Le chemin de Croix avec Soeur Faustine

Vous pouvez télécharger ce chemin de croix, en vous rendant sur le lien suivant : https://misericordedivineinternationalassociationfrancais.wordpress.com/petit-journal-image-fete-heure-sacrements-chemin-de-croix-prieres-a-la-misericorde-divine/

Le chemin de croix – basé sur le Petit Journal de Soeur Faustine


Prière d’introduction : Miséricordieux Jésus, mon Maître, je désire te suivre avec fidélité et t’imiter chaque jour avec plus de perfection. C’est pourquoi je vous supplie que par la méditation de votre Passion, je reçoive la grâce de comprendre chaque jour avec plus de perfection, les mystères de la vie spirituelle. Marie, Mère de la Miséricorde, toujours fidèle au Christ, guide-moi dans les pas de la Passion douloureuse de ton Fils et accorde-moi les grâces nécessaires pour que ce Chemin de Croix soit fécond dans mon cœur.  

Ière Station – Jésus est condamné à mort

Jésus me dit :  » Ne t’étonne pas d’être plus d’une fois injustement soupçonnée. C’est Moi qui le premier ai bu ce calice des souffrances injustes, par amour pour toi.  » (PJ 288) … Lorsque J’étais devant Hérode, Ma fille, je t’ai obtenu une grâce, c’est que tu saches te tenir au-dessus du mépris humain, et que tu marches fidèlement sur Mes traces. (PJ 1163)

Sainte Faustine : Nous sommes sensibles en ce qui concerne la parole et sensibles nous voulons immédiatement répondre, sans nous demander si c’est la volonté de Dieu, pour nous, de parler. L’âme silencieuse est forte ; si elle persévère dans le silence, aucune contrariété ne la touchera. L’âme silencieuse est capable de s’unir à Dieu de la façon la plus profonde. (PJ 476)

Miséricordieux Jésus, aidez-moi à accepter chaque jugement humain; ne me permettez jamais de vous juger en jugeant mon prochain.

IIème Station : Jésus prend sa croix

Jésus à Sainte Faustine : Ma fille, n’aie pas peur des souffrances, je suis avec toi. (PJ 151) Plus tu aimeras la souffrance, Ma fille, plus pur sera ton amour envers Moi. (PJ 279)

Sainte Faustine : Jésus, je Vous remercie pour les petites croix quotidiennes, pour les contrariétés dans mes desseins, pour les peines de la vie commune, pour la mauvaise interprétation de mes intentions, pour les humiliations infligées par autrui, pour la manière revêche de nous traiter, pour les faux soupçons, pour ma faible santé, pour l’épuisement de mes forces, pour le sacrifice de ma propre volonté, pour l’anéantissement de moi-même, pour la désapprobation en tout, pour le dérangement de tous mes plans. (PJ 342).

Miséricordieux Jésus, apprenez-moi à apprécier les difficultés de la vie, la maladie, chaque souffrance, et avec amour à prendre ma croix quotidienne.

IIIème Station : Jésus tombe pour la première fois

Jésus à Sainte Faustine : Les fautes involontaires des âmes ne retiennent pas mon amour pour elles, ni n’empêchent de m’unir avec elles, mais les fautes, mêmes les plus petites mais volontaires, sont une entrave à mes grâces et je ne peux répandre mes dons sur de telles âmes.

Sainte Faustine :  O Jésus, je suis très encline au mal et ceci me force à veiller continuellement sur moi. Mais rien ne me rebute. J’espère en la grâce de Dieu qui abonde dans la plus grande misère. (PJ 605).

Seigneur miséricordieux, gardez-moi de toute infidélité, même la plus petite, mais volontaire et consentante.

IVème Station : Jésus rencontre sa mère

Jésus à Sainte Faustine : Ecoute ma fille, bien que toutes les œuvres qui naissent de ma volonté soient exposées à des grandes souffrances, vois cependant, l’une d’elles a-t-elle été exposée à de plus grandes difficultés, que l’œuvre qui dépend directement de moi, l’œuvre de la rédemption. Tu ne dois pas trop prendre à cœur les contrariétés. (PJ 1642).

Sainte Faustine : Je vis alors la Sainte Vierge…Elle me serra contre Elle et me dit : « « Sois courageuse, n’aies pas peur des obstacles illusoires, mais fixe tes regards sur la Passion de Mon Fils. De cette manière tu remporteras la victoire. » (PJ 448)

Marie, Mère de Miséricorde, soyez toujours avec moi, spécialement dans la souffrance, de la même manière que vous étiez présente sur le chemin de croix de votre Fils.

