Les apparitions à Manduria : Témoignages

 

Pour vous procurer de l’huile de Manduria (huile qui libère du démon)

Huile sainte de Manduria

Huile sainte de Manduria

Flacon de 15 ml
Article n° FOP52 – poids 30 g
 
5.00 €

Disponible

 

Huile sainte de Manduria

 

Flacon d’huile + feuillet de prière

Sachet contenant: un flacon d’huile pour l’onction et une illustration. On peut multiplier l’huile en en mélangeant 9 gouttes de l’huile de la Vierge de l’Eucharistie dans un litre d’huile d’olive vierge extra. En effet, depuis 1993, les statues et les images pieuses se trouvant dans la chambre de Debora exudent de l’huile et la Vierge Marie lui apparaît depuis, le 23 de chaque mois, sous le vocable de «Vierge de l’Eucharistie».

Le montant facturé couvre uniquement les frais de fabrication et de manutention.

 

Pour commander l’huile : appelez en Suisse aux Editions du Parvis : 00.41.26.915.93.93

 

Témoignages

J’ai connu Debora à un moment particulier de ma vie. Ma femme Elena avait commencé à se sentir mal à cause d’un problème très grave aux glandes lymphatiques. J’étais anéanti: je n’avais plus aucun espoir de la revoir active et pleine de vie comme auparavant. La foi était devenue pour moi quelque chose d’inutile, de vain et de mensonger.
Un jour, un ami très cher m’a invité chez lui pour déjeuner et me témoigner sa sympathie.

A cette occasion, j’ai appris que, dans les Pouilles, une jeune fille avait déjà aidé beaucoup de personnes, et parfois dans des situations pires que celle de ma femme. J’ai donc décidé de partir de Vénétie pour un voyage plein d’espoir. Arrivé à Manduria le 23 mai à l’occasion de l’apparition de la bienheureuse Vierge, j’ai vu que les premiers pèlerins étaient déjà rassemblés en foule autour de la jeune fille et, en m’approchant pour entendre ses paroles, j’ai eu aussitôt l’impression que Dieu agissait vraiment en elle.

La journée fut hallucinante: les prières et les pénitences n’en finissaient plus!

Avant que tout se termine, un sentiment de méfiance tempéra mon enthousiasme au point que je décidai de m’en aller. Je n’avais pas pris le temps de repartir que la foule me bouscula presque providentiellement puisque c’est ainsi que je croisai Debora qui me dit: «Crois-tu que les grâces s’obtiennent gratuitement?»

Je demeurai stupéfait et étonné. De retour dans ma localité, je courus à l’hôpital pour raconter cette aventure à ma femme, mais en voiture, un coup de téléphone m’avertit qu’Elena (c’est le nom de ma femme) avait été renvoyée le soir même du 23 mai, parce que sa santé ne présentait plus aucun trouble.

Je témoigne que tout ce qui est écrit est la vérité, afin que le Seigneur soit remercié pour le grand don de cette petite âme.
Merci de nous avoir ramenés à Dieu!
Giampiero B.

«Voici que Moi-même j’irai à la recherche de mes brebis et que j’en aurai soin.» (Ez 34,16)

Je vous écris de la prison de Parme pour vous faire savoir que je suis très heureux de recevoir vos lettres, qui me remplissent d’une joie indescriptible et comblent la solitude de cette cellule, où je vis depuis des années à cause du grand nombre de fautes que j’ai commises.
Avant tout je vous remercie de m’avoir fait cadeau de La Sagesse révélée du Dieu vivant, qui m’a permis de trouver le chemin pour retourner à Dieu. Aujourd’hui, j’ai découvert que le Seigneur continue à frapper aux portes de nos cœurs, parce qu’Il nous aime et veut que nous soyons sauvés, même par le moyen d’une lettre.

Les paroles contenues dans les dialogues, et que j’ai pu méditer, ne peuvent être comparées à rien d’autre ni être attribuées à personne d’autre!

