Texte de la déclaration – La déclaration finale de la Conférence de Rome

Le Pape ayant été reconnu hérétique, voici  : La déclaration finale de la Conférence de Rome
sur « Où va l’Église » répond aux dubia

 Texte de la déclaration

par : Diane Montagna

SOURCE : Life Site News
Le samedi 7 avril 2018 – 12 :41 PM EST

« Par conséquent, nous témoignons et confessons … »
Déclaration finale de la Conférence « Église Catholique, où vas-tu ? »
Rome, le 7 avril 2018

En raison des interprétations contradictoires de l’Exhortation Apostolique Amoris laetitia, le mécontentement croissant et la confusion se répandent parmi les fidèles à travers le monde.

La demande urgente d’une clarification soumise au Saint-Père par environ un million de fidèles, par plus de 250 érudits et par plusieurs Cardinaux, n’a reçu aucune réponse.

Au milieu du grave danger qui menace la Foi et l’unité de l’Église, nous, baptisés et confirmés membres du Peuple de Dieu, sommes appelés à réaffirmer notre Foi Catholique.

Le Concile Vatican II nous autorise et nous encourage à le faire en déclarant dans Lumen Gentium, n. 33 : « Ainsi, tout laïc, en vertu des dons qui lui ont été faits, constitue un témoin et en même temps un instrument vivant de la mission de l’Église elle-même, « à la mesure du don du Christ » (Éphésiens 4, 7).

Le Bienheureux John Henry Newman nous encourage également à le faire. Dans son essai prophétique « Sur la consultation des fidèles en matière de Doctrine » ( 1859 ), il a parlé de l’importance du laïcat qui témoigne de la Foi.

Par conséquent, conformément à la Tradition authentique de l’Église, nous témoignons et confessons que :

  1. Un mariage ratifié et consommé entre deux baptisés ne peut être dissous que par la mort.

  2. Par conséquent, les Chrétiens unis par un mariage valide qui se joignent à une autre personne pendant que leur conjoint est encore en vie commettent le grave péché d’adultère.

  3. Nous sommes convaincus qu’il existe des commandements moraux absolus qui obligent toujours et sans exception.

  4. Nous sommes également convaincus qu’aucun jugement subjectif de conscience ne peut rendre un acte intrinsèquement mauvais bon et licite.

  5. Nous sommes convaincus que le jugement sur la possibilité d’administrer l’absolution sacramentelle ne repose pas sur l’imputabilité du péché commis, mais sur l’intention du pénitent d’abandonner un mode de vie contraire aux Commandements Divins.

  6. Nous sommes convaincus que les personnes divorcées et remariées civilement et qui ne veulent pas vivre dans la continence vivent dans une situation objectivement contraire à la Loi de Dieu et ne peuvent donc pas recevoir la Communion Eucharistique.

Notre Seigneur Jésus-Christ dit : « Si vous restez fidèles à Mes Paroles, vous êtes vraiment Mes disciples ; ainsi vous connaîtrez la Vérité et la Vérité vous rendra libres ». (Jean 8, 31-32).

Avec cette confiance, nous confessons notre Foi devant le Pasteur Suprême et l’Enseignant de l’Église et devant les Évêques, et nous leur demandons de nous confirmer dans la Foi.

 

http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2018/04/la-declaration-finale-de-la-conference.html

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.