Le but de la création

 

 

couvertureAvant-Propos de l’Évêque Durant de Lahore
& Préface par l’Archevêque Söderblom d’Upsala
& Introduction de G. Secretan, pasteur
& Préface par Sundar Singh

LE BUT DE LA CRÉATION

     Il y a quelques mois j’étais couché seul dans ma chambre, je souffrais cruellement d’un ulcère dans l’œil. La douleur était si forte que je ne pouvais rien faire et je passai le temps à prier et à intercéder. Un jour, je n’avais prié que quelques minutes, quand le monde spirituel s’ouvrit à mes yeux et je me vis entouré de nombreux anges. J’oubliai immédiatement ma douleur ; mon attention étant entièrement concentrée sur l’autre monde. Je vais vous raconter quelques-uns des sujets de notre conversation.

     Les noms dans le ciel.

     Je demandais aux habitants du ciel : « Pouvez-vous me dire par quel nom vous êtes connus au ciel ? » L’un d’eux me répondit : « Nous avons tous reçu un nom nouveau que le Seigneur seul connaît, et celui qui l’a reçu (Apoc. 2 : 17). Nous avons tous servi le Seigneur en différents pays et à différentes époques, mais il n’est pas nécessaire que personne sache nos noms actuels, ni nos anciens noms sur la terre. Ce pourrait être intéressant de les connaître, mais à quoi bon. ? De plus nous ne tenons pas à ce que nos noms soient connus, de peur qu’on ne nous croie plus importants que nous ne sommes et qu’on ne nous rende l’honneur qui n’appartient qu’à Dieu qui nous a tant aimés. Nous relever de notre état de chute pour nous amener à notre home éternel où nous chanterons à jamais les louanges de son amour, voilà le but pour lequel Il nous a créés ».

     Voir Dieu.

     Je leur demandai encore si les anges et les saints qui habitent les plus hautes sphères du ciel contemplent toujours la face de Dieu ? Et s’ils le voient, sous quelle forme leur apparaît-il ? Un des saints répondit : « De même que la mer est pleine d’eau, de même l’univers entier est rempli de la présence de Dieu, et tous les habitants du ciel sentent cette présence autour d’eux de tous côtés. Quand un plongeur plonge dans l’eau il n’y a autour de lui que de l’eau, de même on sent la présence de Dieu au ciel. Et comme dans la mer vivent d’innombrables créatures, ainsi dans l’être infini de Dieu existent ses créatures. Parce que Dieu est infini, ses enfants qui sont finis ne peuvent le voir que sous la forme du Christ. Le Seigneur l’a déclaré Lui-même : « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14. : 9).

     « Dans ce monde des esprits le degré des progrès spirituels de chacun décide du degré où il pourra connaître et sentir la présence de Dieu. Aussi Christ révèle à chacun sa forme glorieuse d’après ses lumières et ses capacités. S’Il apparaissait dans la même glorieuse lumière aux habitants des sphères inférieures du monde spirituel, comme à ceux des sphères supérieures, ils ne pourraient le supporter ! C’est pourquoi Il tempère la gloire de Sa manifestation à l’état personnel de chaque âme individuelle ».

     Un autre saint ajouta : « On peut sentir la présence de Dieu et en jouir, mais on ne peut la décrire en paroles. Comme on ne goûte ce qui est bon qu’en le mangeant, et non par la meilleure description, ainsi chacun jouit de la présence de Dieu dans le monde spirituel sans avoir besoin qu’on lui en fasse une description verbale ».

     La distance au ciel.

     Je demandai aussi à quelle distance sont les diverses sphères d’existence les unes des autres. Et s’il n’est pas permis d’y rester, peut-on au moins les visiter ?

     À quoi l’un des saints répondit : « La résidence de chaque âme est fixée d’après son développement mais il lui est permis de faire de courtes visites à d’autres sphères. Quand les habitants des sphères supérieures viennent visiter une sphère inférieure, on lui donne une espèce de voile spirituel pour que ces habitants des régions inférieures ne soient pas déconcertés par leur glorieuse apparition, et de même quand un habitant des régions inférieures va visiter une sphère supérieure, on le revêt d’une espèce de vêtement spirituel pour qu’il soit assez fort pour supporter la gloire de l’autre lieu.

     Au ciel personne ne s’aperçoit des distances car, dès qu’on désire aller ici ou là, on s’y trouve transporté. Ce n’est que dans le monde matériel qu’on s’aperçoit des distances. Quand on désire voir tel saint dans une autre sphère, ou bien celui-ci est transporté vers vous en un instant, ou c’est vous qui êtes transporté vers lui au moment même de la pensée.

     Le figuier stérile.

     Je demandais à l’un des anges : « Tout est créé dans un but spécial, mais il semble parfois que ce but ne soit pas atteint, par exemple le figuier avait été créé dans le but de porter du fruit, mais quand le Seigneur n’y trouva pas de fruit l’arbre sécha. Pouvez-vous me dire si la création du figuier avait manqué son but ou non ? »

