Une réponse du Pape Benoît XVI aux Dubia

ENFIN, UNE RÉPONSE DU PAPE (BENOÎT XVI) AUX DUBIA !

Enfin, une réponse du Pape (Benoît XVI) aux Dubia ! Articl12





Enfin une réponse du Pape (Benoît XVI) aux Dubia

… mais le Pape, c’est Benoît XVI, dans ses fameuses « Notes ». Un décryptage brillant (et inédit) du site , qui reprend minutieusment les cinq « dubia » de 2016, et les réponses précises de Benoît XVI. A ne pas manquer (12/5/2019) 


Je suis parvenue à cet article grâce à mon amie américaine Teresa qui l’a repris et propose en préambule son propre commentaire, que je partage totalement.

C’est probablement la meilleure réaction que j’ai lue jusqu’à présent après l’essai de Benoît XVI d’avril 2019 sur les racines des scandales d’abus sexuels dans l’Église. 

Il dit ce qui aurait dû être le plus évident, mais qui a échappé même à un « Benedict watcher » (observateur de Benoît) au regard perçant comme moi – j’ai toujours tenu pour acquis que, bien sûr, Benoît XVI [en tant que Pape régnant] aurait répondu aux Cinq DUBIA Non, Oui, Oui, Oui et OUI, comme tout catholique orthodoxe le ferait. Mais tenir cela pour acquis est loin d’une articulation écrite de ces réponses par le Pape émérite lui-même – bien que n’ayant pas pour but premier de répondre aux DUBIA – dans une reformulation des vérités sous-jacentes à ces réponses… 

Ce fut une initiative géniale de sa part d’obtenir en quelque sorte une imprimatur de son successeur, par l’intermédiaire du secrétaire d’État, afin que personne ne puisse l’accuser d’agir de quelque façon que ce soit « par en-dessous ». De manière détournée, oui, mais par nécessité, pour faire savoir au monde qu’il n’a pas failli à son devoir catholique, malgré les contraintes du « silence » qu’il s’est imposé et le vœu d’obéissance à son successeur. 

Je pense qu’il est important de noter que, pour autant que nous puissions en juger, il n’en a rien dit aux visiteurs qui l’ont vu à Mater Ecclesiae, et dans ce sens, il a gardé son « silence ». Les bergogliens qui le détestent, comme Robert Mickens – et avec lui, beaucoup d’autres dans les médias séculiers et soi-disant catholiques – se sont immédiatement dressés pour protester, «Cette fois, Benoît a vraiment franchi la ligne!». Quelle ligne? 

En tant que catholique, il est pleinement autorisé à exercer son devoir et son droit, en vertu du canon 212.3, et c’est ce qu’il a fait.

Les Dubia ont reçu une réponse

http://www.thecatholicthing.org 
Elizabeth A. Mitchell
11 mai 2019
Ma traduction
(Les dubia et les réponses de Benoît XVI reprennent mot pour mot les textes d’origine cités en lien plus haut)

* * *

Peut-être était-ce parce que Notre-Dame de Paris brûlait. Peut-être était-ce parce que le meilleur endroit pour cacher quelque chose de la vue est à la vue de tous. Ou peut-être était-ce parce que nous recherchons le pouvoir dans le vent, les tremblements de terre et le feu, mais nous n’entendons pas la «petite voix» de Dieu quand Il passe. (1 Rois 19: 11-13)
Quelle qu’en soit la raison, le monde a vu, lu et manqué les réponses aux dubia proposées par le Pape émérite Benoît XVI dans son essai d’avril, «L’Église et le scandale des abus sexuels».

En offrant une réponse en trois parties à la crise de l’Église, il répond indirectement aux cinq dubia que les cardinaux Brandmüller, Caffarra, Meisner et Burke ont présentés au Pape François il y a quelques années [en fait, deux ans et demi, c’était en novembre 2016]. Le pape émérite a accompli un devoir que le pape François n’a pas accompli, à savoir maintenir les évêques et tous les fidèles dans l’unité de l’enseignement constant de l’Église sur la foi et la morale.

Qu’a dit le pape émérite? Il donne à l’Église et au monde un Non, Oui, Oui, Oui, et Oui sans équivoque. Cinq questions, cinq réponses :



Dubium 1: 

Il est demandé si, en conséquence de ce qui est affirmé dans “Amoris lætitia” aux nn. 300-305, il est maintenant devenu possible d’absoudre dans le sacrement de Pénitence et donc d’admettre à la Sainte Eucharistie une personne qui, étant liée par un lien matrimonial valide, vit “more uxorio” avec une autre personne, sans que soient remplies les conditions prévues par “Familiaris consortio” au n. 84 et réaffirmées ensuite par “Reconciliatio et pænitentia” au n. 34 et par “Sacramentum caritatis” au n. 29. L’expression “dans certains cas” de la note 351 (n. 305) de l’exhortation “Amoris lætitia” peut-elle être appliquée aux divorcés remariés qui continuent à vivre “more uxorio” ?

Réponse de Benoît XVI: NON. 

«Nous courons le risque de devenir maîtres de la Foi au lieu d’être renouvelés et gouvernés par la Foi.
Considérons cela par rapport à une question centrale, la célébration de la Sainte Eucharistie. La manière dont nous traitons l’Eucharistie ne peut que provoquer de la préoccupation. .. Ce qui prédomine n’est pas une nouvelle révérence envers la présence de la mort et de la résurrection du Christ, mais une manière de Le traiter qui détruit la grandeur du mystère… L’Eucharistie a été dévaluée pour devenir un simple geste cérémoniel, lorsqu’on prend pour acquis que la courtoisie exige qu’elle soit offerte lors des célébrations familiales ou des occasions comme les mariages et les enterrements à tous les invités, pour des raisons familiales.
(…) Il devient évident que nous n’avons pas besoin d’une nouvelle Eglise de notre invention. Au contraire, ce qui faut d’abord et avant tout, c’est bien davantage le renouveau de la foi en la présence de Jésus-Christ qui nous est donnée dans le Saint-Sacrement.
(…) Et nous devons tout faire pour protéger le don de la Sainte Eucharistie de tout abus».