Je n’ai appris à lire et à écrire que depuis peu, c’est pourquoi je vous demande pardon si je ne réussis pas à mieux m’expliquer.

Cela vous fera certainement plaisir de savoir que les premiers livres qui m’ont permis de m’exercer à la lecture ont été l’Evangile et les Révélations de Jésus à Debora.

J’ai demandé à l’aumônier de la prison de m’aider à mieux connaître Jésus, en me préparant à la confirmation. Je reçois souvent Jésus Eucharistie qui me revigore et me donne courage!

J’espère que mes «confrères» pourront aller sur le lieu des apparitions remercier pour moi la Maman du ciel pour tout ce qu’elle a fait en moi.
Que Dieu vous assiste et bénisse votre Œuvre d’amour. De tout mon cœur.
B. Concetto

Céleste Verdure

«L’image est une vraie présence…» (Message du 22 juin 1998)

Très chers frères et sœurs du Mouvement d’amour,
Je désire vous donner le témoignage de la grâce que mon frère a reçue.
Il y a quelque temps, vous, les membres du Mouvement, à la suite de notre demande, vous nous avez envoyé l’image de Jésus, Roi de la Révélation, qui a pleuré d’une manière répétée des larmes de sang.
L’impact de la photo a ouvert le cœur de mon frère qui a fondu en larmes, ce qui l’a libéré.

Avec foi nous nous sommes oints avec l’Huile bénie, et immédiatement un parfum de fleurs s’est répandu dans toute la maison.
Depuis ce jour mon frère Rossano a découvert la beauté de la prière du saint rosaire!

Ces derniers temps, il s’est même approché du sacrement de la confession et il a pu finalement recevoir l’Eucharistie, remède qui l’a guéri de sa dépression.

Merci à la Madone de l’Huile bénie!
Rosanna M.

Le chapelet des larmes de la Madone et la conversion

Chère Debora,

Je remercie notre T. S. Mère pour son intervention et l’aide si importante qu’elle nous donne pour amener ses enfants au Seigneur et je te remercie, toi qui es son instrument par qui les âmes reviennent à Dieu.

Le 23 mars mon fils a eu un accident du travail qui aurait pu lui être fatal. Il aurait pu perdre la main droite et ne plus pouvoir travailler. Mais l’accident s’est finalement limité à la perte d’un doigt. Avec une grande force intérieure, mon fils a réussi à surmonter ce moment tragique, à tel point que les personnes autour de lui en ont été surprises.

Je dois préciser que depuis une semaine je récitais le chapelet des larmes de la Madone pour la conversion de mon fils, afin qu’il revienne à la pratique religieuse.

J’ai obtenu tout ce que j’ai demandé, ainsi qu’un bon Père spirituel, car cela ne suffit pas de recevoir Jésus, il faut aussi préparer le cœur et ce n’est pas pour rien que tout cela est arrivé…

Louange et gloire à Dieu!

Luigina

Maman après de grandes souffrances!

Bien chère Debora,
Je suis Olga P., demeurant à Bénévent. Je t’écris pour remercier la Vierge de l’Eucharistie parce que, après tant d’années de souffrances, elle m’a accordé le grand don de devenir maman. Chaque 23 du mois, de février à juin, je suis venue en pèlerinage à Manduria et avec confiance j’ai offert des prières, sans exclure la pénitence à genoux sur la Voie Douloureuse mariale, lieu des manifestations de la Sainte Vierge.

En frappant sans me lasser au Cœur très doux de la Mère de Dieu, j’ai obtenu!

Pendant mes six années de mariage, je me suis tournée inutilement vers un grand nombre de médecins sans obtenir de résultat. Il a suffi de lever les yeux au ciel et d’invoquer le secours de la Madone de l’Huile sainte… qui m’a exaucée.

Chaque jour de ma vie je remercierai Dieu pour m’avoir donné la joie de porter dans mon sein un fils et de croître avec lui dans la volonté divine.

A toi, Debora, je dis: n’abandonne jamais! Tu es comme cette petite hostie qui chaque jour se consume aux pieds de l’Autel, en donnant au monde la paix et le salut.

