Luz Amparo Cuevas – L’enfer est un dogme de foi

Résultat de recherche d'images pour "luz amparo cuevas"

5 Janvier 2003

« Bonjour à tous! »

« Je commence par vous souhaiter une bonne et heureuse année. Qu’au cours de cette année, nous laissions de côté tout ce qui déplaît à Dieu dans notre vie; abandonnons le « vieil homme » et revêtons-nous de « l’homme nouveau » qu’est le Christ. Que chacun de nos cœurs soit un Tabernacle vivant dans lequel Jésus entre et où Il est protégé par notre amour et nos misères aussi parfois. Disons-Lui: « Seigneur, nous sommes remplis de misères, mais notre amour les surpasse. Vous qui êtes Miséricorde, appliquez-la sur toutes nos misères. Au cours de cette année, nous voulons être meilleurs de jour en jour; nous voulons renoncer à tous nos attachements au monde, nous détacher de tout ce qui est humain pour atteindre ce qui est divin. »
« Vous savez que lorsque notre cœur cesse de battre et que nous nous présentons devant Dieu, nous devons aller à Lui, libres de tout ce qu’il y a ici sur terre et souvent les obstacles pour aller vers Dieu sont l’admiration que nous avons pour bien des choses ici-bas, et nos propres idoles humaines. Notre unique idole doit être Dieu. Maintenant tout ce qui vient de cet amour de Dieu, nous devons le transmettre aux créatures. Ne soyons pas admirateurs des hommes, et ne méprisons pas Dieu comme nous le faisons souvent. Il arrive souvent que nous ne puissions nous passer d’un être qui nous est très cher, ou d’une personne qui nous plaît; ces personnes nous leur accordons une grande place dans notre vie et cependant, comme nous nous passons de Dieu! Comme notre cœur est superficiel envers Dieu! Si vraiment nous aimions Dieu de tout notre cœur et de toutes nos forces, Il serait à la première place dans notre vie, Lui et ses affaires; à la seconde place, ce serait Lui; à la troisième place, ce serait encore Lui. Et ce n’est qu’après avoir placé le Père, le Fils et le Saint Esprit, qu’il y aurait tout le reste. Mais malheureusement, nous sommes davantage sur terre qu’au Ciel. Et pensons que chaque jour nous nous rapprochons davantage du Ciel. Et souvent ce qu’il y a dans le monde et ceux qui sont dans le monde constituent pour nous un obstacle sur notre chemin vers le Ciel. »
« Mais si nous aimons vraiment Dieu, nous aimons notre prochain. Et l’on ne peut aimer Dieu sans aimer son prochain. On ne peut non plus aimer le prochain sans aimer Dieu. C’est pourquoi, au début de cette année, disons: « Seigneur je vais renoncer à tout ce qui est un obstacle pour aller vers Toi». Et faisons ce renoncement devant le Tabernacle. Et devant le Tabernacle, nous allons apprendre de Jésus. Il est venu du Ciel sur la terre sans amener avec Lui tous ses anges; Il n’a rien amené de ce qu’il aimait, Il est venu seul et le Verbe s’est fait chair pour habiter parmi les hommes et les enseigner. Ses trente années de vie cachée constituent le plus bel enseignement qu’il nous ait donné: à la maison de Nazareth, Il nous enseigne l’Obéissance; comme Il se cachait, Il n’a jamais voulu briller devant les hommes jusqu’à ce que l’heure soit venue. En ce temps-là, les Rois jouissaient d’une position éclatante – ils étaient des ”centres” – Lui qui était Roi du Ciel et de la Terre vivait caché. Et l’on disait: Regardez comme le nazaréen ressemble à sa Mère. Quel homme! Quel exemple! Il va de son travail à sa maison et de sa maison à son travail! Et tout cela Il l’a fait par amour pour nous, pour nous donner l’exemple de l’obéissance et de la vie cachée; pour que nous ne vivions pas comme nous aimons souvent, être des coupoles dorées vers lesquelles tout le monde se dirige, que tout le monde regarde et applaudit. Moi je dis souvent: il faut être ‘le balai’ Voyez le bon service que rend le balai; une fois utilisé, on le met au placard! Et nous, nous aimons être les protagonistes, les centres. Or c’est Dieu qui est le Centre. Et nous, nous sommes les adorateurs de ce Centre.

