Slovaquie : François met mal à l’aise un nonce et un évêque

Slovaquie : François met mal à l’aise un nonce et un évêque

Les prêtres ne devraient pas « donner des homélies de 40-50 minutes sur des arguments que personne ne comprend », a déclaré François lors d’un entretien de 30 minutes le 13 septembre avec des religieux lors de sa visite en Slovaquie.

Après avoir reçu des applaudissements à ce sujet, il a répondu que « les religieuses qui sont les victimes de nos homélies » méritent ces acclamations. Comme d’habitude, au lieu de confesser ses propres péchés, il a attaqué l’Église qui doit « fuir l’égocentrisme, car le centre de l’Église n’est pas l’Église. »

Plusieurs fois, François s’est attaqué à sa propre ombre : « la rigidité » et une vie spirituelle « rigide et fermée sur elle-même. » Il a mis en garde contre une Eglise qui « pense de la même manière et obéit aveuglément » – indiquant par là que Traditionis Custodes ne doit pas être prise au sérieux.

Enfin, il a mentionné une lettre qu’il a récemment reçue d’un évêque qui a écrit que « nous avons vécu 400 ans sous les Turcs, et 50 ans sous le communisme, et nous avons souffert, mais ces 7 années avec ce Nonce ont été pires que les deux autres expériences. »

Il a poursuivi : « Parfois, je me demande : combien de personnes peuvent dire la même chose de leur [pape,] évêque ou curé ? ». La description de François correspond au nonce bulgare Anselmo Pecorari qui a été nommé en avril 2014. La lettre mentionnée a donc probablement été envoyée par l’évêque de Sofia, Gheorghi Ivanov Jovčev, 71 ans.

https://gloria.tv/post/mevXX9WSCamo3KZUKfBvbuuiv