Luz Amparo Cuevas – Celui dont le nom est écrit sur le livre de la vie, ne s’effacera jamais

 

Résultat de recherche d'images pour "luz amparo cuevas"2 Mars 2003

 « Bonjour à vous tous, pèlerins mexicains, portugais et français.

Je salue Mme Aurora del Castillo, sa fille que je ne voyais pas depuis longtemps, ainsi que toutes ces personnes qui font tant de bien dans leur pays, le Mexique. Qu’elles sachent que nous sommes toujours unis malgré la distance. L’esprit ne saurait avoir de dimension, l’esprit unit, et nous sommes tous unis lorsque nous prions. Demeurons toujours en état de grâce.

la Grâce et la Grâce sanctifiante

On me demande de parler de la grâce et de la grâce sanctifiante. Il est très difficile d’être dans la grâce sanctifiante. Je crois que nous devons nous conformer en étant en grâce avec Dieu: c’est cela qui est important: vivre chaque jour l’Evangile, vivre chaque jour avec Dieu, à cause de Dieu et pour Dieu, par ce moyen, on essaie de parvenir à l’état de grâce sanctifiante. Je crois que nous nous disons catholiques mais en ce qui concerne la pratique de notre foi, nous sommes de mauvais pratiquants. Il faut être catholique, romain, apostolique et pratiquant. Il faut aimer l’Eglise de tout notre cœur. C’est de l’Eglise que nous viennent les grâces; c’est dans l’Eglise que se trouvent les sources de vie auxquelles nous pouvons tous aller nous abreuver.

En ce qui concerne la grâce sanctifiante: ce serait presque sortir du confessionnal, ne commettre aucun péché, ni même d’omission, de pensée; je dirai que celui qui est en état de grâce sanctifiante est en odeur de sainteté. La pensée est comme un voyageur qui va et vient constamment; vous venez de sortir du confessionnal et vous vous mettez à penser à un tel et un tel…. Et comme la pensée ne paie pas, elle voyage gratuitement, elle pénètre partout. Comme je le disais auparavant, nous devons être de bons pratiquants parce que souvent nous sommes « de faux chrétiens ». Nous nous disons chrétiens, mais nous portons un nom qui ne correspond pas à ce que nous sommes. Nous portons le nom de catholiques, et à l’heure de vérité, ce n’est pas derrière le Christ que nous courons mais nous allons nous consoler dans le monde et auprès de choses qui font du mal à notre esprit.
Combien de personnes disent: moi je ne vais pas à l’Eglise, mais je suis catholique. Et l’on vous donne beaucoup d’excuses: je me confesse avec Dieu, dit-on. Mais alors pourquoi y a-t-il des prêtres? Les prêtres sont des ministres du Christ. Dieu est entre leurs mains pour qu’il soit conduit là où les prêtres veulent. Alors ne les jugeons pas, aidons-les dans le plein sens du terme. Soyons très respectueux vis-à-vis d’eux.

Quand la Sainte Vierge apparaît, c’est pour nous rappeler qu’en tant que catholiques romains, nous ne faisons pas notre devoir; beaucoup d’âmes méprisent le Saint Père, dit-Elle. Beaucoup d’âmes ne vont pas recevoir les Sacrements et ne mettent pas en pratique les Commandements surtout le premier.

Vous savez bien comme il est dur parfois de suivre le Christ! C’est dur parce que suivre le Christ, cela signifie devenir un autre Christ. Mais il ne faut pas seulement suivre le Christ, il faut parvenir au Christ parce que beaucoup d’entre nous, nous Le suivons mais nous ne L’atteignons pas parce que nous avons peur de parvenir à Lui.

Il ne faut pas simplement suivre le Christ, mais il faut parvenir à Lui. L’athlète essaie toujours d’atteindre le but et de ne pas rester à mi-chemin. Voilà pourquoi nous ne devons pas seulement monter la côte du Calvaire mais parvenir aussi au Golgotha. C’est précisément au Golgotha que le Christ est mort. Il a étendu ses bras et Il est demeuré les bras ouverts en signe d’amour pour les hommes, comme s’Il embrassait toute l’humanité. Et nous lorsque nous avons une épreuve ou une contrariété, nous fuyons, nous fuyons la croix. Et la croix est quelque chose de si important! Pour ma part, si je me lève le matin et qu’il n’y a pas de croix, je dis: Mon Dieu en quoi ai-je été défaillante pour n’avoir pas de croix aujourd’hui? La croix est ma compagne et elle doit être aussi la vôtre. La croix, on la porte sur terre, mais lorsqu’on arrive à la porte du Ciel, on la laisse à l’extérieur avant d’entrer. Mais c’est grâce à la croix que l’on franchit la porte du Ciel. Alors, lorsque le Seigneur vous éprouve par une maladie, ou toute épreuve morale, ne la repoussez pas. Embrassez cette épreuve en disant: Seigneur. Vous m’aimez tellement que Vous m’offrez votre croix. Et là est le signe que Dieu nous aime parce qu’il nous donne souvent des épreuves morales et physiques. Ne méprisons jamais nos croix; ne les rejetons pas.

