Les catholiques se rassembleront près du Vatican le mois prochain pour prier pour l’Eglise en cette heure de crise

L'image sélectionnée

ROME, 6 septembre 2018 ( LifeSiteNews ) – Des catholiques du monde entier sont invités à se réunir, le 5 octobre, près de la basilique Saint-Pierre à Rome, pour prier pour l’Église alors qu’elle vit ce que beaucoup considèrent comme l’heure de l’heure. sa « passion ». 

L’annonce a été faite dans une lettre publiée le 6 septembre sur  Stilum Curae , un blog animé par le réputé journaliste italien Marco Tosatti. Selon la lettre, une réunion de prière publique internationale aura lieu le samedi 5 octobre à 14h30, au  Largo Giovanni XIII  à Rome, située entre la place Saint-Pierre et le château Saint-Ange.

Prévu pour la veille du synode Amazon du 6 au 27 octobre, l’événement coïncidera également avec un consistoire du 5 octobre au cours duquel le pape François créera 13 nouveaux cardinaux. 

L’auteur de la lettre, «p. Giuseppe ”, explique:“ Ce geste puissant vient en réponse à un sentiment commun: l’Église traverse sa passion. ”

La lettre continue: 

Cette passion remonte bien avant 2013, comme l’a dit Benoît XVI lui-même à plusieurs reprises. Les deux dernières années de son pontificat ont également été une période de souffrance intense pour les croyants. les obstacles placés sur son chemin par des ennemis ouverts ou cachés étaient évidents pour tous. Benoît a pourtant agi en quelque sorte comme un barrage (peut-être, d’une certaine manière, il le fait encore aujourd’hui), mais après sa démission, l’inondation est arrivée.

L’auteur note que les catholiques se sont peu à peu rendus compte de la crise actuelle dans l’Église et que, au fil du temps, de nombreuses personnes sont devenues convaincues qu’il fallait quelque chose de «plus puissant» (au niveau humain et surnaturel) que la ”Conférence » habituelle.

Les catholiques du monde entier sont donc invités à se « mobiliser » afin d’offrir à « tous les croyants un signe d’espoir, en priant la Madone de notre Église bien-aimée ». 

L’invitation d’aujourd’hui est le deuxième anniversaire de la mort du cardinal Carlo Caffarra, l’ un des quatre  Dubia  cardinaux et le président fondateur de l’Institut pontifical Jean – Paul II pour les études sur le mariage et la famille.  

Une  page Facebook dédiée , intitulée «Prions pour l’Église», a été lancée dans plusieurs langues pour faire connaître l’initiative de prière. Dans un article récent, les organisateurs disent: 

Voici la page facebook : https://www.facebook.com/Preghiamo-per-la-Chiesa-Lets-pray-for-the-Church-Oremos-por-la-Iglesia-105070657527129/?modal=admin_todo_tour

Les organisateurs disent :

Le temps est venu pour un rassemblement public de prière, offert avec une vision et un esprit surnaturels, parce que l’Église appartient à Dieu et non aux hommes. Notre prière est émue par une prise de conscience: l’Église traverse une crise sans précédent et est entourée d’une confusion que «seul un aveugle peut nier», a déclaré le cardinal Carlo Caffarra. 

Cette idée (d’une manière plus ou moins similaire) a été reprise pendant des mois et des mois, et maintenant elle s’est réalisée. Le 5 octobre 2019 à 14h30, un rassemblement de prière publique aura lieu dans les environs de Saint-Pierre! (Note spéciale de notre site : si vous ne pouvez pas vous y rendre, priez au moins le rosaire chez vous)

Bien que la manifestation publique ne soit pas une nouveauté pour les catholiques italiens, l’assemblée d’octobre adoptera un ton résolument plus pacifique qu’au cours des siècles précédents. 

