La mafia de l’anneau au synode sur l’Amazonie (et le Pacte des Catacombes)

La mafia de l’anneau au synode sur l’Amazonie (et le Pacte des Catacombes)

Vous rappelez-vous l’anneau noir qu’une femme indigène a remis au pape François à l’occasion de la cérémonie païenne à la veille du synode sur l’Amazonie, le 4 octobre dernier ? J’en parlais ici. Eh bien, l’anneau « tucum » n’en finit pas de faire surface au synode et à sa marge, au point qu’on est tenté d’y voir le signe d’appartenance à une véritable mafia.

Cet anneau tucum, historiquement associée à l’engagement au service de la théologie de la libération, doit sa renommée au la promotion de celle-ci par Mgr Casaldaliga. Faite en bois de palmier d’Amazonie, elle était du temps de l’esclavage le signe de la lutte pour la libération, et aujourd’hui est associée aux notions d’égalité et de justice sociale.

En voici quelques occurrences ces derniers jours (la photo en tête d’article, de la rencontre du pape François avec des indigènes d’Amazonie, en fait partie).

Sœur Birgit Weiler à un point presse du synode.
Elle plaide pour l’écologisme avec son anneau noir
à l’annulaire gauche.
Mgr Roque Paloschi de Porto Velho mis en difficulté au point presse de jeudi
par Edward Pentin qui l’interrogeait sur le généreux financement de CIMI
(Conseil missionnaire des peuples indigènes)
par la Ford Foundation, pro-avortement et pro-idéologie du genre.
Paloschi, arborant son anneau tucum, a tourné autour du pot. A lire ici.

Lisant le dernier message blog de Leonardo Boff
qui réclame pour le “biome” amazonien un statut de sanctuaire international “intangible”,
sous la protection des institutions internationales, je me suis dit
qu’il avait forcément un anneau tucum. Bingo ! La recherche fut des plus courtes…

Et le meilleur pour la fin. Sans doute enregistré le 14 octobre,
c’est un chant aux « martyrs »  de l’Amazonie.
Au début, des images des catacombes de Sainte Domitille,
où Don Helder Camara prêta avec quelques autres le 16 novembre 1965 le
« Pacte des Catacombes »
sur l’option préférentielle pour les pauvres.
« Je me suis souvenu de toi, Domitille… »
Le lien est fait avec Vatican II : “Après le Concile, on se retrouva
pour marcher avec les pauvres et Jésus” (voir l’image ci-dessus).
« Nous revenons ici pour nous racheter en Amazonie…
Nous faisons tous le Pacte sur ces tombes à la lumière des martyrs de la Foi ».

Le Pacte des Catacombes, c’était la théologie de la Libération, le serment d’en finir avec les signes extérieurs de richesse, les métaux précieux, les honneurs accordés aux prélats (et l’ouverture aux ornements en polyester). Bergoglio était trop jeune pour faire partie des signataires d’origine, mais le Pacte le définit et c’est lui qui est à l’œuvre aujourd’hui à Rome avec ce synode dont le lien codé semble bien être l’anneau tucum.

Pour une information plus ample sur l’anneau tucum (et l’origine de l’expression « mafia de l’anneau »), les lusophones peuvent lire l’article très documenté publié par José Antonio Ureta sur PanAmazon Synod Watch, tandis que les italophones le trouveront en date du 6 août dernier sur Stilum Curiae, le blog de Marco Tosatti

https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/