Les Pays-Bas annoncent un plan d’administration de 6 doses de vaccin

Et tandis qu’Israël distribue une deuxième série de doses de rappel aux patients les plus à risque, les Pays-Bas envisagent de faire jusqu’à six injections.

Dans une lettre adressée mercredi au Parlement, le ministre de la santé, Hugo de Jonge, a suggéré que les Pays-Bas envisagent des séries supplémentaires de vaccins de rappel pour lutter contre les nouveaux variants, dont deux en 2022 et une autre en 2023, selon Newsweek.

Arrêtons-nous un instant pour noter que la souche dominante dans le monde à l’heure actuelle, Omicron, est « nettement résistante » aux vaccins Covid-19 actuels, selon une étude de l’Université de Columbia datant du 20 décembre.

La lettre indique également que les Pays-Bas disposent de suffisamment de vaccins de rappel pour leur campagne actuelle, si l’on tient compte de toutes les personnes qui rejetteront les vaccins.

Dans sa lettre, M. De Jonge ajoute que « [c]omme la moitié seulement d’un vaccin ordinaire est nécessaire pour une dose de rappel de Moderna, nous disposons maintenant de suffisamment de vaccins pour la campagne de rappel actuelle et nous avons une base suffisante pour d’éventuelles séries de rappels supplémentaires au deuxième trimestre et à l’automne 2022 et en 2023« .

Les Pays-Bas ont racheté des stocks de vaccins afin d’éviter les pénuries, en commandant près de 6 millions de doses à Pfizer et BioNTech. Et ils ont déjà réclamé au moins 17 millions de doses supplémentaires d’ici à 2023. L’entreprise travaille déjà sur une nouvelle formulation pour cibler la variante omicron. Au 26 décembre, 89 % des personnes âgées de 18 ans ou plus avaient reçu au moins une dose de vaccin. Au total, 85,9 % des personnes âgées de 18 ans et plus sont complètement vaccinées.

Par ailleurs, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a exhorté les pays occidentaux développés à ne pas trop compter sur les doses de rappel dans leur politique COVID, car l’humanité devrait donner la priorité aux vaccins destinés aux pays en développement avant d’accumuler tous les rappels pour l’Occident.

On peut donc se demander si l’OMS fera pression sur les Pays-Bas pour qu’ils envoient ces vaccins dans les pays en développement, où l’on pourrait obtenir deux fois moins de doses complètes à partir de ces matériaux. Une dose de rappel ne représente que la moitié d’une dose de vaccin complète, de sorte que les Pays-Bas pourraient fabriquer deux fois plus de rappels que de doses de vaccin complètes avec leur stock. Bien sûr, il y a aussi la question du stockage et du transport.

Peut-être qu’il s’agit de savoir ce qui serait le plus vertueux ? Dans tous les cas, les fabricants de vaccins sont gagnants

https://www.aubedigitale.com/les-pays-bas-annoncent-un-plan-dadministration-de-6-doses-de-vaccin/