Que la croix soit toujours notre compagne! C’est la meilleure compagne que l’être humain puisse avoir!

Lorsque la Sainte Vierge s’est manifestée en ce lieu, la première chose qu’Elle nous a demandée c’est de méditer sur la Passion de Son Fils qui est très oubliée. Ses premières paroles furent sur la Passion de Son Fils. Vraiment, nous méditons très peu sur ce sujet. Nous devrions avoir un enregistrement dans notre cœur qui nous répéterait sans relâche: « Le Christ sur le chemin de l’amertume, le Christ au Calvaire, le Christ couronné d’épines, le Christ mort sur la croix pour racheter les hommes ». Voilà ce à quoi nous devrions penser constamment. Et lorsque nous sommes épuisés, pensons: Seigneur, je regarde la Croix et je vous demande de descendre de cette croix pour me poser sur elle à mon tour. Seigneur, reposez-vous, c’est à mon tour de la porter. Alors ie crois que la douleur deviendra joie et gloire.

Même si la douleur est parfois si forte qu’elle vous empêche de cheminer. Mais le Seigneur prend toujours les mesures de nos épaules avant de nous donner la croix.

Que nous avons des épreuves morales ou physiques, allons de l’avant sans regarder en arrière. Lorsque les gens viennent et me disent: Oh comme vous êtes sainte! Non! A moi aussi il me faut lutter pour parvenir à la sainteté. J’ai ma part de souffrances et de peines; mais je m’efforce de me dire: plutôt mourir que de décevoir le Christ. Et lorsque le Seigneur dresse devant nous une côte de calvaire très pentue, on a alors envie de s’arrêter et de se retourner en arrière; mais nous ne pouvons regarder en arrière; il faut toujours regarder devant soi. Ce qui est en arrière reste en arrière. C’est pour cela que je vous ai dit auparavant qu’il faut continuer à cheminer derrière le Christ jusqu’à L’atteindre. Souvent nous Le suivons mais sans parvenir jusqu’à Lui. Ne restons pas à mi-chemin de la côte. Soyons comme le pèlerin: le pèlerin ne cesse de marcher et ne regarde jamais le chemin parcouru, il considère plutôt ce qui lui reste à parcourir. Voilà comment nous devons cheminer sur la route que Dieu a planifiée pour chacun de nous.

La situation du monde

Le monde est dans une situation grave parce que les hommes n’implorent plus Dieu. Ils ont complètement oublié Dieu. Et c’est la raison pour laquelle le monde est entre les mains de Satan. Il est en train de devenir le maître des âmes. Voyez la jeunesse: elle est complètement déséquilibrée; les foyers n’ont pas la paix; les couples se séparent; les communautés religieuses sont en totale léthargie. Nous devons nous donner la main, être forts et ne pas abandonner Dieu. Sans Dieu, l’homme est vide. L’homme doit chercher ses principes; Dieu est le commencement e: la fin. Il a tenu dans ses mains l’âme de chacun d’entre nous. Et c’est Lui qui l’a mise dans notre corps. C’est pourquoi nous devons valoriser le mystère de l’âme. On se préoccupe pour le corps. mais l’âme!…. L’âme participe avec le corps et le corps avec l’âme. Qu’advient-il si l’on n’alimente pas le corps? Il meurt. Il en est de même pour l’âme. J’observe souvent les gens surtout dans la capitale; on dirait des zombies… Ils marchent vite sans même savoir où ils vont. L’un pense à son bureau, l’autre pense qu’il va être en retard, le troisième pense à l’endroit où il se rend, l’autre à ne pas manquer son bus. Mais qui pense à Dieu? D’abord Dieu. Dieu à la première place, après Dieu, ensuite Dieu et encore Dieu… Et surtout mettons en pratique le Commandement de l’Amour. Parce que c’est un Commandement très important. Quelle que soit notre race, la couleur de notre peau, nous sommes des enfants de Dieu et nous devons tous nous aimer. Tendons la main lorsque nous voyons une plaie, tendons la main aux pauvres. Le Seigneur nous le dit: « Je vous donne un Commandement Nouveau, que vous vous aimiez les uns les autres ». En effet, il nous arrive souvent de remuer les lèvres mais pas notre cœur. Et si nous ne remuons pas notre cœur, nous finirons par mourir! Car vous le savez bien, nous devons exercer tous les membres de notre corps. Si l’on ne bouge pas sa jambe, elle s’atrophie; le cœur, il faut aussi le remuer constamment et c’est l’amour qui doit prévaloir sur tout. Aimer le pauvre, le nécessiteux, le malade, ceux qui n’ont personne; soyons comme les premiers chrétiens. On les reconnaissait par l’amour qu’ils avaient les uns pour les autres. D’ailleurs les païens ne savaient pas dire autre chose en parlant des premiers chrétiens: « regardez comme ils s’aiment ».

