Dr Kelly Bowring : Les Secrets, les châtiments et le Triomphe des Deux Cœurs de Jésus et de Marie – Partie 22

SECRETS,

CHÂTIMENT

&

TRIOMPHE

des Deux Cœurs de Jésus et de Marie,

et ce à quoi le ciel nous appelle

Résultat de recherche d'images pour "dogme marial"

Le nouveau et dernier dogme marial

Nous devons nous demander pourquoi une période de 25 ans de paix va interrompre la guerre entre la «Femme» et le Dragon. Quelle sera la cause de ce grand printemps de renouveau et d’évangélisation après l’avertissement divin, le grand miracle et le châtiment? Ce sera très certainement un grand don de Dieu pour l’Église. Notre-Dame elle-même, comme l’indique le troisième secret de Fatima, interviendra pour invoquer la miséricorde de Dieu pour ses enfants. Il semble que Dieu nous accordera un grand don concernant Marie elle-même afin de nous armer en vue du grand combat final de l’Apocalypse. Serait-ce le cinquième dogme marial?

Notre-Dame de tous les Peuples, une apparition du siècle dernier approuvée par l’Église de Notre-Dame et de Notre-Seigneur à Ida Peerdeman, à Amsterdam,i parle d’une victoire et d’une période de paix qui viendra après la proclamation du dogme final de Marie proclamé par l’Église – celui de Marie Corédemptrice, Médiatrice et Avocate. La Dame de tous les Peuples ne dit pas exactement quand ce dogme sera proclamé, mais elle assure qu’il le sera. Marie dit aussi qu’il ne sera proclamé qu’après une période de lutte et de bouleversement pour l’Église. Le dernier et le plus grand dogme marial sera très disputé. Il viendra assurément, mais non sans une lutte qui provoquera de vives et amères controverses. Notre-Dame nous donne l’espérance et une tâche à accomplir: «Comprends bien les paroles suivantes: il est donné à la Dame de tous les Peuples d’accorder aux peuples de ce monde, qui présentent leurs demandes, grâce, rédemption et paix, et elle le fera. Vous tous cependant, vous devez apporter dans le monde entier la Dame de tous les Peuples … Battez-vous et réclamez ce dogme. Il est le couronnement de votre Dame!»

Le rôle céleste de Marie est déjà une doctrine de notre foi, mais il n’a pas encore été défini et déclaré un dogme par le magistère. Ce dogme annoncera une période de paix pour le peuple de Dieu au milieu du combat contre le dragon, comme dans Apocalypse 12. Examinons maintenant le triple titre de ce dernier et grand dogme marial.

Résultat de recherche d'images pour "Corédemptrice"

1. Corédemptrice

Prenons un moment pour examiner de plus près ce grand dogme. Il est important que «Corédemptrice» signifie «femme (trice) avec (co) Rédempteur», non pas «égale à» mais «avec». Cette doctrine trouve son fondement dans les quatre grandes citations bibliques qui parlent de Marie comme de la Femme – Genèse 3.15 (protévangile), Jean 2.1 (Cana), Jean 19.26 (Calvaire), et Apocalypse 12.

Il y a déjà quatre dogmes de Marie qui ont été définis et proclamés par l’Église, fondés sur l’Écriture et confirmés par la Tradition : l’Immaculée Conception de Marie, conçue sans péché; Marie Mère de Dieu (Theotokos), Mère du Dieu-Homme Jésus-Christ; la Virginité perpétuelle de Marie; et l’Assomption de Marie, enlèvement de Marie au ciel corps et âme à la fin de sa vie terrestre.

Si seul le Christ a mérité pour tous la rédemption objective, ce cinquième et dernier dogme établira cette vérité que Marie a participé à la rédemption et à la médiation du Christ d’une manière unique et objective, quoique secondaire et subordonnée au Christ. Comme corédemptrice, la coopération de Marie ne masque ni ne diminue en rien la médiation unique du Christ pour la race humaine. L’Église enseigne que, par la volonté de Dieu, Marie, bien qu’elle fût innocente et sans péché, a librement coopéré à l’œuvre du salut de l’homme avec son Fils, en s’associant à son sacrifice, en participant à ses souffrances, coopérant ainsi à son œuvre de restauration des âmes à la vie éternelle.ii Saint Irénée (193 apr. J-C) a déclaré que Marie «est par son obéissancecause de salut pour elle-même et pour tout le genre humain». Benoît XV (1918) confirma: «Elle a immolé son Fils de telle sorte qu’on peut dire qu’elle a racheté avec le Christ le genre humainiiiLe cinquième dogme va définir et déclarer définitivement cette vérité pour la joie des fidèles, la paix et l’unité de l’humanité. Tous à Jésus par Marie avec Pierre!

