michael Cawley, PhD, Psychologist, Former University Instructor, Pennsylvania, USA

Dr Erick Chastain, PhD, Postdoctoral Research Associate, Department of Psychiatry, University of Wisconsin-Madison

Fr Linus F Clovis

Lynn Colgan Cohen, M.A., O.F.S.

Dr Colin H. Jory, MA, PhD, Historian, Canberra, Australia

Rev Edward B. Connolly, Pastor Emeritus, St. Joseph Parish St. Vincent de Paul Parish, Girardville PA

Prof. Roberto de Mattei, Former Professor of the History of Christianity, European University of Rome, former Vice President of the National Research Council (CNR)

José Florencio Domínguez, philologist and translator

Deacon Nick Donnelly, MA Catholic Pastoral & Educational Studies (Spiritual Formation), England

Fr Thomas Edward Dorn, pastor of Holy Redeemer Parish in New Bremen OH in the Archdiocese of Cincinnati

Fr Stefan Dreher FSSP, Stuttgart, Germany

Dr Michael B. Ewbank, PhD in Philosophy, Loras College, retired, USA

Fr Jerome Fasano, Pastor, St John the Baptist Church, Front Royal, Virginia, USA

Dr James Fennessy, MA, MSW, JD, LCSW, Matawan, New Jersey, USA

Christopher A. Ferrara, J.D., Founding President of the American Catholic Lawyers’ Association

Fr Jay Finelli, Tiverton, RI, USA

Prof. Michele Gaslini, Professor of Public Law, University of Udine, Italy

Dr Linda M. Goulash, M.D.

Dr Maria Guarini STB, Pontificia Università Seraphicum, Rome; editor of the website Chiesa e postconcilio

Fr Brian W. Harrison, OS, STD, associate professor of theology of the Pontifical Catholic University of Puerto Rico (retired), Scholar-in-Residence, Oblates of Wisdom Study Center, St. Louis, Missouri, USA

Sarah Henderson DCHS MA (RE & Catechetics) BA (Mus)

Prof. Robert Hickson PhD, Retired Professor of Literature and of Strategic-Cultural Studies

Dr Maike Hickson PhD, Writer and Journalist

Prof., Dr.rer.pol., Dr.rer.nat. Rudolf Hilfer, Professor of Theoretical Physics at Universität Stuttgart

Fr John Hunwicke, Former Senior Research Fellow, Pusey House, Oxford

Fr Edward J. Kelty, OS, JCD, Defensor Vinculi, SRNC rota romana 2001-19, Former Judicial Vicar,  Archdiocese of Ferrara, Judge, Archdiocese of Ferrara

Dr Ivo Kerže, prof. phil.

Dr Thomas Klibengajtis, former Assistant Professor of Catholic Systematic Theology, Institute of Catholic Theology, Technical University Dresden, Germany

Dr Peter A. Kwasniewski, PhD, USA

Dr John Lamont, DPhil (Oxon.)

Dr Dorotea Lancellotti, catechist, co-founder of the website: https://cooperatores-veritatis.org/

Dr Ester Ledda, consecrated laywoman, co-founder of the website https://cooperatores-veritatis.org/

Fr Patrick Magee, FLHF a Franciscan of Our Lady of the Holy Family, canonical hermit in the Diocese of Fall River, Massachusetts

Dr Carlo Manetti, jurist and lecturer, Italy

Dr Christopher Manion, PhD, KM, Humanae Vitae Coalition, Front Royal, Virginia, USA

Antonio Marcantonio, MA

Michael J. Matt, Editor, The Remnant, USA

Jean-Pierre Maugendre, general delegate, Renaissance catholique, France

Msgr John F. McCarthy, JCD, STD, retired professor of moral theology, Pontifical Lateran University

Prof. Brian M. McCall, Orpha and Maurice Merrill Professor in Law, Special Advisor to the Provost for Online Education, University of Oklahoma

Patricia McKeever, B.Ed. M.Th., Editor, Catholic Truth, Scotland

Mary Angela McMenamin, MA in Biblical Theology from John Paul the Great Catholic University

Fr Cor Mennen, lecturer canon law at the diocesan Seminary of ‘s-Hertogenbosch and member of the cathedral chapter

Rev Michael Menner, Pastor

Dr Stéphane Mercier, Ph.D., S.T.B., former research fellow and lecturer at the University of Louvain

David Moss, President, Association of Hebrew Catholics, St. Louis, Missouri

Dr Claude E Newbury, M.B. B.Ch., D.T.M & H., D.P.H., D.O.H., M.F.G.P., D.C.H., D.A., M. Prax Med.

Prof. Giorgio Nicolini, writer, Director of “Tele Maria”

Fr John O’Neill, STB, Dip TST, Priest of the Diocese of Parramatta, member of Australian Society of Authors

Fr Guy Pagès, Archdiocese of Paris, France

Prof. Paolo Pasqualucci, Professor of Philosophy (retired), University of Perugia, Italy

Fr Dean P. Perri, Diocese of Providence, Our Lady of Loreto Church

Dr Brian Charles Phillips, MD

Dr Mary Elizabeth Phillips, MD

Dr Robert Phillips, Professor (emeritus) Philosophy: Oxford University, Wesleyan University, University of Connecticut

Prof. Claudio Pierantoni, Professor of Medieval Philosophy, University of Chile; former Professor of Church History and Patrology at the Pontifical Catholic University of Chile

Prof. Enrico Maria Radaelli, Professor of Aesthetic Philosophy and Director of the Department of  Aesthetic Philosophy of the International Science and Commonsense Association (ISCA), Rome, Italy

Dr Carlo Regazzoni, Philosopher of Culture, Therwill, Switzerland

Prof. John Rist, Professor emeritus of Classics and Philosophy, University of Toronto

Dr Ivan M. Rodriguez, PhD

Fr Luis Eduardo Rodrìguez Rodríguez, Pastor, Diocesan Catholic Priest, Caracas, Venezuela.

John F. Salza, Esq.

Fr Timothy Sauppé, S.T.L., pastor of St. Mary’s (Westville, IL.) and St. Isaac Jogues (Georgetown, IL.)

Fr John Saward, Priest of the Archdiocese of Birmingham, England

Prof. Dr Josef Seifert, Director of the Dietrich von Hildebrand Institute of Philosophy, at the Gustav Siewerth Akademie, Bierbronnen, Germany

Mary Shivanandan, Author and consultant

Dr Cristina Siccardi, Church Historian and author

Dr Anna M. Silvas, senior research adjunct, University of New England NSW Australia.

Jeanne Smits, journalist, writer, France

Dr Stephen Sniegoski, PhD, historian and book author

Dr Zlatko Šram, PhD, Croatian Center for Applied Social Research

Henry Sire, Church historian and book author, England

Robert J. Siscoe, author

Abbé Guillaume de Tanoüarn, Doctor of Literature

Rev Glen Tattersall, Parish Priest, Parish of St. John Henry Newman, Australia

Gloria, Princess of Thurn und Taxis, Regensburg, Germany

Prof. Giovanni Turco, associate professor of Philosophy of Public Law, University of Udine, Italy

Fr Frank Unterhalt, Pastor, Archdiocese of Paderborn, Germany

José Antonio Ureta, author

Adrie A.M. van der Hoeven, MSc, physicist

Dr Gerd J. Weisensee, Msc, Switzerland

John-Henry Westen, MA, Co-Founder and Editor-in-Chief LifeSiteNews.com

Dr Elizabeth C. Wilhelmsen, Ph.D. in Hispanic Literature, University of Nebraska-Lincoln, retired

Willy Wimmer, Secretary of State, Ministry of Defense, (ret.), Germany

Prof. em. Dr Hubert Windisch, priest and theologian, Germany

Mo Woltering, MTS, Headmaster, Holy Family Academy, Manassas, Virginia, USA

Miguel Ángel Yáñez, editor of Adelante la Fe

https://www.contrarecentiasacrilegia.org/fr/



Jacarei – Priez le Chapelet des Larmes tous les jours, par lui je vous accorderai de grandes grâces à tous

Jacarei 15 Septembre 2019 – Fête de Notre Des des Douleurs – Message de Notre Dame des Douleurs à Marcos Tadeu Teixeira

Marcos :

« Oui Maman, je ferai oui.

Oui, je ferai. Oui.

Je ferai comme la Dame voudra. »

Très Sainte Marie
« Chers enfants, Je suis la Co-rédemptrice de l’humanité.

J’ai uni mes souffrances à celles de Jésus pour réaliser avec Lui l’œuvre de votre rédemption, vous réconcilier tous avec le Père et vous ouvrir les portes du Paradis fermées par le péché des premiers parents.

Je suis la Co-rédemptrice de l’humanité et avec mes douleurs, mes larmes et mes souffrances, j’ai collaboré pour que vous soyez tous sauvés et que la dette que l’humanité ne pouvait pas payer à la Justice Divine soit alors payée avec le sacrifice de mon Fils, avec mes douleurs unies à ses douleurs.

Je suis la Co-rédemptrice de toute l’humanité et le jour où l’humanité reconnaîtra le Dogme de ma Corédemption, mon Cœur Immaculé triomphera! Ce triomphe peut déjà commencer à se passer dés maintenant: chaque âme que vous gagnez pour Moi, chaque âme à qui vous faites comprendre le Dogme de ma Corédemption, combien j’ai souffert avec mon Fils Jésus pour le salut de tous. Et chaque âme qui m’ouvre son cœur et ressent le besoin de M’aimer, d’être reconnaissante envers Moi et correspondre à mon amour avec sa vie.

Dans chaque âme où il se passe cela, mon triomphe commencera déjà et ce triomphe définitif sera hâté. C’est pourquoi petits enfants, travaillez intensément pour faire connaître le Dogme de ma Corédemption à tous mes enfants, car plus les enfants comprendront à quel point j’ai souffert avec Jésus pour eux, plus ils ressentiront le besoin de m’aimer avec des œuvres d’amour, avec une véritable consécration d’amour, avec des prières d’amour et des sacrifices d’amour.

Et alors mon Cœur Immaculé triomphera chez ces enfants et j’écraserai définitivement la tête de mon ennemi.

Continuez à prier le Rosaire tous les jours, car avec le Rosaire de plus en plus, je vous ferai plonger dans mon mystère, dans le mystère de ma Corédemption et Je donnerai à vos cœurs le besoin de M’aimer, de Me correspondre, de M’obéir.

Et ainsi ma flamme d’amour triomphera dans le cœur de chacun d’entre vous, car vous verrez que la prière, le sacrifice, le travail qui est fait pour Moi est amour, un amour qui paie le grand amour que j’ai eu pour tous en acceptant de souffrir pour le salut de tous pendant toute ma vie.

Alors, la prière, le sacrifice et le travail seront doux et suaves pour tous ceux qui comprendront vraiment ma Corédemption maternelle, combien j’ai souffert et ils ressentiront le besoin de M’aimer et de Me consoler.

Alors ma flamme d’amour agira en vous sans difficulté, sans obstacle ni gêne, et en peu de temps je vous mènerai tous à la plénitude de la puissance de ma Flamme d’amour.

Réjouissez-vous pour le signe de la lumière de la flamme d’amour que j’ai faite sortir de mon petit enfant Marcos. Réjouissez-vous pour ce grand signe, car je vous ai donné ce signe à travers mon fils pour vous montrer mes enfants, que vous êtes sur le bon chemin, sur le chemin du salut.

Continuez de l’avant en Me répondant toujours «oui», toujours «oui» à mon Fils Jésus en vous méprisant, votre volonté et le monde et ne regardez pas en arrière. C’est la lumière que maintenant le Seigneur et Moi avons mise devant vous pour vous guider à travers le désert de ce monde jusqu’à la la terre promise, c’est-à-dire mon Triomphe, le Nouveau Ciel et la Nouvelle Terre.

Celui qui suit cette lumière ne se perdra pas, celui qui marche avec elle ne marchera pas dans les ténèbres.

Priez le Chapelet des Larmes tous les jours, par lui je vous accorderai de grandes grâces à tous.

Je vous bénis tous avec amour maintenant de Castelpetroso, de Pellevoisin et de Jacarei. »

Très Sainte Marieaprès avoir touché les objets saints:

« Selon ce J’ai déjà dit, où qu’une de ces images, un de ces Chapelets arrivent, Je serai là vivante, portant les grandes grâces du Seigneur.

Je vous bénis tous à nouveau pour que vous soyez heureux et je vous laisse ma paix.»

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/09/jacarei-15-septembre-2019-fete-de-notre-des-des-douleurs-message-de-notre-dame-des-douleurs-a-marcos-tadeu-teixeira-20.html


Traduction Véronique

Sainte Brigitte – Les tentations augmentent quelque fois avec l’âge

Résultat de recherche d'images pour "SAINTE BRIGITTE"

Les tentations augmentent quelque fois avec l’âge. Prières enseignées par la Sainte Vierge pour les combattre.

Ruses du démon pour priver les âmes du fruit de l’oraison.

La mère de Dieu dit à l’épouse : Vous vous étonnez que les tentations augmentent en vous avec l’âge, et que vous y soyez plus sujette que dans votre jeunesse et durant votre mariage. Sachez que mon fils le permet ainsi, afin que vous soyez bien convaincue que vous ne pouvez rien sans lui. S ’il ne vous avait protégée contre vos ennemis, il n ’y a pas de vice où vous ne seriez maintenant plongée.

Je vais vous donner quelques remèdes contre les tentations. Lorsque vous êtes assaillie de pensées impures, faites cette prière : « Jésus, fils de Dieu, qui connaissez la peine que j’éprouve, assistez-moi, afin que ces pensées impures ne souillent point mon âme»

Si vous éprouvez un grand plaisir à p a r le r , dites : « Jésus, fils de Dieu qui avez gardé le silence devant le juge , « daignez vous-mêm e arrêter m a langue, « afin qu’avant de parler je pense à ce que « je dois dire, et comment il faut que je « le dise. »

Lorsque vous vous sentez trop empressée de travailler, ou de vous reposer, ou de manger, faites cette prière : « Jésus fils de Dieu qui avez été lié et garotté par les Juifs pour l’amour de moi, dirigez vous-même tous les mouvements « de mon corps, afin que toutes mes actions tendent à une fin digne de vous. »

Pour vous donner une preuve que ces prières seront toujours exaucées, je vous prédis qu’à compter de ce jour, votre serviteur, c’est-à-dire votre corps, n’aura jamais le dessus sur sa maîtresse, c’est-à – dire votre âme.

Comme l’épouse fut tentée un jour qu’elle était en oraison, la mère de Dieu lui dit : « Le démon est comme un espion rongé d’envie, qui cherche toujours l’occasion d’accuser l’âme fidèle, et l’agite souvent, pendant la prière , afin que, la faisant mal, elle ne soit pas exaucée. Mais, quelle que soit la tentation qui vous arrive, continuez toujours de prier, en y résistant, parce que le désir de bien prier, et l’effort que vous faites pour repousser l’ennemi, vous obtiendront tout le mérite de la prière ; et s’il ne vous est pas possible d’éloigner de votre imagination les pensées impures, les efforts que vous faites pour n ’y pas consentir sont autant de fleurons ajoutés à votre couronne.

Ce sera Mon reste fidèle qui survivra à Mes refuges, car les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Mes refuges, ni contre Mon reste fidèle.

Alternate text goes here

Lundi, le 14 octobre, 2019 (S. Callixte 1, Pape)

Jésus a dit: “Mon peuple, le seul signe que J’ai donné est celui de Jonas. Vous vous rappelez comment Jonas a proclamé à Ninive que dans quarante jours Ninive serait détruite. Mais les gens de Ninive se sont repentis et ont changé leur mode de leurs péchés et ont abandonné leurs mauvaises vies. À cause de cela, Je n’ai pas détruit la ville. Il en est ainsi avec l’Amérique aujourd’hui. Si vous écoutez Mes prophètes et vous vous repentez de vos péchés et changez vos vilaines manières, Je n’infligerai pas de punition sur vous. Mais si vous persistez avec vos avortements et vos péchés sexuels, Je permettrai alors à vos ennemis de vous vaincre, et vous souffrirez des désastres naturels. Tout comme vous voyez tomber les feuilles des arbres, vous savez que l’hiver approche. Mais comme vous voyez maintenant une augmentation du mal tout autour de vous, vous savez que la tribulation de l’Antichrist approche. Lorsque Je reviendrai, vais-Je trouver de la foi parmi Mon peuple ? Ce sera Mon reste fidèle qui survivra à Mes refuges, car les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Mes refuges, ni contre Mon reste fidèle. Il y aura six semaines de conversion après l’Avertissement, ce qui est presque quarante jours. Il y aura le même temps pour changer vos vies et croire en Moi, afin que vous puissiez recevoir la croix sur vos fronts. Si vous ne changez pas vos manières, vous pourriez alors être sur le chemin de l’enfer. Seuls Mes croyants ayant la croix au front seront permis d’entrer à Mes refuges, et ils seront protégés contre les malins.”

Mgr Jean-Pierre Cattenoz – Voyance, occultisme: attention danger !

OCCULTISME – MAGIE – ASTROLOGIE ÉSOTÉRISME – NOUVEL ÂGE : MIRAGES DE L’ENFER

“Vivez en enfants de lumière !”

Voyance, occultisme: attention danger !


L’archevêque d’Avignon met en garde les chrétiens de son diocèse contre la voyance et l’occultisme sous toutes ses formes. Mgr Cattenoz les invite surtout à vivre toujours davantage en enfants de lumière, dans la lumière du Christ, lui qui est source de la vie.

Au seuil de cette nouvelle année, les premières pages de nos journaux sont réservées à l’interview de voyantes à la mode ou de médiums célèbres qui nous donnent leur vision de l’année à venir, véritables prédictions de ce qui nous attend tout au long des prochains mois. Il en sera de même des journaux télévisés et de l’ensemble de la presse écrite. Nombreux sont d’ailleurs les lecteurs qui ouvriront leur quotidien ou leur hebdomadaire favori aux pages réservées à ces prédictions et à tous les horoscopes leur annonçant ce qui les attend pour cette nouvelle année.

I- UN VÉRITABLE RAZ-DE-MARÉE DANGEREUX

Ce phénomène est un véritable tsunami, un raz-de-marée qui submerge et envahit notre monde. En effet, au-delà des premiers jours de l’année, si vous ouvrez les pages centrales de bien des hebdomadaires — sans parler de la presse spécialisée —, vous n’aurez que l’embarras du choix entre marabouts, voyants et médiums, chacun utilisant tel ou tel support pour entrer en contact avec l’invisible : cartes, boules de cristal, lignes de la main, pendules, etc. Bien sûr toutes les petites annonces vous préciseront que l’intéressé n’a rien contre la morale et la religion.

Il est également fréquent aujourd’hui d’entendre des conversations vous faisant part d’expériences paranormales, d’authentiques contacts avec les morts en faisant tourner des tables ou des verres, de dons plus merveilleux les uns que les autres. Toute une frange de notre société flirte allègrement avec l’occultisme le plus noir sans se rendre compte des dangers encourus. La littérature sur la magie blanche ou noire fleurit sur les consoles des librairies. Il y a longtemps que les rayons consacrés à l’occultisme ou à l’ésotérisme à la FNAC ont pris le dessus sur le rayon indiquant « Religions ».

Au cœur même du monde des affaires, nous voyons apparaître des médiums pour entreprises qui se font grassement payer pour apporter leurs conseils en matière de placement ou d’embauche. Dans le monde du sport, un entraîneur national reconnaissait avoir fait appel à l’astrologie avant de donner la composition de son équipe. Combien d’hommes politiques ou de maires de nos grandes cités font appel à des voyants pour y voir clair dans leurs affaires et leur avenir.

Enfin, si vous êtes du genre sportif, des tour-opérateurs vous proposeront des parcours druidiques ou des stages de communication avec les elfes ; nous pourrions multiplier les faits bruts qui témoignent tous de l’engouement de notre monde moderne pour tout ce qui relève de l’occultisme.

Les chiffres sont également parlants. Un livre édité en 2007 sur le “B.A.BA” de la voyance précise que 21% des femmes et 9% des hommes ont déjà rencontré au moins une fois un ou une voyante et il ajoute que le chiffre d’affaires annuel global des quelques 100 000 professionnels de la voyance et de l’occulte est évalué en ce début du XXIe siècle à 3 milliards d’euros, ce qui représente 15 millions de consultations. L’auteur ajoute d’ailleurs avec humour que ces chiffres ne tiennent pas compte du nombre de consultations qui ne sont pas déclarées.

Certaines statistiques, sur la base des déclarations officielles des professionnels de la divination inscrits à l’Urssaf, montrent que ces derniers sont largement plus nombreux que les prêtres et que plus de 12 millions de Français ont recours régulièrement à leurs services et cela n’inclut pas, bien évidemment, le marché noir en ce domaine.

Ainsi, l’occultisme et la magie ne sont nullement relégués dans un monde lié à l’ignorance des peuples primitifs ; bien au contraire, notre Occident moderne et civilisé n’a rien à envier aux sorcières des siècles passés. L’occultisme envahit nos écrans, nos boîtes aux lettres et nos conversations. Il devient même bien difficile de résister à la tentation.

II- LES RAISONS DE CET ATTRAIT OU DE CETTE DÉRIVE

Comment, à partir de ce constat, cerner les raisons de cet attrait de notre société pour l’astrologie, la magie, l’occultisme, le New Age et le paranormal en général ? Plusieurs facteurs peuvent être avancés.

Il y a d’abord un facteur de bon sens : devant le malaise de notre société, la crise de la famille, la solitude affective, le chômage, la délinquance, le mal-être général, le stress, la dépression, les gens ont besoin de réconfort et, faute de le trouver dans l’Évangile et la foi, ils vont le chercher chez les voyants. Ils ont besoin d’être écoutés, accueillis, conseillés. Ils pourraient aller voir les psychologues ou les psychanalystes, mais ils s’y refusent par peur d’être considérés comme des malades. D’ailleurs, bien des voyants reconnaissent que beaucoup de clients ne viennent pas pour de la voyance pure, ils viennent tout autant pour être écoutés et conseillés.

Il y a certainement une insatisfaction qui habite le cœur de l’homme moderne. La société lui propose comme idéal de vie la réussite personnelle, la beauté physique, l’argent et surtout le plaisir : pourquoi s’en passer alors qu’il est là, à portée de main, à chaque instant de la vie. Le matérialisme moderne nous pousse également à avoir toujours plus, à consommer toujours davantage dans une fuite en avant sans fin, mais qui laisse l’homme éternellement insatisfait. En réalité, cette insatisfaction est normale, car la vocation de l’homme ne saurait se réduire à ce toujours plus matériel. Les mots de saint Augustin ont gardé toute leur actualité : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en toi ». Cette insatisfaction de l’homme moderne devient même en quelque sorte une preuve que l’homme ne saurait se réduire à des besoins matériels et à un plaisir fondé sur la consommation de biens matériels.

Mais il y a peut-être aussi l’influence à long terme du syndrome que j’appellerais volontiers le syndrome des télécommandes. En effet, confortablement assis dans votre fauteuil, vous pouvez grâce à ce petit outil, zapper d’une chaîne à l’autre, d’une image à l’autre, d’un bout du monde à l’autre sans jamais trouver de quoi vous rassasier. Le monde du zapping entraîne l’apparition d’un être nouveau toujours insatisfait, et surtout incapable de durer et de se réjouir dans la durée. Il faut toujours du nouveau, du neuf dans une fuite en avant sans fin.

À partir de là, le monde occulte devient fascinant, car il contient tout à la fois une part de sacré, un zeste de divin et un monde de phénomènes paranormaux susceptibles de nous apporter ce qui nous manque et qui nous fera enfin déboucher sur le bonheur que nous cherchons vainement.

Mais il faut aller jusqu’au bout des raisons qui peuvent pousser l’homme à se livrer à des pratiques occultes dont l’astrologie : il y a le désir de connaître son avenir et celui de ses proches par des moyens occultes afin principalement d’être rassuré et libéré de toute peur ; il y a le désir d’acquérir un pouvoir occulte pour infléchir l’avenir ou améliorer sa propre condition ou celle de ses proches ; il y a également le désir d’entrer en contact avec le monde des esprits pour communiquer ou croire communiquer avec les morts ; il y a enfin le désir terrible de vouloir entrer en contact avec Satan et ses anges.

Mais, attention, autant il est facile de faire ses premiers pas dans cette nébuleuse extrêmement vaste, autant il est difficile d’en sortir. Combien de drames, de personnes aliénées, esclaves pour avoir seulement commencé par consulter un médium sur l’Internet, “gratuitement” nous assure-t-on, juste histoire de se rassurer, de s’amuser un peu. Mais on ne joue pas avec le feu, le risque est grand de créer ainsi des liens avec les esprits diaboliques et dans le pire des cas d’en arriver à une véritable possession par des esprits diaboliques.

Alors que tous les repères anciens sont discrédités — le père, l’État, l’université, l’Église —, beaucoup de gens vont même chercher un chemin de bonheur et de paix intérieure dans “leur” spiritualité afin d’échapper à l’oppression et à la froideur du quotidien. Cette tension intérieure, cette recherche d’un équilibre de “l’harmonie intérieure”, donne un essor considérable à de nouvelles formes de méditation ou autres thérapies souvent empruntées aux sagesses orientales, mais sans plus aucune racine évangélique. Ainsi naissent et se développent de nombreux groupes et sectes ésotériques plus ou moins dangereux, où l’ésotérisme se mêle de près ou de loin à la magie ou à l’occultisme.

Certaines pratiques ésotériques tentent d’accéder à la connaissance du futur et pour ce faire, font appel à diverses formes de divination, en particulier le spiritisme. D’autres pratiques visent à répondre au désir secret du cœur de l’homme de connaître son destin. Elles feront alors appel à la consultation des horoscopes, à l’astrologie, à l’interprétation des présages de toute sorte, à l’interrogation des médiums. Pire encore, certaines pratiques cherchent à s’unir à des puissances occultes pour obtenir un pouvoir sur autrui ; nous entrons alors dans le domaine de la magie blanche ou noire.

III- FAIRE LA VÉRITE ET VENIR À LA LUMIÈRE

En ces premiers jours de l’année, je voudrais rappeler à tous les chrétiens de mon diocèse, non seulement qu’ils doivent s’interdire de s’adonner à l’occultisme, quel qu’il soit, mais également qu’ils ont le devoir d’informer et de dénoncer l’occultisme sous toutes ses formes, car il gratifie le Prince de ce monde, le Prince des ténèbres et conduit immanquablement à la ruine de l’homme. Ils doivent également dénoncer avec force le relativisme ambiant qui pousse l’homme à croire n’importe quoi puisque la vérité n’existe pas et que tout se vaut.

Mais plus encore, en ces premiers jours de l’année, je voudrais rappeler aux chrétiens de mon diocèse qu’ils ont le devoir d’annoncer Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié. Nous croyons en un Dieu personnel qui a un nom, qui s’est fait connaître et nous a révélé son amour. La révélation biblique est celle d’un Dieu qui a dit à Moïse : « J’ai vu la misère de mon peuple, j’ai entendu ses cris et je suis descendu pour l’en libérer ». Toute la Bible est l’histoire de Dieu qui part à la recherche de l’homme qui a cru pouvoir trouver le bonheur loin de son créateur et n’a pu trouver qu’un chemin de souffrance et de mort. Dieu n’aura de cesse qu’Il n’ait retrouvé l’homme pour lui redire son merveilleux projet d’amour pour lui. Pour cela, Dieu le Père nous donnera son Fils, celui-ci viendra partager notre aventure humaine. Nous avons fêté sa naissance il y a seulement quelques jours. Lui, le Fils, nous fera connaître le Père et par sa mort sur la croix, Il se chargera de tout le mal de tous les hommes de tous les temps pour permettre de retrouver le chemin de la vie. De son cœur transpercé ont jailli les torrents de l’amour divin qui viennent redonner vie au monde. Une histoire d’amour commence alors pour l’homme, il est invité à trouver le chemin du bonheur dans une intimité toujours plus grande avec son Seigneur au cœur de l’Église. Cette vision de foi en ce Dieu qui me dit : je t’aime et je t’ai aimé sur la croix pour que tu puisses vivre dans mon amour, cette vision est incompatible avec toutes les perspectives ésotériques actuelles où on s’imagine rejoindre une entité supérieure, une énergie impersonnelle qui n’a ni nom ni visage.

Nier la réalité d’une authentique rencontre personnelle avec Dieu en Jésus-Christ, c’est contraindre l’homme, dominé par la peur, à chercher ailleurs la vie, le bonheur et toutes les sécurités qui lui sont indispensables. Comme l’écrivait G. H. Chersterton : « Quand les gens cessent de croire en Dieu, ce n’est pas qu’ils ne croient en rien, mais qu’ils croient en n’importe quoi. »

La parole de Dieu n’ignore pas toutes ces pratiques et sa position est ferme et claire. Elle ne conteste pas leur véracité, mais elle interdit absolument toute pratique de ce genre.

Essayons de faire rapidement la lumière dans cette nébuleuse obscure.

1/ Les pratiques occultes et le paranormal

Il existe une graduation dans les pratiques occultes. Le danger n’est pas de même nature selon les pratiques et la nature des actes réalisés : consulter en passant son horoscope n’a pas de conséquences aussi dramatiques que d’être pris dans les filets d’une secte satanique ; de même pour les séances de spiritisme, la voyance et la divination, les guérisseurs, magnétiseurs et radiesthésistes, la magie, la sorcellerie et l’envoûtement. Mais, dans tous les cas, il est risqué de s’aventurer sur ce terrain.

Le paranormal est constitué d’une nébuleuse extrêmement vaste. L’Église ne nie pas la réalité de phénomènes “paranormaux”, c’est-à-dire dont la science officielle, dans l’état actuel de son avancement, ne peut expliquer la cause : télépathie, spiritisme, sorcellerie, voyance, lévitation, fantômes. Par contre, l’Église recommande un grand discernement, souvent difficile à opérer, sur ces sujets qui ne peuvent pas tous être traités de la même manière. Certains scientifiques, par exemple, s’intéressent à la parapsychologie et essaient d’aller de l’avant dans ce domaine, l’Église respecte leur recherche. Mais lorsqu’il s’agit de pratiques avec invocation d’entités supérieures, l’Église recommande la plus grande prudence, car nous ne savons pas ce que nous faisons. Nous sommes invités à prendre garde de ne pas invoquer des puissances malfaisantes, c’est-à-dire des êtres spirituels ou des démons que nous ne pourrions pas contrôler, et dont nous ne pourrions définir l’identité. Elle réprouve toute évocation des esprits, spiritisme, dialogue avec les morts, mantras, etc.

L’Église donne des éléments de discernement pour éviter que les personnes ne tombent dans des situations dangereuses ou pour les aider à en sortir. Il est important de différencier ce qui relève tout simplement de l’escroquerie pure, activité qui s’avère fort rentable ; ce qui relève de l’observation de la nature et de certains de ses phénomènes parfois inexpliqués ; ce qui relève de l’intelligence des praticiens, notamment de certains « voyants » ; enfin, ce qui relève du contact avec des esprits mauvais. Il ne faut jamais hésiter à demander un discernement si on a un doute sur la nature et la gravité des actes commis.

2/ Les anges

Dans tout ce qui fait intervenir des entités spirituelles supérieures, il y a présence d’anges, soit bons, soit mauvais. Or, le propre des anges bons est d’intervenir uniquement dans un cadre fixé par Dieu pour mener les hommes au bien, à la vérité ou à l’amour authentique de Dieu et de leurs frères. Jamais un bon ange n’interviendra pour conférer aux hommes un pouvoir de domination sur les autres ou une capacité à prédire l’avenir, quel qu’il soit ; ils sont toujours et partout au service de Dieu et de son projet d’amour. En l’absence d’anges bons, ce sont forcément les anges mauvais qui se manifestent. Or, ceux-ci se cachent ! Le propre des mauvais esprits est de mentir et de se révéler en êtres bienfaisants alors qu’ils sont malfaisants.

3/ L’astrologie

Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur le caractère prétendument scientifique de l’astrologie – elle ne l’est pas –, mais sur le fait que non seulement beaucoup d’astrologues se disent « chrétiens », invoquent Jésus, Marie ou des saints et s’entourent de médailles ou même de statues, mais surtout que beaucoup de personnes qui les consultent se disent aussi chrétiens. L’astrologie est-elle donc conciliable avec la foi chrétienne ? Peut-on demander aux étoiles de nous rassurer sur notre futur ? Peut-on les supplier de nous accorder un peu de bonheur – titre du Salon de la voyance à Avignon en novembre 2008 ?

L’astrologie est une pratique superstitieuse qui conduit à d’autres formes de superstition, à la perte de la foi et mène souvent à d’autres pratiques plus graves de l’occultisme.

« On y risque surtout une dépendance. On ne fait rien sans consulter son horoscope quotidien. On finit par perdre l’usage normal de la réflexion et de la mise en œuvre de l’esprit d’initiative. On peut ainsi se plonger dans une paralysie malsaine qui s’enracine dans la peur et dans l’angoisse. On peut aussi finir par développer un attrait assez fort pour la divination, à partir de supports ésotériques, et tomber dans le domaine de l’occultisme. Porter une médaille avec son signe zodiacal est une façon d’afficher extérieurement qu’on croit en la puissance des astres. C’est donc à l’opposé de la foi chrétienne, car il s’agit de croyances païennes. Un vrai chrétien ne devrait jamais porter ce genre de pendentif ». L’astrologie donne une fausse idée de la création, de l’homme et de sa liberté : elle dépeint l’homme comme le jouet des astres, qui déterminent sa vie jusque dans ses moindres détails. Or, les astres ont pour mission de « raconter la gloire de Dieu » et de « manifester l’œuvre de ses mains » (Psaume 19,1), non d’influer sur le destin de l’homme.

La révélation a désacralisé l’univers. Le récit de la Création dans la Genèse va clairement contre l’existence de divinités célestes. Le ciel, la lune et les astres sont tous créés par Dieu. L’univers n’est plus divin et n’est pas non plus l’avatar d’un divin impersonnel, mais il jaillit de la libre volonté de Dieu, l’Unique, rendant ainsi aux hommes leur liberté. Attribuer aux astres ce qui appartient à Dieu seul est idolâtrie. Dieu a créé l’homme à son image et donc fondamentalement libre.

L’astrologie est moins inoffensive qu’on pourrait le croire. Consulter son horoscope peut vite devenir insuffisant, surtout à l’époque actuelle où le marché des produits proposés est tellement vaste ! Ainsi, graduellement ou très vite, beaucoup d’autres portes vont s’ouvrir à toutes sortes de pratiques relevant du New Age, de l’ésotérisme, de la magie, etc., ou encore de croyances relevant de la réincarnation, du karma. Et tout cela bien souvent à notre insu.

On l’a vu, la superstition entraîne toujours une dépendance à quelque chose. Dès qu’elle ne suffit plus, on passe à l’ésotérisme ou à l’occultisme. Le point fondamental de l’ésotérisme consiste à croire en la révélation d’une tradition cachée depuis des millénaires, qui s’exprime à travers des symboles, des mythes, des religions ou des philosophies réservés à des adeptes privilégiés. Selon ces doctrines, l’homme se décompose en trois principes : le principe physique d’origine terrestre, le corps ; le principe astral et le principe spirituel d’origine divine. L’occultisme, le monde de la magie, de la sorcellerie et de l’alchimie, dépendent quant à eux du pouvoir « d’êtres supérieurs » transmis à certains privilégiés grâce à une initiation.

4/ La voyance et la divination

Avec la voyance, nous entrons encore plus avant dans le monde de l’occulte. Le voyant utilise différents procédés pour pratiquer son art divinatoire (tarots, lecture des lignes de la main, boule de cristal, numérologie, médiumnité, télépathie, catoptromancie – la divination par le miroir –, rêves prémonitoires…).

Dans les Actes des Apôtres, saint Paul est confronté à une Pythonisse, « une jeune servante qui avait en elle un esprit de voyance », qui le poursuit de ses cris. Saint Paul se retourne et ordonne à l’esprit de quitter cette femme « au nom de Jésus-Christ » (cf. Ac 16, 18). La femme est immédiatement libérée de l’esprit. Mais ceux qui convoitaient les prédictions de la pythonisse sont furieux et décident de mettre à mort saint Paul.

Contrairement à Dieu, l’homme ne peut connaître l’avenir, car il est engagé dans le temps. Les anges, bons ou mauvais, ne connaissent pas l’avenir autrement que dans la mesure permise par Dieu. Lorsque des voyants prétendent pouvoir lire l’avenir dans différents supports, ils peuvent anticiper des choses prévisibles, c’est-à-dire accessibles à une déduction, un raisonnement. En faisant intervenir des entités supérieures, ils peuvent obtenir d’elles une certaine connaissance de choses prévisibles, car elles ont une vue plus perçante que la nôtre. Mais cela se limite à un futur très proche.

Le grand danger réside dans le fait qu’il est possible pour le voyant, par l’intermédiaire des mauvais esprits, de connaître le passé puisqu’il a existé, et ainsi de tromper la personne qui le consulte. L’avenir en revanche ne peut jamais être connu : il n’appartient qu’à Dieu, un Dieu plein d’amour et de tendresse et non à de froides étoiles « où tout serait écrit ».

Là, il y a mise en danger par l’homme de sa propre liberté, dépendance psychologique, risque de manipulation par des esprits dont on ne connaît pas la provenance – en fait, on en connaît trop bien l’origine !

5/ ESPRITS DES MORTS, FANTÔMES, SPIRITISME…

Le Christ est ressuscité une fois pour toutes ! Si les esprits des morts sont incapables de communiquer avec nous directement, il existe un lien de communion entre eux et nous, un lien puissant, celui de la prière dans la Communion des saints. Le chrétien, sûr de la résurrection des morts, n’a absolument pas besoin du spiritisme pour rejoindre ses frères aînés dans le mystère de la Communion des saints. Il sait également que le jour viendra, au terme de l’histoire, où Dieu fera toutes choses nouvelles et où les âmes séparées retrouveront le corps pour lequel elles sont faites et pourront ainsi vivre pleinement dans leur humanité transfigurée en gloire.

Les esprits, que l’on dit si avides de communiquer avec les humains, empruntant même le téléphone ou la télévision, et qui sont capables d’agir sur la matière comme sur la pensée, ces esprits ne sont pas des âmes errantes, mais tout simplement des démons qui tentent de séduire les humains en quête d’informations sur l’au-delà. Lorsque la flamme de la résurrection s’est éteinte, tout espoir est bon à saisir, toute voix issue de l’autre côté du voile est écoutée religieusement, et les anges déchus prospèrent.

« Le démon est capable, quasi parfaitement, d’imiter — de reproduire — d’innombrables éléments ou formes naturelles jusque dans certaines expériences particulières de spiritisme. Il est vrai qu’une véritable séance de spiritisme ou de nécromancie n’est pas formellement une expérience qui relève du satanisme ou des pratiques sataniques. Le channeling non plus, ni l’occultisme ou encore des pratiques telles que des expériences avérées de médiumnité ou de chamanisme. Mais en réalité, une emprise démoniaque est souvent à l’origine, de façon plus ou moins sous-jacente derrière chacune de ces pratiques. »

Si la Parole de Dieu et de l’Église mettent si sévèrement en garde les chrétiens contre toute curiosité dans ce domaine, c’est uniquement pour les préserver de l’aliénation qui suit immanquablement la participation à ce genre de séance. La destinée de l’homme est de devenir temple de l’Esprit-Saint (1 Co 3,16) et non pas repaire des démons se faisant passer pour des « esprits de défunts ». « L’Adversaire est habile à appâter notre curiosité et quand il jette le masque… c’est trop tard. »

L’Église à cet égard réclame la plus grande prudence : le spiritisme fait intervenir des entités qu’on ne peut contrôler et dont on va devenir dépendant. Dans les phénomènes qui touchent aux démons, on trouve ce que l’on appelle des  » portes d’entrée « . L’homme est fragile. Il peut ouvrir des portes à ces entités spirituelles mauvaises qui vont entrer dans sa vie, son corps ou son psychisme jusqu’à l’aliéner. Le spiritisme est une forme d’invocation qui attire le mal et le malin.

La pratique du spiritisme est fascinante, mais destructrice. Beaucoup de jeunes qui ont participé à de nombreuses séances sont profondément atteints dans leur psychisme. L’Église l’explique de manière très simple. Lorsqu’on invoque les morts, on entre en contact avec des esprits mauvais qui prennent la place de nos morts et s’immiscent dans notre psychisme. C’est un terrain privilégié pour les mauvais anges, menteurs. L’homme risque l’aliénation et il risque de se faire manipuler par des esprits dont il ne peut discerner la provenance.

6/ GUÉRISSEURS, DON DE GUÉRISON

Nous retrouvons ici une conception de la médecine pénétrée de magie, d’animisme — qui estime encore que tout cela était réservé au Moyen Âge ? —, où certains praticiens s’arment de pendules, imposent les mains, parlent d’énergie, de magnétisme ou d’onde.

Dans certaines médecines, dites naturelles, des entités supérieures sont sollicitées pour obtenir des guérisons. Ce peut être un magnétiseur, un guérisseur, mais aussi tel kinésithérapeute ou ostéopathe, qui, pendant la consultation, imposent les mains sur leurs patients et récitent des formules. Généralement, ces pouvoirs sont développés dans une recherche ésotérique ou occulte. Les praticiens s’initient à une « approche » médicale et thérapeutique souvent qualifiée d’« holistique » — c’est-à-dire qui prend en compte l’ensemble de l’homme, le corps et l’âme, ce qui en soi n’a rien de contestable, bien au contraire, car l’Église n’a jamais cessé de préconiser une médecine humaine, complète, proche des patients —, mais qui dans les faits va bien au-delà.

Parce que l’on ne connaît pas les puissances invoquées pendant ces séances, l’Église récuse tout comportement de ce type. Même dans le cas très populaire du « don » pour éteindre le feu, c’est-à-dire les brûlures. Elle invite donc tout patient qui devrait se trouver dans de telles situations à faire en sorte que cela ne se reproduise pas, et dans le cas où il s’y trouverait involontairement, à prier en silence Jésus. Le motif est toujours le même : nous sommes le temple de l’Esprit-Saint.

S’agissant des dons (guérisons, etc.), l’Église nous donne des clefs de discernement : elle enseigne qu’on ne peut pas les utiliser à notre profit, ni même pour le bien des autres, sauf si Dieu donne, dans certaines circonstances très particulières, comme la prière en groupe, pour le bien de l’ensemble de la communauté et de manière temporaire, ce que l’Église appelle un charisme de guérison.

7/ Nouvelles thÉrapies, mÉditations,

New Age et priÈre chrÉtienne

« Pensez à votre propre corps du point de vue énergétique », « retrouvez l’harmonie grâce à l’étincelle divine présente en vous »… Nous vivons immergés dans un vaste syncrétisme médico-spirituel mélangeant allègrement : Extrême-Orient (théories du Feng Shui, des Chakras issus du Kundalini-yoga, Chamanisme, etc.), méthodes psychologiques, médecines douces et autres… Dans ces nouvelles formes de méditation, le corps, la posture, la respiration jouent un rôle considérable.

Pour remédier à l’insécurité ambiante, dans notre société consumériste (de consommation à outrance), de véritables supermarchés de la spiritualité sont édifiés. L’individu y choisit ce qu’il pense lui convenir le mieux, car il rejette toute autorité. Mais, si chacun veut être original, le résultat au final est plutôt stéréotypé…

Voici une recette spÉcialement concoctÉe :

· – une pincée de psychologie de vulgarisation centrée sur l’épanouissement personnel,

· être bien dans sa peau,

· – parler de réincarnations, de karma, de maîtrise du souffle, de chakras et surtout promettre de devenir « zen »,

· – inviter à méditer, à descendre en soi, surtout sans préciser ce que l’on méditera, ni ce qu’on risque de trouver,

· – s’inscrire dans la grande tradition des astrologues de l’Égypte ou de la Mésopotamie, sans négliger de se référer aux spéculations astrologiques (l’ère nouvelle annoncée serait celle du Verseau succédant à celle du christianisme),

· – recueillir l’héritage de tous les animismes et panthéismes de partout,

· – recueillir et libérer les énergies vitales qui sommeillent en nous… (?), les réorienter pour les mettre en communion avec celles de la nature,

· – détecter ces énergies à l’aide du pendule, et des diverses techniques de la radiesthésie et du magnétisme,

· – remonter à vos vies antérieures et entrer en communication avec les esprits de vos ancêtres, (à ne pas confondre avec la guérison de l’arbre généalogique),

· – ne pas négliger l’expérience de contact avec la Nature qu’avaient ou qu’on encore les chamans, les sorciers et autres guérisseurs africains ou amérindiens,

· – redécouvrir et développer notre médiumnité naturelle,

· – et pour finir, pendant que le chaudron est sur le feu, une grande gentillesse et un air de complicité : « Vous avez de la chance d’être ainsi initié. Ces enseignements sont réservés à ceux qui, comme vous, sont capables d’en tirer profit. »

Ne vous posez pas trop vite la question de la facture. Elle est généralement très élevée. « Mais vous ne regretterez pas l’expérience et même vous en redemanderez ! »

Sans entrer aucunement dans le détail de ces nouvelles  » thérapies  » ou méditations, le document sur la méditation chrétienne publié par la Congrégation pour la doctrine de la foi est de grande actualité et donne quelques clefs de discernement.

Certes, certaines de ces techniques contiennent des éléments importants : rôle du silence, la force régénérante de la méditation et la relation étroite entre le corps et l’âme. Cependant, la prière chrétienne est avant tout un dialogue d’amour, de personne à personne, un cœur à cœur, et non un monologue. Ensuite, toutes ces propositions ne cherchent pas à connaître un Autre mais soi-même, son propre corps pour son  » bien-être  » personnel. Aussi utile que cela puisse paraître, cela n’a rien à voir avec la méditation chrétienne, qui est toujours dialogue avec Dieu et qui ouvre à l’autre.

D’autres formes de méditation vont plus loin encore. Elles prétendent trouver l’étincelle divine contenue en chacun afin de rendre possible que le « je » se perde dans l’Être infini de l’Absolu comme une goutte d’eau dans la mer. Ces conceptions de la prière qui dérivent de l’Orient contiennent une fausse idée de Dieu et de l’homme. Là encore est nié le fait que Dieu est une Personne à qui je peux parler et qui m’écoute. Dieu est conçu comme une énergie impersonnelle, un principe cosmique,  » une étincelle divine en moi « . Disparaissent le Créateur et la créature : Nous trouvons le divin, notre divin en nous ; en d’autres termes : « nous sommes Dieu ».

Cette tentation est loin d’être nouvelle ! Or, Dieu a créé le monde par amour, celui-ci est bon et même très bon (Gn 1, 31), mais si Dieu en prend grand soin, le monde n’est pas Dieu. Dieu seul est Dieu. Par ailleurs, chaque homme est une personne unique, et ce, pour l’éternité.

Plus encore, la prière est conçue comme le résultat de techniques déterminées alors qu’elle est don de Celui qui sauve. L’homme ne peut parvenir à l’harmonie et pénétrer dans le mystère de Dieu à travers l’exercice et l’effort. Certes, la position du corps peut sans aucun doute rendre plus facile le recueillement intérieur. Mais la vraie prière n’est pas une question de technique, elle est foi en Jésus-Christ et don de l’Esprit-Saint qui « vient en aide à notre faiblesse » et « intercède avec insistance pour nous » (Rm 8, 26). « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut aller vers le Père sinon par moi » (Jn 14, 6). « Personne ne peut dire  » Jésus est Seigneur  » sinon sous l’action de l’Esprit-Saint » (1 Co 12, 3).

La prière n’est pas une fuite égoïste du monde, elle donne toujours des fruits d’amour envers le prochain, produit le pardon et rend plus fort pour affronter le combat de la vie (cf. Benoit XVI, Spe Salvi, n° 33). Elle n’est donc pas échappatoire, mais nous immerge dans le réel, la réalité de notre vie, pour notre plus grand bien !

Les méditations et thérapies New Age promettent l’harmonie intérieure, le plaisir de la vie et le bien-être du corps. Trois aspects en effet : la liberté du stress (harmonie intérieure), la liberté de la pauvreté et du besoin (goûter la vie dans tous ses aspects) et la liberté de la maladie (refus radical de la souffrance). Où l’on retrouve également les trois souhaits de l’homme contemporain indiqués dans le sondage du journal Le Parisien (24/11/08) : de l’argent, la santé et du temps « pour soi ». Qui, de fait, ne souhaite vivre en plénitude, trouver la paix intérieure et être sain de corps et d’esprit ? Or, ce sont autant de promesses mensongères : dans ce monde, la fatigue, le besoin et la maladie seront toujours présents. Le New Age est d’autant plus fallacieux qu’il propose tout cela sans Jésus-Christ. Or, Lui seul possède la clef du bonheur et de la vraie liberté. Il est le Bon Pasteur, Lui qui a ouvert une « ère nouvelle » avec son Église, Il nous révèle le Père et nous y conduit (cf. Jn 1, 18).

8/ Magie, sorcellerie, envoÛtement

Magie vaudou, du Brésil, du Tibet ou d’Afrique… Elle s’exerce maintenant partout ouvertement, même à Lourdes comme l’illustre cette petite annonce découverte parmi des milliers :

Occultes – Lieu : Lourdes, Hautes-Pyrénées, France –

Publiée le 16 novembre 2008 –

Si la divination prétend prévoir l’avenir, la magie a l’ambition de changer le présent, l’avenir des personnes et même de la nature — rendre amoureuse une personne grâce à un filtre (non seulement ça existe, mais ça peut marcher !), guérir une maladie, tuer un ennemi, changer le temps —. Elle tente de manipuler la nature et les esprits, au moyen de charmes, rituels et prières.

Ce bricolage, qui consiste, par exemple, en l’organisation de séances de spiritisme, peut conduire à « une fuite en avant dans la marginalité par la pratique de cérémonies toujours plus déviantes (sacrifices de petits animaux) et l’adhésion à des groupuscules satanistes mieux organisés, agissant dans le secret et suivant des techniques entachées de sectarisme ».

