Benoît a appelé Sarah, alors que Gänswein était absent

Benoît a appelé Sarah, alors que Gänswein était absent

Sandro Magister (12 février) écrit que dans la matinée du 15 janvier, Benoît a appelé le cardinal Sarah, d’abord chez lui, puis, parce qu’il n’était pas là, à son bureau. Un Benoît triste a exprimé sa solidarité avec Sarah.

Simultanément, Gänswein était assis près de François lors d’une audience du mercredi.

Un jour auparavant, Gänswein avait provoqué un tollé en « niant » la participation de Benoît au livre qu’il a co-écrit avec Sarah.

Pendant l’appel téléphonique, Benoît et Sarah ont tous deux pleuré.

Puis, le 17 janvier, Sarah a rencontré Benoît à deux reprises, à 17 heures et à 19 heures.

Ensemble, ils ont rédigé un bref communiqué que Benoît a souhaité publier sous son seul nom, pour exprimer un accord total entre les deux co-auteurs.

Gänswein a remis le communiqué au secrétaire d’État adjoint Edgar Peña, mais le Vatican n’a jamais publié le texte.

Selon Magister, la déclaration de Benoît est la raison pour laquelle François a licencié Gänswein qui est apparu pour la dernière fois en public le 17 janvier.

François a compris que les dénégations de Gänswein concernant la participation de Benoît au livre étaient mensongères.

https://gloria.tv/post/AiBbSXQte43S66i89EJcDPJBK