Le PAPE DICTATEUR par Marc-Antoine Colonna

LA MAFIA DE SAINT-GALL

Danneels révèle tout dans une interview télévisée

Après plus de quatre ans du pape François Bergoglio, on dit plus fréquemment et plus ouvertement que l’étrange situation du Vatican d’aujourd’hui ne ressemble à rien de moins qu’à un roman de Dan Brown, avec des complots d’éminents ecclésiastiques, des scandales financiers et sexuels et des intérêts bancaires internationaux louches. Alors que beaucoup espèrent que le pape François relâchera les doctrines et les pratiques traditionnelles de l’Église, il est surprenant de constater que peu d’attention a été accordée à une remarque de l’un des prélats les plus élevés et les plus puissants du monde occidental, à savoir qu’il a été élu par une « mafia » libérale, un groupe d’évêques et de cardinaux progressistes qui avaient travaillé pendant des années pour parvenir exactement à cette fin.

Loin d’être une accusation des conservateurs de l’Église, le terme a été utilisé pour la première fois dans une interview télévisée en septembre 2015 par le Cardinal Godfried Danneels, archevêque retraité mais toujours très influent de Malines-Bruxelles. Danneels a dit qu’il avait fait partie pendant des années de ce groupe qui s’était opposé au Pape Benoît XVI tout au long de son règne. Le groupe a travaillé, a-t-il dit, à la création d’une Église catholique « beaucoup plus moderne » et à l’élection de l’archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio, comme pape. Un examen du contexte de ces commentaires extraordinaires peut donner un aperçu de la nature de la politique ecclésiastique actuelle, en particulier dans les cercles épiscopaux européens libéraux.

(traduit de l’anglais : The Dictator Pope (Marcantonio Colonna) )

https://gloria.tv/article/ME1pNJhzZRp24YKBzDn9xs3QL

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.