Le prêtre qui a brûlé les Pachamama parle : elles « parodient » Notre Dame de Guadalupe

08 novembre, 2019

Le prêtre qui a brûlé les Pachamama parle : elles « parodient » Notre Dame de Guadalupe

Les « Pachamama » vénérées de manière idolâtre au Vatican et dans la ville de Rome au moment du synode sur l’Amazonie étaient une « parodie » de la Vierge de Guadalupe, selon un exorciste mexicain cité par le prêtre qui a brûlé des effigies de la statuette il y a quelques jours au cours d’un rite de réparation que l’on peut voir ici sur le blog d’Yves Daoudal.

Ce prêtre catholique de l’archidiocèse de Mexico, le P. Hugo Valdemar Romero, a expliqué dans un entretien avec LifeSiteNews pourquoi il a décidé de brûler des statues païennes de la « Pachamama ». Son geste, visant à expier le péché public d’idolâtrie au synode sur l’Amazonie, se justifiait par la « loi de Dieu », a-t-il déclaré.La vidéo de la cérémonie qui a eu lieu en fin de semaine dernière est vite devenue virale sur les réseaux sociaux.

Le P. Hugo Valdemar Romero, ancien porte-parole de l’Archidiocèse de Mexico, actuellement grand pénitencier, a déclaré à LifeSiteNews qu’il avait invité les fidèles à participer à cette cérémonie en raison du « scandale et de la douleur causés par les graves actes d’idolâtrie, réalisés au Vatican avec les idoles amazoniennes pendant le synode sur l’Amazonie ».

Voici ma traduction intégrale de l’interview du P. Hugo Valdemar Romero avec Bree A. Dail de LifeSiteNews.*

Qu’est-ce qui a inspiré votre geste, c’est-à-dire la décision de prendre la tête des fidèles pour prononcer des prières de réparation, puis brûler les effigies de la Pachamama ? Ce sont le scandale et la douleur causés par les graves actes d’idolâtrie, perpétrés au Vatican avec des idoles amazoniennes pendant le synode sur l’Amazonie. De nom nombreux fidèles, très blessés et en colère, se sont tournés vers moi ; ils nous demandaient (au clergé) de faire quelque chose pour montrer que nous rejetons l’idolâtrie et pour demander pardon à Dieu pour tant de sacrilèges et de profanations. J’ai donc décidé de faire ces actes de réparation.

Avez-vous parlé à des exorcistes d’Amérique latine et croyez-vous que ces rituels relevaient d’une influence démoniaque ?Oui, j’ai parlé à un exorciste de Mexico qui m’a affirmé que la figure de la Pachamama était une parodie de la Vierge de Guadalupe. La Sainte Vierge, Notre Dame de Guadalupe apparaît dans sa sainte image comme une femme enceinte. Elle est venue pour donner naissance à Jésus, Lumière du Monde et seul Vrai Dieu, le seul but de notre vie. Elle est venue comme la Femme de l’Apocalypse, revêtue de soleil, et la lune à ses pieds. Cette Pachamama, en revanche, est sur le point de donner naissance à une créature rouge, de couleur démoniaque, et cette créature n’est rien de moins qu’une « nouvelle église ». Cette « église » est née du synode qui vient de s’achever – cette soi-disant « église à visage amazonien » qui prétend célébrer des rites orthodoxes, mais qui promeut (la notion de) diacres féminins et de prêtres mariés, l’exact contraire de la doctrine catholique et de la tradition de l’Église (romaine).

Dans votre vidéo, nous vous voyons parler de Notre-Dame de Guadalupe. A S. Maria in Traspontina, l’image de Notre-Dame de Guadalupe pouvait se voir, poussée sur le côté d’un des autels latéraux – où les Pachamamas ont été placées. Estimez-vous que c’est important ?Bien sûr, c’est la grande imposture de la déesse satanique Pachamama. Elle cherche à usurper la place de Notre Dame de Guadalupe, à ôter de la foi catholique Celle qui est la Mère du Vrai Dieu, et à mettre à la place de Notre Dame la Terre-Mère, qui en réalité est idolâtrie, panthéisme et superstition.

