Des allégations d’abus sexuels comme prétexte pour attaquer la confession

En Australie, une commission royale sur les abus sexuels d’enfants veut obliger les prêtres à signaler les détails des abus sexuels reçus lors des confessions. Ceux qui ne signaleraient pas les informations dont ils disposent sur les sévices sexuels infligés aux enfants lors des confessions seraient dès lors coupables aux yeux de la loi.

Un prêtre qui obéirait à une telle réglementation briserait le sceau de confession, une offense qui impliquerait son retrait du sacerdoce.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.