Marino Restrepo – Notre vie n’est pas un jeu : elle est vraiment sérieuse, et nous n’en avons qu’une

Nous vivons une époque de grande obscurité spirituelle, telle que l’humanité n’en a jamais connue, et le Seigneur m’a dit que cela n’irait qu’en s’intensifiant. Mais le monde n’a également jamais été aussi lumineux qu’aujourd’hui, et cela ira également en s’intensifiant. Le Seigneur rayonne en ce moment sur nous plus que jamais par le passé, parce que notre monde est en train de perdre sa lumière. Pourtant, nous ne comprenons pas Son amour.

Extrait du témoignage de Marino Restrepo repris du livre de Christine Watkins The Warning: Testimonies and Prophecies of the Illumination of Conscience.

A cause des progrès de la médecine et des sciences de la santé, il n’y a jamais eu autant de belles personnes, physiquement parlant, qu’aujourd’hui ; mais il n’y a jamais eu autant d’âmes si laides. Le Seigneur m’a dit que le monde aujourd’hui est habité par des milliards d’âmes en états de malnutrition, qui se soucient tant de nourrir leur chair qu’elles négligent de nourrir leur esprit. Les âmes en état de malnutrition sont incapables d’aimer, d’avoir de la compassion. Elles ne savent pas pardonner et son remplies d’un tel égocentrisme qu’elles rejettent l’amour de Dieu au moment de la mort.

Même la foi est devenue superficielle. « L’Enfer, ça n’existe pas » disent certains chrétiens aujourd’hui. Il est vital que nous vivions en accord avec les dons que nous avons reçus. Si nous avons reçu le don de la foi catholique, nous devons être de véritables catholiques. Comment y parvenir ? En plus de vivre les commandements et l’enseignement de l’Eglise, nous devons étudier et comprendre notre foi, apprendre le Catéchisme de l’Eglise catholique, et lire la vie des Saints et des mystiques. Tout cela nous prépare à parler à nos frères et sœurs. Le manque de connaissance, de fidélité, de courage et d’amour est la raison pour laquelle tellement de personnes s’éloignent de l’Eglise. Nous devons vivre la vérité et mourir pour la vérité.

Le Seigneur a partagé avec moi le fait que, bien qu’il n’y ait jamais eu un si grand risque qu’aujourd’hui de voir des âmes aller en Enfer, il n’y a cependant jamais eu une si grande opportunité pour les âmes de parvenir à la sainteté au cours de leur vie terrestre. Nous vivons des temps glorieux pour ceux qui obéissent à Dieu.

(…)

Nous pouvons voir des signes de l’apostasie même en ce moment. Si vous dites à quelqu’un aujourd’hui : « J’ai décidé de devenir un saint », il rira probablement de vous. Les gens pensent que lire la vie des Saints, c’est comme lire celle d’un extraterrestre. Et pourtant nous sommes tous appelés à la sainteté.

Nous voyons des gens étudier pendant huit, dix ou quinze ans, à la sueur de leur front, pour devenir médecins ou spécialistes dans leur domaine d’intérêt, sacrifiant leur temps, et même leur famille. Ils font les choses les plus incroyables pour parvenir à accomplir quelque chose qui disparaitra à leur mort. Mais combien de personnes voyez-vous travailler avec suffisamment d’acharnement pour être avec Dieu pour l’éternité — pour être des saints ? Combien de personnes aiment véritablement Dieu et leur prochain : l’étranger, le pauvre, leurs ennemis ? Très peu.

Au cours de cette période de l’histoire humaine, plus qu’en tout autre, le démon s’efforce avec vigueur de développer les talents artistiques et les ambitions des gens, les faisant grimper jusqu’aux plus hauts sommets de la gloire. De cette façon, il parvient à captiver et capturer des millions d’âmes, à travers notre culture centrée sur la chair. Le Seigneur m’a dit qu’il n’y a aucun talent qui attire plus Lucifer que les talents artistiques. Plus que jamais par le passé, nous remarquons un nombre toujours plus grand de jeunes stars montant sur la scène artistique, recherchant avec frénésie le pouvoir, la richesse, la célébrité. Leur notoriété et leur influence fournissent au démon une plateforme pour corrompre les masses, parce qu’il sait que les gens imitent les comportements décadents et mondains des stars.

En ce qui concerne le monde et l’avenir, le Seigneur m’a dit que cela deviendra encore plus industrialisé — un monde sans Dieu, centré sur le matérialisme. La religion deviendra une activité privée qui ne pourra plus être exprimée publiquement et sera surveillée et contrôlée par les gouvernements. La véritable Eglise devra vivre quasi clandestinement comme au tout début du christianisme.