Beaucoup d’âmes se présentent devant Dieu avec des paroles mais avec si peu d’œuvres. Lorsqu’elles se présentent à Lui, Il leur dit: « Je ne vous connais pas ». La parole sans les œuvres n’a aucun sens. La parole doit aller de pair avec les actes, les œuvres.

Le Livre de Vie

Parfois le Seigneur m’autorise à écrire des noms que je peux choisir, c’est comme s’il me donnait une récompense. Parfois Il choisit Lui-même les noms. Les noms sont écrits sur un livre, un très grand livre, un livre en or, un livre immense qui irait de la terre jusqu’au Ciel et des feuilles qui n’en finissent pas!…. Celui dont le nom est écrit sur le livre de vie, eh bien, ce nom ne s’effacera jamais. Parfois Dieu permet que l’on écrive les noms de certaines personnes en raison de leurs mérites. Pour ma part, je sais que le fait d’avoir son nom écrit dans le Livre de la Vie, c’est ce que l’on peut avoir de plus grand, car c’est son salut qui est écrit.

Le Sceau sur le front

Sur certains fronts, on voit le sceau très distinctement, sur d’autres on le voit moins.
J’ai vu des personnes dans le monde qui avaient le 666 sur le front et même sur la main. Mais il y a moins de personnes qui ont le 666 que de personnes qui ont le sceau sur le front. Dieu donne beaucoup d’occasions aux âmes de se sauver! J’ai également vu des personnes qui n’avaient rien sur le front. Mais la Vierge a promis à tous ceux qui viendraient en ce lieu, qu’ils seraient marqués d’une croix sur le front. Et la croix est une protection: c’est comme un vaccin. Lorsqu’on est vacciné contre une maladie, on est protégé. Il en est de même avec le sceau. Le sceau est une protection. Certaines personnes ont la croix qui est vraiment très apparente sur leur front. Mais si nous ne suivons pas le chemin que le Seigneur nous trace, alors nous ne méritons pas la croix. Il faut accepter en tout la Volonté de Dieu, et faire la Volonté de Dieu en tout. Ainsi je pense que nous serons tous un jour en train de jouir de la présence de Dieu. Et comme il y a beaucoup de personnes qui viennent pour la première fois, françaises ou portugaises, ainsi que mexicaines, que vous sachiez tous que nous sommes tous unis par l’amour envers Dieu. Notre Idéal c’est le Christ et surtout ne nous relâchons jamais dans la Prière, ni dans les Sacrements, mais soyons fermes. Et surtout ne nous laissons pas entraîner par les affaires du monde! Le Seigneur nous demande des Communautés qui sortent des branches l’Escorial; Il nous a demandé de vivre comme tes premiers chrétiens. Et nous, nous avons fondé des Communautés. Et pensez que c’est ce qu’il y a de plus beau! Pensez surtout à la protection qu’ont ceux qui vivent en Communautés. Tous ensemble ils sont tous comme des frères, ils ont abandonné tous leurs biens aux pauvres et ils vivent sans disposer de quoi que ce soit; il n’y a que l’esprit qui les unit même s’ils vivent ensemble. Ils s’entraident les uns les autres et ils s’efforcent tous de faire la Volonté de Dieu. Nous ne sommes pas des saints, ils ne sont pas des saints, mais ils luttent pour parvenir à la sainteté. Moi je dis ce que disait Saint Antoine: « La sainteté me poursuit, mais je suis plus rapide ». (1) Je crois que nous devons espérer parvenir à la sainteté.

