Sainte Brigitte – Ingratitude des chrétiens qui abandonnent Dieu et se lièrent au démon. Grandeur de sa miséricorde. Sévérité de sa justice.

J .- Christ vrai Dieu et vrai homme. Effets prodigieux de son amour pour les hommes, Ingratitude des chrétiens qui l*abandonnent et se lièrent au démon. Grandeur de sa miséricorde. Sévérité de sa justice.

L e Sauveur dit à son épouse: Je suis le créateur du ciel et de la terre , Dieu unique avec le Père et le Saint-Esprit. C ’est moi qui ai parlé aux patriarches et aux prophètes, moi-même qu’ils attendaient comme leur Rédempteur. Ce fut pour satisfaire leurs désirs et accom- plir mes promesses que je me suis incarné dans le sein d’une vierge. De même que les rayons du soleil pénètrent le cristal sans le briser, je me suis fait homme dans le sein d ’une vierge sans blesser sa virginité. L a grandeur de ma divinité n’en a point souffert : car, quoique je fusse étroitement uni à l’humanité, j ’étais toujours avec mon Père et le Saint-Esprit, gouvernant toutes choses, et remplissant l’univers par mon immensité.

Comme la splendeur est inséparable du soleil, ainsi ma divinité ne s’est jamais séparée de mon humanité, même après ma mort. J’ai voulu que mon corps pur et sans tache fut déchiré depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête, pour expier les péchés de tous les hommes, et qu’il fût enfin attaché à la croix. Il est aussi immolé tous les jours sur l’autel, afin que les hommes m ’en aiment davan -tage, et qu’ils trouvent dans cette immolation non sanglante un souvenir perpétuel de tous les bienfaits dont je les ai comblés.

Mais aujourd’hui je suis oublié, négligé et méprisé comme un roi chassé de son royaume, et dont le plus méchants des voleurs occupe la place. J’ai voulu régner sur l’homme, et j ’en ai le droit, parce que je l’ai créé et racheté; mais il a violé la foi qu’il m’avait jurée sur les fonts de baptême ; il a foulé aux pieds les lois que je lui ai données. Attaché à sa propre volonté, il me dédaigne et ne veut point m »écouter. De plus, il m ’a préféré un détestable voleur, le démon, auquel il a voué sa foi. C ’est un voleur, parce qu’il me ravit les âmes que j ’ai rachetées de mon propre sang, en les trompant par ses méchantes suggestions et ses fausses promesses. Ce n’est pas qu’il soit plus fort que moi, car telle est ma puissance que d’une seule parole je puis faire tout ce qu’il me plaît ; mais aussi telle est m a justice que les prières de toute la cour céleste ne pourraient obtenir de moi la m oindre chose qui y serait contraire. Or il est juste que l’homme qui, abusant de son libre arbitre, méprise volontairement mes commandements et consent aux suggestions de Satan , soit soumis à sa tyrannie. Je l’ai créé bon , cet ange rebelle ; c’est depuis que sa mauvaise volonté l’a précipité dans l’abyme que je l’ai fait comme l’exécuteur de mes vengeances contre les méchants. Mais quoique je sois si méprisé, je suis cependant si miséricordieux, que, dès que le pécheur s’humilie devant moi et implore ma clémence, je lui pardonne ses péchés et le délivre de ce misérable esclavage. Quant à ceux qui persistent à me mépriser, je les visiterai un jour dans m a justice, et alors ils s’écrieront, dans les angoisses de la terreur : Malheur à nous, parce que nous sommes nés ! Malheur à n o u s, parce que nous avons provoqué le courroux de la divine majesté! Pour v o u s, ma fille , avec qui je veux bien m ’entretenir, aimez-moi de tout votre cœur, non comme vous aimez vos enfants et votre famille , mais plus que toute autre chose au monde : car je suis votre créateur, et il n’y a dans mon corps aucun membre qui n’ait beaucoup souffert dans le supplice que j ’ai enduré pour l’amour de vous. Tel est l ’amour que j ’ai pour votre âme, que, plutôt que de la perdre , j ’aimerais mieux , s’il était possible , être attaché de nouveau à la croix, »