Il est par ailleurs avéré qu’en Italie les demandes d’aide pour affaires d’envoûtement, manipulations, violences liées au diable ont été multipliées par trois en très peu de temps. Les premières victimes sont les jeunes qui sont plus curieux, plus fragiles, en recherche de sensations fortes, ou sous l’emprise de drogues. Viennent ensuite les femmes, souvent victimes de rites abominables.

Mais les cas de possession vérifiés demeurent rares. En France chaque diocèse a son exorciste (pour qui en aurait besoin, il est recommandé d’abord de rencontrer un prêtre de confiance plutôt que de s’adresser directement à l’exorciste). Malheureusement, la plupart de ces exorcistes n’exorcisent presque jamais, souvent par principe, car ils sont trop exclusivement  » formés  » au  » tout psychologique « . Pour certains théologiens « évolués », le démon n’est en effet qu’un leurre, une figure mythique du mal. Ce faisant, ils ôtent une dimension incontournable de l’Évangile : le combat sans relâche du Christ avec les forces du mal, depuis les Tentations au désert jusqu’au Golgotha.

IV- CONCLUSION :

« VIVEZ EN ENFANT DE LUMIÈRE »

Malgré toute l’horreur de ce monde de l’occultisme et de l’ésotérisme sous toutes ses formes, le chrétien n’a pas à avoir peur. Par la grâce de son baptême, il est devenu enfant de Dieu et il est appelé à vivre en enfant de lumière en se laissant habiter et conduire par l’Esprit-Saint. Il vivra ainsi pleinement uni au Christ et le sang du Christ le protégera de tout mal. Par la grâce de sa confirmation, il a été revêtu de la force de l’Esprit-Saint pour devenir un Saint, pour trouver sa place dans le Corps du Christ, l’Église, et enfin pour témoigner des merveilles de Dieu auprès de tous ses frères. Dans l’Eucharistie dominicale, il se nourrira du Corps du Christ et pourra dire avec saint Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi, ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et S’est livré pour moi » (Gal 2, 20).

Devant toutes les tentations qui peuvent survenir, il n’a pas à avoir peur, saint Paul lui présente les armes pour le combat spirituel :

« En définitive, rendez-vous puissants dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’armure de Dieu, pour pouvoir résister aux manœuvres du diable. Car ce n’est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter, mais contre les Principautés, contre les Puissances, contre les Régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes. C’est pour cela qu’il vous faut endosser l’armure de Dieu, afin qu’au jour mauvais vous puissiez résister et, après avoir tout mis en œuvre, rester fermes. Tenez-vous donc debout, avec la Vérité pour ceinture, la Justice pour cuirasse, et pour chaussures le Zèle à propager l’Évangile de la paix ; ayez toujours en main le bouclier de la Foi, grâce auquel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ; enfin, recevez le casque du Salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la Parole de Dieu. Vivez dans la prière et les supplications ; priez en tout temps, dans l’Esprit ; apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints. Priez aussi pour moi, afin qu’il me soit donné d’ouvrir la bouche pour parler et d’annoncer hardiment le mystère de l’Évangile, dont je suis l’ambassadeur dans mes chaînes ; obtenez-moi la hardiesse d’en parler comme je le dois ». (Ep 6, 10-20)

Que le Christ soit votre lumière et que l’Esprit-Saint vous accompagne de sa présence divine tout au long de cette nouvelle année. Vivez unis les uns aux autres dans la charité, « soyez toujours joyeux, priez sans cesse et en toute circonstance rendez grâce à Dieu, c’est sa volonté sur vous dans le Christ, n’éteignez pas l’Esprit » (1 Th 5, 16-19). ■

Avignon, le 31 décembre 2008 + Jean-Pierre Cattenoz,

archevêque d’Avignon

————————————–
www.revueenroute.jeminforme.org

https://gloria.tv/article/NHDuBeGJtgQ92uLP9pCVpu27L

Vous insinuez que le Pape pourrait mener un schisme ? Cardinal Burke : « Oui »

Vous insinuez que le Pape pourrait mener un schisme ? Cardinal Burke : « Oui »

On nous a dit à plusieurs reprises que le Synode de la Famille n’avait pas pour but de permettre aux adultères actifs de recevoir la Communion, a dit R le cardinal Burke Ross Douthat, « Mais à la fin, c’est de cela qu’il s’agissait ».

Il a ajouté que le document final du Synode de l’Amazonie ne rejette pas les déclarations de l’Instrumentum Laboris « qui constituent une apostasie de la foi catholique ».

Burke émet l’hypothèse que François approuve ce document, et les gens diraient : « Si tu ne l’acceptes pas, tu seras dans le schisme. »

Il répond : « Je ne serais pas dans le schisme parce que le document contient des éléments qui s’écartent de la Tradition Apostolique. Ce que je veux dire, c’est que le document est schismatique. Je ne le suis pas. »

Douthat souligne que de telles pensées impliquent que le pape menait un schisme. « Oui. »

Il admet « [ne pas savoir] comment faire face à une telle situation » car le droit ecclésiastique n’offre aucun mécanisme pour y faire face. Néanmoins, pour Burke, il n’y a aucune situation qui justifierait l’équivalent de ce que l’archevêque Lefebvre a fait,

« Les gens viennent me voir et me disent : « Écoutez, cardinal, il est temps qu’on entre dans le schisme ». Et je dis non, ce n’est pas possible. Notre Seigneur ne peut pas vouloir ça, et je ne ferai pas partie d’un schisme. »

Burke ne voit pas non plus la possibilité de prétendre que François « n’est pas le pape ».

https://gloria.tv/post/1tqRZadxWUzM4ZbNFvtSPqRTi

Chamanisme au Vatican : La plantation d’arbres faisait partie de l’adoration de Pachamama

Chamanisme au Vatican : La plantation d’arbres faisait partie de l’adoration de Pachamama

La plantation d’un arbre dans les Jardins du Vatican, le 4 octobre, avait pour but de « satisfaire la faim » de la Pachamama (« Terre Mère »).

Ednamar de Oliveira Viana, une chamane indigène, l’a dit dans un communiqué de presse du REPAM, le réseau ecclésial pan-amazonien qui a organisé le synode.

Viana a dirigé la cérémonie païenne dans les Jardins du Vatican.

Elle a expliqué que le Synode a entendu et respecté les peuples amazoniens et leur tradition de « faire l’expérience du mystère de la divinité présente sur le sol amazonien ».

https://gloria.tv/post/EPM2yTfV8fWR4n1CijkAiKPUi

Messages de la Reine du Rosaire – Ne perdez pas votre place au paradis.

Résultat de recherche d'images pour "edson glauber"

Messages de la Reine du Rosaire et de la Paix 08 et 09 Novembre 2019 à Edson Glauber (Itapiranga-Brésil)

Itapiranga-AM.
08 Novembre 2019

Paix mes enfants bien-aimés, paix!

Mes enfants, moi, votre Mère, je viens du Ciel pour vous demander : De changer votre vie, repentez-vous de vos péchés, laissez les mauvaises choses derrière vous. Soyez de Jésus de tout votre cœur, de toute votre âme, de tout votre esprit et de toute votre vie.

Ne vous laissez pas berner par le diable et les illusions du monde.
Ne perdez pas votre place au paradis.
Le monde passe, mes enfants, mais le Ciel est pour toujours.
-Ne soyez pas dupes:il y a un seul Dieu et une seule foi. Il n’y a pas plusieurs églises qui mènent au salut, mais seulement celle que mon fils Jésus a institué et qui est l’Église catholique. Ouvrez vos cœurs aux Vérités de Dieu et fermez-les aux mensonges de Satan. Demandez le pardon de vos péchés. Ayez la force de renoncer à ce qui vous emprisonne dans les griffes de Satan.

Confessez-vous.
Ayez une vie plus pure et plus sainte.
L’impureté offense beaucoup le Cœur de Dieu et celui de votre Mère.

Laissez les péchés impurs pour toujours, car ce sont eux qui amènent le plus d’âmes au feu de l’enfer.

Soyez fidèles, maris et femmes.
Laissez l’infidélité et l’adultère derrière vous.
Renouvelez vos vies dans l’amour de mon Divin Fils.
Les temps sont sérieux.
Beaucoup suivent le chemin de la perdition qui mène au feu de l’enfer. Demandez la Lumière et la grâce du Saint-Esprit, soyez de vrais disciples de mon Fils Jésus et mes enfants bien-aimés.
Mes enfants, écoutez-moi. Ne soyez pas sourds à mon appel.

Le monde est sur le point de subir de grandes épreuves et
des punitions et il n’est pas préparé pour ce qui va arriver.Ici, où je suis apparue, je laisserai un signe sur la Croix de la colline. Ce signe sera le début d’événements qui changeront votre vie pour toujours. Ne perdez pas le Ciel. Combattez pour être avec mon Fils au Paradis.
Je vous aime et je ne veux pas votre damnation éternelle. Je vous souhaite la bienvenue dans mon Cœur Immaculé et vous recouvre de mon Manteau protecteur.
Retournez chez vous avec la Paix de Dieu. Je vous bénis tous: au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen!


Résultat de recherche d'images pour "edson glauber"

Itapiranga-AM.
09 Novembre

À l’aube à 3h du matin.

Quand j’étais couché, la Sainte Mère m’a réveillé et m’a parlé en disant:

Mon fils, beaucoup ne renoncent au mal que de bouche à oreille, mais ils restent identiques par la suite, car du cœur viennent encore de mauvais sentiments, des désirs et la volonté de pécher.

Ils doivent combattre le péché : Pardonner et aimer pour recevoir la guérison du cœur, de l’âme et du corps. Sans pardon, ils ne peuvent pas recevoir la bénédiction de mon Divin Fils qui change et guérit leur vie.

Dieu appelle tout le monde à changer de vie avec un repentir sincère. Soyez en paix!

À midi, peu de temps après la procession à la source de miséricorde et de grâce, la Sainte Mère apparut, bénissant tous les pèlerins présents à l’endroit où elle a bénit la fontaine et dit:

Convertissez-vous! …Priez, priez pour la Paix …Du pardon vient la guérison! … Soyez de Dieu.
Dans l’après-midi, peu après la procession avec les pèlerins, la Madone se manifesta à nouveau à l’heure habituelle de son Apparition quotidienne et me raconta les secrets du Brésil, me montrant, lors de cette Apparition, de grandes souffrances dans la nation brésilienne. Mort, violence et effusion de sang.
Satan désire la destruction et la mort. La Très Sainte Mère est venue nous demander des prières pour la paix au Brésil.

Si vous restez sourds et le cœur dur, le Seigneur vous corrigera par la persécution, l’humiliation, la faim et les pleurs. Accueillez l’appel de la Mère Immaculée.
Ainsi, le bras puissant du Seigneur retiendra encore sa terrible justice qui pourrait atteindre bientôt le Brésil.

Ce jour-là, la Sainte Mère m’a aussi envoyé dire aux pèlerins présents à son sanctuaire:

Beaucoup ne savent pas offrir un peu de sacrifice et de pénitence.

Ils se plaignent de tout, ils ne peuvent pas supporter d’attendre quelques minutes de faim, en sacrifiant la volonté humaine. Ils veulent plutôt que leur volonté soit faite.
Que feront-t-ils lorsque la grande punition sera infligée au monde?
Vont-t-ils supporter les jours terribles et difficiles à venir, pendant lesquels ils n’auront plus rien à manger ni à boire pendant plus de trois mois?

Ne vous plaignez pas et ne soyez pas ingrats, mes enfants,
apprenez à faire pénitence et à sacrifier vos propres désirs et
votre volonté humaine afin de ne pas trop souffrir plus tard.
Faites vite, C’est le temps du jeûne, de la pénitence et du sacrifice!
Apprenons dès que possible à nous sacrifier et à faire pénitence, car les temps difficiles se rapprochent de plus en plus et beaucoup ne sont pas préparés.

http://itapiranga0205.blogspot.com/

Dr Kelly Bowring : Les Secrets, les châtiments et le Triomphe des Deux Cœurs de Jésus et de Marie – Partie 8

Dr Kelly Bowring : Les Secrets, les châtiments et le Triomphe des Deux Cœurs de Jésus et de Marie

SECRETS,

CHÂTIMENT

&

TRIOMPHE

des Deux Cœurs de Jésus et de Marie,

et ce à quoi le ciel nous appelle


Extrait du livre du Docteur Bowring :

Nihil obstat: Mgr Adelito A. Abella, censeur archidiocésain

Imprimatur: Cardinal Ricardo J. Vidal, archevêque de Cebu

2 avril 2009


Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé de marie"

Mère au Cœur douloureux

À peu près en même temps qu’à Fatima, Notre-Seigneur est apparu à Berthe Petit, une Tertiaire franciscaine, mystique belge stigmatisée et apôtre de la Dévotion au Cœur douloureux et immaculé de Marie. Jésus nous donne à travers elle un message saisissant sur la dévotion au Cœur de sa Mère:

Ce sont les cœurs qui doivent être changés; cela ne se fera que par la dévotion, connue, développée, prêchée et conseillée partout. C’est le dernier secours que Dieu donne avant la fin des temps: le recours à Sa Mère, sous le titre qu’Il veut pour Elle, universellement … Le salut de ta patrie, la paix intérieure, le relèvement moral du peuple, la confiance en mon Église renaîtront par la dévotion active et la consécration, que Je veux, pour que soit aimé et glorifié le Cœur douloureux et immaculé de ma Mère uni en tout à mon Cœur. Le salut sera ainsi l’Œuvre de nos deux Cœurs, le triomphe de leur amour envers le peuple, que cette consécration rendra confiant en ma promesse … Car, par la prière et la consécration faites à ce Cœur, des grâces de lumière seront obtenues. Elles mèneront graduellement les âmes à la pleine connaissance de nos Cœurs Unis qui ont été blessés d’une même blessure, source inépuisable de tout bien pour l’humanité, et dont la gloire fait et fera le bonheur des élus pour l’éternité … Cette dévotion au Cœur douloureux et immaculé de ma Mère réanimera la foi et l’espérance dans les cœurs brisés et les familles détruites; elle aidera à réparer les ruines, elle adoucira les douleurs, elle sera une nouvelle force pour mon Église en portant les âmes, non seulement à la confiance en mon Cœur, mais encore à l’abandon au Cœur douloureux de ma Mère.

Et Notre-Dame ajoute: «Je me suis nommée l’Immaculée Conception. À toi Je me nomme la Mère au Cœur douloureux. Ce titre que veut mon Fils m’est cher entre tous, et c’est par lui qu’il sera accordé et répandu partout des grâces de miséricorde et de salut.»

Dons marials du ciel

Au cours de l’histoire de l’Église, Notre-Dame a fait à l’Église divers dons du ciel pour venir en aide aux fidèles par de nouvelles formes de prière et de grâce. Ce sont de grands dons célestes de notre Mère spirituelle. Nous allons maintenant examiner quatre de ces grands dons:

Le Très Saint Rosaire

Le Rosaire est la plus grande prière mariale. C’est le résumé de l’Évangile et la prière la plus hautement recommandée de l’Église, après la liturgie et la Messe. Il y a des centaines d’années que la prière du Rosaire est une façon significative d’accomplir la prophétie mariale biblique: «Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse.»iNotre-Dame est venue demander à saint Dominique (v. 1220) de répandre la dévotion au Rosaire. Et un jour, alors que saint Dominique exorcisait des démons, ils lui dirent: «Nous sommes contraints d’avouer qu’aucun de ceux qui persévèrent à dire le Rosaire n’est damné; car [Marie] obtient à ses dévots serviteurs une vraie contrition de leurs péchés par laquelle ils en obtiennent le pardon et l’indulgence.»

Le Rosaire comporte trois types de prière:

  1. Le Rosaire est une prière vocale, priée sur les grains du Chapelet, la douce chaîne qui nous unit à Dieu en commençant par le Credo sur le crucifix comme profession de foi, suivi par le Notre Père pour partager notre intimité avec lui, les dix Je vous salue Marie qui répètent les paroles bibliques de l’Ange Gabriel et de Sainte Élizabeth pour partager la jubilation du plus grand miracle de l’histoire, suivi par le Nom de Jésus, et pour terminer l’appel à la Mère de Dieu d’intercéder pour nous aux deux moments les plus importants de notre vie – maintenant et à l’heure de notre mort, et par le Gloria qui nous amène dans la contemplation trinitaire en nous appelant à glorifier la Trinité à la fin de chaque dizaine. Puis vient la Prière de Fatima qui accompagne le Gloria pour offrir la dizaine aux âmes qui ont le plus besoin de la miséricorde de Dieu. Pour honorer Notre-Dame, le Rosaire se termine par un Salut, ô Reine (Salve Regina) et peut inclure d’autres prières dont une prière aux intentions du Pape comme partie d’une indulgence plénière.
  2. Le Rosaire est une prière de méditation. Durant le Rosaire, nous méditons en silence sur les mystères de la vie du Christ vue à travers les yeux de Marie. Ce sont les vingt mystères du Rosaire. Nous pensons à chacun des mystères, à la façon dont ils s’appliquent dans notre vie, et concluons par une résolution pour mettre la méditation en pratique afin qu’elle porte fruit dans notre vie. Comme compendium de l’Évangile, le Rosaire rend présents les mystères salvateurs de notre salut.
  3. Le Rosaire est une prière de contemplation, spécialement en ce qu’il nous amène dans une communion intime et personnelle avec Dieu. Dieu nous amène en lui et participe avec nous au Rosaire. Nous découvrons sa sagesse et son amour, et nous faisons l’expérience de sa présence durant tout le Rosaire.

Bien des Saints ont été de grands propagateurs du Rosaire. Saint Louis-Marie Grignion de Monfort disait: «Le Rosaire est un trésor sans prix inspiré par Dieu. Avec des Rosaires en main nous pouvons vaincre tous les pièges et machinations de Satan contre l`Église catholique.» Sainte Thérèse d’Avila est apparue à une de ses religieuses pour lui dire tout le prix d’un Je vous salue Marie: «J’accepterais de revenir à une vie de souffrance jusqu’à la fin des temps pour mériter le degré de gloire par lequel Dieu récompense un Je vous salue Marie récité dévotement.» Saint Padre Pio, le prêtre stigmatisé, disait: «Le Rosaire est L’ARME

Par le Rosaire, nous assistons à l’École de Marie en contemplant la Face du Christ. Jean-Paul II, dans sa Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariae (2002), disait du Rosaire: «En effet, tout en ayant une caractéristique mariale, le Rosaire est une prière dont le centre est christologique.» Et Marie répand sur nous les grâces du Christ comme de sa propre main. On pourrait même dire que lorsque nous tenons le Rosaire, nous lui tenons la main. Elle nous conforme au Christ. Dans sa Lettre sur le Rosaire, Jean-Paul II cite le bienheureux Bartolo Longo, un sataniste converti au catholicisme par le Rosaire qui construisit le sanctuaire marial de Notre-Dame de Pompéi et qui disait: «De même que deux amis qui se retrouvent souvent ensemble finissent par se ressembler même dans la manière de vivre, de même, nous aussi, en parlant familièrement avec Jésus et avec la Vierge, par la méditation des Mystères du Rosaire, et en formant ensemble une même vie par la Communion, nous pouvons devenir, autant que notre bassesse le permet, semblables à eux et apprendre par leurs exemples sublimes à vivre de manière humble, pauvre, cachée, patiente et parfaite.»

Jean-Paul II place le Rosaire au cœur d’une authentique évangélisation. Il promet: «Le Rosaire conserve toute sa force et reste un moyen indispensable dans le bagage pastoral de tout bon évangélisateur.» Il poursuit en faisant du Rosaire le remède contre les ténèbres et les ennemis actuels: «En des moments où la chrétienté elle-même était menacée, ce fut à la force de cette prière qu’on attribua l’éloignement du danger, et la Vierge du Rosaire fut saluée comme propitiatrice du salut.» Il fait sans doute allusion à la bataille de Lépante. Le 7 octobre 1571, la flotte chrétienne sous le commandement de Don Juan d’Autriche célébra la confession, reçut la Sainte Communion et une bénédiction apostolique, et pria le Rosaire durant trois heures avant de livrer bataille contre des envahisseurs musulmans bien supérieurs en nombre. Et malgré ce désavantage, la flotte chrétienne fut victorieuse. Après cette victoire, le Pape institua la Fête de Notre-Dame de la Victoire qui devint bientôt la Fête de Notre-Dame du Rosaire. D’autres victoires semblables ont également eu lieu. En 1683, le roi Jean III Sobieski et ses 30.000 soldats, invoquant Jésus et Marie en priant le Rosaire ont attaqué et vaincu les 200.000 Turcs musulmans qui attaquaient Vienne et l’Europe occidentale. En 1716, l’empereur Charles VI, invoquant Notre-Dame du Rosaire, défait les envahisseurs ottomans à Peterwardein. Une autre victoire similaire eut lieu à Corfou en 1717. Le Pape étendit alors la Fête du Très Saint Rosaire à l’Église tout entière. Ces derniers temps, Léon XIII exhortait le Rosaire pour combattre le rationalisme et le libéralisme; et Pie XI et Pie XII l’exhortaient à nouveau contre le communisme. Jean-Paul II nous a appelés à combattre la grande ténèbre de notre temps par la récitation quotidienne de la prière du Rosaire.

Jean-Paul appelle le Rosaire une prière de paix et une prière pour la famille. «Le Rosaire est une prière orientée par nature vers la paix … Prière pour la paix, le Rosaire est aussi, depuis toujours, la prière de la famille et pour la famille … La famille qui est unie dans la prière demeure uniePrier le Rosaire pour ses enfants, et mieux encore avec ses enfants, en les éduquant depuis leur plus jeune âge à ce moment quotidien de ‘pause priante’ de la famille … constitue une aide spirituelle à ne pas sous-estimer.» Dans sa lettre, il recommandait que les familles se rassemblent chaque soir pour prier le Rosaire, même avec les plus jeunes enfants. Saint Pie X déclare: «Si vous voulez que la paix règne dans votre foyer, récitez chaque soir le chapelet en famille.» Il est bon de prier le Rosaire en tout temps et même seul, mais il est préférable de le prier avec d’autres. Saint Louis-Marie Grignion de Monfort note dans Le secret du Rosaire que celui qui récite seul le Rosaire n’obtient les mérites que d’un seul Rosaire. Mais s’il le récite avec d’autres, il reçoit les mérites de chaque Rosaire. Telle est la loi de la prière publique.

Si saint Dominique établit la dévotion au saint Rosaire, c’est le bienheureux Alan de la Roche qui restaura sa pratique populaire. Notre Seigneur lui dit en 1460: «Tu me crucifies encore à présent, parce que tu as la science et ce qui est nécessaire pour prêcher le Rosaire de ma Mère et par ce moyen instruire et retirer plusieurs âmes du péché; tu les sauverais et tu empêcherais de grands maux: ne le faisant pas, tu es coupable des péchés qu’ils commettent.» Notre-Dame lui confia: «Après le Saint Sacrifice de la Messe, il n’est rien dans l’Église que j’aime autant que le Rosaire.» Il prêcha alors le Rosaire avec beaucoup de succès jusqu’à sa mort. Notre Seigneur et Notre-Dame pourraient-ils attendre de nous la même chose aujourd’hui – prier et répandre la grande dévotion à la récitation quotidienne du Rosaire? Je le crois!

Beaucoup savent que c’est la bienheureuse Mère Teresa de Calcutta qui fonda les Missionnaires de la Charité pour apporter le Christ aux plus pauvres d’entre les pauvres, mais peu savent que l’inspiration pour fonder cette nouvelle congrégation tel un «appel dans l’appel» est due à une expérience mystique de trois visions de Jésus et de Marie, au centre desquelles se trouvait l’appel à enseigner le Rosaire. Mère Teresa décrit les trois visions dans ses propres mots, publiés après sa mort:

  1. Je vois une foule immense, toutes sortes de gens. Certains sont extrêmement pauvres, et il y a des enfants. Je suis au milieu d’eux, et tous lèvent les mains vers moi. Ils crient: «Viens nous sauver, conduis-nous à Jésus.»
  2. Je revois la même foule. Les visages sont empreints d’une douleur immense: ces gens souffrent énormément. Je suis à genoux à côté de Notre-Dame qui leur fait face. Je l’entends dire: «Prends soin d’eux, ils sont à moi, conduis-les à Jésus, porte Jésus jusqu’à eux, ne crains rien. Apprends-leur à dire le chapelet; qu’ils disent le chapelet en famille et tout ira bien. Ne crains pas; Jésus et moi serons avec toi et tes enfants.»
  3. La même foule, encore une fois. Elle est plongée dans les ténèbres, mais je la distingue. Notre Seigneur est sur la Croix. Notre-Dame est près de la Croix, et je suis une jeune enfant devant elle. Sa main gauche repose sur mon épaule gauche, et sa main droite tient mon bras droit. L’une et l’autre, nous sommes tournées vers la Croix. Notre Seigneur dit: «Je t’ai fait une demande. Eux aussi t’ont fait une demande, et ma Mère t’a fait une demande. Me refuseras-tu de t’occuper d’eux, et de les amener à moi?»

C’est peu après cet événement que l’œuvre de fondation des Missionnaires de la Charité fut approuvée et commença, fondée sur l’appel divin à enseigner à la «foule immense» à prier le Rosaire familial.ii

i Lc 1.47

ii Mother Teresa: Come Be My Light, edited with commentary by Brian Kolodiejchuk, M.C. (NY: Doubleday, 2007), 99

Etude théologique de l’Œuvre La Vraie Vie en Dieu

Etude théologique de l'œuvre La Vraie Vie en Dieu
Editions du Parvis – SUISSE

Un Millénaire d’unification

Vassula – La Vraie Vie en Dieu

L’œuvre prophétique donnée à Vassula Ryden est durablement persécutée pour divers motifs non justifiés. Le Père Joseph Iannuzzi vient de faire paraître aux Editions du Parvis «Etude théologique de l’œuvre La Vraie Vie en Dieu», dans lequel il réfute chacune des objections.

Voici la première partie concernant l’accusation de millénarisme alors qu’il s’agit de la future ère de paix.

Objection:
Dès lors que les écrits de La Vraie Vie en Dieu prédisent, dans un style millénariste, une période imminente dans laquelle émergera une figure de l’Antéchrist, suivie par une période de paix universelle avant l’avènement final du Christ, ils paraissent promouvoir l’hérésie du millénarisme.
Par exemple, dans La Vraie Vie en Dieu, Jésus déclare: «Lorsque mon Jour viendra, je retirerai tout le mal et je l’enfermerai; moi le Seigneur d’Amour, je ferai germer sur cette Nouvelle Terre des semences d’Amour, […] l’Amour régnera dans chaque cœur et la Vertu sera portée comme une couronne par tout mon peuple de ma Nouvelle Terre.» (10 novembre 1989); «une paix universelle s’en vient bientôt, la Paix est sur le point de naître.» (24 décembre 1989).

Réponse théologique:
Associer les écrits de La Vraie Vie en Dieu à l’hérésie du millénarisme, c’est révéler une manifeste ignorance de l’Ecriture sainte, de la Tradition et de l’enseignement du Magistère de l’Église. Depuis les premiers siècles, l’enseignement d’une période universelle de paix devant précéder l’avènement final du Christ a été largement acceptée et soutenue par les Pères, les Docteurs et les saints de l’Eglise. Parmi les théologiens des premiers siècles, notons les Pères de l’Eglise apostolique saint Papias, saint Justin martyr et saint Irénée, évêque de Lyon, ainsi que le théologien ecclésiastique auteur de l’Epître de Barnabé, Tertullien, saint Hippolyte de Rome, Origène, saint Méthode d’Olympe et Lucius Caecilius Firmianus dit Lactance, les Pères et Docteurs de l’Église saint Augustin et saint Cyrille de Jérusalem, le Docteur de l’Eglise saint Bernard de Clairvaux et les pontifes romains saint Jean XXIII et saint Jean Paul II.

Les enseignements de ces hommes aussi saints qu’érudits concernant une période ou une ère de paix universelle avant l’avènement final du Christ, enseignements qui n’ont rien de commun avec l’hérésie du millénarisme, sont présentés systématiquement dans le livre La splendeur de la Création, préfacé par deux évêques de l’Eglise catholique.

Avant de présenter un sommaire des enseignements de ces érudits, je tiens à rappeler le fameux savant bibliste italien le Père Martino Penasa qui, en 1990, avait traité du sujet d’une ère de paix universelle avant l’avènement final du Christ dans un article intitulé Une nouvelle ère de vie chrétienne est-elle imminente?. Le Père Penasa avait approché Mgr Salvatore Garofalo, consultant de la Congrégation pour la Cause des Saints pour lui parler du fondement scriptural d’une ère de paix historique et universelle avant l’avènement final du Christ. Mgr Garofalo, convaincu par la solidité de la présentation du Père Penasa, l’avait encouragé à aborder le sujet directement avec le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Joseph Ratzinger. Le cardinal Ratzinger répondit à la question du Père Penasa par la déclaration suivante: «La question est encore ouverte à la libre discussion, puisque le Saint-Siège ne s’est pas encore prononcé de manière définitive.»

Cette réponse du cardinal Ratzinger (élu plus tard pape Benoît XVI) trouve son origine dans l’enseignement séculaire des Pères, Docteurs, pontifes et saints de l’Eglise qui ont écrit sur la réalité d’une ère de paix universelle avant l’avènement final du Christ. Leurs enseignements n’ont rien en commun avec l’hérésie du millénarisme, qui a été condamnée notamment par le pape saint Zéphyrin, le concile d’Ephèse et les papes Pie XI et Pie XII.

Pour donner une idée des divers faux enseignements associés au millénarisme à travers les siècles, il faut considérer qu’en ses premières phases, le millénarisme était une doctrine relativement simpliste et attrayante: Le Christ va régner sur la terre en chair durant mille ans et s’affichera avec ses saints dans de riches banquets débordant de nourriture et de boissons de toutes espèces imaginables. Durant les débuts de la naissance de la Doctrine chrétienne, cet hédonisme utopique a été dénoncé par saint Augustin et par le corpus primitif des fidèles chrétiens, et a été finalement formellement condamné au concile d’Ephèse. Cette hérésie fut attribuée aux premiers Juifs convertis à la foi chrétienne qui, habitués à dépendre d’une tradition orale, avaient interprété au pied de la lettre les allégories de l’Ecriture sainte. […]

Mises à part les nuances doctrinales qui comprennent (a) que durant mille ans, le Christ régnera visiblement en Sa chair sur la terre, dans (b) une église non-hiérarchique et (c) non-sacramentelle, établie sur (d) une société immaculée d’individus conçus sans péché, pratiquant avec complaisance des banquets immodérés et un matérialisme excessif, toutes ces vues ont en commun et partagent la doctrine suivante: avant le Jugement Dernier, le Christ descendra sur la terre en un lieu géographique défini où Il demeurera dans la chair et régnera de manière visible durant mille ans, littéralement.
Ces faux enseignements n’ont absolument rien en commun avec les enseignements des Pères, Docteurs, pontifes et saints de l’Eglise sur une ère de paix universelle avant l’avènement final du Christ, ni avec les écrits de La Vraie Vie en Dieu, lesquels confirment les enseigne­ments de l’Eglise, dont les Pères enseignent une période dans l’histoire humaine qui interviendra après l’esprit de l’Antéchrist et la perte de la foi, mais avant l’avènement final du Christ. C’est une période de l’histoire humaine où le Saint-Esprit, telle une «nouvelle Pentecôte», se répandra sur toute l’humanité.

Tout au contraire des thèses millénaristes d’une église (a) non-sacramentelle et non-hiérarchique dans (b) une société immaculée, conçue sans péché, où (c) le Christ régnera en chair sur la terre pour une durée de mille ans littéralement, l’enseignement chrétien d’une ère de paix universelle présente (a) une Église sacramentelle et hiérarchique composée de (b) chrétiens conçus dans le péché originel, dont les âmes seront (c) de vivants Tabernacles où demeurera la Trinité, ceci pour une période de temps prolongée. C’est pour cette raison que le cardinal Jean Daniélou, théologien renommé contemporain du cardinal Ratzinger, a traité comme suit le sujet d’une ère de paix universelle et de son antithèse millénariste:
«Le millénarisme, croyance voulant qu’il y ait un règne terrestre du Messie avant la fin des temps est la doctrine judéo-chrétienne qui a suscité et continue de susciter plus de controverses que toutes autres. La raison en est, toutefois, une probable incapacité de distinguer entre les divers éléments de la doctrine. D’une part, il semble difficile de nier qu’elle contient une part de vérité faisant partie du dépôt de l’enseignement chrétien, et qui apparaît dans le Nouveau Testament en I et II Thessaloniciens et en I Corinthiens, ainsi que dans l’Apocalypse de Jean […]. Elle implique une période de temps dont l’homme ne connaît pas la durée. […] I et II Thessaloniciens montrent que c’était la croyance des chrétiens en Grèce, puisque Paul se contente simplement d’ajouter quelques précisions dans le détail. […] De plus, la doctrine sous-tend les divers développements qui se trouvent dans l’Apocalypse de Jean. L’affirmation essentielle consiste en une étape intermédiaire où les saints sont encore sur la terre et n’ont pas encore atteint leur stade final, car c’est l’un des aspects du mystère des derniers jours qui n’a pas encore été révélé.»
L’«étape intermédiaire» dont parle le cardinal Daniélou trouve sa source 800 ans plus tôt dans les écrits du Docteur de l’Eglise saint Bernard de Clairvaux, qui parle de l’ère de paix universelle comme d’un «avènement intermédiaire»:
«Or, il y a un troisième avènement qui tient le milieu entre les deux dont nous avons parlé, et c’est dans celui-là que dorment avec bonheur ceux qui le connaissent. Les deux autres sont visibles, le troisième ne l’est point. Dans le premier avènement, Jésus-Christ se montra sur la terre et conversa avec les hommes, alors que “ceux-ci le virent et ne laissèrent point de le haïr” (Jn 15,24). Mais dans le dernier, “tout homme verra le Sauveur envoyé de Dieu” (Lc 3,6), et “ceux qui l’ont crucifié, pourront le contempler” (Jn 19,37). Celui du milieu est secret, c’est celui dans lequel les élus seuls voient le Sauveur au dedans d’eux et leurs âmes sont sauvées. Ainsi dans le premier avènement, Jésus-Christ vient dans notre chair et dans notre faiblesse; dans celui qui tient le milieu, il vient en esprit et en vérité, et dans le dernier il apparaît dans sa gloire et dans sa majesté. Mais c’est par la vertu qu’on parvient à la gloire selon ce qui est dit: “Le Seigneur tout-puissant est en même temps le Roi de toute gloire” (Ps 23,10), et encore suivant ces autres paroles du même Prophète: “Pour que je puisse contempler votre puissance et votre gloire” (Ps 63,3). Le second avènement est donc comme la voie qui conduit du premier au troisième. Dans le premier, Jésus-Christ est notre rédemption; dans le dernier, il sera notre vie, et dans celui du milieu, pour que nous puissions dormir entre ses deux héritages, se trouvent notre repos et notre consolation. Ne croyez pas que ce que je vous dis là sur l’avènement du milieu soit une invention de ma part, écoutez, en effet, ce que le Seigneur dit lui-même: “Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous viendrons en lui.” (Jn 14,23)»

A suivre

Père Joseph Leo Iannuzzi, S.Th.D
«Etude théologique de l’œuvre
La Vraie Vie En Dieu»

Un Millénaire d’unification (2)

Vassula – La Vraie Vie en Dieu

L’œuvre prophétique donnée à Vassula Ryden est durablement persécutée pour divers motifs non justifiés. Le Père Joseph Iannuzzi, vient de faire paraître aux Editions du Parvis une Etude théologique de l’Œuvre La Vraie Vie en Dieu, où il  réfute chacune des objections.

Voici la seconde partie concernant l’accusation de millénarisme alors qu’il s’agit de la future ère de paix:
Au contraire d’un enseignement millénariste qui affirme un règne du Christ en chair sur la terre, l’enseignement chrétien sur l’ère de paix universelle prédit un avènement intérieur et secret, qui descendra et régnera dans les cœurs et les âmes de son peuple comme une «nouvelle Pentecôte». Tels sont les termes des papes saint Jean XXIII et saint Jean Paul II: le premier proclama vigoureusement lors du concile Vatican II: «L’Eglise a besoin d’une nouvelle Pentecôte.» Et dans toutes les églises catholiques du monde, la prière suivante fut prononcée en préparation du concile Vatican II: «Renouvelle tes merveilles parmi nous telle une nouvelle Pentecôte». Le second, saint Jean Paul II, déclara dans sa lettre apostolique Tertio Millennio Adveniente que le christianisme est au seuil d’un «nouveau printemps» qui ouvrira «une époque nouvelle dans la vie de l’Eglise»
Le cardinal Joseph Ratzinger a reconnu que les paroles du pape Jean Paul II concernant le nouveau millénaire font allusion à l’Epître de saint Paul aux Romains: «La création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu. […] La création elle-même sera libérée de l’esclavage de la corruption et obtiendra la glorieuse liberté des fils de Dieu.» Le cardinal Ratzinger commente: «Et nous entendons aujourd’hui les gémissements comme jamais auparavant. […] Le Pape nourrit en effet une grande espérance que le millénaire de nos divisions soit suivi d’un millénaire d’unifications.»

Cinquante ans avant le concile Vatican II du pape Jean XXIII, Jésus avait dit à sa secrétaire mystique, la vénérable Conchita de Armida (1862-1937): «Quant à envoyer au monde une nouvelle Pentecôte, Je veux l’enflammer, le purifier, l’illuminer. L’enflammer et le purifier par la lumière et le feu du Saint-Esprit. La dernière étape du monde sera marquée tout spécialement par l’effusion du Saint-Esprit. Il doit régner dans les cœurs et dans le monde entier, pas tellement pour la gloire de sa Personne que pour que le Père soit aimé et pour me porter témoignage, bien que sa gloire soit celle de la Trinité tout entière.»

«Puisse le monde entier avoir recours à ce Saint-Esprit depuis le jour où son règne sera arrivé. Cette dernière époque du monde Lui appartient tout spécialement afin qu’Il soit honoré et exalté. […] Puisse alors ce Saint-Esprit être tout à la fois invoqué par des prières, des pénitences et des larmes, avec l’ardent désir de son avènement. Il viendra, je l’enverrai à nouveau se manifester clairement par ses effets qui stupéfieront le monde et propulsera l’Eglise vers la sainteté.»

De même, les œuvres approuvées de la mystique du tiers-ordre dominicain, la servante de Dieu Luisa Piccarreta ont décrit un futur millénaire d’unité et de sainteté. Ce nouveau millénaire, a dit Jésus à Luisa, témoignera d’une explosion de dons mystiques, particulièrement celui de la «vie dans la Divine Volonté», et c’est un processus qui rendra à la création sa splendeur originelle par l’activité de la Volonté de Dieu dans la volonté humaine. Jésus révèle à Luisa que le but de l’existence humaine est de vivre dans la Divine Volonté de Dieu:

«Nous sommes arrivés maintenant approximativement à la troisième période de deux mille ans, et il y aura un troisième renouveau. C’est la raison de la confusion générale, qui n’est rien d’autre que la préparation à ce troisième renouveau. Si, dans le second renouveau, j’ai manifesté ce que mon humanité a fait et a souffert, et bien peu de ce que ma Divinité accomplissait, maintenant, dans ce troisième renouveau, après que la terre aura été purgée et qu’une grande partie de la génération actuelle aura été détruite, je serai encore plus généreux avec les créatures, et j’accomplirai ce renouveau en manifestant ce que ma Divinité a fait en mon humanité. Je manifesterai comme ma divine Volonté a [co-]opéré avec ma volonté humaine; comme tout est resté lié en moi; comme j’ai tout fait et refait, et comme même chaque pensée de chaque âme a été refaite par moi et scellée par ma divine Volonté.»

«Ah, ma fille, les créatures courent toujours plus vers le mal. Que de machinations de ruine elles préparent! Elles iront jusqu’à s’épuiser à faire le mal. Mais tandis qu’elles s’occuperont à suivre leur chemin, je m’occuperai de l’accomplissement et de l’achèvement de mon “Fiat Voluntas tua” afin que ma Volonté règne sur la terre, mais d’une manière toute nouvelle. Je m’occuperai de préparer l’Ère du Troisième Fiat, où mon Amour sera manifesté d’une manière merveilleuse et jamais vue encore.»

«Lorsque Mon “Fiat Voluntas tua” aura son accomplissement sur la terre comme au Ciel, alors la seconde partie du Pater Noster sera accomplie, c’est-à-dire “Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.”»

«Alors que la Création est attribuée au Père – bien que les Personnes divines aient toujours été unies dans leurs œuvres − et que la Rédemption est attribuée au Fils, le “Fiat Voluntas tua” sera attribué au Saint-Esprit. C’est précisément dans le “Fiat Voluntas tua” que l’œuvre du Saint-Esprit surabondera.»

«Ma fille, lorsqu’Adam a péché, Dieu lui a fait la promesse d’un futur Rédempteur. Les siècles ont passé et cette promesse n’a pas manqué [de s’accomplir] et dès lors, les générations humaines ont bénéficié de la grâce de la Rédemption.

Maintenant, par ma venue du Ciel pour former le Règne de la Rédemption, j’ai fait une autre promesse encore plus solennelle avant de monter au Ciel: le Règne de ma Volonté sur la terre, promesse qui est contenue dans la prière du “Notre Père”. […] Après avoir formulé cette prière en présence de mon Père céleste, certain qu’il m’accorderait le Règne de ma divine Volonté sur la terre, je l’ai enseignée à mes apôtres afin qu’ils puissent l’enseigner au monde entier, et que cela soit le cri de tous: “Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel”. […] Cela signifie qu’elle doit venir et que les âmes doivent l’attendre avec la même certitude avec laquelle elles attendaient le futur Rédempteur. Car ma divine Volonté est liée et engagée par les paroles du “Notre Père”. Et lorsque ma divine Volonté s’engage, quoi qu’elle promette est plus que certain de se réaliser.»

C’est en ce sens que les messages suivants de La Vraie Vie en Dieu doivent être compris:
«Une paix universelle s’en vient bientôt, la Paix est sur le point de naître.»
«Lorsque mon Jour viendra, je retirerai tout le mal et Je l’enfermerai; moi le Seigneur d’Amour, je ferai germer sur cette Nouvelle Terre des semences d’Amour, […] et l’Amour régnera dans chaque cœur et la Vertu sera portée comme une couronne par tout mon peuple de ma Nouvelle Terre.»
«Mon Esprit d’Amour vous rachètera en vous attirant dans l’Amour, et vous consumera en une vivante flamme d’amour; je vais laisser mon Esprit se répandre du ciel et purifier vos âmes souillées en âmes saintes et immaculées, vous purifiant comme l’or est purifié dans le feu; vous reconnaîtrez le Temps du Salut, vous reconnaîtrez le moment où mon Esprit d’Amour descendra» (17 août 1988)
«Chacun d’entre vous sera renouvelé par l’Amour de mon Saint-Esprit; je changerai la face de ce monde.» (6 juin 1991)

Père Joseph Leo Iannuzzi, S.Th.D
«Etude théologique
de l’œuvre La Vraie Vie En Dieu»

https://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-571/un-millenaire-dunification

Vous entreposez de la nourriture à votre refuge afin de pouvoir venir en aide aux besoins des gens lorsque Je les enverrai à votre refuge.

Alternate text goes here

Lundi, le 21 octobre, 2019

Jésus a dit : « Mon peuple, J’ai parlé de la parabole de l’homme riche qui a entreposé le trésor de sa récolte pour lui-même. Dans ce monde toutes vos possessions vont disparaître. Je ne veux pas que vous soyiez égoïstes, mais vous devez partager ce que vous avez avec ceux qui pourraient bénéficier de l’aide par des dons.

Lorsque vous partagez votre richesse, vous entreposez un trésor au ciel lors de votre jugement.

Là où se trouve votre trésor, là aussi est votre cœur. Si votre trésor est sur la terre, vous placez alors votre adoration de l’argent avant Moi. Si votre trésor est d’être avec Moi, votre cœur est alors avec Moi, et vous aurez votre récompense au ciel avec Moi.

Ne permettez pas aux choses du monde de vous contrôler sous forme d’attachement, mais servez-vous de ces choses pour vos besoins. Ne vous inquiétez pas de ce que vous avez, ou n’avez pas, car Je pourvoirai à vos besoins quotidiens dans la foi.

Je multiplierai ce que vous avez pour les jours de famine et la tribulation. Vous entreposez de la nourriture à votre refuge afin de pouvoir venir en aide aux besoins des gens lorsque Je les enverrai à votre refuge. »

NBC News promeut la commodité d’avoir une puce électronique dans la main

(ma traduction)

« NBC News » a célébré la perspective de voir des «millions» de personnes se faire implanter une micropuce dans leur main comme un résultat probable pour l’avenir.

Le segment est introduit en soulignant que les personnes qui ont pris la puce n’ont pas besoin de porter de clé, d’identité, de carte de crédit ou d’argent. Il souligne que l’intégration de micropuces dans l’homme a longtemps été une caractéristique de la fiction dystopique telle que Black Mirror, mais qu’en Suède «les micropuces sont déjà là». Le film souligne également comment la même technologie sans contact a rendu la trésorerie assez obsolète en Suède .  »

Note de notre site : Il s’agit déjà de la puce, marque de la Bête, puisqu’il sera impossible d’acheter ou de vendre sans elle.

Alors que 5 000 à 10 000 personnes avaient déjà été pucées en Suède, un homme a alors prédit que «des millions de personnes trouveraient cela très utile» de se faire pucer à l’avenir.

« La micropuce humaine est peut-être notre avenir, mais en Suède, c’est déjà une réalité », conclut Harman.

Encore des hérésies : François affirme que le Christ s’est levé « à l’image de l’Esprit »

Encore des hérésies : François affirme que le Christ s’est levé « à l’image de l’Esprit ».

Eugenio Scalfari a rapporté une hérésie que François lui a raconté lors de leur première rencontre il y a quatre ans (La Repubblica, 5 novembre, article complet).

François a dit à propos du Christ après sa mort : « C’était un homme jusqu’à ce qu’il soit placé dans le tombeau par les femmes qui s’occupaient de son cadavre,

« Cette nuit-là, dans le tombeau, l’homme disparut, et il sortit de cette grotte à la manière d’un esprit qui rencontra les femmes et les Apôtres, gardant toujours l’ombre de la personne et disparut ensuite définitivement.

Cependant, les évangiles affirment explicitement que le Christ n’était pas comme un esprit. Luc 24 dit que le Christ ressuscité a demandé aux apôtres de toucher ses mains et ses pieds, « car l’esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai ».

Dans Jean 21, le Christ demande du poisson, et en plusieurs autres occasions il mange avec les apôtres.

https://gloria.tv/post/9AFNaMQDZcuC429pZed1cxLCV

Le logo de la Voie synodale des évêques allemands : « Sur le chemin de la croix gammée »

Le logo de la Voie synodale des évêques allemands : « Sur le chemin de la croix gammée »

La Voie Synodale des évêques allemands a publié son logo : une croix arc-en-ciel avec une flèche à l’extrémité du bras gauche.

Lors de la présentation du logo à Bonn vendredi dernier, le Cardinal Reinhard Marx l’a décrit comme un « panneau indicateur » signifiant « départ, renouvellement et orientation ».

Karin Kortmann, vice-présidente du Comité central des catholiques allemands (ZdK), qui était également présente, a déclaré que le logo n’était « pas un panneau indicateur fermé », mais faisait référence à une « attente joyeuse » de ce qui vient.

Rorate Caeli a trouvé le logo approprié : « On dirait une croix latine sur le chemin de la croix gammée (arc-en-ciel) ».

Peu après la publication du logo, un évolution naturelle est apparue sur Internet, représentant un labyrinthe menant à l’enfer.

https://gloria.tv/post/rf8KoNnyTppM6DhxP8HTzwTb4

Monseigneur Schneider : Le Dieu de François « veut » le culte de Pachamama

Monseigneur Schneider : Le Dieu de François « veut » le culte de Pachamama

La déclaration de François d’Abou Dhabi conduit à la conclusion que « Dieu veut » le paganisme de Pachamama, a déclaré Mgr Athanasius Schneider à Raymond Arroyo (7 novembre, vidéo ci-dessous).

Cependant, il a souligné qu’Abou Dhabi contredit la révélation divine :  » La seule vraie religion voulue par Dieu est l’Église catholique.

Interrogé sur des mots à la mode comme « approche synodale », Schneider a expliqué qu’ils servent à promouvoir un agenda qui consiste en une plus grande protestantisation de l’Eglise, et à introduire de nouvelles doctrines et de nouvelles pratiques.

Schneider, visiblement attristé et inquiet des « temps sombres » actuels, demande des prières en réparation pour les « péchés du haut clergé qui trahissent aujourd’hui le Christ ».

https://gloria.tv/post/CUWsPJmtRpZF4CF9QyPyy6XhU

Prières pour l’Australie: incendies sans précédent


Australie: incendies sans précédent


Un nombre sans précédent d’incendies de forêt sévit dans l’État le plus peuplé d’Australie. Les responsables du service des incendies ont déclaré qu’il y avait près de 100 incendies actifs en Nouvelle-Galles du Sud vendredi, dont des dizaines atteignaient le statut « incontrôlables ». Les incendies ont carbonisé des centaines de milliers d’acres à travers l’état, poussés par des conditions extrêmement chaudes, sèches et venteuses. Des milliers d’habitants de la Nouvelle-Galles du Sud ont été forcés de quitter leur domicile. «Nous n’avons tout simplement jamais eu autant d’incendies dans le nord et le sud du pays de Galles au même moment», a déclaré Shane Fitzsimmons, commissaire, lors d’un briefing vendredi.

Edson – la douleur que nous avons ressentie n’était rien qu’une goutte de la moindre souffrance subie par les âmes au purgatoire

Message de Marie, Reine du Rosaire et de la Paix-Manaus-Amazonie-Brésil – 13.10.2019

la douleur que nous avons ressentie n’était rien qu’une goutte de la moindre souffrance subie par les âmes au purgatoire – Si cette terrible douleur n’était pas encore la moindre souffrance au purgatoire, nous ne pouvons imaginer ce qu’est la douleur et la souffrance en enfer, qui sera pour toute l’éternité

Itapiranga-AM.