 « Nous devons prendre exemple depuis la naissance de Jésus jusqu’à sa mort sur la Croix. Il n’est pas venu sur terre pour s’attacher à qui que ce soit, mais pour nous aimer tous et mourir pour tous les hommes. Nous, nous avons un cœur, mais nous l’avons parfois uniquement pour les nôtres et pour nos « affaires »; et que surtout personne ne touche à ‘‘nos affaires”, car quoiqu’on dise, pour ce qui est de nos affaires, on passe sur tout! Mais quand l’on nous reprend, dans quel état nous nous mettons! Nous ne sommes pas en mesure d’accepter la correction, celle qui est attendue comme celle qui ne l’est pas! Et notre cœur, nous l’avons pour aimer tout le monde. Lorsque nous ressentons des différences et des préférences, cela signifie que le cœur va mal. Le Seigneur ne nous a pas dit: « Avec ce cœur aime ta femme; avec ce sœur, aime ton père… ta mère ». Non, Il nous dit: « Ce cœur est de chair pour aimer tout le monde ». Mais comme nous observons peu (ce que le Seigneur nous demande)! Mais ce cœur nous trahit et peut être la cause de notre mort éternelle. Aussi pratiquons la charité et soyons humbles. »

« Quant à l’orgueil, laissons-le de côté. Une parole méchante envers un être humain peut beaucoup blesser! De même que nous aimons parler comme il se doit à nos proches, de même parlons à tout le monde avec humilité et charité. Nous devons d’abord penser qu’il faut marcher comme il faut en présence de Dieu – parce que ce dont le Seigneur se plaint le plus, ce sont les péchés d’impureté, les péchés de la chair qui L’offensent tellement. Celui qui tombe dans la luxure, tombe immédiatement dans l’orgueil. Etant tombé dans l’orgueil, il tombe dans la désobéissance. Celui qui est désobéissant commet ensuite tous les autres péchés. C’est par ce péché-là (le péché d’impureté) que le monde est dans situation où il se trouve aujourd’hui. Soyons des temples de l’Esprit Saint: le Seigneur et la Sainte Vierge le demandent souvent. Ils nous demandent la pureté et nous, nous ne donnons pas d’importance à cette vertu. Mais si nous sommes purs, candides comme l’était St Jean, nous attirerons les autres à Jésus. Ce qui attirait Jésus en St Jean, c’était sa propreté, sa pureté. Quelquefois on rencontre des personnes qui sont tellement embourbées dans la chair que l’on ressent comme une barrière envers elles, car elles ne vivent que pour la chair. Elles parlent beaucoup de Dieu mais elles ne vivent que pour elles- mêmes. Et souvent l’on ressent comme une sorte d’écran entre elles et nous. Le signe distinctif pour le prêtre est donc aussi une barrière, un écran qui lui permet d’éviter le péché et l’empêche de fréquenter certains lieux. »
« Nous devons prier pour qu’il y ait de saints prêtres, pour qu’ils comprennent que l’Evangile est le même hier, avant-hier et aujourd’hui. Et il sera toujours le même car nous ne pouvons rien changer de ce qui est écrit dans l’Evangile. Dans l’Evangile, le Seigneur parle du Ciel et de l’Enfer. On ne peut pas cacher l’Enfer alors qu’il existe. C’est un Dogme de Foi. Maintenant si nous, nous entendons que l’Enfer n’existe pas, alors nous allons tous tuer, voler, mentir et comme seul le Ciel existe eh bien à la fin, on va tous recevoir la même récompense! Alors pourquoi se consacrer aux autres, se sacrifier! S’il n’existe que le Ciel, on va passer du bon temps, vivre bien sa vie pour recevoir la même récompense que tous les autres! L’Enfer est un Dogme de Foi et il faut accepter ce qui est écrit dans l’Evangile. Quand on leur parle de ce Dogme, certaines personnes se rebellent au lieu de méditer et de dire: oui c’est vrai, c’est un Dogme de Foi. Et moi, en tant que membre de l’Eglise, je dois expliquer aux autres les vérités qui sont contenues dans l’Evangile. Je n’ai rien à y mettre qui soit de mon crû. Mais je dois expliquer les vérités. La Vérité c’est le Christ. Parfois, parce qu’on dit la vérité, on est persécuté, calomnié et haï. Mais le Seigneur vient nous rappeler: « Mes enfants, vivez l’Evangile tel qu’il est écrit ». Et nous devons obéir à ce que Dieu nous demande. Mais personne ne doit inventer…. Car comme dit le Seigneur: « Ce qui est écrit, est écrit ». Nous, catholiques pratiquants, nous pouvons nous aider les uns les autres, nous pouvons prier pour les prêtres, qui sont des ministres de Dieu et des conducteurs de Dieu même s’ils ont des faiblesses et des défauts comme nous; mais prions pour eux, ne les critiquons pas; aidons-les en priant à genoux devant le Saint Sacrement: « Seigneur, ils sont faibles eux aussi, donne-leur la force ». Cela n’enlève rien à la compréhension de l’Evangile ».

