L’application du passeport vaccinal en Suisse inclut les églises

L’application du passeport vaccinal en Suisse inclut les églises

Toute église comptant au moins 50 fidèles à la fois.

En Suisse, les églises sont désormais tenues d’exiger des passeports vaccinaux de leurs fidèles pour les événements réunissant plus de 50 personnes. Les critiques ont qualifié cette exigence de « grande injustice ».

Le 13 septembre, le gouvernement suisse a étendu l’obligation du passeport vaccinal aux événements à l’intérieur des édifices, y compris les églises. Dans un effort pour « éviter que les hôpitaux ne soient surchargés », les églises devront demander des passeports de vaccination pour les événements réunissant plus de 50 personnes. L’alternative est de maintenir les événements à moins de 50, où les participants devront porter des masques et observer une distance sociale.

Ces mesures ont été soutenues par l’Église évangélique réformée de Suisse et la Conférence des évêques suisses (CES).

« Les Églises nationales sont reconnaissantes au Conseil fédéral d’avoir considéré que l’accès aux services religieux et aux autres événements religieux était important et de n’avoir exigé un certificat qu’à partir de 50 personnes », peut-on lire dans une déclaration commune des deux organisations. La déclaration ajoute que les organisations « considèrent qu’il est de leur devoir de pouvoir continuer à organiser des cérémonies religieuses sûres et ouvertes à tous. Elles feront tout leur possible pour éviter la contamination des participants à ces services. »

Mais elles n’ont pas apprécié que le gouvernement n’ait pas exempté les églises de ces exigences car « la possibilité de faire son deuil et de dire adieu ensemble est un élément essentiel pour faire face aux crises personnelles et sociales. »

Leur acceptation des mesures a été critiquée par Marian Eleganti, évêque auxiliaire du diocèse de Coire, qui l’a décrite comme « une sorte de captivité face à l’autorité politique. »

« L’Église s’est placée dans une sorte de captivité vis-à-vis de l’autorité politique afin de se soumettre, en apparence, à sa politique de santé de manière bourgeoise. Ce faisant, l’Église relativise elle-même le sens et le pouvoir des sacrements en soumettant leur administration à des mesures étatiques arbitraires et contradictoires, avec pour résultat que de nombreux croyants sont privés des sacrements et que le bon sens tombe souvent à l’eau. Il en va de même pour la force de la foi, qui voit dans les sacrements le Christ présent, le seul qui puisse nous sauver. On attend en vain ce témoignage de l’Église, à mon avis une chute de la grâce », a écrit l’évêque dans une déclaration à LifeSite News.

« Les actions des gouvernements constituent une grande injustice dans de nombreux pays du monde et contredisent les droits fondamentaux des citoyens garantis par la Constitution, qui, comme nous le savons, sont des droits de protection contre les empiètements de l’État », a ajouté M. Eleganti.

https://www.aubedigitale.com/lapplication-du-passeport-vaccinal-en-suisse-inclut-les-eglises/