Le Seigneur m’a dit que la conversion d’Israël doit avoir lieu avant le retour de Jésus. Il m’a expliqué comment les juifs sont le peuple choisi de Dieu. Les catholiques sont greffés à l’arbre du peuple choisi en tant qu’enfants adoptifs, et les juifs sont nos frères aînés. Nous devons honorer les juifs, même s’ils ne croient pas encore [en Jésus]. Le Seigneur a dit que tout comme le peuple juif a été choisi pour préparer l’incarnation de Jésus, ils ont aussi été choisis pour Son retour. Les juifs sont ceux qui prépareront le chemin du Seigneur quand Il reviendra.

A la toute fin des temps, les juifs se convertiront massivement à la foi catholique. Une onction de l’Esprit-Saint les appellera à rejoindre l’Eglise. Cela se passera du jour au lendemain, d’une façon très semblable à la chute du Mur de Berlin. Une fois que la conversion aura commencé, il y aura beaucoup de confusion parmi les juifs et beaucoup d’entre eux s’entretueront. Quand les juifs arriveront en masse dans l’Eglise, ce sera le son de cloche final, « Jésus arrive. » Ils secourront l’Eglise catholique de la grande apostasie. Ce sont les signes que le Seigneur m’a dit qu’Il donnerait.

Dans les prochaines années, cependant, beaucoup de catholiques perdront la foi et quitteront l’Eglise. Le Seigneur est en train de purifier Sa maison, et beaucoup de saleté va être révélée — ce qui était caché apparaîtra au grand jour. L’Eglise deviendra plus petite, mais elle deviendra l’Eglise des vrais croyants. Il ne sera pas possible de supporter les temps auxquels nous sommes confrontés sans une foi ancrée radicalement dans l’amour et dans une obéissance parfaite.

Il est absolument vital à notre époque que nous apprenions comment véritablement aimer. Nous devons regarder autour de nous et nous demander si nous nous soucions vraiment du salut de ceux qui nous entourent, ou si ces personnes ne sont que de simples ombres ? Avant toute conférence, j’implore le Seigneur de me donner Son amour pour tous ceux qui viennent m’écouter, et le désir de leur salut. Je désire que toutes ces personnes parviennent jusqu’à leur patrie céleste. Chacun de nous ici sur terre est extrêmement important. Si je ne me soucie pas de mon voisin, alors mes œuvres et mes prières sont vaines.

Quand nous nous soucions profondément des étrangers et laissons leur présence toucher notre cœur, même si cela ne dure que l’instant de leur passage dans notre vie, alors nous aimons réellement. Si nous nous tenons au coin d’une rue animée, sourions à telle personne dans un magasin, passons à côté de telle autre personne sur l’autoroute, et que nous prenons conscience dans notre cœur que chacune de ces personnes que nous voyons est une créature immensément importante née de l’amour de Dieu, et que nous ne pouvons nous empêcher de nous soucier profondément d’elle et de son salut — indépendamment de son apparence, ses croyances ou son comportement — alors nous savons aimer.

Si nous n’apprenons pas à aimer de cette façon, si nous ne prions pas de tout notre cœur pour la conversion des pécheurs, en nous souciant de tout le monde, alors nous devrons apprendre cette leçon au purgatoire. Le Seigneur pourra nous demander, lorsque nous le verrons, « Te souviens-tu de cette personne qui se trouvait juste à côté de toi le temps d’une heure… trente minutes… ou cinq minutes ? Cette personne avait besoin de ton amour et de tes prières. L’as-tu remarquée, ou n’était-elle qu’une autre ombre qui passe ? Ne signifiait-elle rien pour toi, parce que tu étais trop accaparé par toi-même ? »

Notre vie n’est pas un jeu. Elle est vraiment sérieuse, et nous n’en avons qu’une. A quoi bon gagner cette vie si nous perdons notre âme ? Nous devons rester éveillés. Nous devons accorder de l’importance à chaque petite chose que nous faisons : ce à quoi nous pensons, ce que nous disons, ce que nous touchons, ce que nous ressentons et ce que nous désirons. Nous devons être particulièrement attentifs à tout ce que nous écoutons et ce à quoi nous participons. La vérité est que la vie éternelle commence dès le ventre de notre mère. Nous nous tenons dans l’éternité en ce moment même, et tout ce que nous faisons se répercute et sera visible dans l’éternité.

