L’Église célèbre la présentation de Jésus au temple

2 FÉVRIER FÊTE DE LA PRÉSENTATION DU SEIGNEUR 

Quarante jours après Noël,  l’Église célèbre la présentation de Jésus au temple  (Luc 2, 22-38) : « Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification,  selon la loi de Moïse,  ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. 

On donne à cette fête plusieurs noms:  Fête des lumières, Chandeleur,  fête de la présentation au temple, fête de la purification.  En Orient,  on parle de la fête de la rencontre. C’est aussi la fête de la vie consacrée. C’est en 1997 que le pape Jean Paul II  a fait célébrer  la  première journée de la vie consacrée.  Avec cette fête,  l’Église fait la clôture des solennités de l’incarnation. 
Jésus,  Lumière pour tous

C’est le coeur de cette fête.  En emmenant Jésus au temple,  ses parents accomplissent une démarche traditionnelle,  suivant la loi de Moïse ( = Ex 13, 11-13). Marie sa maman se soumet au rite de purification des jeunes accouchées  ( voir Lv 12, 6-8 ).  Mais voici qu’au delà  de ce qui est une règle traditionnelle, une révélation nous indique que le petit garçon de Joseph et de Marie,  est un être d’exception.  Il est lumière pour tout le peuple,  présence de Dieu au milieu des siens pour donner la consolation définitive. La présentation au temple annonce le don de Jésus par amour de Dieu et des hommes,  et l’offrande suprême de la croix. 

Déjà,  en la fête de l’épiphanie, puis du baptême, il avait été question de la manifestation propre de Dieu,  dans l’apparition de  Jésus parmi le peuple  (sa naissance,  la reconnaissance des bergers puis des mages, le témoignage éclatant du Père au sujet de son Christ, au Jourdain). Aujourd’hui,  la présentation au temple se conclue par les témoignages du vieillard Syméon, homme juste et religieux,  et d’Anne,  fille de  Phanuel, femme prophète.  Ces témoignages disent que Jésus est le don de Dieu,  salut à la face des peuples,  « Lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à Israël « . 

Étonnante déclaration,  prophétie à haute portée  spirituelle : voici Dieu chez lui, chez nous,  parmi les hommes que son amour a créés.  Il les sauve par le même amour,  par son Fils, son amour incarné. « Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit à son sujet. Ils avaient pourtant été avertis par l’ange Gabriel  (lors de la visite et de l’annonce directe à Marie, l’apparition en songe à Joseph).  C’est dire que le mystère est grand,  tellement grand qu’on ne peut y entrer que par une série de révélations,  pédagogie  de Dieu,  qui montre, s’il en était encore besoin, que la grâce faite à l’être humain,  n’est pas chose figée,  mais don en perpétuel mouvement de communication.  Saint Jean n’a-t-il pas écrit  : « Nous avons tous reçu de sa plénitude, grâce après grâce  » ? (Jean 1, 16).

La grâce de la fête de la présentation est actualisée dans nos différentes consécrations,  à commencer par celle de notre baptême.  Jésus  entré dans notre histoire,  nous montre le chemin unique de toute vraie consécration à Dieu.  Elle passe par la rencontre du divin et de l’humain en sa personne, certes dans la simplicité et dans l’humilité,  mais aussi dans la puissance de  l’Esprit. Celui-ci saisit des hommes et des femmes,  pour  porter publiquement le témoignage,  auquel a droit le Christ,  le Fils de Dieu. C’est pourquoi  la présentation du Seigneur est un jour d’une importance particulière pour toute personne consacrée. Car elle se laisse inspirée par le don bouleversant du Christ,  pour aspirer à son tour,  à donner sa vie,  et à tout abandonner,  pour marcher à sa suite. 

Rendons grâce pour les personnes consacrées qui nous parlent du règne de Dieu par leur vie donnée,  et demandons au maître,  de nombreuses et fructueuses vocations dans un monde que les convoitises du malin éloignent parfois de l’Unique nécessaire, de Dieu notre Tout, à qui nous devons absolument tout. Dans la célébration eucharistique de ce jour béni, que nos cœurs se laissent remplir par le don de l’Esprit qui fait toutes choses nouvelles en les consacrant au créateur. Que s’effacent devant la gloire de Dieu (la gloria Dei), les vanités de ce monde.

Père victor