Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -17 –

Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna -17-

 

2) Qu’est-il advenu de la « Tolérance Zéro »
pour les délinquants sexuels dans le clergé ?

Au moment où le public a été mis au courant du rapport de Herranz et Tomko, ce que l’on appelait dans la presse la « mafia gay » ou « lobby gay » au Vatican était déjà largement présumé. Le phénomène de l’homosexualité répandue parmi le clergé et les évêques était connu du public depuis 2001, lorsque le Boston Globe a lancé une série d’exposés, lançant les « scandales d’abus sexuels du clergé » qui ont constitué une grande partie du paysage catholique depuis lors. La nature de l’abus a été confirmée par le rapport John Jay, une enquête commandée par la Conférence des Évêques Catholiques des États-Unis, publié en 2004, qui a révélé que plus de 80% des victimes étaient des adolescents de sexe masculin (58). En 2004, des rapports avaient également commencé à sortir des diocèses du monde entier, avec des résultats similaires ; l’Église, de quelque niveau que ce soit, avait un énorme problème. En 2012, les diocèses et les conférences épiscopales nationales de l’Australie, du Canada, de l’Argentine, du Brésil, du Chili et du Mexique, des Philippines, de l’Inde et de la plupart des pays d’Europe avaient tous fait état de cette tendance désormais bien connue.

Le Rapport de John Jay couvrait la période 1950-2002 et concluait que les plaintes avaient atteint un sommet à une période coïncidant avec la mode d’ignorer ou de réécrire les directives d’admission au séminaire pour permettre aux homosexuels d’étudier et d’être ordonnés prêtres – les années 1960 à 1980 – une période qui peut être comparée à la Révolution Sexuelle interne de l’Église Catholique. Cette vague mondiale de permissivité sexuelle à la mode qui s’est manifestée dans les années 70 aurait fait perdre la crédibilité du Vatican. Bien que François ait enterré le rapport Herranz et Tomko, les paramètres généraux du problème sont devenus clairs avec le Vatileaks de 2012, révélant un réseau homosexuel étendu et bien financé, fonctionnant à partir de la Curie. Les documents révélaient que des fonctionnaires de la Curie avaient approuvé à Rome l’utilisation de propriétés appartenant au Vatican comme maisons closes gays destinées à la clientèle sacerdotale. Les récits à Rome des prélats du Vatican proposant des séminaristes et faisant pression sur le jeune clergé sont légion. Compte tenu de cette situation, il n’est pas surprenant qu’un homme aussi dévoué aux machinations populistes que Jorge Bergoglio prenne publiquement la ligne du « qui suis-je pour juger ».

Malgré les tentatives de la presse laïque d’accuser rétroactivement le Pape Benoît XVI, les archives montrent que l’ancien chef de la CDF avait entrepris des réformes importantes et efficaces, décrites aux États-Unis comme une « politique de tolérance zéro ». Les abus sexuels à l’égard de mineurs, du moins en 2001, étaient encore un sujet susceptible de susciter l’indignation du public, et les demandes de réforme étaient fortes. Mais même à cette époque, le lobby homosexuel, devenu mondial après son adoption par les ONG de l’ONU et de l’UE, avait déjà fait d’énormes progrès dans la gestion de son image. Les médias séculiers ont collaboré, créant une distinction artificielle entre les « pédophiles du clergé » sinistres et effrayants qui s’attaquent aux enfants préadolescents, garçons et filles, et la nouvelle image fraîchement épurée de « l’homme gay » moralement acceptable. La preuve était démontrée que le lobby LGBT travaillait également à abaisser l’âge légal du consentement au niveau des garçons à 14 ans, ceux-ci étant préférés par les agresseurs homosexuels du clergé (59). Dans le contexte de ces grands bouleversements culturels et de la réalité du Vatican, il est peut-être compréhensible que les réformes du Pape Benoît XVI – qui incluaient l’interdiction des hommes homosexuels au sacerdoce (60) – aient si peu profité, avant même qu’elles ne soient renversées par son successeur.