Vème Station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Jésus à Sainte Faustine : Je permets ces contrariétés pour augmenter ces mérites. Ce n’est pas la réussite que Je récompense, mais la patience et la peine prises pour Moi. » (PJ 86)

Sainte Faustine : Ô mon Jésus, Vous ne récompensez pas le succès de l’action, mais la volonté sincère et la peine de l’entreprise, c’est pour cela que je suis tout à fait tranquille. Même si toutes mes initiatives et tous mes efforts étaient anéantis ou ne pouvaient se réaliser, du moment que je fais tout mon possible, le reste ne me concerne pas. (PJ 951)

Jésus, que chaque pensée, chaque mot, chaque activité ne puisse se faire que par amour pour vous. Purifiez mes intentions.

VIème Station : Véronique essuie le visage de Jésus

Jésus à Sainte Faustine : Saches, que tout le bien que tu feras à une âme quelconque, je l’accepterai comme si tu Me l’avais fait à Moi-même ! (PJ 1767).

Sainte Faustine :  J’apprends à être bonne comme Jésus, qui est la bonté même, pour pouvoir être appelée fille du Père Céleste. (PJ 668) Un grand amour peut transformer les petites choses en grandes. Ce n’est que l’amour qui donne de la valeur à nos actions. (PJ 302).

Seigneur Jésus. Mon Maître, rendez mes yeux, mes mains, ma bouche, mon cœur… miséricordieux. Transformez-moi en votre miséricorde.

VIIème Station : Jésus tombe pour la deuxième fois

Jésus à Sainte Faustine : La cause de tes échecs, c’est que tu comptes trop sur toi et que tu t’appuies trop peu sur Moi. (PJ 1487) De toi-même tu ne peux rien (PJ 638) Tu n’es même pas capable d’accepter Mes grâces sans Mon aide particulière. (PJ 737).

Sainte Faustine : Jésus, ne me laissez pas seule dans la souffrance. Vous savez, Vous, Seigneur, combien je suis faible… Je suis un abîme de misère, le néant même. Qu’y aurait-il donc d’étrange à ce que, laissée seule, je succombe ? (PJ 1488) Vous donc, Jésus, devez être constamment avec moi, comme une mère auprès d’un faible enfant, et plus encore. (PJ 264).

Puis-je m’appuyer sur votre grâce, Seigneur, afin que je ne tombe pas continuellement sur les mêmes erreurs: et si je tombe, aidez-moi à me relever et à glorifier votre miséricorde.

VIIIème Station : Jésus console les femmes de Jérusalem

Jésus à Sainte Faustine : Oh ! Que la foi vivante m’est agréable ! (PJ 1420) Je désire qu’il y ait plus de foi en vous au moment présent. (PJ 351)

Sainte Faustine : Je prie le Seigneur qu’Il daigne fortifier ma foi, pour que je ne me conduise pas dans la grisaille de la vie quotidienne selon des dispositions humaines, mais selon celles de l’esprit. Oh ! Comme tout retient l’homme à terre, mais la foi vive attire l’âme vers les régions supérieures, et remet l’amour propre à la place qui lui est due, c’est-à-dire la dernière. (PJ 210)

Seigneur miséricordieux, merci pour le Saint Baptême et la grâce de la foi. Je vous appelle encore. Seigneur, je crois, augmentez ma foi !

IXème Station : Jésus tombe pour la troisième fois

Jésus à Sainte Faustine : « Sache, Mon enfant, que les plus grands obstacles à la Sainteté sont le découragement et l’inquiétude. Ils t’enlèvent la possibilité de t’exercer à la vertu. (…) Viens Me demander pardon puisque Je suis toujours prêt à te l’accorder. A chaque fois que tu Me le demandes, tu célèbres Ma Miséricorde. » (PJ 1487).

Sainte Faustine : Mon Jésus, malgré Vos grâces je sens cependant, et je vois toute ma misère. Je commence ma journée par la lutte et je l’achève dans la lutte. A peine ais-je fini avec une difficulté que j’en ai dix autres à combattre. Mais je ne m’en afflige pas, car je sais bien que c’est le temps de la lutte et non du repos. (PJ 605).

Seigneur miséricordieux, je vous donne tout ce qui est ma propriété exclusive, c’est-à-dire le péché et la fragilité humaine. Je vous en prie, afin que ma misère se noie dans votre insondable Miséricorde.

Xème Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Jésus à Sainte Faustine : Jésus se tint soudain devant moi, dépouillé de ses vêtements, le Corps couvert de plaies, les yeux noyés de sang et de larmes, le Visage défiguré et couvert de crachats. Alors le Seigneur me dit : « L’épouse doit être semblable à son époux.   (PJ 268)

Sainte Faustine : J’ai compris ces paroles à fond. Il n’y a pas l’ombre d’un doute ici. Ma ressemblance avec Jésus doit passer par la souffrance et par l’humilité. (PJ 268)

Jésus, doux et humble de cœur, transformez mon cœur selon votre Cœur.