Le Jugement

J’ai vu le Jugement particulier de l’âme, parce qu’il y a un jugement particulier et ensuite il y aura un jugement final. Au jugement particulier, assistent les trois personnes de la Sainte Trinité ainsi que la Sainte Vierge. Parfois il semble que l’âme est condamnée et l’on voit que le corps devient complètement noir à côté de l’âme qui est noire. Alors la Sainte Vierge apparaît: Elle intercède auprès de Son Fils: « Mon fils, je porte ici les bons fruits de cette âme ». Alors qu’il semblait que cette âme allait se damner, lorsque la Sainte Vierge apparaît devant le Seigneur, Elle se met à tirer des fruits de sa corbeille; parce que la Sainte Vierge a recueilli tous les fruits que cette âme a produits. Les fruits qui avaient le plus de valeur, c’était des fruits dont la couleur était blanche. La Sainte Vierge sortait petit à petit les fruits de son panier et Elle disait: « Oui Mon Fils, mais cette âme, ce qu’elle a fait, elle ne l’a pas fait avec l’intention de T’offenser. Elle n’avait pas la notion du péché ». Alors la Sainte Vierge commence à excuser l’âme et le Fils qui est si bon, intercède auprès du Père Eternel et le Père intercède à son tour auprès de l’Esprit-Saint; quant aux petites souillures qui demeurent sur cette âme, l’Esprit Saint les fond et ces souillures deviennent comme l’or. On voit alors le corps qui est resplendissant comme le soleil, avec des rayons et cette âme que le démon venait chercher, est entraînée par un Ange qui l’emmène à sa suite et elle se retrouve devant une porte. Là elle rencontre tous les Anges, les bienheureux, tous ceux qui sont arrivés au Ciel et qui l’attendent pour faire une grande fête dans le Ciel. Le démon est si déçu qu’il pousse un grand cri et disparaît. Dans les jugements, la Sainte Vierge intervient jusqu’à la fin, car Elle est notre Mère et une bonne Mère pour chacun de nous.

J’ai également eu la vision du Jugement dernier. C’est comme le film de chaque personne, le film que nous avons signé tout au long de notre existence. Alors on voit comment ressuscitent ceux qui sont morts comme ceux qui sont vivants: les uns sont totalement déformés par le péché, et on les reconnaît à la laideur de leur corps. Ceux qui sont en état de grâce sont très beaux, ils sont resplendissants! Ils sont différents parce que c’est le jugement dernier et Dieu enregistre chaque parole, chaque œuvre. Il y a un Ange qui enregistre tout au long du jour le film de notre vie pour que nous ne puissions pas nier ce que nous avons fait. Vous savez bien que nous sommes très portés à contester, nous avons maintes excuses…. Alors le Seigneur envoie un Ange pour enregistrer tous les moments de notre vie afin qu’au Jugement dernier, nous n’ayons pas d’excuses. Ce sera horrible, pour ceux qui sont en état de péché mortel de voir tout leur propre film. Ce sera une telle souffrance pour eux que ce sera horrible! Mais on verra tout par la déformation du péché: on verra ceux qui sont en état de grâce et ceux qui sont en état de péché mortel. Pensez que nous sommes des fils d’Adam et d’Eve et que nous portons en nous les mauvais penchants! Mais demeurons toujours dans les mains de Jésus et mettons-nous à l’abri sous le manteau de la Sainte Vierge. Jésus et Marie nous protègeront et nous aideront à cheminer sur le chemin que Dieu veut pour chacun d’entre nous. Et surtout n’ayez de rancœur vis-à-vis de personne, que ce soit envers un frère, envers des parents, envers des enfants…. Si parmi vous il y en a qui sont éprouvés par des enfants qui ne sont pas tels que vous le souhaiteriez, la Sainte Vierge l’a dit: Elle recueille toutes les larmes d’une mère et ces larmes ont de la valeur pour le salut de leurs enfants. Je m’adresse à vous mamans qui avez des enfants encore tout petits, apprenez-leur que Dieu existe, éduquez-les; de même que nous nous préoccupons pour le corps de nos enfants, lorsqu’ils vont en excursion, as-tu pris ton manteau, as-tu de quoi manger… disons-leur également: si tu vois un ermitage ou une église, entre et dis au Seigneur: Seigneur, je T’aime. Demandez à votre enfant: es-tu en état de grâce? T’es-tu confessé? Occupons-nous surtout de l’éternité de nos enfants, plus que de toutes ces choses matérielles. Beaucoup de mamans ne s’occupent pour leurs enfants que des choses du monde, mais à quoi leur serviront ces choses, s’ils n’ont pas Dieu? Ensuite ils iront chercher refuge dans d’autres choses parce que rien ne les comble. Mais s’ils ont Dieu, leur cœur est occupé et les autres choses du monde ne les affecteront pas. Si un jour, il n’y a pas classe, dites-leur: viens, on va aller à la Messe aujourd’hui. On se préoccupe beaucoup pour qu’ils aient de bonnes situations, de bons diplômes, on n’hésite pas à les envoyer en classe par n’importe quel temps. Eh bien, disons-leur: aujourd’hui, c’est Dimanche, on va aller remercier le Seigneur. N’oublions pas que lorsque notre cœur cessera de battre, l’âme volera vers Dieu, son Créateur. Et il ne faudrait pas que nous nous trouvions devant Dieu dénué d’amour envers Lui, face à l’Amour qu’il a pour nous! Que l’Amour que Dieu a pour nous se trouve face à face avec l’amour que nous Lui portons. Certains disent: moi, j’aime beaucoup Dieu mais le prochain, je ne l’aime pas. Il faut aimer Dieu et le prochain. Si nous le faisons, je crois que Dieu, nous recevra comme il faut. On ne peut pas aimer Dieu sans aimer les hommes, et aimer les hommes sans aimer Dieu, les deux choses vont de pair.