Merci à Jésus et à Marie.

Olga P.

Il n’est jamais trop tard!

Je suis une femme de 70 ans qui a découvert depuis peu que pour Dieu il n’est jamais trop tard.

Debora, merci de tout cœur d’avoir accueilli ma demande, en présentant à la Madone des prières pour mes besoins physiques et spirituels.

Depuis le jour où j’ai reçu les messages confiés à Debora, j’ai commencé à réciter mon chapelet et je m’unis souvent à vous par la prière. Je recours chaque jour à l’Huile bénie pour soulager mes douleurs et mes peines intérieures qui si souvent m’affligent à cause de ma solitude. La vieillesse peut être pesante et dure, spécialement pour les gens qui, comme moi, n’ont personne.

Aujourd’hui, j’ai redécouvert la grandeur et l’importance de vivre pour réaliser le dessein de Dieu en nous.

Avec tout mon amour je vous remercie, parce que vous m’avez enseigné à être toujours en prière dans la vie, en redécouvrant la grâce dont Dieu nous a comblés.

J’aimerais servir le Seigneur et, à cette fin, je demande à être affiliée à votre Mouvement d’amour.

Rita P.

«Va, et qu’il soit fait selon ta foi.» (Mt 8,13)

Le 23 février de l’an dernier, je me suis rendue pour la première fois au lieu de l’apparition de la Vierge de l’Eucharistie. Ce jour-là j’ai prié avec une vraie et sincère dévotion pour un garçon alcoolique, rendu au dernier stade et, en me tournant vers la statue qui représente la Madone, j’ai dit: «Je crois vraiment que Tu habites ici, que c’est ta demeure.»

Rentrée chez moi, encore angoissée puisque les médecins s’étaient exprimés négativement à plusieurs reprises sur les jours qu’il restait à vivre au pauvre garçon, j’appris qu’ils s’étaient maintenant ravisés. Miraculeusement, le garçon avait été renvoyé de l’hôpital comme s’il n’avait jamais été malade.
Avec ma vive gratitude à la Vierge de l’Huile sainte de l’Onction pérenne.

Sr Silvana di A.

La force de la médaille de la Vierge des larmes!

Je m’appelle Jeanne, je suis mère de famille. Depuis quelque temps le Seigneur nous a appelés, moi-même et ma famille, à nous consacrer à des œuvres de dévotion envers la Vierge de l’Huile sainte qui vient visiter la jeune fille de Manduria.

Dans les derniers jours de septembre mon mari, camionneur, a été plusieurs fois attaqué par des voleurs. En outre, un accident, avec de graves conséquences pour son travail, a mis en sérieuses difficultés les finances de la famille.

Avec une grande reconnaissance envers la Vierge bénie, j’ai aussitôt conseillé à tous les miens de porter la médaille répandue par votre Mouvement d’amour. Mon espérance n’a pas été déçue. Tout s’est amélioré: plus d’attaques ni de difficultés sérieuses.

Merci également pour la prière de Debora, que nous sentons toujours proche. Nous avons retrouvé la paix, la sérénité et la fréquentation des sacrements, avec l’aide de la prière du rosaire.

Pour la grâce reçue, avec notre vive reconnaissance

Jeanne V., Suisse

«L’Huile sainte que ma Mère continue à préparer pour donner à ceux qui souffrent…» (Message du 22 juin 1998)

Je m’appelle Claude J., j’ai 42 ans et habite Paris. Il y a quelques mois j’ai appris l’incroyable histoire que Debora est en train de vivre dans une souffrance intense. En feuilletant un périodique qui relatait tous ces événements, j’ai aussitôt demandé de recevoir de l’Huile bénie pour oindre mon fils, depuis longtemps gravement malade.

Dès que j’ai commencé à l’oindre, son état de santé s’est amélioré de jour en jour, grâce aussi à vos prières auxquelles je m’étais recommandée.

Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour vous remercier de la guérison définitive de mon fils Paul. Je suis fière d’être une parmi ceux qui soutiennent l’œuvre de Notre-Dame de l’Eucharistie, œuvre qui est née comme une nouvelle espérance prophétique.
Je vous souhaite tout le bien possible.

Claude J., France

On aurait dû m’opérer

Je suis une femme de 50 ans. Vers le mois d’avril 1998, j’ai eu un épanchement de liquide provenant d’un abcès au sein gauche.
On aurait dû m’opérer comme on me l’avait affirmé à l’Institut du Centre du cancer de Gènes. Mais ayant eu connaissance des apparitions de la Vierge de l’Eucharistie à Manduria, je l’ai invoquée avec la prière qu’elle-même nous a donnée: «Marie, Mère de l’Olivier béni…» pour demander une prompte guérison.

Au médecin qui m’avait congédiée durant l’été, j’ai témoigné que je croyais que l’Huile bénie me guérirait.

Et cela s’est vérifié: aujourd’hui, je n’ai plus rien comme le montre le certificat médical rédigé par mon gynécologue.

Je remercie la Sainte Vierge, et j’espère aider cette dévotion à se diffuser pour tous les malades tant de corps que d’esprit.
Lidia M.

Une maladie très rare

La Vierge de Manduria nous a accordé une grande grâce. Les médecins nous avaient prévenus que seul un miracle pouvait sauver notre petit Emanuel. Et c’est ce qui se passa. Ceux qui le racontent, émus et joyeux, sont de jeunes parents, Susanna et Eupreprio Stoppa, habitant Torre S. Susanna (Brindisi). Lui est employé, âgé de 33 ans; elle, ménagère de 29 ans. Ils sont fiers de présenter leur bébé, aujourd’hui âgé de six mois, en pleine santé.
Emanuel n’avait que quelques jours lorsque nous nous sommes rendu compte qu’il avait un grave problème. En fait, c’était une maladie très rare où la science est impuissante, particulièrement lorsqu’elle se manifeste chez des bébés. Il s’agit d’une carence presque totale d’oxygène au niveau de l’organisme interne.
Nous étions déjà des amis de Debora, la jeune fille qui voit la Vierge depuis plusieurs années. Tandis que nous nous trouvions à l’hôpital, Debora vint en visite, caressa le bébé et pria sur lui. “La Madone m’a fait sentir qu’il guérira très bientôt, même qu’il est déjà guéri”, déclara-t-elle immédiatement.
De fait, nous remarquons de suite que le bébé a un meilleur teint. En nous s’allume immédiatement une lueur d’espoir. Espoir qui devient certitude lorsque médecins et professeurs — à commencer par celui qui nous avait déclaré que seul un miracle pouvait sauver notre bébé — bouche bée de stupéfaction, confirment la guérison totale de notre enfant, sans qu’ils puissent fournir un brin d’explication à la lumière de la science et des lois de la nature. Comme nous avons eu raison de baptiser notre fils du nom d’Emanuel, ce qui signifie “Dieu est avec nous”!
Susanna et Euprepio S.

«L’Huile est baume et onction!» (Message du 24 mai 1995)
Chers amis du Mouvement d’amour,
Je dois vous remercier parce que, étant en prison, la nuit du Vendredi-Saint j’avais décidé de me donner la mort, mais votre lettre, arrivée d’une manière inespérée et par des voies tout à fait extraordinaires, m’a redonné le courage et la force de continuer à lutter. La chose la plus extraordinaire reste l’acheminement de l’Huile bénie, qui est passée sous les yeux des gardiens, à l’évidence rendus aveugles par le Très-Haut, puisqu’ici il ne passe même pas une aiguille.
Vos paroles m’ont enlevé l’angoisse qui me dévorait et libéré du tourment de ne plus servir à rien. Je voudrais encore une fois vous remercier et, par votre intermédiaire, louer la Sainte Vierge qui, avec son Huile sainte, m’a redonné une identité et un cœur qui bat à nouveau.
Michel D.

