L’homme qui a jeté les pachamamas dans le Tibre….

La vidéo est en anglais, mais ce qui est important c’est de savoir pourquoi.

Il affirme que ce qui se passait pendant le synode, il n’y avait plus rien de catholique.

Il dit que ces statues vont à l’encontre du premier commandement de DIEU.

C’est du paganisme !

——

Un héro explique à Gloria.tv comment il a enlevé les Pachamamas

Le courageux chrétien, qui a jeté les Pachamamas dans le Tibre le 21 octobre dernier, est originaire de Vienne, en Autriche.

Il s’appelle Alexander Tschugguel. Il a raconté son histoire à Gloria.tv (4 novembre).

Pendant le synode d’octobre sur l’Amazonie, Tschugguel s’est rendu deux fois à Rome. Le premier week-end d’octobre, il a visité des événements autour du Synode, y compris la désormais célèbre église Santa Maria in Traspontina.

Les activistes amazoniens présents dans l’église lui ont dit que les missionnaires amazoniens ont cessé de baptiser les indigènes, et que les statues sur les autels latéraux étaient les symboles de la fertilité, de la « Terre Mère » et de la divinité « Pachamama ».

Deux semaines plus tard, Tschugguel et ses amis ont décidé de retirer les idoles de l’église. Le même jour, le dimanche 20 octobre, ils se sont envolés pour Rome.

Le lendemain, à 6 h 30, ils se sont rendus à Santa Maria in Traspontina. En attendant l’ouverture de l’église, ils ont prié le chapelet.

A 7 heures du matin, ils sont entrés et ont enlevés les idoles en les jetant dans le Tibre. Une statue a atterri sur le pilier du pont.

Pour Tschugguel, le fait que les statues aient été récupérées n’a aucune importance : « Le succès réside dans le fait qu’ils ne sont plus dans l’église « , a-t-il expliqué à Gloria.tv.

Il était également reconnaissant à François d’avoir plus tard identifié les statues comme « Pachamama ».. Ainsi, le caractère païen des figures a été confirmé par la plus haute autorité.

Tschugguel souligne que son action a eu un énorme impact médiatique. Rien que sur Youtube, la vidéo a été visionnée plus de 1,5 million de fois. Dans l’ensemble de l’Internet, il a généré 30 à 40 millions de clics.

Tschugguel n’a pas peur des poursuites pénales. Un procès lui donnerait une autre occasion de s’exprimer, ce qui servirait la cause, a-t-il expliqué.

https://gloria.tv/post/xPCmGrxHozDR3LaCRaLvKnmuw