La Sainte Mère est venue aujourd’hui accompagnée de Saint Joseph avec l’Enfant Jésus dans ses bras. Ils étaient sur le côté gauche de Notre Dame. Sur son côté droit apparut Sœur Dulce, glorieuse, déclarée Sainte (le 13 octobre 2019). La Sainte Mère nous a donné le message suivant :

La paix, mes enfants bien-aimés, la paix !

Mes enfants, moi, votre Mère, Je viens du ciel parce que Je vous aime immensément et désire vous avoir un jour avec moi au ciel, au côté de mon Fils Jésus.

Ne vous découragez pas. La prière, les sacrifices, les pénitences et la persévérance de chacun de vous attirent une pluie extraordinaire de grâces sur Itapiranga, sur l’Amazonie et sur le monde entier. Priez beaucoup pour être de mon Fils Jésus. Il vous aime et veut votre salut éternel. Aujourd’hui, mon Divin Fils vient avec Saint Joseph pour bénir toute l’humanité et vous tous.

Mes enfants, ne vous écartez pas du chemin que je vous indique. Ce chemin est saint et vous conduit au ciel. Je vous accueille dans mon Cœur Immaculé.

La Dame accepte-t-elle notre pénitence d’aujourd’hui ?

Oui, mon fils. Tout ce que vous avez offert aujourd’hui au Cœur de mon Fils et à mon Cœur a été accepté et sera transformé en grandes grâces et bénédictions pour Itapiranga, pour vos familles et pour l’humanité entière.

Faites tout pour obtenir votre place au ciel.

Ne vous laissez pas tromper par le monde. Le monde est éphémère, le ciel est éternel !

Je vous bénis, un par un, et Je vous donne une bénédiction spéciale. Retournez chez vous avec la paix de Dieu. Je vous bénis tous : au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen !

Le matin, vers 10h30, nous avons fait la pénitence de marcher à genoux de l’entrée du Sanctuaire à l’image de Jésus crucifié, offrant en réparation pour les péchés du monde et pour l’œuvre de Notre Dame.

En marchant à genoux, nous avons demandé pardon et offert réparation pour tous les péchés commis par les satanistes, par ceux qui pratiquent des rituels occultes, des rituels macabres, par les profanateurs de sanctuaires et des Eglises, qui pèchent contre Jésus dans la Très Sainte Eucharistie, lors des rituels sataniques avec de terribles offenses, contre tout le mal qu’ils font à l’encontre de l’œuvre de Notre Dame. Soudain, le trottoir devint terriblement chaud comme s’il s’agissait de braises vivantes ; tous nous le sentions dans notre chair. Je pensais que je n’y arriverais pas, parce que si on essayait de poser les mains sur le sol pour chercher du soulagement, elles brûlaient de la même façon sans aucun soulagement. Quand j’ai offert cette réparation, je pensais au mal fait par les sorciers, les magiciens et ceux qui pratiquent la santeria contre l’œuvre de Notre Dame, pour que le mal soit détruit, pour qu’ils se repentent et se convertissent, je ne pouvais plus supporter la douleur, et me suis mis debout un instant, mais la plante des pieds me brûlaient aussi . J’ai pensé : je ne peux pas abandonner, l’enfer est éternel et ici ce n’est pas éternel, c’est juste pour un moment. Je me suis agenouillé de nouveau et j’ai continué à suivre les autres, mais il me semblait que le chemin jusqu’à l’image de Jésus crucifié était devenu très lointain, sans fin, mais nous avons fait la réparation jusqu’au bout.

Notre Sainte Mère m’a dit de dire aux personnes présentes que les souffrances que nous avons endurées et que la douleur que nous avons ressentie n’était rien qu’une goutte de la moindre souffrance subie par les âmes au purgatoire – Si cette terrible douleur n’était pas encore la moindre souffrance au purgatoire, nous ne pouvons imaginer ce qu’est la douleur et la souffrance en enfer, qui sera pour toute l’éternité.

http://itapiranga0205.blogspot.com/

Abbe Berlioux – Moyens de soulager les âmes de nos défunts (au purgatoire)

Résultat de recherche d'images pour "ames purgatore"

Moyens de soulager les âmes de nos défunts(au purgatoire)

La prière : elle est à la portée de tous, des pauvres et des riches, des faibles comme des forts, des petits enfants comme des vieillards (…) Priez, priez souvent pour vos défunts ; priez le matin, priez le soir ; priez le jour ; priez même la nuit…

La charité : Elle possède, d’après saint Thomas, une puissance de satisfaction plus grande que la prière ; ou plutôt elle double la force de nos prières. L’ange disait à Tobie : « La charité sauve de la mort ; c’est elle qui efface les péchés ; elle retire l’âme des ténèbres, lui fait trouver grâce devant Dieu et lui assure la Vie Eternelle. » Si les biens nous manquent, si l’argent nous fait défaut, il nous reste la charité spirituelle : Donc pour nos défunts, soignons les pauvres malades ! Pour eux, veillons au chevet des agonisants ! Pour eux, protégeons les orphelins! Pour eux, consolons les veuves ! Pour eux, essuyons les larmes de tous ceux qui pleurent !

La communion : Communions souvent pour ces âmes tant aimées qui n’ont plus le bonheur de participer au Banquet Eucharistique. Elles attendent que nous répandions sur elles la rosée rafraîchissante et libératrice du Sang du Christ.

Le sacrifice de la messe : Lors de la célébration du saint Sacrifice de la messe, Jésus s’offre au père avec toute l’humanité et la communion des saints. Il porte en lui toutes les âmes de nos défunts en attente de la Joie éternelle.

La souffrance : Ces âmes bienheureuses s’élèvent vers le ciel sur les ailes de nos sacrifices, même les plus petits, de nos souffrances et, quand elles seront dans la Gloire, elles nous rendront surabondamment ce que nous aurons fait pour elles. Quel sujet d’espérance !

Le chemin de croix : « Le Chemin de Croix est aussi une pratique très salutaire à nos chers défunts. En suivant Jésus dans la voie du Calvaire, nous recueillons chacune des gouttes de son Précieux Sang, chacun des mérites de son douloureux martyre et nous les offrons à Dieu pour atténuer les souffrances des âmes du purgatoire ; c’est un soupir de joie, de soulagement. »

Abbe Berlioux

Premier séminaire international qui réunira les groupes de prière Jésus à l’Humanité du monde entier

SÉMINAIRE INTERNATIONAL JÉSUS À L’HUMANITÉ SUR LE LIVRE DE LA VÉRITÉ

Vous êtes tous invités à nous rejoindre à Mexico
pour notre premier séminaire international qui réunira
nos groupes de prière Jésus à l’Humanité du monde entier

SÉMINAIRE INTERNATIONAL À MEXICO
SUR LE LIVRE DE LA VÉRITÉ

du 13 au 16 mars 2020

Points forts

Vendredi 13 mars 2020
– à partir de 9h00
– à 17h00, Sainte Messe à la Chapelle St Joseph, à l’intérieur de la Basilique de Guadalupe

Samedi 14 mars 2020 
– Messe célébrée au Grand Autel du « Cabildo ».
(Messe retransmise en direct dans le monde entier).

Pour vous inscrire au séminaire, voici le lien :
https://www.elgranaviso-mensajes.com/news/encuentro-de-oracion-y-seminario-mundial-del-libro-de-la-verdad-marzo-2020/

Informations sur la Basilique de ND de Guadalupe :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Notre-Dame-de-Guadalupe_de_Mexico

DÉTAILS

Programme

– Pour les trois premiers jours (vendredi à dimanche) : de 9h à 17h : conférences, Adoration, prières et discussions, déjeuner en commun (lunch)

– Le dernier jour (lundi) : Témoignages et échanges d’expériences sur cette Sainte Mission dans le monde entier. Beaucoup de coordinateurs seront présents et pourront donner et recevoir de précieux conseils. Nous devons aller de l’avant pour être rapidement partout l’Armée de Dieu la plus forte et la plus puissante, unique dans le monde. C’est ce que Jésus nous demande.

Temps forts   

Vendredi 13 mars : 17h : Sainte Messe privée à la Chapelle Saint-Joseph (à l’intérieur de la Basilique Sainte Marie de Guadalupe)

Samedi 14 mars : Grand’Messe à la Basilique Sainte Marie de Guadalupe, au Grand Autel du Cabildo. Nous entrerons en procession par la porte des pèlerins en suivant les porteurs de la statue de Notre Dame de Knock. Cette Messe est retransmise en direct dans le monde entier sur le site de ND de Guadalupe.   

Hébergement     

Nous avons le choix entre deux hôtels :

  1. Villa quijotes Hotel

Bel hôtel très confortable 

Site internet

Coût par personne, petit-déjeuner et repas du soir compris :

– chambre double 40 $us par nuit     

– chambre simple : 50 $us par nuit    

À l’intérieur de l’hôtel, il y a le restaurant Lepanto qui offre une grande qualité de plats et de service. 

Cet hôtel est très proche de la salle du séminaire (dans la rue Union Street) et de la Basilique Sainte Marie de Guadalupe. On peut y aller à pied.

  1. Montevideo Hotel

Il est situé encore plus près de la Basilique, dans la Rue Montevideo juste en face. Il est également très proche du lieu du séminaire. 

Le coût est de 15 $us pour la chambre, qu’elle soit double ou simple, petit-déjeuner et repas du soir non compris.

Voir sur Facebook

Il y a de nombreux restaurants, commerces et autres services alentours.

Voyage

Pour réserver les places d’avion, tenir compte du décalage horaire à cette période (-5h) sachant que le vol dure assez longtemps à partir de l’Europe (12h25 Paris-Mexico). Pour information, coût de l’aller-retour par Air France : 688 € environ (quelle que soit la compagnie aérienne que vous choisirez, ne pas attendre le dernier moment car les prix montent très vite).

Inscriptions

Pour vous inscrire au séminaire, voici le lien :
https://www.elgranaviso-mensajes.com/news/encuentro-de-oracion-y-seminario-mundial-del-libro-de-la-verdad-marzo-2020/

Fichier à télécharger ici

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/news/seminaire-international-jesus-a-lhumanite-sur-le-livre-de-la-verite/

Exclusif : Mgr Schneider écrit une prière pour une chaîne mondiale d’expiation

Exclusif : Mgr Schneider écrit une prière pour une chaîne mondiale d’expiation

Mgr Athanasius Schneider a révélé le 9 novembre devant Gloria.tv son intention de créer une « chaîne mondiale d’expiation » pour offrir des excuses devant Dieu pour « les actes d’idolâtrie commis au Vatican ».

Il veut aussi exprimer la douleur et la souffrance des fidèles « face au déshonneur infligé à notre Mère, la Sainte Église.

La prière veut implorer la miséricorde de Dieu sur son Église. C’est pourquoi, a déclaré l’évêque, « il faut expier la dévastation de la vigne, qui s’est produite sous nos yeux ».

Prière de réparation pour les actes d´idolâtrie pendant le synode passé sur l´Amazonie

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, recevez de notre cœur contrit, par les mains de Marie, l´Immaculée Mère de Dieu et toujours Vierge, un acte sincère de réparation pour les actes de vénération d’idoles et de symboles en bois qui ont eu lieu à Rome, Ville éternelle et cœur du monde catholique, pendant le synode sur l’Amazonie. Répands dans le cœur de Notre Saint-Père le Pape François, des cardinaux, des évêques, des prêtres et des fidèles laïcs, votre Esprit, afin qu’il expulse les ténèbres de leurs esprits, afin qu’ils reconnaissent l’impiété de ces actes qui ont offensé votre Divine Majesté, et qu’ils vous offrent des actes de réparation publiques et privées.

Répandez dans tous les membres de l’Église la lumière de la plénitude et de la beauté de la foi catholique. Allumez en eux le zèle ardent à apporter le salut de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, à tous les hommes, en particulier aux peuples de la région amazonienne, qui sont encore esclaves des choses faibles et périssables que sont les symboles et idoles sourds et muets de la “Terre Mère”. Allumez la lumière de la foi en tous les personnes, surtout en les personnes des tribus amazoniennes, qui n’ont pas encore la liberté des enfants de Dieu, et qui n’ont pas le bonheur indicible de connaître Jésus Christ et de participer en Lui à la vie de votre nature divine.

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, qui êtes le seul vrai Dieu, en dehors duquel il n’y a pas d’autre dieu et aucun salut, ayez pitié de votre Église. Regardez surtout les larmes et les soupirs contrits et humbles des petits dans l’Église, regardez les larmes et les prières des petits enfants, des adolescents, des jeunes hommes et des jeunes femmes, des pères et des mères de famille et aussi des vrais héros chrétiens, qui dans leur zèle pour votre gloire et dans leur amour pour la Mère Église ont jeté à l’eau les symboles d’abomination qui l´ont souillée. Ayez pitié de nous : épargnez-nous, Seigneur, parce Domine, parce Domine, parce Domine ! Ayez pitié de nous : Kyrie eleison ! » Ainsi-soit-il.

https://gloria.tv/post/qq9MEG9CniAw1RQyDUMonPvxv

Notre Dame d’Anguera – Les ennemis sont pressés de procéder à la démolition spirituelle de l’Église, mais vous pouvez les vaincre avec la Lumière de la Vérité

Message de Notre Dame de la Paix d’Anguera-Pescara, Italie-Pedro Regis – 20 10 2019 … Les ennemis sont pressés de procéder à la démolition spirituelle de l’Église …

… Quand vous vous sentez abandonnés à en raison de la défense de la vérité, sachez que c’est à ce moment-là que Mon Fils Jésus est très proche de vous. Les gloires de ce monde passent, mais les merveilles que le Seigneur vous a réservées seront éternelles …

Chers enfants, dépêchez-vous de défendre Jésus. La vérité est votre grande arme de défense. Les ennemis sont pressés de procéder à la démolition spirituelle de l’Église, mais vous pouvez les vaincre avec la Lumière de la Vérité. Proclamez Jésus et Son Évangile. N’oubliez pas les grandes leçons du passé. La Vérité de Dieu sera Éternelle.

Vous Appartenez au Seigneur et Il attend beaucoup de vous. N’ayez pas peur. Quand vous vous sentez abandonnés à cause de la défense de la vérité, sachez que c’est à ce moment-là que Mon Fils Jésus est très proche de vous. Les gloires de ce monde passent, mais les merveilles que le Seigneur vous a réservées seront éternelles.

Courage. Ne reculez pas. Votre victoire est dans le Seigneur. Demeurez fermes dans votre foi. Vous n’êtes pas seuls. Je suis votre Mère et Je suis avec vous. Je connais chacun de vous par son nom et Je vais prier Mon Jésus pour vous.

Laissez-vous conduire par la Main Puissance de Dieu. Priez beaucoup devant la croix et témoignez partout que vous êtes dans le monde, mais que vous n’êtes pas du monde. Cherchez des forces dans l’Eucharistie et vous serez grands dans la foi. Allez de l’avant sans peur.

C’est le message que Je vous transmets au nom de la Très Sainte Trinité. Je vous remercie de Me permettre de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. 

Soyez dans la paix. Amen.

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/10/4.875-message-de-notre-dame-de-la-paix-d-anguera-pescara-italie-pedro-regis-20-10-2019-les-ennemis-sont-presses-de-proceder-a-la-dem

Sub Rosa : François et ses hommes de main poussent à la fornication homosexuelle

Sub Rosa : François et ses hommes de main poussent à la fornication homosexuelle

« Cherchez-en un autre « , a dit Francis à l’activiste homosexuel James Martin lorsqu’on lui a demandé ce que les homosexuels devraient faire face à un pasteur  » homophobe « [lire : catholique].

Martin a rencontré le pape en septembre pendant 30 minutes. Il en a parlé lors d’une conférence dimanche à New York, rapporte ChurchMilitant.com.

François a encouragé Martin à continuer son militantisme homosexuel « en paix » en l’appelant « ministère ».

Martin a également mentionné avoir parlé avec le luxembourgeois Francis-Cardinal Jean Claude Hollerich qui a qualifié le pseudo-mariage homosexuel de Xavier Bettel, le Premier ministre luxembourgeois, de « merveilleuse » relation homosexuelle.

https://gloria.tv/post/vPzfRAJ6YMD666QsmFKwo2iJG

Soyez reconnaissants que J’ai inspiré Mes constructeurs de refuges de préparer leurs refuges pour recevoir Mon peuple avant la tribulation

Alternate text goes here

Mercedi, le 23 octobre, 2019 (S. Jean de Capistran)

Jésus a dit : « Mon peuple, dans l’Évangile du jour (Luc 12 : 32-48) on vous avertit d’être vigilants lors de Mon retour. Tout comme vous préparez votre refuge pour la tribulation à venir, vous devez toujours être prêts pour Mon retour, lorsque Je viendrai pour vous au moment de votre mort.

Vous voulez une âme pure par une Confession mensuelle afin de toujours être prêts à Me rencontrer lors de votre jugement.

Je vous montre une cloche pour alerter le peuple au temps opportun de Ma venue. C ‘est comme un signe de libération, alors que Je protègerai Mon peuple des malins. Vous serez aussi alertés par une locution intérieure, lorsque Je dirai à tout le monde de quitter leurs demeures pour venir à Mes refuges de sûreté.

Vous vous préparez maintenant à votre quatrième pratique de refuge. Lorsque vos vies sont en danger, Je vous appellerai à la sauvegarde de Mes refuges. Soyez reconnaissants que J’ai inspiré Mes constructeurs de refuges de préparer leurs refuges pour recevoir Mon peuple avant la tribulation. Vous verrez un bref règne de l’Antichrist, mais viendra ensuite Mon jugement sur les malins, alors que Je conduira Ma victoire sur tout mal. Les malins seront châtiés en enfer, et Je conduirai Mes fidèles dans Mon Ère de la Paix. »

Jésus a dit : « Mon peuple, le présent Synode Amazonien tire à sa fin dans quelques jours. Plusieurs des propos ne sont pas selon les traditions de Mon Église. Ce sera un point déterminant si certains chagements sont établis en permanence. Si certains changements libéraux sont adoptés, ceci causera des divisions dans Mon Église. Je vous ai donné plusieurs messages au sujet d’une église schismatique à venir qui va éventuellement contrôler plusieurs églises. Mon reste fidèle pourrait être forcé de venir à Mes refuges tôt, s’il n’y a pas de Messe appropriée à laquelle ils peuvent participer. Priez d’avoir un bon prêtre à votre refuge. Priez aussi que l’église schismatique ne contrôlera pas toutes les églises trop rapidement. »

Jacarei – Un nouveau Ciel et une nouvelle Terre surgiront pour qu’alors tous ceux qui au cours de ces années ont obéi à mes messages entrent réellement dans ce nouveau temps de sainteté et d’amour de Dieu

Jacarei 7 Septembre 2019 – Message du Sacré Cœur de Jésus et de Notre Dame Reine et Messagère de la Paix à Marcos Tadeu Teixeira – Anniversaire Mensuel des Apparitions de Jacarei

Jacarei 7 Septembre 2019 - Message du Sacré Cœur de Jésus et de Notre Dame Reine et Messagère de la Paix à Marcos Tadeu Teixeira - Anniversaire Mensuel des Apparitions de Jacarei
  1. Message de Notre Dame Reine et Messagère de la Paix

Très Sainte Marie :

«  Chers enfants, aujourd’hui, je viens avec mon Fils Jésus avec un grand amour pour vous dire à tous: Je suis la Reine et Messagère de la paix, je viens pour vous appeler tous encore une fois à la conversion par amour!

Ce que Dieu désire de vous, c’est l’amour, le véritable amour. Dieu veut de vous l’amour intime, l’amitié intime. Il désire que vous lui ouvriez vos cœurs et que vous lui donniez complètement toute la volonté, toute la liberté, tous les défauts, toutes les misères, tous les désirs que vous avez.

N’ayez pas peur de vous approcher de mon Fils Jésus et de lui révéler toutes les misères, les plaies aussi les désirs que vous avez dans vos âmes, car lui seul pourra vous guérir, lui seul pourra véritablement vous transformer en enfants de Dieu en images parfaites et reflets de Dieu lui-même, de sa sainteté. Et lui seul pourra satisfaire les désirs de vos cœurs en vous donnant l’amour, la paix, la joie et le bonheur que vous désirez tous.

Petits enfants, remettez vos cœurs à Jésus et donnez-lui vraiment vos cœurs. Faites le premier pas vers l’amour amitié, l’amitié intime avec lui en lui confiant tous vos doutes, toutes vos souffrances, toutes vos douleurs, toutes vos angoisses, car seul mon fils pourra répondre à toutes les questions de vos cœurs et pourra vous conduire sur le chemin de la vérité et de la vie.

Mettez le Rosaire dans vos mains pour montrer ainsi que vous êtes Miens. Brandissez le Rosaire haut et fort, mes enfants, priez-le, apprenez à tout le monde à le prier, car c’est le seul moyen d’arrêter et de détruire toutes les œuvres de Satan dans le monde.

Le monde va mal parce qu’il ne prie pas le Rosaire, c’est pourquoi, propagez mon Rosaire sans peur à tous mes enfants, pour qu’ils puissent tous ainsi être sauvés par la flamme de l’amour de mon Cœur Maternel.

Ouvrez vos cœurs, pour accueillir ma flamme d’amour dans vos cœurs, ma flamme désire réaliser des merveilles dans vos vies, mais si vous ne me donnez pas l’autorisation avec vos «oui», elle ne pourra rien faire, je ne pourrai pas agir ni travailler dans vos vies.

C’est pourquoi, les enfants, donnez-Moi votre «oui» pour que je puisse ensuite entrer et transformer tout ce qui en vous et en votre vie est mal, et ainsi faire triompher le bien en vous et que soit proclamée dans votre vie la victoire définitive de mon Fils Jésus.

Oui, bientôt je viendrai, je viendrai avec une très grande lumière et le Saint-Esprit viendra avec Moi, alors il transformera complètement ce monde dans l’amour, par l’amour, pour l’amour qui est le Père, qui est mon Fils.

Alors ce monde contaminé par le mal et le péché, ce monde complètement détruit par le mal passera comme un parchemin qui s’enroule et tombe. Et alors, un nouveau Ciel et une nouvelle Terre surgiront pour qu’alors tous ceux qui au cours de ces années ont obéi à mes messages entrent réellement dans ce nouveau temps de sainteté et d’amour de Dieu qui viendra que je prépare tous les jours avec mes prières, avec mes larmes et aussi avec mes Apparitions.

Et alors, tous aimeront vraiment Dieu de toutes leurs forces et de tout leur cœur.

Alors je bénirai le monde avec la paix et enfin toute guerre, tout le péché et tout le mal cesseront d’exister et mon Cœur établira enfin mon Règne d’amour, le Règne de mon Fils Jésus dans toutes les nations. Et puis, la Dame de toutes les Nations qui est ici la Reine et Messagère de la paix triomphera et sera reconnue comme Reine de toutes les Nations, Reine de l’Univers, Co-rédemptrice, Médiatrice, Avocate.

Je vous bénis tous avec amour et Je demande: priez les enfants! Priez 8 chapelets pour la paix du monde pour empêcher la Troisième Guerre Mondiale. Ce châtiment n’a pas encore été écarté. Priez, priez et priez sans cesse.

Donnez à tous mes enfants ce merveilleux Chapelet de la Paix médité que mon petit enfant Marcos a prié avec vous aujourd’hui. Pour que le monde connaisse plus mes Gloires et connaisse aussi véritablement la gloire de mon Cœur Maternel, qui ici en ce lieu a fait et fait des merveilles dans la vie de mes enfants qui ont confiance en Moi et en mon Amour Maternel.

Donnez à 10 de mes enfants ce Chapelet de la Paix Médité n°7 pour que mes enfants connaissent mon pouvoir de Reine du Ciel et de la Terre, mon pouvoir de médiatrice et de co-rédemptrice et connaissent aussi combien à travers la parole, le travail, les sacrifices, la douleur de mon fils Marcos, je fais des merveilles dans le monde entier.

Et aussi, combien de merveilles retentissantes j’ai faites dans la vie de ce fils mien depuis l’aube de sa vie, depuis le réveil de sa vie. Et combien à travers cet enfant que j’ai choisi, j’ai révélé et révélerai encore avec puissance au monde ma Face Maternelle d’amour et je donnerai à tous mes enfants l a consolation de mon amour maternel en apportant paix, joie et espérance à mes enfants qui souffrent de cette Vallée de larmes.

Et ainsi, je les mènerai tous dans mes bras réconfortés et soutenus par Moi au triomphe sûr de mon Cœur Immaculé!

Alors, petits enfants, ne perdez pas de temps, travaillez intensément pour faire connaître à tous mes enfants ces Chapelets Médités que mon petit enfant Marcos fait. Ces merveilleux Chapelets de la Paix, pour que de plus en plus d’enfants puissent vraiment connaître mon amour et ma bonté, qui ici en ce lieu ne cessent de jaillir comme une source inépuisable pour tous les enfants qui M’aiment et qui recourent à Moi.

Donnez aussi, 9 Chapelets de l’Ave Maria médités n° 11 à mes enfants. Ce Chapelet de l’Ave Maria que mon fils Marcos a prié avec vous aujourd’hui et qui a mes promesses à mon fils Alain de La Roche.

Que mes enfants connaissent ces promesses pour aimer davantage mon Rosaire. Et ainsi le prier avec plus de ferveur et à travers mon Rosaire être libérés de tout mal, protégés de tous les pièges de Satan et conduits par Moi dans la gloire éternelle du Paradis.

Je promets à ceux qui prient mon Rosaire tous les jours que tous les mois, le 7 de chaque mois, ils recevront 70 grâces spéciales de ma part. Et je promets que 7 sept jours avant leur mort, je donnerai à tous la grâce intérieure de la contrition parfaite qui vous vaudra la grâce du salut éternel et d’échapper au feu éternel.

Je vous bénis tous avec amour maintenant de Pellevoisin, de Pontmain et de Jacarei.»

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/09/jacarei-7-septembre-2019-message-du-sacre-coeur-de-jesus-et-de-notre-dame-reine-et-messagere-de-la-paix-a-marcos-tadeu-teixeira-anni

Sainte Françoise Romaine vit en enfer les blasphémateurs de Dieu, de la sainte Vierge et des saints

Supplices des blasphémateurs.

Françoise vit, dans la même région, les profanateurs obstinés de Dieu, de la sainte Vierge et des saints. Or, ils étaient soumis à des tortures effroyables. Les démons, armés de pinces brûlantes, tiraient leurs langues, et les appliquaient sur des charbons embrasés, ou bien ils prenaient de ces charbons, et les leur mettaient dans la bouche ; ensuite ils les plongeaient dans des chaudières d’huile bouillante, ou bien ils leur en faisaient avaler, en disant : «Comment osiez-vous blasphémer ce que les cieux révèrent, âmes maudites et désespérées? Non loin de ceux-ci étaient les lâches qui renoncèrent Jésus-Christ par la crainte des supplices ; mais leurs tourments n’étaient pas aussi rigoureux, Dieu ayant égard à la faiblesse humaine qui les fit succomber.

http://voiemystique.free.fr/francoise_romaine_traite_enfer_1.htm

Sulema – Se revêtir de l’armure du chrétien pour arrêter les flèches que le monde envoie par les médias, la télévision, l’internet…

Image associée

Se revêtir de l’armure du chrétien pour arrêter les flèches que le monde envoie par les médias, la télévision, l’internet…


Signe-toi et écris, mon enfant, couverte du Précieux Sang de mon divin Fils, Jésus Christ le Seigneur pour la Gloire de Dieu, son Père. 


Mon enfant, aujourd’hui je vais te parler de l’armure du chrétien. En ces temps qui sont les derniers, il faut que tous les enfants de lumière soient revêtus du casque du salut (Eph 6, 17) pour empêcher toutes mauvaises pensées, toutes paroles qui veulent empoisonner vos esprits, avec ces images diaboliques qui veulent votre perte, je parle de celle de votre âme. Vous devez vous revêtir de la cuirasse de justice pour arrêter toutes ces flèches que le monde vous envoie soit par les médias que sont les journaux, les films, la radio, les magazines. Et quoi dire de la 
télévision, l’internet, etc. Pour vous protéger de tous ces dangers, vous devez porter la ceinture de vérité et de fidélité, être vrais et fidèles envers Dieu et envers vous-mêmes pour arriver à garder votre paix malgré tout ce qui se passe autour de vous.


Prenez l’épée de l’Esprit Saint, c’est-à-dire, la Parole de Dieu (Eph 6, 17), pour avoir le courage d’aller proclamer votre foi, votre engagement en Église, d’annoncer l’Évangile avec un esprit de miséricorde, d’humilité, de patience et de douceur.


On vous reconnaîtra comme de vrais disciples de Jésus Christ qui imitent ses vertus et qui marchent dans ses pas en fréquentant la sainte Eucharistie. Ainsi, vous vivrez de sa Vie. 


Voilà l’importance capitale de vous revêtir chaque jour de cette armure divine de la foi en Celui qui vous a créés, Dieu le Père, de l’espérance qui devient confiance en Celui qui vous a rachetés Dieu le Fils, de la charité qui vient vous sanctifier, Dieu Esprit Saint qui vous ouvre au Père et qui comble de grâces tous ceux qui aiment le Seigneur.


Si vous prenez cette belle habitude, vous allez voir comment vous allez passer de victoire en victoire dans tous les combats auxquels vous ferez face chaque jour. C’est cette armure qu’ont utilisée les apôtres, les martyrs et les disciples de tous les temps, le moyen par excellence qui vous protège contre toutes les embûches du démon.

Monseigneur Schneider : François et son Synode se préparent au « diaconat féminin », à la « nouvelle religion »… Schneider avertit que les évêques et les fidèles « ne peuvent pas suivre un pape qui permettra un diaconat féminin, et doivent lui résister

Monseigneur Schneider : François et son Synode se préparent au « diaconat féminin », à la « nouvelle religion ».

Le Synode de l’Amazonie a été « fabriqué en Europe par des prêtres apostats et des évêques » et sert à changer la Foi et à créer « un nouveau type de religion », a déclaré Mgr Athanasius Schneider à LifeSiteNews.com (vidéo ci-dessous, 4 novembre).

La demande du Synode pour des diacres féminins est, selon Schneider, « une astuce claire » pour atteindre les femmes prêtres et évêques comme cela s’est produit avec les anglicans. Cela détruirait l’ordre divin de l’Église, serait « clairement invalide » et constituerait « une autre Église ».

En approuvant les « diacres » féminins, François tombait dans l’hérésie et trahissait sa fonction. Schneider avertit que les évêques et les fidèles « ne peuvent pas suivre un pape qui permettra un diaconat féminin, et doivent lui résister ».

Il sait que presque partout en Occident, des femmes ont pris abusivement de facto le rôle de diacre, s’habillent en habits liturgiques, sont acolytes, lisent l’Evangile, distribuent la Communion, dirigent les funérailles et assistent aux mariages.

Sa conclusion : Ils préparent un diaconat féminin « avec l’approbation du Vatican ».

https://gloria.tv/post/3XvgKywaa7qD4jPkud7WkDyxj

Le démon parle des apparitions de la Vierge Marie

L’image contient peut-être : texte




CE QUI DÉPLAIT LE PLUS AU DEMON

(LE DEMON PARLE) :

Le plus grand mal de ce temps, pour moi, est la présence continue (apparitions) de cette méchante femme dans le monde entier… Elle apparaît dans toutes les nations et me poursuit, arrachant de mes mains beaucoup d’âmes… Des milliers et des milliers… Pour entendre ces faux messages… Heureusement que les évêques et les prêtres me défendent, ils ne croient pas en cette femme… Ils ne croient pas et ils créent donc la confusion… Bien, comme ils sont gentil mes apôtres (les évêques) … Hahahaha!


—— On voit bien que le démon est furieux contre les vrais messages de la Sainte Vierge !

Les points sur les « i »: une homélie retentissante du cardinal Müller

Les points sur les « i »: une homélie retentissante du cardinal Müller

3 Nov 2019 

L’ex-préfet de la CDF l’a prononcée sans notes, de sorte que nous ne disposons malheureusement pas de la version complète, seulement d’un verbatim. Mais cela suffit pour apprécier la force de la condamnation contre les récents scandales dont le Pape est de près ou de loin protagoniste, des déclarations (présumées) à Scalfari aux rites animistes au Vatican.


Müller: les rites Pachamama ne sont pas de l’inculturation

Marco Tosatti
La NBQ
3 novembre 2019
Ma traduction

Dans l’homélie d’une messe célébrée à Denver (USA) à l’occasion d’une tournée aux Etats-Unis, le Cardinal Müller a attaqué l’affaire Scalfari et les rites animistes au Vatican.

Ces jours derniers, le cardinal Gerhard Müller, ex-Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, s’est rendu aux Etats-Unis, où il a participé à un congrès pour prêtres organisé à Denver (Colorado), et où il a concélébré une messe avec des dizaines de prêtres et le cardinal Raymond Burke. L’homélie de la messe a été prononcée par Müller, sans texte écrit au préalable, ni même notes de soutien. Un des prêtres présents, Brian WQ. Harrison en a écrit un compte-rendu, publié par LifeSiteNews, avec les principaux points abordés par le cardinal.

Ce fut, semble-t-il, une homélie plutôt sévère à l’égard des derniers événements romains. Le cardinal a commencé par critiquer la « réponse tiède » du Vatican au récent article d’Eugenio Scalfari sur la Repubblica, dans lequel le fondateur de 94 ans du quotidien romain affirmait qu’au cours de plusieurs conversations, le Pape François lui avait dit croire que Jésus, pendant son temps sur terre, était seulement un grand homme et non le Fils de Dieu. Le Vatican a finalement démenti la déclaration de Scalfari, affirmant que le pape François ne l’avait jamais dit. Mais Müller, rappelant les paroles immortelles du premier Pape à notre Seigneur – « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » – a dit que dans cette situation, nous aurions dû entendre cette profession de foi venir immédiatement et directement de la bouche du successeur de Pierre en personne, pas seulement de celle d’un attaché de presse du Vatican.

Müller a ensuite condamné fermement les récents événements au Vatican et dans les environs, centrés sur les statuettes de la Pachamama (en réalité, une divinité de la « Mère Terre » vénérée dans les Andes plus que par le peuple amazonien). Ces rituels ont eu lieu dans les jardins du Vatican en présence du Pape François et d’autres dignitaires du Vatican, et plus tard, pendant le Synode, ils se sont poursuivis dans l’église romaine de Santa Maria in Traspontina. Son Eminence a affirmé que c’est un grave abus que de tels rites animistes aient été autorisés dans ces lieux, et les a dénoncés en appliquant la tonnante dénonciation biblique des dieux païens comme démons (cf. Dt 32, 17 ; Ps 95, 5, 10, 105, 37 ; I Co 10, 20). Le cardinal a souligné que le seul Époux de l’Église est le Christ, et que l’Église ne se tourne pas vers les divinités ou les esprits pour s’éclairer.

Le cardinal Müller a ajouté que les activités de culte comme les récents rituels de la Pachamama n’ont « rien à voir avec l’inculturation authentique » de l’Evangile. Parce qu’ils représentent une régression vers les mythes païens au lieu de purifier et d’élever la culture indigène traditionnelle à la lumière du message du Christ. Müller a rappelé que lorsque le christianisme a été progressivement incorporé dans les anciennes cultures grecques et romaines, l’Eglise n’a pas cherché à maintenir vivant ou à raviver le culte des divinités masculines et féminines du panthéon classique, ni à les mélanger d’une manière ou d’une autre au culte catholique. Il a dit au contraire, se référant à l’encyclique Fides et Ratio du Pape Jean-Paul II, que l’Église a pris les meilleurs éléments de ces cultures – en particulier les connaissances profondes de la raison humaine développées par de grands philosophes comme Platon et Aristote – et les a utilisés pour expliquer et promouvoir plus efficacement la révélation suprême de Dieu en Christ.

Le Cardinal Müller a conclu sa puissante homélie en soulignant que le pilier central de toute culture authentiquement formée par l’Évangile n’est pas l’assimilation des humains dans une « interconnexion » exagérée avec les animaux, les plantes, les rivières et la terre, mais plutôt une reconnaissance de la dignité unique de la personne humaine créée à l’image de Dieu et élevée par l’incarnation du Christ et la rédemption du sacrifice à la dignité surnaturelle des fils et filles adoptés par Dieu.

http://www.benoit-et-moi.fr/2020/2019/11/

Prêtres, célibat et continence

Prêtres, célibat et continence

5 Nov

Alors que le célibat sacerdotal est ébranlé par des coups de bélier de plus en plus forts qui ont culminé ces derniers jours avec le Synode pour l’Amazonie, et que des lieux communs circulent, y compris parmi les catholiques, pour justifier son abandon, Luisella Scrosati fournit des contre-arguments utiles à ceux qui veulent résister, en replaçant cette pratique dans son contexte théologique, qui est la configuration du prêtre au Christ-Prêtre comme Époux de Son Eglise.

Le fait que, pendant le Synode amazonien, l’option d’un clergé marié mais continent n’ait pas du tout été prise en considération est déjà assez éloquent.

Luisella Scrosati

Célibat et continence, pourquoi en craindre l’abandon

Luisella Scrosati
La NBQ
5 novembre 2019
Ma traduction

Le paragraphe 111 du Synode sur l’Amazonie prévoit la possibilité d’ordonner prêtres des diacres permanents. Si le pape accepte la proposition, il y aura une violation de la loi de continence, qui est liée aux devoirs du ministère. En effet, la présence du prêtre célibataire ou du moins continent n’est pas seulement un rappel moral de la vertu de chasteté, mais c’est un signe de la relation sponsale du Christ Prêtre avec son Église. Chose qu’on oublie aujourd’hui.

A peine le temps de remettre les pères synodaux dans l’avion, et Mgr Vincenzo Paglia prend déjà le large. Dans un entretien avec Il Giornale, le Grand Chancelier du moribond Institut Jean-Paul II donne son avis sur le contenu du paragraphe 111 du document final, qui prévoit la possibilité d’ordonner prêtres des diacres permanents. Paglia a en effet déjà mis les pieds dans le plat, déclarant que ce n’est pas une possibilité qui ne concerne que l’Amazonie:

« Dans le paragraphe il est écrit que cette perspective exige une approche universelle, c’est-à-dire qu’on offre une ouverture que l’Église universelle doit identifier, s’il existe d’autres zones similaires. Le Pape François a répété à plusieurs reprises que des processus doivent être initiés. Ce n’est pas un diktat qui change l’histoire, c’est un processus à initier. L’Église répond à des besoins et doit trouver des réponses ».

.

http://www.ilgiornale.it/news/politica/sacramenti-dai-diaconi-valga-tutti-1775798.html

Les prévisions de Mgr Paglia ont malheureusement beaucoup d’espoir de réalisation et pour diverses raisons. Mais pour l’auteur de ces lignes, il semble qu’il y ait un problème originel, qui a ensuite infecté le corps ecclésial, privant le sentiment catholique des anticorps nécessaires pour se défendre de ce piège. Même parmi les gardiens du célibat, la résistance est affaiblie par certains clichés: de toute façon, ce n’est pas un dogme de foi; au fond de l’histoire de l’Église, il y a toujours eu l’ordination des hommes mariés; en cas de besoin, l’exception confirme la règle, etc.

Le premier fait, sur lequel il faut réfléchir, est que pendant les sept premiers siècles l’Église a bel et bien connu l’ordination d’hommes mariés, mais à condition qu’ils embrassent la continence, à partir de l’ordination diaconale. En d’autres termes: la règle n’était pas que le clergé soit célibataire, mais qu’il soit continent; il n’y avait pas de distinction entre l’interdiction faite aux diacres, prêtres et évêques de se marier et l’interdiction que puissent être admises aux ordres majeurs des personnes n’ayant pas l’intention de vivre dans la continence, même si elles étaient mariées. Par conséquent, il n’était pas admis qu’un clerc marié fût autorisé à poursuivre ses relations conjugales avec son épouse légitime.

Ce n’est qu’à partir du Concile in Trullo en 692, dont les décisions sur la continence furent rejetées à la fois par le Pape Serge Ier et par le Pape Constantin Ier (bien qu’il eût accepté d’autres canons du Concile in Trullo), que l’Orient prit une autre voie. L’Église latine, en revanche, a maintenu la discipline, reconnue d’origine apostolique, de demander la continence aux candidats aux ordres majeurs, célibataires ou mariés.

Le fait que, pendant le Synode amazonien, l’option d’un clergé marié mais continent n’ait pas du tout été prise en considération est déjà assez éloquent.

Mais pourquoi l’Église antique, puis l’Église latine, n’ont-elles pas admis de concessions sur ce point? La clé de voûte est que la « loi indissoluble » de la continence, telle que la définit le Pape Siricius, est profondément liée aux devoirs du ministère, à l’offrande des sacrifices. L’Église antique n’en dit pas beaucoup plus, mais nous fournit un indice important, qui, à la lumière des développements les plus récents, nous permet de saisir le cœur de l’obligation de la continence.

Nous savons bien que le sacerdoce ordonné diffère essentiellement du sacerdoce baptismal commun, par sa configuration particulière au Christ Prêtre. On peut exercer le ministère sacerdotal du Christ parce qu’on a reçu un sacrement qui associe à Son sacerdoce. Par le baptême, nous sommes incorporés dans l’Église (et donc dans le Christ), mais celui qui reçoit l’ordination se déplace, pour ainsi dire, du côté du Christ Prêtre et se tient « devant » l’Église. Comme l’a brillamment souligné Marianne Schlosser [1], dans son récent discours au symposium « Les défis actuels de l’ordre sacré » (28 septembre 2019, Collège Pontifical Teutonique), « celui qui reçoit le sacrement de l’ordination sacerdotale est habilité à ‘représenter’ le Seigneur de l’Église, à rendre visible en elle le Christ comme contrepartie permanente de l’Église ». Le Christ se tient face àl’Église, comme Adam à Eve, et l’unit à Lui, devenant une seule chair avec elle, comme l’époux avec l’épouse.

C’est exactement l’enseignement de saint Paul (cf. Eph 5, 30-31) sur le sacrement du mariage, en relation avec le Christ Époux et l’Église Épouse. Et le Christ reconquiert son Épouse, qui était devenue une prostituée précisément par son sacerdoce, dans lequel Il s’offre sur l’autel de la croix. Saint Jean révèle ce sens sponsal, pré-annoncé lors des noces de Cana (cf. Jn 2, 1-11), dans son récit de la crucifixion, quand l’Église, présente sous la croix en la personne de Marie Très Sainte, naît du côté ouvert du Christ, comme la nouvelle Eve née du flanc du nouvel Adam et donc appelée à faire avec lui à nouveau une seule chair. C’est encore dans le quatrième Évangile que nous avons la confession de la relation sponsale entre le Christ et l’Église, par la bouche du Baptiste, ami de l’époux:  » Celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite.  » (Jn 3,29).

Le Christ est donc l’Époux-prêtre ; c’est dans ce contexte que nous devons comprendre le sens de son célibat. Le choix du Seigneur Jésus n’a pas été un choix « personnel », en ce sens qu’il n’était pas l’expression d’une sensibilité privée ou d’une exigence ascétique; son célibat est une conséquence de son mariage avec l’Église. Jésus n’avait pas d’épouse en chair et en os, précisément parce qu’il devait unir à Lui une autre épouse: l’Église. Son corps est resté vierge, parce qu’il devait être offert totalement à son épouse sur la croix, tout comme dans le mariage charnel les époux se donnent réciproquement et exclusivement également à travers leur propre corps, ce qui signifie le don plus complet de leurs propres personnes.

Il existe donc un lien essentiel entre le sacerdoce du Christ, son caractère sponsal et son célibat. Puisque le prêtre est configuré au Christ, il est aussi configuré à son statut d’époux et au célibat, et il est donc appelé à vivre son statut d’époux avec l’Église dans son propre corps. C’est en ces termes que saint Jean Paul II s’exprimait dans Pastores dabo vobis :

« [la loi ecclésiastique sur le célibat], en tant que loi, exprime la volonté de l’Église, avant même la volonté du sujet exprimée par sa disponibilité. Mais la volonté de l’Église trouve sa motivation finale dans le lien que le célibat a avec l’ordination sacrée, qui configure le prêtre à Jésus-Christ, Chef et Époux de l’Église  » (§ 12).

Il est alors évident, comme le dit encore clairement Schlosser, que « précisément parce que le mariage n’est pas une question périphérique de la vie humaine, mais une communion unique et exclusive entre un homme et une femme qui forme et revendique profondément les deux personnes dans toutes les dimensions, on peut entendre qu’un homme qui a été impliqué avec toute sa personne dans la mission du Christ, ne peut appartenir à une autre personne humaine, comme un époux à sa femme ». C’est pourquoi la loi de continence implique que le prêtre ne se marie pas et que ceux qui sont mariés ne soient pas ordonnés, à moins qu’ils ne cessent leur relation conjugale avec leur femme, comme en témoignent de nombreuses sources dans l’Église ancienne.

Il est essentiel de comprendre que la présence du prêtre célibataire ou du moins continent n’est pas seulement un rappel moral de la vertu de chasteté, mais est le signe de la présence du Christ Époux et Prêtre dans son Église; le Christ veut demeurer dans son Église, affirme encore Schlosser, « non seulement comme don de salut », c’est-à-dire dans l’Eucharistie, « mais aussi comme donneur », c’est-à-dire comme prêtre et époux. C’est cette permanence qui nous révèle le sens véritable et surnaturel de l’Église et de chaque âme, c’est-à-dire l’appel au don total au Christ. Ex parte Ecclesiae, la virginité consacrée rend présente dans sa propre chair la vocation des hommes à s’unir au Christ Époux; ex parte Christi, au contraire, le prêtre continent rend présente l’attente de l’Époux de s’unir à l’épouse.

Si le pape acceptait la proposition présente au §111 du document du Synode, nous serions confrontés à une authentique violation de la loi de continence, parce que, dans le but de combler le manque de vocations, une classe de prêtres uxorati serait en fait créée, non tenus à la continence; ce qui signifie envisager deux manières de vivre la conformation au Christ: un continente et l’autre non, en d’autres termes, une configurée à son caractère sponsal et l’autre non.

Et il est à craindre que cet abandon se produira, conséquence inévitable d’une compréhension sécularisée de l’Église et de sa mission. Si la mission de l’Église devient principalement, ou même exclusivement, de nature humaine, quand ce n’est pas mondaine, il est clair que le ministère sacerdotal se décline de façon de plus en plus fonctionnaliste, au point de perdre de vue sa nature d’épiphanie du sacerdoce et du caractère sponsal du Christ.

Dans une Église qui se comprend elle-même comme une association caritative, un hôpital de campagne, un distributeur automatique de sacrements, un mouvement pour une écologie intégrale, il n’est plus nécessaire d’avoir un clergé exclusivement continent, sinon pour la plus grande disponibilité de temps qu’il peut avoir, pour sa plus grande mobilité ou encore par respect de la valeur de la chasteté, mais non plus pour la signification sponsale imprimée dans son corps; elle n’est plus l’incarnation du sacerdoce et du caractère sponsal du Christ. Le célibat peut donc continuer à être compris comme une valeur que certains, peut-être la plupart, continueront à choisir; mais ce n’est certainement plus cette « loi indissoluble » qui exprime la relation exclusive entre le Christ et l’Église.

De même que la fidélité dans le mariage avec son conjoint est toujours une valeur à laquelle on a cependant voulu associer la « valeur » de la fidélité envers une personne qui n’est pas son conjoint. Mais cela, c’était un autre Synode, auquel le Synode amazonien s’avère profondément lié. Dans la trahison du Christ et de l’Église.


NDT

(1) Elle a fait parler d’elle en septembre dernier, je cite Yves Daoudal:

La Bavaroise Marianne Schlosser, professeur de théologie à l’Université de Vienne, membre de la Commission théologique internationale, prix Ratzinger 2018, conseillère de la commission doctrinale de l’épiscopat allemand, refuse de participer au « parcours synodal contraignant » qu’entreprennent les évêques allemands et « comité central » des laïcs (…).

*

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2019/09/23/elle-claque-la-porte-6177897.html

Le relativisme aujourd’hui

Le relativisme aujourd’hui

5 Nov 2019 

Quand j’entend le mot « relativisme », je pense immanquablement à l’inoubliable homélie prononcée par celui qui était encore pour quelques heures le cardinal Ratzinger, doyen du collège cardinalice, le 18 avril 2005 (cela paraît une autre ère!!) lors de la Messe Pro eligendo Romano Pontifice (*). Durant tout son pontificat, il n’a cessé de dénoncer et de lutter contre la « dictature du relativisme ». Et pas uniquement dans la sphère religieuse. Voici à ce sujet une réflexion roborative trouvée sur le site Campari & de Maistre


La « zone grise » du relativisme

Tommaso Lupica
Campari&deMaistre
5 novembre 2019
Ma traduction

Nous assistons aujourd’hui à une destruction progressive et agressive de ce qui, il n’y a pas si longtemps encore, était perçu comme une valeur ou une simple évidence, sinon une réalité naturelle. Beaucoup de questions sont remises en question, ou plutôt, toute question qui a même un vague parfum de « traditionnel », un terme utilisé (indûment) pour définir tout élément qui ne correspond pas à la nouvelle religion du politiquement correct.
Le traditionnel doit donc être démoli, effacé. Tout doit être réécrit, au nom d’un être humain désormais émancipé des dogmes et des superstitions de toute sorte. Il s’agit d’une destruction fondamentale pour l’imposition du nouveau modèle de société vraiment digne de l’homme, fondée sur une fausse valeur de liberté comprise comme pure et simple « absence de limites ou de barrières »; des désirs qui deviennent des droits. Ce qui est encore plus effrayant, c’est l’absence totale de valeurs alternatives qui remplaceraient ce que l’homme a toujours cru. Comme je l’ai dit plus haut, il n’y a plus de certitudes solides, mais une pure absence de limites.

