Mgr Carlo Maria Viganò évoque le troisième secret de Fatima et Vatican II : traduction intégrale

Mgr Carlo Maria Viganò évoque le troisième secret de Fatima et Vatican II : traduction intégrale

Mgr Carlo Maria Viganò vient d’accorder un important entretien au site portugais Dies Irae, publié hier, repris ce matin en italien par le blog Stilum Curiae du vaticaniste Marco Tosatti. Il y évoque le troisième secret de Fatima, le concile Vatican II et le rôle du « petit troupeau » dans les temps troublés que nous vivons. Je vous en propose ci-dessous ma traduction. – J.S.

*

Dies Irae : Excellence, merci beaucoup de nous avoir accordé cette interview. Nous sommes confrontés à l’épidémie de COVID-19 qui, ces derniers mois, a bouleversé la vie de millions de personnes et a même causé la mort de tant d’autres. Face à cette situation, l’Église, par le biais des conférences épiscopales, a décidé de fermer toutes les églises et de priver les fidèles de l’accès aux sacrements. Le 27 mars dernier, devant une place Saint-Pierre vide, le pape François, agissant de manière clairement médiatique, a présidé une prétendue prière pour l’humanité. La façon dont le Pape a mis en scène ce moment a suscité de nombreuses réactions, dont l’une a cherché à associer la présence solitaire de François au message de Fatima, à savoir le Troisième Secret. Êtes-vous d’accord avec cela ?      

Mgr Carlo Maria Viganò : Tout d’abord, permettez-moi de vous dire que je suis très heureux d’accorder cette interview aux fidèles du Portugal, que la Vierge a promis de préserver dans la foi, y compris en ces temps de grande épreuve. Vous êtes un peuple qui a une grande responsabilité, car vous serez peut-être bientôt appelé à protéger le feu sacré de la religion, alors que les autres nations refusent de reconnaître le Christ comme leur Roi et Marie comme leur Reine.         La troisième partie du message que Notre Dame a confié aux petits bergers de Fatima, pour qu’ils le remettent au Saint-Père, reste un secret jusqu’à aujourd’hui. La Vierge a demandé qu’il soit révélé en 1960, mais le 8 février de cette année-là, Jean XXIII a publié un communiqué indiquant que l’Église « ne veut pas prendre la responsabilité de garantir la véracité des paroles que les trois petits bergers ont dit avoir reçu de  la Vierge Marie ». Avec cette mise à l’écart du le message de la Reine du Ciel, une opération de dissimulation a commencé, évidemment parce que le contenu du message allait révéler la terrible conspiration de ses ennemis contre l’Église du Christ. Il y a encore quelques décennies, il semblait incroyable que nous puissions en arriver au point de bâillonner la Vierge Marie elle-même, mais ces dernières années, nous avons également été témoins de tentatives de censurer jusqu’à l’Évangile, qui est la Parole de son divin Fils.      

En 2000, sous le pontificat de Jean-Paul II, le secrétaire d’État, le cardinal Sodano, a présenté comme troisième secret une version de celui-ci qui, par rapport à certains éléments, semblait clairement incomplète. Il n’est  pas étonnant que le nouveau secrétaire d’État, le cardinal Bertone, ait cherché à détourner l’attention pour la faire porter sur un événement passé, afin de faire croire au peuple de Dieu que les paroles de la Vierge n’avaient rien à voir avec la crise de l’Église et la collusion entre modernistes et franc-maçons dans les coulisses de Vatican II. Antonio Socci, qui a mené une enquête approfondie sur le troisième secret, a mis au jour ce comportement malveillant de la part du cardinal Bertone. D’autre part, c’est Bertone lui-même qui a fortement déconsidéré et censuré Notre-Dame des Larmes de Civitavecchia, dont le message concorde parfaitement avec ce qu’elle a dit à Fatima.    

N’oublions pas l’appel de la Vierge – appel ignoré – à la consécration de la Russie à son Cœur Immaculé par le pape et tous les évêques, comme condition pour vaincre le communisme et le matérialisme athée : la consécration non pas du « monde », non pas de « cette nation qu’Elle veut que nous lui consacrions », mais « la Russie ». Était-ce si difficile de le faire ? Oui, bien sûr, pour ceux qui n’ont pas un regard surnaturel. Il était préférable de suivre le chemin de la détente avec le régime soviétique, inaugurée précisément par Roncalli, sans comprendre que sans Dieu, aucune paix n’est possible. Aujourd’hui, avec un président de la Confédération russe qui est certainement chrétien, la demande de la Vierge pourrait être satisfaite, évitant ainsi de nouveaux malheurs pour l’Église et le monde.          