Au cours du conclave qui a élu Urbain VI (1378-1389), une foule nombreuse s’est rassemblée à l’extérieur du conclave en criant: « Élisez un Italien ou mourez! » retour de la papauté à Rome depuis Avignon.

Rome était dans le chaos depuis des décennies parce que le pape (le souverain des États pontificaux) était effectivement en vacances en France depuis 70 ans. À ce moment-là, les cardinaux étaient tous français et avaient à cœur de ramener la papauté à Avignon. Les Italiens, au contraire, étaient désespérés pour que la papauté ne soit plus exilée.

Comme il ne restait en réalité plus de cardinaux italiens, ils devaient élire quelqu’un qui n’était pas cardinal et ils ont donc élu un officier de la curie prenant le nom d’Urban VI. Il a partagé l’opinion de la foule selon laquelle la papauté avait été détournée par les Français et a rapidement commencé à traiter les cardinaux français avec mépris. Son plan était de les ignorer et de les remplacer par des Italiens.

Les Français étaient furieux et ont affirmé qu’ils étaient sous la contrainte quand ils l’ont élu (et ne l’ont donc pas fait librement). Sur ces motifs, ils élisent l’anti-pape Clément VII et s’en vont à Avignon, plongeant l’Église dans le grand schisme occidental pendant 70 ans.

Ci-dessous, une traduction en anglais de la lettre complète de l’initiative de prière du 5 octobre.

***

Cher Tosatti,

Le 5 octobre 2019 à 14h30, une réunion de prière publique pour l’Église aura lieu à Largo Giovanni XIII, à Rome. Ce geste puissant répond à un sentiment commun: l’Église traverse sa passion.

Cette passion remonte bien avant 2013, comme l’a dit Benoît XVI lui-même à plusieurs reprises. Les deux dernières années de son pontificat ont également été une période de souffrance intense pour les croyants. les obstacles placés sur son chemin par des ennemis ouverts ou cachés étaient évidents pour tous.  

Benoît a pourtant agi en quelque sorte comme un barrage (peut-être, d’une certaine manière, il le fait encore aujourd’hui), mais après sa démission, l’inondation est arrivée.

Aujourd’hui, cela est clair pour tout le monde, mais il a fallu du temps pour en prendre conscience. En avril 2018, j’ai décidé de me rendre à Rome à une conférence intitulée «Eglise catholique, où vas-tu?» En l’honneur du cardinal [décédé] Carlo Caffarra. Seules quelques personnes de mon groupe de prière sont venues avec moi et pourtant, le succès de cet événement m’a convaincu que quelque chose commençait à se passer.

Lorsque, par contre, j’ai annoncé la réunion du 5 octobre à mon groupe de prière, en utilisant à peu près les mêmes mots que ceux qui m’avaient parlé pour la première fois («Le temps est venu pour la prière publique, offerte avec une vision surnaturelle et esprit, parce que l’Eglise appartient à Dieu et non aux hommes … ”), ils m’ont répondu d’une seule voix:“ Nous serons là! ”

Rien de plus n’a vraiment besoin d’être dit. Au fil du temps, la nécessité d’un acte plus puissant sur le plan humain et religieux, et plus efficace que la conférence «habituelle», a mûri dans le cœur de nombreuses personnes. Par conséquent, nous le ferons, sachant que le Seigneur « a besoin » de nous, ainsi que de tous, pour sauver sa barque [l’Église]. J’invite également vos lecteurs à se mobiliser. Nous donnerons à tous les croyants un signe d’espoir en priant Notre-Dame pour notre Église bien-aimée.

Merci d’avoir hébergé ma lettre, 

Fr. Giuseppe

Traduction par Diane Montagna de LifeSiteNews.

https://www.lifesitenews.com/news/catholics-to-gather-near-vatican-next-month-to-pray-for-church-in-her-hour-of-crisis?fbclid=IwAR1gf3xn4zGyxq6erpmhgijQZgvzonAA-xQb4v_X3UwoOSQOIEW4F1PVNs8