Tout est licite, alors? Non. Pour l’instant. Le relativisme règne en maître, car ce qui n’est pas accepté aujourd’hui pourrait bien l’être à l’avenir. Autrefois, l’aberration de la théorie gender n’aurait jamais été imaginée, mais aujourd’hui c’est une idéologie qui est extrêmement difficile à extirper. Qui peut exclure que dans le futur l’attirance physique pour un nourrisson ne puisse être reconnue comme une orientation sexuelle commune ?

Ce qui est le plus dangereux dans cette tendance, c’est l’immense vide laissé par les valeurs précédentes, et cela restera ainsi parce qu’il n’y aura rien d’autre de prêt à les remplacer. La « liberté », ou plutôt l’anarchie, n’est pas une valeur, mais en est une conséquence. La liberté est l’état dans lequel cette valeur vous place, si vous êtes sain. Elle n’est pas une déesse, et elle ne s’auto-génère pas.

Il s’opère ainsi chez les personnes un élargissement massif de la zone grise, faite d’incertitudes et de confusion, d’absence de toute référence ou mesure.
La première victime de tout cela est l’individu. Son identité est littéralement balayée et remplacée par des slogans qui, en pratique, sont dénués de toute substance. Nous ne sommes plus des hommes ou des femmes, mais ce que nous voulons être, non plus des Italiens [ou des Français], mais des citoyens du monde, non plus des chrétiens, mais des laïcs et ouverts à toutes les religions. On voit clairement qu’à une identité précise (sociale, religieuse, sexuelle), on oppose une absence totale de limites qui, sous la promesse de libérer l’homme des chaînes d’une hypothétique oppression, annihile la personne en la jetant dans une incertitude visqueuse qui n’a rien de concret, au-delà des grands mots habituels. Les conséquences sont graves, mais elles seront néfastes pour les générations futures qui naîtront dans l’océan gris qui, de nos jours encore, se forme et se perfectionne.

Un premier effet évident est l’aliénation de la réalité proche et immédiate. Si toute chose est soigneusement observée sous l’optique relativiste, cela signifie qu’il n’y a rien de certain et qu’il n’y a aucun moyen ni raison de rendre cette chose telle. Par conséquent, la réalité perd toute valeur objective et les instruments tels que la logique et la conscience sont également réduits à de simples inclinations personnelles. Cela ne peut que conduire les gens à se détacher de la réalité elle-même, à chercher des moyens d’échapper à la confusion et (conséquence du chaos) au mal qui en naît. Tout engagement personnel dans la création de son propre système de valeurs s’effondre donc, car toutes sont relatives et interchangeables. Pourquoi s’inquiéter d’être un vrai homme ou une vraie femme, si on peut être une version médiocre des deux? Pourquoi se mettre en jeu dans un chemin de foi si l’on peut choisir les choses les plus captivantes et créer une croyance adaptée à ses besoins?

L’être humain aime se considérer comme adulte et mature, mais en réalité il est comme un enfant. Si on donne toujours ce qu’il veut à un enfant, il ne deviendra pas responsable, mais terriblement gâté. Par contre, une éducation faite de principes solides élève des hommes qui sont sûrs de ce en quoi ils croient. Aujourd’hui, cette éducation fait l’objet de toutes sortes d’oppositions et, malheureusement, elle est de moins en moins populaire, surtout parmi les jeunes générations. Plus que jamais, il est nécessaire de revenir à la famille comme première et plus importante éducatrice des enfants et véhicule de valeurs saines, alors qu’aujourd’hui c’est Internet qui a ce monopole.
En second lieu, l’émancipation d’une personne passe inévitablement par la connaissance critique, l’étude, la prudence et la considération attentive de ce que les sources modernes d’information proposent / imposent. Vous ne pouvez pas être spécialiste de tout, mais vous avez juste besoin de vous concentrer sur un thème ou un sujet, en vous forgeant une opinion sûre qui au moins, bien que limitée, existe. Mais surtout, la connaissance doit être le premier outil pour redécouvrir sa propre identité, pas pour la dénigrer. Comprendre d’abord ce que signifie être Italien, homme/femme et chrétien au lieu d’attaquer ce que l’on ne sait plus.
En substance, il est absolument nécessaire de retrouver sa (vraie) liberté, et la seule façon de le faire est de sortir de la zone grise; de se détacher de la vision relativiste mortelle qui, sous couvert d’une liberté illusoire, détruit ce qu’il y a de plus précieux: sa propre subjectivité et, pour celui qui regarde vers le ciel, son âme.


NDT

(*) Combien de vents de la doctrine avons-nous connus au cours des dernières décennies, combien de courants idéologiques, combien de modes de la pensée… La petite barque de la pensée de nombreux chrétiens a été souvent ballottée par ces vagues – jetée d’un extrême à l’autre: du marxisme au libéralisme, jusqu’au libertinisme; du collectivisme à l’individualisme radical; de l’athéïsme à un vague mysticisme religieux; de l’agnosticisme au syncrétisme et ainsi de suite. Chaque jour naissent de nouvelles sectes et se réalise ce que dit saint Paul à propos de l’imposture des hommes, de l’astuce qui tend à les induire en erreur. Posséder une foi claire, selon le Credo de l’Eglise, est souvent défini comme du fondamentalisme. Tandis que le relativisme, c’est-à-dire se laisser entraîner « à tout vent de la doctrine », apparaît comme l’unique attitude à la hauteur de l’époque actuelle. L’on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs.

*

http://www.vatican.va/gpII/documents/homily-pro-eligendo-pontifice_20050418_fr.html

Synode : le Pape est déçu

Synode: le Pape est déçu

3 Nov 2019 

C’est du moins ce que croit savoir Marco Tosatti (généralement plutôt bien informé). La belle machine construite autour d’une table des mois avant l’Assemblée se serait enrayée, et le vote final sur les viri probati (41 voix contre sur 181, malgré une sélection rigoureuse des votants) en serait une manifestation. D’où la mauvaise humeur du Pape perceptible dans le discours conclusif et dans l’homélie finale.


Déception du Souverain Pontife à la fin du Synode. Pourquoi?

Marco Tosatti
www.radioromalibera.org/
30 octobre 2019
Ma traduction

Aussi étrange que cela puisse paraître, le Souverain Pontife n’était pas content, à la fin du Synode de l’Amazonie, un événement « inventé » pour essayer de faire passer certains éléments pour renverser la tradition de l’Église.
Il a organisé un synode local – qui aurait dû avoir lieu localement, pour examiner localement les problèmes locaux d’une situation qui implique peut-être quelques millions de fidèles sur le milliard et trois cents millions de fidèles de l’orbe terrestre – pour faire passer, comme l’extrémité d’un coin, des changements qui seront très vite saisis par les évêques intéressés ici et là, partout dans le monde, et qui n’auraient pas été approuvés si on les avait soumis à l’examen d’un « vrai » synode mondial.

La Conférence épiscopale allemande, qui est la principale financière du Saint-Siège, et qui pense par conséquent pouvoir dicter sa politique, veut des changements sur différents points de la doctrine catholique. Célibat des prêtres, rôle des femmes, des laïcs, mariage homosexuel, etc.

Pendant des décennies, les Allemands ont aussi été de grands financiers de l’Eglise au Brésil, et la Théologie de la Libération brésilienne, devenue plus tard Théologie indienne, est née en Allemagne, et prospère au Brésil grâce aussi à des évêques d’origine allemande: Krautler, par exemple, grand inspirateur du Synode (et photographié en promenade dans Rome tenant par la main une femme inconnue… [1]) qui s’est vanté de ne pas avoir baptisé un seul Indien; et Spengler, Hummes, et d’autres.

Les changements souhaités par les Allemands, s’ils étaient soumis – comme il se doit, puisqu’ils se répercutent alors sur toute l’Église – à un examen collectif des évêques du monde, ne seraient pas passés. Alors on a inventé le tour de passe-passe du Synode sur l’Amazonie, l’assaisonnant d’une petite sauce écologiste, tellement en vogue aujourd’hui, dans le langage des Maîtres du Monde, et donc aussi dans le sien, celui du Pontife.

Mais pourquoi à Rome? C’est là qu’est l’astuce: d’une part, s’agissant d’un synode « local », la majorité des participants sont « locaux », c’est-à-dire des évêques du parti en faveur des changements; et donc vous pouvez être sûrs que même si elles sont consultatives, les propositions seront acceptées. Mais si vous le faites à Rome, vous avez un upgrade (sic!) immédiat des résultats, une scène exceptionnelle.

Mais quelque chose a mal tourné, du moins en partie. Les 41 votes contre les Viri Probati, sur 181 votants, peuvent paraître peu, mais en réalité ils sont beaucoup, dans un synode lourdement manipulé et dans lequel le panel des électeurs a été choisi de manière soviétique.

C’est parce qu’il y a eu une opposition claire, plus ou moins voilée, plus ou moins soft, y compris de la part de cardinaux et d’évêques qui font partie de la « majorité » de Bergoglio, et qui pourtant on pu, à cette occasion, tirer un trait, le faire comprendre et le dire.

De la même façon le report en matière de ministères féminins, si fortement souhaités par les germano-brésiliens, représente un autre stop. Tant et si bien que, selon certains, il n’est même pas sûr que le Pape prépare une exhortation post-synodale. Quelques cardinaux présents au Synode ont eu cette impression. Donc, si tel était le cas, le document final resterait là, mais sans effets concrets, étant donné son caractère de suggestion…

C’est pourquoi le Souverain Pontife, comme toujours quand son auguste volonté rencontre des obstacles, a montré sa déception dans le discours final, et dans l’homélie de la messe (dont la Pachamama sauvée des eaux comme Moise était absente…). Et ce sont, comme d’habitude, les catholiques qui en ont fait les frais, dont certains, selon le Pape, s’occupent des petites choses et oublient les grandes. Comme si la foi, le salut des âmes et quelques rites païens dans les jardins du Vatican, avec tous ces frères prosternés le derrière en l’air, étaient de petites choses.


NDT

[1] J’ai trouvé une photo sur le compte Twitter d’un journaliste brésilien, Bernardo P Küster . Très honnêtement, on ne peut être sûr à 100% ni de l’identité de l’homme, ni de l’interprétation de la photo.Mots Clés : Synode

Archevêque Viganò : François sert de podium pour un « plan satanique »

Archevêque Viganò : François sert de podium pour un « plan satanique »

Lorsqu’il parle de « toutes les religions », François inclut apparemment le paganisme et l’idolâtrie, a déclaré Mgr Viganò, archevêque lanceur d’alerte, à LifeSiteNews.com (6 novembre).

Pour Viganó, cela est conforme à la déclaration aberrante de François à Abou Dhabi qui affirme que « Dieu veut toutes les religions ».

Viganó observe que François a personnellement pratiqué le culte de la Pachamama dans les jardins du Vatican, dans la Basilique Saint Pierre et pendant la messe de clôture du Synode en plaçant une plante idolâtre sur l’autel.

Il appelle ce spectacle de Pachamama « un rite initiatique de la nouvelle religion » afin d’aligner l’Eglise sur les stratégies anti-humaines et anti-chrétiennes qui dominent la scène mondialiste et sont soutenues par le pouvoir en place.

Selon Viganò, un « plan satanique » se déploie pour changer la religion catholique, et François « sert de passerelle pour transporter ce qui reste de l’édifice catholique vers une religion universelle indistincte » et un « panthéon mondial et sans État ».

https://gloria.tv/post/FNo3uTSPHf2g3LiqquaWwQVKm

Le mariage n’est pas acceptable devant Mon Autel s’il a lieu entre deux personnes de même sexe

Résultat de recherche d'images pour "maria de la miséricorde divine"

Le mariage n’est pas acceptable devant Mon Autel s’il a lieu entre deux personnes de même sexe

Vendredi 15 février 2013 à 22h10

Ma chère fille bien-aimée, cette Mission doit continuer maintenant, afin d’attirer et d’accueillir ceux qui ne croient pas en Mes Enseignements et ceux qui se considèrent comme Chrétiens mais ne M’acceptent qu’en peu de manières.

Leur indifférence est blessante. Leur interprétation de Mes Enseignements, qui ont été détournés pour les adapter à leurs modes de vie séculiers, est la pire forme de trahison envers Moi, leur Jésus.

Qu’ils soient jeunes, d’âges moyens ou âgés, tous soi-disant fidèles au Christianisme, M’offensent par leur propre version édulcorée qu’ils croient acceptable à Dieu. Ils ont créé une nouvelle doctrine, de leur propre fabrication, qui convient à leurs styles de vie. Puis ils croient qu’ils peuvent toujours plaire à Dieu et que leur doctrine est acceptable devant Lui.

Sachez que seule la Vérité est acceptable à Dieu. Les tentatives faites pour L’apaiser tomberont dans l’oreille d’un sourd. Dieu n’acceptera jamais les mensonges. Rien de ce qui favorise de nouveaux concepts au sein du Christianisme ainsi que l’acceptation et la tolérance du péché,  quelle que soit la façon attractive de les présenter et de les formuler dans un beau langage, ne sera accepté aux Yeux du Dieu Qui voit tout. Il n’acceptera jamais de nouvelles lois qui rabaisseraient les Sacrements, transmis par Moi, Jésus-Christ, le Sauveur du Monde.

Je vous ai sauvés pour vous aider à vous libérer de l’emprise que Satan a sur le cœur des hommes. J’ai donné Ma Vie, volontairement, pour vous sauver et vous libérer des chaines qui vous liaient à Satan et aux feux de l’Enfer. Cela signifiait que l’Enfer n’avait plus de pouvoir sur vous puisque vous aviez reçu la liberté de choisir entre la vie dans Mon Royaume et la mort dans l’abîme de l’Enfer.

Mais que font les hommes dans le monde d’aujourd’hui pour Me remercier de ce Don extraordinaire ? Ils essaient de justifier le péché à Mes Yeux. Ils Me présentent des péchés offensants et Me supplient d’accepter des mensonges et des contre-vérités. Pire encore, ils veulent adapter Mes Saints Sacrements de plusieurs manières afin que cela corresponde à leurs besoins, et ils M’offrent une abomination. Le mariage n’est pas acceptable devant Mon Autel s’il a lieu entre deux personnes de même sexe. Pourtant, ils le font et M’insultent. Ils Me demandent d’accepter le péché en justifiant leurs offenses contre les Commandements de Mon Père. Ils essaient de se convaincre eux-mêmes que cela est acceptable devant Dieu, alors que cela ne pourra jamais l’être.

Toutes les Lois de Dieu sont faites dans le Ciel. Un péché est un péché aux Yeux de Dieu, et ne pourra jamais être justifié par une interprétation humaine.

C’est l’état d’esprit bercé d’illusions de ces militants Chrétiens modernistes qui s’efforcent, à tout moment, de modifier et d’adapter les Enseignements du Christianisme, qui porte préjudice à Mon Église. Cela cause une terrible confusion.

Ils tournent Dieu et Ma mort sur la Croix en dérision.

C’est comme cela que les Chrétiens retournent au paganisme, et ce changement peut être rapide. Les faux dieux, les faux temples, les fausses religions ont tous un point commun : leurs partisans honorent un dieu qui est créé par des mains d’homme. De telles religions sont insultantes pour Dieu et, dans une église, les temples maçonniques, ils rendent hommage non pas du tout à Dieu, mais à la bête.

Tel est le prix de la liberté donnée au monde par Ma mort sur la Croix. C’est pour cela que le monde a besoin d’accepter la Vérité pour ne pas être la proie de la supercherie qui sera plantée, parmi vous, par la bête au fil du temps.

Votre Jésus

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2013/fevrier-2013/

Une religion mondiale ayant les influences du Nouvel Âge

Résultat de recherche d'images pour "une religion mondiale ayant les influences du Nouvel Âge"

une religion mondiale ayant les influences du Nouvel Âge

Message de Jésus à John Leary (USA) Mardi le 5 juillet 2005.

Jésus : Mon peuple, Je vous ai dit que durant les tribulations il y en aurait certains qui seraient martyrisés pour leur foi.  Ce sera une autre période de persécution de Mes fidèles comme dans les premières années. 

Malheureusement, certains de ces martyres seront aussi des prêtres, comme dans la vision. Les gens du mal chercheront les dirigeants des groupes religieux et des patriotes afin de pouvoir procéder à leur prise de pouvoir sur le monde. 

Les gens du mal essaieront et forceront pour tous, un gouvernement mondial unique et une religion mondiale ayant les influences du Nouvel Âge. 

Ce sera à ce moment que Je conduirai Mes fidèles vers Mes refuges de protection.  Parce que les prêtres seront rares pour célébrer le sacrifice de la messe, Mes Anges vous apporteront la Sainte Communion à chaque jour dans Mes refuges. 
Pour ceux qui ne pourront pas Me recevoir physiquement, vous pourrez faire appel à Moi dans la Communion spirituelle et priez vos rosaires.  Je guiderai et protègerai vos âmes, alors n’ayez pas peur de ce temps. 
Ce sera davantage une bataille spirituelle et elle mettra à l’épreuve votre foi et votre résolution à M’être fidèles, même face à la mort.  Dans peu de temps, Je vaincrai les esprits malins et vous pourrez jouir de Mon Ère de Paix.

http://vincentdetarle.free.fr/catho/religion_unique.html

Notre Dame de la Paix – L’Église de Mon Jésus est entourée d’ennemis, mais l’épée de vérité mènera l’Église à la grande victoire

Message de Notre Dame de la Paix d’Anguera-Rome, Italie-Pedro Regis – 18 10 2019 … Priez. Ce n’est que par la puissance de la prière que vous pouvez vaincre l’ennemi …

… le Christ, Fils de Dieu, Innocent, s’est donné pour vous, en mourant sur la croix. Le Verbe de Dieu … est votre Dieu et votre Sauveur. En dehors de Lui jamais l’homme ne pourra être sauvé … L’Église de Mon Jésus est entourée d’ennemis, mais l’épée de vérité mènera l’Église à la grande victoire. L’Église de Mon Jésus ne doit pas être un espace de réunions où la vérité est laissée de côté. Mon Jésus est la Vérité et Il doit occuper tous les espaces en vos vies …

Chers enfants, le Christ, Fils de Dieu, Innocent, s’est donné pour vous, en mourant sur la croix. Le Verbe de Dieu s’est fait chair. Il est votre Dieu et votre Sauveur. En dehors de Lui jamais l’homme ne pourra être sauvé. Ouvrez vos cœurs à la Vérité de Dieu. Vous êtes dans un temps des grandes confusions et est venu le moment de votre « Oui » sincère et courageux.

L’Église de Mon Jésus est entourée d’ennemis, mais l’épée de vérité mènera l’Église à la grande victoire. L’Église de Mon Jésus ne doit pas être un espace de réunions où la vérité est laissée de côté. Mon Jésus est la Vérité et Il doit occuper tous les espaces en vos vies.

Je suis votre Mère des Douleurs et Je souffre pour ce qui vient à vous. Les ennemis agissent, mais vous pouvez les vaincre par la puissance de la prière et la défense de la vérité. Vous êtes du Seigneur et Il attend beaucoup de vous. Ce que vous avez à faire, ne le reportez pas à demain.

Rappelez-vous le toujours : Dieu vous demandera des comptes. Viendra le jour où les traîtres de la foi vont pleurer et se lamenter parce que leurs âmes seront dans la profonde obscurité. Ne faites pas de compromis avec le monde. Tout dans cette vie passe, mais la Grâce de Dieu en vous sera Éternelle.

Priez. Ce n’est que par la puissance de la prière que vous pouvez vaincre l’ennemi. Soyez fidèles et le Seigneur vous récompensera généreusement. Je vous aime et Je viens du Ciel pour vous aider. Ne vous découragez pas. Je suis à vos côtés, bien que vous ne Me voyiez pas. Allez de l’avant pour défendre la vérité.

C’est le message que Je vous transmets au nom de la Très Sainte Trinité. Je vous remercie de Me permettre de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. 

Soyez dans la paix. Amen.

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/10/4.873-message-de-notre-dame-de-la-paix-d-anguera-rome-italie-pedro-regis-18-10-2019-priez.ce-n-est-que-par-la-puissance-de-la-priere

Le pape François prépare-t-il les catholiques à l’entrée dans le Nouvel Ordre Mondial ? la réponse est …. OUI

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, texte


(ma traduction)

Changement ? Qu’en est-il d’une nouvelle religion qui sera acceptée dans le monde entier « ? En ce qui concerne la Bible, » elle serait modifiée et réécrite pour l’adapter à la nouvelle religion « .

« Selon Radio Vatican, le lundi 18 janvier 2016, au lendemain de la visite du pape François à la Grande Synagogue de Rome, le pontife a prononcé une homélie lors de la messe quotidienne dans laquelle il a condamné les chrétiens de » cœur fermé  » et résistants à «changer», les appelant «rebelles obstinés» et «idolâtres».

En s’abstenant d’être un pape qui excommunie les chrétiens « qui s’accrochaient obstinément à ce qui a toujours été fait et qui ne permettent pas aux autres de changer », il a fallu attendre le dernier paragraphe de son discours dans la chapelle du Domus Sanctae Marthae, sans genouillère, que François a essayé de faire une distinction entre ce qui «ne devrait pas changer parce que c’est fondamental» et «ce qui devrait changer afin de pouvoir recevoir la nouveauté de l’Esprit.

Le catholicisme est une religion de tradition, la Sainte Écriture et le magistère, la plénitude de la foi, transmise depuis le temps des apôtres. Il n’a jamais été, est ou sera une religion «d’évolution» ou de «changement» liée aux vérités et à la morale dogmatiques. Cependant, François continue de maintenir une fascination démesurée envers le «changement», ce qui revient à une «divinisation» du changement. *

Le rôle du changement dans le nouvel ordre mondial

Nous savons que la condition sine qua non du soi-disant Nouvel Ordre Mondial est le CHANGEMENT.

Comment savons-nous cela?

Le 20 mars 1969, le Dr. Day a parlé d’une religion oecuménique du Nouvel Ordre Mondial.

En ce qui concerne le rôle de la religion dans le nouveau système mondial, Dr Day, athée déclaré, a déclaré que les grandes religions d’aujourd’hui ne sont pas compatibles avec les changements à venir. Elles devront donc «disparaître, en particulier le christianisme».

Selon le Dr Day, «Une fois que l’église catholique romaine aura été détruite, le reste du christianisme suivra facilement. Ensuite, une nouvelle religion pourra être acceptée pour être utilisée partout dans le monde. Elle incorporera quelque chose de tous les anciennes religions pour que les gens l’acceptent facilement et s’y sentent à l’aise. La plupart des gens ne seront pas trop concernés par la religion. Ils se rendront compte qu’ils n’en ont pas besoin.

En ce qui concerne la Bible, le Dr Day a déclaré qu’elle serait modifiée et réécrite pour s’adapter à la nouvelle religion. Ceci serait accompli en remplaçant les mots clés «par des mots ayant différentes nuances de sens. L’idée est que tout dans les Écritures n’a pas besoin d’être réécrit, il suffit de remplacer les mots clés par d’autres mots. Et la variabilité de signification attachée à n’importe quel mot peut être utilisée comme un outil pour changer tout le sens de l’Écriture, et donc le rendre acceptable pour cette nouvelle religion. La plupart des gens ne verront pas la différence… et ceux qui remarqueront la différence ne seront pas nombreux. ”


Le pape François prépare-t-il les catholiques à l’entrée dans le Nouvel Ordre Mondial ?

La réponse est oui. Lorsque j’ai lu la condamnation de François à l’encontre de ceux qui résistent au changement, les propos de Richard Day sur le rôle du changement dans le Nouvel Ordre Mondial sont revenus dans mes pensées. Il est sans doute temps de poser cette question publiquement.

Comment répondriez-vous à cette question ?

Source : facebook : Jan Marie









L’homme qui a jeté les pachamamas dans le Tibre lance un site contre le paganisme et les globalistes pour préserver notre foi catholique

L’homme qui a jeté les pachamamas dans le Tibre…. Alexander Tschugguel vient de lancer un site (anglais pour l’instant) sur lequel on peut s’abonner pour recevoir les newsletter :

http://www.bonifatius-institut.com/

Sa chaîne vidéo : https://www.youtube.com/channel/UCTau6HMErGNHMHtiC-6acRQ

La Mission de leur Institut qui vient d’être fondé

De plus en plus incompréhensibles, des millions de catholiques du monde entier observent les récents développements survenus dans l’Église catholique, qui semblent – pour le moment du moins – avoir abouti à la cérémonie idolâtre organisée dans les jardins du Vatican. La banalisation et la destruction graduelles de nos belles cérémonies et traditions catholiques et l’affaiblissement de l’enseignement catholique ont laissé beaucoup de fidèles tristes et profondément troublés et ont poussé beaucoup d’autres – en particulier d’Afrique et d’Amérique latine – dans les bras de divers protestants et autres sectes qui offrent ce qui semble être un message plus clair et non équivoque.

Notre objectif est de rassembler ceux qui ne veulent pas s’incliner devant «la Terre Mère», ceux qui comprennent que c’est la mission de l’Église de nous montrer le moyen de sauver notre âme et de vivre comme disciples du Christ plutôt que participer à la politique laïque et adultérer les enseignements de Notre Seigneur de peur d’offenser les représentants du zeitgeist actuel.

Non au paganisme dans l’Eglise!

Non à l’agenda mondialiste dans l’Église!

Non à la destruction en cours de l’intérieur!

L’Institut Saint-Boniface a été fondé pour donner aux laïcs catholiques la possibilité de s’exprimer. Notre siège est à Vienne, en Autriche – au cœur de l’Europe, la ville où plus de messes catholiques sont célébrées chaque jour que partout ailleurs dans le monde, sauf à Rome même – et c’est d’ici que nous voulons mener notre combat contre tous nos ennemis de notre église.

Nous sommes en contact avec de nombreux groupes similaires dans le monde entier qui – à la manière des véritables catholiques – poursuivent un même objectif: la restauration de la vraie foi et de ses traditions séculaires

Leur travail apostolique va être très très important !

Je vous traduis leur première newsletter très intéressante :

Chers amis et sympathisants de l’Institut Saint-Boniface,

Comme vous le savez tous, la vidéo qui montre que nous jetons les idoles de la Pachamama dans le Tibre a suscité des réactions du monde entier et a été largement relayée non seulement par les médias catholiques, mais aussi par les médias laïques tels que le New York Times, le Washington Post. la BBC et beaucoup d’autres. Nous nous attendions à des réactions de la part des milieux catholiques, mais nous étions complètement dépassés par le niveau d’intérêt et de soutien du monde entier.

Vous avez été nombreux à dire que vous considériez comme un signe d’espérance renouvelée de voir qu’il y a des jeunes catholiques qui n’ont pas peur de défendre la vraie foi, et vous avez demandé où et comment vous pourriez nous soutenir.

Mes amis et moi-même sommes impliqués dans plusieurs groupes catholiques favorables à la famille et à la vie depuis de nombreuses années et nous sommes en contact avec de nombreux groupes de même opinion dans d’autres pays. Nous avons souvent discuté de la possibilité de créer un réseau catholique plus visible de laïcs prêts à défendre la foi en public.

Le soutien massif que nous avons reçu au cours des deux dernières semaines nous a incité à fonder l’Institut Saint-Boniface. Tout comme notre voyage à Rome pour débarrasser l’église des statues de Pachamama, ce fut une décision spontanée. C’est également la raison pour laquelle notre site Web en est encore à ses débuts. nous espérons obtenir une présentation plus professionnelle dans les prochaines semaines.

Beaucoup d’entre vous ont demandé ce qui nous motive et ce que nous voulons réaliser.

Nous sommes des catholiques laïcs, nous nous concentrons donc sur ce qui se passe dans le monde et dans l’Église. Comme moi, la plupart de mes amis qui travaillent avec moi sur ce projet ont une expérience en activisme pro-famille et pro-vie. Les familles intactes sont un préalable indispensable à toute société en activité. C’est dans la famille que la foi se transmet de génération en génération. Nous avons tous besoin d’une famille aimante pour être en bonne santé et heureux dans ce monde. La perte de compréhension concernant la vraie nature de la famille a fait perdre à la société moderne son sens de l’ordre établi par Dieu dans sa création. Comment une société qui ne comprend pas la hiérarchie naturelle du père, de la mère et des enfants peut-elle comprendre la hiérarchie de l’Église et de l’État? Cette confusion a conduit à une notion erronée de justice et d’égalité. D’un côté, les individus veulent de plus en plus de liberté pour faire tout ce qu’ils veulent. d’autre part, l’idéologie totalitaire du socialisme – supposée faussement morte et ensevelie par certains – s’infiltre une fois de plus par la porte arrière de l’Occident.

Dès que nous aurons réussi à créer un groupe de recherche, nous commencerons à publier des articles et des analyses approfondies de l’actualité sur notre site Web. Notre objectif le plus important est d’être vu et entendu en public. À cette fin, nous organiserons des conférences publiques, des conférences et des démonstrations.

L’année dernière, j’ai aidé à organiser des circuits en bus dans plusieurs pays européens, où des groupes de jeunes catholiques se sont déplacés de ville en ville pour organiser des rassemblements en faveur de la famille et distribuer des informations. D’après mon expérience, les jeunes catholiques qui s’engagent avec les gens dans la rue sont un outil incroyablement efficace pour diffuser notre message en faveur de la famille et de la vie. C’est quelque chose que nous voulons continuer à augmenter, si possible.

Nous prévoyons déjà une conférence catholique en mai. Nous publierons plus d’informations à ce sujet dans les prochaines semaines.

Merci encore pour tous les messages et le soutien que j’ai reçu de votre part. J’ai essayé de répondre à autant de messages que possible. S’il vous plaît, pardonnez-moi si je n’ai pas encore répondu à la vôtre. Ces derniers jours ont été remplis d’interviews et de beaucoup de travail dans le cadre de la création de l’Institut Saint-Boniface.

Ce courriel a pour but de vous donner une idée générale de ce que nous voulons faire. Grâce à notre chaîne YouTube et à notre newsletter, nous vous tiendrons au courant des mesures prises pour atteindre ces objectifs.

Merci pour votre soutien et surtout pour vos prières!

Alexander Tschugguel

Notre site vous tiendra informé des choses les plus importants qu’ils vont entreprendre !

VIVE LE CHRIST ROI….

Images choc : Un pseudo-mariage homosexuel dans une église autrichienne

Images choc : Un pseudo-mariage homosexuel dans une église autrichienne

Le père Michael Kopp a récemment présidé un pseudo-mariage homosexuel entre deux lesbiennes. L’abomination a eu lieu dans l’église paroissiale St. Margarethen, Wolfsberg, Autriche.

La paroisse appartient au diocèse de Klagenfurt qui est actuellement sans évêque. Les images choc sont devenues virales sur les médias sociaux parmi les catholiques polonais (plus de photos ci-dessous).

Kopp a été jusqu’en 2018 le chef du Family Office du diocèse de Klagenfurt. Depuis le 1er janvier 2019, il occupe le même poste dans le diocèse de Graz, beaucoup plus grand, qui est actuellement détruit par l’évêque pro-gay Wilhelm Krautwaschl

https://gloria.tv/post/gHaKMjBCxzd73ZHjRUpS8zXiK

Le journal du Vatican présente le bol de Pachamama

Le journal du Vatican présente le bol de Pachamama

L’édition espagnole de L’Osservatore Romano (1er novembre) présentait sur sa couverture le fameux bol de terre utilisé pendant la messe de clôture du Synode d’Amazonie.

Les observateurs ont remarqué à l’époque que le bol était un symbole de la Pachamama. L’Osservatore Romano espagnol ne montrait que deux photos de la messe, toutes deux sur le bol.

A l’origine, François avait annoncé des effigies des idoles pour la messe, mais il s’est probablement abstenu de le faire parce que Pachamama avait déjà distrait toute attention du Synode. Il a donc utilisé le bol comme subterfuge.

Elle était très visible pendant la messe à l’entrée de la procession (photo ci-dessous) et sur l’autel).

https://gloria.tv/post/fR8LCJCsdPzm1zHpFaEZZaTdL

Encore une fois : Concélébration protestante-« catholique » en Espagne

Encore une fois : Concélébration protestante-« catholique » en Espagne

Le père Juan de Jesús Báez et le laïc anglican anglais Lenny Lancaster ont coprésidé une eucharistie de Novus Ordo le jour de la Toussaint dans la paroisse de l’Incarnation, Álora, Espagne.

Une parodie similaire de ce rite s’est déjà produite en novembre 2017, écrit DiarioSur.es, mais à l’époque il n’y avait pas de tollé médiatique. Cette année, le scandale s’est répandu sur les médias sociaux.

Le diocèse de Málaga a réagi à cette « nouvelle généralisée » dans un communiqué de presse regrettant ce « geste ambigu ».

Le prêtre s’est « excusé », mais il n’a pas été puni conformément au droit canonique, ce qui signifie que son abus a été accepté par le diocèse.

https://gloria.tv/post/yTCJPHatyrnV2rjPqayJnM7Ln

À la fin de la tribulation, J’enverrai Ma Comète du Châtiment sur la terre au milieu de l’Océan Atlantique

Alternate text goes here

Mardi, le 22 octobre, 2019 (S. Jean-Paul II, Pape)

Jésus a dit : « Mon peuple, l’une des nombreuses bénédictions reçue de S. Jean-Paul II fut l’établissement des doctrines de votre foi dans le ‘Catéchisme de l’Église Catholique’.

Eu égard aux récentes déclarations qui prêtent à confusion qui émanent du Vatican, ce livre est de nécessité dans vos demeures pour que vous puissiez discerner toute hérésie dans Mon Église. Il vous faut être renseignés afin de discerner tout schisme à venir ou toute division dans Mon Église. Plusieurs ne connaissent pas leur foi, et certains du clergé peuvent prêcher des hérésies qui confondent le peuple. Servez-vous de ce Catéchisme chez vous pour indiquer toute hérésie qui est maintenant proclamée. Mon Catéchisme révèlera qui est hérétique et qui ne l’est pas. Connaissez votre foi, et ne suivez pas des hérésies voilées. Si certaines églises enseignent des hérésies, rendez-vous à une autre église qui est fidèle. Éventuellement, vous viendrez à Mes refuges pour éviter l’église schismatique. »

Jésus a dit : « Mon peuple, Jonas a averti le peuple de Ninive de se repentir de leurs péchés, ou bien leur ville serait détruite. Les gens se sont repentis, et leur ville ne fut pas détruite. Je te dis ainsi, Mon fils, de dire aux gens de l’Amérique de se repentir de leurs péchés, ou bien ils seront châtiés au monde infernal. Je sépare ceux qui croient en Dieu à Mes refuges de ceux qui ne croient pas.

Seuls Mes croyants qui auront une croix au front par Mes anges, seront les seuls permis à Mes refuges. Les malins et les non croyants ne seront pas permis à Mes refuges.

À la fin de la tribulation, J’enverrai Ma Comète du Châtiment sur la terre au milieu de l’Océan Atlantique. Mes refuges seront protégés de cette destruction par votre ange du refuge. Les malins et les démons seront châtiés en enfer, lorsque les gens seront tués par cette comète. Je vais alors re-créer la terre, et conduirai Mon peuple dans Mon Ère de la Paix. Vous aurez une longue vie dans l’Ère de la Paix, et lorsque vous allez mourir, vous serez comme des saints prêts pour le ciel. Je vais appeler Mes fidèles à Mes refuges, alors n’hésitez pas, mais allez vite à votre asile de sûreté. »

Un évêque avec une colonne vertébrale : Il n’y a pas d’enfants de chœur à San Luis, en Argentine

Un évêque avec une colonne vertébrale : Il n’y a pas d’enfants de chœur à San Luis, en Argentine

L’évêque de San Luis, Mgr Pedro Daniel Martínez, 63 ans, a résisté à la pression d’introduire des enfants de chœur.

Il a publié un décret le 1er novembre ordonnant à ses prêtres de maintenir la règle liturgique d’accepter seulement les garçons pour le service à l’autel.

Dans l’article 4 du décret, Mgr Martinez rejette toute coutume contraire. Certains de ses prêtres avaient tenté d’introduire des enfants de chœur.

Dans le diocèse tourné vers l’avenir, la Sainte Communion doit être donnée sur la langue. La communion sacrilège dans la main est interdite.

https://gloria.tv/post/8gWRtxYWLRdh2HoDEWDzagc3J

« Jésus n’était pas Dieu » : Le Cardinal Müller n’est pas satisfait du déni du Vatican

« Jésus n’était pas Dieu » : Le Cardinal Müller n’est pas satisfait du déni du Vatican

Le Cardinal Gerhard Müller a critiqué le déni du Vatican de François (9 octobre), selon lequel « Jésus n’était pas Dieu ».

Lors d’une homélie prononcée le 30 octobre à Englewood/Denver, M. Müller a déclaré : « Nous aurions dû entendre cette profession de foi immédiatement et directement sur les lèvres du successeur de Pierre lui-même, pas seulement d’un attaché de presse du Vatican ».

Müller a également critiqué les Pachamamas qui sont apparues au synode d’Amazonie en les qualifiant d' »abus graves » pour permettre les rites païens au Vatican.

Il a expliqué que l’Église a pris les meilleurs éléments des cultures païennes – comme les idées de philosophes comme Platon et Aristote – en les utilisant pour expliquer la suprématie de la révélation du Christ.

https://gloria.tv/post/MajZHLEpH3ut1qeFNCDy4aYqK

Évêque modéré : Les femmes catholiques ne veulent pas d’ordination

Évêque modéré : Les femmes catholiques ne veulent pas d’ordination

Le célibat n’est pas la raison d’un manque de vocations, il est dû aux scandales et au manque de sainteté parmi les prêtres.

L’évêque modéré de Cristalândia, Wellington de Queiroz Vieira, l’a dit à la conférence de presse du Synode du 16 octobre. Il a fait remarquer que « beaucoup » partagent son point de vue.

Vieira s’est également exprimé contre les diacres féminins et a ajouté que « la plupart des femmes [catholiques pratiquantes] que je connais ne sont pas intéressées » par les ordres sacrés.

Les ordres sacrés pour les femmes sont principalement demandés par ceux qui croient que les ordres sacrés ne sont de toute façon pas nécessaires pour célébrer les sacrements.

https://gloria.tv/article/9Vp9wojxXHMP3Szb13UPVWAfX

Le cardinal Sarah intervient à nouveau pour la communion sur les lèvres

Le cardinal Sarah intervient à nouveau pour la communion sur les lèvres

« La façon même dont a été diffusée la pratique de la communion dans la main semble donc avoir été imposée en dehors des voies de Dieu »

Les éditions Artège sont sur le point de faire paraître en français le livre du P. Frederico Bortoli, La distribution de la communion dans la main. Ce livre est préfacé par le cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin. Nous sommes heureux de publier en bonnes feuilles la version française de cette préface, avec l’aimable autorisation des éditions Artège.

Don Frederico Bortoli est un prêtre fort connu en Italie. Curé de paroisse dans le Diocèse de San Marino, chancelier diocésain, juge au tribunal ecclésiastique, il intervient sur des questions d’Eglise, par des conférences et des vidéos très visionnées, sur la confession, la chasteté avant le mariage, la fécondité des couples, la communion sur les lèvres, etc.

Sur ce dernier point, qui lui tient beaucoup à cœur, il a récemment participé à un colloque qui s’est tenu à Rome, « Unis avec Jésus Eucharistie », le 5 octobre (conférences du cardinal Burke, du cardinal Ranjith, de Mgr Schneider, de Mgr Bux), à la veille de l’assemblée du Synode sur l’Amazonie, destiné à faire connaître au maximum de cette requête : revenir à la discipline traditionnelle de l’Eglise et au respect de la Sainte Eucharistie.

Son livre intervient après ceux de Mgr Juan Rodolfo Laise, La Communion dans la main (CIEL, 1999), de Mgr Athanasius Schneider Dominus est (Tempora, 2008) et Corpus Christi. La communion dans la main au cœur de la crise de l’Église, (Contretemps, 2014), du P. Paul Cocard, La communion sur la langue, une pratique qui s’impose (DMM, 2015), qu’il reprend et précise avec beaucoup d’acuité.

La préface du cardinal Sarah approuve pleinement les propos de don Bortoli avec l’autorité liturgique qui est la sienne : « Au-delà des motivations théologiques examinées précédemment, la façon même dont a été diffusée la pratique de la communion dans la main semble donc avoir été imposée en dehors des voies de Dieu. »

La Préface du cardinal Robert Sarah

Avant l’apparition de la Vierge Marie, au printemps 1916, l’Ange de la Paix apparut à Lucie, Jacinthe et François, et leur dit : « N’ayez pas peur, je suis l’Ange de la Paix. Priez avec moi! » L’Ange se mit à genoux et se prosterna jusqu’à terre.

Alors, pris d’une force surnaturelle, les enfants l’imitèrent et répétèrent après lui cette prière : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, n’adorent pas, n’espèrent pas et ne Vous aiment pas. » Puis l’Ange disparut.

À l’automne 1916, à la troisième apparition de l’Ange, les enfants se rendirent compte que l’Ange, toujours le même, tenait dans sa main gauche un calice au-dessus duquel flottait une hostie. De cette hostie, quelques gouttes de sang coulaient dans le calice.

Laissant le calice et l’hostie suspendus dans l’air, l’Ange s’approcha des enfants et, se prosternant jusqu’à terre, répéta trois fois cette prière : « Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément et je Vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son Cœur Sacré et du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs. »

Puis, se levant, l’Ange prit de nouveau dans ses mains le calice et l’hostie et donna l’hostie à Lucie et le Sang du calice à Jacinthe et François, restés agenouillés, en disant : « Prenez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu. »

L’Ange se prosterna de nouveau jusqu’à terre, répétant de nouveau trois fois avec Lucie, Jacinthe et François la même prière à la Très Sainte Trinité. L’Ange de la Paix nous montre ainsi comment recevoir le Corps et le Sang de Jésus-Christ.

De nos jours, malheureusement, la prière de réparation dictée par l’Ange est tout sauf obsolète. Quels sont donc les outrages que le Christ reçoit dans la sainte hostie et que nous devons réparer?

En premier lieu, il y a les outrages contre le Sacrement même : les horribles profanations dont certains ex-satanistes convertis ont donné des témoignages et des descriptions qui glacent le sang ; outrageuses aussi sont les communions sacrilèges, reçues en l’absence de la grâce de Dieu voire sans professer la foi catholique (je me réfère à certaines pratiques de ce que l’on appelle « l’intercommunion »).

En second lieu, constitue un outrage à Notre Seigneur tout ce qui contribue à empêcher la fructuosité du Sacrement, en particulier les erreurs semées dans l’esprit des fidèles et qui les portent à ne plus croire en l’Eucharistie.

Les terribles profanations opérées dans les dénommées « messes noires » ne blessent pas directement Celui qui est outragé dans l’hostie car elles ne touchent que les espèces du pain et du vin. Bien entendu, Jésus souffre pour les âmes des profanateurs, pour lesquelles Il a versé ce Sang que ceux-ci méprisent si misérablement et cruellement.

Mais Jésus souffre bien plus quand le don extraordinaire de Sa Présence eucharistique divine-humaine ne peut produire ses effets dans les âmes des croyants.

On comprend alors que la plus insidieuse des attaques du diable consiste à essayer d’éteindre la foi en l’Eucharistie, semant des erreurs et favorisant une manière inadaptée de la recevoir – la guerre entre saint Michel et ses anges d’un côté et Lucifer, de l’autre, continue dans le cœur des fidèles : la cible de Satan est le Sacrifice de la Messe et la Présence réelle de Jésus dans l’hostie consacrée. Cette tentative de détournement emprunte deux voies : la première est la réduction du concept de « présence réelle ».

Nonobstant les rappels récurrents du Magistère, de nombreux théologiens n’arrêtent pas de se moquer du terme de « transsubstantiation ». « Ceci est Mon Corps… Ceci est Mon Sang… » : ce simple « est » révèle tout l’amour du Christ, Son désir ardent de se tenir physiquement auprès de nous comme Il l’a fait avec la Sainte Vierge, saint Joseph, les apôtres, la foule affamée, les disciples d’Emmaüs… Les bons docteurs et le magistère de l’Église ont trouvé dans la parole « transsubstantiation » un bastion inexpugnable contre les hérésies et, en même temps, la parole la plus adéquate pour indiquer l’amour très réel – « substantiel », justement – présent dans les saintes espèces, indépendamment des dispositions des hommes et de leurs pensées.

Le principe d’immanence, c’est-à-dire l’erreur philosophique qui considère que ce n’est plus à la pensée de s’adapter au réel mais au réel d’être encadré et défini par la pensée, a tenté de polluer également la doctrine eucharistique : la présence réelle objective – soit l’Amour sans condition – est relativisée en fonction de celui qui en comprend le sens (transfinalisation) ou de celui qui s’en nourrit (transsignification).

Paul VI a dû intervenir par l’encyclique Mysterium fidei, précisément pour expliquer que ces concepts n’expriment pas de façon adéquate le mystère eucharistique. Non!

L’Amour est présent dans le Saint Sacrement quand bien même il n’y aurait personne pour L’aimer en retour, personne pour Le comprendre, personne pour s’en nourrir, personne pour y penser.

Il est là, comme un rocher qui surgit au milieu du désert : Il adore, Il rend grâces, Il demande pardon pour les hommes et invoque toutes les grâces qui leur sont nécessaires de façon absolument indépendante de leurs dispositions d’esprit; et tout cela pour que les hommes eux-mêmes finissent par croire et se rendre à Son Amour : « credidimus caritati » (1 Jn 4,16).

Voyons maintenant comment la foi dans la présence réelle peut influencer la façon de recevoir la communion, et réciproquement. Recevoir la communion dans la main comporte indubitablement une grande dispersion des fragments.

En revanche, l’attention aux moindres parcelles, le soin apporté à la purification des vases sacrés, le fait de ne pas toucher l’hostie avec les mains en sueur, deviennent des professions de foi en la présence réelle de Jésus, y compris dans les plus petites particules des espèces consacrées : si Jésus est la substance du pain eucharistique et si la dimension des fragments est seulement un accident du pain, alors peu importe qu’un morceau d’hostie soit grand ou petit! La substance est la même! C’est Lui!

Au contraire, la négligence envers les fragments fait perdre de vue le dogme : petit à petit pourrait se répandre l’idée que « si le curé ne fait pas attention aux fragments, s’il administre la communion de façon à ce que les fragments puissent être dispersés, alors Jésus n’y est pas présent, ou alors, seulement jusqu’à un certain point »…

La seconde voie sur laquelle se déploie l’offensive contre l’Eucharistie correspond à la tentative d’extirper le sens du sacré du cœur des fidèles.

La Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, dès 1980, avec l’instruction Inaestimabile donum, dénonçait une perte grandissante du sens du sacré dans la liturgie qui, malheureusement, s’est poursuivie au cours des dernières décennies.

Bien sûr, le Seigneur nous aime de différentes manières, à travers Sa providence : la vie naturelle, l’air que nous respirons, notre prochain, etc. Dieu nous donne tant de choses mais il y a un amour par lequel Dieu Se donne Lui-même, nous faisant prendre part à Sa nature divine : cet amour s’appelle la « grâce » et c’est un amour qui transcende tous les autres.

Si nous interprétons mal l’expression « tout est grâce », si nous ne procédons pas aux distinctions opportunes, nous risquons de tomber dans le panthéisme et dans le naturalisme : parce que, si tout est grâce, rien n’est grâce.

Si le premier plan de l’ordre naturel et de l’amour providentiel n’existe pas, alors le second, celui de l’ordre surnaturel et de la grâce, n’existe pas non plus.

Et cela doit être clair : par-delà la Providence, il existe un amour de Dieu non commun, spécial : « dilectio specialis ». Et cette « dilectio specialis » est contenue dans l’Eucharistie.

C’est pour cela que saint Thomas d’Aquin commence son traité sur l’Eucharistie en nous montrant ce qui est propre à ce sacrement.

Alors que les autres sacrements sont « le signe d’une réalité sacrée, en tant qu’elle est sanctifiante pour les hommes » (Summa Theologiae, III, q. 60, a. 2, c), le sacré n’est pas ici seulement signifié mais substantiellement présent : « Or il y a cette différence, entre l’Eucharistie et les autres sacrements qui ont une matière sensible, que l’Eucharistie contient quelque chose de sacré en elle-même, absolument, à savoir le Christ lui-même » (Summa Theologiae, III, q. 73, a. 1, ad 3).

L’Eucharistie est sacrée parce qu’elle contient le sacré par excellence, le Dieu trois fois saint, le Dieu qui est charité, le plus sacré et saint des amours : ce n’est pas pour rien que l’Eucharistie est appelée « Sacramentum caritatis ».

Avoir le sens du sacré signifie percevoir cette présence spéciale. Alors que le terme de « transsubstantiation » nous indique la réalité de la présence, le sens du sacré nous en fait entrevoir l’originalité et la sainteté absolues. Quelle disgrâce que de perdre le sens du sacré au contact de ce qu’il y a justement de plus sacré! Comment cela se peut-il? En recevant la nourriture spéciale à la façon d’une nourriture ordinaire.

Ce serait du gnosticisme que de penser pouvoir détacher la foi des signes extérieurs sensibles – qui doivent en revanche être cohérents avec ce qu’ils entendent signifier, car l’homme n’atteint d’habitude la perception des réalités invisibles que par des signes concrets, passant du connu à l’inconnu, comme le souligne le docteur angélique (Summa Theologiae, III, q.60, A. 2, c).

Dans Sacrosanctum Concilium, le concile Vatican II rappelle l’importance des gestes, des attitudes du corps, des signes extérieurs et de leur grande valeur pédagogique (SC 30 et 33).

Par conséquent, à la présence réelle d’un amour spécial (dilectio specialis), correspond un culte spécial, une louange spéciale – thema laudis specialis (séquence Lauda Sion) –, et une manière tout aussi spéciale de le recevoir : pas comme un pain commun.

Saint Pie X, pour admettre les enfants à la première communion, ne demandait pas qu’ils sachent expliquer les vocables « substance » et « accident » mais qu’ils considèrent le pain eucharistique comme différent du pain commun (décret Quam singulari, 7 août 1910).

C’est la notion première, la condition sine qua non, la première graine qui pourra croître en une plus grande compréhension – le balbutiement de la théologie attendant de contempler Jésus qui n’est plus voilé : si un enfant reçoit le pain eucharistique comme il reçoit un bonbon de sa maman, quel sens du sacré pourra-t-il acquérir?