Selon les données présentées par la CDF à la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies en janvier 2014, Benoît XVI avait défroqué ou suspendu plus de 800 prêtres pour abus sexuels passés entre 2009 et 2012. Il s’agissait notamment du célèbre Père Marcial Maciel, le fondateur influent des Légionnaires du Christ qui, sous le pape précédent, avait bénéficié de l’immunité d’investigation. En 2011, la CDF a adressé une lettre aux Conférences épiscopales du monde entier pour leur demander d’adopter des lignes directrices rigoureuses sur la manière de répondre aux allégations qui incluraient l’aide aux victimes, la protection des mineurs, l’éducation des futurs prêtres et religieux, et la collaboration avec les autorités civiles. Les lignes directrices exigeaient que les évêques transmettent tous les nouveaux cas aux autorités civiles et à la CDF. Dans une lettre pastorale adressée en mars 2010 aux Catholiques d’Irlande, Benoît XVI a critiqué l’application laxiste des lois de l’Église par les évêques, dont les échecs avaient « sérieusement miné votre crédibilité et votre efficacité ». Il a noté une « tendance malavisée » contre l’application de châtiments canoniques qui, selon lui, était due à « des interprétations erronées du Concile Vatican II ».

Mais ces lignes directrices n’étaient que des réitérations de réformes antérieures sur lesquelles Ratzinger avait insisté en tant que chef de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. En avril 2001, quelques mois seulement après que les scandales eurent commencé à éclater, le Pape Jean-Paul II publia des normes (61) qui imposaient aux évêques l’obligation de rapporter toutes les accusations de « delicta graviora » (délits graves) commis par les clercs contre le sixième Commandement à la CDF, une compétence retirée à la Congrégation pour le Clergé et à la Rote Romaine. Trois semaines plus tard, Ratzinger avait envoyé une lettre à tous les évêques du monde catholique, leur rappelant les normes et insistant sur leur mise en œuvre.

L’action la plus décisive du Pape Benoît XVI a été prise dans le cas longtemps négligé du Père Marcial Maciel, fondateur de l’ordre sacerdotal immensément riche, les Légionnaires du Christ. Les plaintes et les accusations s’étaient accumulées contre Maciel depuis des décennies, mais le public n’était guère préparé à l’horrible réalité – la tromperie que Maciel avait perpétrée pendant des décennies – qui a finalement émergé. Pendant le pontificat de Jean-Paul II, les Légionnaires et Maciel ont bénéficié de la faveur du pape et de l’appui de son puissant Secrétaire d’État, le Cardinal Angelo Sodano, qui aurait reçu des sommes énormes de la part du groupe. En 2004, près de la fin du pontificat de Jean-Paul II, Ratzinger avait ordonné la réouverture de l’enquête de la CDF sur Maciel et était finalement convaincu que les allégations étaient fondées après que son bureau eut interrogé plus de 100 anciens séminaristes et prêtres. Maciel a quitté la tête de la Légion quelques jours seulement avant la mort de Jean-Paul II, à l’occasion des funérailles duquel le Cardinal Ratzinger a sévèrement critiqué la « crasse » de l’abus sexuel clérical qui s’était développé dans l’Église.

L’enquête s’est poursuivie après l’élection du Pape Ratzinger et, en mai 2006, la CDF a ordonné à Maciel de « renoncer à toute forme de ministère public » et de se retirer à « une vie consacrée à la pénitence et à la prière » ; Maciel est mort en 2008. En fin de compte, il s’est avéré que le fondateur de la Légion avait mené une double vie pendant des décennies ; dépendant de la morphine, abusant sexuellement de garçons et de jeunes hommes, gardant trois maîtresses dans deux pays et engendrant six enfants d’elles, le tout à l’abri de la dévotion cultuelle de l’ordre au fondateur ; soutenu par de l’argent donné à la Légion pour des œuvres de religion.

