Jean, Messager de la Lumière : Partager les richesses

Livre Tome 6 : Pour bien passer la porte du Ciel.
Page 45 : Partager les richesses – Message du 4 octobre 2007 –

 

 » La Paix est une vertu active
 qui appelle l’engagement de chacun « 

 » Ce sont bien souvent des scandales financiers qui représentent les signes d’une société de consommation où seul compte le profit. Ces trafics largement commentés par les médias touchent bien souvent des personnalités impliquées dans des délits d’initiés. Leur bonheur se concentre sur l’augmentation des bénéfices tout comme sur leurs chiffres d’affaires.

L’argent doit être le fruit d’un travail et non d’une spéculation.

Les fonds devraient être utilisés pour entreprendre des investissements pour le bien des hommes. 

Pour éviter les abus, les profits frauduleux et les injustices, la société a besoin d’un contrôle plus strict des services de l’Etat…

S’il y a injustice, il vous appartient en tant que chrétiens d’agir, donc de le faire connaître.

Jésus a bien proclamé : « Heureux ceux qui ont faim et soif de justice. »

Cela vous demande de prendre position pour sauvegarder les droits de ceux qui travaillent, de ceux qui ne peuvent travailler et de la famille. 

Vos richesses sont si mal partagées, comme le travail est mal dispensé …
Ainsi la société fonctionne à deux vitesses, certains travaillent de plus en plus alors que d’autres sont chômeurs…

Il y a des pauvres chez vous qui faites partie des pays industrialisés !

Des pauvres il y en a encore bien plus dans d’autres contrées !

Grâce aux moyens de transports de plus en plus performants, les distances ne comptent plus, ainsi la solidarité vous invite à partager, d’abord par des actions bien matérielles…

Partager avec les frères et sœurs les plus pauvres du monde entier, est le devoir de tous les hommes et des catholiques en particulier.

Mais il n’y a pas que le partage matériel qui compte, il y a également le partage spirituel d’une foi commune aux chrétiens !

Il y a tout près de vous le partage du temps, d’un sourire, d’une bonne parole réconfortante ou encore d’un service rendu gracieusement. 

Pour proclamer l’espérance, il s’agit de partager matériellement, moralement et encore plus spirituellement avec tous ceux qui cherchent le salut !

Cela ne se calcule pas en sommes d’argent, car les vraies valeurs ne sont pas quantifiables, mais elles sont qualifiables.

Le jour où vous quitterez ce monde, ce que l’on retiendra de vous ne sera pas votre richesse matérielle, ce que vous aurez possédé, mais ce que vous aurez été en réalité.

Pensez à vos frères et sœurs qui viennent des pays non nantis où les magasins sont pratiquement vides !

Pensez à celui qui arrive d’un pays où règne la famine quand il entre dans un de vos supermarchés !

N’y a-t-il pas une forme d’insulte à la pauvreté dans vos étalages où des rayons regorgent de nourriture non seulement pour les hommes, mais également pour les animaux?

Jésus vous regarde tous avec amour et Il ne vous demande pas : «Vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le Ciel; puis viens et suis-moi ! » Mais Il vous demande seulement d’ouvrir votre cœur et d’agir pour manifester tout votre amour à l’encontre de tous les malheureux…

Vous n’avez pas à mesurer un succès à l’argent, car vous seriez ainsi totalement étrangers au Royaume de Dieu.

Votre action se résume à la révélation aux autres de la volonté du Ciel.

En aimant, en aidant les autres, vous redécouvrirez ce bien si précieux qu’est la Sagesse. 

C’est elle qui vous donne le goût de vivre.

Mieux vaut suivre joyeusement le Christ pauvre que préférer tristement ses propres richesses matérielles.

 Jean, votre messager d’Amour. »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.