Ce synode amazonien n’est rien de plus que certains hommes qui tentent d’avancer selon leur « agenda » malgré l’apostasie croissante… Il s’agit d’un arrangement avec leur « pape » à la barre.

« Ce synode amazonien n’est rien de plus que certains hommes qui tentent d’avancer [selon leur « agenda » ou « ordre du jour »] malgré l’apostasie croissante, alors que l’Eglise devrait avancer dans l’évangélisation de la foi sacrée et de la tradition. » Il s’agit d’un arrangement avec leur « pape » à la barre.

(ma traduction)

Evêques et missionnaires qui éprouvent de l’amertume concernant le synode en Amazonie

Dans un souci qui semble de plus en plus préoccupant à propos de la mission, de la vision et de la motivation réelle du prochain synode panamazonien, deux évêques catholiques des missions en Amazonie ont fait des déclarations publiques remettant en cause le fondement de l’événement du Vatican du mois d’octobre : ​​le document de travail du synode.

Comment, comme le dit un évêque, un synode «de cette ampleur peut être construit avec une présentation aussi éloignée de la réalité»?

Mgr José Luis Azcona, évêque missionnaire émérite de Marajó (Brésil), a déclaré dans une interview récente accordée à ACI Digital que la région missionnaire amazonienne est en train d’hémorragiser son identité autrefois catholique.

« L’Amazonie, du moins l’Amazonie brésilienne, n’est plus catholique », a-t-il déclaré, soulignant que « toute nostalgie pour une Amazone qui n’existe plus est fatale à son évangélisation intégrale. Même dans certaines régions d’Amazonie, la majorité pentecôtiste atteint 80%. « Les thèmes autour de l’inculturation de l’Évangile en Amazonie et dans les régions voisines sont présentés dans un contexte d’immanence, le néo-pélagianisme, nivelant l’Évangile avec les cultures (indigènes) amazoniennes, dénuées de fondement théologique et pastoral sur le plan ecclésiologique, annulant l’Évangile du salut ».

Dans une récente interview accordée à Die Tagespost, l’évêque missionnaire allemand Reinhold Nann a mis en garde contre les attentes exagérées à l’égard du synode, bien qu’il ait semblé promouvoir prudemment son potentiel « universel pour le climat et la protection de l’environnement ». cependant, il ne suffirait pas pour répondre aux besoins d’évangélisation de base de ses missions, et les hommes mariés ne pourraient pas être soutenus financièrement, en raison du niveau de vie très faible de la plupart des paroissiens.

Les éléments troublants dans l’admission de Mgr Nann incluaient ce qui semblait être une auto-condamnation des missions catholiques dans la région. La faute semblait être imputée au manque de foi dans la vie des peuples autochtones, mais l’évêque n’a pas abordé la source de cette apathie. «En Amazonie, l’Eucharistie, contrairement à la région andine, n’est pas vraiment demandée par les habitants. Un «service de mot» représente autant qu’une messe pour eux. Nous seuls, théologiens, pensons que l’Eucharistie est la chose la plus importante. « 

L’évaluation de ces déclarations faites par des évêques servant dans une région qui a été élevée pour ce synode du Vatican soulève des questions fondamentales sur l’état de l’évangélisation dans l’Église. Ces deux membres de la hiérarchie semblent reconnaître l’état d’apathie spirituelle et de délabrement de leur église de mission, mais ils ne cèdent pas pour admettre ce qui a conduit à ce déclin moral et spirituel critique. Les protestants évangélisent là où les catholiques, semble-t-il, ne sont plus désireux. La déclaration de Mgr Azcona, dans son interview, selon laquelle près de 80% de la population qu’il sert est protestante (donc privée de sacrements ou de formation doctrinale) remet en question la motivation derrière la mise en avant de l’Amazonie pour une si importante réunion au Vatican.

En fait, selon Mgr Azcona, des propositions telles que l’ordonnance de prêtres viri probati sont «inutiles», car «le problème n’est pas simplement le manque de prêtres, mais l’examen, le discernement de cette grande pénurie de solutions réalistes. La cause fondamentale de cette pénurie de vocations dans l’Église et également en Amazonie, y compris chez les peuples autochtones évangélisés, est due à un manque de foi alarmant ou à l’absence de foi qui fonctionne dans la pratique par l’amour et nécessairement dans l’histoire et la société.  »

Au lieu d’appeler à une revitalisation des méthodes d’évangélisation traditionnelles et orthodoxes, les documents de travail de ce prochain synode proposent des «nouvelles voies d’évangélisation» axées sur l’écologie, la diversité et une inculturation idéaliste.

Brad Fassbender, ancien missionnaire d’Amérique du Sud, m’a parlé de son expérience personnelle dans les régions où il a travaillé. «J’ai servi dans la forêt tropicale du Nicaragua, au Honduras, à Haïti et au Guatemala. Mais c’est tout de même pareil: l’Amérique latine est la preuve qu’une grande partie de l’Église est en éclipse – même à l’état de complète apostasie. Ces pays jadis catholiques sont un cimetière d’os secs ».

Quand on lui a demandé si, selon son expérience, les habitants des régions qu’il desservait n’avaient aucun désir réel de conversion véritable (y compris la moralité sexuelle), ni d’Eucharistie – comme semblait le suggérer Mgr Nann – il a répondu: Foi dans la Curie, pas dans les pauvres! Les pauvres croient fermement, ils écoutent avec des cœurs et des oreilles grandes ouvertes. Ce sont des convertis faciles. C’est pourquoi nous en voyons beaucoup se convertir à des églises protestantes [sic]. Beaucoup au sein de la hiérarchie catholique ont cessé de croire et d’être témoins de la foi des apôtres et des pères de l’Église. ”

Fassbender a poursuivi en critiquant les motivations du synode d’octobre: ​​«Il semble que le Vatican utilise l’apostasie de l’Église sud-américaine [comme prétexte] pour« réinventer »l’Église universelle. Tout ce qu’ils ont à faire [pour évangéliser], c’est se tourner vers la vérité révélée de Jésus-Christ par le biais du dépôt de la foi que nous ont donnée les Pères de l’Église.

Ce synode amazonien n’est rien de plus que certains hommes qui tentent de faire avancer [un ordre du jour (un agenda) ] malgré l’apostasie croissante, alors que cela devrait être l’Église qui progresse dans l’évangélisation de la Foi et de la Tradition sacrées ».

Avec les avertissements et les admissions de ces missionnaires, il est alarmant que, comme l’a dit Mgr Azcona, «un synode de cette ampleur [soit] construit avec une présentation aussi éloignée de la réalité, de l’identité, du respect de ce qui est différent, lorsque les schémas d’interprétation préétablis de la réalité déforment le réel.  »


Note : on sait très bien que le synode en Amazonie a été mis en place uniquement pour changer la doctrine de l’Eglise et changer l’Eglise en une fausse Eglise. Mais Dieu avait dit tout cela dans les messages donnés à Maria de la Divine Miséricorde et tout ce qu’Il lui a dicté est en train de se réaliser. (vous pouvez vous rendre sur ce lien pour connaître tous les messages donnés à Maria de la D. Miséricorde : https://www.internetgebetskreis.com/fr/messages/ )