Observons ce Commandement de l’amour envers Dieu et envers notre prochain. Priez pour nous, afin que nos puissions réaliser tout ce que le Seigneur nous demande et surtout pour que s’étendent les Œuvres d’Amour et Miséricorde. Nous prenons des personnes nécessiteuses. Si vous avez un père ou une mère âgés, ayez une place pour eux dans votre maison, soignez-les vous-mêmes jusqu’à la fin de leurs jours et donnez-leur la plus belle pièce de votre maison. Si vous saviez dans quel état nous rencontrons les personnes que nous prenons! Nous prenons des personnes âgées qui sont méprisées par leurs enfants, nous les conquérons pour qu’elles cheminent vers l’éternité dans la paix et la sérénité. Il en coûte beaucoup parce qu’elles sont très blessées. Elles ont tout donné, et en échange, les enfants leur ont tourné le dos et les ont laissées dans la misère. Alors nous allons les chercher et nous les voyons abandonnées. Je crois qu’il nous manque cette vertu si grande: l’amour et la charité. Vos parents vous ont tout donné, moi je crois que les parents ont toujours des excuses, car ils aiment leurs enfants jusqu’à tout leur donner. Alors donnez-leur tout ce que vous pouvez. Parce qu’une mère, il n’y en a qu’une.

Un jour de Toussaint, j’étais au cimetière. Il y avait une jeune fille qui pleurait parce qu’elle avait perdu un enfant. Je comprends ta douleur lui dis-je, tu souffres beaucoup, mais tu es jeune et tu vas voir comment le Seigneur va t’en envoyer un autre. A une autre tombe, il y avait une jeune femme d’une trentaine d’années qui pleurait: qui as-tu perdu? Mon mari. Tu vas voir que Dieu va t’en donner un autre, lui dis-je. Je me suis approchée d’une fille de 16 ans qui pleurait amèrement et je lui ai dit: qui as-tu perdu? J’ai perdu ma mère. Je lui ai dit: oui, tu peux beaucoup pleurer parce que nous n’avons qu’une mère. Deux ans après le décès de son mari, la personne en avait trouvé un autre. Celle qui avait perdu un enfant, tomba enceinte. Celle qui avait perdu sa mère, était toujours devant la tombe de sa mère…. On a vu tellement de choses depuis que l’on a ces résidences et c’est si pénible de voir comment sont traitées les personnes âgées! On ne peut pas imaginer que les êtres humains puissent agir ainsi!

Merci à tous. Priez pour nous afin que nous sachions réaliser ce que le Ciel nous demande. C’est avec votre aide que nous y parviendrons. Nous aussi, de notre côté, nous prierons pour vous. »

(1) – D’un autre que Saint Antoine, cela peut vouloir dire aussi qu’il était si rapide que la sainteté ne l’a jamais rattrapé!

Source :

https://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/04/luz-amparo-les-causeries.pdf

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.