Comme le dit le prophète Malachie, le Seigneur lui-même nous demande de cultiver le sens du sacré : « Si donc je suis père, où est l’honneur qui m’est dû? Et si je suis Seigneur, où est la crainte qui m’est due? – déclare le Seigneur des armées à vous, les prêtres qui méprisez mon nom » (Ma 1,6).

Cette demande divine est cependant et exclusivement au service de l’homme : comme le proclame la préface eucharistique commune IV, « Tu n’as pas besoin de notre louange, et pourtant c’est Toi qui nous inspires de Te rendre grâce : nos chants n’ajoutent rien à ce que Tu es, mais ils nous rapprochent de Toi » et nous aident à croire aux mystères de la foi.

La liturgie est faite de nombreux petits gestes et rituels capables d’exprimer chacun individuellement notre amour, notre respect filial et notre adoration pour Dieu. C’est précisément pour cette raison qu’il convient de promouvoir la beauté, la pertinence et la valeur pastorale d’une pratique développée au cours de la longue vie et de la tradition de l’Église, c’est-à-dire l’acte de recevoir la sainte communion sur la langue et à genoux.

La grandeur et la noblesse de l’homme, ainsi que la plus haute expression de son amour pour le Créateur, consistent à s’agenouiller devant Dieu. Jésus Lui-même a prié à genoux en présence du Père : « Et s’étant éloigné d’eux environ d’un jet de pierre, Il se mit à genoux, et priait : Père, si vous le voulez, éloignez ce calice de moi! Néanmoins que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la vôtre. » [Pater, si vis, transfer calicem istum a me; verumtamen non mea voluntas sed tua fiat] (Lc 22,42 ; Mc 14,35-36; Mt 26,38-39).

La liturgie céleste insiste et recommande que l’on se prosterne devant l’Agneau immolé : « Je regardai, et je vis au milieu du trône et des quatre animaux, et au milieu des vieillards, un Agneau qui était debout et comme égorgé, et qui avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Il s’avança, et il reçut le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône. Et après qu’il l’eut ouvert, les quatre animaux et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l’Agneau, ayant chacun des harpes, et des coupes d’or pleines de parfums, qui sont les prières des saints. » (Ap 5,6-8)

À ce sujet, je voudrais proposer l’exemple de deux grands saints de notre époque : saint Jean-Paul II et sainte Thérèse de Calcutta.

Toute la vie de Karol Wojtyła a été marquée par un profond respect envers la Sainte Eucharistie. Il y aurait beaucoup à dire, et beaucoup a déjà été écrit, sur ce point. Il suffit de penser aux dernières années de son ministère pétrinien : un homme marqué dans son corps par la maladie, ce qui le conduisait, progressivement et irréversiblement, à une détérioration physique quasi totale.

Pourtant, bien qu’exténué et dépourvu de forces, littéralement détruit par la maladie, comme cloué au Christ, Jean-Paul II ne s’autorisa jamais à s’asseoir en présence du Saint Sacrement.

Qui ne se souvient pas avec émotion et affection de ces images du pape écrasé par la maladie, exténué, mais toujours à genoux devant le Très Saint Sacrement durant la procession de la Fête-Dieu, entre Saint-Jean de-Latran et Sainte-Marie-Majeure?

Même très malade, le pape a toujours tenu à s’agenouiller devant le Saint Sacrement. Il était incapable de s’agenouiller et de se relever par lui-même et avait besoin des autres pour plier les genoux comme pour se redresser.

Jusqu’à ses derniers jours, il a voulu nous donner le témoignage d’un grand respect pour le Très Saint Sacrement. Comment donc pouvons-nous être si insensibles aux signes que Dieu Lui-même nous offre pour nourrir notre croissance spirituelle et notre relation intime avec Lui?

Pourquoi ne nous mettons-nous pas à genoux, à l’exemple des saints, pour recevoir la communion? Est-il vraiment si humiliant de se prosterner et de demeurer à genoux devant Notre Seigneur?

Pourtant, « ayant la forme et la nature de Dieu, […] Il s’est anéanti lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, et jusqu’à la mort de la croix » (Phil 2, 6-8).

Sainte Thérèse de Calcutta, religieuse exceptionnelle que nul n’oserait traiter de traditionaliste, de fondamentaliste ou d’extrémiste, et dont la foi, la sainteté et le don total de soi à Dieu et aux pauvres sont connus de tous, avait un respect et un culte absolus envers le Divin Corps de Jésus-Christ.

Bien évidemment, elle avait l’occasion de toucher chaque jour la « chair » du Christ au contact des corps abîmés et souffrants des plus pauvres d’entre les pauvres.

Cependant, remplie de stupeur et de respectueuse vénération respectueuse, Mère Teresa prenait soin de ne pas toucher le Corps transsubstantié du Christ. En revanche, elle restait longtemps à genoux, prosternée devant Jésus Eucharistie, L’adorant et Le contemplant en silence.

Elle recevait en outre la communion sur les lèvres, comme un petit enfant qui se laisse nourrir humblement par son Dieu. La sainte était remplie de tristesse et de peine à la vue des chrétiens recevant la sainte communion dans la main.

Elle déclara qu’à sa connaissance toutes ses religieuses recevaient la communion exclusivement sur les lèvres.

N’est-ce pas l’exhortation que Dieu nous adresse : « Je suis le Seigneur, votre Dieu, qui vous ai fait sortir de la terre d’Égypte : ouvrez grand votre bouche, et je la remplirai » (Ps 81,11)?

Pourquoi nous obstinons-nous à communier debout et sur la main? Pourquoi cette attitude de refus de soumission aux signes de Dieu? Qu’aucun prêtre n’ose prétendre imposer son autorité à ce sujet en refusant ou maltraitant ceux qui désirent recevoir la communion à genoux et sur les lèvres : nous venons comme des enfants recevoir humblement le Corps du Christ sur les lèvres et à genoux.

Les saints nous montrent l’exemple. Ce sont eux les modèles que Dieu nous donne à imiter!

La question qui se pose est : mais comment a-t-on pu arriver à cette pratique de la communion dans la main? Il s’est agi d’un processus tout sauf transparent, d’un passage entre ce que concédait l’instruction Memoriale Domini et ce qui est aujourd’hui un usage si répandu.

La concession était de permettre aux conférences épiscopales des seuls pays où la pratique de la communion dans la main avait déjà été abusivement introduite, de demander un indult pour continuer à la distribuer ainsi.

Là où ce n’était pas possible, en vertu du principe d’autorité, la prescription était de revenir à l’usage habituel de recevoir la communion.

Hélas, comme pour le latin, comme pour la réforme liturgique qui aurait dû s’inscrire dans la continuité des rites antérieurs, une concession particulière est devenue un levier pour ouvrir et vider le coffre-fort protégeant les trésors liturgiques de l’Église.

Le Seigneur guide le juste par des « voies droites » (Sg 10,10) et non par des subterfuges.

Au-delà des motivations théologiques examinées précédemment, la façon même dont a été diffusée la pratique de la communion dans la main semble donc avoir été imposée en dehors des voies de Dieu.

Puisse cet ouvrage encourager tous les prêtres et les fidèles qui, mus par l’exemple de Benoît XVI – qui dans les dernières années de son pontificat tint à distribuer l’Eucharistie sur les lèvres et à genoux –, désirent administrer ou recevoir l’Eucharistie de cette façon bien plus adaptée au sacrement lui-même.

J’espère que se produira ainsi une redécouverte et une promotion de la beauté de la valeur pastorale de cet usage.

Il s’agit selon moi d’une question importante sur laquelle l’Église actuelle doit se pencher. C’est un acte supplémentaire d’adoration et d’amour que chacun de nous peut offrir au Christ.

Je suis très heureux de voir tant de jeunes choisir de recevoir Notre Seigneur avec une telle révérence, à genoux et sur les lèvres.

Robert, card. Sarah

Préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements

https://gloria.tv/article/gdkTSMeTCCPd1ogFY2vqgM34L

St Michel Archange – La Terre est tombée malade à cause de l’homme et en ce moment, la créature humaine doit se préparer à être purifiée

MESSAGE DE SAINT MICHEL ARCHANGE À LUZ DE MARIA…LE 5 OCTOBRE 2019*La Terre est tombée malade à cause de l’homme et en ce moment, la créature humaine doit se préparer à être purifiée.

246cee9b803a7adccd577653a9bb3765

Peuple de Dieu:

EN AIMANT AVEC L’AMOUR DE LA TRÈS SAINTE TRINITÉ,

JE VOUS TRANSMETS LA DIVINE VOLONTÉ.

QUI EST COMME DIEU?

dieu le père

Tant de créatures humaines, malheureusement, prononcent ces Paroles avec beaucoup de mépris, après avoir accueilli la « protection » du Diable, lui qui plus tard les laissera tomber dans son étang de feu éternel, s’ils ne se repentent pas à temps.

  • CET INSTANT EST INSTANT DE PRUDENCE POUR LE PEUPLE DE DIEU (cf. Mt 10,16). –  CET INSTANT EST INSTANT D’OBÉISSANCE À LA LOI DIVINE, DE STRICT ATTACHEMENT À L’HISTOIRE DU SALUT.
  • VOUS DEVEZ CONNAÎTRE CELUI QUE VOUS AIMEZ ET COMME VOUS NE LE CONNAISSEZ PAS CORRECTEMENT,
  • LA CONFUSION SE GÉNÉRALISE EN CET INSTANT.

Vous êtes sauvés dans la mesure où vous participez aux Œuvres et à l’Agir Divins, dans la mesure où vous accomplissez la Loi Divine et observez les Enseignements du Christ Roi de l’Univers qui, par Ses Disciples, a légué à Son Peuple des enseignements qui ne se périment pas (cf. Mt 24,35).

Notre Roi et Seigneur du Ciel et de la Terre a établi Sa Communion avec les hommes et les a appelés à être des pêcheurs d’hommes pour communiquer la BONNE NOUVELLE. Ils ne sont pas parvenus à détruire l’Église de NOTRE ROI ET SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, ils n’ont pas su le faire, ni les sectes à travers les siècles, ni Satan lui-même à travers ses émissaires. L’ÉGLISE DE DIEU NE SERA PAS DÉMOLIE. Elle sera ébranlée par méconnaissance de Son Roi, mais elle ne sera pas vaincue.



Les hommes de ce temps sont lettrés, mais tous ne sont pas spirituels. Les livres de prières prennent la poussière et les mites, comme le cœur de certains de ceux qui disent aimer notre Roi et Seigneur Jésus-Christ.

  • L’homme qui aime Son Seigneur prie avec son cœur. S’il n’avait pas de livres, il n’en aurait pas besoin. Les prières prennent vie au-dedans de la créature humaine, sans quoi elles ne sont que des paroles vides, privées d’Amour.

Vous qui êtes le Peuple de Dieu, vous avez besoin d’intérioriser l’AMOUR DIVIN, pour pouvoir aimer le silence, ce temps de « SOLITUDE AVEC DIEU » (cf. Mt 6,6; Rm 8, 26-27) où vous Le trouverez dans la mesure où vous Le cherchez correctement, car UNIQUE EST L’ESPRIT QUI ATTIRE COMME UN AIMANT LA CRÉATURE HUMAINE, ET CET ESPRIT EST « L’ESPRIT DIVIN ».

L’Esprit Divin donne la PAIX et conduit ainsi la créature humaine à aimer refaire sans cesse ce que son Seigneur Jésus-Christ lui a enseigné:

  •  SE RETIRER DANS LA SOLITUDE POUR PRIER AVEC SON PÈRE.

Les Églises ne doivent pas être profanées. Les enfants de prédilection et Notre et votre Reine et Mère de toute la création doivent aimer leur Mère, Notre Reine.

  •  Sans quoi vous ne donnez pas l’exemple de bons enfants.

Peuple bien-aimé de notre Roi et Seigneur Jésus-Christ, l’homme a détruit la création;

  • il l’a dévastée, dévorée, épuisée et
  • il doit faire l’expérience de la purification consécutive
  • à son exploitation abusive de la Terre (cf. Ap 11,18c);
  • mais les lamentation de cet instant ne rétablissent pas
  • ce que l’homme a fait à la Terre.
  • C’EST POURQUOI CET INSTANT EST L’INSTANT POUR LEVER LES YEUX AU CIEL ET IMPLORER LA MISÉRICORDE, AU NOM DE TOUTE L’HUMANITÉ,
  • sans tomber dans les pièges de Satan qui, connaissant le temps à sa disposition, se précipite contre les enfants de LA « FEMME VÊTUE DE SOLEIL » (cf. Ap 12,1).

La Création aspire à être renouvelée et ce processus viendra avec les Cieux Nouveaux et la Terre Nouvelle.

  • La créature humaine doit tourner son regard vers Dieu et croire en SA PUISSANCE QUI SURPASSE TOUTE CRÉATURE, CROIRE EN L’OMNIPOTENCE DIVINE, CROIRE… AVOIR FOI EN DIEU.

Peuple de Dieu, le Démon veut que l’homme ne soit pas une créature de vie intérieure, mais il veut que l’esprit de l’homme s’obscurcisse au contact du mondain et des trépidations bruyantes qui le gardent hébété par toutes sortes de choses, moindres que spirituelles.

La Terre est tombée malade à cause de l’homme et en ce moment, la créature humaine doit se préparer à être purifiée.

  • Plus vous accueillerez les courants modernistes et ce qui est contraire à ce que notre ROI ET SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST a établi, plus grande sera la purification.


L’humanité sait qu’elle se trouve au temps des signes qu’elle ne doit pas ignorer.

  • Les signes des temps, qui verront les eaux entrer dans les terres pour les purifier,
  • le feu des volcans jaillir avec force et libérer des gaz qui vous empêcheront  de voyager par les airs.
  • Il n’est pas nouveau pour l’homme que des volcans endormis se réveillent;
  • la nouveauté réside dans la manière,
  • dans la violence de ce réveil des volcans endormis et
  • dans leurs effets sur la subsistance de l’homme.

CETTE GÉNÉRATION DANS LAQUELLE LE PÉCHÉ PULLULE, N’EST PAS PUNIE PAR DIEU, NON ! LE CHÂTIMENT N’EST PAS ENCORE ARRIVÉ. INSTABLE COMME ELLE EST, LA TERRE SERA DÉTOURNÉE PAR LE SOUFFLE D’UN ASTRE QUI PASSERA À PROXIMITÉ SANS QUE CELA PUISSE ÊTRE ANNONCÉ ET ICI SERA LA LAMENTATION DE L’HOMME.

ASTÉROIDE

Le pouvoir de l’homme sur son semblable est distribué comme un jeu qu’on a et qu’on distribue afin que le scénario ne soit pas le même; ainsi les peuples se révoltent et sèment la mort.



MALHEUR AUX PAYS DANS LESQUELS L’AVORTEMENT EST APPROUVÉ!

COMBIEN ALLEZ-VOUS SOUFFRIR POUR CETTE TRAHISON ENVERS DIEU!
ATTENTION, ENFANTS DE NOTRE ROI ET SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST!
L’INSTANT CRITIQUE APPROCHE, LES LAMENTATIONS NE TARDERONT PAS.

alerte-rouge-cascade-salles-la-source

 VOUS FEREZ L’EXPÉRIENCE DE L’INSTABILITÉ

DANS TOUS LES ASPECTS DE LA VIE HUMAINE.

RESTEZ EN ÉTAT D’ALERTE.

Priez Peuple de Dieu. PRIEZ POUR L’AMÉRIQUE CENTRALE. ELLE SERA SECOUÉE PAR DES TREMBLEMENTS DE TERRE. LES VOLCANS QUI SE RÉVEILLENT SERONT UNE CAUSE D’ALARME POUR LES ENFANTS DE NOTRE ROI.

Priez Peuple de Dieu, priez. L’Italie est mise à mal. La France vivra dans l’angoisse.

Priez Peuple de Dieu, priez. L’avertissement se rapproche et vous n’êtes pas préparés.

Priez Peuple de Dieu. Les États-Unis souffre d’une instabilité économique, sociale et politique.

Priez Peuple de Dieu. N’oubliez pas de prier pour le Mexique. Il subira un puissant tremblement de terre.

PRIEZ PEUPLE DE DIEU. PRIEZ POUR L’ÉGLISE DE NOTRE ROI ET SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST.

Ne dormez pas, enfants de Dieu, ne dormez pas alors que la nuit tombe.

Soyez unité, charité, pardon et amour.

NOUS RESTONS ATTENTIFS, DANS L’ATTENTE D’UN APPEL DE VOTRE PART.

SOYEZ BÉNIS PAR LA MAIN DIVINE DE DIEU.

QUI EST COMME DIEU?

Saint Michel Archange

JE VOUS SALUE MARIE TRÈS PURE, CONÇUE SANS PÉCHÉ
JE VOUS SALUE MARIE TRÈS PURE, CONÇUE SANS PÉCHÉ
JE VOUS SALUE MARIE TRÈS PURE, CONÇUE SANS PÉCHÉ
marie lumiere



COMMENTAIRE DE LUZ DE MARIA

ange-amour

Frères:

UN APPEL À LA PAIX DE L’ÂME, AU PARDON, À L’HUMILITÉ ET À LA SAGESSE, ingrédients sans lesquels on ne peut pas avancer sur le chemin du Salut Éternel.

Saint Michel Archange nous avertit bien de cela. Il nous appelle à nous arrêter et à reprendre le bon chemin de la sagesse en obéissance à la Parole Divine.

Prions pour que l’Ange de la Paix vienne bientôt aider les enfants de Dieu.

Amen



https://www.revelacionesmarianas.com/FRANCAIS.htm

https://myriamir.wordpress.com/2019/10/30/message-de-saint-michel-archange-a-luz-de-maria-le-5-octobre-2019la-terre-est-tombee-malade-a-cause-de-lhomme-et-en-ce-moment-la-creature-humaine-doit-se-preparer-a-etre-purifiee/

Un « nombre important de cardinaux » considère François « comme le pire pape de l’histoire »

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

PAPE FRANÇOIS : « LE PIRE PAPE DE L’HISTOIRE » AUCUN PAPE N’A FAIT PLUS DE DÉGÂTS A L’ÉGLISE CATHOLIQUE !

Un « nombre important de cardinaux » considère François « comme le pire pape de l’histoire »
«Aucun pape depuis des siècles n’a fait plus de dégâts à l’Église catholique que Francis», a écrit le journaliste anglais Damian Thompson sur Twitter (25 octobre).

«C’est maintenant le point de vue d’un grand nombre de cardinaux, y compris plusieurs qui étaient jusqu’à récemment loyaux à François.»

Thompson a également appris que «de nombreux évêques, y compris certains cardinaux, ne se sentiront pas en mesure d’assister à la messe de clôture du Synode si la [Pachamama] des statues sont exposées », comme si la solution était de fermer les yeux devant l’abomination du sanctuaire.

Gloria TV

USA : un prêtre refuse la communion à l’ancien vice-président Joe Biden en raison de son soutien à l’avortement

USA : un prêtre refuse la communion à l’ancien vice-président Joe Biden en raison de son soutien à l’avortement

L’ancien vice-président Joe Biden, candidat à l’investiture démocrate à la course à la présidence de 2020, s’est vu refuser la Sainte Communion dimanche matin, 27 octobre 2019, dans une église de Florence.

Le père Robert E. Morey, de l’Église catholique Saint-Anthony, a confirmé lundi après-midi qu’il avait refusé candidat à la présidentielle, la sainte Communion, en raison de sa position sur l’avortement. Biden, catholique depuis toujours, avait assisté à la messe de 9h du matin à l’église.

« Malheureusement, dimanche dernier, j’ai dû refuser la Sainte Communion à l’ancien vice-président Joe Biden », a confirmé le père Morey au Morning News par courrier électronique. «La Sainte Communion signifie que nous sommes un avec Dieu, les uns avec les autres et avec l’Église. Nos actions devraient refléter cela. Toute personnalité publique qui prône l’avortement se place en dehors des enseignements de l’Église », a-t-il précisé.

Le père Morey a également déclaré qu’en tant que prêtre, il est de sa responsabilité de servir les âmes qui lui sont confiées et qu’il doit le faire même dans les situations les plus difficiles.

« Je garderai M. Biden dans mes prières », a assuré le prêtre.

Pour rappel le canon 915, du Code de Droit canonique stipule: « Les excommuniés et les interdits, après l’infliction ou la déclaration de la peine et ceux qui persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, ne seront pas admis à la sainte communion ».

Schönborn le reconnaît : le synode d’Amazonie a ignoré les vrais problèmes

Schönborn le reconnaît : le synode d’Amazonie a ignoré les vrais problèmes

Plus de la moitié des catholiques amazoniens sont devenus protestants ou ont quitté la foi, a déclaré le cardinal viennois Christoph Schönborn, un participant au Synode.

S’adressant à LaVie.fr (27 octobre), il a avoué que cela « n’a pas été beaucoup discuté », et « cela m’a un peu surpris ». Il explique que la raison en est que « le prêtre vient rarement dans ces régions éloignées alors que les pentecôtistes y vont ».

Cette explication contredit les affirmations, également répétées par Schönborn plus tard dans l’interview, selon lesquelles les communautés éloignées sont dirigées par de merveilleux laïcs et des femmes en totale « connexion avec la nature » qui ont donc besoin d’être ordonnées diacres et prêtres.

Schönborn se dit « frappé » par quelques remarques, faites plusieurs fois, disant que les pentecôtistes « proclament directement le Christ » et que « nous les catholiques [ultralibéraux] sommes parfois trop timides dans la proclamation ».

Les délégués au synode ont remarqué qu’on parlait beaucoup de « défense des indigènes » et peu de proclamation de l’Evangile, et Schönborn a fait de même.

Maintenant que le synode est terminé, Schönborn dit que cet aspect [crucial] « aurait besoin d’une clarification ».

https://gloria.tv/post/8jSHNzKsLN4WDdChcJrMREve8

Monseigneur Schneider : François nie l’idolâtrie « malgré les preuves »

Monseigneur Schneider : François nie l’idolâtrie « malgré les preuves »

Les actes idolâtres accomplis à Saint-Pierre sont un « triomphe du mal », a déclaré Mgr Athanasius Schneider à RemnantNewspaper.com (2 novembre, vidéo ci-dessous).

Au sujet de l’affirmation de François selon laquelle les statues de Pachamama ont été utilisées “sans intentions idolâtres,”, Schneider a dit qu’il y avait « dans toutes les preuves » des actes de culte dirigés contre une statue en bois représentant Pachamama.

Pour Schneider, nier qu’il ne s’agissait pas d’idolâtrie est « malgré les preuves ».

https://gloria.tv/post/fAynu2S3rYmq3jerR2j9oBP1J

Madone de Zaro – Je vous demande de créer des groupes de prière, des formations pour faire prier, d’enseigner à prier

Résultat de recherche d'images pour "Madone de Zaro"

Messages de la Madone de Zaro (Ischia) à Angela et Simona 8 Octobre 2019

Donné à Angela

Ce soir la Maman s’est présentée comme Maman de Zaro. Elle portait un vêtement blanc, un manteau azur qui la recouvrait toute ainsi que la tête. Maman avait les bras ouverts en signe d’accueil. Dans la main droite un long Rosaire blanc lumineux et de ses mains sortaient des rayons de lumière qui éclairaient le bois en entier. Maman avait sur la poitrine un cœur de roses et sur chaque pied une rose. Les pieds étaient déchaussés et s’appuyait sur un cours d’eau jaillissante. La Maman avait un très beau sourire.

Loué soit Jésus Christ !

« Mes chers enfants, merci pour cette soirée où vous êtes ici dans mon Bois béni, en ce jour qui m’est si cher ainsi qu’à vous. Mes enfants très aimés, je vous aime, je vous aime immensément, et si je suis ici parmi vous, c’est à cause de l’immense amour que mon Fils a pour chacun d’entre vous. Oui enfants, mon Fils vous aime il vous aime et veut que tous vous soyez convertis.

-Mes enfants, des temps durs vous attendent, mais n’ayez pas peur. Soyez des enfants de lumière, cuirassez-vous avec l’armure de la prière et des sacrements.

Rendez-vous chaque jour à l’Église et priez, afin qu’elle reste unie.
Priez beaucoup pour l’Église et en particulier pour le Vicaire du Christ, de grands devoirs l’attendent.

Petits enfants, je vous prie une fois encore de former des groupes de prière, les groupe de prière sont importants, puisez à la source de Notre Mère L’Église, ainsi chacun de vous deviendra une cellule vivante.

Soyez vivants, ne vivez pas dans le secret afin de ne pas prendre de responsabilités, mais soyez des cellules vivantes. Chacun doit être un vrai apôtre et un guerrier de mon Fils ! Petits enfants j’ai besoin de soldats, soldats qui aiment la croix et qui la mette au premier plan dans leur vie. Priez mes enfants, serrez bien fort le chapelet dans vos mains et ne tremblez pas. Je vous aime enfants, je vous aime immensément. »

Ensuite une légère brise a ouvert le manteau de la Maman, qui avait élargi les bras et les a tournés vers les pèlerins, de ses mains sortaient comme des rayons de lumière qui nous illuminaient tous. Ensuite j’ai prié avec Elle. Enfin elle a béni en premier les prêtres qui se trouvaient présents sur le lieu ensuite tous les pèlerins. Au Nom du Père du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Résultat de recherche d'images pour "Madone de Zaro"

Donné à Simona

J’ai vu Maman : Elle était toute resplendissante de lumière, vêtue de blanc, sur la tête une couronne de douze étoiles et un manteau très ample, qui lui arrivait jusqu’aux pieds, il était constellé de petites étoiles bleue azur. Maman avait les bras ouverts en signe d’accueil et dans la main droite un long Saint Rosaire fait comme de gouttes de glaces.

Loué soit Jésus Christ !

« Mes chers enfants vous voir ici ce soir me remplit de joie le cœur. Merci mes enfants, Enfants, restez près de moi et je vous couvrirai avec mon manteau, je vous prendrai par la main et vous conduirai à Jésus. Mes enfants bien-aimés, je suis venue sur cette île pour la sauver ; c’est ici que je vous demande de créer des groupes de prière, des formations pour faire prier, d’enseigner à prier

Apprenez à prier aux enfants, le futur est entre leurs mains.
Mes enfants des temps durs vous attendent, il y aura une période dans laquelle l’on pensera que le bien sur cette terre aura été défait et que le mal seul régnera, mais ne tremblez pas, le mal ne prévaudra jamais sur le bien ;

Le Seigneur triomphera, ce sera comme un feu sous la cendre : au moment voulu il se réveillera et brûlera tout avec un feu énorme. Priez mes enfants, priez afin que quand s’enflammera le feu, il trouve des cœurs prêts à l’accueillir, prêts à être enflammés par ce feu d’amour du Seigneur.

Mes enfants je vous aime et en particulier mes prêtres que ce soir je bénis d’une manière particulière.
Priez en particulier pour ceux qui blessent mon cœur ;
priez, ce sont eux qui sont les plus attaqués par le mal !
Priez mes enfants, priez.

Mes enfants enseignez à prier aux enfants, en eux se trouve le futur !
Ce que vous enseignerez, ils l’enseigneront à leur tour ;
si vous enseignez l’amour, le pardon du Seigneur, à leur tour ils sauront l’enseigner.

Je vous aime mes enfants, je vous aime, si seulement vous aviez la foi mes enfants, la foi vraie, vous pourriez déplacer des montagnes. Priez mes enfants, ne demandez pas des choses futiles et inutiles en ce monde, mais demandez des trésors de paix, d’amour, de sérénité, que seul le Seigneur peut donner. Je vous aime mes enfants, je vous aime.
A présent je vous donne ma Sainte bénédiction. Merci d’être accourus à Moi. »

http://cenacolimariapellegrina.blogspot.com/

Parolin nie son expulsion imminente du Vatican

Parolin nie son expulsion imminente du Vatican

« Non, je ne serai pas patriarche de Venise « , a déclaré le Secrétaire d’Etat du Vatican Piero Parolin lors d’une audience à Belluno, Italie, selon IlGazzettino.it (3 novembre).

Parolin était le 2 novembre à Belluno pour célébrer un événement climatique organisé par le conseil municipal de gauche pendant que l’église catholique célébrait la fête des âmes.

Il y a quelques jours, un journal a écrit que Parolin remplacerait le patriarche de Venise Francesco Moraglia, 66 ans, en se référant à « des indiscrétions provenant des salles secrètes du Vatican ».

https://gloria.tv/post/riu4LESLSR7k2PV9eBHH7Pj2y

Tolérance de gauche : le cardinal Müller désinvité de l’Eglise allemande

Tolérance de gauche : le cardinal Müller désinvité de l’Eglise allemande

Le cardinal Gerhard Ludwig Müller et la princesse Gloria von Thurn und Taxis ont été désinvités par la paroisse St Elisabeth à Bochum, Allemagne.

Les deux voulaient avoir une conversation le 6 novembre au soir dans l’église paroissiale. Le sujet : « Les défis actuels de l’Église. » Prix d’entrée : 15 Euro.

La paroisse appartient au diocèse d’Essen, qui est ruiné par l’évêque Franz-Josef Overbeck.

Le curé de la paroisse a approuvé l’événement. La paroisse l’a annoncé dans un communiqué de presse.

Puis, selon Waz.de, le conseil de l’église et le conseil paroissial ont commencé leurs intrigues en utilisant comme prétexte le droit d’entrée qui[prétendument] ne pouvait être facturé que pour des prestations musicales.

Selon Waz.de, la véritable cible de la critique était le cardinal Müller et ses croyances catholiques. On a même tenté d’organiser une « veillée » contre lui. Le Conseil des Catholiques de Bochum a envisagé de le soutenir.

Finalement, la paroisse a désinvité le Cardinal. La discussion aura donc lieu dans la « Alte Lohnhalle », un centre événementiel à Bochum/Wattenscheid.

Le document « De Concentibus in Ecclesiis » (« De Concentibus in Ecclesiis ») de 1987 de la Congrégation de Liturgie interdit l’entrée aux concerts religieux sans même envisager d’utiliser les églises comme salles de discussion. Gloria von Thurn und Taxis dispose d’un patrimoine de 1,2 milliard d’euros.

https://gloria.tv/post/4Lo6D4eWUyZnEiFMZnZVDYuGD

« Réconcilier les Catholiques avec leur héritage multiséculaire » – par Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon

« Réconcilier les Catholiques avec leur héritage multiséculaire » – par Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon

A l’occasion de la messe pontificale célébrée dans la Basilique Saint-Pierre, à l’autel de la Chaire pendant le pèlerinage Summorum Pontificum, qui s’est tenu à Rome, les 25, 26 et 27 octobre dernier, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a donné le sermon suivant:

Laudetur Jesus Christus !

L’actualité ne cesse de nous le signifier : notre monde est en crise. Et cette crise est multi-factorielle. Elle est profonde et durable. Elle atteint même l’Eglise.

Le dramatique incendie qui a ravagé et consumé il y a quelques mois la toiture de la cathédrale de Paris, monument le plus visité d’Europe, constitue un signe prémonitoire pour notre temps. Une Eglise en feu. Un avertissement. Un cri. Cet incendie n’était pas un simple accident, mais un signe des temps.

Au-delà de l’attachement patrimonial à cette cathédrale, nous avons entendu l’avertissement de reconstruire un Temple spirituel, fracturé par les maux de notre temps ? Un Temple dont la pierre d’angle est le Christ, et dont les clés de voûte sont la foi, l’espérance et la charité, ces vertus qui nous rapportent à Dieu. L’Eglise est appelée sans cesse à renaître de ses cendres.

L’histoire nous enseigne en effet que les crises sont souvent réversibles : les civilisations sont mortelles mais elles peuvent aussi renaître. Les réveils spirituels qui ont traversé l’histoire de l’Eglise : l’essor du monachisme dans le haut moyen âge, le développement des ordres mendiants, la contre-réforme catholique du Concile de Trente et plus récemment, l’épopée des congrégations missionnaires au 19ème siècle…, tous ces grands renouveaux spirituels ont été les points de départ d’une résilience, d’une transformation de l’ensemble de la société.

La crise dans laquelle se trouve plongé notre monde en général, et qui se traduit par une perte de repères, de sens, de mémoire et donc de culture, crise qui conduit à l’individualisme narcissique et à la fragmentation sociale en perdant tout dénominateur commun… ; toute cette crise fait ressurgir la nécessité de retrouver une infrastructure religieuse qu’on avait enterrée, comme un point d’Archimède, comme un socle à partir duquel tout peut rebondir.

L’homme ne peut pas se passer de la question de Dieu, car il ne peut pas se priver d’intériorité, de transcendance pour se penser lui-même. Tous les régimes politiques oppressifs à travers l’histoire, qui ont banni la place des religions sont morts avant elles. Ils ont voulu transférer les attributs de Dieu à la sphère publique, et cela a donné le pire : le culte de l’être suprême à la révolution française, le nazisme et son idée de sacrifice sanglant, le communisme qui s’est emparé des attributs religieux (qu’on se rappelle les pontifes Lénine et Staline et l’hérétique Trotski) et toutes les grandes utopies politiques. En niant l’au-delà, ils ont voulu créer un au-delà sur Terre : cela a débouché sur l’enfer totalitaire.

Depuis 2000 ans, l’Eglise a survécu aux pseudo-devins, à ceux qui ont prophétisé la fin du christianisme ou sa sortie vers d’autres religions et au nom des idéologies qui voulaient éradiquer le christianisme (nazisme, communisme, athéisme). L’Eglise a traversé les tourments de l’histoire, survécu à ses divisions internes et, malgré l’infidélité de ses membres à l’Evangile, elle continue de porter le message du Christ aux nouvelles générations. Elle est l’avenir de l’humanité.

Oui, la foi demeure l’inconscient de notre société, c’est-à-dire ce qui permet à des gens de vivre ensemble à partir de représentations sacrées et à partir de son histoire baignée de transcendance. L’expulsion ou la marginalisation du christianisme (accélérée par le discrédit médiatique qu’elle subit aujourd’hui), a fait perdre aux nations un soubassement spirituel, mais aussi une enveloppe anthropologique et sociale qui garantissait une homogénéité qui traversait les siècles. Le vide spirituel engendre le mal être existentiel aussi bien personnel que sociétal, mal être dans lequel s’engouffrent des offres ésotériques et syncrétistes les plus ambigües, les violences et les radicalismes les plus dangereux.

De notre monde post-chrétien monte, sans que nous ne l’osions toujours l’entendre, un immense besoin de christianisme, un christianisme attestataire et confessant.

Quel va être le point de départ du réveil spirituel du christianisme ? Quelle est la réponse salutaire face à ces ébranlements du monde contemporain qui, en se séparant de Dieu se coupe de sa propre humanité ?

Le rebond passe par la liturgie. C’est ce que ne cessait de répéter St Jean-Paul II. « La célébration du sacrifice eucharistique est l’acte missionnaire le plus efficace que la communauté ecclésiale puisse réaliser. » (audience du 21/6/2000) Et le pape Benoît d’ajouter « en s’approchant de la table eucharistique, nous sommes entraînés dans le mouvement de la mission qui, prenant naissance dans le cœur de Dieu, veut rejoindre tous les hommes. La tension missionnaire est constitutive de la forme eucharistique de l’existence. »

Dans un monde amputé de transcendance, privé d’horizon, sécularisé, désacralisé et donc fragmenté, individualisé car il a perdu son centre de gravité, un monde qui se rapporte à lui-même… la liturgie dont l’Eglise est le sujet, appelle Dieu, rappelle Dieu. Elle nous rapporte à Dieu, source et sommet de tout. Elle actualise sa présence vivifiante. Elle est la pédagogie de Dieu pour nous rassembler autour du mystère pascal par la proclamation de sa Parole et par la célébration des sacrements que nous offre l’Eglise.

Nous nous trouvons au pied de la chaire de St Pierre, expression symbolique de l’autorité exercée par l’évêque de Rome, successeur du premier des apôtres, qui est au service de la foi chrétienne, de son authenticité, de l’unité du peuple chrétien, de la charité de l’Eglise universelle.

Le geste architectural de Bernin qui suspend le trône reliquaire entre ciel et terre, souligne que le Magistère de Pierre et de ses successeurs est d’attester d’une Vérité qui nous transcende et qui nous élève jusqu’à Dieu. Cette Vérité a pour visage le Christ Rédempteur de l’homme qui nous prend dans son ascension vers la gloire du Père.

La célébration du sacrifice eucharistique ici, dans l’abside de cette basilique, au pied de cette cathèdre surélevée, exprime, plus que tout autre signe, plus qu’en tout autre lieu la démarche et l’esprit de ce congrès Summorum Pontificum.

Toute vie chrétienne commence par la liturgie (avec le baptême) et s’accomplit par la célébration du mystère pascal qui actualise le salut de Dieu et transfigure le temps des hommes en une montée vers le Ciel. Une ascension, à la suite du Maître, vers les « réalités d’en haut » (Hb 8, 5) qui en sont la promesse.

Comme le rappelle la constitution Sacrosanctum Concilium, « toute célébration liturgique, en tant qu’œuvre du Christ prêtre et de son Corps qui est l’Eglise, est l’action sacrée par excellence, dont nulle autre action de l’Eglise ne peut atteindre l’efficacité au même titre et au même degré. » (N° 7)

L’ascension vers Dieu ne peut se passer de Dieu pour y parvenir. Et l’Eglise fondée par le Christ sur le témoignage de Pierre (« Pierre, tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » – Mt 16, 18), fournit les moyens de cette ascension de l’humanité vers Dieu et en précise les termes.

Le témoignage de ce congrès Summorum Pontificum, est d’abord de rendre compte de la centralité, de l’essentialité de la sainte liturgie dans la rédemption de notre monde et au service de la communion sacramentelle et ministérielle de l’Eglise (le pape François parle à propos de la liturgie qu’elle est « l’épiphanie de la communion ecclésiale »)

Mais notre rassemblement en cette basilique, sise sur le témoignage du martyre de St Pierre, nous convoque également à nous ressaisir de l’esprit de la liturgie, dans sa Tradition vivante. C’est là tout l’objet de « l’herméneutique de la continuité » qu’évoquait le pape Benoît XVI.

Comme l’ont souvent dénoncé en leur temps Jean-Paul II et Benoît XVI, la réforme conciliaire a été parfois accompagnée de façon arbitraire et idéologique d’initiatives de tous ordres, de déformations et de dérives jusqu’à l’auto-célébration de la communauté, qui ont occasionné discordes, blessures, fractures au sein des communautés chrétiennes, voire des divisions.

La Tradition n’est pas un musée, mais un fleuve qui prend sa source dans le mystère du Christ et qui, à travers sa doctrine, le culte et la vie de l’Eglise, irrigue à travers les siècles les générations qui se succèdent.

Il s’agit de réconcilier les catholiques avec leur héritage multiséculaire, de retrouver dans nos racines qui rejoignent ici le témoignage apostolique de Pierre, la sève qui nourrira notre foi d’aujourd’hui. Tel est l’enjeu de l’herméneutique de la continuité. La liturgie, âme de tout apostolat, est comme un canal qui traverse les âges pour signifier l’aujourd’hui de Dieu dans l fidélité, la continuité, l’intégrité des rites, des signes, des symboles, des paroles où le fond se dit dans la forme.

L’Eglise a été blessée par une approche disruptive du renouveau conciliaire. L’enrichissement mutuel des 2 formes du rite romain s’inscrit en particulier, dans cette volonté d’articuler la dimension sacrificielle et hiérarchique de la liturgie avec sa dimension sociale, communautaire et ministérielle.

C’est au prix de cette réconciliation avec sa propre histoire et son développement dogmatique que la liturgie de l’Eglise pourra assumer cette double tâche : être le sommet qui tend l’action de l’Eglise, et en même temps, la source d’où coule toute sa vertu.

D’où l’urgence d’une formation liturgique et mystagogique qui accompagne la redécouverte du sens et de la dignité de la liturgie, de l’ars celebrandi, qui donne aussi sa place à la célébration de la forme extraordinaire, pour qu’elle redevienne la source et le sommet de la vie de l’Eglise, pour que les fidèles puissent venir s’abreuver à ce courant d’eau vive et se laissent envahir par la « sobre ivresse de l’Esprit-Saint ».

https://gloria.tv/post/q1CUu6HWRHUG4Dp7oHzLWgdgY

Le témoignage chrétien le plus incroyable du ciel et de l’enfer – Young Moon Park

(ma traduction)

Image result for gold homes heaven


Le 3 avril 1986 a été un grand jour pour un homme en Corée du Sud, Park Young Moon.

L’année précédente, le Coréen avait été «sous l’influence» d’un accident de moto et avait été envoyé en prison. À sa libération, le monde de Moon s’écroula: sa femme divorça et il décida de la tuer ainsi que sept membres de sa famille qui l’avaient encouragée à divorcer (même de jeunes parents).

Cependant, avant d’exécuter son plan, Park Moon a pris le train à Séoul pour rendre visite à sa mère dans une autre ville. À la maison de sa mère, il a entendu «une voix résonnante qu’il n’avait jamais entendue auparavant», «un son si fort et si puissant que cela lui a coupé les oreilles.
« Regardez! Regardez! Dit-il.

Park dit qu’il a regardé autour de lui mais qu’il ne pouvait voir personne. Perplexe, il alla dans sa chambre pour allumer une cigarette et soudain la pièce devint brillante – presque aveuglante. Une luminosité semblable à un arc-en-ciel émanait de ce qui avait été le plafond et quelqu’un marchait dans la lumière – une personne en vêtements blancs. « Regardez! Regardez! Dit-il.


En raison de la brillance, Moon ne pouvait pas voir le visage clairement, mais comme il le dit, la forme était humaine et une « voiture » suivait derrière lui, avec deux autres à l’intérieur. Park était athée et n’avait aucune idée de ce qui se passait. Il a réveillé sa mère, qui dormait à proximité, mais elle n’a rien vu et lui a dit de ne pas être ridicule! Mais quand Moon a regardé la calèche, une personne qui lui ressemblait était assise à la place centrale! C’était comme s’il regardait un miroir. Il s’assit dans la voiture et elle partit.

Image result for gold homes heaven


Park passa sur une route dorée et sur un chemin fleuri où se trouvaient d’autres personnes comme lui, des personnes du monde entier. Il a clairement vu un oncle du côté de sa mère (il était chrétien) et, bien que cet oncle soit décédé des suites d’une maladie défigurante, il ressemblait à un jeune homme d’une trentaine d’années.

Il n’y avait pas d’anxiété, juste la paix. Au fil de ce qui semblait être des jours, mais en un éclair, la «voiture» passa devant de brillantes maisons en or. Quand finalement ils se sont arrêtés, un ange a dit: « Voici le paradis ». Les maisons s’étiraient vers l’horizon. Elles étaient parfaitement organisées et attendaient que les gens s’y installent. Il ne pouvait voir personne ici.


Les anges n’ont répondu à aucune question.

new-heaven-and-earth


Résultat de recherche d'images pour "hell serpents"

Soudain, la calèche entra dans un «endroit sombre». La seule lumière était une luminosité en forme de lune façonnée par des esprits comme ceux qui conduisaient la voiture.

La peur est entrée en lui. Il vit son père décédé, érudit, qui ne supportait pas d’entendre parler de Jésus. Son père était mort misérable et maintenant, Park le voyait souffrir de douleurs comme celles qu’il avait supportées en s’approchant de la mort. Des serpents venimeux bleus à la tête triangulaire s’étaient rassemblés jusqu’à ses chevilles et ensanglantaient le corps de son père – rampant et s’enroulant autour de lui. Moon a appelé son père, mais son père ne pouvait pas l’entendre.

Ce n’était pas un endroit agréable.

Résultat de recherche d'images pour "hell serpents"

Le deuxième lieu, que Park affirme avoir vu dans cet enfer apparent, était rempli de gens qui essayaient de se déplacer autour d’un énorme feu sur ce qui ressemblait à une plaque de fer semblable à un gril. «C’était un pandémonium», dit Park. Il a vu le frère aîné de son père, qui avait vécu comme un avare et avait toujours dit que l’argent était tout. À un troisième endroit, il a vu un ami décédé entouré de serpents jaunes.

Cela ne s’est pas arrêté là. À un quatrième lieu en «enfer», les gens étaient plongés dans ce qui ressemblait à un marais. Des bêtes noires inconnues les rendaient sanglantes, les mordaient et les griffaient. Parmi eux se trouvaient un ami d’enfance et un autre membre de la famille qui tentaient de s’échapper. Quand ils étaient sur terre, ils n’avaient pas de vraie foi – un pied dans l’église, un dans le monde.

Résultat de recherche d'images pour "Park Moon  near death experience"

Park Moon ne pouvait rien faire d’autre que verser des larmes. Depuis sa naissance, on lui a montré tous ses péchés – actions, paroles, pensées – dans différentes catégories. Le plus grand nombre de péchés découlait de sa consommation excessive d’alcool.

Park a vu que deux péchés graves dans l’au-delà, mais pas sur la terre, étaient :

1) ne pas croire en Jésus

et

2) maudire ceux qui croient en Jésus. Il a eu des dates sur tous ses péchés – y compris comment il avait giflé et donné des coups de pied à des connaissances évangéliques.

Peu de temps après, le calèche se remit en marche et une fois de plus, Moon entendit la voix résonnante qui demandait: «Croiras-tu?»

Park répondit (en criant): «Seigneur, je crois en toi!

Résultat de recherche d'images pour "heaven and hell"

Dieu lui aurait répondu : «Quand vous retournerez dans le monde, témoignez du paradis et de l’enfer pour les autres. N’ajoutez ni n’enlevez rien à ce que vous avez vu. »

La dernière chose qu’Il a dite était :« Je vais continuer à veiller sur vous. »

Lorsque le Coréen est revenu, il a raconté à sa mère ce qui s’était passé et ils sont immédiatement devenus des chrétiens passionnés.


https://spiritdailyblog.com/afterlife/a-big-day

Vidéo anglaise :

 

 






Exclusif – Un nouveau message de Soeur Agnes de Notre-Dame d’Akita : Couvrez-vous de cendres et priez chaque jour un chapelet de repentance


Un nouveau message de Soeur Agnes de Notre-Dame d’Akita

(ma traduction)

Soeur Agnes a maintenant 88 ans. Elle souffre de nombreux problèmes de santé, notamment des côtes cassées et une tumeur au cou (récemment guérie miraculeusement par un prêtre). Elle a encore de nombreux confidents avec qui nous avons une correspondance. Nous sommes donc reconnaissants de vous transmettre ce message de Sr Agnes que nous avons été invités à partager largement.

Le courrier a indiqué que le 13 octobre, le Typhon Hagibis avait été dévasté au Japon, date anniversaire du message final de Notre-Dame d’Akita (13 octobre 1973). Cette date coïncide également avec le miracle du soleil de Notre-Dame de Fatima, le 13 octobre 1917.

Ce qui suit est ce qui nous a été livré de «Sr. M. qui a entendu directement ce que Sr Agnes Sasagawa a dit…

S’il vous plaît partagez ce message avec vos amis et votre famille et considérez surtout la rapidité de cet appel à la repentance.

MESSAGE Original JapONAIS

これはシスター笹川が言われたことを直接聞いたシスターMの言葉です。

10月6日(日)の午前3時半頃に、秋田で30何年か前に私(シスター笹川)に現れたと同じ天使(注1)が現れました。天使は最初に私(シスター笹川)にプライベートなことを話しました。

皆さんに伝えて良いのは、「灰をかぶって(注2)悔い改めのロザリオを毎日祈ってください。あなた(シスター笹川)は幼子のようになって、毎日犠牲を捧げてください」

シスターMからこのことを聞いたSさんは、皆さんに知らせて良いですか?とお聞きしたところ、シスターMを介してシスター笹川は、良いと言われました。また、「私(笹川)が幼子のようになって、毎日犠牲を捧げることが出来るように祈って下さい」とSさんにシスターMを介して言われました。

注1:秋田でシスター笹川に現れた天使は女性で、思わずシスター笹川は「お姉さん」と言ってしまいました。亡くなったお姉さんに似ていたそうです。その方は、「いいえ、私はあなたを守るものです」と言われました。そして、「聖堂に行きましょう」と笹川を導かれました。(守護の天使と思われます 小松)

注2:ヨナの預言3:1~10(10月8日の第1朗読)粗布をまとって灰の上に座し

以上です。

1ère traduction du message

Le dimanche 6 octobre 2019, vers 3 h 30, le même ange (note 1) qui m’est apparu (sœur Agnes Sasagawa) il y a 30 ans à Akita est apparu.
Tout d’abord, l’ange m’a donné un message privé.

Après cela, l’ange a donné à soeur Agnes Sasagawa le message pour tout le monde.

«Couvrez-vous de cendres (note 2) et priez chaque jour un chapelet de repentance. Sœur Agnès, vous devez devenir comme une enfant et faire des sacrifices tous les jours. «Est-ce que cela ne vous dérange pas que Mme S. dise à d’autres personnes de faire connaître ce message ?»

À la demande de soeur Agnès, soeur M a acceptée.

«S’il vous plaît, priez pour moi (Sr Agnes) pour que je devienne comme un petit enfant et que je puisse faire des sacrifices chaque jour.» Sr Agnès a dit cela à Mme S. par l’intermédiaire de Sr M.
-fin du message-


Note 1: L’ange qui est apparu à Sr Agnes à Akita ressemblait à une femme et Sr Agnes l’a appelé spontanément «Ma soeur». Parce que l’ange était semblable à sa sœur aînée qui est déjà décédée.
Cet ange a dit : «Non. Je suis celui qui te protège ». Puis l’ange guida sœur Agnès: «Allons à la chapelle. »

Note 2: La prophétie de Jonas (Jonas 3: 1-10)

http://wqphradio.org/2019/10/27/a-new-message-from-sister-agnes-of-our-lady-of-akita/

Des prêtres mexicains brûlent trois effigies de Pachamama

Des prêtres mexicains brûlent trois effigies de Pachamama

Dimanche, le père Hugo Valdemar, chanoine de l’archidiocèse de Mexico, a brûlé trois effigies de Pachamama, rapporte AdoracionYLiberacion.com (vidéo ci-dessous).

