Livre sur le paradis – Chapitre 9 –

CHAPITRE IX

Ce n’est pas en tant qu’enfant que nous la retrouverons

Parce ce que la prochaine fois qu’avec délire nous l’embrasserons,

Elle ne serait plus un enfant,

Mais une femme dans la maison de son Père

Enrobée en grâce Céleste,

Et rendue belle, par l’expansion de son âme

Son visage nous le contemplerons.

-Henry W. Longfellow

love photography pretty red beautiful sky landscape orange indie paradise  Grunge hate picture blue pink sun clouds nature world amazing relax pastel  Alternative youth sunset sunrise free heaven flying beautiful nature

Le jour suivant, alors que mon beau-frère était absent pour une mission importante, je suis sortie toute seule pour voir si je pouvais trouver les deux jeunes filles que j’avais vues. J’étais certaine que dans cette vie Céleste, tôt ou tard je les rencontrerais mais, j’avais hâte de les revoir. Cependant, je suis devenue absorbée avec ma rencontre avec Jésus que je n’ai pas fait attention à tout ce qui m’entourait. Tout d’un coup, j’ai entendu quelqu’un dire “mais c’est Madame Sprague!”et, quand je levais les yeux, j’ai vu que c’était Mary Bates et j’ai crié:

“Ma précieuse Mamie!”

Elle vola vers moi, elle me prit dans ses bras, et posa ma tête sur son épaule comme dans le passé, presque en pleurs de joie.

“Chère petite muzzer!” – un surnom utilisé souvent dans le passé – “ je suis tellement contente que tu sois ici avec nous! J’étais impatiente de te voir.” a dit Mary.

“Comment savais-tu que j’y étais, Mamie”

“Le Seigneur m’a dit”, dit-elle à voix basse. “Mae m’avait déjà raconté et lorsque nous étions en chemin vers toi nous l’avons croisée et Il nous a expliqué Il t’avait à peine quittée. Alors, on savait que l’on devait attendre un peu” dit-elle avec respect.

Comme mon cœur était comblé! Il a pensé et parlé de moi après notre rencontre! Je n’osais pas poser la question mais Mamie anticipait ma question:

“Il nous a parlé de toi avec infiniment de tendresse et à insisté que nous devions être souvent avec toi.” Mae avait un travail à faire et je suis venue toute seule étant donné qu’elle t’avait vue. Est-ce que je peux rester avec toi, on a beaucoup à échanger?

“De quoi, dois-je te parler en premier?” Ai-je demandé.

luxuryholidaysclub Instagram posts (photos and videos) - Picuki.com

“Tous sur nos aînés, chaque membre de notre famille. Commences avec ma mère précieuse. Je suis souvent avec elle mais, son grand deuil, hélas, pas encore réconcilié est une barrière. Si elle pouvait passer seulement une heure avec moi ici, elle connaîtrait la sagesse et l’amour de Dieu, comme nous la connaissons. Ça soulèverait une ombre de sa vie terrestre! Elle comprendrait que les deux vies ne sont qu’une.”

“Oui, ma chère” ai-je répondu. J’ai toujours essayé de lui faire penser de sa vie dans cette lumière et de se confier totalement aux bons soins et amour inconditionnel du Père. C’est difficile sur Terre de voir au-delà de la chaise vide. Qu’en même, elle commence à comprendre graduellement les messages que tu lui donnes.” Dis-je.

“Si seulement, elle savait que c’est tout ce qu’il me faut pour combler ma joie maintenant! Nous ne faisons pas le deuil ici, comme on faisait sur terre car nous avons appris de savoir la volonté du Père est toujours sage et tendre; mais même le Ciel ne serait jamais complet pour moi si je savais que ma mère chérie oubliait toutes les grâces qu’elle a reçues, simplement parce que je ne suis pas dans le corps pour les partager. Elle est à mon père et les garçons – et je suis à elle, autant qu’eux. Souvent, je m’assois avec eux tous, sa main dans ma main et mes bras autour d’elle, ma petite chère maman. Pourquoi, doit-elle me voir pour reconnaître ceci? Mais, je dois arrêter de me plaindre – un jour, elle comprendra tout.”

Lorsque nous marchions, parlant de notre vie terrestre, nous avons vu un groupe de quatre personnes : trois femmes et un hommes sur les arbres, avec le Seigneur. Une femme tenait Sa main pendant qu’Il Lui parlait. Lorsque nous passions à côté, Il s’est tourné vers nous. Il n’a pas dit un mot mais Son regard – remplit de tendresse, d’encouragement et de bénédiction – Il nous a vraiment soulevé et exulté et nous avons continué notre chemin avec une joie indescriptible dans nos cœurs.

