Des phénomènes lumineux à l’heure de la mort chez certains saints ?

Des phénomènes lumineux
à l’heure de la mort
chez certains saints ?

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  90045

Les phénomènes de luminosité surviennent, à de rares exceptions près, dans les dernières années de la vie de la personne qui en est favorisée. Ils semblent souligner son entrée dans les ultimes demeures de l’union transformante où « l’âme, ou mieux, l’esprit de l’âme, est devenu une seule chose avec Dieu » *. Pour cette raison, ils sont moins fréquents que d’autres manifestations extraordinaires survenant alors que l’âme n’a pas encore atteint la plénitude de l’union. Pour cela aussi, lorsque la splendeur corporelle et la lévitation se rencontrent chez un mystique, celle-ci précède souvent de plusieurs années les prodiges lumineux. René Laurentin a mis en évidence le contexte spirituel dans lequel a eu lieu chez Yvonne-Aimée [de Jésus] Beauvais (1901-1951) un fait remarquable :

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  65310431_1849718511794665_1736644462492254208_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_oc=AQlsupHGvWiVCMQ-975402ooVgwF5IZnYUVeCpQejwwD0FAIzGu8MHvLUtFaDD7xk78&_nc_ht=scontent.fymy1-2

Soeur Yvonne-Aimé Beauvais, 
de Malestroit

C’est alors que soeur Yvonne-Aimée semble parvenir à la grâce d’Union transformante, telle que la décrivent les mystiques (…) Soeur Marie de la Croix a le sentiment d’une transfiguration **.

« Le 16 mai 1948, fête de la Pentecôte, l’infirmière relate :En remontant de Complies, je prépare le goûter. Mère Yvonne-Aimée des­sine dans le bureau du nord. Elle vient chercher quelque chose au ne 3 et en sortant (je sors également de l’Office)je reste en arrêt avec un « Oh ! ». Son coeur est lumineux et quelle lumière ! Elle me le fait toucher : il est brûlant. Ses côtes sont soulevées, elle a très mal. Je l’ai vue dix minutes, 1/4 d’heure, puis Mère Prieure [ Marie – Anne ] est arrivée et je suis partie.*** »

Il s’écoulera moins de trois ans avant la mort de Mère Yvonne- Aimée.Fort curieusement, une bonne proportion des prodiges de luminosité (plus d’un tiers des cas) répond à une double caractéristique : ce sont des incidents uniques, isolés, qui se produisent quelques instants – plus rarement quelques jours ou quelques mois – avant la mort. Ainsi pour la vénérable Anna Maria Adorai, une fondatrice italienne décédée en 1893 :

« Vers six heures du soir, le visage de la vénérable devint resplendissant et la chambre en fut tout illuminée. Une émotion intense et une joie profonde remplirent l’âme des deux infirmières, qui ne pensèrent pas pour autant â appeler les autres soeurs, étant loin de penser que cette splendeur annonçait déjà la vision du ciel. A 19 heures, la vénérée Mère sourit, comme si une céleste vision ravissait son esprit, et elle rendit à Dieu sa belle âme **** . »

Souvent, les témoins notent que le sujet semble être alors en présence d’un personnage céleste, comme les soeurs de Saint-Joseph de Cuneo à la mort de leur aumônier, le chanoine Giovanni Maria Silvestro, décédé saintement en 1909 :

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  753

C’était la nuit du 9 avril. Notre vénéré père Mgr Silvestro était à l’agonie : oeil vitreux, pâleur de mort, respiration entrecoupée (…) Or, voici qu’à l’invocation Janua Coeli, le visage du mourant se transfigura et, à la stupeur de tous, il se redressa pour s’asseoir sur son lit, croisa les mains sur sa poitrine, puis les tendit comme s’il voulait étreindre quelqu’un, les agita en signe de joie, souriant d’un sourire céleste, puis envoya des baisers du bout de ses doigts et s’efforça d’aller à la rencontre de sa surnaturelle vision ; mais il en fut retenu par les cinq heureuses personnes qui l’assistaient (…) La vision béatifique se prolongea trois quarts d’heure (…) Vers les trois heures, le surprenant spectacle cessa et le malade retomba dans un assoupissement mortel. A ce moment arriva la Mère Générale, elle aussi décédée à présent, qui s’approcha du mourant tout irradié de lumière pour le contempler*****.