En quoi l’apparition de Notre Dame à Guadalupe fut-elle significative pour contrer le paganisme en Amérique latine ?Ce fut fondamental, parce que, comme le disait saint Jean Paul II, elle était le modèle parfait de l’inculturation. Cela veut dire que Notre Dame a pris des éléments de la culture du monde indigène, non pas pour créer un syncrétisme avec le paganisme, mais pour purifier certains symboles et leur donner un sens chrétien. En attendant, avec la Pachamama, l’intention n’est pas l’inculturation authentique mais une usurpation diabolique pour restaurer l’idolâtrie.

Il semble y avoir eu une montée de l’occultisme au Mexique, y compris la « Santería ». Croyez-vous que les rituels au Vatican relevaient du même  synchronisme, et pourquoi ?Malheureusement, là où la foi est affaiblie, le paganisme et la superstition reviennent. C’est ce que nous voyons, non seulement au Mexique, mais dans tout le monde occidental, qui a abandonné le christianisme, et qui le compense par des superstitions, le Nouvel Age et le Satanisme.

Vos détracteurs ont affirmé que vous avez manqué de respect envers la culture indigène en brûlant les effigies de la Pachamama. Pouvez-vous nous expliquer comment l’histoire de l’Amérique latine, y compris au Mexique, vient au secours de vos actes de réparation et de prière ?Ceux qui exigent le respect doivent aussi respecter. Personne n’aurait rien dit si les idoles amazoniennes avaient été exposées dans les musées du Vatican ou dans une salle d’exposition, mais ce qu’ils ont fait est une véritable abomination et un sacrilège. Nous avons regardé, stupéfaits, comment les idoles étaient vénérées devant le Pape lui-même, dans les jardins du Vatican, et nous avons été témoins des rituels de culte quotidiens dans l’église de Santa Maria in Traspontina. Outre que c’était un crime contre la loi divine, c’était une offense pour les catholiques qui rejettent l’idolâtrie et qui ne veulent pas être témoins de la profanation de nos églises.

Nous avons vu, ces derniers mois, un évêque colombien exorciser son diocèse (à cause du niveau élevé de drogue, de violence et d’occultisme que l’on y trouve), ainsi que de violentes féministes pro-avortement essayer de brûler la cathédrale de Mexico City. Des nouvelles de l’escalade de la violence des cartels sont rapportées du Mexique. Penses-vous que tout cela est lié ? Quel est le remède ?Derrière tout ce qui détruit la vie humaine, comme l’avortement et les crimes liés aux stupéfiants, se cache Satan. Il est « menteur et assassin dès le commencement », comme l’appelle Jésus, et nous pouvons dire que ces deux attributs désignent les pratiques préférées du démon. Nous trouverons toujours son influence quand nous en serons témoins.

Après avoir vu votre vidéo, de nombreuses personnes ont appelé leurs prêtres et leurs évêques à se lever et à organiser à leur tour des actes de réparation. D’autres, plus nombreuses encore, craignent que vous ne fassiez l’objet de représailles de la part de certains membres de la hiérarchie, et que cela n’effraie leur clergé. Qu’en dites-vous ?Malheureusement, la tolérance, le dialogue et la miséricorde si souvent mis en avant par ce pontificat ne semblent s’adresser qu’à ceux de l’extérieur (de l’Eglise), alors que pour ceux de l’intérieur il y a censure, silence et représailles. Oui, il y a beaucoup de peur, et surtout la peur qu’il n’en résulte un schisme. Mais il y a malheureusement déjà un schisme de facto. En ce qui me concerne, cependant, je n’ai pas encore été censuré et, bien sûr, je suis prêt à répondre de mes actes. Ces actions, cependant, ne sont pas en dehors de la loi de Dieu ou du droit canonique. Je n’ai pas peur parce que je me sens protégé par Dieu et surtout par Notre Dame de Guadalupe – je défendrai toujours son honneur.