     Un des saints répliqua : « Sans aucun doute le but fut atteint et même plus complètement. Le Maître de la vie la donne à toutes ses créatures dans un certain but, mais si celui-ci n’est pas atteint, Il a la puissance de retirer cette vie pour accomplir un dessein supérieur. Des milliers de serviteurs du Seigneur ont sacrifié leur vie pour en instruire ou en soutenir d’autres. En perdant leur vie pour d’autres, ils les ont aidés et ont accompli ainsi les desseins plus élevés de Dieu. Et s’il est juste et noble pour un enfant de Dieu d’agir ainsi, combien plus l’homme qui est au-dessus de toutes les autres créatures et de tous les figuiers, ne pourra-t-il pas donner sa vie pour instruire ou avertir une nation qui se perd ? C’est ainsi que Christ a donné cette grande leçon aux juifs de cette époque et au monde entier à savoir que ceux dont la vie est stérile finiront par sécher et périr ». Les faits historiques nous montrent clairement que la vie nationale des juifs, étroite et bigote à cette époque fut détruite et desséchée comme celle du figuier. De même les vies stériles, quoique peut-être ayant une apparence de vie extérieurement, sont une cause de déception pour d’autres et finiront par être maudites et détruites. Si quelqu’un me répond que lorsque le Seigneur maudit le figuier ce n’était pas la saison des fruits et qu’il ne fallait pas s’attendre à en trouver, il devrait se souvenir qu’il n’y a pas de saison fixe pour faire le bien, parce que tous les moments sont également bons et que pour répondre au but pour lequel nous avons été créés, il faut que nos vies soient fertiles.

     L’homme possède-t-il le libre arbitre ?

     Je posai encore une autre question à un ange : « N’aurait-il pas mieux valu que Dieu eût créé l’homme parfait ainsi que toute la création, car ainsi il n’aurait pas péché et tant de maux et de souffrances auraient été évités ; tandis que, dans une création sujette à la vanité, nous avons toutes sortes de maux à souffrir ? »

     Un ange, venu du plus haut des cieux et occupant une position élevée me répondit en ces mots : « Dieu n’a pas créé l’homme comme une machine travaillant automatiquement. Il n’a pas fixé sa destinée comme celle des étoiles et des planètes, qui ne peuvent s’écarter de leur cours régulier, mais Il a fait l’homme à son image et à sa ressemblance, libre d’agir, indépendant et possédant l’intelligence et la détermination qui le rendent supérieur à toutes les autres créatures. S’il n’avait pas été créé libre, comment aurait-il pu jouir de la présence de Dieu et de la joie du ciel, n’étant qu’une simple machine se mouvant sans le vouloir ni le savoir, ou comme les étoiles qui parcourent l’infini ! Tandis que l’homme, créé libre, par la nature de sa constitution est tout l’opposé de cette perfection inanimée et sans âme, qui en réalité n’eut pas été la perfection mais l’imperfection, faisant de l’homme un esclave forcé d’agir de telle ou telle manière, sans choix et sans joie ! Pour un tel homme il n’y aurait pas eu de différence entre un Dieu et une pierre. L’homme, et toute la création avec lui, a été assujetti à la vanité, mais pas pour toujours. Par sa désobéissance l’homme s’est attiré toutes les souffrances et tous les maux de cette vie ainsi qu’à toute la création ! Ce n’est que par la lutte constante qu’il doit soutenir, lutte spirituelle, que ses dons spirituels peuvent se développer et qu’il peut apprendre les leçons nécessaires à son perfectionnement. C’est pourquoi quand enfin il atteindra la perfection au ciel, il bénira Dieu pour la lutte et les souffrances de ce monde, comprenant alors que « toutes choses concourentensemble au bien de ceux qui aiment Dieu » (Rom. 8 : 28).

     Manifestation de l’amour de Dieu.

     Un autre de ces saints dit alors : « Tous les habitants du ciel savent que Dieu est amour, mais il nous a été caché de toute éternité que cet amour est si merveilleux qu’Il a voulu se faire homme pour sauver les pécheurs, et que pour leur rédemption, Il mourrait sur la croix ! Il a souffert ainsi pour sauver l’homme et toute la création qui est assujettie à la vanité ».

     Ainsi, en devenant homme, Dieu a montré son cœur à ses enfants, et son amour infini serait resté éternellement caché s’Il avait usé d’autres moyens.

     Et maintenant la création entière attend avec ardeur la manifestation des fils de Dieu, lorsqu’ils seront délivrés et glorifiés. Mais, pour le moment, avec toute la création, ils gémissent et sont en travail jusqu’à la manifestation de cette nouvelle création. Ceux qui ont passé par la nouvelle naissance gémissent aussi en attendant la rédemption de leur corps. Mais le temps approche où la création entière, obéissant à Dieu en toutes choses, sera délivrée de sa corruption et de ses chaînes. Elle sera enfin éternellement bienheureuse, ayant atteint le but de sa création qui est : Que Dieu soit tout en tous (Rom. 8 : 18-23)
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

     Les anges me parlèrent encore de beaucoup d’autres sujets que je ne puis rapporter ici, d’abord parce qu’il n’existe pas dans ce monde de langage ou d’images propres à décrire ou exprimer ces profondes vérités, mais aussi parce qu’ils craignent que ceux qui n’ont pas fait d’expériences spirituelles ne les comprendrait pas et qu’alors, au lieu de leur être utiles, ces mystères risqueraient d’être mal compris et mal interprétés. C’est pour cela que je n’ai écrit que sur quelques-uns des sujets les plus simples dont nous nous sommes entretenus dans l’espoir que plusieurs de mes lecteurs y trouveront des directions, des avertissements, des instructions et des consolations. Du reste, le temps approche où ces lecteurs passeront dans ce monde spirituel où ils verront ces choses de leurs propres yeux. Mais avant de quitter ce monde pour aller à notre Patrie éternelle, nous devons avec l’aide de Dieu et par sa grâce et dans un esprit de prière faire fidèlement l’œuvre que Dieu nous a confiée. C’est ainsi que nous réaliserons le but de notre existence et que nous entrerons sans une ombre de regret dans la joie éternelle du Royaume de notre Père céleste.