Vaccin obligatoire pour les Autrichiens

Vaccin obligatoire pour les Autrichiens

« Nous marchons vers la vaccination obligatoire » crient depuis des mois dans la rue les terribles complotistes qui refusent de ployer devant les tyrans. « Vous êtes fous ! » rétorque le troupeau de moutons à l’unisson. Fous, ou simplement réalistes ?

L’Autriche est officiellement le premier pays d’Europe à mettre en place un système de vaccination obligatoire pour sa population. Alors que l’on voyait en Karl Nehammer, le nouveau chancelier conservateur autrichien, un espoir de retour au bon sens, il s’avère être le tyran sanitaire le plus investi de notre continent. Hier, il disait urgent d’approcher les gens, spécialement les antivaccins et autres sceptiques, de les écouter, de prendre leurs inquiétudes et leurs peurs au sérieux et en même temps de trouver des solutions, et allégeait ainsi les mesures sanitaires si strictes de ses prédécesseurs, faisant souffler un vent de liberté et d’espoir sur son pays. Aujourd’hui, il déclare à Vienne qu’il rendra « la vaccination obligatoire début février ». Il précise dans son discours que « c’est un projet sensible » mais « conforme à la Constitution » qui nécessite « une phase d’adaptation » permettant aux récalcitrants de se faire vacciner « jusqu’à la mi-mars ». « Après, des contrôles seront effectués » et ne pas être vacciné constituera un « délit » passible de « sanctions » financières variant entre 600 et 3.600 euros, en cas de récidive.

Un pas en avant, deux pas en arrière, telle est la stratégie de bien des gouvernements, bien décidés à nous faire ployer en nous ayant à l’usure, au découragement, et à la menace. Les mots de notre propre président Emmanuel Macron, clamant vouloir « emmerder les non-vaccinés », jusqu’à leur nier toute citoyenneté au nom de leur « irresponsabilité », peuvent faire craindre un calque prochain sur l’Autriche.

Suzi Feufollet