Guiliana Buttini : La maison de Nazareth à Loreto est pure vérité

Marie affirme que ce n’est ni une légende ni une erreur historique.

Nous savons que la translation de la Maison de la sainte Famille de Nazareth au sanctuaire de Loreto a été et reste contestée… (cf. SM 459, juin 2009)

Dans le livre «Ma vie à Nazareth», à travers Giuliana Buttini, la Vierge Marie affirme et confirme avec insistance qu’une partie de sa «petite maison» de Nazareth est bien au Sanctuaire de Notre–Dame de Loreto actuellement et même que Jésus enfant lui avait prédit qu’elle «volerait». Voici des extraits de ce livre qui nous parlent de la maison où Marie cuisait les pains au miel pour Jésus!

Dans le Royaume, vous serez heureux avec nous. Maintenant, écoutez-moi; je vous parle avec amour, afin que vous puissiez mieux connaître ma vie, la vie terrestre de Jésus: 
«Immi, cette maison s’envolera!» 

La maison de Nazareth, la maison de Loreto. Si Dieu a créé l’univers, Il peut bien faire voler sa petite maison. Dieu, né de Dieu! Jésus a vécu dans cette maison à Nazareth. «Immi, viens voir: les roses se sont épanouies!» Je vous ferai entrer dans la petite maison par la lecture de ces pages. 

Vous entrerez dans notre maison; nous entrerons dans votre cœur! (p.13/14; 23/10/82)

Enfants de mon Cœur! Je suis Celle qui soutient le monde et l’illumine par son esprit maternel. Je suis descendue chez vous pour vous bénir, Je vous ai unis en un seul cœur, ici dans la petite maison qui m’est dédiée et pour chacun de vous j’ai une pensée particulière. Je suis Myriam, Je vous protège et Je vous aime. (p. 28; 1/5/76)

Là, à Nazareth, la petite maison était remplie de nos sentiments d’amour. Vous qui la visitez aujourd’hui vous ressentez cet amour. (p. 33; 24/4/77)

La cuisine bien chaude, le soleil qui pénètre à travers le rideau à rayures… la maison de Nazareth! La maison de Loreto! J’avais une petite grotte dans le jardin, c’est là que J’allais prier, c’est là que Gabriel m’est apparu: «Ave, Myriam.» (p. 143; 16/3/82)

Je revois Jésus dans sa tunique blanche, l’oisillon en main. Il avait sept ans à ce moment-là. Nous étions dans le temps. Nous étions sereins. Ce jour-là, notre petite maison était pleine de parfums: de roses, de pain, de l’herbe fraîche dont le parfum venait du jardin. Pourtant beaucoup ne croient pas que ce soit cette maison-là qui a volé. Je l’affirme avec insistance, afin qu’on le sache: C’est trop important, cela fait partie d’un dessein et elle volera encore au cours du temps à venir. (p 163; 11/5/82)

«Immi, ils sont venus nous rendre visite et ce qu’ils ont demandé leur sera accordé.» Ce jour-là, vous êtes venus dans notre maison, à Loreto, et nous n’oublions pas ce que vous nous avez demandé et qui vous tient à cœur. (p. 174; 14/6/82)

Chaque sanctuaire a une histoire à mon sujet. Votre cœur aussi peut être un de mes sanctuaires. Gardez-moi dans votre cœur. J’apparais dans votre cœur. Je suis votre Maman, la petite Myriam de Nazareth et Je suis la Vierge de Loreto, de Lourdes, de Montichiari… C’est Moi et j’offre à Jésus vos soucis et vos supplications. (p. 195; 19/9/82)

Même si, pour un grand nombre, cela semble être une légende, l’envol de la maison de Nazareth est pure vérité.
Le sol de la petite maison de Nazareth était en terre battue. Il est resté sur place quand la maison s’est envolée. Le sol était constitué de nuages. Même si pour un grand nombre cela peut sembler une légende, l’envol de la maison de Nazareth est pure vérité.
«Immi, cette maison s’envolera!»
Jésus Enfant étant Dieu, disait souvent de profondes vérités au sujet de ce qui, dans le temps, allait arriver. Il n’est pas donné aux hommes de connaître le futur, nous ne faisons pas de prophéties maintenant, mais nous vous apprenons à aimer.
Le sol de notre maison était en terre battue. Je parvenais à le garder propre à force de peine et d’amour: «C’est la maison de Dieu!» pensais-je, alors je disposais des fleurs dans les écuelles pour honorer Mon Fils, Dieu-Enfant. (p. 212; 5/6/83)
La maison de Nazareth qui à présent est en partie à Loreto, était pour nous pleine de souvenirs et de sentiments. Jésus grandissait en beauté et en grâce. (p.235; 12/12/83)

La maison de Loreto est une partie de la maison de Nazareth. Ce n’est ni une légende ni une erreur historique.
A Loreto, tu m’as demandé une grâce. Elle t’a été accordée, ce sera pour toujours. Je voulais vous le dire. Pour toujours sur terre! Au ciel, il y a un autre «toujours» merveilleux. La maison de Loreto est une partie de la maison de Nazareth, non une légende, non un faux historique, com-me on le dit souvent maintenant. La maison où je cuisais les pains au miel! (p. 306/7; 5/1/85)

