La grande Réinitialisation passe par la grande Dépossession commencée il y a des décennies!… Les confiscations bancaires représentent donc un mécanisme de destruction monétaire imparable, qui permettra aux banques centrales d’imposer leurs monnaies numériques – et d’obtenir ainsi un contrôle total sur l’ensemble de nos comptes et flux financiers. Ceci sous prétexte d’assurer le versement d’un revenu universel, dont la population aura alors le plus grand besoin… Tout sera alors en place pour nous imposer, à l’improviste, le système de crédit social « à la chinoise » qui est déjà dans les cartons de l’UE.

La grande Réinitialisation passe par la grande Dépossession commencée il y a des décennies!

Table des matières de Dépossession. Ce qu’il se passe aujourd’hui est la suite logique d’un processus multi-niveaux de confiscation voire d’expropriation à venir. Publié en 2018

Planète finance prépare les esprits au scénario apocalyptique qui est intimement lié au great reset de Klaus Schwab. Pour mettre en place le nouveau paradigme cryptomonétaire, il faut faire table rase de l’ancien. Cela semble évident n’est-ce pas?

Voici donc le patron de JP Morgan en envoyé spécial auprès du grand public, à l’image de Bill Gates, le grand spécialiste des virus ou de Klaus Schwab porteur de la bonne parole transhumaniste.

Et que dit Jamie Dimon, le CEO de JP Morgan (banque cofondatrice de la société eugéniste – Cf notre publication précédente)? Il nous appelle à nous préparer à « un ouragan financier »

« En ce moment, il fait plutôt beau, les choses vont bien. Tout le monde pense que la Fed peut gérer cela », a déclaré

Dimon lors d’une conférence de Bernstein. « Cet ouragan est juste là-bas sur la route qui vient vers nous. » « Nous ne savons tout simplement pas si c’est mineur ou Superstorm Sandy. Vous feriez mieux de vous préparer », a déclaré Dimon, ajoutant que JPMorgan Chase ( JPM ) se prépare à un « environnement non bénin » et à de « mauvais résultats ».

https://edition.cnn.com/2022/06/01/economy/jamie-dimon-jpmorgan-chase-economy/index.html

On retiendra deux choses de cette intervention. D’abord, il semblerait que planète finance soit en train de se préparer à appuyer sur RESET. le cas de l’Espagne est éloquent. Ce pays est en train de transgresser le tabou et ose préparer la population à la confiscation de toutes sortes de biens. Le Blog à Lupus relaie la chose dans un article le passage suivant:

https://leblogalupus.com/2022/06/05/expropriation-et-confiscation-lespagne-est-elle-au-bord-de-la-faillite-nationale/

L’Espagne est non seulement l’un des pays européens où l’hystérie du covid a été mise en œuvre avec succès, mais aussi le cinquième pays le plus endetté au monde. La faillite de l’État semble être à portée de main. C’est pourquoi le gouvernement socialiste de gauche est en train de faire passer une loi autorisant les expropriations de la propriété privée et un « corralito ». (…)

À l’époque, le portail affirmait encore que cela ne concernerait que les sommes supérieures à 100 000 euros. Mais de l’eau a coulé sous les ponts : Le 26 mai 2022, le gouvernement socialiste de gauche de Pedro Sánchez a annoncé que le fisc pourrait désormais confisquer toutes les économies dépassant le salaire minimum.

Un « corralito » pourrait être ordonné du jour au lendemain, comme cela a déjà été fait en Argentine, à Chypre, en Grèce ou récemment au Sri Lanka, a prévenu la semaine dernière l’avocat espagnol Aitor Guisasola. (…)

Le fait que la faillite de l’État soit un objectif déclaré des décideurs politiques est actuellement également démontré par le fait que Sánchez et ses partisans poussent encore plus loin les dépenses publiques afin de pouvoir justifier les expropriations et le « corralito ». Le 24 mai 2022, El País a rapporté que le gouvernement a publié une « offre record » pour les emplois publics, avec 44 788 postes disponibles dans les ministères, la justice, la police et l’armée.