Marie a un double rôle céleste fondé sur son titre de corédemptrice. Cela est illustré par l’échelle de Jacob, image de Marie dans l’Ancien Testament, où les Anges montaient et descendaient l’échelle dont le sommet touchait le ciel. De manière allégorique, Marie non seulement distribue toutes les grâces (les Anges qui descendent) comme Médiatrice, mais elle va porter au Christ tous les besoins de l’humanité, toutes nos prières à son Fils (les Anges qui montent), comme notre avocate.

2. Médiatrice de toute grâce

Le cinquième dogme de Marie définira aussi plus clairement ce que Vatican II a déjà déclaré concernant son rôle de Médiatrice de toutes grâces. Marie est la Mère d’intercession et de réparation. Elle distribue toute grâce à la race humaine. Léon XIII a déclaré que «Marie est l’intermédiaire par laquelle nous est distribué cet immense trésor de grâces accumulé par Dieu».iv Saint Pie X disait que Marie«est le ministre suprême de la dispensation des grâces».vVatican II dit qu’elle «se trouve aussi réunie, comme descendante d’Adam, à l’ensemble de l’humanité qui a besoin de salut».vi

Les récentes révélations mariales privées vont dans ce sens. La dernière vision de sœur Lucie de Fatima (13 juin 1929) confirme cette doctrine lorsqu’elle vit Dieu le Père, le Saint-Esprit sous la forme d’une colombe, le Christ sur la croix, l’eucharistie, et Notre-Dame de Fatima (tenant le chapelet). Cette révélation privée confirme que toutes les grâces viennent du Père, dans l’Esprit, par le Christ sur la croix, par l’eucharistie – comme source de toute grâce et miséricorde – distribuées par les mains de Marie qui est médiatrice. L’apparition de la Médaille miraculeuse à sainte Catherine confirme également que Marie est dispensatrice de toute grâce en montrant l’image de Notre-Dame de Grâce avec des rayons de lumière (grâces) qui partent de ses mains.

L’Église enseigne que du haut du ciel Marie «continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel». Marie est «notre Mère dans l’ordre de la grâce»;viiet le Catéchisme confirme que «cette maternité de Marie dans l’économie de la grâce se continue sans interruption jusqu’à la consommation définitive de tous les élus. En effet, après son Assomption au ciel, son rôle dans le salut ne s’interrompt pas: par son intercession répétée elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel.»viii

Notre-Dame parle de sa médiation céleste au père Gobbi :

Ma tâche est de distribuer à mes petits enfants la grâce qui jaillit du sein du Père, vous est méritée par le Fils et vous est donnée par l’Esprit Saint.

Ma tâche est de la distribuer à tous mes enfants, selon les besoins particuliers de chacun, que la Maman arrive bien à connaître.

J’exerce toujours ce rôle qui est le mien. Cependant, Je ne puis l’exercer pleinement qu’envers ceux de mes fils qui se confient à Moi dans un parfait abandon … Abandonnezvous à Moi avec confiance et vous resterez fidèles, car Je pourrai exercer pleinement mon rôle de Médiatrice de grâces.ix

Jésus me remet cette clé, qui représente son divin pouvoir, parce qu’à Moi, comme sa Mère et comme Médiatrice entre vous et mon Fils, a été confiée la tâche de vaincre Satan et toute sa puissante armée du mal. C’est avec cette clé que Moi Je puis ouvrir et fermer la porte de l’Abîme.x

Marie déclare ne pouvoir remplir sa mission céleste de médiatrice que si nous nous consacrons à elle!

3. Avocate

Tout comme le Saint-Esprit est notre divin avocat (Paraclet), Marie, qui est son épouse spirituelle, est notre maternelle Avocate au ciel. Marie nous console, nous défend et invoque en notre nom la miséricorde de Dieu. Jean-Paul II dit qu’elle est la «Mère qui nous obtient la Miséricorde divine».xiSaint Maximilien Kolbe l’appelait l’incarnation de la miséricorde divine. Elle est la Reine Mère qui intercède pour nous et plaide notre cause auprès de son Fils, le Roi des rois, comme notre Avocate, comme la Mère de Miséricorde. Si le Christ est la Tête, Marie est le Cou, et nous sommes le Corps! Tout passe par Marie pour aller de Dieu vers nous et de nous vers Dieu.

