Allemagne : les musulmans veulent imposer leur loi coranique

Pays aux racines chrétiennes, l’Allemagne devrait pourtant, si l’on écoute les revendications des mahométans, se plier dorénavant aux règles coraniques, pour l’instant en certaines circonstances uniquement, demain cela se pourrait à tout instant.

Ces derniers jours, une nouvelle preuve de la hardiesse de ces mahométans, pour la plupart d’entre eux arrivés récemment, en a été donnée par la polémique que soulève le buffet offert par le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer après une conférence ayant pour thème L’islam en Allemagne et ses rapports avec les institutions étatiques. L’homme politique est devenu la cible des critiques des musulmans allemands pour avoir organisé « un buffet irrespectueux des principes coraniques ».

Dès que les délégués de la communauté islamique ont examiné la nourriture proposée au cours de ce buffet, ils auraient montré de la colère et de l’indignation après qu’ils se fussent aperçus de la présence de « viande de porc », aliment considéré impur par la loi coranique. La délégation musulmane a tout de suite crié « à la provocation », a prévenu les médias, et a considéré ce fait comme « la démonstration du peu de respect qu’a le ministre de l’Intérieur envers les principes établis par la loi coranique ». Principes qui établissent que la viande de porc doit être proscrite quand des musulmans sont présents. Ce qu’il faut entendre par là c’est donc un appel biaisé à la soumission en Allemagne de tout non-musulman aux préceptes coraniques pour être respectueux de ces derniers. Et si l’on suit le raisonnement des ces mahométans, faudra-t-il bannir définitivement la viande de porc en Germanie afin de ne pas offenser la charia…

Horst Seehofer ne s’est pas laissé intimider par ces revendications conquérantes. Déjà en mars dernier, il avait affirmé : « L’islam n’appartient pas à l’Allemagne parce que nous sommes un pays chrétien. » Ce qui avait immédiatement déchaîné l’indignation des musulmans allemands. A ces nouvelles accusations, il répondu en les jugeant « fallacieuses » et « injustifiées ». A travers un communiqué, il a nié que le « buffet » avait un quelconque caractère « discriminatoire » ou « offensant ». Les délégués musulmans, au lieu de s’arrêter sur les aliments à base de viande de porc, auraient pu constater, en étant un peu attentifs, que sur les tables étaient offerts différents types de spécialités, y compris poissons, viandes blanches, nourriture pour végétariens et même de la nourriture hallal. Mais il semble que cet effort n’ait pas été suffisant pour les adeptes du Coran… 

Francesca de Villasmundo

Allemagne : les musulmans veulent imposer leur loi coranique