« Plus ils embauchent de fonctionnaires, plus ils seront soutenus dans la mise en œuvre de leurs plans », a souligné Guisasola.

https://leblogalupus.com/2022/06/05/expropriation-et-confiscation-lespagne-est-elle-au-bord-de-la-faillite-nationale/

Or, il suffirait que l’Espagne nous claque dans la main pour que la chose se répercute par effet domino sur l’ensemble des banques centrales (c’est-à-dire NOUS) qui participent au système TARGET.

Voir notre dossier d’il y a de nombreuses années sur le sujet https://lilianeheldkhawam.com/target-dossier/
https://lilianeheldkhawam.com/target-dossier/

Et voilà ce que donne l’arme de destruction massive ET systémique qu’est Target 2:

http://www.eurocrisismonitor.com/

Vous voyez sur ce graphique que l’Espagne a les moyens d’entraîner les banques centrales européennes au fond de l’enfer. Mais elle n’est pas seule. L’Italie présente un déficit de sa balance TARGET encore pire que l’espagnol.

Et par ricochet, la courbe allemande s’écroulera au moment même où M Dimon et ses amis annonceront la faillite de l’Espagne, de l’Italie, voire des deux simultanément. Les pertes germaniques seront actées à ce moment précis! Les bilans des banques centrales seront immédiatement amputés de leurs créances espagnoles ou italiennes et les braves contribuables devront passer à la caisse.

Maintenant, si nous parlons des germaniques, il nous faut inclure les liquidités considérables que la BNS a mises au service de la Bundesbank via sa sous-traitante SECB, la banque responsable du trafic des paiements suisses en euro et sise sur sol allemand. Ce n’est pas par hasard que l’UBS est chapeauté de près par l’ancien patron de la Bundesbank. Oui, il y a un émouvant entre-soi entre les financiers de Francfort et ceux de Zurich. Une chose que le petit peuple maintenu dans l’ignorance ne peut comprendre.

Cet article de 2015 n’avait ému personne. Aujourd’hui, nous paierons le prix fort. https://lilianeheldkhawam.com/2015/03/02/la-politique-monetaire-suisse-serait-elle-vassalisee-par-lallemagne-liliane-held-khawam/

Le TARGET allemand inclut les liquidités mises à disposition par la BNS via le marché des REPOS

https://lilianeheldkhawam.com/2021/01/15/et-si-la-bns-faisait-faillite/

Le deuxième point que je voulais relever de l’intervention de Dimon est le fait de prétendre qu’il ne sait pas si cet ouragan sera mineur ou Superstorm Sandy. Eh bien nous pensons qu’il connait exactement le jour et l’heure du collapse définitif. Il est juste en train de préparer les esprits comme le fait si bien Bill Gates avec les pandémies qui se présentent dans une synchronicité impressionnante!

La preuve que M Dimon ment, c’est que nous savons sur ce site depuis des années que ce qui est en train de se passer a été longuement préparé par certains politiques corrompus.

Voici une publication très détaillée sur les préparatifs des dirigeants suisses et européens qui vont leur permettre le moment venu d’activer lois et directives à l’exacte image de ce qui s’est passé avec la Loi sur les épidémies de M Berset. Zéro hasard donc.

https://lilianeheldkhawam.com/2015/12/03/confiscations-bancaires-conseil-federal-cherche-couverture-democratique-vincent-held/

LHK

Retour sur les bases légales qui ont été jetées il y a de nombreuses années pour pouvoir aujourd’hui confisquer tranquillement l’épargne du déposant. Extrait du livre Une civilisation en crise, paru en janvier 2020

Un « tsunami financier » aux allures de décision politique

Les lois de confiscation de l’épargne adoptées « en toute discrétion » par le Parlement européen au printemps 20141 n’ont en réalité absolument rien d’un secret. De même, la possibilité de ponctionner les épargnants en-dessous du seuil « garanti » de 100’000 euros est tout aussi connue… dans les milieux politiques, tout au moins !