La petite maison qui se trouve à présent à Loreto est la plus grande relique.
Vous voici à la maison et moi, Myriam, Je reviens pour vous à mes souvenirs. Je suis avec Jésus dans la petite et chère habitation, pauvre sans doute, pour ceux qui la voient aujourd’hui, mais très belle pour Moi. Il y avait les sentiments d’amour que nous éprouvions les uns pour les autres! Jésus, Joshua et Moi à table. Sur celle-ci une écuelle remplie d’olives, un pain et du fromage.
Quand vous êtes entrés, l’un après l’autre, avec vos soucis, nous vous avons accueillis les bras ouverts, Jésus, Joshua et Moi: «Vous ne nous voyez pas, mais nous sommes près de vous. Entrez et déposez devant nous tous vos soucis. Nous nous occuperons de vous pour votre bien.» Chacun a ses regrets, ses épreuves: des marches vers le Royaume. Un ange qui vous promet l’infini, la très belle récompense dont vous parle Jésus. Il a dit: «Mon Royaume n’est pas de ce monde.» Et dans le Père, Il vous a créé un Royaume merveilleux dans le monde de votre demain éternel. Le bonheur pour toujours, pour toujours!
A chacun son épreuve, ses soucis, son regret plein de nostalgie. Pour vous remercier de votre visite et de vos sentiments d’amour, nous vous donnons la paix, la sérénité; nous faisons grandir votre foi: pain au miel et orge. Venez à notre table. Jésus rompt le pain et vous l’offre, Il vous offre Son Sang! Il se donne à vous encore une fois. J’étais une créature, J’avais des sentiments humains, qui me faisaient souffrir et me réjouissaient. Quand Jésus était au ciel, assis auprès du Père dans la gloire, J’attendais de Le rejoindre, Je souffrais de nostalgie. Sa présence vivante me manquait, même s’Il était présent par Son Esprit. A Ephèse, puis à Jérusalem, Je pensais à Nazareth et à la petite maison.

La petite maison est la plus grande des reliques. Je pensais à ce temps-là, Je retrouvais mes souvenirs les plus doux, des heures de nostalgie. Pourtant Je savais que le temps est là pour nous faire voyager vers l’éternité et qu’après j’allais retrouver ce que j’aimais.

Dans la gloire de ma montée, J’ai retrouvé Mon Fils: «Immi!» et ma gloire a commencé! Je vous dis d’espérer, d’avoir la foi, et ce don est pour vous: du pain au miel, de l’orge, des olives et des roses de notre jardin. Plus de sérénité, de paix, de foi! Nous vous donnons l’espérance. Je n’aurais jamais pu imaginer ce qui allait m’arriver dans le temps, l’amour que vous avez, vous aussi pour Moi: «Immi, beaucoup viendront prier, pleurer, demander. Ils viendront dans cette maison et nous les écouterons, nous les aiderons, nous les consolerons.» A ce moment-là, Je ne comprenais pas, mais maintenant je vis cette réalité. La flamme éclairait le visage de Jésus Enfant. Joseph et Moi, nous L’admirions. «Il est Dieu et Il vit dans cette petite maison!»
Immi, cette maison volera!»
La plus grande relique pour vous! Nous vous remercions de votre visite! (p. 364/5; 31/4/85)

Cette petite maison qui en partie a volé. Et vos pensées s’envolent vers Moi. Mon corps ne pouvait pas finir! (p. 415; 12/4/86)

La petite maison sombre… Quand Jésus était là, tout était lumineux! Ainsi dans vos cœurs! Ses petites demeures. 
«Immi, cette maison volera!»
Maintenant ils disent que c’est une légende! Que de mal ils font à la foi fragile de beaucoup en voulant voir et expliquer pour croire! Et ils devraient apporter la lumière! (p. 445; 18/11/87)

Ainsi grâce à ton ange tu peux regarder Ma vie! Le petit jardin, les roses, la maison,Jésus Enfant… Ma simple et grande vie. L’ange t’a fait sentir le parfum du bois et celui des roses, le parfum qui le soir monte de la terre. Et il te fait entendre Ma voix. Pour toi et pour vous qui m’aimez Je revis mes souvenirs… Durant Sa vie publique, Jésus revenait quelquefois à la maison pour une halte, pour me revoir… C’était l’aube et Je dormais tandis qu’Il entrait par cette porte qui à Loreto est du côté de l’autel.
«Immi!»
– Mon Fils, Je croyais poursuivre un beau rêve.» Quel doux réveil!
«Je suis revenu pour Te voir et T’écouter…» (p. 524; 9/3/91)

Je vous aurais offert des pains au miel à Nazareth dans la petite maison. Je vous ai offert ma bénédiction dans la petite maison de Loreto. J’ai regardé vos cœurs… J’ai trouvé vos pensées. Un pain doux et une très douce bénédiction à vous qui pensez à Moi et qui m’avez regardée posée sur l’autel. La petite statue… C’était Moi sur l’autel, invisible pour vous! (p. 550; 8/11/94)

L’écuelle dont se servait Jésus se trouve à Loreto dans la maison de Nazareth. Jésus était heureux, quand Je la remplissais de lait au miel pour Lui. Humainement, Jésus a eu une enfance heureuse. Il a aimé ses petites choses et la petite maison. Et Il nous a aimés beaucoup. (p. 574; 30/1/97)

Source : https://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-501/jai-recu-la-grace-de-connaitre-une-telle-ame