Viganò : La colère divine n’a pas impressionné François

Le coronavirus est une expression de la « colère divine », a déclaré l’archevêque Viganò à RemnantNewspaper.com (29 mars).

Il a averti que les récentes demandes de François de respecter la « mère terre » (Pachamama) continuent d’offenser Dieu. Viganò traite la Pachamama de sale et de satanique.

Pour lui, les évêques qui ferment des églises par crainte du coronavirus sont des « bureaucrates », des « exécuteurs de la volonté du Prince », et ne sont que trop disposés à sacrifier les âmes pour pacifier l’État.

Il voit Satan derrière la suspension des sacrements et considère les églises fermées comme une autre punition divine pour les profanations comme la Communion dans la main.

Viganò observe que, même avant le coronavirus, François « a éliminé toute forme d’apostolat » en affirmant que « l’Église ne doit pas exercer d’activité missionnaire », transformant ainsi l’Église en Organisation Non Gouvernementale.

Ainsi, « nous ne pouvons que fournir de la nourriture, de l’hospitalité et des soins de santé » alors que personne ne se soucie des âmes. C’est pour Viganò « le grand plan maçonnique » pour une « religion mondiale unique » sans dogmes, ni cérémonies, ni Dieu,

« Utiliser les églises comme des auberges, en présence de prélats prétentieux qui passent pour servir des pizzas ou des côtelettes de porc avec un tablier sur leur tenue ecclésiastique, c’est les profaner ».

Viganò trouve également « une hérésie flagrante », « une apostasie très grave » et « un terrible blasphème » dans la déclaration d’Abou Dhabi de François :

« Dire que Dieu veut être adoré comme autre chose que la façon dont il s’est révélé signifie que l’Incarnation, la Passion, la Mort et la Résurrection de notre Sauveur sont complètement dénuées de sens ».

https://gloria.tv/post/YM3kpwDdnvDT3hXRDfDmFcZHa