Le mariologiste Mark Miravalle, S.T.D., explique le rôle de Marie Avocate en disant: «Le titre marial ‘Avocate’ est parmi ses plus anciens (deuxième siècle) et renferme son rôle d’intercession, s’adressant à son divin Fils au nom de la famille humaine. L’avocate est celle qui ‘parle au nom d’un autre’ (latin, advocare), et la plus grande avocate que puisse avoir la famille humaine est notre Mère et Reine qui, mieux que tout autre intercesseur, va porter nos demandes jusqu’au Trône du Christ Roi, en notre nom.»xii

Notre-Dame parle à don Gobbi de l’urgence de proclamer ce cinquième dogme marial et des fruits qu’il apportera à l’humanité: «Je suis la Femme revêtue de soleil. Je suis au cœur de la divine Trinité. Aussi longtemps que Je ne serai pas reconnue là où m’a voulue la Très Sainte Trinité, Je ne pourrai pas exercer pleinement mon pouvoir dans mon œuvre maternelle de corédemption et d’universelle médiation de grâces.»xiii… «Tous reconnaîtront la tâche que la Très Sainte Trinité m’a confiée; Je pourrai exercer pleinement mon grand pouvoir, afin que resplendisse partout la victoire de mon Fils Jésus, lorsqu’il instaurera, parmi vous, son glorieux règne d’Amour.»xivNotre-Dame nous rappelle l’importance de l’aider à remporter cette grande victoire: «Vous êtes une part importante de mon dessein de Médiatrice et de Corédemptrice…Je veux ainsi t’associer à mon œuvre maternelle de corédemption et Je te fais participer de plus en plus à mes grandes douleurs.»xv

Déjà en notre temps des Papes comme Pie XI et Pie XII ont donné à Marie le titre de Corédemptrice. Jean-Paul II a utilisé le terme de Corédemptrice pour Marie au moins six fois au cours de son pontificat, et il a dit au mariologiste Mark Miravalle: «Il y aura un cinquième dogme.»xviLe Dieu-Homme est venu par Marie dans l’Incarnation; il nous vient maintenant dans la grâce par Marie; et c’est aussi par elle qu’il reviendra.

Une prière spéciale de Notre-Dame de tous les Peuples a également été donnée par ces apparitions afin que « sous ce titre et par cette prière tous les peuples soient préservés de la corruption, des calamités et de la guerre». Après avoir donné cette prière au monde, Notre-Dame dit à Ida à propos de la Prière de Notre-Dame de tous les Peuples: Tu ne saurais comprendre l’insigne valeur de la Prière pour les hommes qui la recevront et qui promettront de la dire chaque jour. Tu ne sais ce que l’avenir apporteraPuissent-ils donc, les hommes, réciter chaque jour cette simple et si courte Prière. Très courte et très simple: ainsi a-t-elle été donnée afin que chacun puisse la dire en ce monde moderne et pressé; donnée pour supplier le Véritable Esprit de daigner venir dans le monde. Cette Prière a été donnée pour la Conversion du monde … Je suis la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour Marie … Voici le sens de cette formule: des hommes, en grand nombre, ont connu Marie comme MARIE. Mais, maintenant, dans l’ère nouvelle qui s’ouvre, je veux être reconnue comme la Dame de tous les Peuples. Et cela, c’est tout le monde qui peut le comprendre.» Marie n’abandonne pas son nom, mais elle étend publiquement son service et son rôle céleste (Ap 12) pour la conversion et le salut de toutes les âmes.

Le cinquième dogme apportera une période de paix au monde et à l’humanité. Notre-Dame de tous les Peuples a prophétisé à Ida Peerdeman le 31 mai 1954: «La Dame de tous les Peuples désire l’unité dans le Vrai Esprit Saint. Le monde est enveloppé d’un faux esprit, de Satan. Quand le dogme, le dernier dogme de l’histoire mariale, aura été promulgué, c’est alors que la Dame de tous les Peuples donnera la Paix au monde, la vraie Paix. Mais avant cela, il faut que les peuples, en union avec l’Église, récitent ma Prière. Mais il faut qu’ils sachent que la Dame est venue en qualité de Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate.»Et vingt-cinq ans plus tard, jour pour jour, Notre-Seigneur promit par la visionnaire Ida: «Le Saint-Père la proclamera Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate.»xvii