Quel message souhaiteriez-vous nous adresser ?Seulement que nous ne devons pas perdre la foi ! La foi est ce qui vainc le monde. Ne manquez pas d’aimer Christ de toute votre âme. Ne manquez pas d’aimer Sa Sainte Mère et l’Eglise, qui traverse une grande tribulation dans laquelle, à la fin, le Christ triomphera, n’en doutez pas.*** 

Prières récitées par le P. Hugo Valdemar Romero
pendant la destruction des effigies de la Pachamama par la feu

Prières de réparation

Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, recevez des mains de l’Immaculée, Mère de Dieu, Vierge Marie de Guadalupe, de notre cœur contrit, un acte sincère de réparation pour les actes d’adoration des idoles et des fétiches sataniques qui ont eu lieu à Rome, Ville éternelle et cœur du monde catholique, au cours du synode sur l’Amazonie.Versez dans le cœur des cardinaux, des évêques, des prêtres et des religieux et religieuses votre Esprit, qui expulsera les ténèbres des esprits, afin qu’ils reconnaissent l’impiété de tels actes, qui ont offensé Votre Divine Majesté, et qu’ils offrent des actes de réparation et de consolation.Accordez à tous les membres de l’Église la lumière de la plénitude et de la beauté de la foi catholique. Enflammez chacun du zèle ardent d’apporter le salut de Jésus-Christ, Vrai Dieu et vrai homme à tous les hommes, en particulier ceux de la région amazonienne, qui sont encore esclaves des idoles et de la superstition, afin que tous les gens de cette région atteignent la liberté des enfants de Dieu, et aient le bonheur indescriptible de connaître Jésus Christ, et par Lui entrent dans la vie de votre Nature Divine.Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, toi, le seul vrai Dieu, en dehors duquel il n’y a pas d’autre dieu ni salut, ayez pitié de votre Église. Regardez surtout les larmes, les soupirs contrits et humbles de vos fidèles et bénissez et protégez les vrais héros chrétiens qui, dans leur zèle pour votre gloire et dans leur amour pour l’Église Mère, ont jeté prophétiquement dans l’eau les idoles des abominations.Ayez pitié de nous : pardonnez-nous, Seigneur ! Ayez pitié de nous : Kyrie eleison !

Prières déprécatives

1. Pardonnez-nous, Seigneur, l’acte sacrilège d’adoration de la Pachamama et des idoles amazoniennes dans les jardins du Vatican.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

2. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de la basilique et du tombeau de l’apôtre saint Pierre, où ils ont prié et chanté aux idoles amazoniennes.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

3. Pardonne-nous, Seigneur, pour la procession du canot maudit avec les fétiches amazoniens portés par les évêques, religieux et laïcs dans la salle synodale.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

4. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de l’église dédiée à votre Sainte Mère, sous l’invocation de Santa María in Traspontina, à Rome, où  des ont abrité les idoles diaboliques de la Pachamama et l’ont adorée, offensant la mémoire de notre Sainte Mère et la sainteté de ta Maison.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

5. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de votre sainte Via Crucis, sur la Via de la Conciliazione à Rome, où l’on a offensé votre glorieuse Passion.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié

.6. Pardonne-nous, Seigneur, pour la prières adressées à l’abominable idole de la Pachamama, composée par l’Agence pastorale de la Conférence épiscopale italienne et récitée dans plusieurs églises en Italie.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

7. Pardonnez-nous, Seigneur, pour la profanation de la cathédrale de Lima au Pérou, où ils ont loué l’idole Pachamama, engendrée par Satan et par sa tromperie.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

8. Pardonnez-nous, Seigneur, pour tous les évêques, prêtres, religieux et religieuses qui ont offensé votre sainteté, vous le Dieu unique, en commettant le crime d’idolâtrie et défendant, répandant et adorant Satan à travers la tromperie de l’idole de la Pachamama.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

9. Pardonne-nous, Seigneur, pour les catholiques qui voient sans voir, qui entendent sans entendre, et qui prennent la défense de ces actes démoniaques et abominables d’adoration des idoles amazoniennes, tromperie du démon. Ne laissez pas leurs âmes se perdre, donnez-leur Votre Lumière Divine pour ne faire qu’un avec Vous, le seul Vrai Dieu.Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

10. Pardonnez-nous, Seigneur, pour le cautionnement de l’« écologie intégrale », le mépris de l’être humain, le manque de courage pour défendre l’enfant à naître, les avortements et les crimes sans fin de tes enfants.–>

Seigneur, ayez pitié, Christ, ayez pitié.

© leblogdejeannesmits pour la traduction.