Bientôt en Europe comme en Chine : arrestations des chrétiens

Chine : arrestations massives de chrétiens dans la province du Shandong

15 mai

« Les croyants sont sous surveillance à vie. Ne rêvez plus de liberté. Le leitmotiv du gouvernement à l’égard des personnes comme vous qui croyez en Dieu est : ‘Être strict, ne montrer aucune pitié’. »

Bitter Winter, magazine sur la liberté religieuse et les Droits Humains en Chine, vient de révéler qu’entre le 16 et le 18 avril, 50 chrétiens, tous de la province du Shandong, ont été arrêtés. Pour le magazine, il est clair que « l’opération était planifiée et que les informations sur les croyants avaient été recueillies bien à l’avance ».

Des documents officiels font état de la surveillance accrue des chrétiens en Chine. Il y est question des enquêtes menées par les autorités locales sur certains chrétiens, ou encore, un courrier d’une municipalité qui exige des rapports réguliers pour faire le point sur « les progrès réalisés en matière de répression ». Dans ces rapports, figurent notamment des informations détaillées sur le nombre de lieux de rassemblement identifiés et interdits et les ouvrages confisqués.

« Lutter contre le crime organisé et éradiquer le mal »Deux semaines avant les arrestations massives de Dezhou, Tai’an et Liaocheng, une réunion avait eu lieu dans le Shandong au sujet d’une « opération de combat spéciale visant à ‘lutter contre le crime organisé et éradiquer le mal’ et à accomplir le travail anti-xie jiao », c’est-à-dire contre les mouvements religieux désapprouvés par le gouvernement. D’autres villes de la province planifient également une campagne contre les chrétiens.

Pour posséder un livre de son église, un chrétien risque l’arrestation, la détention et même la condamnation à de lourdes peines de prison. Les chrétiens arrêtés ont parfois été piégés à leur domicile, les agents de police se faisant passer pour du personnel qui vérifie les compteurs d’eau ou effectue des travaux d’entretien. Les domiciles des chrétiens ont été fouillés, certains de leurs biens ont été saisis.

En mars, Bitter Winter révélait dans ses colonnes l’horreur des interrogatoires. Les chrétiens y subissent torture, violence physique, coups de bambou, électrocution. Dans la salle d’interrogatoire d’un poste de police, une chrétienne a été « installée dans une cage métallique en forme de chaise, un instrument de torture d’un mètre de haut et d’environ 30 centimètres de large et 60 centimètres de long ».

« Bataille » menée « tant sur le front du renseignement que sur celui de la technologie »Un document publié en 2018 par le Bureau de la Sécurité Publique d’une région du Jiangsu, et révélé par Bitter Winter, évoque la « bataille » qui est menée « tant sur le front du renseignement que sur celui de la technologie » et la propagande anti xie-jiao. Le gouvernement a mis en place une technologie de surveillance de pointe, le Big Data et la reconnaissance faciale. Des affichages incitent également à la dénonciation.

En 2018 déjà, les chrétiens témoignaient de la surveillance dont ils font l’objet : caméras de vidéo-surveillance à proximité de leur domicile, fichage et même confiscation des cartes d’identité. Une chrétienne, dont la carte d’identité a été confisquée, doit se rendre au poste de police tous les jours. Les agents lui affirment :

« Les croyants sont sous surveillance à vie. Ne rêvez plus de liberté. Le leitmotiv du gouvernement à l’égard des personnes comme vous qui croyez en Dieu est : ‘Être strict, ne montrer aucune pitié’. »

Une autre chrétienne a dû quitter son appartement à cause des pressions subies par sa propriétaire :

« Les gens de la communauté disent que vous croyez en Dieu. Ils vous surveillent depuis plus de six mois. Ils nous interdisent de continuer de vous louer l’appartement. Vous devez partir d’ici demain matin. Si vous ne partez pas, ils arrêteront mon mari. Nous n’avons pas le choix. »

Un autre a été interrogé pendant une heure après que sa carte d’identité ait été repérée au portique de sécurité d’un site touristique de Pékin :

« En Chine, en tant que personne qui croit en Dieu, je me sens persécuté et victime de discrimination partout où je vais. Je n’ai aucune liberté personnelle du tout. C’est comme être enfermé dans une cage en fer. J’étouffe vraiment. »

Le dernier rapport annuel sur la liberté religieuse internationale note : « sur la base des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion par le gouvernement chinois, l’USCIRF constate à nouveau que la Chine mérite d’être désignée en 2019 comme ‘pays particulièrement préoccupant’ « .

M.C.

INFOCHRETIENNE.COM