Mark Miravalle résume en disant: «Les titres de Marie sont ses fonctions. Ses rôles de Corédemptrice (ou ‘Mère qui souffre’, cf. Vatican II, Lumen Gentium, 58), de Médiatrice de toute grâce (ou ‘Mère qui nourrit’ dans l’ordre de la grâce, cf. LG 61, 62) et d’Avocate (‘Mère qui intercède’, cf. LG 62) sont des titres qui renvoient aux maternelles fonctions spirituelles de grâce qu’elle accomplit pour l’humanité. Si ces rôles sont solennellement proclamés par le Saint-Père, la plus haute autorité spirituelle sur la terre au nom de toute l’humanité, la Vierge immaculée sera alors en mesure d’exercer pleinement ces fonctions pour la famille humaine et d’une manière plus forte et plus dynamique que jamais.»xviii

Notre-Dame promet aux nations du monde un nouveau printemps «de grâce, de rédemption et de paix» qui sauvera le monde «de la dégénérescence, du désastre et de la guerre». Reine Mère de l’humanité, elle est et sera bientôt connue de tous comme Corédemptrice de rédemption, Médiatrice de grâce et Avocate de paix pour toutes les nations et tous les peuples. Tel est le grand espoir que nous devrions placer en Marie. Elle est notre espérance !

i Le 25 mars 1945 la Vierge Marie apparaît à Amsterdam à une femme Ida Peerdeman (†1996). C’est la première de 56 apparitions qui vont se succéder par intermittence, entre 1945 et 1959.

Le 31 mai 2002, Mgr Jozef M. Punt, évêque de Haarlem/Amsterdam, fait la déclaration suivante : «Six années se sont écoulées depuis. Je constate que la dévotion s’est forgé une place dans la vie spirituelle de millions de personnes de par le monde, et qu’elle est appuyée par de nombreux évêques. On me rapporte aussi des expériences de conversion et de réconciliation, de même que des guérisons et des protections particulières. Tout en reconnaissant pleinement la responsabilité du Saint-Siège, c’est à l’évêque du lieu de se prononcer en conscience sur l’authenticité des révélations privées qui ont lieu ou ont eu lieu dans son diocèse.

En cela, j’ai encore demandé l’avis de quelques théologiens et de psychologues au sujet des conclusions des précédentes études et des questions et objections qu’il y avait eues. Ces avis nous disent qu’il n’y a là aucun empêchement fondamental théologique ou psychologique pour constater l’authenticité surnaturelle. J’ai aussi demandé, concernant les fruits et le développement, l’avis d’un certain nombre de confrères évêques, qui connaissent dans leur diocèse une fervente dévotion à Marie comme Dame de tous les Peuples. Lorsque je vois tous ces avis, ces témoignages et les développements, et que je considère tout cela dans la prière et la réflexion théologique, j’en viens à la conclusion que les apparitions de la Dame de tous les Peuples à Amsterdam sont d’origine surnaturelle.»


ii Lumen Gentium, 10, 57, 58, 61

iii Inter sodalicia (Mai 1918)

iv Octobri Mense (1891), cit. in ND 710

v Ad Diem Illum (1904), cit. in ND 712

vi Lumen gentium, 53

vii CEC 967

viii CEC 969

ix Message 204

x Message 479

xi Veritatis Splendor, 120

xii http://www.mmp-usa.net/arc_mother.html

xiii Message 201

xiv 13 juillet 1980, Anniversaire de la troisième Apparition de Fatima

xv Message 432

xvi Voir: Mark Miravalle, STD, Mary: Coredemptrix, Mediatrix, Advocate (Santa Barbara: Queenship Publishing, 1993), 1-24. En juin 1997, une commission théologique a émis une opinion négative concernant la possibilité de définir un dogme sur la médiation maternelle de Marie. Ils semblaient croire que ce n’était pas le bon moment. Le mouvement en faveur de ce dogme avait reçu alors près de sept millions de pétitions et l’appui de 43 cardinaux et de plus de 550 évêques de l’Église universelle. En 1997, le Saint-Siège a publié une déclaration qualifiant de non désirable une définition dogmatique concernant Marie Corédemptrice, Médiatrice et Avocate. La déclaration laisse cependant entrevoir la possibilité d’une telle définition à l’avenir.

xvii 31 mai 1979

xviii Cardinals Lead – Time for Us to Follow, Catholic Exchange 3/30/2008 http://www.catholicexchange.com/node/71066