La destruction des idoles a eu lieu à l’extérieur de la paroisse de Nuestra Señora de Guadalupe Reina de la Paz, dans le centre historique de Mexico, où le Bienheureux Miguel Pro (+1927) a vécu.

Elle a été précédée d’une prière de réparation pour l’idolâtrie de la Pachamama pendant le synode d’Amazonie et dans la Cathédrale de Lima.

Après la cérémonie, Valdemar a dit qu’un exorciste lui avait dit que Pachamama symbolise Satan qui donne naissance à l’Antichrist qui est représenté par le foetus dans le sein de Pachamama. Il a qualifié l’idole de parodie de Notre Dame.

vidéo à voir ici : https://gloria.tv/post/1FVmQkHUTMAYD7q6XvES4QPcQ

Gabrielle – Les gloires du sacerdoce – La virginité

Résultat de recherche d'images pour "Gabrielle - les gloires du sacerdoce"

La Virginité

« Je n’ai pas d’ordre du Seigneur pour ceux qui restent vierges, mais mes avis sont ceux d’un homme à qui le Seigneur a bien voulu faire confiance. Je pense que c’est une chose bonne, en raison de la détresse présente, que c’est une chose bonne pour l’homme d’être ainsi. » 1 Corinthiens 7 : 25

Mon fils, frère bien-aimé, sois attentif et réjouis-toi !

Sache que, moi qui suis la Sagesse, Je viens à toi pour t’instruire, car Je t’aime.

Tu es prêtre, à ma suite, tu l’es ! Tu ne l’es pas par toi-même ni par ton unique vouloir, tu es prêtre, homme choisi par Dieu au milieu des hommes, tu es mon Suivant. A ma suite, tu témoignes de ma vie et de mes œuvres accomplies pour le salut et la rédemption des hommes pécheurs. Tu es celui par qui mes œuvres se renouvellent et portent leurs fruits au cœur de l’humanité. Uni à moi, tu portes l’humanité à la sainteté, ton habit sacerdotal est purifié par les larmes et la sueur de tes peines, et de cette eau de l’humilité et de la pénitence, tu fertilises les cœurs. Ton âme sacerdotale, mon épouse, conduit et porte chaque âme à la vie éternelle. Tu es la mère, le père, le frère et l’ami fidèle. Oui, tu es l’époux de ma divinité, Je t’ai consacré, Je t’ai comblé. J’ai remis entre tes mains ma Gloire qui est l’héritage des fils de Dieu.

Vois comme ta charge est grande ! Elle est d’une importance unique et telle, qu’elle réclame toute ta personne. Tu n’es plus de ce monde, Dieu t’a consacré et Il a fait de toi la lumière des nations. S’Il s’est donné tout à toi, toi, donnes-toi tout à Lui afin de le recevoir en plénitude. Tu portes l’amour de ton Créateur aux hommes afin que par lui, ils soient sanctifiés dans l’amour qu’ils ont les uns pour les autres. Je ne t’ai pas appelé pour aimer avec ton cœur, mais avec le mien, qui est Saint, infiniment saint. Il ne faudrait pas que, par toi-même, tu prennes une autre charge sur tes épaules, car ce surpoids risquerait de t’amputer de biens des richesses spirituelles que tu as reçues et te faire lâcher la première pour soutenir l’autre. Tout ce qui vient de la chair est pesant… Prends donc le joug léger que J’ai choisi pour toi et reçois mes instructions. Il est léger, car c’est Moi qui le soutien en toi. Ne crains pas, Je donne le meilleur à mes bien-aimés et puisque tu as reçu la meilleure part, permets qu’elle ne te soit pas enlevée.

Pourquoi voudrais-tu prendre deux jougs sur tes épaules ? Moi-même, Je ne l’ai pas fait. La virginité est la grâce que Je t’ai donnée pour te préserver et pour t’enrichir. Oui, elle préserve ta nature de sa fragilité, elle conserve la fraîcheur de ton cœur et garde claires tes pensées. La virginité te protège des séductions du monde qui voudraient ravir les trésors et les gloires dont Je t’ai gratifié. Si tu goûtais aux fruits de ces séductions, se diffuserait en toi le feu de leurs ardeurs. Ta nature réclamerait de nouveau leurs embrasements qui pourtant, à peine reçus, déjà s’éteignent… C’est ainsi que la dépendance aux nécessités de la chair s’installe et tient tout l’être. Alors, tu t’éloignerais de moi. Non pas parce que tu le voudrais mais parce que tu ne pourrais supporter cet écartèlement entre les appétits, les nécessités de la chair et l’union d’amour que nous vivons à chaque instant. La virginité est un rempart pour toi et non une perte dans ta vie.

Enfin, je te rappellerai que la virginité est de plusieurs natures. Pensez-tu qu’elle soit seulement pour la chair ! Ta vision est bien réduite ! La virginité est tout autant pour ta chair que pour ton esprit et pour ton cœur. Ne crois pas qu’un tel trésor de la grâce ne soit pas extrêmement combattu par Satan qui manipule l’esprit du monde et la faiblesse de l’homme pécheur. Dans les combats qu’ils lèvent contre vous, certains de mes prêtres bien-aimés cherchent un secours en dehors du secours et des lumières de l’Esprit Saint, c’est alors que le chant des séductions les appelle et les saisit avec force ; la tentation est subtile et récurrente. Prenez donc ma très sainte Mère avec vous, car elle est plus puissante qu’une armée rangée en bataille pour vous secourir et vous défendre.

Je vous le dis encore, restez fermement attachés à ma Parole qui vous instruit et qui a instruit vos pères, prenez mon imitation pour conduite, comme eux-mêmes l’on prise.

Mon prêtre, mon aimé, reste auprès de moi car Je suis un Dieu jaloux. Le sacerdoce n’est pas un chemin de solitude inhabitée, comme je le dis et te le redis, nous sommes unis par des liens si uniques et particuliers, et l’éloignement du monde te permet de mieux plonger en ma Présence que Je te laisses saisir. Sache aussi mon fils, que l’on peut être terriblement seul alors même que l’on est en famille, dans une vie de couple, entouré d’enfants. Ce qui rend une vie riche et vivante, c’est la qualité de l’amour qui l’anime et, de ce côté, sois certain qu’avec moi tu as reçu la meilleure ! Bien sûr, la vie sacerdotale est chemin de sainteté et le serviteur n’est pas plus grand que son Maître ; mais comme l’Epoux qui te conduit est Saint, tu ne peux que réussir si tu me restes fidèle ! Souviens-toi, la grâce peut tout en celui qui a mis sa confiance en elle !

Mon entretien exclusif avec Alexander Tschugguel, le jeune homme qui a jeté les idoles Pachamama dans le Tibre

04 novembre, 2019

Mon entretien exclusif avec Alexander Tschugguel, le jeune homme qui a jeté les idoles Pachamama dans le Tibre

Corrispondenza Romanaa révélé ce matin l’identité du jeune homme qui a jeté les idoles Pachama dans le Tibre le 21 octobre dernier après les avoir extraites de l’église Santa Maria in Traspontina où elles avaient été scandaleusement placées et honorées à l’occasion du synode sur l’Amazonie. Il s’agit d’un Autrichien, Alexander Tschugguel, 26 ans, militant pro-vie. Il a répondu à mes questions à propos d’un geste qui a été qualifié récemment par Mgr Athanasius Schneider d’« acte héroïque ».

Voici, en exclusivité , mon entretien de ce jour avec Alexander Tschugguel (retranscription traduite par mes soins).

Alexander Tschugguel, vous venez de révéler que vous êtes l’homme qui a jeté les idoles Pachamama dans le Tibre. Pourquoi avez-vous décidé de rendre cette information publique ?
Au moment où j’ai fait cela, je voulais vraiment que l’attention de tous soit focalisée sur cette action. Je voulais qu’on voie seulement ce qui s’était passé. Je ne voulais pas apparaître afin que le public se concentre sur ce que nous avons fait et pourquoi. Lorsque nous avons publié notre vidéo, nous ne voulions pas qu’on sache qui nous étions.

Mais maintenant, le synode étant désormais achevé, le Vatican et certains pères synodaux tentent déjà d’étouffer les sujets qui ont été soulevés lors du Synode : tout ce à quoi s’opposent les catholiques fidèles. C’est pourquoi nous avons pensé que le temps était peut-être venu de nous manifester, de dire qui nous sommes, et pourquoi nous avons agi ainsi, pour donner une nouvelle vigueur à tout cela. Nous voulons que les gens sachent vraiment ce qui s’est passé au moment du synode, nous voulons qu’ils sachent exactement ce qu’est une Pachamama, et ce qu’on en a fait lors du synode : les rituels qui ont eu lieu aux jardins du Vatican, le chemin de Croix et tous les autres événements de ce genre. Nous avons réellement voulu mettre en évidence que ce qui s’est produit au synode, en tout cas en ce qui concerne de nombreux points, est rejeté par les fidèles. Ce sont des choses que nous ne voulons pas voir se produire dans une église.

Je sais bien que l’objectif du Synode est de constituer un conseil pour le pape, de telle sorte que le pape puisse prendre des décisions pour l’avenir. Mais ayant vu que les pères synodaux ne disent que des choses que nous autres laïcs catholiques ne pouvons approuver, il nous a paru très important de hausser la voix afin que le pape sache ce que les fidèles pensent vraiment. C’est pourquoi j’ai pensé qu’il était très important de nous manifester et de montrer mon visage, car en tant que catholique, je veux me battre à visage découvert. En allemand nous disons : « A visière ouverte. »

Voilà qui fait penser aux chevaliers. Avez-vous fais ce geste à la manière de chevaliers médiévaux ?
C’est vous qui l’avez dit, pas moi ! En fait, ça a été quelque chose de très cool. Pendant que nous menions notre action, nous nous demandions comment les gens allaient réagir. Eh bien, la plupart des fidèles étaient complètement de notre côté, tout comme de nombreux évêque, et même quelques cardinaux et de nombreux prêtres qui ont déclaré que nous étions du bon côté.

Évidemment, tout cela peut nous faire penser à une action chevaleresque des temps modernes, mais je pense toujours au chevalier comme à celui qui sacrifie sa vie, sa santé – et je dois admettre que je suis en parfaite santé et que je me bats aujourd’hui sur les médias en ligne. Tout cela est donc bien différent. Pourrait-on parler d’un chevalier moderne ? À vrai dire je n’en sais rien.

Au synode, il y avait d’un côté des journalistes pour affirmer que ces statues représentaient Notre-Dame de l’Amazonie, tandis qu’à la salle de presse où se déroulent les conférences à propos du Synode, personne n’était disposé à reconnaître qu’il s’agissait là plutôt de la Pachamama. Cependant, le pape lui-même a utilisé ce mot, et si je ne me trompe, vous avez vous-même échangé à ce propos avec des volontaires qui se trouvaient à Santa Maria in Traspontina. Quelle est donc votre vision de tout cela ?

Je me suis rendue par deux fois dans l’église, la première fois pour une demi-heure et la deuxième fois plus d’une heure, ce qui m’a vraiment donné le temps de parler avec ces personnes. Si ces statues était réellement censées représenter notre Sainte Mère, pourquoi donc sont-elles nues ? Première question… Deuxième question : si elles étaient réellement censées représenter notre Sainte Mère, pourquoi l’organisation indigéniste REPAM ainsi que ces personnes elles-mêmes ont-elles affirmé que ces statuettes ne représentent pas notre Sainte Mère ?

Je crois que nous pouvons être tout à fait certains de ce qu’elles ne la représentent pas. Jamais, jamais, jamais je n’aurais jeté dans le Tibre une statue de Notre Dame. Jamais je ne ferais une telle chose.

Pour moi, les choses étaient très claires. J’étais à Rome pour assister à diverses conférences au moment du début du Synode. Je me suis rendu à Santa Maria in Traspontina. Pour moi, il était absolument clair que ces statues sont des idoles païennes. Des personnes se sont prosternées devant elles, devant des images taillées de la Terre-Mère, et sur ce point, nous pouvons tous être d’accord , car même lors des conférences de presse au moment du Synode, on nous a dit qu’il s’agissait de symboles de la fertilité et de la Terre-Mère. Ce fait me suffit pour savoir qu’il s’agit de symboles de la Terre-Mère, parce que la Terre-Mère est déjà en soi un objet païen.

En tant que catholique, je crois que Dieu est le créateur de la terre. Il nous a donné à nous autres êtres humains la liberté, c’est l’histoire d’Adam et Ève et du péché originel : par le jeu de notre liberté, il y a aujourd’hui des maladies, des épidémies, des guerres et toutes les choses mauvaises qui se produisent sur cette terre. Dieu a tout créé à la perfection. L’idée d’une Terre-Mère est théologiquement inacceptable. C’est du paganisme et rien d’autre et j’ajouterais que la Terre-Mère est l’exemple type du paganisme. Cela me suffit pour être absolument certain de ce que ces statuettes représentent une idole païenne. Nous sommes donc très heureux de ce succès qui nous a permis de les enlever de cette église et de le jeter dans le fleuve.

Les personnes que vous avez rencontrées à Santa Maria in Traspontina ont-elles confirmé ce point de vue ?
Oui, absolument. Elles m’ont dit bien d’autres choses. Elles m’ont dit qu’il n’était pas nécessaire de baptiser les indigènes, et pour moi, cela est vraiment quelque chose de très mauvais. On parle tellement du racisme dont nous serions coupables, mais ça, c’est vraiment du racisme ! C’est vraiment raciste de dire : « Je sais et que je crois que Notre Seigneur et Rédempteur veut que nous soyons baptisés mais je ne veux pas que ces personnes le soient. » Mais que sont-ils, sinon des fils et des filles de Dieu ? Eux aussi doivent avoir la possibilité d’aller au ciel, donc évidemment il nous faut les baptiser. Cela a été pour moi la première grande cause de scandale, cela m’a vraiment choqué.
Nous avons également parlé des statuettes et ils m’ont confirmé qu’il s’agissait de symboles de la Terre-Mère et de la fertilité.

Je veux répéter ici que des personnes se sont prosternées devant ces images, et qu’elles ont été portées en procession. Si ce ne sont pas des symboles de la Terre-Mère, pourquoi les porter en procession ?

Les personnes avec qui vous avez parlé étaient-elles indigènes ou d’origine occidentale ?

À peu près moitié-moitié. Il y avait quelques indigènes et un peu plus d’Occidentaux – pour la plupart, des Brésiliens ne provenant pas de tribus indigènes mais plutôt d’origine portugaise. J’étais avec un ami qui comprend parfaitement le portugais, de telle sorte que nous avons pu parler avec eux de sujets sur lesquels ils n’auraient peut-être pas pu s’exprimer en anglais, de même que moi je ne sais pas m’exprimer en portugais.

Lorsque nous leur avons posé des questions sur l’aspect théologique du synode ils nous ont dit, frontalement : « Ce n’est pas du tout le sujet du synode. Le synode est une affaire politique. » Ainsi, ces personnes indigènes et leurs croyances sont utilisées à des fins politiques.

Lorsque le Saint-Père nous a dit quelques semaines avant le début du synode que nous devons obéir aux Nations unies, et qu’il fait venir la politique mondiale et le « Zeitgeist », l’esprit du temps au sein de l’Église, cela m’a mis sur mes gardes et me porte à tout scruter avec attention, car si l’Église obéit à l’esprit du temps, alors l’église qu’ils essaient de construire , l’église avec un visage amazonien, est vouée à s’écrouler.

Êtes-vous au courant du fait que depuis plusieurs décennies, l’ONU a fait la promotion de l’image de la Terre-Mère ?

Cela fait trente ans qu’elle le fait. Bien sûr que je le sais, j’ai beaucoup lu à ce sujet. Comme vous le savez, à la COP 21 à Paris, il y a même eu un rituel indigène autour de la Pachamama.

Ce qu’il est intéressant de noter, c’est qu’il s’agit d’une religion fabriquée. Ainsi, les gens qui étaient dans l’église de Santa Maria in Traspontina étaient des Brésiliens pour la plupart. Au Brésil, il n’y a pas de Pachamama parmi les tribus indigènes : elle fait partie des religions des Andes. C’est une nouvelle religion, résultant de mélanges, qui a été inventée il y a quelques décennies, et qui est aujourd’hui promue par notre propre Eglise, par la seule Eglise véritable qui seule peut nous donner toutes les grâces. C’est pour cela que Dieu l’a érigée, pour qu’elle nous donne la doctrine, les grâces, la voie afin de pouvoir suivre le Christ et d’entrer au ciel. Tel est l’objectif de l’Eglise ; il ne lui appartient pas de redéfinir ce qu’est la religion ni, à partir de là, d’inventer une nouvelle religion. Cela n’est pas possible.

Dans le récit que vous faites sur la vidéo qui a été diffusée aujourd’hui vous notez que Santa Maria in Traspontina ouvre normalement à 6 h 30 du matin, mais que le jour de votre action, elle n’a été ouverte que plus tard, au moment précis où vous acheviez le chapelet que vous aviez décidé de dire en attendant. Quel enseignement en tirez-vous ?

Cela m’a appris ceci. Nous avons dit des tonnes de chapelets avant de passer à l’acte, mais cela m’a appris que sans la prière, rien ne peut marcher. Rien. C’était vraiment au moment du dernier « Je vous salue Marie » que la porte de l’église s’est ouverte. Et c’était merveilleux. Nous sommes entrés au moment ou à l’intérieur, on préparait la messe du matin. Il y avait une dame devant la belle statue de Notre-Dame dans une chapelle latérale à côté de celle où j’ai récupéré les Pachamamas. Elle était en train de la préparer avec de nouveaux cierges. Il y avait une autre personne qui disait son chapelet dans un banc. Pour nous, cela a été une grande grâce.

Et si j’ai bien compris, vous avez pu récupérer les statuettes sans être le moins du monde gênés. Vous êtes simplement entrés, et vous êtes ressortis.

Oui, nous sommes entrés et ressortis sans la moindre violence. Il y a des gens aujourd’hui qui me demandent pourquoi nous avons agi au petit matin ; ils me disent que nous aurions dû le faire en plein jour. Oui, évidemment, j’aurais pu agir ainsi, pourquoi pas avec des dizaines de personnes dans l’église, mais alors on aurait voulu se battre contre moi, et je ne voulais pas de ça. Je ne voulais pas me battre physiquement : il s’agit ici d’une bataille spirituelle, il s’agit du Premier Commandement qui nous dit de ne pas nous prosterner devant les idoles, les dieux païens. Il n’y a qu’un seul Seigneur, un seul Sauveur ; il n’y en a pas d’autre. C’était vraiment cela qui nous guidait. Et je suis très heureux que le bon Dieu nous ait donné la possibilité de mener notre affaire aussi bien, en toute sécurité.
On a pu dire que ces statuettes, très nombreuses…

Oui, il y en avait 6 dans l’église et certainement d’autres ailleurs, dont une dans la salle du Synode. Dans l’église, j’ai pu en prendre cinq sur six.

On a dit qu’il s’agissait de symbole de la fertilité féminine. Mais seule la fertilité féminine se voit ainsi « honorée ». Que se serait-il passé, à votre avis, s’il y avait eu des statuettes symbolisant la fertilité masculine ?

S’il vous plaît, ne me faites même pas penser à la présence d’une statuette symbolisant la fertilité masculine dans une Eglise catholique !

Je suis pro-vie. Je suis 100 % pro-vie. Je pense que la bataille la plus importante, celle sur laquelle nous devons tous nous accorder, avant même de faire quoi que ce soit d’autre, c’est d’être pro-vie. C’est facile : nous sommes tout simplement contre le fait que des enfants à naître puissent être tués.
Je suis vraiment pro-vie, et ces statuettes, je les ai vues de près, je les ai portées et j’ai pu les voir en détail. Ci ces statuettes étaient vraiment au service d’une cause pro-vie, elles seraient très différentes. Elles ne sont même pas bien faites : ce sont des statuettes en bois très léger, très minces. Et je peux vous dire que les gens qui se sont prosternés devant elles ne s’inclinaient pas devant la fertilité, mais bien devant la Terre-Mère.

Les avez-vous trouvé laides ? Qu’avez-vous pensé de l’expression de la femme sculptée ?

Peut-être que mon regard autrichien européen est un peu différent de celui des personnes qui apprécient ce genre d’art. De fait, ce n’est pas mon genre. Mais pour ce qui est de l’expression, elle était pour moi le signe que ces statuettes ne pouvaient représenter Notre Dame. Normalement, une statue de Notre Dame doit être magnifique, belle, elle doit montrer sa dignité, elle doit montrer que Marie est la Mère de Dieu et sans péché. Ce n’est pas cela que ces statuettes
représentent. Elles représentent quelque chose de très profane.

Regrettez-vous aujourd’hui de ne pas les avoir brûlées ?
Non, pas du tout. Beaucoup de gens m’ont dit : il fallait les détruire, il fallait les brûler… Je suis un laïc, je ne suis ni exorciste ni prêtre. Il y a certes beaucoup de choses que les prêtres peuvent faire aujourd’hui. Je crois même qu’un cardinal a demandé et que l’on reconsacre cette église. Mais cela relève du clergé. Je ne peux pas les faire, je suis un laïc et je ne veux pas me mêler de ce qui appartient au clergé. Le fait de les avoir jeté dans le Tibre, le fleuve qui normalement évacue de Rome tout ce qui n’a pas sa place dans la ville, me paraît une action adequate.

Voulez-vous dire que c’était symbolique ?

Oui, c’était symbolique, et ce fut un grand succès puisque tout le monde en a parlé et que nous avons réussi à faire sortir ces statuettes de l’église en évitant qu’elles paraissent au cours de la messe de clôture du Synode. Aujourd’hui, les gens savent vraiment ce qui s’est passé et ce qui se passe encore à Rome. C’est bon pour le Saint-Père car il voit aujourd’hui que les laïcs vraiment que la foi soit claire.

Il nous dit toujours que nous devons nous rapprocher des gens dans la rue, de tous ceux qui croient. Eh bien voilà : il y a des millions de fidèles qui veulent que l’Église demeure catholique. Ils ne veulent pas d’une église à visage amazonien, mais d’une l’église à visage romain, le saint visage romain qui a été imprimé à l’Eglise par le sacrifice de Notre-Seigneur sur la croix, par les Apôtres et tous les martyrs. C’est cela que nous voulons et rien d’autre. Nous voulons l’Eglise une, sainte, catholique et apostolique.

Craignez-vous des suites judiciaires ?

Il se peut bien qu’il y en ait, mais je crois que Dieu nous donnera la force d’y faire face. Nous venons de fonder l’Institut Saint-Boniface (www.boniface-institute.com) de manière à rassembler ceux qui veulent nous soutenir. Nous avons l’intention de publier des lettres d’information. On pourra nous faire des dons qui doivent aller à l’Institut. Si quelque chose devait se passer je suis sûr
qu’il y aura des tonnes de gens pour nous aider : je n’ai pas du tout peur.

Ne serait-ce pas une bonne idée de demander à tous les catholiques, tous les fidèles, de se rendre spontanément dans une église le 12 décembre prochain – la fête de Notre Dame de Guadalupe, la Vierge enceinte – pour aller dire un chapelet, en réparation et par affection ?

C’est une excellente idée. C’est exactement ce que devraient faire les catholiques qui voudraient prier
pour les indigènes. Notre Dame de Guadalupe est vraiment la sainte patronne des indigènes !

https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/

EXCLUSIF: Mgr Schneider appelle le Synode Amazonien un « outil » pour créer un « nouveau type de religion »

Featured Image

EXCLUSIF: Mgr Schneider appelle le Synode Amazonien un « outil » pour créer un « nouveau type de religion »

(ma traduction)


4 novembre 2019 (LifeSiteNews) – Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana, au Kazakhstan, a accordé à LifeSiteNews une longue interview vidéo sur le synode amazonien et sur l’état de l’Église catholique.

Mgr Schneider est l’un des défenseurs les plus virulents de l’orthodoxie catholique dans le monde. C’est l’évêque Schneider qui, avec le cardinal Raymond Burke et d’autres prélats, a publié en juin 2019 la «Déclaration de la vérité» pour corriger la «confusion doctrinale» qui régnait dans l’Église. Mgr Schneider a été à l’avant-garde de la défense de la foi catholique dans la crise qui s’intensifiait de plus en plus, au cours de laquelle les évêques, les cardinaux et même le pape ont ouvertement bafoué ou au moins brouillé l’enseignement catholique sur de nombreuses questions morales.


Dans son entretien avec LifeSiteNews, enregistré le 24 octobre – le jour de la fête de Saint-Raphaël-l’Archange – Mgr Schneider expliqua comment le Synode amazonien était utilisé comme un «outil» pour changer l’Église et créer «un nouveau type de religion, même . « 

Il a réagi à l’affirmation de Mgr Erwin Kräutler selon laquelle les peuples autochtones d’Amazonie «ne comprennent pas le célibat» – «sans aucun doute, c’est du racisme», a déclaré Mgr Schneider – et a commenté les tentatives faites pour saper la pratique du célibat sacerdotal et introduire les «femmes diacres».

Dans cet entretien de grande envergure, Mgr Schneider a également parlé de la liturgie, de l’importance de la soutane et de la vie d’un enfant catholique en Union soviétique.

https://www.lifesitenews.com/news/bishop-schneider-calls-amazon-synod-a-tool-to-create-new-kind-of-religion

Les âmes des fidèles seront éprouvées aux limites du possible, et elles seront tourmentées par la confusion qui les attend. Beaucoup vont savoir au fond d’eux-mêmes que ce qu’ils croyaient être vrai et qui leur tenaient à cœur, n’est plus considéré comme la Vérité

Quand Mes fidèles, ceux qui croiront à la supercherie à venir, Me renieront, cela ne sous-entend pas qu’ils diront : « Je ne crois pas en Jésus ». Non, cela signifie ceci

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité"

Mardi 7 janvier 2014 à 23h15

Ma chère fille bien-aimée, au moment où les fidèles crieront : « Assez ! Nous ne pouvons supporter de voir le mal triompher du bien », tous les maux finiront brusquement.

L’élimination du mal requiert qu’il puisse d’abord s’étendre. C’est une épreuve pour les gens au cœur perfide qui seront les premiers à se laisser entraîner. Tandis qu’ils plongeront, aspirés dans un tourbillon de malice, soit ils résisteront aux douleurs que cela créera dans leur âme, soit ils se laisseront emporter dans de nouvelles profondeurs, de plus en plus loin du Royaume de Dieu.

Les âmes des fidèles seront éprouvées aux limites du possible, et elles seront tourmentées par la confusion qui les attend. Beaucoup vont savoir au fond d’eux-mêmes que ce qu’ils croyaient être vrai et qui leur tenaient à cœur, n’est plus considéré comme la Vérité. Et ainsi ils ne pourront trancher entre ce qui est de Moi et ce qui ne l’est pas. Leur foi va être écartelée et beaucoup se trouveront empêtrés dans une nouvelle doctrine établie de main d’homme, mais ils ne pourront jamais s’y faire. Ils éprouveront un sentiment de gêne et beaucoup ne parviendront pas à confier leurs craintes à ceux qui ont été nommés Mes serviteurs sacrés. Ils ne sauront pas vers qui se tourner pour connaître la Vérité.

Ils devront être témoins de la proclamation publique qui va glorifier le péché, lorsqu’il sera déclaré que l’humanité est faible : Dieu sait que l’homme, affaibli par le péché, n’est qu’une simple victime. Au lieu de regarder le péché dans toute sa laideur, ils seront forcés d’acquiescer et d’accepter les nouvelles lois qui seront introduites dans l’Église. Il sera attendu d’eux qu’ils reconnaissent et respectent les nouvelles lois, qui vous appelleront tous à honorer l’individualité de l’homme et votre droit à être ce que vous désirez et à faire ce que vous choisissez.

Quand Mes fidèles, ceux qui croiront à la supercherie à venir, Me renieront, cela ne sous-entend pas qu’ils diront : « Je ne crois pas en Jésus ». Non, cela signifie ceci. Ils choisiront la partie de Mes Enseignements en laquelle ils veulent croire. Ensuite, ils décideront des parties sur lesquelles ils ne sont pas d’accord. Puis ils diront que Jésus approuverait cette nouvelle interprétation s’Il était sur Terre aujourd’hui. Oh ! Comme ils ont peu appris et combien l’orgueil les divisera. Lorsque le châtiment tombera autour d’eux et qu’ils comprendront combien ils M’ont offensé, ils pousseront des cris d’horreur, quand ils seront en tête à tête avec la justice qui sera exercée contre eux.

Ce jour-là, lorsque la Vérité sera révélée, ce ne sera que grâce aux prières de Mon Petit Reste d’Armée que ceux qui se sont déshonorés et qui M’ont combattu — Moi, leur Jésus bien-aimé Qui ne voulais que leur faire Miséricorde — seront sauvés.

Votre Jésus

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2014/janvier-2014/

Dossier spécial : François suit Luther pour tout… Ceux qui suivent le magistère et les hérésies de François subiront le même sort que ceux qui ont suivi Luther : l’enfer éternel… Nous devons rester dans l’Eglise Catholique, en restant fidèle au vrai Magistère

Luther :

  • remit en question la tradition de l’Église
  • remit en question la validité des sacrements.
  • remit en question la liturgie de l’Église.
  • remit en question l’unité de l’Église.
  • remit en question l’apostolicité de l’Église
  • remit en question le célibat sacerdotal.
  • fonda une nouvelle Église

Conséquence pour son âme :

Luther est en enfer : vision de la Bienheureuse Marie-Séraphine du Sacré Cœur

En 1883, Sœur Maria Serafina Micheli (1849-1911) a été béatifié à Faicchio dans la province de Benevento dans le diocèse de Cerreto Sannita 28 mai 2011, la fondatrice des Soeurs des Anges, était aller à Eisleben, Saxe, lieu de naissance de Luther.

Le quatrième centenaire de la naissance du grand hérétique (10 Novembre 1483) était célébrée ce jour-là .Luther a divisé l’Europe et l’Église en deux.Les rues étaient bondées,les balcons compris . Parmi les nombreuses personnalités présentes on s’attendait à tout moment, à l’arrivée de l’empereur Guillaume I, qui présidait les célébrations solennelles.

La future bienheureuse, tout en notant le grand tralala n’était pas intéressé à connaître la raison de cette animation inhabituelle, son seul désir était de trouver une église et prier pour être en mesure de faire une visite au Saint-Sacrement. Après avoir marché pendant un certain temps,elle en a finalement trouvé une, mais les portes étaient fermées.

Elle s’agenouilla sur les marches pour prièr. Comme c’était dans la soirée, elle n’avait pas remarqué que ce n’était pas une église catholique, mais protestante. Pendant qu’elle priait, l’ange gardien est apparu, qui lui dit: «Lève-toi, parce que c’est une église protestante. »

Puis il ajouta: «Mais je veux que vous voyez l’endroit où Martin Luther a été condamné et la peine qu’il subit en punition pour sa fierté. »
Après ces paroles, elle vit un terrible abîme de feu, où ils étaient cruellement tourmentée d’innombrables âmes.

Dans le fond de ce trou il y avait un homme, Martin Luther, qui se distinguait des autres: il était entouré par des démons qui l’ont forcé à s’agenouiller et tous, armés de marteaux, ils ont essayé, mais en vain, de lui enfoncer un gros clou dans la tête .

La religieuse a pensé: si les gens du peuple avait vu cette scène dramatique, ils n’auraient pas rendu les honneurs et autres commémorations et célébrations pour un tel personnage.
Plus tard, lorsque l’occasion s’est présentée de rappeler à ses sœurs de vivre dans l’humilité et dans le secret. Elle était convaincue que Martin Luther a été puni en enfer surtout pour le premier péché mortel, l’orgueil.

L’orgueil qui est un péché capital, l’a amené à la rébellion ouverte contre l’Eglise catholique romaine. Son comportement, son attitude envers l’Église, et sa prédication furent cruciales pour inciter et amener beaucoup d’âmes à la ruine éternelle et erronée.

Conséquence pour ceux qui l’ont suivi, les Luthériens :

Dieu a montré à Luz Amparo Cuevas en enfer les Lutheriens. (apparitions à l’Escorial dont toutes les oeuvres de miséricorde ont été approuvées par l’Eglise)

Message donné à Luz Amparo :

Qu’ils ne restent pas dans leur erreur, ma fille. Regarde comme Luther a trompé des foules et des foules d’âmes, et regarde où il les a entraînées…

Résultat de recherche d'images pour "luthériens en enfer"

Amparo : Ah ! Ah ! mon Dieu ! Ah ! mon Dieu ! Mon Dieu, mon Dieu ! Ah ! mon Dieu ! Ah ! combien ! Ah ! combien ! Toutes se sont laissées entraîner par lui ! Hélas ! Hélas !

Notre Seigneur : Ah ! pasteurs de mon Eglise, soyez fermes et forts, car il y a beaucoup de travail dans l’Eglise ! Travaillez et ne restez pas dans la tiédeur, car celui qui est tiède n’a pas de force, et il ne travaille pas pour Dieu. Il travaille pour le monde, pour ses goûts et ses plaisirs. (…)

La Très Sainte Vierge : Attention, mes enfants, il y a beaucoup de faux voyants, qui vous disent que vous êtes déjà sauvés, que vous êtes choisis.

Pour entrer au Ciel, il faut partir de la terre avec un chèque de sacrifices et de douleur, et la douleur s’achèvera à la porte du ciel.

Des tas et des tas de croix restent à la porte pour entrer dans la Gloire de la Résurrection. Ayez une charité ardente, mes enfants, aimez-vous les uns les autres, et ne vous attachez pas aux choses, à l’argent, aux héritages, mes enfants. (…)

Sainte Thérèse d’Avila : vision de l’enfer

  1. SAINTE THERESE D’AVILA
Résultats de recherche d'images pour « sainte thérèse d'avila »

Sainte thérèse d’Avila expose comment le Seigneur voulut la transporter en esprit dans un endroit de l’enfer qu’elle avait mérité par ses péchés. Elle raconte sommairement ce qui lui fut présenté alors.

Depuis longtemps déjà le Seigneur m’avait accordé un grand nombre des grâces dont j’ai parlé, et d’autres encore fort élevées, quand, un jour, étant en oraison, il sembla que je me trouvais subitement, sans savoir comment, transportée tout entière en enfer. Le Seigneur, je le compris, voulait me montrer la place que les démons m’y avaient préparée et que j’avais méritée par mes péchés. Cette vision dura très peu ; mais alors même que je vivrais de longues années, il me serait, je crois, impossible d’en perdre jamais le souvenir.

Résultats de recherche d'images pour « sainte thérèse d'avila vision de l'enfer »

L’entrée me parut semblable à une ruelle très longue et très étroite, ou encore à un four extrêmement bas, obscur et resserré. Le fond était encore comme une eau fangeuse, très sale, infecte et remplie de reptiles venimeux. A l’extrémité se trouvait une cavité creusée dans une muraille en forme d’alcôve où je me vis  placée très à l’étroit. Tout cela était délicieux à la vue, en comparaison de ce que je sentis alors ; car je suis loin d’en avoir fait une description suffisante.

Résultats de recherche d'images pour « sainte thérèse d'avila vision de l'enfer »

Quant à la souffrance que j’endurai dans ce réduit, il me semble impossible d’en donner la moindre idée ; on ne saurait jamais la comprendre. Je sentis dans mon âme  un feu dont je suis impuissante à décrire la nature, tandis que mon corps passait par des tourments intolérables. J’avais cependant enduré dans ma vie de souffrances bien cruelles ; et, de l’aveu des médecins, ce sont les plus grandes  dont on puisse être affligé ici bas, car tous les nerfs s’étaient contractés quand je fus percluse de mes membres. J’avais eu aussi à supporter toutes sortes d’autres maux dont quelques-uns, je l’ai dit, venaient du démon. Mais tout cela n’est rien en comparaison de ce que je souffris  dans ce cachot. De plus, je voyais que ce tourment devait être sans fin et sans relâche. Et cependant toutes ces souffrances ne sont rien encore auprès de l’agonie de l’âme. Elle éprouve une oppression, une angoisse, une affliction si sensible, une peine si désespérée et si profonde, que je ne saurais l’exprimer. Si je dis  que l‘on vous arrache continuellement l’âme, c’est peu, car dans ce cas, c’est un autre qui semble vous ôter la vie. Je ne saurais, je l’avoue, donner une idée  ce feu intérieur et de ce désespoir qui s’ajoutent à des tourments et à des douleurs si terribles. Je ne voyais pas qui me les faisait endurer, mais je me sentais, ce semble, brûler et hacher en morceaux. Je le répète, ce qu’il y a de plus affreux, c’est ce feu intérieur et ce désespoir de l’âme.

Résultats de recherche d'images pour « enfer »

Dans ce lieu si infect d’où le moindre espoir de consolation est à jamais banni, il est impossible de s’asseoir ou de se coucher ; l’espace manque ; j’y étais enfermée ; j’y étais enfermée comme dans un trou pratiqué dans la muraille ; les parois elles-mêmes, objet d’horreur pour la vue, vous accablent de tout leur poids ; là tout vous étouffe ; il n’y a point de lumière, mais les ténèbres les plus épaisses. Et cependant, chose que je ne saurais comprendre , malgré ce manque de lumière, on aperçoit tout ce qui peut être un tourment pour la vue.

Le Seigneur ne voulut pour lors me montrer rien plus de l’enfer. Il m’a donné, depuis, une vision de choses épouvantables et de châtiments infligés à certains vices ; ces tortures me paraissaient beaucoup plus horribles à la vue.

Mais, comme je n’en souffrais pas la peine, j’en fus moins effrayée. Dans la vision précédente, au contraire, le Seigneur m’avait fait éprouver véritablement en esprit ces tourments et ses angoisses, comme si mon corps les avait endurés. Je ne sais comment cela se fit, mais je compris bien que c’était une grande grâce et que le Seigneur voulait me faire voir de mes propres yeux l’abîme d’où sa miséricorde m’avait délivrée. Entendre parler de l’enfer, ce n’est rien. Ce que j’avais médité sur les divers tourments qu’on y endure,  bien que ce fût rarement, car la voie de la crainte ne convenait pas à mon âme, ce que j’avais considéré sur les déchirements causés par les démons, ce que j’avais lu enfin de divers autres châtiments, tout cela n’est rien auprès de ce supplice. Ce sont deux choses absolument différentes. Elles sont entre elles comme le tableau et l’objet qu’il représente ; et la torture du feu de ce monde est bien peu de chose en comparaison du feu de l’enfer. Aussi, je fus épouvantée ; malgré les six ans environ écoulés depuis lors, ma terreur est telle en écrivant ces lignes qu’il me semble que mon sang se glace dans mes veines ici même où je me trouve. Aussi, chaque fois que je me rappelle ce souvenir au milieu de mes travaux et de mes peines, toutes les souffrances d’ici-bas ne sont plus rien à mes yeux ; il me semble même que, sous un certain rapport, nous nous plaignons sans motif. Je ne crains pas de le redire, c’est là une des grâces les plus insignes que le Seigneur m’ait accordées.  Elle a produit en moi le plus grand profit. Elle m’a ôté la crainte des tribulations et des contradictions de la vie, elle m’a donné le courage de les supporter ; et elle m’a stimulée à remercier le Seigneur de m’avoir délivrée, comme j’ai tout lieu de le croire maintenant, de ces tourments si longs et si terribles.

Résultats de recherche d'images pour « enfer »

Depuis lors, je le répète, tout me paraît facile en comparaison d’un seul instant de ces tortures que j’endurai alors. Je m’étonne même qu’après avoir lu souvent des livres où l’on donne  quelque aperçu des peines de l’enfer, je ne les aie point redoutées comme elles le méritent et ne m’en soit pas fait une idée exacte. Où étais-je donc ? Comment pouvais-je trouver quelque repos dans ce qui m’entraînait à un si terrible séjour ? O mon Dieu, soyez à jamais béni !  Comme on voit bien que vous m’aimez beaucoup plus que je ne m’aime moi-même ! Que de foi, ô Seigneur, ne m’avez-vous pas délivrée d’une si horrible prison ! Que de fois j’y retournais moi-même contre votre volonté !

Résultats de recherche d'images pour « enfer »

Cette vision m’a procuré, en outre, une douleur immense de la perte de tant d’âmes et en particulier de ces luthériens qui étaient déjà par le baptême membres de l’église.

Elle m’a procuré  aussi les désirs  les plus ardents d’être utile aux âmes. Il me semble en vérité que, pour en délivrer une seule de si horribles tourments, je souffrirais très volontiers mille fois la mort. Voici en effet ce que je pense. Quand nous voyons quelqu’un et surtout une personne amie au milieu de grandes épreuves et de grandes douleurs, il semble que nous sommes naturellement touchés de compassion ; et si ses souffrances sont intenses, nous les ressentons très vivement. Mais la vue d’une âme  condamnée pour l’éternité au supplice des supplices, qui donc  la pourrait souffrir ? Il n’y a pas de cœur qui n’en serait brisé de douleur. Nous sommes émus de la plus tendre compassion pour les maux d’ici-bas, et cependant nous savons qu’ils sont un terme et finissent avec la vie. Ne le serions-nous pas davantage pour des supplices qui doivent durer toujours ? Je ne sais comment nous pouvons vivre en repos quand nous voyons tant d’âmes que le démon entraîne avec lui en enfer.

Cela enfin me fait désirer ardemment que dans l’affaire si importante du salut nous ne soyons satisfaits qu’à la condition de faire tout, oui, tout ce qui dépend de nous. Dieu veuille nous donner la grâce de réaliser ce dessein !

Conséquence pour ceux qui suivront le faux magistère de François le Faux Prophète :

Ils subiront le même sort en enfer que ceux qui ont suivi Luther qu’ils soient laïcs, prêtres, évêques, cardinaux ou pape.

François, le Faux Prophète :

François, le Faux Prophète dont parle l’Apocalypse suit le même chemin que Luther. Il est en train de fonder une nouvelle église, des Evêques en ont parlé.

Vous connaissez, je pense, les terribles paroles du Seigneur Jésus dans l’Apocalypse, sur le Faux Prophète :

Apocalypse 20, 10 Alors, le diable, leur séducteur, fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, y rejoignant la Bête et le faux prophète, et leur supplice durera jour et nuit, pour les siècles des siècles.

Frères et soeurs, si vous ne voulez pas être envoyé en enfer lors de votre jugement particulier à l’heure de votre mort, ne suivez pas le faux magistère et les hérésies du pape actuel.

Si vous voulez éviter les peines de l’enfer et aller au ciel, restez fidèle.

  • au catéchisme de Jean Paul II,
  • au vrai magistère de l’Eglise Catholique,
  • à la Sainte Bible (Bible de Jérusalem est une bonne version)
  • à la messe tous les dimanches jusqu’au jour où les paroles de la consécration seront changées. (ceci est très proche maintenant). A partir du moment où François va changer les paroles de la consécration notre Seigneur Jésus Christ ne sera plus présent dans l’Eucharistie, et les gens qui assisteront alors à ces fausses messes adoreront satan. Quand les paroles de la consécration seront changées, Il vous faudra trouver un prêtre qui soit fidèle à la vrai consécration. Ensuite l’Antéchrist abolira le sacrifice, les églises fermeront…. d’où la nécessité d’avoir des refuges avec une petite chapelle à l’intérieur et un prêtre fidèle qui habitera les refuges.

N’acceptez jamais dans votre conscience :

  • la communion eucharistique pour toutes les personnes en état de péché mortel (comme les divorcés remariés)
  • l’utilisation de toute forme de contraception
  • le mariage des prêtres (Quand Saint Brigitte de Suède, 1373, était à Naples, en Italie, en tant que conseillères de l’archevêque Bernardo de Naples, les deux évoquèrent un jour les prêtres vivant avec des concubines. Bernardo soutenait que, s’il était pape, il abolirait le célibat pour éviter de tels scandales. Sainte Brigitte lui répondit que Notre Dame lui disait (Revelationes, Livre 7, Chapitre 10) qu’un pape qui abolirait le célibat sacerdotal « serait totalement privé par Dieu de sa vue et de son ouïe spirituelles » et que « sa sagesse spirituelle deviendrait complètement froide. » Notre-Dame ajouta que « après sa mort, son âme serait chassée pour être torturée éternellement en enfer où elle deviendrait la pâture des démons pour l’éternité. »
  • l’ordination d’hommes mariés
  • l’ordination des femmes (diaconesses ou femmes prêtres). Il faut fuir les messes ou de telles femmes sont présentes car bientôt cela va être en vigueur. C’est juste une question de temps.
  • l’homosexualité. Bientôt vous verrez des rituels pour marier les homosexuels dans l’Eglise. Des cardinaux et archevêques sont déjà prêts pour cela.
  • l’hérésie arienne : Jésus n’est pas Dieu. Ceci est faux. Jésus est le Fils de Dieu et la seconde personne divine de la très sainte trinité
  • l’hérésie de l’annihilisme qui dit que les âmes en enfer vont disparaître alors que L’enfer est éternel et qu’il est un dogme de foi. Les peines éternelles de l’enfer existent réellement pour ceux qui sont morts en état de péché mortel.
  • la messe quand le Faux Prophète va changer les paroles de la consécration. Vous devrez aller dans les messes des catacombes en trouvant un prêtre qui reste fidèle aux vrais paroles de la consécration.
  • la nouvelle Eglise et ses hérésies
  • le paganisme (pachamama et autres formes d’idolatrie exposées dans l’Eglise)
  • le changement dans le credo et le notre père
  • l’avortement, le divorce et l’euthanasie

Source : Facebook Melle M.

Serviteurs sacrés, vous serez menés vers le faux prophète

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité"

Serviteurs sacrés, vous serez menés vers le faux prophète

Mardi 17 janvier 2012 à 14h00

Ma très chère fille bien-aimée, le moment est venu de demander au monde que chacun prépare son âme pour Mon retour sur Terre comme cela a été prédit. Mon peuple se lèvera et M’accueillera lorsque Je reviendrai, cette fois pour réclamer Mon Trône Légitime de Roi de l’humanité.

Ceux qui reconnaissent Ma Voix doivent Me faire totalement confiance. Je vous dirigerai sur le chemin de la Vérité afin que chacun de vous soit rendu digne d’entrer dans le Nouveau Paradis sur Terre. Rejetez la voix des ténèbres qui, à chaque occasion, vous aveuglera et tentera de vous détourner de Moi.

Je Suis votre Sauveur bien-aimé, mort cruellement sur la Croix. Pourtant Ma souffrance durera jusqu’à ce que J’aie sauvé le reste de Mon Église de la Terre. Je viens pour vous sauver une nouvelle fois. Ne M’empêchez pas de le faire. Il y en a tant qui font déjà la sourde oreille à Mes appels à l’humanité pour préparer leur âme à cette Glorieuse Ère de Paix. Ne savez-vous pas que Je vous aime ?

C’est grâce à l’Amour compatissant que J’ai pour chacun de vous que Je viens, non pas uniquement pour vous avertir, mais pour vous aider à vous préparer à ce grand moment. Je Me rends compte que ceux d’entre vous qui M’aiment, spécialement Mes serviteurs sacrés, surveillent prudemment les faux prophètes qui pourraient apparaître. C’est très important. Venez maintenant et demandez-Moi de vous remplir du Saint-Esprit afin que la Vérité vous soit révélée.

Si vous ne vous tournez pas vers Moi, alors vous ne pourrez pas comprendre ce que J’attends de vous. Venez à Moi. Écoutez-Moi maintenant. Votre souffrance sera difficile car Satan ne vous donnera pas un moment de répit.

Il sait que Je vais Me faire connaître, non pas seulement par Mon prophète de la fin des temps, Maria, mais par de nombreuses âmes. Ces Miennes âmes, choisies pour être des messagers de la fin des temps, seront celles qui seront le plus bloquées par Mes serviteurs sacrés.

Vous serez, au lieu de cela, malheureusement menés par le séducteur vers le faux prophète et ses partisans qui vomissent mensonges et contre-vérités partout.

Ceux d’entre vous qui condamnez rapidement Mes messagers, soyez prudents. Vous, Mes serviteurs sacrés, serez la cible principale du séducteur. Ce sera votre esprit qui sera d’abord détourné. Car lorsque vous vous détournerez de Moi, votre Divin Sauveur, vous guiderez alors Mon peuple dans la mauvaise direction.

Sans le vouloir, vous l’empêcherez d’entendre la Vérité de Mes Divines Lèvres. Vous affamerez Mes enfants de la nourriture essentielle à leur croissance spirituelle.

Sachez maintenant que la fin des temps est toute proche. Ne perdez pas le temps qu’il vous reste en vivant dans un tourbillon de mensonges et de confusion. La bataille a commencé et Mon Petit Reste d’Église sera sauvé en marchant avec Moi vers Mon Nouveau Règne Glorieux.

Priez afin qu’aucune âme ne soit laissée en arrière. Priez aussi pour que vous, Mes serviteurs sacrés, ne soyez pas responsables d’avoir éloigné Mes enfants de la Vérité, de la Lumière, du Salut qui est leur droit. Suivez-Moi maintenant, et aidez-Moi à sauver les âmes.

Votre Sauveur bien-aimé

Jésus-Christ

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2012/janvier-2012/

Le cardinal Müller demande : Le synode veut-il plus d’eucharisties pour les Amazoniens non baptisés ?

Le cardinal Müller demande : Le synode veut-il plus d’eucharisties pour les Amazoniens non baptisés ?

Le cardinal Gerhard Ludwig Müller a souligné que l’évêque Erwin Kräutler se vante de n’avoir jamais baptisé un seul Amazonien, mais veut que les prêtres mariés leur fournissent « plus d’eucharisties ».

La journaliste Bree A Dail a écrit sur Twitter que Müller a demandé lors d’une conférence du 25 octobre : « Comment ces personnes peuvent-elles recevoir l’Eucharistie si elles ne sont pas baptisées ? C’est impossible. »

Müller est actuellement aux Etats-Unis pour promouvoir son dernier livre.

https://gloria.tv/post/q73AEVHA68eT2iqohzxeRcGM2

Medjugorje, Message du 2 novembre 2019 confié à Mirjana

Résultat de recherche d'images pour "Medjugorje, Message du 2 novembre 2019 confié à Mirjana"

« Chers enfants, mon Fils bien-aimé a toujours prié et glorifié le Père Céleste. Il lui a toujours tout dit et il se confiait en sa volonté. C’est ainsi que vous devriez procéder également, mes enfants, car le Père Céleste écoute toujours ses enfants. Un seul cœur dans un seul cœur – amour, lumière, vie.