Deux jeunes femmes surprirent fortuitement un phénomène analogue chez le serviteur de Dieu Luigi Lo Verde, clerc franciscain mort à l’âge de vingt-deux ans en 1932 :

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  Santino-holy-card-SD-LUIGI-M-LO-VERDE

On nous fit entrer. Compte-tenu de la position du lit, le malade ne pouvait pas nous voir tout de suite. La chambre était plongée dans la pénombre, et je fus frappée par quelque chose d’étrange : il me semblait voir de la lumière autour de sa tête. Je regardai les persiennes, elles étaient baissées, la toile en était tendue. Cela ne pouvait venir de cet endroit. Un bruit fit se retourner frère Luigi : il tourna la tête et posa les yeux sur nous, étonné de voir une étrangère, puis il se détourna. Cela ne dura qu’un instant, mais j’avais vu d’où venait la lumière. Au même moment, mon amie me serra fortement la main, elle aussi avait été impressionnée. De fait, à peine fûmes-nous sorties qu ‘elle me demanda :-Est-ce que tu as vu ?- Quoi ? lui répondis-je.- La lumière était dans les yeux de frère Luigi. Ces yeux ont vu le Seigneur !-Moi aussi, j’avais remarqué le phénomène******

Les mourants sujets à de telles manifestations expirent dans une parfaite sérénité, voire dans la jubilation, sans subir les tourments d’une pénible agonie, ainsi qu’on le relève encore chez la vénérable Lidvina Meneguzzi (1901-1941), une salésienne missionnaire en Ethiopie :

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  Home_liduina_2

Lidvina Meneguzzi 

Comme elle venait de recevoir les derniers sacrements, la malade entra dans une sorte d’extase, a la vive stupéfaction de ses consoeurs. Son visage s’illumina comme s’il était entouré d’un halo aveuglant ; alors, fixant le regard sur quelque chose de mystérieux qu ‘elle était seule a voir, elle apparut comme transfigurée*******.

Quant à leur entourage, il retrouve paix et consolation à la vue de ces prodiges : les témoins ont soudain l’impression très nette de se trouver en face du divin, leur peine se change en joie, surtout lorsque le mourant a été éprouvé par une longue et douloureuse maladie. Pour certaines âmes éprises de sainteté – notamment les jeunes -, la souffrance des derniers temps de la vie peut constituer l’occasion d’ultimes purifications, de dépouillements intérieurs qui les conduisent en brûlant les étapes à l’union transformante : les prodiges de luminosité in extremis traduiraient la victoire finale de la grâce au terme du cheminement intérieur, en même temps qu’ils laisseraient entrevoir par anticipation la gloire et la béatitude éternel­ les promises aux élus ; dans cette perspective, ils ont une signification apologétique, et invitent à la méditation sur le mystère de la mort et de ses entours.

Ainsi, les phénomènes qui accompagnèrent le décès de la servante de Dieu Julitta Ritz (1882-1966), moniale rédemptoristine allemande, semblent bien avoir illustré l’accomplissement de son expérience mystique, la fin de la nuit de l’esprit qu’elle appelait nuit de la foi et dont elle assurait qu’il devait déboucher dès ici-bas sur le jour lumineux de l’éternité. 

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  87lfuy8n962s5481upqhjn4pv5481upqhjn4s

Julitta Ritz (1882-1966)

« Quelques instants avant de rendre l’âme, elle fut littéralement transfigurée : son visage émacié et ridé retrouva soudain la fraîcheur et l’éclat de la jeunesse, ses yeux étincelèrent de façon extraordinaire, et une clarté diffuse se répandit sur ses traits, persistant quelques minutes après la mort à l’émerveillement de la communauté réunie à son chevet. »

Des phénomènes lumineux à l'heure de la mort, chez certains saints ?  68747776_2443458229026296_3943498306713288704_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_oc=AQmeTs5hwMJiwI4Q2d6Zqx7HMYGJZXMZRvx0qmmH4d6M6qTqIEiy11E0sF2mO3e4rPo&_nc_ht=scontent.fymy1-2

* – Sainte Thérèse d’Avila, Le château de l’âme ou le livre des demeures, septièmes demeures, chapitre 2, op. cit.,
p. 1036.�** – René Laurentin, Un amour extraordinaire, Yvonne-Aimée de Malestroit, Paris, Ed. o.e.i.l., 1985, p. 198.
*** – Paul Labutte, Yvonne-Aimée de Jésus, « ma mère selon l’Esprit », Paris, Ed. François-Xavier de Guibert, 1997, p. 705.
****-AugustoLuca,Farrifiorirelesperanza•AnnaMariaAdomi,Rome,Ed.CittàNuova, 1982,p. 188.
***** – Peano Dalmazio, Mons. Canonico Giovanni Maria Silvestro, Cuneo, Ed. Protette di S. Giuseppe, 1926, pp. 112-113.

******- Ermenegildo Giarrizio, Fra Luigi Lo Verde, una gioventû pienct di Dio, Palerme, Curia Provinciale dei Conventuali, 1982, p. 183 – Procès apostolique, témoignage de Grazia Geraci.
*******-Emilio da Cavaso, o.f.m. cap., Fiamma ecumenica -La Serva di Dio Lidvina Meneguzzi, Padova, Postula- zione, 1967, p. 130.

Source : https://www.facebook.com/claudesmith2016/

Forum CJ