« En cette année qui vient de commencer, sachons tous être unis dans l’amour de Dieu et que notre cœur s’enflamme de cet amour que nous pourrons transmettre aux autres. Et surtout que la Foi ne chancelle jamais en nous mais accrochons-nous au manteau de la Sainte Vierge. Elle est une très bonne mère, très grande, qui nous conduit à Jésus. Et ne cessons pas de recevoir Jésus-Christ en nous. Il est la Force, le Chemin, la Vérité et la Vie. On reconnaîtra que nous sommes tous enfants de Dieu par ce sceau de l’amour, de la charité, du dévouement aux autres; c’est par là que l’ont peut nous reconnaître et que nous pouvons nous unir sans distinction de classe; personne n’est au-dessus de qui que ce soit; Dieu est au-dessus de nous.

Mais nous sommes tous frères dans le Christ et cela doit se voir sur nous. Surtout que les familles restent unies et que Jésus règne dans les foyers! Surtout ne nous séparons pas de toutes ces personnes qui peuvent beaucoup nous aider et en nous transmettant la Foi! »

« Je crois que nous avons parlé des points essentiels qui font partie des Messages. Le Seigneur nous répète toujours que nous soyons tous UN et que nous ayons la même façon de penser et d’œuvrer. Et surtout lorsque nous voyons un besoin, une nécessité, soyons disposés à aider, vous là-bas et nous ici. Nous sommes tous unis même si beaucoup de kilomètres nous séparent, nos esprits sont unis par Dieu. Et là où vous êtes, donnez le bon exemple et sachez aider les nécessiteux et aimez chaque jour davantage. Et si le Seigneur vous envoie des épreuves physiques ou morales – par moment Il en envoie de bien grandes – regardez toujours le Ciel et ne vous en détournez jamais, même si elles sont douloureuses. Disons: « Seigneur, Vous êtes passé par la souffrance la plus grande, celle de la Croix »; c’est une chose qu’il faut souvent se répéter: Jésus n’est pas venu pour donner des applaudissements mais Il est venu pour souffrir sur la Croix et tout cela par amour pour les hommes. Le plus grand bourreau du Christ a été l’amour. Jésus a laissé le sceau patent que c’est l’amour qui unit et que la souffrance est rédemption. Alors ne désespérez jamais dans l’épreuve aussi dure soit-elle. Mais dites: « Seigneur, comme Tu te souviens de moi parce que Tu me fais souffrir et tu veux que je participe avec Toi par ma souffrance à la rédemption du monde. La Rédemption du monde est venue par la souffrance. Ta plus grande douleur a été que malgré ta mort, Tu ne pourrais pas racheter tous les hommes! Combien d’êtres humains ont méprisé et méprisent encore ton sang et repoussent la croix! Voilà quelle a été ta plus grande souffrance, Seigneur. Moi, je veux être ton cyrénéen et T’aider à sauver des âmes ».

« Nous Catholiques, nous ne devons pas avoir honte parce que nous sommes enfants de Dieu. Ayons honte d’être des brigands ou malfaiteurs parce que nous sommes de mauvais chrétiens mais n’ayons pas honte de dire « Je suis Catholique ». Ne renions jamais le Christ. Vous savez ce que dit le Christ: « Celui qui me reniera devant les hommes, Moi Je le renierai devant mon Père ». C’est pourquoi nous ne pouvons pas renier que nous sommes des enfants de Dieu. Méditez sur cela: Etre enfant de Dieu et dites: « Dieu mon Père ». C’est le plus grand orgueil et le plus grand bonheur que peut avoir l’être humain: être enfant de Dieu, parce que nous avons tous une âme que Dieu a tenue dans ses mains. Et le jour où nous fermerons les yeux et que notre cœur aura cessé de battre, l’âme va vouloir voler vers Dieu. Il lui faudra être libre de tout ce qui est humain et terrestre, et détaché de ses affaires domestiques et du sang. Parfois les affaires domestiques et le sang sont des empêchements pour parvenir à Dieu: en effet, nous avons beaucoup de temps pour le foyer, la famille; quant aux affaires de Dieu, nous les laissons toujours à la dernière place…. Regardez bien, chaque jour il y a une association catholique qui se réunit, ou des réunions ou des fêtes quelconque: la réunion dans laquelle on va parler de Dieu, pour apprendre à être unis, on n’y va pas, par contre on va choisir en premier lieu de participer à la fête… Nous ne mettons jamais Dieu à la première place dans notre vie, mais nous mettons d’abord les hommes. Si nous avions tous la même façon de penser, de sentir, tous unis, nous pourrions dire: la moitié de notre temps, nous allons le consacrer aux hommes et l’autre moitié à Dieu. Hélas, nous faisons d’abord ce qui nous plaît et ce qui concerne Dieu, nous le laissons de côté. »