Benoît XVI lui-même a confirmé la pertinence du message de la Vierge, même si, selon l’interprétation du Vatican, il doit être considéré comme accompli. Ceux qui ont lu le troisième secret ont clairement déclaré que son contenu concerne l’apostasie de l’Église, qui a commencé précisément au début des années soixante et qui a atteint un stade si évident aujourd’hui qu’il peut être reconnu par les observateurs laïcs. Cette insistance presque obsessionnelle sur des sujets que l’Église a toujours condamnés, telles que le relativisme et l’indifférentisme religieux, un faux œcuménisme, l’écologisme malthusien, l’homo-hérésie et l’immigration, a trouvé dans la Déclaration d’Abou Dhabi l’accomplissement d’un plan conçu par les sectes secrètes il y a plus de deux siècles.        

En pleine Semaine Sainte et à la suite du fatidique Synode sur l’Amazonie, le Pape a décidé de créer une commission pour débattre et étudier le diaconat féminin dans l’Église catholique. Pensez-vous que cela vise à ouvrir la voie à une cléricalisation des femmes ou, en d’autres termes, à une tentative de dénaturer le sacerdoce institué par Notre Seigneur Jésus-Christ le Jeudi saint ?  

L’Ordre Sacré ne peut pas et ne pourra jamais être modifié dans son essence. Les attaques contre le sacerdoce ont toujours été au centre de l’action des hérétiques et de leur inspiration, et il est compréhensible qu’il en soit ainsi : atteindre le sacerdoce signifie détruire la Sainte Messe et la Sainte Eucharistie ainsi que tout l’édifice sacramentel. Parmi les ennemis jurés de l’Ordre Sacré, les modernistes n’étaient pas en reste, évidemment, eux qui, depuis le XIXe siècle, ont théorisé une église sans prêtres, ou avec des prêtres et des prêtresses. Ces illusions, anticipées par certains représentants du modernisme en France, ont surgi subtilement au Concile, avec la tentative d’insinuer qu’il existe une certaine équivalence entre le sacerdoce ministériel, issu de l’Ordre Sacré, et le sacerdoce commun des fidèles, issu du baptême. Il est significatif que, précisément en jouant sur ce malentendu recherché, la réforme de la liturgie ait également été affectée par l’erreur doctrinale de Lumen Gentium, réduisant le ministre ordonné à n’être que le simple président d’une assemblée de prêtres. Au contraire, le prêtre est un alter Christus, non pas par désignation populaire, mais par configuration ontologique au Grand Prêtre, Jésus Christ, qu’il doit imiter dans la sainteté de vie et le dévouement absolu également représenté par le célibat.                  

L’étape suivante doit nécessairement être accomplie, sinon par l’élimination du sacerdoce lui-même, du moins en le rendant inefficace, en l’étendant aux femmes, qui ne peuvent être ordonnées : c’est exactement ce qui s’est passé dans les sectes protestantes et anglicanes, qui connaissent aujourd’hui aussi la situation embarrassante d’avoir des évêques lesbiennes dans la soi-disant église d’Angleterre. Mais il est clair que le « prétexte » œcuménique – le fait de se rapprocher des communautés dissidentes et d’en assumer même les erreurs les plus récentes – est fondé sur la haine de Satan pour le sacerdoce et conduirait inévitablement l’Église du Christ à la ruine. Le célibat, d’autre part, est également l’objet de ces mêmes attaques, car il est propre et spécifique à l’Église catholique et constitue une défense précieuse du sacerdoce que la Tradition a gardée avec zèle au cours des siècles.                             