Le 24 juin 2015, la députée française Marine Le Pen avait en effet expliqué – devant plus de 600 autres parlementaires européens ! – que les avoirs des petits épargnants pourraient, eux aussi, être confisqués :2

« L’article 6 de ce texte3 permet à la Commission européenne de baisser ce seuil de spoliation de l’épargne de 100’000 euros à […] 20’000, 10’000, 5’000 ou zéro euros […] Je vous relis rapidement l’article 6 pour vous vous rafraîchir la mémoire : le montant [de] 100’000 euros […] fait l’objet d’un réexamen périodique, en tenant compte notamment de l’évolution du secteur bancaire et de la situation économique et monétaire […] Ce réexamen n’aura pas lieu avant le 3 juillet 2020, sauf si des événements imprévus le rendent nécessaire à une date plus rapprochée. »4

En 2015, les Grecs n’ont subitement plus eu accès ni à leurs comptes, ni même à leurs coffres en agence bancaire…

En clair, le seuil théorique de 100’000 euros pouvait être abaissé à tout moment, pour peu qu’un « événement imprévu » vienne justifier la généralisation des confiscations bancaires. Une affirmation spectaculaire, que personne au cours de la séance n’allait pourtant ni commenter, ni contredire !

Il y a là une similarité frappante avec le cas du député suisse Oskar Freysinger, dont la motion « Non à la confiscation des fonds privés par les banques » allait être classée sans suite par le Parlement fédéral en décembre 2015.5 Sans le moindre débat !

Quelques années plus tard, un professeur d’économie monétaire allait remettre cette question délicate sur la place publique. Au cours d’une émission à grande écoute de la chaîne publique suisse RTS, le Prof. Sergio Rossi devait expliquer que la « garantie » supposée de 100’000 francs sur les dépôts bancaires n’était en réalité qu’un mythe médiatique :

« C’est clair que l’on va toucher 1’000 ou 1’500 francs si une banque part en faillite. »6

Sans que, là non plus, quiconque n’ose le contredire, ni pendant l’émission (qui était diffusée en direct), ni par la suite.7

Force est dès lors de le constater : nos lois bancaires ont été délibérément conçues de manière à pouvoir exproprier même les petits épargnants au bénéfice des grandes banques en difficulté. Et c’est précisément là ce qui va causer le « tsunami financier » annoncé par tant de personnalités éminentes !

Car les confiscations bancaires ne peuvent avoir qu’un seul effet : la déflation, c’est-à-dire une hausse de la valeur de la monnaie. Un authentique scénario catastrophe !

Exemple : avec une déflation de -50%, toutes vos dettes (hypothèques, leasing-auto, crédit à la consommation…) doublent de valeur. Le montant de votre dette reste le même, mais sa valeur réelle explose. Il vous devient beaucoup plus difficile – et peut-être même impossible – de payer vos intérêts – et de rembourser le capital emprunté.

Les confiscations bancaires représentent donc un mécanisme de destruction monétaire imparable, qui permettra aux banques centrales d’imposer leurs monnaies numériques – et d’obtenir ainsi un contrôle total sur l’ensemble de nos comptes et flux financiers. Ceci sous prétexte d’assurer le versement d’un revenu universel, dont la population aura alors le plus grand besoin.

Tout sera alors en place pour nous imposer, à l’improviste, le système de crédit social « à la chinoise » qui est déjà dans les cartons de l’UE.

Vincent Held

Notes

1 Dixit Le Figaro (« Les banques en faillite pourront désormais ponctionner les comptes des déposants », 22/12/2015)

2 Il s’agissait d’un débat plénière auquel participaient très précisément 604 députés (cf. « Votes par appel nominal », PV du 24/06/2015 – europarl.europa.eu)

3 La Directive de « refonte du système de garantie des dépôts », votée le 16 avril 2014.

4 Préparation du Conseil européen (25 et 26 juin 2015) (débat) – Intervention de Marine Le Pen, europarl.europa.eu, 24/06/2015

5 Motion n°14.3201, parlament.ch, 20.03.2014

6 « Spécial votation – Monnaie pleine : un remède contre les crises financières ? », RTS (Infrarouge), 23/05/2018

7 Le caractère illusoire de la supposée « garantie » de 100’000 francs a été démontré – références à l’appui – dans un édito du grand magazine L’Illustré (08/07/2019). Sans que, là non plus, quiconque n’ose démentir cette analyse !

Complément

Ajout

https://twitter.com/niusmarco/status/1533892500686901249?s=21&t=8RmLYMr9gWKknDOPUp-KBQ&fbclid=IwAR1iPnpW1b1TSjfGvD4_eS0vnhFmktXFZewY6QW8Q4msZCyGCXaOjoAuvxY