Cardinal Müller : “Ni le pape, ni les… évêques ne peuvent changer les dogmes… à leur guise”… mariage des prêtres et ordination des femmes

Featured Image

(ma traduction)


CITÉ DU VATICAN, 11 octobre 2019 (LifeSiteNews) –

Un cardinal allemand a affirmé lors d’une récente interview que ni le pape ni « la majorité des évêques » ne pouvait changer les dogmes de la foi ou la loi divine selon leurs préférences.

Dans un entretien avec La Repubblica, publié hier, le cardinal Gerhard Müller a vigoureusement défendu la compréhension orthodoxe, traditionnelle, du sacerdoce latin célibataire.

Interrogé sur la discussion du Synode sur la possibilité d’ouvrir le sacerdoce à des «viri probati», hommes âgés et d’une fidélité prouvée, l’ancien préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi (CDF) a déclaré que c’était une «erreur».

«Il y a déjà des diacres mariés», a déclaré Müller. « Si nous présentons [des prêtres mariés], ils doivent respecter la coutume de l’ancienne église: ils doivent vivre dans la continence. »

Le cardinal a expliqué que même dans l’Église orthodoxe, qui a un sacerdoce marié, les prêtres mariés doivent s’abstenir de toute relation maritale dans les jours qui précèdent la célébration de la messe. «Ne savez-vous pas que le synode Trullan de 692?», A-t-il demandé à l’intervieweur. «Là-bas, grâce à la pression de l’empereur, la loi du célibat a été dissoute, mais seule l’Église orthodoxe a adhéré à celle-ci. Pas le latin », a poursuivi Müller. « … Quiconque veut insérer la pratique des prêtres mariés dans l’Église latine ne connaît pas son histoire. »

Le célibat sacerdotal, a-t-il expliqué, est plus qu’une «loi ecclésiastique». Il a «de profondes racines» dans le sacrement des ordres, car le prêtre est le «représentant du Christ l’époux». Le sacerdoce célibataire a une spiritualité vécue qui ne peut être changé.

La permission accordée par Benoît XVI aux prêtres anglicans mariés convertis au catholicisme de rester mariés après avoir reçu des ordres catholiques est, selon Müller, «une exception».

«Les apôtres ont tout quitté pour suivre Jésus», a-t-il noté. “Christ est le modèle pour les ministres, les prêtres. Et cela ne peut pas être changé par la pression séculaire.  » Abolir la loi du célibat contredirait même le Concile Vatican II. « Le Presbyterorum Ordonis, numéro 16, parle du lien de convenance qui existe entre celui qui représente le Christ célibataire et l’Église. »

Müller a rejeté l’idée qu’une fin au célibat permettrait de réduire le nombre d’abus sexuels.

«Cela vient d’une fausse anthropologie», a-t-il déclaré. «Un acte abusif est en contradiction avec la chasteté. Les abus se produisent partout, pas seulement dans la prêtrise. Et il ne faut pas oublier que 80% des victimes ne sont pas des enfants mais des adolescents. Cela signifie que de nombreux abus sont commis par des personnes qui ne veulent pas respecter le sixième commandement. « 

« Personne ne peut être admis à la prêtrise s’il n’accepte pas de vivre selon les commandements de Dieu et les exhortations de Christ. »

Müller a également découragé l’idée que les conservateurs souhaitent un schisme dans l’Eglise, affirmant qu’un schisme est contraire à la volonté du Christ, ainsi qu’une trahison de ses paroles et de l’enseignement des apôtres.

« Aucun pape, ni la majorité des évêques, ne peut changer le dogme de la foi ou les lois divines selon leurs propres souhaits », a-t-il déclaré.

« La tradition de l’Eglise n’est pas un jouet qu’on peut façonner à sa guise. »

Le cardinal a également rejeté la diffamation selon laquelle il était un ennemi du pape François, affirmant que les véritables adversaires du pontificat sont ceux qui nient que la papauté est une institution divine et qui souhaitent modifier la doctrine révélée sans tenir compte des deux conciles du Vatican.

« Quiconque dit ces choses porte gravement atteinte à la crédibilité de l’Église catholique. »

Pour ce qui est de l’ordination des femmes, Müller a déclaré ne pas pouvoir en parler car il est «dogmatiquement impossible» d’arriver au concept.

Une dernière question, concernant l’Institut Jean-Paul II, a amené le cardinal à dire que «détruire» l’Institut était une «grave erreur» et que c’était une attaque contre la qualité intellectuelle de la théologie catholique.

« Tout le monde dans le monde universitaire est sans voix », a-t-il déclaré. «Il est impensable de renvoyer les conférenciers pour leur pensée véritablement orthodoxe. Entre autres choses, leur pensée ne trahit pas la doctrine, on ne peut donc pas comprendre pourquoi ils ont été renvoyés. « 

https://www.lifesitenews.com/news/cardinal-neither-the-pope-norbishops-can-change-dogmasto-their-liking