Abbe Berlioux – Moyens de soulager les âmes de nos défunts (au purgatoire)

Résultat de recherche d'images pour "ames purgatore"

Moyens de soulager les âmes de nos défunts(au purgatoire)

La prière : elle est à la portée de tous, des pauvres et des riches, des faibles comme des forts, des petits enfants comme des vieillards (…) Priez, priez souvent pour vos défunts ; priez le matin, priez le soir ; priez le jour ; priez même la nuit…

La charité : Elle possède, d’après saint Thomas, une puissance de satisfaction plus grande que la prière ; ou plutôt elle double la force de nos prières. L’ange disait à Tobie : « La charité sauve de la mort ; c’est elle qui efface les péchés ; elle retire l’âme des ténèbres, lui fait trouver grâce devant Dieu et lui assure la Vie Eternelle. » Si les biens nous manquent, si l’argent nous fait défaut, il nous reste la charité spirituelle : Donc pour nos défunts, soignons les pauvres malades ! Pour eux, veillons au chevet des agonisants ! Pour eux, protégeons les orphelins! Pour eux, consolons les veuves ! Pour eux, essuyons les larmes de tous ceux qui pleurent !

La communion : Communions souvent pour ces âmes tant aimées qui n’ont plus le bonheur de participer au Banquet Eucharistique. Elles attendent que nous répandions sur elles la rosée rafraîchissante et libératrice du Sang du Christ.

Le sacrifice de la messe : Lors de la célébration du saint Sacrifice de la messe, Jésus s’offre au père avec toute l’humanité et la communion des saints. Il porte en lui toutes les âmes de nos défunts en attente de la Joie éternelle.

La souffrance : Ces âmes bienheureuses s’élèvent vers le ciel sur les ailes de nos sacrifices, même les plus petits, de nos souffrances et, quand elles seront dans la Gloire, elles nous rendront surabondamment ce que nous aurons fait pour elles. Quel sujet d’espérance !

Le chemin de croix : « Le Chemin de Croix est aussi une pratique très salutaire à nos chers défunts. En suivant Jésus dans la voie du Calvaire, nous recueillons chacune des gouttes de son Précieux Sang, chacun des mérites de son douloureux martyre et nous les offrons à Dieu pour atténuer les souffrances des âmes du purgatoire ; c’est un soupir de joie, de soulagement. »

Abbe Berlioux