Pénitencerie apostolique – Le don de l’indulgence (lisez pour l’indulgence plénière de la fête de la Miséricorde – pour la confession sacramentelle)

PÉNITENCERIE APOSTOLIQUE

LE DON DE L’INDULGENCE

La célébration de l’Année jubilaire n’est pas seulement l’occasion particulière de profiter du grand don des indulgences que le Seigneur nous fait, à travers l’Église, mais elle est également une heureuse occasion pour rappeler à la considération des fidèles la catéchèse sur les indulgences. C’est pourquoi la Pénitencerie apostolique publie, pour ceux qui effectuent les visites jubilaires, cet avis sacré.

RAPPEL À CARACTÈRE GÉNÉRAL
SUR LES INDULGENCES

1. L’indulgence est ainsi définie dans le «Code de Droit canonique» (can. 992) et dans le «Catéchisme de l’Église catholique» (n. 1471): «L’indulgence est la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l’action de l’Église, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints».

2. En général, l’acquisition des indulgences exige des conditions déterminées (ci-dessous, nn. 3-4), et l’accomplissement d’œuvres déterminées (aux nn. 8-9-10 sont indiquées celles qui sont propres à l’Année Sainte).

3. Pour obtenir les indulgences, tant plénières que partielles, il faut, au moins avant d’accomplir les dernières exigences de l’œuvre indulgenciée, que le fidèle soit en état de grâce.

4. L’indulgence plénière peut être obtenue seulement une fois par jour.Mais pour l’obtenir, outre l’état de grâce, il est nécessaire que le fidèle

– possède la disposition intérieure, du détachement complet du péché, même seulement véniel;

– se confesse sacramentellemeпt de ses péchés;

– reçoive la Sainte Eucharistie (il est certes mieux de la recevoir en participant à la Messe; mais, pour l’indulgence, seule la sainte communion est nécessaire);

– prie selon les intentions du Souverain Pontife.

5. Il est bon, mais pas nécessaire, que la Confession sacramentelle, et en particulier la sainte communion et la prière pour les intentions du Pape soient effectuées le jour même où l’on accomplit l’œuvre indulgenciée; mais il est suffisant, que ces saints rites et prières soient accomplis quelques jours (environ 20) avant ou après l’acte indulgencié. La prière selon l’intention du Pape est laissée au choix du fidèle, mais on suggère un «Notre Père» et un «Ave Maria». Pour diverses indulgences plénières il est suffisant d’effectuer une Confession sacramentelle, mais il est requis une sainte communion distincte et une prière distincte selon l’intention du Pape pour chaque indulgence plénière.

6. Les confesseurs peuvent changer, pour ceux qui en sont légitimement empêchés, l’œuvre prescrite ainsi que les conditions requises (exception faite bien sûr du détachement du péché, même véniel).

7. Les indulgences sont toujours applicables à soi­ même ou aux âmes des défunts, mais elles ne sont pas applicables à d’autres personnes vivant sur terre.