Mémoires du Ciel

Mémoires du Ciel

Giuliana Buttini — Thomas Merton
Lettres d’amour universel

Thomas Merton est connu pour ses nombreux livres spirituels. Et bien, du Ciel, le Seigneur l’a envoyé chez Giuliana Buttini lui dicter ses Mémoires du Ciel, lettres d’amour universel pour parachever en beauté son œuvre. C’est le nouveau «Buttini» publié aux Editions du Parvis. Voici les premières pages:

Thomas Merton est né à Prades en France en 1915. Poète écrivain, il est diplômé en lettres de la Columbia University des Etats-Unis. D’un enthousiasme de jeunesse pour les idées communistes, il passe à la religion catholique et devient moine trappiste de l’Ordre cistercien dans l’abbaye Notre-Dame du Gethsémani du Kentucky.
Ses livres sont un long voyage et ses descriptions font de lui un grand écrivain moderne hautement mystique. Tous ses livres sont devenus rapidement des best-sellers. Il meurt à Bangkok en 1968.
Giuliana Buttini naît à Gênes en 1921. Mariée, elle est mère d’un garçon. Elle perd son fils unique en 1967. Après une période de désespoir et de révolte contre Dieu, elle commence à entendre la voix de son fils qui lui dit d’écrire ce qu’elle entend. Ensuite, beaucoup d’autres «voix» lui dicteront de quoi remplir des milliers de pages. Thomas Merton est l’une de ces voix. Il lui a dicté ce livre. Giuliana Buttini a écrit sous dictée jusqu’à sa mort survenue à Rome en 2003.
«J’ai escaladé les sept escarpements de la montagne»
J’ai été un homme à la vie variée, intense et bouillonnante et d’émotions. J’ai trouvé la paix en Dieu, avec amour, curiosité et passion. Car, tant qu’on n’est pas arrivé en haut de la montagne, on n’en connaît pas les sommets et ce que l’on voit de ces sommets.
A présent, par amour et grande tendresse de Dieu, je m’exprime encore, non plus dans mes écrits, mais en ceux que je dicte à mon amie sur terre. Vous n’avez pas à la connaître ou à en être curieux…
Vous devez croire à ce qu’elle écrit: des dictées de voix proches ou lointaines (ici il n’y a pas de dimensions d’espace et tout l’amour universel a vaincu le temps!)
Croyez à ma manifestation: amour universel et tendresse de Dieu!
Vous trouverez Dieu, vous le connaîtrez d’autant mieux que vous saurez aimer.
Dans l’Eucharistie vous trouverez son Soleil: le seul qui illumine l’esprit.
Un seul Dieu Trine, une seule foi et un amour infini.
Thomas

La communion des Saints

12 février 1986
La grâce est la charité de Dieu envers l’humanité. Il nous a donné la grâce suffisante et la volonté pour conquérir la grâce sanctifiante. Dieu en Christ a la voix de la Vérité, c’est pourquoi la vraie religion est celle du Christ, complète dans les sacrements et en particulier quant à la transsubstantiation.
Les autres religions portent à Dieu ceux qui ne connaissant rien d’autre, mènent une vie pure, savent aimer, mais elles ne sont pas complètes. La plénitude est dans le catholicisme pur.
J’ai vécu plusieurs expériences, comme si en moi il y avait eu plusieurs vies. De nombreuses contrariétés ont marqué mon existence. J’ai cherché et étudié, mais sur terre j’étais toujours préoccupé de trouver encore, et seulement maintenant j’ai tout trouvé. Dieu se fait trouver à travers chaque chemin, et seulement en Lui nous nous trouvons nous-mêmes et le but de notre existence.
Nous aussi, créatures de Dieu, faisons partie de ses merveilles. Il nous montre qu’Il est charité et sa création est charité, puisqu’elle est expansion d’amour. Parfois, connaissant des hommes éloignés de Dieu, et je l’ai été moi aussi, j’ai compris qu’ils n’avaient pas cette paix, qui ne vient que de Dieu en nous, si nous voulons l’accueillir.
J’ai connu des hommes de différentes religions, sublimes, certes, dans leurs interprétations erronées, comme j’ai connu des chrétiens qui ne l’étaient que de nom. J’ai voulu comprendre la pensée de certains hindouistes (zen) qui étaient spirituels au maximum, et j’ai trouvé en eux seulement une sorte de fanatisme, qui les faisait tels qu’ils étaient. Pour beaucoup d’entre eux, c’était plus une pensée philosophique qu’une religion véritable. J’ai connu des athées, qui après leur conversion, ont étés bouleversés au point de faire une manie de la religion. J’ai aussi fait la connaissance de saints. En eux était la juste mesure, car ils avaient compris la Vérité.
La Vérité est de vivre la Parole du Christ. Alors on est comme illuminé, mais il faut être en état de grâce pour recevoir ces lumières: la grâce suffisante qu’il faut augmenter et la grâce sanctifiante qu’il faut obtenir.
Ces jours-ci je te tiens compagnie, je m’assieds près de toi: Communion!
Tu as un pouvoir-don particulier. Tes ondes de transmission sont très fortes et ainsi elles rejoignent des sommets au-delà du temps, où l’espace a été dominé par le non-espace. Nous, vivants et libres partout, même au-dessus des sommets de l’infini, (création de l’infinie charité de Dieu) nous pouvons rejoindre ta pensée et par nos ondes, mettre notre pensée dans la tienne. Nous, libérés de la matière, dans le non-espace et le non-temps, avons le pouvoir d’écouter vos appels, si la force de votre pensée est assez grande.
La prière adressée aux saints a ce pouvoir, car les saints écoutent en Dieu. Cependant, qui a plus de force, pénètre au point d’entendre et de vivre en parfaite communication. Voilà l’explication scientifique de la phrase: «Communion des Saints».
J’ai retrouvé toutes ces personnes, qui, à cause de leurs œuvres et de l’amour donné, ont été sauvées. Dieu est amour et charité, et tout ce qui arrive sur terre par la volonté de Dieu est pour le bien de l’humanité. Tout ce que fait l’homme sans Dieu ne peut être bon. Mystérieuses forces négatives qui bouleversent, troublent, déstabilisent!
Je suis heureux de cette communion. Si je t’avais rencontrée avant, si notre temps avait été le même, je t’aurai décrite dans mes pages comme un exemple de foi équilibrée dans la clarté de ton âme. Puis-je t’appeler Clarté moi aussi?
Je ne suis pas un beau centurion romain, ni un ange, mais un genre d’anglais terne… La communion des saints permet d’unir des personnes de tous les temps et de toutes les races. La pensée dominante est l’amour. C’est la charité de Dieu qui agit et nous permet de communiquer en parfaite communion même avec une créature de la terre.
Tu sais, à Rome j’ai été frappé par ces églises. Si vous allez à Saint-Pierre-aux-Liens, pensez à moi, je viendrai. Mais ne me montrez pas le Moïse de Michel-Ange. Je ne l’ai jamais aimé.

Mémoires du Ciel, p. 11-13

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.