La tentative d’introduire une forme de ministère ordonné féminin dans l’Église n’est pas récente, malgré les déclarations répétées du Magistère. Même Jean-Paul II a défini sans équivoque et avec toutes les exigences canoniques d’une déclaration ex cathedra infaillible, qu’il est absolument impossible de remettre en cause la doctrine sur cet argument. Mais comme il a été possible d’utiliser le Catéchisme pour déclarer la peine de mort « non conforme à l’Évangile » – ce qui est sans précédent et hérétique – aujourd’hui, on tente ex novo de créer une forme de diaconat féminin, évidemment en préparation d’une future introduction du sacerdoce féminin. La première commission créée par Bergoglio il y a quelques années a donné un avis négatif, confirmant ce qui, d’ailleurs, ne devrait même pas faire l’objet de discussions ; mais si cette commission n’a pas pu obéir aux souhaits de François, cela ne signifie pas qu’une autre commission, dont les membres, choisis par lui, sont plus « dociles » et désinhibés quant à la démolition d’un autre pilier de la foi catholique, ne puisse pas le faire. Je ne doute pas que Bergoglio ait des méthodes persuasives et puisse exercer des formes de pression sur la commission théologique ; mais je suis tout aussi sûr que, dans le cas où cet organe consultatif donnerait un avis favorable, il ne faudrait pas nécessairement arriver à une déclaration officielle du Pape pour voir la prolifération des diaconesses dans les diocèses d’Allemagne ou des Pays-Bas, Rome restant muette. La méthode est bien connue et permet, d’une part, de porter atteinte au sacerdoce et, d’autre part, de donner un alibi confortable à ceux qui, au sein de la structure ecclésiale, peuvent toujours faire appel au fait que « le Pape n’a rien permis de nouveau ». Ils ont fait de même en autorisant les conférences épiscopales à légiférer de manière autonome sur la communion dans la main, qui, imposée par des moyens abusifs, est maintenant devenue une pratique universelle.                 Il faut dire que ce désir de promouvoir les femmes dans la hiérarchie trahit le souci de suivre la mentalité moderne, qui a enlevé aux femmes leur rôle de mère et d’épouse afin de désorganiser la famille naturelle.              

Rappelons que cette approche des dogmes de l’Église confirme un fait indéniable : Bergoglio a adopté la théologie dite de situation, selon laquelle les lieux théologiques sont des faits ou des matières accidentelles : le monde, la nature, la figure féminine, les jeunes… Cette théologie n’a pas pour fondement la vérité immuable et éternelle de Dieu, mais, au contraire, part de la prise de conscience de l’urgence obligatoire des phénomènes pour proposer des réponses conformes aux attentes du monde contemporain.            

Excellence, selon des historiens reconnus, le Concile Vatican II a représenté une rupture avec la Tradition, d’où l’apparition de courants de pensée qui veulent la transformer en une simple « association philanthropique » qui embrasse le monde et son utopie mondialiste. Comment voyez-vous ce grave problème ?                     

Une église qui se distingue comme nouvelle par rapport à l’Église du Christ n’est tout simplement pas l’Église du Christ ! La religion mosaïque, c’est-à-dire l’« église de l’ancienne loi », voulue par Dieu pour conduire son peuple à la venue du Messie, s’est accomplie dans la Nouvelle Alliance et a été définitivement révoquée, sur le Calvaire, par le sacrifice du Christ : de son côté naît l’Église de la Nouvelle et Éternelle Alliance, qui remplace la Synagogue. Il semble que l’église post-conciliaire, moderniste et maçonnique, aspire elle aussi à transformer, à dépasser l’Église du Christ, en la remplaçant par une « néo-Église », créature déformée et monstrueuse qui ne vient pas de Dieu. L’objectif de cette néo-Église n’est pas d’amener le peuple élu à reconnaître le Messie, comme pour la Synagogue ; elle n’est pas de convertir et de sauver tous les peuples avant la seconde venue du Christ, comme pour l’Église catholique, mais de se constituer en bras spirituel du Nouvel Ordre Mondial et en défenseur de la Religion Universelle. En ce sens, la révolution conciliaire a dû d’abord démolir l’héritage de l’Église, sa Tradition millénaire, dans laquelle elle a puisé sa propre vitalité et son autorité en tant que Corps Mystique du Christ, pour se débarrasser ensuite des représentants de l’ancienne Hiérarchie, et n’a commencé que récemment à se présenter, sans faux-semblant, telle qu’elle cherche à être.                                      

Ce qu’elle présente comme une utopie est, en réalité, une dystopie, car elle représente la concrétisation du projet de la franc-maçonnerie et la préparation de l’avènement de l’Antéchrist.                        

Je suis également convaincu que la majorité de mes frères, et plus encore la quasi-totalité des prêtres et des fidèles, ne sont pas absolument conscients de ce plan infernal, et que les événements récents ont ouvert les yeux de beaucoup. Leur foi permettra à Notre Seigneur de rassembler le pusillus grex autour du vrai Pasteur avant l’affrontement final.