XIème Station : Jésus est cloué sur la croix

Jésus à Sainte Faustine : « Mon élève, aie un grand amour pour ceux qui te font souffrir, fais du bien à ceux qui te haïssent. » (PJ 1628)  Ô mon Jésus, Vous savez quels efforts il faut faire pour vivre des relations simples et sincères avec les personnes qui nous sont antipathiques, ou avec celles qui, consciemment ou non, nous ont infligé des souffrances. Humainement parlant c’est impossible. A ces moments-là, je tâche plus encore qu’à d’autres de découvrir le Seigneur Jésus dans la personne en question. Et pour ce même Jésus, je fais tout pour ces personnes-là. (PJ 765).

O Amour le plus pur, régnez dans toute votre plénitude dans mon cœur et aidez-moi à remplir très fidèlement votre sainte volonté. (PJ 327).

XIIème Station : Jésus meurt sur la croix

Jésus à Sainte Faustine : « Tout cela, c’est pour le salut des âmes. Examine bien, Ma fille, ce que tu fais, toi, pour leur salut. » (PJ 1183)

Sainte Faustine : Alors j’ai aperçu Jésus cloué à la Croix. Il était suspendu à la Croix depuis un moment, quand je vis toute une légion d’âmes crucifiées comme Lui.  Et je vis une deuxième légion q’âmes et une troisième légion d’âmes. La deuxième légion n’était pas clouée à la croix, mais les âmes tenaient fermement la croix en main. La troisième légion n’était ni crucifiée, ni en ferme possession de la croix ; ces âmes traînaient leur croix derrière elles, d’un air mécontent. 

Jésus m’a dit ensuite : « Vois-tu ces âmes qui Me ressemblent dans les souffrances et dans les mépris Me ressemblent aussi dans la gloire. Et celles qui sont le moins semblables à Moi dans les souffrances et les mépris, seront aussi le moins semblables à Moi dans la gloire. » (PJ 445)

Jésus, mon Sauveur, cachez-moi dans les profondeurs de votre cœur afin que, nourri par votre grâce, je puisse être comme vous dans l’amour de la croix et dans la participation de votre gloire.

XIIIème Station : Jésus est déposé dans les bras de sa mère

Jésus à Sainte Faustine :  L’âme est Ma bien aimée quand elle croit à Ma bonté et qu’elle se fie complètement à Moi. Je la comble de Ma confiance et Je lui donne tout ce qu’elle demande. » (PJ 452)

Sainte Faustine : Je recours à Ta miséricorde, Dieu clément, Toi qui seul est bon ! Quoique ma misère soit grande et mes fautes nombreuses, j’ai cependant confiance en Ta miséricorde, car Tu es le Dieu de miséricorde, et dans tous les siècles on n’a pas entendu dire, le ciel ni la terre ne se souviennent, qu’une âme confiante en Ta miséricorde ait été déçue. (PJ 1729)

Jésus, multipliez chaque jour en moi la confiance en votre Miséricorde, afin que toujours et partout je sois témoin de votre bonté et de votre amour infini.

XIVème Station : Jésus est déposé dans le tombeau

Jésus à Sainte Faustine : Mon enfant, tu n’es pas encore dans la Patrie. Va donc ton chemin, fortifié par Ma Grâce, et lutte pour l’établissement de Mon royaume dans les âmes des hommes. Mais lutte comme un enfant de Roi. Souviens-toi que les jours d’exil passent vite et avec eux la possibilité de mériter le Ciel. J’attends de toi, Mon enfant, un très grand nombre d’âmes qui glorifiant Ma Miséricorde, durant toute l’éternité. (PJ 1488)

Sainte Faustine : Je vais tâcher de secourir chacune des âmes que Vous m’avez confiée, je vais tâcher de les secourir par la prière et le sacrifice, pour que votre grâce puisse agir en elles. Ô grand amant des âmes, mon Jésus, je vous remercie pour cette grande confiance avec laquelle Vous avez daigné confier ces âmes à notre protection ! (PJ 245).

Seigneur miséricordieux, je vous supplie que pas une seule des âmes que vous m’avez confiées ne soit perdue.

Prière après le chemin de croix

O mon Jésus, mon seul espoir, je Vous remercie pour ce livre que Vous avez ouvert aux yeux de mon âme. Ce livre, c’est Votre Passion que Vous avez endurée par amour pour moi. C’est là que j’ai appris comment aimer Dieu et les âmes. Ce récit renferme, pour nous des trésors inépuisables. O Jésus, peu d’âmes Vous comprennent dans Votre martyre d’amour. Oh ! qu’il est grand le feu du plus pur amour qui brûle dans Votre Sacré Cœur ! Heureuse l’âme qui a compris l’amour du Cœur de Jésus ! (PJ 303)

Tiré du site internet de fabienne maria : https://misericordedivineinternationalassociationfrancais.wordpress.com/