L’exorciste Luis Escobar : le diable agit à travers le yoga, l’occultisme, la méditation transcendantale…

Le premier exorciste officiel de l’Eglise catholique au Chili depuis bien longtemps, le P. Luis Escobar, nommé à ce poste à la fin de 2013, a répondu aux questions de portaluz.org pour expliquer comment le yoga, l’occultisme, la méditation transcendantale et autres pratiques à la mode affectent la vie quotidienne de ceux qui s’y adonnent, ouvrant la porte au démon. L’interview visait à préciser les mises en garde lancées par Benoît XVI, qui était alors le préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi, le cardinal Ratzinger, en 1999.

C’est riche de son expérience que le P. Escobar confirme que l’expérience de certaines personnes « corrobore l’essentiel de ce que disait le pape ». « Celui qui recherche ou qui fait l’expérience de ces pratiques, commence à se laisser entraîner par une idée d’auto-rédemption. C’est l’homme pour l’homme, et en passant on enlève Dieu. »

Sur les quelques 2.000 personnes qui sont venues chercher son aide – du Chili, mais aussi depuis l’Argentine, la Colombie, l’Espagne, Mexique… – une centaine étaient réellement sous le coup d’une « possession, d’une oppression ou d’une vexation ».

Yoga, occultisme, méditation transcendantale : la recherche du bien-être sans Dieu

Parmi cette centaine de personnes, l’exorciste Luis Escobar a identifié différentes sources d’ouverture à l’action du démon : le spiritisme –reiki, ouija, etc. – et, plus généralement, toutes les pratiques de divination auxquelles on d’adonne par inquiétude pour l’avenir. «Elles n’ont pas une bonne formation religieuse, doctrinale : cela accentue la fragilité et la vulnérabilité de ces personnes », constate-t-il.

Et le yoga ?

«Le yoga est aujourd’hui présenté comme la panacée. On fait croire aux gens qu’ils vont obtenir la santé, l’équilibre intérieur, la paix, l’harmonie, qu’ils vont venir à bout de leurs problèmes de stress ou de dépression. J’ai reçu des personnes qui ont même été instructeurs de yoga : à un moment de leur vie, ils ont éprouvé une forte sensation de vide intérieur, à ne pas savoir vers où mener leur existence, une angoisse persistante et intense. Il est surprenant que cela puisse arriver même à des instructeurs de yoga ? Alors qu’un chemin spirituel chrétien, bien parcouru, avec une discipline spirituelle qui comprend l’oraison, la vie sacramentelle, où je me mets en présence de Dieu, où je sors de mon moi, de moi-même, pour aller à la rencontre de cet autre «je » qui est Dieu, avec cet autre Etre, avec le Créateur, me donne paix et sécurité, me donne l’équilibre. La différence est que l’on cherche ici le Dieu transcendant, Créateur du ciel et de la terre, du visible et de l’invisible, qui s’est manifesté en son Fils Jésus-Christ, et qui nous donne son Esprit. Pour celui qui le rencontre, tout le reste est secondaire. Mais si je ne recherche qu’une guérison, une libération et que j’oublie de chercher d’abord Dieu, il peut m’arriver ce qui est arrivé aux dix lépreux de l’Evangile de saint Luc : ils ne cherchaient pas le Seigneur, ils ne cherchaient qu’à être guéris, et le seul qui obtient une rencontre transformatrice de tout son être, c’est le Samaritain qui retourne devant le Fils de Dieu pour rendre grâce. »

L’exorciste chilien Luis Escobar voit l’action du diable dans la violence causée par les pratiques occultistes

Le P. Luis Escobar affirme avoir rencontré des personnes souffrant, sinon de possession, d’affections spirituelles causées par le démon à travers la pratique du yoga.

Et il déplore qu’au Chili cette pratique soit enseignée dans le cadre de «certaines écoles catholiques de renom », et que dans les écoles publiques, où les parents doivent signer pour que l’enseignement religieux soit dispensé à leurs enfants, le yoga soit imposé à leurs enfants jusque dans des classes de maternelle. «Je viens d’apprendre en outre que le 29 septembre, les députés chiliens ont décidé d’instituer une journée nationale du yoga, dont la présentation se fait dans un langage quasi religieux. Je me demande si par hasard ils sont en train de déclarer le yoga religion officielle de l’Etat », affirme l’exorciste.

Il atteste pour finir des effets néfastes du yoga et d’autres pratiques de ce style qui ont fait leur entrée dans la prison dont il est aumônier. «Avec le reiki, la radiesthésie, et les techniques de contrôle de mental. J’ai averti alors que nous aurions des problèmes au sein de la population carcérale et c’est ce qui s’est produit. En effet, dès que ces pratiques se sont installées la violence s’est aggravée dans notre prison. Avant nous avions des suicides et maintenant s’y ajoutent des homicides, sans compter les situations permanentes de violence qui font des blessés. »

Anne Dolhein

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.