Le désastre de L’Eglise belge


Marco Tosatti

dont le sypmtôme le plus évident est la dramatique chute des vocations. D’où l’idée de génie (!) émise par certains d’ouvrir le sacerdoce aux femmes et aux hommes mariés. Pour quels prêtres? (27/11/2018)

BELGIQUE, POUSSÉE VERS L’ORDINATION D’HOMMES MARIÉS ET DE FEMMES

Marco Tosatti
www.lanuovabq.it
26 novembre 2018
Ma traduction

* * *

La situation du clergé en Belgique est désastreuse, et aujourd’hui le nombre de prêtres est à peine le quart d’il y a 50 ans. La proposition sortie est d’ordonner des hommes mariés et des femmes. Mais en attendant, la Fraternité des Saints Apôtres qui, elle, avait des vocations en abondance, a été dissoute.

De la Belgique de Danneels et De Kesel arrivent des nouvelles d’une perspective tragique pour l’Église catholique. Ou plutôt, pour ce qu’il en reste. En 1960, la Belgique comptait 10400 prêtres diocésains (c’est-à-dire formés dans des séminaires diocésains et non dans les ordres ou les congrégations). Aujourd’hui, il n’y en a que 2 774. A ceux-ci s’ajoutent 2205 prêtres d’un ordre ou d’une congrégation. Mais parmi ces 5000 prêtres, une bonne partie est à la retraite. La proportion entre le clergé actif et le clergé retraité n’est pas connue, et si certains, même retraités, continuent à exercer, l’âge moyen du clergé à Bruxelles était de 73 ans en 2017. Parmi ces prêtres, beaucoup (mais leur nombre n’est pas révélé) viennent de l’étranger pour aider les paroisses belges. Et leur proportion ne devrait pas diminuer dans le futur: aux portes des séminaires, le nombre de vocations connaît une situation critique. En 2016, il n’y avait que 212 candidats belges au sacerdoce. 127 d’entre eux venaient d’une congrégation ou d’un ordre religieux, 85 étaient diocésains; 42 n’étaient pas belges. En septembre, la tendance s’est confirmée: seuls deux jeunes ont franchi le seuil de l’important séminaire de Namur.

En Belgique, il y a 163 mille volontaires, mais en réalité, cet important engagement laïc témoigne aussi de la difficulté de choisir de devenir prêtre. Beaucoup s’engagent, mais peu font le pas décisif vers cet engagement radical qui consiste à tout donner, dit Tommy Scholtes, le jésuite porte-parole de la Conférence épiscopale de Belgique. Sœur Marie-Jean Noville, Coordinatrice du Centre national des vocations dit que la sécularisation du pays, la relativisation des valeurs, la crise générale de l’engagement, le désir d’isoler la foi dans la sphère privée ne poussent plus un jeune à se poser la question de la vocation. Le porte-parole des évêques a dit que «la foi profonde en un Dieu qui nous accompagne de près» est difficile à communiquer aujourd’hui. «Donc, ce n’est pas une campagne de recrutement ou de communication, ni une quelconque stratégie» qui permettront de remplir les séminaires.

«Les vocations nombreuses naissent dans les familles ou dans la rencontre avec des témoins», dit Sœur Marie-Jean. Mais c’est un cercle vicieux: s’il y a moins de prêtres et de religieux, on en rencontre moins. A Bruxelles, par exemple, avec la fermeture prochaine de l’Institut d’études théologiques, la présence de séminaristes dans la capitale disparaîtra.

Nous y voilà donc: il est certain, dit la Coordinatrice du Centre national des vocations, que dans le futur, il faudra, comme l’a proposé Mgr Kockerols, «réfléchir à la possibilité d’ordonner des hommes mariés. Ou des femmes»

D’autant plus que le Synode sur l’Amazonie est prêt pour l’année prochaine, non? Et de là, l’histoire des Viri Pobati, but existentiel du cardinal Claudio Hummes, trouvera son heureux épilogue, peut-être avec un autre Synode un peu préemballé… Le jésuite Tommy Scholtes propose un détail qui aux yeux de l’Eglise moderne et de plus en plus en sortie libre, semblerait contradictoire: en effet, il a noté que les lieux qui attirent le plus les personnes sont ceux qui mettent la confession et l’adoration au centre de leurs activités. «Le prêtre est celui qui montre le chemin du ciel, seul un tel enjeu d’éternité peut justifier qu’un jeune homme de vingt ans quitte tout et offre sa vie».

Mais à ce stade, l’Église belge, et en particulier son cardinal de Malines-Bruxelles, De Kesel, devrait expliquer pour quel motif la Fraternité des Saints Apôtres – qui elle, en avait des vocations, et comment! -, et qui était très aimée des gens au milieu desquels elle vivait, a été dissoute. A tel point qu’un groupe de laïcs bien formés avait lancé un appel contre la dissolution à la Signature apostolique, appel pourtant bloqué par l’autorité du Pontife, avant qu’il puisse être examiné (et probablement accueilli). Et on fait la guerre aux candidats au sacerdoce qui présentent des symptômes d’amour pour la tradition. Si ce n’est pas un comportement schizophrénique…

http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/le-desastre-de-leglise-belge.html

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.