Coronavirus … De nouvelles se font entendre un peu partout dans le monde, selon lesquelles la Chine pourrait cacher l’ampleur de l’épidémie de coronavirus

De nouvelles se font entendre un peu partout dans le monde, selon lesquelles la Chine pourrait cacher l’ampleur de l’épidémie de coronavirus

Nous savons maintenant qu’environ 5 millions d’habitants de Wuhan ont quitté la ville de 11 millions avant qu’elle soit mise en quarantaine. Cela pose la question de savoir combien étaient porteurs, et combien ont pu contaminer d’autres Chinois dans d’autres régions du pays.

Nous savons que les personnes atteintes du virus ne sont pas isolées de leurs familles. Il n’y a pas assez de place et d’équipement dans les hôpitaux, elles sont renvoyées chez elles, mourantes, et elles ne sont pas mises en quarantaine par rapport à leurs familles.

Des vidéos en provenance de Chine apparaissent sur les réseaux sociaux, montrant l’ampleur de la crise. Elles soulèvent l’idée inquiétante que le gouvernement chinois ne dit pas toute la vérité sur ce qui se passe. En fait, cela semble même probable.

Gordon Chang, auteur, journaliste, commentateur politique et spécialiste de la Chine :

« Le gouvernement de Wuhan et de certaines autres villes n’a plus la capacité de ramasser les cadavres. Donc ce que nous savons en ce moment, c’est qu’ils sont complètement débordés. Ils ne sont pas capables de tenir des statistiques précises. Nous assistons essentiellement à un effondrement du gouvernement, et la tenue de statistiques précises est une partie très mineure de leurs priorités à l’heure actuelle. »

Des citoyens-journalistes chinois mettent maintenant en ligne des vidéos que nous n’avons pas vérifiées de manière indépendante, montrant une situation qui semble s’aggraver.

Dans une vidéo, un vendeur de vêtements, Thang Binh, affirme avoir repéré huit cadavres en 5 minutes dans des hôpitaux publics de Wuhan. Après que la vidéo ait été rendue publique, Thang dit que des hommes masqués en combinaison de protection contre les matières dangereuses ont frappé à sa porte, lui disant qu’il devait être mis en quarantaine.

Thang dit qu’ils étaient suspects parce qu’il n’avait aucun symptôme, et que les hommes n’étaient pas médecins.

Il a expliqué qu’ils sont entrés de force chez lui, ont confisqué ses appareils électroniques, et l’ont emmené non pas à l’hôpital mais en prison, où il a été accusé d’avoir vendu les vidéos, puis remis en liberté.

De nombreux autres rapports font état de la répression chinoise contre les activistes qui tentent d’utiliser ces vidéos pour enquêter sur la gravité de l’épidémie.

Les défenseurs chinois des droits de l’homme affirment que plus de 250 citoyens chinois ont été détenus pour avoir prétendument, je cite, « répandu des rumeurs ».

Enfin, il convient de noter que les entreprises alimentaires en Chine ont lancé un service de livraison sans contact où la nourriture est laissée à l’extérieur, et où le chauffeur reste à au moins trois mètres des clients.

KFC et Pizza Hut en Chine interdisent à leurs chauffeurs d’être en contact avec les clients.