Schio : l’histoire des apparitions

L’histoire des apparitions

Schio est une ville de 40000 habitants, située dans la province et le diocèse de Vicenza. Elle se dresse dans le Val Leogra, là où se termine la plaine et où commencent les premières ondulations des Préalpes dolomitiques.

Marie, Reine de l’Amour

Début des apparitions

Le 25 mars 1985, Renato Baron s’était rendu dans la petite église de San Martino pour y assumer sa tâche de gardien. Il avait interrompu le travail pour s’agenouiller dans un banc et prier devant la statue de Notre-Dame du Rosaire lorsque, tout à coup, dit-il, « j’ai senti mon corps mourir et mon âme s’évanouir… Je ne voyais plus rien autour de moi, je ne sentais plus rien… La statue de la Madone se mit à parler, à bouger; elle souriait et avait de très beaux yeux. Elle me dit: « Je t’attendais déjà hier. Désormais tu viendras régulièrement ici, parce que je dois te parler de beaucoup de choses… et puis tu écriras. Pour le moment, attends; reviens demain et je te dirai le reste. »  » Lorsque l’apparition prit fin, Renato demeura si bouleversé qu’il s’enfuit, oubliant même de fermer la porte à clé. Le lendemain, il retourna à la petite église pour fermer la porte. Arrivé sur place, il se sentit poussé à entrer pour prier. Renato raconte:  » Je me mis à genoux devant la statue et commençai à prier. J’ai fait des lectures et prolongé ma prière, tout en souhaitant qu’il ne m’arrive pas ce qui était advenu la veille… En réalité, j’avais peur… Mais Marie se manifesta une nouvelle fois. De nouveau je me suis senti mourir, j’ai senti mon esprit sortir de moi, tandis que la voix répétait: « C’est moi, je suis Marie, je suis la Madone, c’est vraiment moi qui parle. Prends au sérieux tout ce que je te dis; désormais tu écriras toutes mes paroles. Je te préparerai… Un jour tu parleras, mais pour le moment tu dois attendre, tu dois préparer ton esprit, parce que nous ferons un cheminement de foi… Je mettrai à tes côtés des amis, des apôtres qui aiment Marie… Je te les enverrai et tu feras un long chemin avec eux, parce que, vous et moi, nous devrons ensemble convertir un grand nombre d’âmes et les conduire à Jésus. » Ce jour-là, lorsque je revins à moi, je ne me suis plus enfui; au contraire, j’ai ressenti une grande joie au-dedans de moi.  » Renato se rendit à la porte extérieure du clocher, avec l’intention de sonner pour faire connaître à tous ce qui lui était arrivé. Mais la porte était fermée et, n’ayant pas la clef, il dut se borner à clamer au vent son bonheur. Il revint alors vers le porche de la petite église. Il n’eut toutefois pas le courage d’entrer; il s’agenouilla sur le seuil, pleurant de joie, et pria pendant une bonne heure. Désormais, il n’avait plus de doutes : c’était vraiment la Sainte Vierge qui lui apparaissait. Quelques jours plus tard, il décida d’en parler à sa femme: « Rita, j’ai un poids en moi… je dois parler, le dire à quelqu’un, mais je n’en ai pas le courage…  » Sa femme lui répondit: « Depuis quelques jours je te vois tout bouleversé. Si tu as des difficultés pour en parler à d’autres, dis-le à ta femme… il y a plus de vingt ans que nous vivons ensemble…  » Encouragé par ces paroles, Renato lui raconta tout dans les moindres détails, s’efforçant d’être le plus objectif possible. Rita demeurait songeuse, ne sachant pas si elle devait croire des choses aussi extraordinaires; mais connaissant l’équilibre et la foi de son mari, elle admit qu’une intervention de Marie ne pouvait être exclue. Lui vint alors à l’esprit: et si, au contraire, c’était le démon qui le trompait? Troublée par une telle éventualité, après un moment de silence, elle lui dit: « Ne se pourrait-il pas que tu te trompes? Est-ce vraiment possible? Dans cette petite église tu as fait tant de travaux; tu as même trouvé des squelettes que tu as reconstitués dans la crypte. Il se pourrait que quelque esprit revive… qu’il y ait quelque chose qui n’aille pas. Si j’étais toi, j’irais avec de l’eau bénite et j’en aspergerais le lieu.  »

La chapelle des apparitions

Renato accepta le conseil de sa femme. Il se rendit à l’église des capucins à Schio avec une petite bouteille, la remplit d’eau bénite et alla se placer devant la statue de Notre-Dame à San Martino. Voici comment il raconte ce qui lui est arrivé:  » J’ai versé l’eau bénite dans un petit seau et me suis rendu devant la statue en portant le seau. Je me suis mis à genoux, j’ai trempé la main dans l’eau bénite, mais tandis que je levais le bras pour bénir, l’autre main qui portait le seau s’est ouverte et celui-ci est tombé à terre. L’apparition me dit alors :

« C’est moi qui dois te bénir et c’est moi qui te bénis. Ne crains pas… Sois prudent. Le moment viendra où nombreux seront ceux qui se rassembleront ici pour prier, tandis que d’autres ne te croiront pas. Supporte cela, aie confiance et prie pour eux. »
C’était le 2 avril 1985.
Renato acquit la conviction que c’était bien Marie qui lui parlait. A partir du lendemain, le 3 avril 1985, la Sainte Vierge confia à Renato des messages et l’invita à les écrire pour les transmettre au monde.

Renato en extase

La croix sur le Monte Cristo

Editions du Parvis

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.