Le Père Céleste s’est offert lui-même à travers un visage humain, et ce visage est celui de mon Fils. Vous, apôtres de mon amour, vous devriez toujours porter le visage de mon Fils dans vos cœurs et dans vos pensées. Vous devriez toujours penser à son amour, à son sacrifice. Vous devriez toujours prier pour ressentir sa présence car, apôtres de mon amour, c’est le moyen d’aider tous ceux qui ne connaissent pas mon Fils, qui n’ont pas connu son amour.

Mes enfants, lisez le livre des Evangiles. C’est toujours quelque chose de nouveau, c’est cela qui vous relie à mon Fils qui est né afin d’apporter les paroles de vie à tous mes enfants, et de se sacrifier pour eux. Apôtres de mon amour, portés par l’amour envers mon Fils, apportez l’amour et la paix à tous vos frères. Ne jugez personne, aimez chacun de l’amour même de mon Fils. De cette façon, vous prendrez soin aussi de votre âme ; or votre âme est le bien le plus précieux qui vous appartienne vraiment. 

Je vous remercie. »

Un synode en retard

Un synode en retard

1 Nov 2019 

Hasard du calendrier: hier était un jour férié dans plusieurs land d’Allemagne. On célébrait le « Jour de la Réforme », l’anniversaire du jour où Luther afficha ses fameuses « 95 thèses » qui devaient aboutir à la plus terrible déchirure que l’Eglise ait connu À CE JOUR. Ce qu’un lecteur écrit à AM Valli devrait nous rappeler quelque chose… ou quelqu’un.


Un synode en retard…

Aldo Maria Valli
31 octobre 2019
Ma traduction

Un lecteur nous rappelle qu’aujourd’hui (jeudi 31 novembre), veille de la Toussaint, est le jour où les protestants célèbrent la fête de la Réforme. C’est en effet en ce jour de 1517 que, selon la tradition, le moine augustinien Martin Luther afficha ses quatre-vingt-quinze thèses contre les indulgences sur la porte de l’église du château de Wittenberg en Allemagne, acte qui est habituellement considéré comme le début, justement, de la Réforme Protestante.

AMV

Aujourd’hui, c’est le jour de la Réforme.

Le jour où un homme:

  • remit en question la tradition de l’Église
  • remit en question la validité des sacrements.
  • remit en question la liturgie de l’Église.
  • remit en question l’unité de l’Église.
  • remit en question l’apostolicité de l’Église
  • remit en question le célibat sacerdotal.
  • fonda une nouvelle Église

Si nous pensons que tout cela s’est passé il y a cinq cent deux ans, le synode sur l’Amazonie s’avère décidément en retard.

Inscription de Notre-Dame de Lorette dans le calendrier liturgique

Inscription de Notre-Dame de Lorette dans le calendrier liturgique

Un décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a fixé au 10 décembre la mémoire de la Vierge de Lorette. Ce décret a ainsi été rendu public le 31 octobre dernier. C’est donc à une nouvelle modification du calendrier liturgique romain auquel le pape François procède. En effet, il avait déjà agi ainsi pour la mémoire de Marie mère de l’Église et pour l’institution du Dimanche de la Parole de Dieu. Notre-Dame de Lorette, fêtée au sanctuaire de Notre-Dame des Marches en Italie, sera donc célébrée dans toute l’Église latin.

Voici le texte de ce décret :

La vénération de la Sainte Maison de Lorette a été, depuis le Moyen Âge, à l’origine de ce sanctuaire particulier, fréquenté, encore aujourd’hui, par de nombreux pèlerins pour nourrir leur foi en la Parole de Dieu faite chair pour nous.

Ce sanctuaire rappelle le mystère de l’Incarnation et pousse tous ceux qui le visitent à considérer la plénitude du temps, quand Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, et à méditer à la fois sur les paroles de l’Ange qui annonce l’Evangile et sur les paroles de Vierge qui a répondu à l’appel divin. Adombrée par le Saint-Esprit, l’humble servante du Seigneur est devenue la maison de Dieu, l’image la plus pure de la sainte Église.

Le sanctuaire susmentionné, étroitement lié au Siège apostolique, loué par les Souverains Pontifes et connu dans le monde entier, a su illustrer de manière excellente au fil du temps, autant que Nazareth en Terre Sainte, les vertus évangéliques de la Sainte Famille.

Dans la Sainte Maison, devant l’effigie de la Mère du Rédempteur et de l’Église, les Saints et les Bienheureux ont répondu à leur vocation, les malades ont demandé la consolation dans la souffrance, le peuple de Dieu a commencé à louer et à supplier Sante Marie avec les Litanies de Lorette, connues dans le monde entier. D’une manière particulière, ceux qui voyagent en avion ont trouvé en elle leur patronne céleste.

En raison de tout cela, le Souverain Pontife François a décrété avec son autorité que la mémoire facultative de la Bienheureuse Vierge Marie de Lorette soit inscrite dans le calendrier romain le 10 décembre, jour de la fête à Lorette, et célébrée chaque année. Cette célébration aidera tout le monde, en particulier les familles, les jeunes, les religieux et les religieuses, à imiter les vertus de celle qui a été disciple parfaite de l’Évangile, la Vierge Marie qui, en concevant le chef de l’Église, nous a également accueillis chez elle.

La nouvelle mémoire doit donc apparaître dans tous les calendriers et livres liturgiques pour la célébration de la Messe et de la Liturgie des Heures ; les textes liturgiques relatifs à cette célébration sont joints à ce décret et leurs traductions, approuvées par les Conférences épiscopales, seront publiées après la confirmation de ce Dicastère.

Nonobstant toute disposition contraire.

De la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 7 octobre 2019, mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie du Rosaire.

Roberto Card. Sarah
Préfet

+Arthur Roche
Archevêque Secrétaire

Pour sa part, le cardinal Sarah s’est également exprimé sur son compte Twitter :

Cardinal R. Sarah@Card_R_Sarah

Par le décret que j’ai signé, la Bienheureuse Vierge Marie de Lorette est désormais inscrite au calendrier romain général. Le 10 décembre, jour où Notre-Dame de Lorette est fêtée dans le sanctuaire italien des Marches, cette mémoire liturgique sera célébrée. +RS

Voir l'image sur Twitter

Monseigneur Schneider : François ne fait pas seulement la promotion, mais récompense les traîtres du Christ

Monseigneur Schneider : François ne fait pas seulement la promotion, mais récompense les traîtres du Christ

La crise actuelle de l’Eglise est enracinée dans la franc-maçonnerie, a déclaré Mgr Athanasius Schneider à RemnantNewspaper.com (2 novembre, vidéo ci-dessous).

Il décrit la franc-maçonnerie comme une « Anti-Église » et l' »ennemie de l’Église du Christ », expliquant qu’ils ne sont pas contre la religion en général, mais contre le caractère unique et exclusif de Jésus Christ, son Église et la Révélation divine.

Selon Schneider, les modernistes du XXe siècle ont suivi une pensée similaire à celle des francs-maçons, sans nécessairement en être membres.

Il a observé que la pénétration de l’Église par le modernisme a atteint son apogée au Concile Vatican II (1962-1965) et que cette assemblée a été utilisée pour promouvoir la pensée naturaliste, anthropocentrique et relativiste des maçons. Après le Concile, les modernistes et même les vrais francs-maçons se sont emparés des hautes positions de l’Eglise.

Avec François, les « vrais hérétiques » et les « négationnistes de la vérité catholique » sont « non seulement promus aux hautes fonctions ecclésiastiques », mais ils reçoivent même « une récompense pour leur trahison du Christ », remarque Schneider.

https://gloria.tv/post/74qqwRYZKy11BLj4hDk3qdKTy

Archevêque Viganó : L’apostasie sous François est « sans précédent »

Archevêque Viganó : L’apostasie sous François est « sans précédent »

Pendant le synode de l’Amazonie, « l’abomination des rites idolâtres » est entrée dans l’Église, a écrit l’archevêque Carlo Maria Viganó dans un message à la « Catholic Identity Conference » de Pittsburgh, lu par Diane Montagna (2 novembre, vidéo ci-dessous).

Viganó voit là « une forme d’apostasie sans précédent ». Selon lui « la mutation interne de la Foi » qui se poursuit depuis plusieurs décennies « a vu au synode une accélération dramatique vers la fondation d’un nouveau Credo ».

Il désigne des « éléments païens » qui, au nom de l’inculturation, sont introduits dans la liturgie « afin de la transformer en un culte idolâtre ».

https://gloria.tv/post/MLrxCDW1wgFF3gnCYNPaT1uWz

Les liens avec nos proches après la mort

Les liens avec nos proches après la mort

La séparation

Le cercueil est descendu dans la fosse. Le prêtre a laissé tomber l’ultime bénédiction sur la dernière demeure de ces êtres que nous avons tant aimés. Et tandis que les assistants se retirent tour à tour, nous nous éloignons, emportant dans notre cœur une blessure que rien ne pourra guérir.

Il y a quelques jours à peine, ceux qui nous ont quittés se trouvaient encore parmi nous : leur visage rayonnait de joie ; le bruit de leurs conversations égayait nos maisons ; nous formions avec eux mille projets d’avenir… Nous ne nous doutions pas qu’ils partiraient bientôt pour un si long voyage, celui dont on ne revient pas.

Mais hélas ! une maladie souterraine, un accident imprévu, une longue infirmité ont terrassé ceux que nous pensions conserver encore longtemps. Car c’est le propre du véritable amour que de vouloir le faire durer éternellement. Ces êtres que nous aimions nous ont regardés une dernière fois, ont murmuré une dernière parole, puis leurs mains sont retombées inertes. Ils nous ont dit adieu pour toujours…

Plus jamais leurs doux regards. Plus jamais leurs étreintes. Plus jamais leurs paroles consolantes. Plus jamais !

Et nos larmes viennent apaiser un bref instant la douleur que la mort nous a infligée. Cependant, soyez béni, ô mon Dieu, vous qui avez daigné prendre un corps et une âme semblables aux nôtres afin de ressentir dans votre Cœur adorable l’amertume de nos deuils, vous faire solidaire de nos plus cruelles séparations ! N’avez-vous pas connu la douleur de la mort d’un ami devant le tombeau de Lazare ? Et vous avez voulu verser ces larmes si réconfortantes pour notre pauvre misère, ces larmes qui étaient à la fois des larmes divines et des larmes humaines ! Vous avez voulu ces larmes pour nous montrer que ces eaux ne sont pas des signes de faiblesse, mais le regret du bonheur passé de nos Premiers Parents où les deuils n’existaient pas.

Mais la mort chrétienne ne permet pas le désespoir à ceux qui survivent. N’est-elle pas un simple passage de l’âme vers sa vraie demeure ? Nous n’avons pas le droit de pleurer comme ceux qui n’y voient qu’une fin matérielle. Ne perdons pas espoir, nous reverrons un jour ceux que nous aimons ! Notre chagrin ne va pas sans consolation : heureux ceux qui ont la foi, car c’est par elle que nous retrouverons nos chers disparus.

Oui, nos amitiés survivent au trépas. Oui, ceux qui nous ont quittés pensent toujours à nous. De leur éternité, ils se penchent vers nous pour nous montrer le chemin que Dieu a tracé à chacun de toute éternité, ce chemin qui nous rapproche chaque jour du moment béni des retrouvailles éternelles.

‟Au Ciel, les famille s’attendent et se reforment.”

L’envolée de l’âme

Tandis que le corps, ce fidèle compagnon de notre voyage terrestre, s’en va dans la terre pour y attendre sa résurrection, l’âme a paru devant Dieu. Le livre de sa conscience s’est ouvert aux yeux de son esprit. Elle y a lu jusque dans les moindres détails l’histoire complète de sa vie : le compte exact de ses péchés et le récit touchant des miséricordes divines à son égard. Moment redoutable où doit se régler son sort éternel. Toute une vie pour en arriver à cette sentence finale et sans appel : le bonheur éternel… ou le malheur sans fin !
Mais l’âme a choisi Dieu, elle est sauvée ! Quelle étrange et merveilleuse existence s’ouvre devant elle ! Maintenant qu’elle a été tirée de son enveloppe de chair, elle n’est plus soumise aux influences matérielles. L’âme n’a plus qu’un désir : posséder Dieu ! L’ardeur intense la plus extrême la consume. Son amour est si parfait, si désintéressé, qu’elle se voit aux travers des yeux de Dieu lui-même. Distinguant la moindre impureté, la moindre tache, l’âme se précipite d’elle-même vers l’antichambre du Bonheur éternel, là où l’âme pourra se purifier. Telle la fiancée qui, au matin de ses noces, préférera mille tourments plutôt que de s’approcher de l’élu en tenue négligée, elle embrassera le feu purificateur du Purgatoire. Comme elle agit maintenant d’une façon différente de celle dont elle agissait ici-bas !

Ô Dieu miséricordieux qui avez permis un tel lieux de purification ! Où iraient toutes ces âmes qui ne sont pas assez pures pour franchir le Parvis de gloire, et remplies d’un tel amour pour vous que l’abîme de la Géhenne ne peut les engloutir ? Avec quel empressement elles acceptent ce temps d’expiation, trouvant dans leurs tourments des motifs de joies : joie d’être sauvées ; joie de pressentir la présence de Dieu ; joie anticipée de leur entrée dans la Jérusalem céleste ! Le défunt n’a plus à craindre pour son salut, ni d’offenser son Créateur.

Nos morts se souviennent

Mais si nos chers disparus mènent désormais une existence toute nouvelle, il ne s’ensuit nullement qu’ils nous aient oubliés. Oui, nos morts se rappellent. En s’en allant, ils ont emporté avec eux notre souvenir. Et ce n’est pas là une exagération, inspirée par le parti pris de consoler ceux qui restent. Dans le voyage de l’au-delà, l’âme emporte avec elle toutes ses affections légitimes.
En effet, comment nos morts oublieraient-ils ceux dont les vies furent si intimement mêlées aux leurs ? Comment oublieraient-ils ces parents qui leur ont donné le jour ? Et cette personne librement choisie au pied de l’autel, à qui ils ont juré fidélité dans l’amour conjugal, pour marcher sur la route de la vie ? Comment oublieraient-ils ces enfants qui sont la chair de leur chair ? Et comment pourraient-ils oublier ces autres membres de leur famille qui, sans cesse auprès d’eux, partagèrent constamment leurs douleurs et leurs joies ?

On dit souvent : « Prions pour les âmes du Purgatoire, et en retour elles nous obtiendront beaucoup« . Comment donc pourraient-elles intercéder, si elles nous avaient oubliés ? Oui, même à travers leurs tourments, les âmes du Purgatoires pensent à nous. Plus encore, la situation où elles se trouvent les presse à faire appel à ceux pour qui elles ne sont pas indifférentes. Elles gémissent dans leurs supplices, impuissantes à en diminuer par elles-mêmes l’intensité. L’Église, dans son admirable charité, a mis dans ses coffres des trésors pouvant soulager, et même délivrer ces saintes âmes : messes, prières, sacrifices, aumônes, prières indulgenciées… Dieu est bon de remettre entre nos mains une part de soulagement que nos défunts implorent, nous permettant ainsi de faire pour eux une dernière charité. La mort est un mystérieux trait d’union pour les êtres qui se sont aimés ici-bas. L’âme du défunt pense à nous, tandis que nous pensons à elle.

Les âmes du purgatoire portent leur regard jusque sur la terre, n’étant pas indifférentes à notre sort terrestre. Ceux que nous pleurons ne nous ont donc pas vraiment quittés. Êtres immatériels, la question de lieux et de distance ne se pose pas pour eux. Ils s’occupent de nous avec une tendre sollicitude, puisqu’ils nous aiment. La mort ne détruit pas ce qui est bon, car cela vient de Dieu. Plus encore, l’amour de nos défunts est encore plus vif que durant leur séjour terrestre, leur cœur étant complètement désintéressé. Ils demandent pour nous la résignation dans l’épreuve et le courage dans les luttes de la vie. Ils demandent pour nous les faveurs surnaturelles les plus précieuses. Et surtout, ils demandent pour nous la grâce souveraine du salut !

Nos morts sont vivants

Dès que l’âme est pure et sans tache, elle s’envole vers sa vraie demeure qui est le Ciel. Dans un ineffable élan d’amour, elle franchit le seuil du Paradis. Oh ! le ravissant spectacle dont la magnificence dépasse infiniment toutes ses prévisions les plus grandioses !

Comme ils sont loin, maintenant, les jours de son existence terrestre. Comme elles sont loin les heures d’angoisse où son corps agonisait sous l’étreinte de la maladie. Désormais plus d’épreuves, plus de larmes, plus de deuils !

Mais cette transformation ne va-t-elle pas changer les sentiments que nos chers défunts avaient à notre égard ? Les délices qui les enveloppent vont-ils leur faire oublier leurs amis d’ici-bas ?

La Vision béatifique, bien loin de nous éloigner de leur souvenir, nous rapproche d’eux d’une façon merveilleuse. L’amour qu’ils nous portent est ravivé par une charité parfaite. Ils nous suivent pas à pas dans les étapes de notre pèlerinage terrestre. Ils nous voient dans chacune de nos actions et comprennent chacune de nos peines. Ils s’intéressent comme jadis aux événements de leurs familles. Et lorsqu’aux grandes dates se rassemblent ceux qu’ils ont quittés, ils assistent invisibles à leur réunion.

Ils se réjouissent de nos efforts, de nos progrès, de nos réussites. Ils connaissent également nos épreuves. Nos défunts y compatissent affectueusement, mais sans tristesse : ils savent trop bien la valeur inestimable des mérites que nous accumulons ici-bas et que le temps de notre exil ne dure qu’un jour. L’âme qui est rendue au Ciel regarde avec attendrissement les prières et les sacrifices que s’imposent ceux qui l’aiment dans le but de lui procurer le salut éternel, qui lui est déjà gagné, mais qui est encore ignoré par ses amis de la terre. Même si ces offrandes sont détournées vers d’autres âmes dans le besoin, le défunt garde éternellement en son cœur ces marques d’amour véritable, et cela ajoute à son bonheur.

Nos chers disparus ne sont pas si loin que l’on ne croit, et leurs interventions dans nos vies sont fréquentes. Sans cesse ils travaillent dans le secret, bien souvent à notre insu, arrosant notre âme des eaux de la grâce. N’avons-nous pas quelques fois saisi dans notre vie intérieure des faits bizarres, et que nous ne savons comment expliquer ? Soudain, au cours d’un travail, d’une conversation, une pensée subite venue là sans motif, sans liaison avec le cours de notre réflexion ? C’est une pensée de bien, un conseil de dévouement, une inspiration vertueuse arrivée par hasard au milieu de préoccupations étrangères. Ces lueurs subites ne venaient pas de nous qui pensions à autre chose : elles nous venaient de l’au-delà ; de notre ange gardien ; de quelqu’un de nos morts resté à nos côtés.

Et cultivées par leurs mains, nos âmes grandissent. Nous attribuons nos progrès à nos efforts, mais ils sont dus souvent à d’invisibles travailleurs. Ils peuvent même nous faire échapper à de réels périls matériels qui, une fois passés, nous font dire dans notre langage familier : ‟Je l’ai échappé belle !”. Le hasard nous a sauvés, mais ce n’est que l’incognito de la Providence et de ses ouvriers.

Le doute

S’il est facile de prier et de se souvenir des défunts dont la vie et la mort furent édifiantes, qu’en est-il de ceux qui ont passé le voile de la mort dans d’apparentes mauvaises conditions ? Certains gémiront en songeant à leurs disparus : ‟Mon époux s’est donné la mort” ; ‟Mon frère n’avait plus la foi” ; ‟Ma fille vivait dans le concubinage” ; ‟Mon fils menait une vie de débauche” ; ‟Ma meilleure amie n’allait plus à la messe”…

Oh ! chers défunts bien-aimés, où êtes-vous en ce jour ? Avez-vous choisi le bon chemin ? Serons-nous un jour réunis dans un Bonheur impérissable ? Une voix intérieure nous parle et nous murmure : ‟Heureux celui qui espère en la miséricorde de Dieu !”

Si une bonne vie est un signe de prédestination, le salut de chacun n’est jamais certain et seule l’Église dispose des lumières nécessaires pour nous certifier l’entrée dans la Gloire d’un bienheureux. Il serait donc présomptueux de conclure par nous-mêmes que telle personne est au Ciel et telle autre en Enfer ! D’ailleurs, l’Église ne se prononcera jamais à savoir si un défunt est damné, se réservant le privilège de porter à notre connaissance le destin éternel d’un bienheureux dans le but de notre édification.

Et non seulement il ne nous appartient pas de nous substituer au grand Juge face à nos morts, mais il est de notre devoir de prier pour eux. Il ne faut JAMAIS douter de la miséricorde de Dieu, et à plus forte raison ne JAMAIS cesser de prier pour l’âme de nos disparus dont le destin nous angoisse. Dans la vision de Dieu tout est présent : le passé, le présent et l’avenir. Des prières, des messes dites après la mort d’un défunt peuvent donc avoir une portée décisive sur son salut éternel. Les prières d’aujourd’hui sont peut-être la clef du Ciel que notre défunt aura saisie sur son lit de moribond et ce, même vingt ou cent ans après sa mort !

Notre propre mort

Seule la mort est certaine pour chacun de nous. Plus tôt que nous le pensons, l’heure de notre trépas marquera la fin de notre voyage ici-bas. À notre tour nous suivrons la route qu’ont prise nos chers disparus. Ils seront là : nos parents pour nous introduire ; nos amis pour nous accueillir. Nous les reverrons dans une splendeur d’une beauté dont nous ne soupçonnions même pas l’éclat. Sans défauts et immergés dans l’Amour de Dieu, nous les reconnaîtrons sans peine, la physionomie de leurs âmes constituant l’originalité propre de chaque être humain. Nous retrouverons toutes les qualités naturelles de leurs caractères. Déjà sur la terre nous pressentons cette empreinte de Dieu dans le cœur de ceux que nous aimons.

Oh ! consolante certitude : ils seront toujours les mêmes ! Nous reprendrons avec eux cette vie si douce, cette vie que la mort a suspendue brièvement. Là-haut, nos cœurs seront transparents comme un cristal limpide. Nous y lirons mutuellement nos sentiments présents et passés. Alors seront pleinement réparés ces tristes malentendus, ces petits froissements, ces peines légères qui nous firent tant souffrir. Tout ce qui n’a pas été exprimé sera dit, tout ce qui s’était brisé sera reconstruit.

Et ces millions d’Anges et de Bienheureux ! Notre entrée dans la Jérusalem céleste sera triomphale ! D’un seul regard nous distinguerons tous les habitants de la divine Patrie, nous trouvant à l’aise au milieu d’eux, comme avec des personnes longtemps familières. La Vierge Marie sera là, et au bout du cortège le Roi souverain nous recevra comme son bien le plus précieux, Lui qui de toute éternité nous a choisis pour partager un bonheur incommensurable.

Nous comprendrons alors les bienfaits des secours du Ciel obtenus par les prières et les dévotions que nous avons pratiquées durant notre vie terrestre, et dont nous ne pouvions saisir toute la grandeur. Les grâces obtenues à travers les sacramentaux nous seront dévoilées dans toutes leurs magnificences, et nous découvrirons le nombre exact de périls physiques et spirituels ainsi évités par ces saints boucliers. En se remémorant nos pieuses pratiques, une pluie de bienfaits retombera sur ceux qui nous survivront, et beaucoup seront réconfortés.

Il n’y aura plus de fin

Cette glorieuse réunion se doublera de la grandeur de Dieu qui, par son admirable bonté, fera renaître la chair de toutes ses créatures : de nos premiers Parents, jusqu’au dernier défunt de la terre. L’âme et le corps seront à nouveau unis. Oui, nous le croyons Seigneur, à la fin du monde votre souffle passera sur la terre et ranimera la poussière des tombeaux. N’est-il pas juste, d’ailleurs, qu’ayant participé à la sanctification de nos âmes, nos corps partagent la récompense ?

Nos chairs ressuscitées garderont leurs particularités propres : l’allure extérieure ; la taille ; la physionomie. Seules les imperfections seront à jamais évincées. Chaque visage d’élu conservera son caractère distinctif et les corps atteindront l’idéal de la perfection. Que de nouvelles, que de merveilleuses joies nous procurera la résurrection ! Nos yeux verront de nouveau. Nos bouches parleront à nouveau. Nos oreilles entendront à nouveau !

Oh ! joie d’étreindre ceux que nous avons perdus ! Joie de retrouver, après un si long silence, le son de ces voix familières ! Joie de déposer sur ces fronts le baiser tant attendu du revoir ! Joie de tenir ces mains qui nous ont si souvent secourus ! Joie de partager ce bonheur avec ceux dont nous pleurons à présent le départ ! Ô joie qui n’aura pas de fin ! ■

bibliographie:
« Nos Amitiés après la mort », Chanoine R. De Thomas de St-Laurent.
« Nos Morts au Purgatoire, au Ciel », Mgr J.-A. Chollet.

**********************
Vous avez aimé cet enseignement? Vous aimerez assurément les autres qui se trouvent sur le site officiel de la
Revue En Route. Partagez cet article et visitez-nous auwww.revueenroute.jeminforme.org.

https://gloria.tv/post/9jkQqjZUebYc1MZ9TY2PKCeHY

Viendra un temps lorsque le prêtre ne se servira pas des paroles appropriées de la Consécration. Alors, Je ne serai pas Présent dans cette hostie

Alternate text goes here

Vendredi, le 25 octobre, 2019

Jésus a dit : « Mon peuple, Je sais que vous M’aimez tous dans Mon Eucharistie, et Mon reste fidèle croit en Ma Présence Réelle. Chaque fois qu’un prêtre prononce les paroles de la Consécration, Je suis Présent dans l’Hostie consacrée et le Vin consacré. Viendra un temps, et même maintenant dans certains endroits, lorsque le prêtre ne se servira pas des paroles appropriées de la Consécration. Alors, Je ne serai pas Présent dans cette hostie.

Alors que l’église schismatique s’établira, il sera difficile de trouver une Messe appropriée avec les paroles appropriées de la Consécration. Venez seulement à une Messe de Mon reste fidèle, ce qui sera rare à trouver.

À un certain moment vous ne trouverez peut-être pas une Messe appropriée par un prêtre fidèle ailleurs qu’à Mes refuges.

N’importe quiconque renie Ma Présence Réelle dans Mon Hostie consacrée, J’y suis toujours Présent. Ne suivez qu’une Messe appropriée pour Mes fidèles.

Je vous ai dit que Mes anges vous apporteront la Sainte Communion quotidienne à Mes refuges pendant la tribulation. Ceci sera nécessaire si vous ne trouvez pas un prêtre fidèle pour la Messe.

Fiez-vous à Moi de pourvoir à tous vos besoins physiques et spirituels à Mes refuges. »

Cardinal Burke : L’Église «vit une des plus grandes crises… qu’elle ait jamais connue»

Featured Image

Le cardinal Raymond Burke prend la parole lors de l’appel à la sainteté le 26 octobre à Détroit.

(ma traduction)


Cardinal Burke: L’Église «vit une des plus grandes crises… qu’elle ait jamais connue»


Le cardinal Raymond Burke a déclaré lors d’une conférence catholique à guichets fermés à Détroit le week-end dernier: «Il ne fait aucun doute que l’Église traverse actuellement l’une des plus grandes crises qu’elle ait jamais connue». «Aujourd’hui, peut-être, comme jamais auparavant, il y a un phénomène toujours plus diffus de confusion générale et d’erreur concernant la doctrine et la morale dans le Corps du Christ», a-t-il déclaré à la foule de 800 personnes lors de la conférence «Appel à la sainteté» du 26 octobre.

Et une « manifestation effrayante de la gravité de la situation » est le document de travail du synode amazonien, qui « constitue une apostasie de la foi apostolique par sa négation de l’unicité et de l’universalité de l’incarnation rédemptrice de Dieu le Fils », a ajouté le cardinal.


La responsabilité de remédier à cette confusion «pèse particulièrement» sur les évêques, que le pape Grégoire le Grand a décrits comme «le chien de garde qui garde le troupeau contre les loups, avertissant le troupeau et chassant les loups du troupeau», a-t-il déclaré.

https://www.lifesitenews.com/news/cardinal-burke-church-is-experiencing-one-of-the-greatest-crises-she-has-ever-known

USA : un prêtre refuse la communion à l’ancien vice-président Joe Biden en raison de son soutien à l’avortement

USA : un prêtre refuse la communion
à l’ancien vice-président Joe Biden
en raison de son soutien à l’avortement

USA : un prêtre refuse la communion à l’ancien vice-président Joe Biden en raison de son soutien à l’avortement B9720079022Z.1_20190626215606_000GQDDTJFC0.2-0

L’ancien vice-président Joe Biden, candidat à l’investiture démocrate à la course à la présidence de 2020, s’est vu refuser la Sainte Communion dimanche matin, 27 octobre 2019, dans une église de Florence.

Le père Robert E. Morey, de l’Église catholique Saint-Anthony, a confirmé lundi après-midi qu’il avait refusé candidat à la présidentielle, la sainte Communion, en raison de sa position sur l’avortement. Biden, catholique depuis toujours, avait assisté à la messe de 9h du matin à l’église.

« Malheureusement, dimanche dernier, j’ai dû refuser la Sainte Communion à l’ancien vice-président Joe Biden », a confirmé le père Morey au Morning News par courrier électronique. «La Sainte Communion signifie que nous sommes un avec Dieu, les uns avec les autres et avec l’Église. Nos actions devraient refléter cela. Toute personnalité publique qui prône l’avortement se place en dehors des enseignements de l’Église », a-t-il précisé.

Le père Morey a également déclaré qu’en tant que prêtre, il est de sa responsabilité de servir les âmes qui lui sont confiées et qu’il doit le faire même dans les situations les plus difficiles.

« Je garderai M. Biden dans mes prières », a assuré le prêtre.

Pour rappel le canon 915, du Code de Droit canonique stipule: « Les excommuniés et les interdits, après l’infliction ou la déclaration de la peine et ceux qui persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, ne seront pas admis à la sainte communion ».

Source : https://www.fidespost.com/index.php/2019/10/29/usa-un-pretre-refuse-la-communion-a-lancien-vice-president-joe-biden-en-raison-de-son-soutien-a-lavortement/?fbclid=IwAR16ZWmc-AdzzUucBlXBw3CdJval1ll27tzj9HNMinJJBg4D_B_OMPo_FjY

Le Notre Père de Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire

Résultat de recherche d'images pour "Sainte Mechtilde"

Oraison dominicale ou le Notre Père de Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire

Le monastère d’Helfta

Sainte Mechtilde ayant communié pour les morts, Notre-Seigneur lui apparut et lui dit : « Dites pour eux un Notre Père, etc. », et elle comprit qu’elle devait prier de la manière suivante ; après l’avoir fait, elle vit une grande multitude d’âmes monter au ciel (Révélations, I, 21).

Le récit suivant, qui raconte ce qui arriva à une dame, une âme privilégiée, le 2 février 1968, jour de la Chandeleur, nous montre la très grande valeur du Notre Père composée par Sainte Mechtilde pour le soulagement des âmes du Purgatoire.

Cela se passa en Suisse, à Einsiedeln, un lieu de pèlerinage marial ; c’était en hiver, un jour de semaine, et l’église était presque vide, pendant que Madame Aloisia y priait avec ses parents.

En regardant vers l’autel privilégié, elle remarqua la présence d’une religieuse très âgée, habillée d’un costume religieux fort ancien, datant d’une époque lointaine.
Elle alla vers elle, et cette religieuse lui remis un feuillet de prières qu’elle mit machinalement dans sa poche. Et il se produisît alors quelque chose d’étrange : la porte d’entrée s’ouvrit soudain et elle vît entrer une immense foule de pèlerins, tous pauvrement vêtus et qui marchaient à pas feutrés, comme des fantômes : un flot de pèlerins d’une longueur presque interminable pénétraient dans l’église, un prêtre se tenait là et leur montrait le chemin.

La paysanne se demandait avec étonnement comment cette foule immense allait-elle trouver de place dans l’église. Elle se tourna ensuite sur le côté, pendant un court instant, pour allumer un cierge, et, lorsqu’elle regarda derrière elle, l’église était à nouveau aussi vide qu’au début. Remplie de stupéfaction, elle demanda à ses parents où donc tous ces gens étaient passés. Pourtant aucun de ceux qui l’accompagnaient n’avait remarqué le défilé des pèlerins et personne non plus n’avait aperçu la religieuse. N’en croyant pas ses yeux, elle chercha dans sa poche le feuillet qu’on lui avait donné et ce feuillet qu’elle tenait dans ses mains lui prouvait bien qu’elle n’avait pas du tout rêvé. Il contenait le texte d’une prière que jadis Notre-Seigneur avait enseigné à Sainte Mechtilde, lors d’une apparition. C’était le Notre-Père de Sainte Mechtilde pour les âmes du purgatoire. A chaque fois que Sainte Mechtilde récitait cette prière, elle voyait des légions d’âmes du Purgatoire monter au Ciel.

Notre Père, qui êtes aux cieux, je vous prie de daigner pardonner aux âmes du Purgatoire de ne vous avoir pas aimé, de ne vous avoir pas rendu le culte qui vous est dû, à vous, leur Père auguste et chéri, mais de vous avoir éloigné de leur cœur, où vous désirer habiter ; et pour suppléer à leur faute, je vous offre l’amour et l’honneur que votre Fils chéri vous a rendu sur la terre, et cette abondante satisfaction par laquelle il a payé la dette de tous leurs péchés. Ainsi soit-il.

Que votre nom soit sanctifié ; je vous conjure, ô tendre Père, de daigner pardonner aux âmes des défunts de n’avoir jamais dignement honoré votre saint Nom, de se l’être rarement rappelé avec dévotion, de l’avoir souvent employé en vain, et de s’être rendues, par leur vie déshonorante, indignes du nom de chrétien. Et comme satisfaction pour ce péché, je vous offre la très parfaite sainteté de votre Fils, par laquelle il a exalté votre Nom dans ses prédications, et l’a honoré dans toutes ses œuvres très saintes. Ainsi soit-il.

Que votre règne arrive ; je vous prie, ô tendre Père, de daigner pardonner aux âmes des défunts de n’avoir jamais désiré avec ferveur, ni recherché avec soin vous et votre règne, dans lequel seul consistent le vrai repos et l’éternelle gloire. Pour expier toute l’indifférence qu’elles ont eue pour toute espèce de biens, je vous offre les saints désirs par lesquels votre Fils a voulu que nous soyons les cohéritiers de son royaume. Ainsi soit-il.

Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel ; je vous conjure, ô tendre Père, de daigner pardonner aux âmes des défunts, et surtout des religieux, d’avoir préféré leur volonté à la vôtre et de n’avoir pas aimé en tout votre volonté, pour vivre et agir très souvent d’après la leur. Et pour réparer leur désobéissance, je vous offre l’union du très doux Cœur de votre Fils avec votre sainte volonté, de même que la prompte soumission avec laquelle il vous a obéi jusqu’à la mort de la croix. Ainsi soit-il.

Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; je vous conjure, ô tendre Père, de pardonner aux âmes des défunts de n’avoir pas reçu le très saint Sacrement de l’autel avec les désirs, la dévotion et l’amour qu’il mérite, de s’en être rendues, pour un grand nombre, indignes, et de ne l’avoir que rarement ou jamais reçu. Pour expier leur péché, je vous offre la parfaite sainteté et la dévotion de votre Fils, ainsi que l’ardent amour et l’ineffable désir qui l’ont porté à nous donner ce précieux trésor. Ainsi soit-il.

Et pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé ; je vous conjure, ô tendre Père, de daigner pardonner aux âmes des défunts les péchés capitaux dans lesquels elles sont tombés, surtout en ne pardonnant pas à ceux qui les avaient offensées et en n’aimant pas leurs ennemis. Pour ces péchés, je vous offre la prière de la plus douce suavité, que votre Fils a faite sur la croix pour ses ennemis. Ainsi soit-il.

Et ne nous induisez point en tentation ; je vous conjure, ô tendre Père, de pardonner aux âmes des défunts de n’avoir pas résisté à leurs vices et à leur concupiscence, d’avoir souvent consenti aux embûches du démon et de la chair, et de s’être volontairement engagées dans beaucoup de mauvaises actions. Pour la multitude de leurs péchés, je vous offre la glorieuse victoire par laquelle votre Fils a vaincu le monde et le démon, ainsi que sa très sainte vie, avec tous ses travaux et ses fatigues, sa très amère passion et sa mort. Ainsi soit-il.

Mais délivrez-nous du mal ; délivrez-les aussi de tout mal et de toute peine, par les mérites de votre cher Fils, et conduisez-les dans le royaume de votre gloire, qui n’est autre que vous-même. Ainsi soit-il.

Sainte Mechtilde de Helfta
Source : http://nominis.cef.fr

L’homme qui a jeté les pachamamas dans le Tibre….

La vidéo est en anglais, mais ce qui est important c’est de savoir pourquoi.

Il affirme que ce qui se passait pendant le synode, il n’y avait plus rien de catholique.

Il dit que ces statues vont à l’encontre du premier commandement de DIEU.

C’est du paganisme !

——

Un héro explique à Gloria.tv comment il a enlevé les Pachamamas

Le courageux chrétien, qui a jeté les Pachamamas dans le Tibre le 21 octobre dernier, est originaire de Vienne, en Autriche.

Il s’appelle Alexander Tschugguel. Il a raconté son histoire à Gloria.tv (4 novembre).

Pendant le synode d’octobre sur l’Amazonie, Tschugguel s’est rendu deux fois à Rome. Le premier week-end d’octobre, il a visité des événements autour du Synode, y compris la désormais célèbre église Santa Maria in Traspontina.

Les activistes amazoniens présents dans l’église lui ont dit que les missionnaires amazoniens ont cessé de baptiser les indigènes, et que les statues sur les autels latéraux étaient les symboles de la fertilité, de la « Terre Mère » et de la divinité « Pachamama ».

Deux semaines plus tard, Tschugguel et ses amis ont décidé de retirer les idoles de l’église. Le même jour, le dimanche 20 octobre, ils se sont envolés pour Rome.

Le lendemain, à 6 h 30, ils se sont rendus à Santa Maria in Traspontina. En attendant l’ouverture de l’église, ils ont prié le chapelet.

A 7 heures du matin, ils sont entrés et ont enlevés les idoles en les jetant dans le Tibre. Une statue a atterri sur le pilier du pont.

Pour Tschugguel, le fait que les statues aient été récupérées n’a aucune importance : « Le succès réside dans le fait qu’ils ne sont plus dans l’église « , a-t-il expliqué à Gloria.tv.

Il était également reconnaissant à François d’avoir plus tard identifié les statues comme « Pachamama ».. Ainsi, le caractère païen des figures a été confirmé par la plus haute autorité.

Tschugguel souligne que son action a eu un énorme impact médiatique. Rien que sur Youtube, la vidéo a été visionnée plus de 1,5 million de fois. Dans l’ensemble de l’Internet, il a généré 30 à 40 millions de clics.

Tschugguel n’a pas peur des poursuites pénales. Un procès lui donnerait une autre occasion de s’exprimer, ce qui servirait la cause, a-t-il expliqué.

https://gloria.tv/post/xPCmGrxHozDR3LaCRaLvKnmuw

Notre Dame de la Paix d’Anguera-cherchez la Miséricorde de Dieu dans le Sacrement de la Confession …

Message de Notre Dame de la Paix d’Anguera-Bahia-Pedro Regis – 03 10 2019 … cherchez la Miséricorde de Dieu dans le Sacrement de la Confession …

… c’est le Temps de la Grâce … Recevez avec joie tout ce que le Seigneur vous offre. Viendra le jour où beaucoup vont se repentir de la vie passée sans la Grâce de Dieu, mais il sera tard … Les hommes ont rejeté l’Amour de Dieu et un grand châtiment tombera sur la Terre … Dieu vous aime …

Chers enfants, Je suis votre Mère et Je viens du Ciel pour vous conduire à Celui qui est votre seul vrai Sauveur. Dites à tous que Dieu est pressé et que c’est le Temps de la Grâce. Appréciez les trésors de la foi que le Seigneur vous a donnés.

Recevez avec joie tout ce que le Seigneur vous offre. Viendra le jour où beaucoup vont se repentir de la vie passée sans la Grâce de Dieu, mais il sera tard. Je souffre pour ce qui vient à vous. Les hommes (Les êtres humains) ont rejeté l’Amour de Dieu et un grand châtiment tombera sur la Terre.

Repentez-vous et cherchez la Miséricorde de Dieu dans le Sacrement de la Confession. Dieu vous aime. Ma présence parmi vous est un signe de l’Amour du Seigneur pour vous. Soyez justes. Votre récompense viendra du Seigneur.

 Vous êtes dans le monde, mais n’êtes pas du monde. Restez loin de tout ce qui vous éloigne de Dieu. Ce que vous avez à faire, ne le reportez pas à demain. Courage. Quoi qu’il arrive, demeurez dans la vérité.

C’est le message que Je vous transmets au nom de la Très Sainte Trinité. Je vous remercie de Me permettre de vous réunir ici une fois de plus. Je vous bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Soyez dans la paix. Amen.

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/10/4.863-message-de-notre-dame-de-la-paix-d-anguera-bahia-pedro-regis-03-10-2019-cherchez-la-misericorde-de-dieu-dans-le-sacrement-de-l

Article de Daniel Paradis «L’Avertissement : ne croyez pas que ce sera pour une autre génération.»

Article de Daniel Paradis (Lac Bouchette-Québec) «L’Avertissement : ne croyez pas que ce sera pour une autre génération.»

«L’Avertissement : ne croyez pas que ce sera pour une autre génération.»

illumination avertissement Book_of_Revelation_Chapter_21-1_

«Non, mes enfants, c’est vous que le Père a choisis pour vivre cet événement unique dans l’histoire de l’humanité. C’est vous ses bien-aimés qui allez vivre cette rencontre. C’est le dernier acte de la Miséricorde de Dieu le Père…

C’est à vous, de vous préparer.» 

(le 29 juin 2013).

«Quand vous verrez tout cela arriver, relevez votre tête et réjouissez-vous car votre délivrance est proche».(Lc 21, 31).

C’est pour notre génération que ces paroles furent écrites.

En ce jeudi 27e du Temps Ordinaire C, à la messe, la 1ère lecture affirmait :

« Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme la fournaise » (Malachie 3, 13-20a).

 « Vous avez contre moi des paroles dures, – dit le Seigneur.
Et vous osez demander :

  • “Qu’avons-nous dit entre nous contre toi ?”
        Voici ce que vous avez dit :
  • “Servir Dieu n’a pas de sens.
  • À quoi bon garder ses observances, mener une vie sans joie
  • en présence du Seigneur de l’univers ?
  •  Nous en venons à dire bienheureux les arrogants ; même ceux qui font le mal sont prospères, même s’ils mettent Dieu à l’épreuve, ils en réchappent !” »

Alors ceux qui craignent le Seigneur s’exhortèrent mutuellement.

  • Le Seigneur fut attentif et les écouta ;
  • un livre fut écrit devant lui pour en garder mémoire,
  • en faveur de ceux qui le craignent et qui ont le souci de son nom.

Le Seigneur de l’univers déclara :

  • « Ils seront mon domaine particulier pour le jour que je prépare.
    Je serai indulgent envers eux, comme un homme est indulgent envers le fils qui le sert fidèlement.


    Vous verrez de nouveau qu’il y a une différence entre le juste et le méchant, entre celui qui sert Dieu et celui qui refuse de le servir.
 Voici que vient le jour du Seigneur, brûlant comme la fournaise.
Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille.
Le jour qui vient les consumera, – dit le Seigneur de l’univers –, il ne leur laissera ni racine ni branche.
    Mais pour vous qui craignez mon nom, le Soleil de justice se lèvera :

  •  il apportera la guérison dans son rayonnement. ».  (Malachie 3, 13-20a). (Ce qui est néant, retourne au néant, ainsi l’impie, venant du vide, retourne au vide).

Vous pouvez voir que la Parole de Dieu est bien actuelle, car la Parole de Dieu, elle est bien vivante.

Le danger de se damner pour l’éternité est de plus en plus présent. Ce danger est plus grave et davantage répandu ; non seulement parce que nous commettons davantage de péchés, mais parce que notre siècle, notre génération qui sommes présents sur cette terre, nous revendiquons comme un droit de faire ce qui nous plait sans plus se soucier de Dieu, comme s’Il n’existait pas.

Aujourd’hui les hommes se réunissent pour parler des choses de ce monde mais, de Dieu, il n’en est pas question.

«Vous ne voulez pas suivre Ma Sainte Loi.

  •  Vous n’ouvrez jamais la Sainte Bible pour lire Ma Parole de Vie ; et
  • vous ne venez même pas l’entendre à la Sainte Messe.
  • Votre chemin de perdition, où croyez-vous que tout cela vous mènera ?»

C’est votre orgueil insensé qui a fait de vous des êtres qui veulent se gouverner sans Dieu, sans Sa Sainte Loi, sans Ses Divins Commandements.

  •  Ce que vous voyez, les fléaux, les catastrophes, est la dette que vous n’avez jamais payée. Vous n’avez jamais su remercier Dieu de toutes Ses Bontés… L’homme doit rendre compte à Son Dieu…
Image associée

Vous n’êtes plus des enfants de Dieu ; vous avez renié votre Père qui est dans les Cieux, pour obtenir de l’Ennemi ses grâces de perdition.

Vos péchés sont beaucoup plus considérables que l’ensemble des catastrophes réunies entre elles jusqu’à ce jour…

  • Tous vous serez frappés ;
  • les uns paieront pour les autres.
  • Je laisserai agir, car l’homme se punit tout seul…

Le péché vous donne l’impression que tout est normal ainsi. Vous vous dites que rien ne peut changer. Ceux qui suivent ce tourbillon de désordre sont nombreux, ils trouvent cela normal ; ils disent : «Le temps évolue».

  • Ces temps, qui évoluent vers le Mal, ne sont pas Mon Temps.
  • Ces temps pourris arrivent à leur fin, et c’est pour cela qu’ils deviennent
  • «la Fin des Temps», car l’ère messianique dure jusqu’à la fin des temps.

L’Apostasie a défié Ma Miséricorde, et le Rationalisme, (Doctrine selon laquelle rien de ce qui existe ne trouve une explication qui soit étrangère à ce que la raison humaine peut accepter), ce fléau de votre ère, a défié Ma Puissance.

Vous n’avez pas observé Ma Loi d’Amour mais avez détourné vos cœurs en établissant vos propres lois et statuts, Je ne resterai pas là à vous voir dévier de plus en plus de Mes Commandements.

Les temps vont finir.

  • Ni les Temps de désordre que vous êtes en train de traverser,
  • ni la fureur de Mon Ennemi,
  • ni votre indifférence, n’ont réussi à effacer Ma Marque d’Amour en Vous…»

Nous vivons tous sur cette terre, terre de péchés « fruits de toutes nos œuvres, mais nous vivons aussi sur cette terre,

  • TERRE DE RÉDEMPTION,
  • FRUITS DE GRÂCE,
  • DE MISÉRICORDE, 
  • DE BIENFAITS ET D’AMOUR,
  • FRUITS DU DON ET DU SANG VERSÉ DE NOTRE-SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST.

Oui à chaque jour, que Dieu nous donne, c’est un jour de Rédemption qu’il vient déposer à nos pieds.

  • À chaque jour que nous vivons, nous oublions trop souvent que Jésus s’immole sans cesse sur l’autel, tout au long de ce jour.
  • À travers le monde, il y a des milliers et des milliers de messes qui se célèbrent.
  • C’est le Seigneur qui nous appelle à nous  convertir et à revenir vers Lui.
  •  Il vient constamment s’offrir, pour nous dire que notre vraie vie n’est pas
  • de ce monde,  parce qu’il nous appelle à vivre avec Lui.

Ce temps de désordre que nous sommes en train de traverser, tout peut se dérégler en un instant.

Il arrive que le chemin de la désobéissance conduise à la destruction d’un individu, d’un peuple, d’une nation. Le jour où on rejette le Seigneur, tout peut se perdre, royaume, univers, tout lui est repris. La terre nous a été prêtée pour vivre en harmonie avec Lui.

Dieu nous écoute. Dieu nous aime. L’enfant qui suit la Parole de Dieu ne se perd jamais. Les temps sont graves et le monde commence à s’interroger.

De partout les évènements s’aggravent ;

  • rien n’a été semblable au cours des siècles précédents,
  • car tout s’accumule en même temps :
  • les guerres sournoises,
  • la déportation des milliers de personnes,
  • fuyant la guerre, les catastrophes, tous ces accidents qui se multiplient 
  • et que chacun se demande de quoi sera fait demain et
  • quel est l’endroit qui sera frappé.

Vous voyez l’intensité de tous ces fléaux, qui va en augmentant de par toute la terre,  et nous ne voyons pas l’ampleur démesurée de tous nos péchés réunis ; ils sont comme la poutre qui cache la paille car, devant Dieu, nos péchés sont beaucoup plus considérables que l’ensemble de toutes les catastrophes réunies jusqu’à ce jour.

Nous ne pouvons pas nous cacher ;

  • devant Dieu, nous sommes tous coupables au point de faire frémir d’horreur la terre : la nature qui se révolte par les séismes,
  • un peu partout sur la terre,
  • les inondations de toutes sortes,
  • les incendies gigantesques,
  • comme au Canada,
  • en Californie,
  • en Amazonie,
  • Los Angeles et bien d’autres fléaux.

=================

Comme en Syrie on tue des centaines de personnes parce que la plupart sont chrétiens :

  •  «La vraie monstruosité humaine en plus encouragée par des milliers d’individus qui trouvent cela fébrile et amusant. Il y a longtemps que l’humanité est malade ailleurs et ici aussi… On tue par plaisir, par plaisir de tuer.»