Avec la succession de Benoît XVI, même ceux qui n’étaient pas enclins à soutenir le côté « conservateur » de l’Église ont ressenti un profond changement. Michael Sean Winters, chroniqueur au National Catholic Reporter, a félicité Benoît XVI pour avoir mis l’accent sur ceux qui avaient couvert les coupables. Il a qualifié l’accent mis précédemment sur les agresseurs « d’approche totalement inefficace ». La maltraitance des mineurs, a-t-il dit, « était horrible », mais « ce qui a vraiment donné lieu à un sentiment de trahison, c’est que les évêques n’ont pas réagi à cet abus avec l’horreur appropriée ».

« La volonté de Benoît XVI de demander des comptes aux évêques est ce qu’il faut pour redresser l’Église », a dit Winters. « Le pape Benoît le comprend. Et il a prévenu que les évêques qui ne le feraient pas seront remplacés. » Cela a été confirmé quelques jours avant que la démission de Benoît XVI ne prenne effet par un haut responsable du corps diplomatique du Vatican, l’Archevêque Miguel Maury Buendia, qui a dit (62) : « Ce Pape a enlevé deux ou trois évêques par mois à travers le monde… Il y a eu deux ou trois fois où ils ont dit non, et le Pape les a simplement retirés. »

Malgré les déclarations verbales du nouveau pape, cette réforme de la responsabilité semble s’être évaporée avec la démission de Benoît XVI. En fait, pour ceux qui étaient attentifs, François commença immédiatement à signaler la nouvelle direction en choisissant d’honorer l’un des plus célèbres évêques responsables ; comme on l’a noté plus haut, le Cardinal Danneels apparut avec le nouveau pape sur le balcon de la Basilique Saint-Pierre le soir de l’élection.

Anne Barrett Doyle, co-directrice de Bishop Accountability, a fait remarquer : « Aucun autre pape n’a parlé aussi passionnément du mal de l’abus sexuel des enfants que François. Aucun autre pape n’a invoqué aussi souvent la tolérance zéro. » (63)Pourtant, au nom de son thème préféré, la « miséricorde », François rompt résolument avec le programme de réforme Ratzinger/Benoît XVI, réduisant la peine pour les prêtres abuseurs à « une vie de prière » et à des restrictions sur la célébration de la Messe. En février 2017, il fut révélé que François avait « tranquillement réduit les sanctions contre une poignée de prêtres pédophiles, appliquant sa vision d’une église miséricordieuse même à ses pires contrevenants » (64).

Un cas particulièrement notoire a été la décision de François d’annuler les peines infligées par la CDF au prêtre Italien Mauro Inzoli, qui a été reconnu coupable en 2012 par un tribunal ecclésiastique d’avoir abusé de garçons dès l’âge de douze ans et suspendu a divinis. Inzoli avait particulièrement irrité les Italiens pour l’impudence de son comportement – il a abusé des garçons dans le confessionnal et les a convaincus que sa maltraitance était approuvée par Dieu – et son amour d’un style de vie cher, ce qui lui a valu le surnom de « Don Mercedes » dans la presse.

Mais en 2014, à la suite d’un appel lancé par les amis d’Inzoli à la Curie, François réduisit la peine du prêtre à une « vie de prière » et à une promesse de ne pas s’approcher des enfants, lui donnant la permission de célébrer la Messe en privé. François lui ordonna également de suivre cinq ans de psychothérapie, une approche médicalisée privilégiée par les évêques au plus fort de la crise de l’abus sexuel qui démontra qu’elle avait peu d’effet.