Dubium Deux: 

Après l’exhortation post-synodale “Amoris lætitia” (cf. n. 304), l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II “Veritatis splendor” n. 79, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, à propos de l’existence de normes morales absolues, obligatoires sans exception, qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais, continue-t-il à être valide ?

Réponse de Benoît XVI: OUI. 

«Le pape Jean-Paul II, qui connaissait très bien la situation de la théologie morale et qui la suivait avec vigilance, commanda des travaux en vue d’une encyclique qui remettrait ces choses à l’endroit. Elle fut publiée sous le titre Veritatis splendor (…) et elle comporta en effet l’affirmation selon laquelle il existe des actions qui ne peuvent jamais devenir bonnes. (…) Il savait qu’il ne pouvait et ne devait laisser subsister aucun doute quant au fait que la morale de la pondération des intérêts doit respecter une limite ultime.»



Dubium Trois: 

Après “Amoris lætitia” n. 301, est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel (cf. Conseil pontifical pour les textes législatifs, Déclaration du 24 juin 2000) ?

Réponse de Benoît XVI: OUI. «Une société sans Dieu – une société qui ne le connaît pas et qui le considère comme n’existant pas – est une société qui perd sa mesure… La société occidentale est une société dont Dieu est absent de la sphère publique et qui n’a plus rien à lui dire. Et c’est pourquoi il s’agit d’une société où la mesure de l’humanité se perd de plus en plus. Sur des points précis, il devient soudain visible que ce qui est mal et détruit l’homme est devenu la norme acceptée».



Dubium Quatre: 

Après les affirmations contenues dans “Amoris lætitia” n. 302 à propos des “circonstances qui atténuent la responsabilité morale”, faut-il encore considérer comme valide l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II “Veritatis splendor” n. 81, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, selon lequel “les circonstances ou les intentions ne pourront jamais transformer un acte intrinsèquement malhonnête de par son objet en un acte subjectivement honnête ou défendable comme choix” ?

Réponse de Benoît XVI: OUI. 

«Il y a des valeurs qui ne doivent jamais être abandonnées en vue d’une plus grande valeur, et qui surpassent même la préservation de la vie physique. Il y a le martyre. Dieu est davantage, davantage même que la survie physique. Une vie achetée par la négation de Dieu, une vie fondée sur un mensonge ultime, est une non-vie.»



Dubium Cinq: 

Après “Amoris lætitia” n. 303, faut-il considérer comme encore valide l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II “Veritatis splendor” n. 56, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, qui exclut une interprétation créative du rôle de la conscience et affirme que la conscience n’est jamais autorisée à légitimer des exceptions aux normes morales absolues qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais de par leur objet ?

Réponse de Benoît XVI: OUI. 

«La crise de la moralité est dans une large mesure l’hypothèse selon laquelle la morale devait être exclusivement déterminée en vue des fins de l’action humaine… Par voie de conséquence, plus rien ne pouvait désormais constituer un bien absolu, pas plus qu’il ne pouvait y avoir quelque chose de fondamentalement mauvais, mais seulement des jugements de valeur relatifs. Le bien n’existait plus, mais seulement le mieux relatif, dépendant du moment et des circonstances… Mais il existe un ensemble minimum de principes moraux qui est indissolublement liée au principe fondateurs de la Foi et qui doit être défendu si la Foi ne doit pas être réduite à une théorie mais au contraire reconnue dans ses droits par rapport à la vie concrète. Tout cela rend visible à quel point fondamental l’autorité de l’Eglise en matière de morale est remise en question. Ceux qui nient à l’Eglise une compétence d’enseignement ultime dans ce domaine l’obligent à rester silencieuse précisément là où la frontière entre la vérité et les mensonges est en jeu.»

La réponse de Benoît XVI met fin au silence assourdissant sur les questions fondamentales de la foi abordées par les dubia. Il y répond, clairement et sans équivoque. Il sait qu’il est tard.

Benoît XVI nous avertit que «la foi même de l’Église» est remise en question. «Il est très important de contrer les mensonges et demi-vérités du diable au moyen de la vérité tout entière : oui, il y a des péchés dans l’Eglise, il y a du mal. Mais aujourd’hui encore il y a la sainte Eglise, qui est indestructible. Aujourd’hui il y a beaucoup de gens qui croient, souffrent et aiment humblement, dans lesquels le vrai Dieu, le Dieu d’amour, se montre à nous. Aujourd’hui encore Dieu a ses témoins (ses « martyrs ») dans le monde. Nous devons simplement être vigilants, pour les voir et pour les entendre». Il est très important d’opposer les mensonges et les demi-vérités du diable avec toute la vérité : Oui, il y a le péché dans l’Église et le mal. Mais même aujourd’hui, il y a la Sainte Église, qui est indestructible. Aujourd’hui, Dieu a aussi Ses témoins (martyrs) dans le monde. Nous devons juste être vigilants pour les voir et les entendre.»

SOURCE : http://benoit-et-moi.fr/2019/benot-xvi/enfin-une-reponse-du-pape-aux-dubia.html