Évêque allemand : « Nous ne sommes pas des révolutionnaires, nous voulons surmonter la crise »

Évêque allemand : « Nous ne sommes pas des révolutionnaires, nous voulons surmonter la crise »

La seule opinion partagée au chemin synodal/suicidaire est que « il y a une crise », a déclaré l’archevêque de Bamberg, Ludwig Schick, à Avvenire.it (2 février) le quotidien anti-catholique des évêques italiens.

Schick identifie deux partis synodaux : ceux qui veulent surmonter la crise par un renouvellement de l’Eglise et ceux qui veulent changer l’Eglise en utilisant des schémas qui, selon les explications de Schick, copient le modèle anglican.

Il commente : « En ce moment, je ne sais pas comment nous pouvons sortir de cette situation. » Il craint qu’il y ait « plus de division et plus de frustration ».

Les décisions qui ne peuvent pas être mises en œuvre par les seuls évêques seront transmises à François, explique Schick, anticipant qu’il pourrait y avoir des demandes qui ne peuvent être décidées que par un concile œcuménique. Cependant, il ne peut pas imaginer un concile auquel « seuls les évêques » participeraient.

Schick insiste sur le fait que les membres du synode ne sont pas des révolutionnaires mais qu’ils cherchent une voie d’avenir pour l’Eglise sans prévoir un schisme. Mais il ajoute :

« Parfois, pour être honnête, je crains un schisme, mais ensuite l’espoir revient. »

https://gloria.tv/post/ZC9Kf1TXPyLd1kZfGq6Tg2hXk