La police australienne arrête des adolescents « fugitifs » qui se sont échappés du camp d’internement du COVID

La police australienne arrête des adolescents « fugitifs » qui se sont échappés du camp d’internement du COVID

Trois adolescents qui se sont échappés d’un camp d’internement du Covid dans le nord de l’Australie ont été arrêtés par la police, qui dit ne pas croire qu’ils soient entrés en contact avec des membres de la communauté voisine et que « le risque sanitaire pour la communauté était très faible », ajoutant « Mais il n’y a absolument aucune excuse pour les actions de ces trois personnes ce matin. »

La police contrôle les voitures près de l’installation de quarantaine de Howard Springs, dans la zone rurale de Darwin. (ABC News : Michael Franchi)

Selon l’Australian Broadcasting Corporation (ABC), les trois adolescents de la communauté de Binjari, près de Katherine, âgés de 15, 16 et 17 ans, ont été testés négatifs au virus hier. Ils avaient été placés en quarantaine parce qu’ils étaient des « contacts proches de cas positifs », mais ils ont escaladé une clôture et se sont échappés à 4 h 30 mercredi matin.

Le commissaire de police du NT, Jamie Chalker, a déclaré que les agents ont trouvé le trio à la limite de Palmerston et les ont arrêtés après une poursuite à pied.

Il a déclaré que les jeunes gens étaient toujours interrogés mais que, selon les premières indications, ils n’avaient pas eu de contact avec des membres du public.

L’établissement héberge des personnes touchées par l’épidémie de COVID-19 de la région de Katherine ainsi que des voyageurs de retour de vols de rapatriement, dont un homme qui a été testé positif à la variante Omicron lundi.

Chacun des adolescents risque une amende pouvant aller jusqu’à 5 024 dollars. Selon M. Chalker, les autorités vont renforcer la vidéosurveillance de l’établissement et envisager de prendre davantage contact avec les résidents isolés dont l’isolement « a pu être un facteur déclenchant » de l’évasion.

« Je tiens également à souligner l’excellent taux de conformité que nous avons obtenu, étant donné que plusieurs centaines de personnes ont été placées dans le Centre de résilience nationale lié aux groupes de Robinson River, Katherine, Binjari et Rockhole « , a-t-il déclaré.

Des policiers masqués ont fouillé les véhicules autour de l’établissement. (ABC News : Dane Hirst)

Leur évasion a déclenché une chasse à l’homme, avec des contrôles sur les autoroutes.