Fille du Soleil : Au jardin de Gethsémani, je voyais les miens…

Résultats de recherche d'images pour « fille du soleil »12 février 2007

Seigneur, je m’abandonne à toi à chaque instant de ma vie.

Je t’aime, amour, glorifie-moi toujours. Je suis avec toi jusqu’à la fin, prend ta croix et suis-moi… Poursuis ton chemin en compagnie du Saint des saints, sois docile quoi qu’il arrive, ne ménage pas tes efforts pour me plaire, j’ai pitié de toi, mon enfant.

J’attends le cœur battant le OUI de mes créatures à mes volontés. Le monde me les a prises, le monde est leur allié. Au jardin de Gethsémani, je voyais les miens s’engouffrer dans la fange du péché, mon cœur était rempli d’amertume comme il l’est aujourd’hui. Mon sacrifice n’est pas toujours pris au sérieux. Avec quelle indifférence envers moi son Créateur et avec quelle insouciance, ma créature si fragile, jouit de la liberté que je lui ai donnée, rien ne compte pour elle que la recherche de son bien-être physique temporel, elle ne se soucie guère de son âme qui s’asphyxie, prisonnière de ses péchés…

Le corps physique est à la terre comme l’âme est au ciel, cependant l’âme ne peut être séparée du corps durant son exil sur terre, les deux ont besoin de nourriture. Vous mangez et buvez tous les jours pour entretenir votre corps, votre âme quant à elle, réclame une bouffée d’air frais journalier. Donnez-lui du tonus, faites-la revivre, elle a besoin d’une liaison permanente avec le Ciel… Persévérez sans vous décourager, ne remettez pas au lendemain, faites rejaillir en vous ma Lumière, car vous avez permis à l’esprit du mal de l’occulter. Mes enfants loin de mon cœur aimant, enjambez l’autre rive sans tarder, là où vous êtes vous vous enliserez sans cesse.

Oh, mes petits, si vous saviez combien d’âmes étouffent dans leur corps qui émerveille souvent le regard, ce corps destiné pourtant à devenir poussière; n’avez-vous donc rien à vous reprocher? Si je vous permettais de voir l’état de votre âme, vous vous regarderiez sous un autre angle, vous me supplieriez de pardonner vos péchés et vous seriez aptes à donner votre pardon sans hésitation à votre prochain qui à mes yeux n’est pas moindre que vous.

Croyez, mes enfants, que je suis près de vous, la main tendue vers vous, donnez-moi la vôtre, n’attendez pas vos vieux jours, n’attendez pas notre Face-à-face, car vous pourriez regretter amèrement votre entêtement, le purgatoire est rempli d’âmes qui sur terre, n’ont pas voulu accomplir mes volontés ou ont remis à plus tard. Tout vous a été donné sur terre pour vous sanctifier… Allez trouver mes prêtres, faites pénitence, priez, priez sans cesse… Soyez amour dans votre façon de penser, de parler, de faire, la charité est une belle vertu, dans mes sacrements vous trouverez la force de me plaire toujours plus, vous deviendrez à mon image et à ma ressemblance… Je vous aime et je désire votre bonheur à tous.

Image associée

18 février 2007

Seigneur, que penses-tu des caricatures sur le thème religieux?

Les hommes ne savent pas ce qu’ils font… Je suis sans cesse offensé par ma créature qui met en doute mon existence… L’erreur est humaine, ma miséricorde est supérieure à l’erreur humaine…

L’humanité entière a besoin d’être pardonnée, je donne mon pardon à qui le demande… Si l’on prenait conscience de la Toute-Puissance du Très-Haut, du respect que l’on me doit, le monde ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

Image associée

22 février 2007

Je suis.

Mon cœur palpite dans l’attente du retour des miens… Prendront part à mon Royaume ceux qui mettent leur confiance en moi, je suis le Dieu des vivants, j’en surprendrai plus d’un.

Sur le sol de vos ancêtres, je ferai naître la paix, mes petits se délecteront en ma présence, plus rien ne les éloignera de moi, ils auront conquis mon Cœur. Je souffle un vent de miséricorde sur la terre, tout sera renouvelé en mon Amour, le vécu noir sera oublié pour toujours; des lèvres sortiront des paroles de louange à ma gloire qui refléteront des cœurs et des esprits nouveaux tournés vers le bien, vers le beau. Je répandrai sur la terre une manne nouvelle, mes enfants seront nourris à satiété, rien ne viendra à manquer.

J’encourage mes petits à aller toujours de l’avant, ayez des temps forts de prières et persévérez, si vous ne priez pas durant les accalmies, vous n’en trouverez pas la force au cours des épreuves.

Mes enfants, pendant vos moments de désarroi, portez votre regard sur la Croix et contemplez-moi, contemplez ma sainte Mère, vos souffrances vous sembleront plus légères… Nous vivons avec vous vos moments d’épreuves, nous ressentons vos peines, nous sommes votre soutien, votre force, rien de ce que vous vivez ne nous est étranger. Tout passe, tout s’oublie, laissez le passé au passé, vivez toujours dans l’attente de jours meilleurs, je ne permets pas de souffrance au-delà de ce  que l’être humain eut supporter, soutenez-vous les uns les autres, réconfortez, apaisez, donnez de votre amour à celui qui en a besoin… Ne demandez pas de peines supplémentaires, acceptez dans la prière et l’humilité celles qui vous sont attribuées; les jours sur terre sont courts comparés à l’éternité de bonheur qui vous attend, soyez patients, doux et miséricordieux même dans les moments désagréables de la vie.

Mes enfants, je vous donne ma paix.

Image associée

Source : https://www.parvis.ch/fr/stella-maris/stella-maris-545/au-jardin-de-gethsemani-je-voyais-les-miens

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.