Une substance huileuse
Je m’appelle Antonio R. et suis marié avec Lucia; nous avons deux fils, Luciano et Giusy. Je travaille à l’hôpital provincial de Syracuse en Sicile comme infirmier. Voilà deux ans, je me trouvais en salle commune parmi les malades avec la surveillante, Sœur Igina. Elle parlait avec un prêtre qui demandait de faire analyser des gouttes d’huile provenant de la cité de Manduria, exsudée d’une statue de la Vierge.
Vu l’originalité du cas, j’ai voulu en connaître le résultat par curiosité. La doctoresse qui a analysé ces gouttes d’huile déclara: «C’est une substance huileuse, mais je ne sais pas expliquer ni ne peux ni ne veux savoir la raison pour laquelle en mettant cette substance dans des milieux de culture, les bactéries ne se développent pas; pratiquement, elles restent stériles, et ne présentent aucun type de contamination.»
C’était incroyable! Ma curiosité devenait plus grande et j’en parlai aussitôt à ma femme. Quelque chose me poussait à contacter par téléphone quelqu’un qui soit proche du phénomène. J’appelai les responsables du Mouvement d’amour et progressivement mon cœur et la vie de toute ma famille changèrent radicalement.
Nous décidâmes de faire venir Debora en Sicile. Je priais la Vierge pour trouver les fonds nécessaires pour son voyage. Ce qui me stupéfia, ce fut la disponibilité d’un prêtre pour organiser les rencontres de prières avec elle.
La première fois que Debora vint en Sicile, c’était à Syracuse. Ce fut une très belle rencontre. J’ai eu la possibilité de connaître Debora que beaucoup accueillent pour ses dons surnaturels et que d’autres rejettent complètement.
Debora, je l’imaginais timide et introvertie, selon les clichés de la mentalité commune. Au contraire, c’est une fille de fort caractère. Comme un livre ouvert, elle rayonne sa foi de tout son être: elle prononce des paroles pleines de sens religieux et pédagogique, claires, limpides, sans détours. Une foi fraîche et pleine de vie, qui manque à beaucoup d’entre nous.
Une femme hospitalisée, qui avait renié sa foi catholique depuis longtemps parce que Témoin de Jéhovah, me demanda de lui faire une onction avec l’huile prodigieuse. Avant de mourir cette femme retrouva la foi et reçut les sacrements.
Ces circonstances me poussèrent à aller plus au fond des choses!
A la maison, je commençai à lire les messages de la Vierge de l’Eucharistie et à les méditer. Aujourd’hui je peux dire qu’avec ma famille, j’ai trouvé Jésus et Marie dont j’étais jusque-là si éloigné.
Ces jours derniers, Debora a visité une seconde fois la Sicile, et ce fut une grâce pour nous. Elle a apporté avec elle une onde d’amour et de paix et a réveillé le désir d’évangéliser et de pardonner à tous. Des familles se sont réconciliées après des années de rupture, mais la chose la plus belle est que nous avons constitué le premier Foyer dédié à la «Vierge de l’Eucharistie, Mère de l’Olivier béni», appelé «Oasis d’Amour» avec pour but d’aller dans les familles pour prier le rosaire et de faire connaître le contenu des messages eucharistico-marials que la Sainte Mère envoie au monde par le moyen des apparitions de Manduria.
Je termine en disant qu’en famille nous avons redécouvert les valeurs chrétiennes qui étaient éteintes, en retrouvant le désir de consacrer notre vie à Jésus-Eucharistie, source de toutes grâces et abîme de douceurs.
Merci à Jésus et Marie et merci à Debora et au Mouvement d’amour.
Antonio R.
Ce texte est extrait du livre:

Manduria, Jésus, Roi de la Révélation, Marie, Vierge de l’Eucharistie, parlent à Debora
Présentation et Messages

par André Castella et Christian Parmantier, 272 pages + 16 pages couleurs, 14,5×22 cm, Euro 16.– CHF 22.–

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.