Pour restaurer l’ancienne splendeur de l’Église, de nombreux aspects doctrinaux du Concile devront être remis en question. Quels points de Vatican II remettriez-vous en question ?                                         Je pense que les personnalités éminentes qui ont exprimé les points problématiques du Concile mieux que moi ne manquent pas. Certains pensent qu’il serait moins compliqué et certainement plus intelligent de suivre la pratique de l’Église et des Papes telle qu’elle a été appliquée avec le synode de Pistoia : même là, il y avait quelque chose de bon, mais les erreurs qu’il affirmait étaient considérées comme suffisantes pour le laisser tomber dans l’oubli.  

Le présent pontificat représente-t-il l’aboutissement d’un processus qui s’ouvre avec le Concile Vatican II, souhaité dans le cadre du « Pacte des catacombes », ou se trouve-t-il encore dans une phase intermédiaire ?      

Comme c’est le cas pour toute révolution, les héros de la première heure finissent souvent par être victimes de leur propre système, comme ce fut le cas pour Robespierre. Celui qui était hier considéré comme le porte-drapeau de l’esprit conciliaire, semble presque devenu aujourd’hui un conservateur : les exemples sont là à la vue de tous. Et il y a déjà ceux qui, dans les cercles intellectuels du progressisme (comme celui fréquenté par un certain Massimo Faggioli, hautain dans son prénom, mais sans grammaire dans son nom [NDT : en italien fagioli veut dire haricot. Faggioli étant une erreur d’orthographe]), commencent à propager ici et là quelques doutes sur la capacité réelle de Bergoglio à faire des « choix courageux » – par exemple, abolir le célibat, admettre les femmes au sacerdoce, ou encore légitimer la communicatio in sacris avec les hérétiques – en souhaitant presque qu’il se retire pour faire élire un pape encore plus obéissant parmi les élites qui avaient, dans le Pacte des Catacombes et la mafia de Saint-Gall, leurs partisans les moins scrupuleux et les plus déterminés.

Excellence, aujourd’hui, nous catholiques, nous nous sentons souvent isolés par l’Église et presque abandonnés par nos pasteurs. Que pouvez-vous dire aux hiérarchies et aux fidèles qui, malgré la confusion et l’erreur qui se répandent dans l’Église, cherchent à persévérer dans cette dure bataille pour préserver l’intégrité de notre foi ?           

Mes paroles seraient certainement insuffisantes. Ce que je fais, c’est répéter les paroles de Notre Seigneur, le Verbe éternel du Père : Je serai toujours avec vous, jusqu’à la fin du monde. Nous nous sentons isolés, c’est vrai : mais les apôtres et tous les chrétiens ne ressentaient-ils pas la même chose ? Notre Seigneur lui-même ne s’est-il pas senti abandonné, à Gethsémani  ? Ce sont les temps de l’épreuve, peut-être de l’épreuve finale : nous devons boire la coupe amère, et même s’il est humain d’implorer le Seigneur de l’éloigner de nous, nous devons répéter avec confiance : non pas ma volonté, cependant, mais la Tienne. En nous rappelant ses paroles réconfortantes : Dans le monde, vous aurez des afflictions, mais ayez confiance ! J’ai vaincu le monde. Après l’épreuve, aussi dure et douloureuse soit-elle, la récompense éternelle est préparée pour nous, celle que personne ne peut nous enlever. L’Eglise brillera à nouveau de la gloire de son Seigneur après ce terrible et très long Triduum de Pâques.        Mais si la prière est certainement indispensable, nous ne devons pas nous abstenir de mener le bon combat, en nous faisant les témoins d’un militantisme courageux sous l’étendard de la Croix du Christ. Ne nous permettons pas de nous faire remarquer, comme la servante l’a fait avec saint Pierre dans la cour du grand prêtre : « Toi aussi, tu  étais avec Jésus le Galiléen », pour ensuite renier le Christ. Ne nous laissons pas intimider ! Ne permettons pas qu’on mette le bâillon de la tolérance sur ceux qui veulent proclamer la Vérité ! Demandons à la Vierge Marie que notre langue proclame avec courage le Royaume de Dieu et sa Justice. Que le miracle de Lapa se renouvelle, où Marie a donné la parole à la petite Joana, née muette. Puisse-t-elle aussi donner à nouveau la parole à nous, ses enfants, qui sommes restés muets pendant longtemps.         

Notre-Dame de Fatima, Reine des victoires, Ora pro nobis.




© leblogdejeannesmits pour la traduction

https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/