Nous avons fini notre promenade en silence et, nous nous sommes assis sur les marches en marbre en-dessous des arbres. Le cher enfant s’est mis à côté de moi avec sa tête sur mon épaule. “Est-ce qu’on avait un regard aussi puissant?”

love photography beautiful summer sky vintage landscape inspiration paradise  dream city wallpaper city lights clouds nature ocean sea sunset wish  blogger heaven •

Aussitôt, elle a levé sa tête et m’a dit: “tu le penses aussi? J’en étais sûre. C’est toujours comme ça. Si Il est trop engagé de te parler, Il te regarde et c’est comme si Il avait eu une longue conversation avec toi. Ce n’est pas fabuleux! Pourquoi, pourquoi, on n’a pas pu le connaître sur terre comme nous Le connaissons ici? »

« Combien de temps étais-tu ici avant de L’avoir rencontré? » Dis-je.

« Son visage était le premier que j’ai vu après avoir quitté mon corps. J’étais confus lorsque je me suis rendue compte que j’étais libre et, je restais pour un moment indécise. Puis, je L’ai vu à côté de moi avec le même regard sur Son visage. Au début, je me sentais timide et, un peu nerveuse. Il m’a tendu Sa main et m’a dit doucement « mon enfant, Je suis venu pour prendre soin de toi; fais-moi confiance, n’aies pas peur, » puis je L’ai reconnu et tout de suite toute ma peur m’a quitté et je L’ai serré fort comme j’aurais fait avec mes deux frères. Il ne parlait pas mais j’étais certaine qu’Il comprenait toutes mes pensées. J’ai demandé:

« Est-ce que je peux rester pour quelques temps avec maman? Elle a le cœur brisé »

« Oui, cher enfant, autant que tu veux » a-t-Il répondu avec compassion.

“Tu peux rester aussi?” Je Lui demandais cela car je ressentais déjà le besoin de ne pas devoir être séparée de Lui.

“Il avait l’air très content, c’est comme si Il avait deviné mes pensées et Il a répondu – oui, Je ne te quitterai qu’au moment où tu seras prête.”

“ Puis, je suis allée à maman et je l’ai entourée de mes bras et le Seigneur est venu et L’a réconfortée; je ne sais pas si elle a senti notre présence mais, j’ai l’impression qu’elle était rassurée. Je restais avec elle jusqu’à la fin des obsèques, excepté quelques moments avec le petit Hal. Je pense qu’il a senti ma présence plus que toutes les autres personnes, il est resté tellement calme et immobile lorsque je lui ai parlé. Il semblait écouter. Quand la famille s’est rassemblée pour la dernière fois autour de mon cercueil, j’ai eu envie de me manifester à eux. J’aurai tant aimé si, même pour un instant seul, la famille aurait pu me voir vivante parmi eux ; ils auraient su qu’il y a une vie après la mort? Mais, ils ne voulaient pas reconnaître la Vérité. J’ai plaidé avec le Seigneur de me manifester mais, Il a dit non ce n’est pas la Volonté du Père. Après cela, j’ai accepté pleinement la Volonté du Père et assez vite Il m’a amené ici dans Ses bras, quelle vie bénie!”

Heavens Garden Paradise (Page 5) - Line.17QQ.com

Je ne peux hélas donner qu’un résumé de cette conversation heureuse. Il est trop sacré pour être vu par des yeux curieux. Nous avons bavardé jusqu’à la tombée du soleil et nous avons joint nos voix aux hymnes de louange des anges. Plus tard, nous sommes allés dans ma chambre et nous nous sommes assis sur le divan et le dernier mot que j’ai entendu chuchoter tendrement « chère, chère petite muzzer, je suis tellement contente que tu sois ici. » dit Mary.

Souvent, on me posait la question « est-ce qu’il fait nuit en haut ? définitivement non! Ce qu’on appelle jour est plein d’une lumière radiante, une lumière d’or et rose. Il n’y a pas de mot connu des mortels qui peuvent décrire cette merveille. Elle remplit le Ciel ; elle était captée et reflétée par les eaux. Elle remplissait le ciel avec joie et les cœurs avec la musique. Après cette période, qui est plus longue que notre journée sur Terre, cette lumière devenait plus douce et pleine de paix. Les enfants arrêtaient de jouer en-dessous des arbres et tous ceux qui étaient occupés avec leurs devoirs pendant la journée, cherchaient du calme et du repos. Il n’y a pas de noir ni d’ombre.