Les deux amis curiaux d’Inzoli devinrent des personnages importants dans les altercations ultérieures entre François et ses critiques au sein du collège des cardinaux sur Amoris Laetitia : le Cardinal Coccopalmerio, ancien évêque auxiliaire du Cardinal Martini, qui est président du Conseil Pontifical pour les Textes Législatifs et Monseigneur Pio Vito Pinto, aujourd’hui doyen de la Rote Romaine (65). Ces deux prélats ont joué un rôle clé dans le soutien de François contre les critiques de son Exhortation Apostolique, Amoris Laetitia, dont le Cardinal Müller, préfet de la CDF. Un journaliste a commenté : « Le Pape François, suivant les conseils de son groupe d’alliés formant club dans la curie, insiste pour annuler les réformes qui ont été instituées par ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI dans le traitement des cas de prêtres abuseurs. » (66)

Cette clémence, cependant, a échoué et après des plaintes de la ville natale d’Inzoli, Crémone, la police a rouvert le dossier contre lui. Il a été jugé et condamné à quatre ans et neuf mois de prison pour « plus d’une centaine d’épisodes » de violence contre cinq garçons âgés de 12 à 16 ans. Quinze autres infractions dépassaient le délai de prescription. Après la condamnation d’Inzoli devant les tribunaux civils, le Vatican entama tardivement un nouveau procès canonique.

Les rumeurs selon lesquelles François a l’intention de rétablir la compétence pour les cas d’abus sexuels du Cardinal Müller à la Rote et à la Congrégation pour le Clergé ont continué à circuler jusqu’au renvoi du cardinal en juillet 2017. Nicole Winfield, d’Associated Press, a noté que François avait également annulé un projet de tribunal d’évêques, demandé par sa propre commission d’abus sexuels, et avait renvoyé sommairement deux des membres du personnel de la CDF chargés de ces affaires, refusant de donner des raisons au Cardinal Müller. L’autre suggestion de la commission, des lignes directrices pour les diocèses sur le traitement des réclamations pour abus, n’a jamais été envoyée aux conférences épiscopales, ni même publiée sur les sites Internet du Vatican. La nouvelle approche de François a également été critiquée par une victime survivante dans le cadre de sa propre commission consultative sur l’abus sexuel. Marie Collins, qui a par la suite démissionné de la commission, citant une culture vaticanienne d’obstruction et d’inaction bureaucratique, a déclaré que la solution médicale était inappropriée. « Tous ceux qui commettent des abus ont pris la décision consciente de le faire », a déclaré Collins à Associated Press. « Même ceux qui sont pédophiles, vous diront les experts, sont toujours responsables de leurs actes. Ils peuvent résister à leurs inclinations. »

Le cas d’Inzoli n’est pas isolé. Winfield a écrit que « deux avocats canonistes et un fonctionnaire de l’église » lui ont dit que le pape qui met l’accent sur la « miséricorde » a créé un environnement dans lequel « plusieurs » prêtres en vertu de sanctions canoniques imposées par la CDF ont fait appel avec succès à François pour la clémence par le biais de puissants liens curiaux. L’official anonyme a noté que de tels appels avaient rarement été couronnés de succès avec Benoît XVI, qui avait retiré plus de 800 prêtres du ministère.

Des questions subsistent quant aux connaissances et à l’implication de Bergoglio dans le cas de décennies d’abus sexuels commis par des prêtres à l’Institut Antonio Provolo, une école pour enfants sourds en Argentine et à Vérone, en Italie. Nicola Corradi et Horacio Corbacho ont été arrêtés en 2016 en Argentine, après que 24 anciens étudiants de l’institut eurent déposé plainte, à partir de 2009. Bien que le diocèse de Vérone se soit officiellement excusé auprès des victimes italiennes du même prêtre à l’école de l’institut de Vérone, après que le Vatican de Benoît ait ordonné une enquête, le Vatican de François n’a rien fait depuis. Ceci même après que les étudiants aient nommé Corradi de nouveau dans une lettre à François en 2014 lui demandant une commission d’enquête. La seule réponse que le groupe ait jamais reçue de Rome a été une note de l’Archevêque Angelo Becciu qui a dit que la demande d’une commission avait été transmise à la Conférence épiscopale italienne. L’Association Provolo a déclaré à Associated Press en 2016 : « À ce jour, rien ne s’est passé. »

« Nous devons nous demander : le Pape, qui a été pendant de nombreuses années le primat de l’Église Argentine, ne savait-il rien des abus commis dans son pays ? » Un avocat canoniste du groupe, Carlos Lombardi, a déclaré à la presse : « Soit il vit en dehors de la réalité, soit c’est extrêmement cynique… c’est une moquerie. » (67)


