Dr Kelly Bowring : Les Secrets, les châtiments et le Triomphe des Deux Cœurs de Jésus et de Marie – Partie 13

Dr Kelly Bowring : Les Secrets, les châtiments et le Triomphe des Deux Cœurs de Jésus et de Marie

SECRETS,

CHÂTIMENT

&

TRIOMPHE

des Deux Cœurs de Jésus et de Marie,

et ce à quoi le ciel nous appelle


Extrait du livre du Docteur Bowring :

Nihil obstat: Mgr Adelito A. Abella, censeur archidiocésain

Imprimatur: Cardinal Ricardo J. Vidal, archevêque de Cebu

2 avril 2009


Témoins authentiques de la dévotion eucharistique

Résultat de recherche d'images pour "martyre de l'eucharistie"

Le martyre de l’eucharistie

La bienheureuse Imelda assistait à la Messe le jour de l’Ascension avec le reste de la communauté des religieuses de sa région. Comme elle n’avait pas encore douze ans, Imelda n’avait pas pu recevoir la sainte communion. Après la Messe, Imelda était restée à sa place dans le chœur. La sacristaine était occupée à éteindre les cierges et à ranger les vêtements sacerdotaux. Un bruit lui fit tourner la tête et regarder dans le chœur, et elle vit une brillante lumière au-dessus de la tête d’Imelda et une hostie suspendue dans cette lumière. Elle se hâta d’aller chercher le prêtre. Lorsqu’il arriva et qu’il vit le miracle, le prêtre sentit que Dieu avait montré qu’il voulait se donner à Imelda qui reçut sa première communion et fut plongée ensuite dans une extase de joie. On la retrouva plus tard toujours agenouillée, un sourire sur le visage, mais elle était morte. La bienheureuse Imelda Lambertini est morte le 12 mai 1333. Ses reliques se trouvent dans l’église de Saint-Sigismond à Bologne, en Italie. Elle a été déclarée Patronne des premiers communiants par saint Pie X en 1910. La même année, le Pape décrétait que les enfants pouvaient faire leur première communion à un âge beaucoup plus précoce. Avant sa mort, la bienheureuse Imelda avait dit: «Dites-moi, comment est-il possible de recevoir Jésus dans son cœur sans mourir?»

Le saint qui reste vivant après sa mort

Le saint eucharistique Charbel Maklhouf, appelé aussi la grande merveille de notre temps, prêtre catholique maronite ordonné en 1859 dans les montagnes du Liban, est mort en disant la Messe le jour de Noël 1898. Il était connu pour léviter durant la prière. Il avait une grande dévotion à la Très Sainte Vierge Marie et à la sainte eucharistie. Saint Charbel se préparait chaque matin durant des heures avant de célébrer la Messe et passait le reste de la journée à rendre grâce. Il vivait d’une eucharistie à l’autre. Plusieurs mois après son inhumation, sa tombe étant entourée d’une lumière extraordinaire, on décida d’exhumer son corps. On le trouva qui flottait dans la boue, parfaitement intact, et qui excrétait miraculeusement de l’eau et du sang. Son tombeau a été ouvert à nouveau plusieurs fois depuis et chaque fois on retrouvait son corps intact, encore souple, et suintant toujours de l’eau et du sang. Ce liquide miraculeux a été depuis des années la cause de bien des guérisons et des miracles. Les grâces de ses saintes communions reçues avec dévotion viennent encore à notre aide un siècle après sa mort à travers son saint corps demeuré intact. Ô amour de l’eucharistie!

Les saints comme saint Charbel vivent pour l’eucharistie d’une manière qui imite la première et la plus grande adoratrice eucharistique, la Mère de Jésus. Des mystiques nous disent que Marie assistait chaque jour à la Messe, célébrée habituellement par saint Jean. Elle recevait la sainte communion et restait ensuite trois heures en prières. Marie était très fervente, à la fois dans sa préparation avant la communion et après, dans son action de grâce.i Nous sommes nous aussi invités à vivre d’eucharistie en eucharistie, avec une profonde spiritualité mariale!

Le miracle de l’emploi trouvé

Je me souviens qu’il y a plusieurs années, je commençais mon ministère chrétien et j’avais déménagé avec les miens à San Antonio pour être plus près des autres membres de la famille. Après avoir cherché où se trouvait une chapelle de l’adoration perpétuelle, nous avons emménagé dans un appartement juste en face. Je suis allé immédiatement vers le Seigneur dans l’eucharistie et je lui ai dit combien j’aimerais le servir comme enseignant-formateur dans une école secondaire catholique, si telle était sa volonté. Je commençai alors une neuvaine eucharistique à cette intention pour être engagé à enseigner la foi. Le jour suivant, j’étais appelé pour une interview avec le surintendant diocésain, et un jour ou deux plus tard j’étais interviewé dans une école secondaire locale. Chaque jour, je traversais la rue pour passer une heure sainte avec le Seigneur à cette intention. Et il arriva que le neuvième jour je commençai dans mon nouvel emploi, un 1er février, au milieu de l’année scolaire, et dans l’école catholique la plus proche du diocèse où nous avions emménagé. J’ai beaucoup remercié l’eucharistie et j’ai toujours conservé depuis mon heure quotidienne avec le Seigneur eucharistique. Le temps que nous passons devant l’eucharistie est le plus heureux sur la terre, et notre plus grand bien!

i The Life of Mary As Seen By the Mystics, compiled by Raphael Brown (Tan 1951), 243

A suivre…