Notre vie est un pèlerinage qui ne finira jamais. C’est important pour nous de penser au-delà de notre corps mortel. Notre vie ici-bas n’est que le commencement. Nous sommes à la première étape, et les choses deviendront tellement plus belles si nous sommes fidèles au Seigneur. Si seulement nous savions ce qui nous attend, nous souririons, même quand nous souffrons et que nos vies sont sens dessus dessous. Tout cela prendra bientôt fin, et la joie qui nous attend surpasse de loin nos désirs de bonheur les plus fous.

Les gens me demandent souvent, « Souhaites-tu que ton kidnapping n’ait jamais eu lieu ? » Je leur réponds que je ne changerais absolument rien. Je serais prêt à revivre chacun de ces atroces moments, si cela signifie que je serai ensuite au Ciel pour l’éternité. J’ai rencontré Jésus, et Il est l’accomplissement de tous les désirs humains.

En choisissant un terrible pécheur tel que moi pour être le porte-parole de Sa grâce, le Seigneur nous invite à mettre notre confiance dans Sa miséricorde plus que dans nos hypothétiques mérites. Ma vie est un témoignage de Sa clémence et de Sa compassion. Nous avons un Dieu si puissant, un Dieu incroyablement aimant, un Dieu qui n’est que Bonté et Justice. Nous devrions en être très, très heureux, mais nous devrions aussi être très, très saints. Il n’y a pas d’autre voie.

Ainsi donc, nous sommes toujours pleins de hardiesse, bien que nous savons que nous demeurons loin du Seigneur, tant que nous demeurons dans ce corps ; en effet, nous cheminons dans la foi, non dans la claire vision. Oui, nous sommes plein de hardiesse, et nous préférons quitter ce corps pour aller demeurer auprès du Seigneur. Mais de toute manière, que nous demeurions dans ce corps ou en dehors, notre ambition, c’est de plaire au Seigneur. Car il nous faudra tous apparaître à découvert devant le tribunal du Christ, pour que chacun soit rétribué selon ce qu’il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu’il était dans son corps.

2 Co 5: 6-10

Ma fille, quand tu t’approches de la Sainte Confession, de cette source de ma Miséricorde, le Sang et l’Eau qui sont sortis de mon Coeur se déversent sur ton âme et l’ennoblissent. Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi toute entière dans ma Miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse répandre en ton âme toutes les largesses de ma grâce. Quand tu vas te confessser, sache que c’est moi-même qui t’attends dans le confessional. Je ne fais que me cacher derrière le prêtre, mais c’est moi seul qui agis dans l’âme. Ici, la misère de l’âme rencontre le Dieu de Miséricorde. Dis aux âmes qu’à cette source de Miséricorde, elles ne puisent qu’avec le vase de la confiance. Lorsque leur confiance est grande, il n’y a pas de bornes à mes largesses. Les torrents de ma grâce innondent les âmes humbles. Les orgueilleux sont toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d’eux pour aller vers les âmes humbles.

— Sainte Faustine Kowalska, Petit Journal, n° 1602


Marino Restrepo : « Je suis revenu de l’Enfer »

Toute sa vie défile devant lui, son âme aperçoit la Jérusalem céleste toute de lumière. La voix de Dieu s’adresse à lui de toutes parts. II est aveuglé par cette lumière divine qu’il ne peut supporter à cause de ses nombreux péchés, et il se sent plonger en Enfer.

« Il m’a donc montré l’Enfer. Je l’ai donc regardé. A sa surface j’ai vu non pas des centaines, ni des milliers, mais des millions d’âmes damnées ! Et moi, qui n’y avais pas cru, imaginez ce qui se passait en moi ! C’était tout simplement incroyable de voir des millions d’âmes damnées et je sais maintenant que pendant que nous sommes rassemblés ici ce soir, il y a des âmes qui tombent en Enfer. »

Après cette vision de l’Enfer, le Seigneur Jésus lui a parlé et donné des enseignements, qui sont aussi pour nous. Jésus l’appelle à témoigner de ce qu’il a vu et entendu, dans de nombreux pays.

Après avoir lu et médité un pareil témoignage, on ne pourra plus douter de l’existence de l’Enfer, et la crainte d’y tomber et de souffrir éternellement nous donnera des ailes pour réformer notre vie, pour ne plus offenser Dieu par nos péchés graves et pour avertir tous ceux qui sont sur des chemins de perdition.

A diffuser largement… Il y a des âmes à sauver !

https://www.pierre-et-les-loups.net/notre-vie-n-est-pas-un-jeu-elle-est-vraiment-serieuse-et-nous-n-en-avons-qu-une-566.html