(58) Dans une déclaration lue par l’Archevêque Silvano Maria Tomasi au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies le 22 septembre 2009, le Saint-Siège a déclaré que la majorité des membres du clergé catholique qui avaient commis des actes d’abus sexuels ne devraient pas être considérés comme des pédophiles, mais comme des homosexuels attirés par les rapports sexuels avec des adolescents de sexe masculin. La déclaration disait qu’au lieu de la pédophilie, « il serait plus juste de parler d’éphébophilie ; étant une attirance homosexuelle pour les adolescents de sexe masculin… De tous les prêtres impliqués dans les abus, 80 à 90 % appartiennent à cette minorité d’orientation sexuelle qui est sexuellement engagée avec des adolescents de 11 à 17 ans. »

(59) Peter Tatchell, le militant homosexuel le plus en vue du Royaume-Uni, a été l’un des critiques les plus virulents des « prêtres pédophiles » catholiques. En 2010, il était parmi ceux qui s’opposaient à la visite du Pape Benoît XVI en Grande-Bretagne, l’accusant d’avoir couvert les agresseurs. La même année, Tatchell, qui a écrit que « tous les rapports sexuels impliquant des enfants ne sont pas forcément désirés, abusifs et nocifs », préconisait de réduire l’âge légal du consentement pour permettre aux hommes adultes de s’engager dans des activités homosexuelles avec des jeunes de 14 ans.

(60) « L’Instruction concernant les critères de discernement des vocations à l’égard des personnes homosexuelles en vue de leur admission au séminaire et aux ordres sacrés » de la Congrégation pour l’Éducation Catholique, approuvée par le Pape Benoît XVI le 31 août 2005.

(61) Le Motu Proprio « Sacramentorum Sanctitatis Tutela » était une reformulation de la Constitution Apostolique sur la Curie Romaine, « Regimini Ecclesiae Universae », de Paul VI, publiée en 1967, qui « confirmait la compétence judiciaire et administrative de la Congrégation [CDF] dans la procédure selon ses normes modifiées et approuvées ».

(62) Article paru dans EWTN le 22 février 2013, « Pope has ’cleaned up episcopate’, nuncio says. » (Le Pape a « nettoyé l’épiscopat », dit le nonce.)www.ewtnnews.com/catholic-news/World.php

(63) Article dans Crux du 24 décembre 2016, « Argentina probes sex abuse at deaf school, what Vatican knew ». (L’Argentine enquête sur les abus sexuels à l’école des sourds, ce que le Vatican savait)

cruxnow.com/…/argentina-probe…

(64) Article dans Associated Press, 25 février 2017, Nicole Winfield, « Pope quietly trims sanctions for sex abusers seeking mercy ». (Le Pape rompt discrètement les sanctions pour les agresseurs sexuels qui demandent grâce) apnews.com/64e1fc2312764a2…

(65) Le nom de Pinto figure sur la fameuse « Liste Pecorelli », une liste des francs-maçons présumés au sein de l’Église, compilée dans les années 1970 par Carmine « Mino » Pecorelli, Directeur de L’Osservatorio Politico, une agence de presse spécialisée dans les scandales et crimes politiques. La Liste Pecorelli a été publiée dans le Magazine L’Osservatorio Politico Internazionale, le 12 septembre 1978, pendant le bref pontificat du Pape Jean-Paul Ier.

(66) Article de Michael Brendan Dougherty, « A child abuse scandal is coming for Pope Francis » (Un scandale de maltraitance d’enfants est à venir pour le Pape François), dans The Week du 3 janvier 2017.

(67) Article dans Crux du 24 décembre 2016, « Argentina probes sex abuse at deaf school, what Vatican knew ». (L’Argentine enquête sur les abus sexuels à l’école des sourds, ce que le Vatican savait) www.cnsnews.com/…/argentina-inves…

(traduit de l’anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.