Giuliana Buttini – Ma vie à Nazareth

GIULIANA BUTTINI – MA VIE À NAZARETH

26 décembre 1981

La nuit où Jésus est né était très froide. D’après mes calculs, il devait naître après le recensement, quand nous serions revenus à Nazareth. Je n’aurais jamais commis l’imprudence de le mettre au monde loin de la maison, mais Jésus a voulu naître dans cette grotte. Les souvenirs me reviennent en mémoire, ainsi en alternance, et Je revois Jésus petit et puis à l’âge de 20 ans… Maintenant, dans ce Royaume, Je le vois rayonnant.

Quand nous sommes revenus à la maison, Joseph et Moi avec l’Enfant Dieu, nous étions heureux et émus.

« Myriam, cet Enfant te ressemble, Il a les yeux comme les tiens…»

Il me ressemble, Jésus n’avait certes rien des traits de Joseph, puisqu’Il ne venait pas de lui, Il venait de Moi et de l’Esprit, parce que Jésus, qui est Dieu, s’est fait chair en se détachant du Père et est resté uni à Lui dans l’Esprit. (L’Esprit qui procède de l’un à l’autre). Le Père a fait en sorte que Son Fils passe par Moi à travers l’Esprit. Je n’ai pas connu d’homme, mais Dieu peut faire toute chose; Jésus n’a pas été créé mais engendré.

« Je veux sculpter encore une fleur sur ce berceau…»

J’étais heureuse de ce berceau et le voile bleu ciel et les yeux bleu ciel de Jésus faisaient penser à des petits bouts de ciel limpide. Je suis une créature, J’aime décrire les choses qui peuvent vous faire comprendre aussi mes sentiments. Une femme qui a aimé aussi les choses du quotidien, les choses qui font partie de la vie.

Cette vie à Nazareth. Le marché, le jardin, le four… Mon métier à tisser, le travail de Joseph… Le temps a passé, on peut tout revoir et revivre, mais ici il y a une autre dimension et vous ne pouvez pas (Moi non plus, Je ne pouvais pas, sur terre) comprendre cette vie. Après votre temps, vous la vivrez: sachez que la mort n’existe pas, nous l’appelons: «début de la vie» ou «renaissance». Résurrection !

Le premier jouet de Jésus était un personnage avec les ailes, un ange que nous avons attaché au-dessus du berceau. Il se balançait et on aurait dit qu’il volait. Et les anges étaient dans la grotte, quand Jésus est né et les anges sont avec vous, gardiens de votre âme, chaque jour. Les anges sont venus à ma rencontre quand Je suis entrée dans le Royaume. Les anges existent. Un ange en bois se balançait au-dessus du berceau de Jésus. Je l’ai gardé, et un jour quand Jésus avait grandi, Il m’a dit :
« Immi, cet ange a le nez trop long…».

C’était vrai, Joseph n’avait pas tenu compte des proportions, il était un bon menuisier, mais pas un sculpteur !
« Immi, dis-lui toi à papa Joseph de couper un petit bout de nez à notre ange…».

Joseph a arrangé ce nez et cet ange a volé encore au-dessus du berceau d’autres petits enfants, puisque Jésus l’a donné ensuite à une famille nombreuse et pauvre, la famille de Simon.

Jésus aimait donner : « Les choses qui ne peuvent pas donner de la joie à quelqu’un sont inutiles, on n’a aucun intérêt à les cacher ou à les conserver; c’est beau, c’est juste de donner des petites gouttes de bonheur à celui qui ne peut avoir que ces gouttes ».

«La charité peut prendre plusieurs aspects, elle a de nombreuses nuances: des gestes, des sourires, des paroles, des dons matériels, des conseils spirituels. La charité consiste à désirer le bien de ses frères et désirer le salut de leur âme. Immi, Je vois le monde, Je vois l’humanité et Je ne vois pas la charité.»

Mon Fils est mort sur la Croix, aussi et surtout à cause du manque de charité, laquelle a toujours fait défaut dans les cœurs. Jésus un jour, au cours de sa prédication, a marché sur les vagues de la mer. Ce n’est pas une légende, c’est la vérité. Il dit que vous aussi vous pouvez faire des choses qui semblent impossibles, si votre foi est entière. Vous pouvez obtenir aussi des choses qui semblent impossibles.

« Ma vie à Nazareth », pages 94-95

Source : forum PP