Le terroriste, un peu partout sur la terre, qui est devenu comme une monnaie courante.

  •  Pourquoi le gouvernement américain (Obama) a t-il acheté 30.000 guillotines?
  • Ven 21 Juin 2013
  •  FEMA internement / Concentration Camps aux États-Unis

Présentement il y  en a 15.000  qui sont actuellement stockés en Géorgie et 15.000 dans le Montana
(Ap. 20, 4) : «Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la Parole de Dieu, et qui n’ont pas adoré la bête ni son image, et n’ont pas accepté la marque sur leur front et sur ​ ​leur main. »

«Je vous dis en vérité, ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. (Mt 10.28).

 ================

«Jésus est crucifié avec vous tous qui aller subir cette terrible épreuve.

Vous êtes avertis mais non protégés contre cette folie, ce terrible fléau; seules vos Prières de plus en plus fécondes, vont faire une barrière à ce Mal qui envahit toutes les parties du monde.

La Prière doit s’élever comme un mur entre le Mal et vous tous qui priez. Ce mur doit s’élever pour protéger tous les pays qui vont être envahis : apprenez à tous qu’une Prière est plus efficace qu’une bombe atomique.»

 Repensez au 11 septembre 2001, la peur est l’œuvre de Satan, voyez comme il se sent maître du monde, il s’est attaqué à l’une des plus grandes nations du monde pour prouver à tous les enfants de la terre qu’il nous tient; il n’a pas seulement fait ce geste contre ce pays, mais contre nous tous; il nous hait et sa haine est sans frontières.

Nous nous trompons en croyant que c’est seulement contre ce pays que cet attentat a été fait; il est un signe de la Bête: faire tomber notre force qui est l’amour. Qui sème l’amour récolte la paix et qui sème la terreur récolte la peur.

  •  « Faites savoir à tous ceux qui veulent la paix de prier;
  • il n’y a que la prière qui arrêtera la haine car,
  • vous, vous ne pouvez pas vous attaquer à lui,
  • seule ma Mère va lui écraser la tête.

Cet événement qui a bouleversé la terre entière n’a fait que vous ébranler. Certains d’entre vous se sont vus en danger de périr sous la menace de la guerre.

  • Vous êtes-vous demandé si vous auriez été prêts pour votre jugement?
  • Un jour, vous allez vous présenter devant l’Amour
  • avec ce que vous avez fait et n’avez pas fait.

Oui, mes enfants, que cela puisse vous faire réfléchir. Si vous aviez été à la place de mes enfants qui sont morts dans cet attentat, auriez-vous été prêts à venir à moi, votre Père du Ciel?

  • Plusieurs de mes enfants qui ont quitté cette terre pour venir dans le Séjour céleste
  • n’ont pu venir tout de suite, ils n’étaient pas prêts; ils se sont donnés à l’Amour
  • en allant à la Grande Purification: (le Purgatoire),
  • preuve d’amour qui leur a valu la vie éternelle.»

 ================

«Il est écrit : « Ne tuez pas ». Et Moi qui suis Dieu, J’ajoute : Malheur à qui tuera son frère en criant : « Dieu me l’a ordonné ». Attention, vous, descendants de Caïn. Et pensez que bientôt vous Me rendrez compte de votre folie. Vous n’êtes que poussière.

A aucun de vous n’est donné le pouvoir de vie et de mort sur aucune de Mes créatures. »

«Il est terrible que tant d’hommes tuent et massacrent d’autres hommes « au nom de Dieu ». C’est le Dieu d’une hérésie. Oui, ils tuent « au nom de Dieu » et veulent même créer un « État de Dieu ». Mais il s’agit d’un État de Satan – un État de mort.
Ces gens qui sèment la terreur un peu partout sur la terre proclament que Dieu est satisfait de leurs actions, car ce qu’ils font, ils le font pour Allah. La plupart de ces gens n’ont jamais reconnu le Commandement de l’Amour ni respecté les Dix Commandements, dans lesquels Dieu dit sévèrement : « Tu ne tueras point ».

euthanasie
  • La planète Terre tout entière fait face à un danger extrême de destruction –
  • qui causera un mal énorme à la population mondiale –
  • par l’effet du péché d’avortement, l’euthanasie  et la peine capitale.
  • Parmi ces abominations, le péché de la guerre entre les enfants de Dieu,
  • le vol, l’homosexualité et le lesbianismel’abus des enfants et l’inceste.»    

Le mal est à l’œuvre et son déchainement n’est pas près de s’arrêter,

  • car l’homme continue à nourrir ce mal en le nourrissant de son péché.

Devant les tumultes qui se produisent dans certains pays, n’attendez rien de ceux qui vous conseillent :

  • la révolte, la colère et la haine ;
  • toute agressivité est construite
  • pour détruire le bien.

«Là où règne le mal, Dieu est absent. Venez me chercher avec votre cœur rempli d’Amour pour Dieu et pour vos frères ; avec vous, Je ferai reculer le mal qui a pris possession de toute la terre.

Votre liberté est une illusion ;

  • vous êtes devenus les esclaves du mal et, en écoutant ses paroles de destruction,
  • vous devenez ses disciples. C’est suivre le Maître du Mal
  • que d’obéir à toutes ses propositions de révoltes et ses projets de ruines ;
  • il est écouté et suivi dans le tumulte et la colère meurtrière. Éloignez vous-en.

Souvenez-vous du danger de Noé. La catastrophe peut venir et emporter tout et tous, si l’humanité ne s’y oppose pas. Ceci peut arriver à quelques minutes et à tout moment.

L’homme est devenu aussi inconscient qu’un enfant au berceau. Pour certains, la précipitation des évènements qui se déroulent sous leurs yeux les empêche de former leur propre jugement. Ils ne savent plus voir. L’homme regarde sans voir et écoute sans entendre d’où vient le fracas, et le produit de ces évènements funestes.

La terre est bouleversée ;

  • elle pleure comme une mère à qui on aurait arraché ses enfants de ses bras.
  • Partout, l’horreur du sang a soulevé les eaux qui se mêlent à la terre
  • comme pour laver tous ces péchés qui ont déréglé l’harmonie du monde.

===================

Partout, l’homme devient la bête errante, recherchant travail, refuge et nourriture, car la peur du lendemain est là.

  •  Le fondement  de la Vie s’écroule ; il ne repose plus sur rien.
  • On a enlevé le «Pilier Central», qui tenait le monde en équilibre
  • dans l’harmonie, la Paix et la Joie :
  • Notre-Seigneur Jésus-Christ et sa Croix.

L’Amour a déserté la terre car Dieu-Amour est rejeté, oublié et trahi. Dans tout ce malheur, l’homme oublie d’où il vient et il ne sait plus appeler «NOTRE PÈRE».

Le Ciel a entendu la plainte terrible de la terre. La terre a entendu les milliers de voix qui se sont révoltées contre Dieu.

  • Ces âmes ont cherché leur propre malheur en écoutant le Serpent menteur
  • qui tel un Criminel se cache pour agir contre Dieu et contre l’homme;
  • et les enfants des hommes n’ont pas reconnu la Bête qui gouverne le Monde.
  • Ils ont crié vers elle des paroles flatteuses, car elle les a flattés et encouragés;
  • alors ils l’ont suivi lorsqu’elle les a appelés.

Voici que le Temps de Dieu s’en vient, où Dieu, dans son Infinie Bonté, va découvrir ce qui est encore couvert et donner le jour à la nuit qui s’épaissit.

  • Voici que vient l’«Ère, le Temps de l’Esprit».  
  • Le voile sera levé sur les abominations qui ont envahi la terre de Dieu
  • jusqu’à pénétrer dans le Temple Saint.

Dieu va souffler sur tout ce qui est obscurci et caché, pour redonner la Vie et guérir cette plaie qui a rongé jusqu’à sa base l’ŒUVRE DE DIEU.

Ce vent est l’Esprit-Saint qui délivrera le monde de toutes ces impuretés.

Dieu ne peut régner dans ce trouble et ce désordre comme la terre l’est présentement. Bientôt le monde respirera avec le Souffle de Dieu qui est Vie.

Dieu donnera Vie à sa Croix qui naîtra dans la Ciel, «Lumineuse et Resplendissante» pour la Gloire de Dieu.

croix bleu hill kok

«J’élèverai Ma Croix, Moi votre Seigneur, pour vous montrer que Dieu n’oublie pas Ses Promesses, qu’il tient toujours ce qu’il promet comme étant déjà accompli. Oui ma Parole est vivante car Je vous ai dit : «Je suis avec vous, tous les jours, jusqu’à la Fin du Monde». (Mt 28, 20).l

Vous la verrez, cette Croix de Lumière,

  • Signe de Ma Rédemption et de Ma Gloire Éternelle.
  • Dieu appellera à sa Croix tous ces peuples qui ont douté,
  • qui ont renié et qui ont blasphémé Dieu autant que Dieu les a aimés.
  • Alors s’accomplira la Parole de Dieu :
  • «Ils sont venus à Moi, repentis, demander Mon pardon et Ma Bénédiction».

Je les attirerai comme un aimant, jusqu’à les faire pénétrer dans Ma Lumière, car Ma Croix Glorieuse, c’est Jésus Ressuscité.

Dans très peu de temps, l’Amour reviendra comme amour.

  • J’entends te modeler, génération, en un reflet de Ma Divinité.

 L’heure arrive où vous n’avancerez plus à tâtons dans l’obscurité puisque votre cœur sera illuminé par Ma rayonnante Gloire (Ap 21.24).

  • Ma Gloire deviendra visible dans vos cœurs.

Le Règne du Royaume de Dieu sur terre est tout proche de vous à présent.

C’est pour cela que Je vous implore d’être prêts pour ce Jour.

  • Bientôt, très bientôt maintenant, Je te dépouillerai de ton comportement d’autrefois, et de ton ancienne personne, création, pour te revêtir de Ma Divinité et te rappeler la Vraie Connaissance. (Ap 21.1).

Moi le Seigneur Je vais continuer à briller sur toi, création, et Je répandrai Ma Lumière sur toute la face de cette terre. Votre détresse, le soleil qui s’est obscurci et la lune qui a perdu sa clarté  en votre ère, vous conduisant à apostasier dans votre obscurité, bientôt tout cela sera fini.

  • J’entends changer
  • vos marécages en un jardin,
  • changer la nuit en jour,
  • vos cités qui ne sont plus maintenant que décombres,
  • en cités de Lumière, vos autels brisés seront rebâtis et de vos temples,
  • Moi, de Ma Propre Main, J’en poserai les fondations.
  • La création tout entière, Je la ferai nouvelle (Ap 21.5)

 «Heureux ceux dont les offenses ont été remises, et les péchés, effacés.» (Rm 4, 7).

C’est pour cela que le Seigneur et sa Mère ont besoin des ses fils de Prédilection :

«Mes fils de prédilection, Je vous veux saints, saints! Je veux votre sainteté : vous serez saints afin que les âmes,  que les âmes que Jésus vous a confiées, soient aussi saintes.

IMAGE-8 PRETRE

Écoutez mon invitation, écoutez :

  • allez aux malades,
  • allez les réconforter,
  • donnez-leur résignation,
  • donnez Jésus dans le cœur afin qu’ils puissent aller embrasser Jésus!
  • Allez, mes fils de prédilection,
  • allez avec une grande ferveur,
  • d’un grand élan, par le monde, prêcher la parole de Jésus et
  • ma parole de Mère. Je serai toujours près de vous,
  • je parlerai avec vous,
  • je voyagerai avec vous et
  • serai toujours au milieu de vous.

=================

Médite bien les paroles de Jésus quand il était sur cette terre.

  •  Que faisait-il ? Réfléchis ! Réfléchis bien !
  • Tant d’âmes vont à la perdition : pourquoi ne t’approches-tu pas d’elles ?
  • Quand viendra le jour final, qu’en sera-t-il de toi qui n’as pas rempli tes obligations de Père ?

Depuis  le temps que Je viens sur cette terre

  •  pour donner lumière,
  • pour donner réconfort,
  • et mettre en tous ma puissance de Mère,
  • quand vous vous approcher de vos troupeaux !
  • Mais toi, tu ne m’écoute pas !
  • C’est moi qui viens pour te sauver !

Réfléchis bien, à la parole de ta Maman Céleste. Si tu n’écoutes pas mes paroles, les châtiments tomberont sur toi et sur l’humanité !

Ne sais-tu pas, mon fils, que tu dois rester sur le Chemin du Calvaire ?

  • Que tu dois supporter toutes les calomnies et les persécutions ?

Par ta passion, par tes souffrances, tu dois sauver ces âmes qui te sont confiées. Pense bien à mes paroles et réfléchis pendant qu’il en est encore temps !

Ce monde finit, mais l’Éternité jamais !

Qu’en sera-t-il de toi quand tu te présenteras devant le tribunal de Dieu ?

  • Là il n’est pas d’excuses !
  • Là est la pure vérité !
  • Cessez de penser aux choses matérielles :
  • pense seulement aux Souffrances de Jésus et aux Douleurs de ta Maman Céleste
  • qui a le Cœur déchiré par ses fils consacrés !

================

Réveilles-toi ! Réveilles-toi de ces ténèbres ! Médite le Crucifix, pendant qu’il est encore temps ! C’est Moi qui T’appelle, mon fils ! Écoute mes paroles : l’heure a sonné !

Le Père Éternel ne veut plus que je mette mes bras pour soulager Jésus parce qu’Il est fatigué et ne peut plus supporter la Croix.

  •  Aide-le, mon fils consacré ! Je te donnerai lumière et force !

Réveille-toi, mon fils ! Réveille-toi ! Réveille-toi au plus vite. Quand tu sentiras ces secousses, il ne sera plus temps, ni de faire, ni de dire : tu tomberas à terre et tu ne te relèveras plus !

  • C’est la Maman Céleste qui vient pour te sauver,
  • pour te consoler,
  • pour porter la lumière à tous ceux qui ne l’ont plus.
  • Tu le sais, qu’une Maman fait tout pour ses enfants, e
  • t spécialement pour ses fils consacrés !
  • Laisse, mon fils, toutes les choses de cette terre où,
  • tu le sais, tu es de passage, et lève les yeux là-haut vers le Ciel où Je t’attends et
  • où tu te réjouiras d’une telle félicité !

Prépare les âmes, mon fils ! Prépare les âmes pour Jésus !

  • Ne sais-tu pas que Jésus est le Réconfort des malades, des affligées, des désespérés, de tous ? Ils peuvent recevoir tant de grâces quand ils ont Jésus dans leur cœur ! Jésus écoute les bons parce qu’ils sont près de Lui, et les pécheurs parce qu’ils se tournent vers Lui. Par ta présence, ton bon exemple, tu peux les sauver tous !

Tu sais qu’une Maman, pour ses fils, même s’ils sont ingrats, fait tout pour les sauver. Toi, mon fils, agrippe-toi à Moi fortement, fortement, afin que sous mon Manteau tu puisses tous les sauver.

  • Appelle-Moi souvent du doux Nom de Mère, et
  • Je t’entourerai,
  • Je t’aiderai,
  • Je te consolerai,
  • Je te sauverai avec toutes les brebis que Jésus t’a confiées.
  • Promets-Moi, ô mon fils, d’écouter mes paroles !
  • Viens ! Je t’attends !

 ===============

Réfléchis bien à ces paroles de Ta Maman Céleste !

  • Je ne veux pas que tu te perdes, et avec toi, tant d’âmes !
  • Penses-y bien mon fils ! Penses-y bien !

À la messe, au moment de la Consécration, enferme dans le Calice toutes les âmes, les brebis dont tu as la charge, quelles soient bonnes ou mauvaises, et Jésus les lavera de son Sang, les purifiera et les préparera le Chemin du Ciel.

«Une âme juste peut obtenir le pardon pour mille criminels» (Jésus à Saine Marguerite-Marie).

« Plus nous sommes unis à Dieu, plus nous serons prompts à aimer et à servir le pauvre avec tout notre cœur. »(Ste Mère Teresa)

Pour les prêtres qui se sont éloignés de leur devoir : «Par votre Très Précieux Sang,

  • Ô Jésus, purifiez et sanctifiez les âmes des prêtres pour le Ciel».
  • «Le Bon Berger, le Bon Pasteur
  • cherche les brebis perdues,
  • ramène les égarés,
  • panse les blessés,
  • redonne force aux infirmes.»

«Jésus porte la Couronne de Roi. La Très Sainte Vierge, la Couronne de Reine. Sous chaque Couronne se voit une Couronne d’épines». (Jésus à Mamma Rosa).      

      =================                                                                                                                                                                                                                                                          « Soyons sûr que Dieu a choisi ce qu’il y avait de meilleur pour nous.

Continuons à aller de l’avant! »

(Père Slavko Barbaric)

L’Avenir est devant nous, et le Ciel nous fait Signe.

Tendons l’oreille, il nous appelle à le suivre.

bougie

Fraternellement Daniel Paradis, vendredi 11 octobre 2019,

Fête Saint Jean XXIII Pape de 1958 à 1963


FICHIER WORD : DANIEL PARADIS 1 L’Avertissement ne croyez pas que ce sera pour une autre génération


https://myriamir.wordpress.com/2019/10/31/article-de-daniel-paradis-lac-bouchette-quebec-lavertissement-ne-croyez-pas-que-ce-sera-pour-une-autre-generation/

Rendez-Moi louange et reconnaissance pour Mon aide à tous Mes constructeurs de refuges

Alternate text goes here

Mercredi, le 16 octobre, 2019

Jésus a dit : « Mon fils, tu as de nouveau été éprouvé par une gastrite alors que tu as vomi dans la toilette. Rappelle-toi d’offrir ta souffrance pour les âmes du purgatoire et pour les pauvres pécheurs. Tu as constaté combien une telle invalidité peut te rendre incapable d’assister à la Messe quotidienne. Il y en a plusieurs qui sont malades soit brièvement ou de façon chronique. Tu sais maintenant combien ils souffrent. Ta maladie est un bon exemple de prier pour les malades atteints du cancer ou autre maladie chronique. Vous apprécierez grandement Mes pouvoirs de guérison lorsque vous viendrez à Mes refuges et verrez Ma croix lumineuse. Ces fidèles qui verront Ma croix lumineuse au ciel seront guéris de tous leurs malaises. Rendez-Moi louange et reconnaissance pour Mon aide à tous Mes constructeurs de refuges. Vous aurez bientôt votre quatrième pratique les 1-2 novembre. Ce sera une autre occasion de constater comment vous allez vivre pendant la tribulation à venir de l’Antichrist.

Le Club des Hommes en Noir et le synode sur l’Amazonie

Le Club des Hommes en Noir et le synode sur l’Amazonie

Download PDF

Après l’interruption estivale, Le Club des Hommes en Noir revient pour une deuxième saison et un nouveau format. Désormais les nouveaux épisodes seront disponibles chaque vendredi. Cette semaine, c’est le synode pour l’Amazonie qui est au programme. Comme toujours, mais avec une note particulière en raison de la confusion qui règne dans et autour de ce synode, c’est un moment d’intelligence dont cette émission nous gratifie avec les contributions du R.P. Jean-François Thomas, S.J., de l’abbé Grégoire Cellier (FSSPXP) et de l’abbé Guillaume de Tanhoüarn (IBP), sous la houlette bienveillante mais attentive de Philippe Maxence.

Le cardinal Zen au pape François : vos prêtres chinois restés fidèles à Rome ne savent pas ce qu’ils doivent faire

cardinal Zen pretres chinois Rome


 
Une longue lettre destinée à François, la demande d’un énième entretien avec le pape… Ce pourraient être, il l’a écrit, les derniers efforts du cardinal Zen pour tenter d’avertir le Saint-Siège de la folie de l’accord, dit « provisoire », entre la Chine communiste et le Vatican, conclu le 22 septembre dernier. La situation de l’Église clandestine chinoise se complique déjà, « ses prêtres pleurent », écrit-il. Pour autant, « notre ligne de fonds est le pape » a -t-il réaffirmé à ucanews.com.
 
Une position douloureuse, une position-martyr dont le communisme risque de profiter largement.
 
Le Vatican a voulu inclure, à tout prix. Ce qui va permettre au gouvernement de Pékin d’exclure à tout va – tout particulièrement ce catholicisme originel souterrain non choisi par Rome, et pourtant le seul qui lui était fidèle.
 

Les prêtres chinois restés fidèles à Rome ne savent pas ce qu’ils doivent faire

 
Le cardinal Zen a révélé qu’il s’était rendu à Rome à la fin du mois d’octobre pour remettre une lettre de sept pages au pape François. Une lettre qui expose les souffrances des catholiques depuis la signature de l’accord sino-Vatican, plus précisément « ce que des clercs lui ont crié », comme il l’a déclaré à l’Union des nouvelles catholiques asiatiques (ucanews.com).
 
« Ils ont déclaré que des responsables les avaient forcés à s’ouvrir, à rejoindre l’association (schismatique) patriotique chinoise et à obtenir un certificat de prêtre pour la raison que le pape avait signé l’accord provisoire sino-Vatican », a déclaré le cardinal Zen au groupe de presse.
 
Le problème majeur, comme le souligne LifeSiteNews, est que, comme l’accord n’a pas été révélé, ces prêtres, le clergé catholique légitime, ne savent pas ce qu’ils doivent faire, ne savent pas ce que le Saint-Père veut qu’ils fassent… Obtempérer et rejoindre les rangs de ceux contre qui ils ont toujours lutté ? Ou rester coi et s’écraser jusqu’à finir par disparaître ? En guise de réponse, le Vatican a choisi comme toujours le silence… procédé dont il est très malheureusement coutumier.
 

Le cardinal Zen ne comprend pas le pape

 
« Certains prêtres se sont échappés et d’autres ont disparu parce qu’ils ne savaient pas quoi faire et qu’ils étaient dans la confusion ». Dans sa lettre, le cardinal Zen évoque de nombreuses difficultés essuyées par les prêtres chinois de l’Église clandestine : argent confisqué, harcèlement par les autorités civiles, emprisonnements et même exécutions. « Le Saint-Siège ne les soutient pas et les considère comme un problème. C’est ce qui les rend le plus malheureux ».
 
Il a redit, pour la énième fois, toute son incompréhension du message papal, de ce pape François qui n’hésite pas à saluer « ceux qui ont souffert pour la foi », en parlant des ex-pays du bloc communiste, et ne voit pas dans ces catholiques chinois les stricts pendants, en Asie, des martyrs européens d’hier. « Leur histoire est aussi l’histoire de l’Église chinoise et de la situation actuelle » !
 
Soucieux de ne pas accabler le Saint-Siège, le cardinal Zen reporte sa charge sur les conseillers du pape François, notamment son secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, qu’il a déjà qualifié de « maître des marionnettes » dans le Catholic Monitor. « Il sait le visage hideux de la Chine et sait que ses dirigeants sont pas raisonnables. Il ne les utilise que pour atteindre le but d’établir des relations diplomatiques. »
 

Ne pas se rebeller, mais « attendre des temps meilleurs »

 
Le cardinal n’est pas optimiste quant à l’avenir de l’église clandestine chinoise, confrontée dès lors à un choix impossible, très certainement pire que l’isolement et la répression qu’elle a toujours subis. Car, comme l’écrit la journaliste de LifeSite, « l’interférence du gouvernement dans l’Église signifie que pour maintenir la foi entière et entière, l’Église doit rester clandestine. Cependant, une partie de cette foi est la reconnaissance d’un pontife régnant en tant que vicaire du Christ »… qui a décidé, même s’il ne l’a pas dit explicitement, que l’Église clandestine avait tort. L’aporie est de taille.
 
Malgré tout cela, « notre ligne de fond est le pape », a déclaré le cardinal Zen. « Nous ne pouvons pas l’attaquer. Si le pape a tort cette fois, j’espère qu’il admettra l’erreur ; s’il ne l’admet pas, j’espère que le futur pape soulignera l’erreur. Si vous ne suivez pas, alors il n’y a pas de principe, donc les frères de la partie continentale ne doivent pas se rebeller ».
 
Pas de « révolution » pour le cardinal Zen : aux prêtres, il déclare que si le gouvernement leur enlève leurs églises ou leur interdit de célébrer, ils devraient retourner dans leurs familles, continuer à prier et « attendre des temps meilleurs » : « le communisme n’est pas éternel »…
 

« La Chine a un plan [communiste] harmonieux »

D’autres catholiques, laïcs ceux-là, des îles Britanniques, ont fait entendre leur voix , en publiant une lettre ouverte, le 9 novembre dernier, dans le Catholic Herald pour s’élever contre cet accord entre le Vatican et le gouvernement communiste chinois habitué des persécutions religieuses tous azimuts, particulièrement à destination des chrétiens et des musulmans.
 
L’une des signataires, Kathy Sinnott, organisatrice du « Rosaire sur les côtes » pro-vie d’Irlande, raconte qu’en tant que député européen, elle avait pu se rendre à Hong Kong à la conférence ministérielle de l’OMC. Quand elle a voulu évoquer ces problèmes avec les autorités chinoises, « ils n’ont jamais répondu » et se contentaient de dire en souriant : « La Chine a un plan harmonieux ». On connaît les harmonies communistes.
 
Curieux accord quand même, et le mot est faible, où tout indique que le gouvernement chinois officiellement athée a été investi d’un rôle dans le choix des évêques catholiques… Comme le signale l’un des signataires de la lettre ouverte, le Dr Joseph Shaw, jamais le Saint-Siège n’avait permis cela, « même à l’époque où les monarques catholiques insistaient pour pouvoir nommer les évêques dans leur pays » !
 
C’est aux persécuteurs communistes de l’Église qu’il octroit aujourd’hui ce droit. Pour les prêtres chinois restés fidèles et aujourd’hui, laissés pour compte, la petite sœur Espérance doit être bien difficile à ne pas lâcher – bien qu’il le faille plus que jamais !
 
Clémentine Jallais

Toussaint: Un dessin sur Halloween

Toussaint: Un dessin sur Halloween

2 Nov 2019 

Quand Jésus se fâche (à propos, on aurait aimé que Son Vicaire dise quelque chose au sujet de ces pratiques sataniques qu’une logique pas uniquement consumériste – comme on cherche à nous le faire croire pour la banaliser – cherche à nous imposer à marche forcée…)

Superbe dessin trouvé sur le site Campari&de Maistre, que je me suis permise de franciser.


Toujours à propos de la Toussaint, il faut lire le très bon article de Christian Vaneste, qui y voit une fête identitaire (non, ce n’est pas un gros mot!) et qui saisit l’occasion de rappeler les racines chrétiennes (même remarque!) de la France:

(…) La Toussaint est donc avant tout une fête de l’identité, celle de notre pays, dont les politiciens disent qu’il est attaché à la laïcité alors que, bien évidemment, il est, culturellement, d’abord catholique.

*
Combien de communes dont le nom commence par le mot « saint » ! Combien de rues, de stations de métro à Paris, qui se réfèrent à un saint, souvent parce qu’il est celui choisi comme protecteur de l’église voisine ? La France est revêtue d’« un blanc manteau d’églises » et d’abbayes, selon le juste mot de Raoul Glaber, un vêtement que la Révolution, malgré sa rage destructrice, et l’avidité des acquéreurs de « biens nationaux », n’est pas parvenue à lui arracher, que trop d’incendies ou de profanations lacèrent dans une relative indifférence.

*
Cette prise de conscience identitaire est essentielle. On ne peut exister en gommant ce que l’on est, en disant que la France est essentiellement un pays qui serait équidistant de toutes les religions. La liberté des cultes n’implique pas qu’on dénie à l’un d’entre eux d’être plus lié que les autres à notre histoire, à notre sensibilité, et donc à notre identité. Bonne fête de la Toussaint, donc.

*

https://www.bvoltaire.fr/bonne-fete-de-la-toussaint/

Jacarei – Priez le Chapelet de la Miséricorde médité tous les jours

Jacarei 7 Septembre 2019 – Message du Sacré Cœur de Jésus et de Notre Dame Reine et Messagère de la Paix à Marcos Tadeu Teixeira – Anniversaire Mensuel des Apparitions de Jacarei

Jacarei 7 Septembre 2019 - Message du Sacré Cœur de Jésus et de Notre Dame Reine et Messagère de la Paix à Marcos Tadeu Teixeira - Anniversaire Mensuel des Apparitions de Jacarei
  1. Message du Sacré Cœur de Jésus

Sacré Cœur :

« Mes âmes choisies, ma création, Je viens aujourd’hui avec ma Très Sainte Mère pour vous dire à tous:

Je vous aime! Je vous aime de toutes les forces de mon Sacré Cœur,

J’ai montré mon cœur brûlant d’amour à ma petite fille Marguerite Marie Alacoque et aussi à ma fille Marie de Mon Divin-Cœur, pour montrer à tous les hommes combien je les aime, combien je désire les sauver, combien je les veux avec Moi et ma Mère au Paradis.

Pour les hommes, pour vous, Je suis descendu du Ciel, j’ai vécu une vie de mépris, de pauvreté sur la terre avec ma Mère et mon Père Nourricier Joseph. Et Je me suis laissé humilié, je me suis laissé couronner d’épines, flageller et clouer sur une croix pour mourir de douleur pour vous en versant tout mon sang jusqu’à la dernière goutte pour vous prouver le grand et immense amour que j’ai pour vous tous.

Venez à mon Cœur et n’ayez pas peur de Moi, car je suis le Sauveur Miséricordieux pour tous!

Oui, le temps viendra où ma Miséricorde s’épuisera et je viendrai pour purifier ce monde en le brûlant avec un feu jamais vu, mille fois plus chaud que le Soleil. Et je purifierai cette Terre une fois pour toutes pour enfin la faire revivre comme un reflet parfait du Ciel et où tous M’aimeront, aimeront mon Père, mon Saint-Esprit, et Me donneront: Gloire.

Mais maintenant, c’est le temps de la Miséricorde et j’ouvre les portes de mon Cœur à tous. Ne pensez pas à votre passé, ni ne placez votre passé comme obstacle pour accepter mon amour, car votre passé a été annulé par ma bonté, au moment exact où vous avez entendu le message de ma Très Sainte Mère et avez décidé de lui donner votre « oui ».

Et même toi, le plus grand pécheur de tous qui m’écoutes maintenant :

 même si tes péchés sont plus sombres que la nuit.

    Même si tes péchés sont plus intenses que l’écarlate, si aujourd’hui tu te décides pour Moi et ma Mère, je jure, je promets que J’annulerai tout ton passé, Je te revêtirai de nouveaux vêtements royaux de ma gloire, Je te donnerai le baiser éternel de mon amour, Je mettrai le feu à ton cœur avec ma flamme dans un embrassement d’amour et de miséricorde et Je te ferai revivre pour proclamer ma gloire au monde entier et, à travers toi, Je montrerai à tout le monde la puissance de mon amour et de mon pardon.

Viens à Moi toi le plus grand pécheur, donne-Moi ton cœur blessé, je veux le guérir, le renouveler et rétablir en toi ma souveraineté et mon règne, mon autorité et mon gouvernement d’amour.

Viens à Moi toi le plus grand pécheur et Je mettrai, je répandrai dans les plaies de ton âme et de ton cœur le précieux baume de mon amour et de ma miséricorde et je te ferai vraiment revivre.

Alors, tu connaîtras celui qui t’a aimé le premier, tu connaîtras l’amour de celui qui t’a aimé le premier et qui est mort pour toi sur la croix. Tu connaîtras la miséricorde de celui qui, avant que tu viennes au monde et ne pèches, t’a aimé, t’a secouru, t’a racheté, t’a sauvé et regardé avec amour et miséricorde.

Viens à Moi mon enfant et Je promets que Je te placerai à l’intérieur de mon Sacré-Cœur et là Je te garderai comme mon prisonnier de l’amour pour toujours.

J’ouvre pour toi le refuge de mon Sacré Cœur, J’ouvre pour toi le Jardin des délices de mon Cœur. C’est à toi de décider, mon enfant pécheur,d’y entrer et de recevoir là les médecines de mon amour pour guérir ta misère, pour guérir ta maladie spirituelle, pour fermer les plaies de ton âme lépreuse. Et pour vraiment te transformer en prince de mon Sacré-Cœur, prince du ciel et héritier de mon royaume. Viens donc à Moi et ne tarde plus, car mon Cœur défaille d’amour pour toi, mon Cœur se brise d’amour pour toi.

Viens à Moi et ne tarde plus!

 Et vous tous, mes enfants, hâtez votre conversion, parce que mon Sacré Cœur ne peut plus supporter votre absence, votre apathie, votre éloignement, et ne peut plus supporter de vous voir comme le fils prodigue servir le patron cruel mon ennemi et ne manger qu’en nourrissant les cochons de ce monde.

Revenez à mon Cœur pour que vous puissiez à nouveau être nourris d’aliments avec les épices de la grâce de mon Sacré-Cœur, et ainsi retrouver votre force et votre vigueur.

Pourrais-je rester debout à regarder votre ruine, à regarder votre perdition, à regarder votre mort accélérée et à ne rien faire?

Je vous aime avec un amour de frère, d’ami et aussi avec l’Amour du Père, parce que Moi et le Père sommes un. Et avec cet amour paternel, j’ai décidé de vous sauver même si vous ne le désirez pas. Et c’est pourquoi Je suis venu ici avec ma Mère pour vous tendre ma main et vous relever et vous retirer de la mare de boue où vous vous êtes jetés dans votre folie peccamineuse.

Venez donc à Moi, attrapez ma main et Je vous élèverai et vous donnerai mon embrassement d’amour qui vous transformera vraiment en un reflet vivant et parfait de mon Sacré Cœur et Je vous ferai revivre pour la gloire de mon Père.

Donnez-Moi votre oui et aujourd’hui même, Moi et ma Mère nous viendrons à vous dans une flamme ardente d’amour et nous transformerons les glaciers de votre cœur en autant d’autres flammes incandescentes d’amour.

Venez, car je veux restaurer votre majesté, restaurer en vous votre beauté, car vous avez été créés au commencement par Nous comme nos héritiers, comme princes du ciel, comme nos enfants et comme la gloire de notre création.

Je vais restituer votre majesté, votre beauté royale et vraiment vous ferai jouir comme jamais auparavant des joies et des délices de mon Sacré-Cœur.

Venez, pour vous tous J’ai préparé une place au banquet, ne l’échangez pas pour les broutilles du monde, car ainsi vous blesseriez mortellement mon Sacré-Cœur de votre refus, de votre trahison à mon amour.

Venez et goûtez les délices de mon Cœur et vous aurez enfin la paix du cœur.

Priez le Chapelet de la Miséricorde médité tous les jours. Donnez à 13 de mes enfants le Chapelet de la Miséricorde n ° 62 pour que mes enfants le prient.

Et donnez aussi 9 Chapelets de la Miséricorde n ° 1 à mes enfants pour qu’ils connaissent le pouvoir de ce Chapelet que j’aime tant et Me donner ainsi le «oui» de leurs cœurs pour que Je puisse entrer en eux avec puissance, gloire et majesté.

Je vous bénis tous avec amour maintenant de Paray-Le-Monial, de Dozulé et de Jacarei. »

http://trinite-sainte-et-mariemamere.over-blog.com/2019/09/jacarei-7-septembre-2019-message-du-sacre-coeur-de-jesus-et-de-notre-dame-reine-et-messagere-de-la-paix-a-marcos-tadeu-t-9

La confession de Satan

Résultat de recherche d'images pour "La confession de Satan."

La confession de Satan.

 » Je couvre le monde de ruines, je l’inonde de sang et de larmes, je déforme ce qui est beau, je souille ce qui est pur, je renverse ce qui est grand, je fais tout le mal que je puis faire et je voudrais pouvoir l’augmenter jusqu’à l’infini. Je suis toute haine, toute haine, rien que de la haine. Si tu connaissais la profondeur, la largeur et la hauteur de cette haine, tu aurais une intelligence plus vaste que toutes les intelligences qui ont été depuis le commencement, quand bien même ces intelligences seraient réunies en une seule.

 » Et plus je hais, plus je souffre. Ma haine et ma souffrance sont immortelles comme moi. Car, moi, je ne puis pas ne pas haïr, pas plus que je ne puis ne pas toujours vivre. Mais veux-tu savoir ce qui accroît encore cette souffrance, ce qui multiplie cette haine, c’est que je sais que je suis vaincu, et que je fais tant de mal inutilement.

 » Veux-tu comprendre combien je souffre et combien je hais ? Eh bien, je suis capable de haine et de douleur dans la même mesure que j’étais capable d’amour et de bonheur. Moi, Lucifer, je suis devenu Satan, celui qui est toujours contraire. En ce moment, j’ai toute la Terre dans ma pensée, tous les peuples, tous les gouvernements, toutes les lois. Eh bien, je tiens les cordes de tout le mal qui se prépare.

 » Moi aussi, j’ai mon Église. Dans mon Église, il y a la Compagnie de Satan, comme il y a chez vous la Compagnie de Jésus. Sais-tu qui c’est ? Non ! Eh bien, ce sont les Francs-Maçons… « 

Source : LE CORPS MYSTIQUE DE L’ANTÉCHRIST, René Bergeron,
Editions La Presse Libre Nord-Américaine, 1993, pages 123 à 125.

https://gloria.tv/article/imqkGpwXvsHN1CzSbrrE2LZVu

L’hérésie Arienne ne croit pas que Je suis Dieu

Alternate text goes here

Mardi, le 15 octobre, 2019 (Ste Thérèse d’Avila)

Jésus a dit à J. Leary : “Mon peuple, Les gens de ce monde d’aujourd’hui sont davantage influencés par le diable, car ils M’ont retiré de leurs écoles, et hors des édifices publics. Parce que les parents ne conduisent par leurs enfants à l’église le dimanche, les enfants ne Me connaissent pas, ni ne savent-ils leurs prières. C’est pourquoi ils sont égoïstes et sans manières. Les parents et les gardes-bébés permettent à leurs enfants d’être consumés par leurs jeux électroniques, ce qui ne favorise pas les interactions sociales d’apprentissage. Il est préférable d’impliquer vos enfants avec les prières et la Messe, que de permettre au diable de contrôler leurs pensées. J’ai critiqué les Pharisiens parce qu’ils se donnaient l’allure de saints au dehors, mais étaient comme des os de corps morts à l’intérieur. À moins que les gens aient une relation personnelle avec Moi, il demeureront tièdes, et tomberont vers la route qui conduit à l’enfer. Comment devez-vous réveiller votre peuple au besoin de M’aimer, alors qu’ils M’ignorent avec leurs distractions mondaines? Ma seule réponse du jour est de promouvoir Mon Avertissement pour leur montrer qui ils sont, et comment Je devrais faire partie de leurs vies. Priez pour les pécheurs d’aujourd’hui qui ne permettent pas que Je fasse partie de leurs vies. Ce sont seulement Mes guerriers de la prière qui peuvent prier pour que d’autres vous viennent en aide, mais il n’y a assez de guerriers de la prière pour aider tellement de gens. Priez de redoubler vos prières car les gens sont pires que les Pharisiens, puisque les gens ne veulent même pas connaître qui Je suis.”

Jésus a dit: “Mon peuple, J’ai déjà auparavant mentionné comment Je vais envoyer à tous un message de locution intérieure lorsqu’il sera temps de quitter pour Mes refuges. Une fois que vous serez avisés de quitter votre demeure, vous devez prendre avec vous votre sac à dos préparé et quitter en vingt minutes. Faites-Moi appel et J’enverrai votre ange gardien pour vous diriger par une flamme au refuge le plus proche. Votre ange gardien placera un bouclier invisible sur vous, alors que l’ange vous conduira à un refuge. Ne craignez pas les malins, car Mes anges vous protègeront.”

À cause des plusieurs hérésies proclamées, Notre Seigneur a donné ces enseignements. “Mon peuple, vous avez entendu plusieurs rumeurs de ce que l’on a dit que le Pape a dit. À moins que le déclaration soit écrite et signée, cela n’a aucune importance à Mon Église. Il y a plusieurs hérésies mentionnées. La première hérésie est l’annihilisme’ qui dit que les âmes en enfer vont disparaître. L’enfer est éternel (tel que déclaré dans le Catéchisme de l’Église Catholique) et a été établi comme punition éternelle pour les démons qui ont été châtiés hors du ciel. Maintenant les âmes de l’humanité peuvent aussi être châtiées en enfer si elles refusent de M’aimer, et refusent de se repentir de leurs péchés.”

Une autre hérésie est l’hérésie Arienne qui ne croit pas que Je suis Dieu. Je suis vraiment la Deuxième Personne de la Sainte Trinité. Il y a trois personnes en Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Espit. Je suis totalement homme et Dieu en même temps.

Une autre erreur parle au sujet d’une église mondiale, mais il ne peut y avoir qu’Une Église qui a été instituée avec S. Pierre, et la foi en Mon Église ne sera pas changée pour accommoder d’autres religions. Si les gens professent ces erreurs hérétiques, vous n’avez pas à croire de telles personnes, car elles sont hérétiques. Fiez-vous à Ma Parole et suivez le ‘Catéchisme de l’Église Catholique’ et vous enseignerez la vérité de la foi. Faites appel au Saint-Esprit de vous aider à discerner ce qui est vrai.”

Le mois de novembre – Prions pour nos défunts !

Résultat de recherche d'images pour "ames purgatore"

Le mois de novembre

Prions pour nos défunts !

“Allons, levez-vous, dit saint Bernard, volez au secours des âmes des défunts, appelez sur elles la clémence divine par vos participations aux messes, implorez la Miséricorde par vos pénitences et intercédez par vos prières”.L’origine du mois des défunts remonte à la loi ancienne, jusqu’au peuple d’Israël. Ce peuple ne se contentait pas de proclamer que c’était saint et salutaire de prier pour les défunts, mais il voulut encore régler le temps et la durée de cette prière.C’est pourquoi il fut établi que le deuil ne serait achevé, dans chaque famille, que lorsque chaque mort aurait été pleuré pendant un mois entier. Ainsi, après le trépas du patriarche Jacob, ses fils le pleurèrent et firent des prières pendant trente jours. (…)Derrière cette question du purgatoire, il y a d’abord l’affirmation de la sainteté de Dieu. Pour voir Dieu, il faut être prêt, purifié des séquelles du péché. La purification, c’est aussi apprendre à se laisser faire par Dieu. La vie éternelle ne se prend pas, elle se reçoit.

A la mort, Dieu nous prend tels que nous sommes et nous prépare progressivement à le voir. Ainsi, le curé d’Ars affirmait que le purgatoire est l’infirmerie du Bon Dieu.

Source : Etoile Notre Dame

666, son numéro caché, sera incrusté dans une puce que vous serez forcés d’accepter comme vous le feriez pour n’importe quel vaccin

666, son numéro caché, sera incrusté dans une puce que vous serez forcés d’accepter comme vous le feriez pour n’importe quel vaccin

Résultat de recherche d'images pour "livre de la vérité"

vendredi er juin 2012 à 20h15

Ma chère fille bien-aimée, l’antichrist prépare déjà son plan de paix, qu’il introduira peu de temps après que les guerres se seront étendues dans les pays du Moyen-Orient et quand la douleur et une terrible angoisse signifieront qu’il n’y a pas de signe d’espoir.

Alors il apparaîtra soudainement et se présentera lui-même au monde comme un homme de paix, un brillant joyau qui resplendira au cœur des ténèbres. Lorsqu’il sortira de l’ombre, il sera reconnu comme l’un des leaders politiques les plus charismatiques de tous les temps. Sa belle personnalité, attachante et chaleureuse, trompera la majorité des gens. Il respirera l’amour et la compassion et tous penseront qu’il est Chrétien. À terme, il attirera de nombreux disciples qui grossiront en nombre de sorte qu’il deviendra comme Moi, le Messie. On le verra promouvoir l’unité parmi toutes les nations et il sera aimé dans presque tous les pays du monde. Puis on verra qu’il a des pouvoirs surnaturels. Beaucoup croiront qu’il a été envoyé par Mon Père et qu’il est Moi, Jésus-Christ, Sauveur du Monde. Les gens le prieront, l’aimeront, lui offriront leur vie, et lui rira et se moquera d’eux quand personne ne pourra le voir.

Ce sera la plus grosse imposture de tous les temps, et le plan est de voler vos âmes, de vous emmener loin de Moi. Lui et le faux prophète, qui siégera comme un roi sur le Trône de Pierre, comploteront en secret une religion mondiale.

Elle semblera être une religion de type Chrétien favorisant l’amour. Cependant, ce ne sera pas l’amour du prochain, qui vient de Dieu, qu’elle favorisera. Elle encouragera plutôt l’amour et l’allégeance à l’antichrist et l’amour de soi.

L’abomination ne s’arrêtera pas là car l’attaque commencera dès qu’ils auront séduit les enfants de Dieu. À l’improviste, ils demanderont à tous d’accepter l’arche d’allégeance mondiale unique, à un monde unifié auquel tous les hommes devront prendre part. Elle contrôlera votre argent, vos achats de nourriture et votre façon de vivre.

Des lois, qui seront nombreuses, vous rendront prisonniers. La clé de votre puce, qui vous maintiendra sous leur contrôle, sera la marque de la bête.

666, son numéro caché, sera incrusté dans une puce que vous serez forcés d’accepter comme vous le feriez pour n’importe quel vaccin. Une fois implantée, elle empoisonnera non seulement votre esprit et votre âme, mais également votre corps. Car elle provoquera une peste destinée à éliminer une grande partie de la population mondiale. Vous ne devez pas accepter la marque. À la place, Je vais vous dire ce qu’il faut faire. Beaucoup accepteront la marque parce qu’ils se sentiront impuissants.

Le Sceau du Dieu Vivant, Ma Croisade de Prière (33), est votre bouée de sauvetage. Lorsque vous recevrez Mon Sceau de Protection, qui vous est donné par Mon Père Éternel, vous n’aurez pas à accepter la marque. Vous ne serez pas touchés. Votre maison ne sera pas vue, recherchée ni ciblée car elle sera rendue invisible aux yeux de l’armée de Satan.

Vous devrez stocker et cacher de la nourriture pour au moins quelques années. Vous devrez cultiver vos propres aliments, stocker votre eau et rassembler tous vos objets saints autour de vous. Mon Petit Reste d’Église grandira et s’étendra, et vous aurez un abri si nécessaire. Il faut tout organiser maintenant.

À ceux qui riront en vous voyant faire, ou qui diront que Jésus ne vous demande sûrement pas de faire tout ça, n’a-t-Il pas fourni à tous Ses disciples ce qui leur manquait quand ils étaient dans le besoin ? Même un pain et un poisson peuvent être multipliés. Aussi cela n’est pas grave si vous n’avez pas beaucoup de nourriture car Je vous protègerai et vous serez sains et saufs.

Priez fermement pour ces âmes qui ne seront pas capables d’éviter la marque. Ces âmes innocentes seront sauvées si elles sont en état de Grâce au moment où elles seront forcées d’accepter la puce.

Le reste d’entre vous devrez vous organiser pour protéger votre famille, et aussi votre fidélité à la Sainte Eucharistie et à la Messe. Lorsque l’antichrist dévorera toutes les religions, les seules armes qui le rendront impuissant sont la Sainte Messe et la Transsubstantiation du Pain et du Vin en Mon Corps et Mon Sang dans la Sainte Eucharistie.

Mes Messes doivent perdurer. Ceux d’entre vous qui savent cela doivent se regrouper en grand nombre maintenant et commencer les préparatifs. Plus vous vous préparerez tôt, plus vous recevrez de Grâces pour grossir vos rangs dans le monde entier.

Le Roc sera recouvert d’un nouveau bâtiment qu’ils appelleront Mon nouveau temple. Ce n’est pas vrai.

Mais quand la persécution se terminera, Mon Petit Reste d’Église et Mon peuple choisi reconstruiront le Temple et Ma Nouvelle Jérusalem descendra du Ciel. Elle descendra dans la gloire. Les trompettes seront entendues au Ciel et sur la Terre en même temps.

Et alors Je viendrai. Vous, Ma fille, annoncerez Mon arrivée et beaucoup tomberont à genoux et pleureront dans une extase de soulagement, d’amour et de joie. Car ce sera enfin le moment qu’ils ont attendu. Les cieux s’illumineront, le tonnerre éclatera et les chœurs des anges chanteront dans une douce unisson pendant que tous les enfants de Dieu acclameront leur Vrai Messie.

Moi, Jésus-Christ, viendrai pour Juger. Et les Cieux et la Terre ne feront plus qu’un. La nouvelle splendeur glorieuse, la Terre renouvelée, émergera et le Nouveau Paradis enveloppera tous ceux dont les noms sont inscrits dans le Livre des Vivants, qui s’uniront pour faire un. Et alors que la vieille Terre, souillée par la tache du péché, arrivera à son terme, la Nouvelle Ère ne fera que commencer.

C’est pour cela que vous devez lutter. C’est ce à quoi vous avez droit comme part de votre héritage naturel. Ne vous concentrez que sur le salut de toutes les âmes. C’est pour cette raison que vous devez ignorer les obstacles qui se présentent devant vous : la persécution, la douleur, l’horreur du mal, causés par la main des autres. Tout ce qui importe, c’est le salut des âmes.

Votre Sauveur

Jésus-Christ

Mehr Infos: https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/messages-de-2012/juin-2012/

Visite des idoles sauvées de l’Église de Pachamama – Trois cardinaux se prosternent

Visite des idoles sauvées de l’Église de Pachamama – Trois cardinaux se prosternent

Les Pachamamas pêchées dans le Tibre par la police italienne, ont « présidé » une conférence à Madrid le 30 octobre sur « Prophétie ou hérésie ? » rapporte ReligionDigital.org (30 octobre).

Trois cardinaux étaient présents : Le cardinal Osoro de Madrid, le cardinal Amigo de Séville à la retraite, et le cardinal Porras de Mérida, Venezuela, l’un des trois prélats présidant le Synode de Pachamama.

Le père Fernando López S.J. s’est exclamé qu’il y a cinq ans « personne d’entre nous n’aurait même rêvé d’un synode amazonien » ajoutant que « quelque chose est né ».

« Nous sommes tous surpris, un peu effrayés » [ce qui vient avec le fait d’être païen].

https://gloria.tv/post/r8xE92G88tjx3SsycX368d6q4