Le nouvel ordre économique mondial après le COVID-19

Le nouvel ordre économique mondial après le COVID-19

“Si nous ne changeons pas de direction, nous risquons de nous retrouver là où nous allons.”

– Proverbe chinois.

Il y a quelques jours, le président chinois Xi Jinping a lancé une attaque à peine voilée contre les États-Unis, condamnant leur hégémonie économique et militaire et appelant à un nouvel ordre mondial dans lequel “les affaires internationales devraient être gérées par tout le monde.” Bien que Xi n’ait pas explicitement nommé les États-Unis dans son discours de 18 minutes, il a visé les efforts de Washington pour découpler les chaînes d’approvisionnement de la Chine, plus précisément l’interdiction par l’administration Trump de vendre des semi-conducteurs américains et d’autres produits de haute technologie à des entreprises chinoises telles que Huawei.

Xi a déploré l’unilatéralisme actuel, affirmant que les règles fixées par un ou quelques pays ”ne devraient pas donner le tempo au monde entier”.

Il est intéressant de noter que Xi a fait ces commentaires quelques jours seulement après que le président américain Joe Biden et le premier ministre japonais Yoshihide Suga se sont engagés à travailler ensemble pour s’opposer à la coercition chinoise dans les mers de Chine méridionale et orientale.

Les lecteurs se demandent peut-être quelles sont ces économies privilégiées qui pourraient donner du fil à retordre à Xi.

Eh bien, il s’agit principalement des suspects habituels, à l’exception des exceptions habituelles.

Alors que la pandémie de Covid-19 a plongé de nombreuses économies dans les pires récessions économiques de l’histoire récente, l’ancien ordre économique mondial reste pratiquement intact, à l’exception de quelques changements notables. Plus important encore, les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne, dans cet ordre, sont toujours les plus grandes économies du monde.

Toutefois, certains pays ont changé de place à la suite de la pandémie, tandis que d’autres ne font plus partie de l’élite.

Les données proviennent de CNBC, qui compare le produit intérieur brut nominal des pays figurant dans la base de données des perspectives économiques mondiales du FMI.

Quelles sont donc les principales évolutions des classements économiques post-pandémie ?

C’est parti :

Le Brésil chute

Pour commencer, le Brésil est sorti du Top 10.

La grande nouvelle du Nouvel Ordre Mondial est que le Brésil est passé de la neuvième économie en 2019 à la douzième l’année dernière. En effet, la puissance sud-américaine a été le seul pays à sortir du classement du Top 10.

Une nouvelle encore pire pour les investisseurs des BRIC : Selon le FMI, le temps perdu par le Brésil devrait durer jusqu’en 2026, date à laquelle il pourrait revenir dans le Top 10.

Cette révélation n’est guère surprenante, étant donné que le Brésil est actuellement affligé par le troisième plus grand nombre de cas de Covid-19 au monde, le secrétaire à la santé ayant récemment mis en garde contre un effondrement imminent du système de santé du pays.

Sur une note plus positive, le FMI prévoit que l’économie brésilienne progressera de 3,7 % au cours de l’exercice 2021, après une contraction de 4,1 % en 2020.

La montée de la Corée du Sud

Naturellement, un nouveau venu fait son entrée dans le Top 10, à savoir la Corée du Sud.

Le Brésil ayant quitté le classement des dix plus grandes économies du monde, la Corée du Sud s’est hissée à la 10e place et le FMI prévoit qu’elle pourrait conserver cette place jusqu’en 2026.

La Corée du Sud a enregistré quelques succès contre le Covid-19, bien que les cas aient encore augmenté ce mois-ci.

Toutefois, la vigueur des exportations de semi-conducteurs a permis de limiter la contraction de l’économie à seulement 1 % en 2020.

La pénurie mondiale de semi-conducteurs a fait des ravages dans les secteurs de la technologie, de l’automobile, de l’électronique grand public et dans tous les secteurs intermédiaires. Après des années de demande tiède, la pandémie de COVID-19 a déclenché une énorme vague d’achats technologiques, les fabricants d’ordinateurs personnels, de tablettes, d’ordinateurs portables et de consoles de jeux étant pris au dépourvu.

En effet, l’industrie du PC a connu un renouveau important grâce au phénomène du télétravail. En 2020, les ventes d’ordinateurs ont dépassé 302 millions d’unités, ce qui représente une augmentation de 13 % en glissement annuel et le chiffre le plus élevé depuis 2014. Dans le même temps, les ventes de webcams ont bondi de près de 360 %, la vidéoconférence devenant le nouveau mot à la mode de la communication moderne.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine n’a fait qu’aggraver une situation déjà mauvaise.

Dans une décision annoncée l’automne dernier, le ministère américain du commerce a déclaré le fabricant de puces chinois Semiconductor Manufacturing International ou SMIC, persona non grata après avoir déterminé que l’entreprise fournissait des puces à l’armée chinoise, ce qui en faisait une menace pour la sécurité nationale. Le gouvernement fédéral a empêché SMIC d’obtenir certains équipements de fabrication de puces réglementés par les États-Unis, ce qui a conduit les acheteurs américains à réduire leurs commandes auprès de l’entreprise. SMIC est l’un des plus grands fabricants de puces à semi-conducteurs, représentant environ 5 % de l’offre mondiale de semi-conducteurs.

Heureusement, les fabricants de puces sud-coréens sont largement restés dans les petits papiers de Washington.

Le Royaume-Uni dépasse l’Inde

Une autre mauvaise nouvelle pour les investisseurs des BRIC : L’Inde, cinquième économie mondiale en 2019, a glissé à la sixième place après que le Royaume-Uni l’a dépassée.

Mais contrairement au Brésil, le FMI estime que le pays d’Asie du Sud pourrait retrouver la cinquième place dès 2023.

L’Inde a eu du mal à contenir la pandémie, même dans un contexte de verrouillage généralisé, et le FMI prévoit que l’économie s’est contractée de 8 % au cours de l’exercice 2020, qui s’est terminé en mars 2021.

De son côté, le Royaume-Uni a mis en place le deuxième programme de vaccination contre le Covid-19 le plus réussi après celui des États-Unis. En fait, les entreprises du pays font de bonnes affaires après la réouverture des magasins fermés, ce qui est un autre atout pour l’économie.

En fin de compte, l’ancien ordre semble vouloir rester pratiquement inchangé, en particulier aux échelons supérieurs. Les entreprises américaines restent désireuses d’étendre leurs activités en Chine après que la nation asiatique a enregistré une croissance économique de 18,3 % en glissement annuel au premier trimestre de 2021, mais elles sont limitées par les tensions géopolitiques entre les deux nations qui restent élevées, l’administration Biden ayant récemment annoncé qu’elle maintiendrait la plupart des tarifs douaniers de l’ère Trump. Il est peu probable que cette situation change de sitôt.

Le nouvel ordre économique mondial après le COVID-19 | Aube Digitale