G. Buttini: L’Auguste Mère voudrait que tous ses enfants soient sauvés

L’Auguste Mère voudrait que tous ses enfants soient sauvés

«Saint Augustin» – Giuliana Buttini

8 décembre 1973 – 13 h,  fête de Marie-Immaculée
Je suis Augustin, voix de Dieu, je te parle en Dieu et ton âme s’illumine de cette «grande grâce» dont tu ne parviens pas à com­prendre toute la splendeur…
Aujourd’hui, jour de la fête de Marie-Immaculée, l’Auguste Mère que Dieu a choisie parmi toutes les femmes de tous les temps. Pour Dieu, le temps n’existe pas, Il a fait le choix quand il a trouvé la créature la plus pure de toute l’humanité.

L’Auguste Mère voudrait que tous ses enfants soient sauvés. Elle ne pleure pas tant pour les événements que devront subir les hommes, que pour leur salut et leurs âmes arides.

Chacune de ses larmes devient perle de chapelet. Elle voudrait que ses enfants les plus chers la prient en paroles et en actes, avec amour, acceptation des souffrances, abnégation, renoncements vécus dans la joie. La prière humaine s’exprime de différentes manières, toutes agréables à Dieu et à sa douce Mère, aux saints et aux anges.

Toute bonne action est prière, souvent fondue avec elle. Quand on vous exhorte à la prière, on ne vous impose pas des formules à répéter. Selon votre âme, votre tempérament, votre vie, on vous invite à vous laisser habiter par des sentiments qui vous poussent à agir pour le bien des autres.

Certes, la prière est aussi expression orale, mais elle doit être accompagnée par l’action et venir du cœur. Le «Rosaire» résume l’amour de Marie pour le Christ et sa douloureuse Passion. Il est la merveille des merveilles si vous le récitez en laissant se dérouler dans votre esprit les scènes douloureuses et joyeuses de notre Jésus Roi. Sinon, il n’est que paroles stériles, mots et routine; sans le sentiment il est inutile.

Marie a été choisie par le Père, première à porter la Divine Hostie! Elle a porté son saint Petit Enfant dans son sein puis sur son cœur. Au pied de la Croix elle a supporté la douleur extrême. Les mères souffrent plus que leurs enfants de tout ce qui leur arrive de douloureux.
Aujourd’hui au ciel, comme chaque année, chaque jour de la terre, Marie très douce, tu es aimée et glorifiée, les anges t’entourent et Jésus te sourit.

Je retourne à mon monde pour glorifier Marie. Je lui porte, dans la vie bienheureuse du ciel parmi les immortels heureux, votre salutation de mortels.

En allant à travers les nuages gris, les vents, les brèches de lumière, puis la lumière, lumière, lumière, lumière, je vous laisse sur terre un peu de mon affection.

«Saint Augustin, mes paroles pour votre temps», p. 237-238

Marie est immaculée, pure de tout péché, la seule créature qui n’a jamais eu un mouvement de désobéissance, d’impatience ou de rébellion

11 décembre 1973 – minuit

Je viens clarifier un concept. Je réponds clairement à vos questions. Je parle du haut de mon ciel, d’âme à âme et souvent je dois m’en tenir à l’essentiel. Parlant de Marie, j’ai évoqué notamment sa pureté, mais pour être précis, disons que pureté ne veut pas dire blancheur éclatante.

«Immaculée» est un mot qui n’est pas équivalent à «pureté». Marie est pure et immaculée, deux notions différentes, car on peut être pur et non immaculé, et immaculé sans être pur.

Marie est immaculée, pure de tout péché, la seule créature qui n’a jamais eu un mouvement de désobéissance, d’impatience ou de rébellion. Elle n’a jamais rien fait de contraire au vouloir divin et son âme est demeurée d’une blancheur éclatante, c’est-à-dire immaculée, la seule dans l’histoire de l’humanité.

Le «péché originel» signifie la rébellion de l’homme envers Dieu, et de ses conséquences Marie a été préservée par Dieu Trine dès sa conception. Dans sa grande sagesse Dieu voit toute chose de tous les temps. Hors du temps, créateur du temps, Il a vu depuis toujours la blancheur éclatante de l’âme de Marie. Il l’a choisie comme Mère du Rédempteur justement parce qu’elle n’allait jamais pécher, elle l’Immaculée, qui ne porte pas la tache du péché originel. Marie, la pure, est la seule mère vierge, et seule immaculée parmi toutes les créatures humaines. Nous pouvons approfondir la notion de «pureté» et comprendre alors qu’une personne peut être pure, mais non vierge. Elle n’aura pas commis le péché de la chair. Marie est pure et immaculée, c’est-à-dire, vierge sans péché.

Je n’arrive pas toujours à te transmettre, à toi Giuliana, les sub­tilités de la théologie et de la philosophie. Malgré ton ignorance, tu as une tâche bien précise: porter l’amour et témoigner de la vie au-delà de la vie terrestre. Pour cela des paroles de lumière te suffisent.
Je suis prêt à donner des explications supplémentaires à ceux qui cherchent des idées et des notions de haute théologie pour avoir confirmation de ce qu’ils pensent et croient. Moi, Augustin, théologien, philosophe, prêtre du Christ, depuis ce monde qui est le mien où l’on acquiert la sagesse en plus de la foi, qui en nous est certitude, et avec la connaissance de la vérité tout entière, je puis affirmer que la virginité de Marie voulue par Dieu ne peut être niée.

Votre époque est le temps tragique où la sainte Eglise est divisée; c’est une source de douleur pour le ciel. Douleur aussi pour le Christ, quand du haut de la Croix, il a vu défiler devant son esprit les temps des hommes et vu aussi le vôtre! Son Eglise! Les hommes de son Eglise! Certains ne savent plus voir le «miracle», doutent de la virginité de

Marie très sainte, changent, abrègent, modernisent, tolèrent…
Ont-ils oublié le péché originel que le Christ a racheté par sa mort douloureuse? Il est mort en Croix pour la rédemption de l’humanité.

Pour lui donner son amour, Il s’est offert en victime d’amour. Marie a enduré sans révolte toute la douleur de son Fils, toujours consciente et sainte, toujours immaculée, comme Elle l’a été à la fin de ses jours quand elle est montée au ciel avec son corps gracieux laissant des fleurs là où il reposait. Créature élue de Dieu parmi toutes les autres, unique sans péché! Les hommes d’Eglise sont de deux sortes: des justes font la volonté de Dieu Trine, mais beaucoup agissent dans l’ignorance et la négligence des principes fondamentaux. Au lieu d’une connaissance appro­fondie du divin, beaucoup n’ont même plus la foi!

Voilà pourquoi les esprits élevés parlent à des créatures choi­sies parmi les gens simples, les plus souffrants et cachés. Ils donnent ce que beaucoup de consacrés ne donnent plus aux âmes: la parole de vérité!
Moi, Augustin, je reviens porter sur terre ma pensée à travers une maman qui porte la Croix dans l’âme. Je suis heureux de pouvoir le faire par permission divine. Nous, qui depuis la vraie vie, veillons encore sur la terre et ses créatures, nous avons tou­jours notre tâche: porter les âmes à Dieu. Il nous en donne le moyen: vous, petites créatures inconnues du monde!

Je retourne à mon ciel. La nuit t’attend. Qu’elle soit reposante.

Ibidem., p. 242-243

Editions du Parvis

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.