Kissinger met en garde Washington : Acceptez le nouveau système mondial ou faites face à une situation géopolitique semblable à celle de la Première Guerre mondiale

Kissinger met en garde Washington : Acceptez le nouveau système mondial ou faites face à une situation géopolitique semblable à celle de la Première Guerre mondiale

La Maison Blanche ne cessant de provoquer des tensions avec la Russie et la Chine, le doyen de la politique étrangère américaine, Henry Kissinger, a dramatiquement averti Washington la semaine dernière qu’il fallait soit accepter un nouveau système international, soit continuer à pousser les tensions qui conduisent à une situation similaire à la veille de la première guerre mondiale.

Dans un récent webinaire de Chatham House avec l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt, M. Kissinger, 97 ans, a appelé les États-Unis à créer un équilibre avec les forces mondiales existantes, ajoutant

“si vous imaginez que le monde s’engage dans une compétition sans fin basée sur la domination de celui qui est supérieur au moment présent, alors une rupture de l’ordre est inévitable. Et les conséquences d’une rupture seraient catastrophiques”.

Le diplomate chevronné a exhorté les États-Unis à comprendre que toutes les questions n’ont pas de “solutions définitives” et a prévenu que

“Si nous ne parvenons pas à un accord avec la Chine sur ce point, nous nous retrouverons dans une situation de type pré-Première Guerre mondiale, dans laquelle il y a des conflits permanents qui sont résolus sur une base immédiate, mais l’un d’entre eux devient incontrôlable à un moment donné.”

Toutefois, l’idée que les États-Unis devraient cesser d’imposer leur volonté à tous les autres ne sera pas facilement acceptée à Washington. En témoignent la rhétorique acerbe et les insultes personnelles que le président américain Joe Biden profère continuellement à l’encontre de ses homologues russe et chinois, Vladimir Poutine et Xi Jinping.

Le 18 mars, en Alaska, un haut fonctionnaire chinois, Yang Jiechi, a déclaré au secrétaire d’État américain Anthony Blinken que “les États-Unis n’ont pas la qualification nécessaire pour dire qu’ils veulent parler à la Chine en position de force”. Puis, le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov et son homologue chinois Wang Yi ont déclaré avec audace quelques jours plus tard, le 22 mars, lors de leur rencontre à Pékin, qu’ils “sauvegardent conjointement le multilatéralisme, maintiennent le système international avec l’ONU en son cœur et l’ordre international fondé sur le droit international, tout en s’opposant fermement aux sanctions unilatérales ainsi qu’à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres pays.”

La carrière de Kissinger est maculée de sang si l’on se souvient qu’il a soutenu le Pakistan pendant la guerre d’indépendance du Bangladesh, malgré le massacre de centaines de milliers de personnes et les viols massifs ; qu’il a orchestré un coup d’État militaire au Chili pour destituer Allende, démocratiquement élu, en faveur de la dictature de Pinochet ; qu’il a soutenu tacitement le massacre par l’Indonésie de centaines de milliers de Timorais de l’Est ; et qu’il a approuvé l’invasion par la Turquie du nord de Chypre, qui a entraîné l’arrivée de 200 000 réfugiés grecs sans droit de retour, entre autres choses.

Cependant, sa déclaration la plus récente sur les États-Unis et le système international est en fait une proposition mûre qui serait bénéfique pour la paix mondiale si l’administration Biden accepte son conseil selon lequel l’ordre mondial est en train de changer. Il est peu probable que Washington soit prêt à mettre fin unilatéralement à son agression par le hard et le soft power, car il croit à tort pouvoir maintenir un ordre unipolaire.

Il est toujours difficile pour les grandes puissances d’accepter que le monde a changé, surtout lorsque cela se fait à leur détriment. Le comportement de l’administration Biden, qui utilise délibérément une rhétorique menaçante et inappropriée, démontre qu’elle n’acceptera pas rationnellement un système mondial multipolaire, d’autant plus que la russophobie et la sinophobie sont en hausse.

Les insultes personnelles à l’encontre de Poutine et de Xi sont l’expression de l’impuissance américaine, surtout si l’on considère que, historiquement, les États-Unis ne se livraient pas à ce genre de rhétorique lorsqu’ils étaient au zénith de leur puissance. Les États-Unis ne sont plus la seule superpuissance du monde et leurs rivaux n’acceptent plus une telle agression, ce qui est exactement la raison pour laquelle la délégation chinoise qui s’est rendue en Alaska le mois dernier a clairement déclaré qu’elle n’acceptait aucun langage de la force.

Un problème supplémentaire pour les États-Unis est de savoir si leurs alliés vont mettre à rude épreuve leurs relations avec la Chine et la Russie, et s’ils accepteront d’être poussés dans des conflits avec elles. Certains éléments indiquent que les pays européens les plus importants résisteront aux exigences des États-Unis. En témoigne la question du Nord Stream 2, où les tentatives américaines d’empêcher sa construction se heurtent à la résistance de pays importants de l’Union européenne, malgré les plaintes incessantes de petits pays comme la Lituanie et la Pologne.

Robert Gates, ancien directeur de la CIA et secrétaire américain à la défense, a admis dans une récente interview au Washington Post que les sanctions contre la Russie n’apportent rien de bon aux États-Unis. Dans The National Interest, Robert Kaplan décrit la Russie comme un “problème venu de l’enfer” parce qu’elle ne peut être maîtrisée. Kaplan explique pourquoi il est nécessaire que la Russie “s’éloigne de son alliance unilatérale avec la Chine” et trouve un équilibre avec les États-Unis.

La politique d’agression malavisée de Washington visant à maintenir un ordre mondial unipolaire a joué en faveur de la Chine et de la Russie, notamment en accélérant leur coopération. L’Occident ne peut plus réprimer la puissance économique de la Chine ou la puissance militaire de la Russie. Les stratèges militaires occidentaux savent que la coopération russo-sino ne peut être compensée par rien.

Au final, Washington devra recourir à une stratégie ressemblant à la suggestion de Kissinger de trouver un équilibre, tout en acceptant la réalité multipolaire qui s’est installée.

Traduction de GR par Aube Digitale

Kissinger met en garde Washington : Acceptez le nouveau système mondial ou faites face à une situation géopolitique semblable à celle de la Première Guerre mondiale | Aube Digitale