« Dorénavant nous devrons mettre en pratique le premier Commandement: « Aimez Dieu par-dessus tout ». Et ensuite « aimez le prochain comme soi-même ». C’est pourquoi les âmes qui se consacrent à Dieu doivent réfléchir au chemin qu’elles ont choisi. « Honorer son père et sa mère », c’est aimer sa famille, mais il ne faut pas que cela soit à la première place; je crois qu’il y a quelque chose qui ne va pas bien. Plus nous nous approchons de Dieu, plus nous saurons aimer ceux qui nous entourent d’un amour désintéressé, qui n’est pas égoïste, et qui ne demande rien en échange. Mais l’amour qu’il y a aujourd’hui dans les foyers n’est jamais gratuit, c’est un amour en échange de quelque chose, en échange de l’argent, de la chair, ce n’est jamais un amour gratuit, tout n’est qu’un échange de Dieu nous donne l’Amour et nous envahit de ce parfum rempli de beauté et de grandeur. Et malheureusement nous sommes plus attirés par l’humain que par le divin. »

«Ne confondons pas les choses: d’abord occupons-nous de Dieu et ensuite des hommes. Le Seigneur m’a souvent dit: « Ma fille, toi occupe-toi de mes affaires, et Moi Je m’occuperai des tiennes ». Alors je me suis mise dans les mains de Dieu et Il s’est occupé de moi. Je vais vous raconter une anecdote. J’ai sept enfants et mon mari était très souvent malade. J’ai passé de très mauvais moments du point de vue économique et j’ai travaillé dur pour élever mes enfants. Il y avait des moments où je me trouvais sans argent. Et je disais: « Mon Dieu, aujourd’hui je n’ai pas d’huile et je n’ai pas l’argent nécessaire pour en acheter ». Et le Seigneur m’a dit: « Ne t’inquiète pas et occupe-toi de mes affaires ». En effet, un jour, je devais descendre pour parler de Dieu à certaines personnes venues de l’extérieur. J’ai dit à la plus jeune de mes filles, Mari Carmen: « Je vais parler à des gens mais ne t’inquiète pas, Dieu nous enverra quelque chose ». J’ai donc parlé sans me presser et sans me préoccuper car j’étais convaincue que le Seigneur m’aiderait. Tandis que la réunion touchait à sa fin, ma fille m’appelle: « Maman, une dame est venue porter un bidon de cinq litres d’huile ». Et je lui ai dit: « ma fille, je te disais bien de ne pas te préoccuper et vois comme Dieu s’est occupé de nous.

« Maman, dois-je prendre le bidon? » me demande ma fille.
« Oui, prends-le car c’est le Seigneur qui nous l’envoie », lui ai-je répondu.
C’était de l’huile, c’était la seule chose qui me manquait. Eh bien, le Seigneur s’en est chargé; personne ne savait qu’il me manquait de l’huile. Voyez donc qu’il faut avoir la Foi! Le Seigneur m’a envoyé exactement ce dont j’avais besoin. Et je pourrais vous raconter bien d’autres anecdotes encore! Il y en a eu tellement que l’on pourrait écrire un livre! Il ne faut pas s’endormir en disant: le Seigneur va s’occuper de tout. Mais il faut s’occuper des choses de Dieu et Lui s’occupera des vôtres, comme Il me l’a dit: « Je prendrai soin de tes affaires ».

« Alors ayons toujours notre cœur en Dieu. Il saura toujours ce dont nous avons besoin. Un père s’occupe de son foyer, de ses enfants. Et Lui qui est Dieu, comment ne va-t-il pas s’occuper de tout ce qui nous concerne! Et Il voit tout. Si nous avions toujours présent à l’esprit que Dieu voit tout et qu’il nous entend, comme le monde irait mieux! Nous disons souvent que Dieu ne nous voit pas, nous avons honte de n’importe quel être humain et nous n’avons pas honte de Dieu! Quand je suis avec Dieu, j’essaie toujours de Lui parler. Mes œuvres doivent être bonnes parce que je sais qu’il est présent, qu’il me voit et je ne peux faire n’importe quoi. Si chacun pensait que Dieu est présent, le monde serait un paradis! Dieu règnerait en nous et nous ne commettrions pas tous ces vilains péchés qui offensent Dieu. Pensons donc toujours à Lui car Il pense toujours à nous. Et la liberté que Dieu nous a donnée, convertissons-la en vertu. Et disons toujours: « Seigneur, j’ai tellement de peine de T’offenser que je voudrais Te peiner de moins en moins chaque jour ».

« Je vous souhaite une bonne et heureuse année. Que le Seigneur vous donne ce qu’il voudra et c’est justement ce qu’il voudra qui vous conviendra le mieux ».

Source :

https://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/04/luz-amparo-les-causeries.pdf

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.